Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Technologies > L’Illectronisme et la fracture numérique

L’Illectronisme et la fracture numérique

Le mot "illectronisme", est un néologisme qui transpose le concept d’illettrisme dans le domaine de l’information électronique. L’illectronisme se définit comme l’incapacité à accéder aux contenus de l’information numérique et (ou) à les discerner. Il fabrique une nouvelle forme d’illettrisme qui entraîne l’exclusion de certains publics et crée de nouvelles fractures contre lesquelles il faut lutter.

Alors que de nouveaux usages se sont développés avec le Web, de l’ordre de l’expression et de la communication, que les écrits numériques se multiplient, des personnes éprouvent de grandes difficultés à accéder à maîtrise de l’outil. 

Selon une récente étude du Gartner Group, cabinet spécialisé dans la prévision sur le secteur des hautes technologies, le mal touche 50 millions d’Américains. Des initiatives ont été menées pour lutter contre ces nouvelles formes d’exclusion et de fractures.

Qu’est-ce que l’illectronisme ?

Il s’agit de l’incapacité à maîtriser les technologies de l’information en tant que technologies culturelles. Souvent, c’est un nouvel handicap culturel qui s’ajoute à ceux préexistants. Les personnes qui sont victimes d’illectronisme ne parviennent pas à utiliser Internet comme outil de formation, d’échanges positifs et d’inventivité. Ce sont des inadaptés du clavier.

La définition du mot "illectronisme" fut donnée par Élisabeth Noël , conservatrice de bibliothèque. Il s’agit d’un manque de connaissance des clés nécessaires à l’utilisation des ressources électroniques. Les difficultés touchent à la pratique et à la manipulation de ces nouveaux outils ou au contenu et à la vérification des informations véhiculées.

On parle d’"illectronisme ", en référence à l’illettrisme, et on étudie les moyens de lutte contre ce fléau en empruntant au vocabulaire des politiques d’insertion : fracture sociale, fossé numérique , inclusion numérique, les « sans-claviers » (comme on dit les sans abris ou les sans papiers), ...

L’ENA s’intéresse à l’illectronisme :

Le 16 octobre 2008 se tenait à l’ENA de Strasbourg, la 2ème rencontre européenne de la presse sociale. Cette manifestation était destinée aux acteurs de l’économie sociale, aux journalistes, aux enseignants et aux experts. Elle a pour titre « De l’illettrisme à l’illectronisme, une même exclusion  ? » Se trouvaient réunis là le Syndicat de la Presse Sociale, l’Agence Nationale de Lutte Contre l’Illettrisme, la Ligue de l’Enseignement et l’Association des Journalistes de l’Information Sociale. Il s’agissait de confronter des expériences, de mutualiser les bonnes pratiques et d’identifier la nature des fractures numériques.

Des actions locales et en Europe :

Dans la Manche, un projet dénommé Wikimanche vise à fédérer les habitants du département en jouant sur les liens intergénérationnels : le but est de créer une identité commune à tous les habitants du département normand en s’appuyant sur un savoir historique et patrimonial local.

Dans les Asturies, un projet pédagogique dénommé Ticmania vise à faire connaître dans les Asturies les usages du Web par des émissions de télévision et des encarts dans la presse locale.

Dans le Vaucluse et à Marseille, l’association Urban Prod aide les associations intervenant auprès des jeunes issus des quartiers sensibles à produire des reportages sur Internet ou des émissions de télévision. 

Internet crée de nouvelles inégalités, mais en réduit d’autres. Les jeunes n’ont qu’une maîtrise partielle du Net et manquent de distance par rapport à ce qu’ils y trouvent. Le risque de délaisser complètement l’écrit au profit de l’image est aussi à prendre en compte. 

Un programme d’actions pour lutter contre la "fracture numérique"
 
Partant du constat qu’"Il est désormais clairement démontré qu’être coupé du réseau d’un point de vue physique ou social est un handicap important", Bernard Benhamou, que la DUI (délégué interministériel de la délégation aux usages de l’Internet ) a lancé, avec l’Agence nouvelle des solidarités actives (ANSA), un programme d’expérimentations "TIC et insertion" visant à diminuer la "fracture numérique".

L’opération a été présentée le 6 novembre dernier à la Caisse des dépôts, partenaire financier de l’opération. Elle est le prolongement du colloque "Les politiques publiques de développement des usages TIC et de lutte contre la fracture numérique", organisé au Sénat en mars dernier dans le cadre du Grenelle de l’insertion.

Elle est aussi inscrite dans le cadre du plan France numérique 2012 annoncé en octobre par le gouvernement.

Six dispositifs d’e-inclusion ont ainsi été identifiés sur le terrain. Ils visent à "développer l’usage des TIC pour favoriser l’insertion sociale et professionnelle des personnes en difficulté", explique l’ANSA, qui a conclu une convention de partenariat avec Microsoft pour apporter 300 000 euros supplémentaires au programme.

Les six projets sont répartis sur plusieurs régions : l’Ile-de-France, le Grand Ouest, l’Auvergne, la Corse ou Rhône-Alpes.

Il sera mis en place un site Internet recensant toute l’offre d’insertion d’un territoire ou à regrouper dans un même lieu les différents services chargés de l’ouverture des droits RSA, des droits connexes et des services TIC.

En conclusion, il est aussi important de permettre à tous les Français d’accéder aux réseaux et aux services numériques et de développer la production et l’offre de contenu numérique que d’éduquer les utilisateurs afin de lutter contre l’illectronisme.


Moyenne des avis sur cet article :  3.8/5   (20 votes)




Réagissez à l'article

46 réactions à cet article    


  • Je suis Fantomas 20 novembre 2008 15:11

    Tout le monde ne peut pas etre un tueur en informatique. C’est comme les mathematiques, les langues, le francais ...


    • La Taverne des Poètes 20 novembre 2008 15:18

      Parmi les "illectronistes" (drôle de mot quand même), il y a tous ceux qui accumulent déjà d’autres handicap, dont l’illettrisme, et qui ne partent pas gagnant à l’avance. Mais quelques-uns, bien qu’illettrés, se débrouillent très bien.


    • La Taverne des Poètes 20 novembre 2008 15:16

      Le passage sur l’ENA est court ? C’est normal, j’ai oublié de placer ce petit paragraphe :

      En Alsace, les élèves de l’ENA donnent, en présence de pédagogues, des cours civiques en classes de ZEP. Ces cours s’appuient sur les TIC (les technologies de l’information et de la communication). Le GRETA met son centre de documentation à disposition des élèves - presse écrite et presse électronique - pour animer les ateliers informatiques.


      • La Taverne des Poètes 20 novembre 2008 15:25

        Il n’y a pas que les Américains qui souffrent de ce mal. Les Wallons aussi : lire cet article sur l’illectronisme des Wallons. Avec des stats détaillées !


        • Olga Olga 20 novembre 2008 15:57

          Bonjour La Taverne,
          C’est un cabinet fréquentable le "Gartner Groupmenace" ?


          • La Taverne des Poètes 20 novembre 2008 16:11

            C’est "Gartner Group". Je ne sais pas par quel glissement de doigt sur le clavier c’est devenu Gartner Groupmenace ! smiley



          • Olga Olga 20 novembre 2008 16:30

            Effectivement, dérapage digital sur clavier glissant. J’en connais même la raison. Enfin, ce n’est qu’une hypothèse : Gartner fait penser à Garner, Jennifer Garner, et sur cette photo de Jennifer on peut rapidement ressentir une certaine menace... Tout s’explique n’est-ce pas ?


          • La Taverne des Poètes 20 novembre 2008 16:46

            Belle panthère en effet. Mais autre hypothèse plausible : une pensée inconsciente pour Ava Gardner, surnommée le plus bel animal du monde.


          • Olga Olga 20 novembre 2008 21:56

            Je mets quelques liens vers des photos de l’animal Ava Gardner, pour celles (comme moi) et ceux qui ne la connaissent que de nom ou de réputation :


            Assise

            Debout

            Couchée ? ( ici elle est plutôt bien accompagnée ; cherchez quand même l’erreur ou les erreurs...)







          • foufouille foufouille 20 novembre 2008 17:15

            c’est pas avec microdaube qu’ils vont devenir des pros
            encore de la ploutocratie
            j’imagine que leur pc vont cramer ds 2a a cause d’alimentation sous dimensionne
            pour les nuls, une solution, le boot cd linux pre configure avec une carte sd ou un petit HD
            on peut rever ........
            de toute maniere le transfo du modem crame au bout d’un an ...........


            • Vieux Sachem 20 novembre 2008 18:31

              Personnellement, à 73 ans, et n’ayant pratiquement jamais utilisé d’ordinateur pendant ma période d’activité salariée, je me sens quelque peu désarmé devant mon MAC ; à part envoyer et recevoir des mails et naviguer sur le Web, je suis parfaitement ignare. Il faut dire que lors de mes études techniques en 1955, même les transistors n’existaient pas ; on ne connaissait que les semi-conducteurs ; les postes de TSF (radios, tuners !) étaient à lampes diodes et triodes et les télés ressemblaient à des machines de laboratoires style "les bijous de la Castafiore" ou à des oscilloscopes cathodiques.
              Ayez pitié d’un handicapé informatique bon pour être interné, non internet !


              • Vieux Sachem 20 novembre 2008 18:33

                Mille excuses :....les bijoux.....


              • John Lloyds John Lloyds 20 novembre 2008 18:44

                "Parmi les "illectronistes" (drôle de mot quand même), il y a tous ceux qui accumulent déjà d’autres handicap, dont l’illettrisme, et qui ne partent pas gagnant à l’avance"

                Y a aussi les illectroniques, illettrés,qui rament pour boucler le mois avec 400€, voire se tapent les poubelles pour becquetter, qui se soucient de toute forme de culture comme de leur première chemise, quelques millions en France, un ou deux milliards dans le monde. Eux partent franchement perdants

                Le bateau coule mais on s’occupe de laver le pont. C’est une philo ; autant sombrer propre sur soi.


                • Gasty Gasty 20 novembre 2008 18:47

                  L’illectronisme, pourquoi pas puisque c’est nouveau. Mais rien de plus ou de moins avec ce qui nous touche dans notre vie quotidienne " La mécanique"ou " la plomberie" ou " etc". Le garage, la voiture, les réparations. Combien peuvent réparer leurs automobiles ? Pourtant il serait necessaire d’en connaitre un minimum vu les prix pratiqués et les interventions inutiles qui alourdissent les factures. Il s’agit la aussi d’ignorance que des garagistes peu scrupuleux savent mettre à profits.

                  L’illetrisme ne permet pas la lecteur d’une revue technique automobile, l’illectronisme ne permettra pas les forums automobiles mais reste encore l’intelligence, la clé de 12 et le marteau.

                  Et la marche à pied.


                  • Gasty Gasty 20 novembre 2008 19:04

                    Et la faucille.


                  • Marc Bruxman 20 novembre 2008 19:44

                    Article intéréssant et qui traite un sujet ô combien important. L’illectronisme comme vous l’appelez (premiére fois que j’entends ce mot pour désigner un phénoméne bien réel) est le futur mal du XXIème siécle et le vrai terrain de combat pour le systéme éducatif de nos pays. 

                    Pourquoi ? Parce que de plus en plus les gens qui ne maitrisent pas cet outil vont être inemployables ou même handicapés pour des taches de la vie quotidienne. Combien de gens, par exemple ne sont pas capable d’utiliser un distributeur automatique de tickets de métro alors que la vente "humaine" va bientot s’arrêter ? 

                    Le problème va être de plus en plus aigu, car de plus en plus d’actes de base de notre vie quotidienne dépendent d’un outil informatique. Je ne parles pas d’écrire un blog ou de se la péter avec un iPhone, mais bel et bien acheter un billet de train, de spectacle, retirer de l’argent (les retraits hors distribos sont maintenant facturés très chers ce qui peut se comprendre). 

                    Pour le travail cela va être encore plus violent. Difficile de décrocher un emploi si vous ne maitrisez pas Word et Excel. Voir même et l’ANPE pourra vous le confirmer, difficile de décrocher un emploi si vous ne postez pas votre candidature au format électronique. En quelques années, on est passé de "lettre manuscrite obligatoire" à "candidature par email obligatoire" et cela se généralise de plus en plus. 

                    Je ne parles même pas de la disparition programmée des médias d’informations physique au profit de la distribution sur des médias type iPod (pour la musique) ou papier électronique (pour la presse). Ce changement se fait à grande vitesse et pour l’instant pas même la crise financiére ne semble le ralentir. 

                    Cela crée donc deux problèmes :

                    • Le premier est celui que vous décrivez : Savoir utiliser les outils. La plupart des enfants ayant été familiarisés avec ces outils depuis les années 90, il se réglera de lui même en une vingtaine d’années. L’expérience montre en effet que les enfants apprennent très vite à se servir d’un appareil électronique dès lors qu’ils l’ont en main. Mais le problème restera aigu pour les plus agés qui n’ont pas appris et qui sont de plus en plus nombreux. 
                    • Le second, plus grave à mes yeux est celui de la méconaissance du fonctionnement. Tout le monde (ou presque) sait se servir d’un téléphone portable mais personne (à part les ingénieurs et scientifique) ne sait exactement comment cela marche. Avant, avec un Bac S vous compreniez de façon basique la plupart des objets qui vous entouraient (téléphone y compris). Mais les enseignements n’ont pas suivis et le résultat est que même les cadres d’entreprises, censés prendre les décisions ne comprennent plus ce que leur offre la technique. Il y a donc de plus en plus une accapration du pouvoir au profit d’un seul secteur. Au lieu que le savoir technologique soit distribué entre de multiples acteurs, celui-ci reste la propriété du secteur technologique pendant que les industriels classiques croient bon de s’en délester. Ils ont tort. Lorsque le secteur technologique est en crise, il ne croit que de 1 ou 2% mais il y a rarement de récéssion. Dans les bonnes années, la croissance peut atteindre les deux chiffres. Petit à petit, une nouvelle carte du pouvoir se dessine. Et si la France n’investit pas massivement pour rester dans la course, tout ce que l’on aura fait jusqu’à présent pour devenir une nation riche deviendra obsolète. La crise financiére en cours va accèlérer ce processus. Et cela risque d’être assez terrifiant pour qui n’est pas du bon coté de la barrière. 
                    Voila, je vous remercie donc d’avoir mis les projecteurs sur ce problème à votre façon. Mais je doute que les politiques ne veuillent en entendre parler. Le changement technologique actuel est trop dangereux pour les structures sociales et étatiques actuelles pour qu’ils veuillent l’embrasser et l’encourager en formant les gens. Ils vont donc essayer de mettre des lois pour ralentir. Mais lorsque la pression est trop forte, le barrage finit par cèder. On le voit sur l’industrie de la musique qui passe au numérique contrainte et forcée tout en faisant tout pour stopper le changement. Elle y échouera. 


                    • foufouille foufouille 21 novembre 2008 11:27

                      il suffit de se former soi meme
                      une bonne memoire et de la patience
                      les descriptions vulgarise des objets existe
                      ensuite si tu aimes chercher et faire des erreurs, tu peut apprendre
                      avec des bases limites de basic, tu comprend le fonctionnement des scripts, et tu arrive a les modifier pour etre presque immortel ds certains jeux videos (avec des chargeurs de 250 et une reserve de 2000)


                    • Céline Ertalif Céline Ertalif 20 novembre 2008 21:49

                      Pour voir du beau travail d’éducation collective et de diffusion de la culture d’utilisation des TIC, restons chez les Bretons, et plus précisément chez les Brestois.

                      Sinon, Marc Bruxman a raison de poser le problème de la maîtrise des techniques. Les techniques s’étendent et se parcellisent, et donc le contrôle politique des usages techniques devient un enjeu majeur. Moi qui suis chez les Verts, je me suis dit bien des fois qu’on devrait s’appeler le parti de la technologie autant que celui de l’écologie. Ce qu’on est d’ailleurs souvent en fait (pour contester le nucléaire ou l’usage des OGM par exemple). La technologie ne doit pas être confondue avec la technique : la technique est une procédure opératoire alors que la technologie est une analyse de l’usage technique (techne logos : discours logique sur la technique). La confusion ordinaire des deux termes, qui déplaisait tant à Jacques Ellul, illustre notre soumission archaïque à la magie des réalisations techniques.


                      • Marc Bruxman 21 novembre 2008 01:32


                        Les techniques s’étendent et se parcellisent, et donc le contrôle politique des usages techniques devient un enjeu majeur.

                        C’est par contre la que nous ne sommes pas tout à fait d’accord. Je ne pense pas qu’il y ait de contrôle politique possible sur la technologie et ce pour plusieurs raisons :

                        • La premiére c’est qu’il est très difficile de savoir à l’avance quelles vont être les conséquences réelles d’une nouvelle technologie. Comme le souligne Neil Postman, si Gutemberg avait su que son invention allait créer la réforme protestante puis les lumiéres, cet homme très pieu aurait surement été horrifié de sa propre invention. Il y a des tas d’autres exemples de ce style. De même, les militaires qui ont commandés l’ancêtre d’internet aux universitaires auraient probablement été catastrophé de savoir qu’ils allaient offrir au monde un outil qui rendait tout contrôle de l’information impossible. En conséquence, on ne peut effectuer le contrôle politique de la technologie qu’à posteriori. Et il est généralement trop tard, car à ce moment la on est déja devenu dépendent de telle ou telle invention nouvelle. A ce moment tout retour en arrière est impossible. 
                        • La seconde c’est que la technologie donne un pouvoir à ceux qui la possèdent et que ce pouvoir est souvent déterminant. A moins d’avoir à disposition un gouvernement mondial il est assuré que ce controle ne peut être effectif. Si le gouvernement n’est pas mondial en effet, il suffit que le pays voisin autorise la technologie dont on ne veut pas pour qu’il prenne le pas sur nous. Et donc pour que l’on s’appauvrisse relativement au pays voisin ce qui va saper l’autorité du pouvoir politique et conduire à son renversement. 
                        Par contre, on peut tenter de limiter les conséquences néfaste. Le recyclage obligatoire en est un exemple. Il est juste dommage qu’il ait été fait de façon forfaitaire plutot que d’être la responsabilité (obligatoire) de chaque fabriquant. Des boites comme Nokia avaient déja beaucoup investies dans le recyclage de ses produits. Et si ils recyclent eux mêmes ils ont intérêts à penser au recyclage dès la phase de production. Alors que sinon, ils pensent réduction des coûts à la production, de toute façon après c’est l’état qui se charge du recyclage et le prix est forfaitaire. On n’encourage pas ainsi les bons comportements. 

                        La confusion ordinaire des deux termes, qui déplaisait tant à Jacques Ellul, illustre notre soumission archaïque à la magie des réalisations techniques.

                        La plus grande soumission c’est l’incompréhension à savoir l’utilisation sans comprendre. Que tout cela ait un coté magique, ce n’est pas faux et même pour un ingénieur, il y a souvent un certain émerveillement devant une belle réalisation technique. Que nous soyons devenus dépendents de notre technologie n’est également pas faux. En quelques semaines je suis par exemple devenu accroc à l’iphone. Cela me rend tellement de services pratiques pour mon boulot et ma vie de tous les jours que je serai déja sérieusement enmerdé si je ne l’avais plus. Pourtant le jour ou je l’ai acheté c’était plus style : "c’est gadget mais je vais me faire plaisir" et en fait j’ai trouvé ca carrément utile. 

                        Mais pour en revenir au sujet que l’homme devienne dépendent des gadgets technique qu’il crée n’est pas nouveau. Des techniques aussi vieilles que l’électricité et l’eau courante nous sont devenues indispensables et l’on ne sait plus vivre sans. 

                        Ce qui est génant c’est quand le savoir n’est connu que d’une très petite minorité. Il n’y a alors plus de réelle différence entre science et sorcellerie. J’ai parfois l’impression dans mon métier de jouer ce role de sorcier. On me demande de faire marcher des machines et de réaliser des "miracles" qui ne sont en soit pas des miracles. Pour cela les gens sont prêts à payer parfois très cher. Mais ils ne veulent pas comprendre ce qui se trame. 

                        On voit ainsi des pans entiers de l’économie basculer et c’est parfois terrifiant. Il y a plus d’un métier ou d’une entreprise dont tout le savoir faire a été oté. Il est maintenant contenu dans un logiciel dont la conception a été sous-traité, que personne en interne ne connait réelement. L’entreprise devient alors une coquille vide, une force de vente dont le savoir faire n’existe plus. Et d’expérience à chaque fois que l’on voit cela, on sait que la boite va finir par couler tot ou tard. D’autres entreprises au contraire s’approprient leur nouvel outil de production informatique et ont les compétences techniques internes nécéssaires. Celles la grandissent et deviennent difficiles à stopper. 





                      • foufouille foufouille 21 novembre 2008 11:33

                        pour celui qui y connait rien (un de mes voisins), l’informatique a vraiment l’air magique
                        surtout quand tu le depanne


                      • Céline Ertalif Céline Ertalif 22 novembre 2008 21:47

                        J’ai écrit que "le contrôle politique des usages techniques devient un enjeu majeur", mais vos deux objections, Marc B, sont tout à fait pertinentes, je ne les conteste pas vraiment. Néanmoins, et je reprends vos arguments, même si le développement des techniques est difficile à prévoir dans ses conséquences et même si la maîtrise de techniques nouvelles donnent du pouvoir, et parfois beaucoup de pouvoir, il reste que le contrôle politique des usages techniques devient un enjeu majeur et même de plus en plus important.

                        Jacques Ellul était tellement d’accord avec le contenu de notre petite discussion, résumée dans le paragraphe précédent, qu’il était aussi considéré comme un grand pessimiste. A ce titre, il considérait notamment que la critique du nazisme n’a jamais été véritablement faite !


                        Je ne sais pas s’il faut être si pessimiste, mais il me semble qu’il ne faut pas abandonner le débat sur la technique aux promoteurs de la magie technicienne et se battre sans répit pour le contrôle démocratique des usages techniques.


                      • docdory docdory 21 novembre 2008 17:19

                         

                         @ La taverne des poëtes

                         

                        Je dois malheureusement me considérer comme atteint d’une variante d’illectronisme qui s’appelle l’infirmité technologique , qui consiste à éprouver des difficultés majeures à l’utilisation de l’informatique , des téléphones portable et des télécommandes en tout genre , en l’absence de mode d’emploi sous la main , et à ne pouvoir utiliser qu’une infime partie des possibilités des appareils en question .

                         

                        Par exemple , je n’ai jamais réussi à insérer une illustration dans un de mes articles d’Agoravox , les deux fois au cours desquelles j’ai essayé cette procédure , "ça" s’est contenté d’effacer mon article . Comme je ne fais aucun brouillon et que j’écris directement sur " l’espace rédacteur ", "ça" a privé ( ? ) les lecteurs d’agoravox de deux articles ! Le mode d’emploi de ce système d’illustration est d’ailleurs totalement incompréhensible pour quelqu’un qui n’est pas expert en informatique .Ça pourrait aussi bien être écrit à l’envers en Nord-Coréen ...J’ai donc du renoncer à illustrer mes articles .

                        De la même façon , j’ai toujours été admiratif de la façon dont vous mettez vos liens . Lorsque je met un lien sur un article ( procédure qui m’a pris plusieurs mois à maîtriser ) cela donne quelque chose comme ça :

                        http://veillepedagogique.blog.lemonde.fr/2007/06/07/de-lillectronisme-a-linformation-literacy-ou-comment-passer-du-copiercoller-au-selectionnerreformuler/

                        Par contre , malgré l’achat de plusieurs ouvrages de référence sur le mode d’emploi des ordinateurs Apple ( dont " i mac pour les nuls " ) , je suis incapable de faire ce que vous faites ( mettre un mot de mon texte en bleu souligné, en faisant en sorte que le fait de cliquer sur le mot aboutisse au lien !

                        Quant à faire ce que certains rédacteurs font , c’est à dire faire un tableau ou un graphique et l’insérer à la bonne place dans le texte , cela semble une tâche absolument surhumaine !

                        Il est d’autres fonctions de mon ordinateur que , non seulement je ne sais pas faire fonctionner , mais dont je ne parviens absolument pas à saisir l’utilité . Par exemple , sur les ordinateurs mac ,dont je suis un adepte , il y a une fonction qui s’appelle I chat . Un membre de ma famille, qui s’y connaît en ordinateurs apple, est venu " installer AOL pour que ça marche " ( cette installation , qui prend environ trois heures de temps , était paraît il indispensable au bon fonctionnement de la chose ) . " Ça" marche peut-être depuis cette installation ( l’aspect général de l’écran de i chat a changé depuis lors , mais je ne comprend toujours pas ce que " ça " fait , ou est censé faire ! ) 

                        Par ailleurs , les fabricants de matériel informatique n’ont toujours pas résolu le problème de la difficulté d’installer par exemple une adresse mail . La dernière fois que j’ai eu à faire cette procédure , cela m’a pris 6 heures 1/2 , dont trois appels d’une demi-heure chacun à la hot line de mon opérateur et trois appel prolongés à un expert en fonctionnement des ordinateurs apple .

                        De même , mon fournisseur d’accès me donnait la possibilité de faire un blog gratuit , mais me demandait divers renseignements comme " mon identifiant " ( sans préciser la nature de ce qu’est un "identifiant ") et mon " mot de passe " , sans me préciser s’il s’agit d’un mot de passe de mon ordinateur ou un autre ( de toutes façons , celui de mon ordinateur n’était pas reconnu comme le bon au cours de la procédure ) . J’ai donc du renoncer à avoir un blog personnel , d’autant qu’il aurait fallu sans doute recréer une nouvelle adresse mail à ce sujet , et que les 6 heures nécessaires à cette tâche me paraissaient totalement rédhibitoires  ! 

                         

                        Ne parlons pas de l’utilisation des téléphones portables , qui pour moi relève du cauchemar pur et simple . Sans le mode d’emploi à portée de la main , je met parfois dix minutes à téléphoner ( il m’est arrivé deux fois de devoir bazarder un portable dont j’avais perdu le mode d’emploi , et que je ne pouvais donc plus utiliser . La rédaction d’un SMS me paraît une tâche inaccessible aux plus de quarante ans ( plusieurs personnes ont , en vain , essayé de m’expliquer la procédure , c’est absolument sans espoir ) Quant à la lecture desdits SMS , elle n’est possible que si ils ne dépassent pas une page . Mettre un numéro dans le répertoire relève du mystère le plus total , de même y accéder . A quand le portable qui n’aura qu’un bouton marche/ arrêt et un clavier pour composer le numéro , sans autres possibilités !

                         

                        J’ajoute que j’avais eu il y a longtemps le même problème avec l’apprentissage de la conduite automobile : 44 leçons de conduite individuelles d’une heure pour avoir le permis dont une vingtaine pour apprendre à passer les vitesses . Le code , par contre ne me posa aucune difficulté  !

                         

                         


                        • foufouille foufouille 21 novembre 2008 19:07

                          je ris un peu
                          tu es vraiment medecin ?
                          il existe des livres "pour les nuls" . il doit y en avoir aussi pour mac .......
                          il faut pas 3h pour installer un logiciel. durant ce temps, je te fais une reionstallation complete plus reglage (sous xp)
                          et le imac est plus simple a faire fonctionner
                          ma mere qui est ne en 50 arrive tres bien a se servir d’un ordi et d’un portable
                          il me semblait que pour faire medecine, il fallait un bac scientifique


                        • docdory docdory 21 novembre 2008 23:27

                           @ Pluto ,
                          Malheureusement , ce que je relate est la stricte et dure réalité , en ce qui me concerne !

                          @ La Taverne 
                          Si tu as une explication simple pour la façon subtile dont tu installes tes liens directement sur les mots de tes textes , je te serais infiniment reconnaissant de me l’indiquer sur ce fil ! 


                        • docdory docdory 21 novembre 2008 23:29

                           @ Foufouille 
                          J’ai évidemment acheté " le mac pour les nuls " comme je l’explique plus haut , mais ça ne m’explique pas du tout comment faire des liens directement à partir de mots du texte comme le fait avec une grande maestria la Taverne !


                        • docdory docdory 21 novembre 2008 23:36

                           @ Foufouille 
                          J’étais excellent en sciences pour tout ce qui était théorique . Par contre , en travaux pratiques , j’étais très nul . Le prof de physique , pendant les TP passait souvent vingt minutes à tenter de comprendre pourquoi mes montages électriques ne marchaient jamais !


                        • docdory docdory 21 novembre 2008 23:38

                           @ Pluto 

                          Ce ne sont pas les vis que je perd à tout bout de champ , mais mes " codes secrets " et mes " identifiants " !


                        • La Taverne des Poètes 21 novembre 2008 23:50

                          à Docdory :

                          La rédaction d’articles sur Agoravox réserve quelques surprises. J’ai aussi perdu des articles parce que tout à coup en cliquant sur le bouton de publication, Agoravox me demande de me réinscrire et, une fois ré identifié, je me retrouve sur une page blanche. Maintenant je sauvegarde sur le bloc-notes.

                          Pour les liens c’est très simple. En commentaire ici, il suffit de taper les mots. Puis de mettre le focus, enfin de noircir avec la souris les mots pour les sélectionner. Puis de cliquer sur dernier bouton à droite de la barre d’outil ci-dessus (le seul bouton coloré). Là il ne reste plus qu’à coller le lien préalablement sauvegardé dans le presse-papier en faisant CTRL-V (qui revient à "coller") dans la zone "URL" prévue. Pour que le lien s’ouvre dans une nouvelle fenêtre (souhaitable), il faut sélectionner l’onglet "destination" et choisir "nouvelle fenêtre".

                          Dans un article, c’est la même procédure.






                        • La Taverne des Poètes 21 novembre 2008 23:52

                          Précision : activer les touches "CTRL" et "V" simultanément.



                        • docdory docdory 21 novembre 2008 23:57

                           @ La Taverne 

                          Euuuh ! Mais qu’est-ce que tu appelles le " focus " ????


                        • foufouille foufouille 22 novembre 2008 00:14

                          docdory a pas windaube

                          le mieux serait de lui le fonctionment d’un logiciel html
                          ou @docdory
                          clique sur tes menus edit ou edition, selectionne et essaye tout
                          les ingenieurs sont des tares
                          c’est pas de ta faute
                          imaginee la galere de debuteer avec un ecran noir sous dos ............


                        • La Taverne des Poètes 22 novembre 2008 00:21

                          Le focus c’est le clic gauche de souris pour viser la zone souhaitée. En fait, il faut ici noircir les mots avec la souris. Ainsi les mots sont sélectionnés et il suffit de choisir l’action à leur appliquer, soit ici pour y coller un lien URL.


                        • foufouille foufouille 22 novembre 2008 08:14

                          @ docdory
                          la pratique ca s’apprend
                          quand j’avais 16a, j’etais l’intello avec le bouquin sous le bras. et en plus gaucher contrarie
                          j’ai ai appris sans me decourager
                          maintenant j’arrive a reparer presque tout ce qui est reparable
                          j’ai debute avec un ordinateur sous dos (ecran noir et ligne de commande)
                          j’ai jamais vu un logiciel fait pour l’utilisateur
                          souvent il faut chercher longtemps pour avoir acces a toute les fonctions


                        • La Taverne des Poètes 22 novembre 2008 11:12

                          Non, mais, va pas lui parler de MS DOS en plus ! ça va l’embrouiller encore plus. smileyEt pourquoi pas les vieux fichiers.ini et la base de registre et le WS script ! De toute façon le Dos ne sert plus à rien du tout pour l’utilisateur Lamda.


                        • foufouille foufouille 22 novembre 2008 14:02

                          si justement
                          sous xp tu as power defragmenteur qui utilise l’invite de commande
                          le dos est juste cache

                          sous mac c’est differend. en fait billou a vole la GUI du mac
                          j’ai deja tripatouille un vieux mac lc, et aussi un des premiers IMAC
                          vraiment tres simple a regler a cote de windows
                          par contre ca reste bcp plus cher et les editeurs refusent souvent de creer des logiciels mac
                          dommage qu’il ait pas fait ca en GNU. le mac aurait coule le pc


                        • foufouille foufouille 22 novembre 2008 14:07

                          allez, juste pour rire
                          la pire galere. installez une vieille slackware sur un pentium 90, sans boot cd, juste avec des disquettes de boot, et pas de plug and play.
                          al’epoque on disait plug and pray. en ecran noir, bien sur. et en plus, il fallait recopier toute les marques des composant, ainsi que connaitre les IRQ, addresse hexa memoire .............
                          bon, bon, c’etait juste une des plus grosse galere (le pire, une station sun foutue)


                        • La Taverne des Poètes 22 novembre 2008 14:19

                          Le plug and play, ça c’est de l’invention utile !

                          Sinon pour Docdory et d’autres, j’ai confectionné un didacticiel en images. Soit l’article sera publié sur Agoravox ,et alors je mettrai des précisions en commentaires pour compléter et chacun pourra en faire autant, soit il ne sera pas publié parce que l’image n’est pas super nette (j’ai filmé mon écran avec une caméra numérique pourtant). Mais l’article, c’est pour lancer l’idée d’un didacticiel pour Agoravox, quitte à ce quelqu’un en fasse un meilleur. Je brevète ? smiley




                        • foufouille foufouille 22 novembre 2008 17:12

                          le plug and pray reste encore a meliorer. un drivers generique devrait etre integre ds les peripherique
                          le code hexadecimal du fabricant et du fournisseur, ca sert pas a grand chose
                          c’est quand meme mieux qu’avant. plus besoin de selectionner une plage d’addresse memoire


                        • docdory docdory 23 novembre 2008 22:38

                           @ Pluto 

                          Ce qui est certain , c’est que toutes les idées , si déplaisantes soient-elles , doivent pouvoir librement s’exprimer . On ne combat pas une opinion en traînant celui qui l’émet devant les tribunaux , en utilisant les infinies possibilités de l’arsenal législatif " politiquement correct " . On la combat bien plus efficacement en utilisant , au choix , la maïeutique ou bien l’ironie socratique , ou bien les techniques décrites par Schopenauer dans " l’art d’avoir toujours raison " ( livre de chevet de tout agoravoxien qui se respecte ! ) .
                          Comme vous l’avez deviné , je suis un représentant d’une génération pour laquelle on n’entrait pas en 6ème si l’on ne savait pas par coeur l’ensemble des conjugaisons de tous les verbes français , y compris l’imparfait du subjonctif , les règles de concordance des temps , si l’on ne savait pas faire l’analyse logique d’une phrase , et si l’on ne maîtrisait pas totalement les quatre opérations , y compris des divisions redoutables du type 0,0028 divisé par 0,000125 !
                          Je crains fort que les défilés du corps enseignant ne parviennent pas à faire revenir cette heureuse époque !


                          • docdory docdory 23 novembre 2008 22:50

                             @ La Taverne 

                            Tu ne m’en voudras pas si j’utilise ton fil pour me livrer à une expérimentation : je vais essayer de faire apparaître le mot " illectronisme " en bleu souligné , , de façon à ce que cela produise un lien vers un article consacré à l’illectronisme ! Premier essai :
                            Illectroniqueillectronique

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès