Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Technologies > L’internet tel qu’on le connait va-t-il disparaître (...)

L’internet tel qu’on le connait va-t-il disparaître ?

Pour beaucoup d’experts en technologie, l’internet tel qu’on le connait aujourd’hui, à savoir libre, presque sauvage, et à la fois facile d’accès et pas cher (30 €), c’est quelque chose qu’on va voir disparaître dans la décennie à venir.

Que ce soit à cause d’une augmentation du prix, une disparition des offres illimitées, ou une censure progressive des sites web, profitons bien du web actuel, car nous vivons probablement ce qui sera plus tard considéré comme « L’âge d’or » d’Internet.


Benjamin Bayart nous avait prévenu, Cracked.com l’ont inclus dans leur liste des 5 raisons pour lesquelles Internet pourrait disparaître à tout moment, et Xavier Niel a tiré le premier il y a quelques jours (bien que pour de différentes raisons) : l’internet tel qu’on le connait, libre, pas cher, illimité etc., ce sera bientôt fini.

À qui la faute ? Principalement au principe de neutralité des réseaux. Je m’explique.

La neutralité des réseaux correspond à l’attitude des FAI par rapport au contenu. Quand le principe est respecté (comme maintenant), les fournisseurs n’ont aucun impact sur ce qui transite dans leurs "tuyaux" : ils sont obligés d’acheminer dans les mêmes conditions tout ce que les utilisateurs demandent ou envoient sur internet. Donc que vous téléchargiez un film, écriviez un mail, uploadiez votre rapport de mission, lisiez Agoravox, ou regardiez un film pornographique, c’est le même tarif pour tout le monde.

L’avantage évident, c’est que les FAI ne peuvent pas "contrôler" le net en bloquant certains sites, ou en donnant d’avantage de bande passante à d’autres contre rémunération. Étant donné que les fournisseurs d’accès sont tout ce qui sépare le citoyen lambda de l’Internet, ça veut essentiellement dire que personne ne peut, à l’heure actuelle, contrôler le net par l’intermédiaire de son architecture physique.

C’est une bonne chose, car il y a déjà eu des précédents historiques : prenez la radio, par exemple. Au début, tous les particuliers qui disposaient du matériel adéquat pouvait librement diffuser ce qu’ils voulaient dans le spectre des ondes radios. Tout le monde pouvait revendiquer une fréquence et y passer ce qu’il voulait, ce qui, vous vous en doutez bien, a permis à beaucoup de gens de diffuser leurs idées ou leur musique au plus grand monde. Internet avant l’heure, en quelque sorte.

Seulement le problème, c’est qu’il n’existe qu’un nombre limité de fréquences radios, et au bout d’un moment il a été décidé de faire quelque chose pour "civiliser" les plaines sauvages qu’était devenu le paysage radiophonique (ça vous rappelle quelque chose ?).

Bilan : les fréquences ont été vendues au plus offrant, et seuls les gros groupes médiatiques ont pu se les procurer. Voilà pourquoi on ne capte qu’une petite dizaine de stations quand on allume la radio, et qu’elles sont sensiblement les mêmes partout : RTL, Virgin Radio, France Inter, etc... Pas (plus) de "blogs" radiophoniques, parce que ça coute tout simplement trop cher.

Malheureusement, ce principe de neutralité n’est pas sans défauts. Il signifie, entre autres, que les FAI ne peuvent pas gérer leurs réseaux, par exemple en ajustant les débits au plus précis pour faire en sorte que les tâches les plus lourdes (téléchargement, streaming etc.) ne dévorent pas toute la bande passante disponible. C’est particulièrement vrai pour la 3G ou d’autres réseaux sans fils, qui, par nature, sont assez limités, alors même que les smartphones, Iphone en tête, se répandent de plus en plus. Ajoutez à cela le fait que les réseaux coûtent très, très cher à maintenir (installation de câbles, de fibres optiques, de répartiteurs, de serveurs en tout genre, etc.) , et vous comprendrez que ça ne peut pas bien finir.

L’internet à 30 € de Free, c’était un modèle viable du temps ou une personne sur trente téléchargeait des fichiers lourds, et le reste se contentait de lire ses mails. Or de nos jours, c’est plutôt le rapport inverse, et il faut se rendre à l’évidence : on consomme pour plus de bande passante que ce qu’on paye, et ça ne peut pas tenir comme ça indéfiniment, surtout si les FAI ne peuvent pas ajuster ce qui se passe dans leurs tuyaux.

Voilà le problème. L’évolution d’internet dans les années à venir, c’est la peste ou le choléra, Charybde ou Scylla : soit la neutralité du net disparait et on entre dans un monde virtuel où tout est contrôlé par quelques sociétés de télécom (pensez télévision ou radio), soit elle est assurée et les prix des abonnements va augmenter, si la notion d’abonnement "illimité" (en temps et en volume de téléchargement) ne disparait pas complètement.

L’idée que l’on soit en train de vivre l’âge d’or du net est une idée qu’on voit un peu partout depuis que des lois apparaissent dans les pays occidentaux pour lutter contre le téléchargement : tout le monde craint une dérive, une utilisation abusive des dispositifs de contrôle, etc.

De l’autre côté en revanche, on entend toujours dire que les "pirates" (dans le sens positif du terme) ont plusieurs temps d’avance sur leurs poursuivants, et que l’anonymat sur le web est encore garanti pour un moment. Voilà pourquoi je ne pense pas que la fin d’Internet tel qu’on le connait viendra de là.

Avec la neutralité des réseaux en revanche, le problème est différent : peu importe que la bataille soit gagnée ou perdue, dans tous les cas, Internet et/ou ses utilisateurs vont trinquer.

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.05/5   (39 votes)




Réagissez à l'article

30 réactions à cet article    


  • foufouille foufouille 27 mars 2010 10:46

    bof
    la solution est deja la
    freenet, darknet et autres


    • rocla (haddock) rocla (haddock) 27 mars 2010 10:54

      l’ évolution évolue en quelque sorte ...... smiley


      • PhilVite PhilVite 27 mars 2010 11:52

        « il faut se rendre à l’évidence : on consomme pour plus de bande passante que ce qu’on paye »

        Ah bon ?

        Qui calcule le prix d’une bande passante, et comment ? C’est le même problème que le prix des SMS.
        Qui vous dit qu’on ne paye pas, à l’heure actuelle, dix fois plus qu’on devrait ?


        • Bélial Bélial 27 mars 2010 12:23

          La comparaison avec les radios est intéressante, en Angleterre au début des années 2000 il y avait toujours des radios pirates qui émettaient des toits des immeubles, obligées de bouger tout le temps, j’espère que ça existe toujours.


          • Mmarvinbear mmarvin 28 mars 2010 21:42

            "Et on passera directe à la lutte armée ...

            .....plutôt que perdre son temps à discourir dans le vide."  : Typique du gaucho socialo-arnarcho-altéro-bobo avachi sur son canapé, qui passe son temps à refaire le monde devant sa bouteille plutot que la salle de bain qui en a bien besoin.

            En général, ils parlent beaucoup et ne font rien. Même quand ça arrive, ils bougent pas de leur fauteuil à moins que leurs fesses ne soient directement concernées.

            Vous pouvez me croire, des comme ça, y’en a des masses...


          • HELIOS HELIOS 27 mars 2010 13:13

            Typique du message qui, sous un aspect economique, avec reference historique fausse, veut contribuer a la disparition d’internet libre... A force de le dire on finira par le croire... Outre le fait que vous ne semblez pas bien faire la difference entre internet et le minitel.....


            ------- A l’inverse des radio, il n’y a pas saturation des frequences vu que les sites peuvent etre « infinis » au sens de la taille du reseau. Dans une certaine mesure, c’est le nombre de systemes connectés qui pourrait etre limité. d’ailleurs, l’IPV4 en est le bon exemple, il n’y a plus assez d’adresse IP, mais le pb est resolu avec IPV6.

            ------ Oui, les FAI limitent la bande passante et la vendent a des prix differents. Vottre conexion internet est limité en download, il y en a même qui n’ont que 512K et limité encore plus limité en upload puisque il n’y a pas d’abonnement « residentiel » avec plus de 1 Mo remontant. Si vous voulez plus, il faut payer.
            Oui, les FAI offrent aussi des conditions differentes d’acheminement pour certains contenus, comme ceux des DAB.GAB des banques et d’autres services, commes les services diplomatiques.


            ------ Si les reseaux 3G ont un acces limité au WWW (et non pas un acces a internet comme vous le dite abusivement) c’est pour de simples raison de concurrence. Le marché arrivant apres les reseau fixes, les operateurs veulent gagner un maximum avant de devoir liberer les tuyau. Imaginez vous que vous ayez vraiment internet sur votre Iphone, pourquoi payeriez vous les communications de votre forfait alors que la voix sur IP est gratuite ?


            ------ Les reseaux coutent tres chers d’apres vous ? savez vous comparer le prix du kilometre de cable en cuivre ou de fibre optique ? Vous raisonnez, helas comme l’INSEE qui compare les choses non comparables. Pour vous expliquer, imaginer le prix d’une voiture il y a 10 ans et maintenant... il y a dix ans, elle n’avait pas toute les vitres electriques (par exemple), sauf les modeles haut de gamme. A partir du prix sans vitres electriques du modele milieu de gamme que vous prenez comme base, vous comparez au prix du modele actuel... mais vous essayez d’en trouver un identique, sans vitres electriques, qui est devenu un modele des plus bas de gamme. Evidement il n’est pas cher et vous en concluez, comme l’INSEE que le prix des voiture n’a pas augmenté... sauf qu’une voiture milieu de gamme maintenant a les vitres electriques par defaut et un prix nettement au dessus.. ; c’est l’evolution normale des chose. Reflechissez a partir de cet exemple, pour evaluer le prix des reseaux a fibre optique, avec les routeurs, relais etc qui vont avec. Les prix sont bas... mais la marge gargantuesque que veulent faire les entreprises dans leur modele de predation les conduit a pratiquuer des prix elevés. il faut bien jouer sur les marché racheter des societes, nouer des alliances, remunerer des traders etc....

            Le gateau internet devient de plus en plus juteux et evidement cela aiguise les appetit de gens peu recommendable. souvenez vous en 1990 a Lyon, pour faire payer l’autoroute urbaine, ils ont « amenagés » la voie normale qui etait bien roulantes avec reduction de voies, feux rouges penalisant etc.... La gene occasionné a favorisé la voie payante. Pour Internet c’est pareil.... le modele economique actuel fontionne tres bien, mais les goinfre sans foi ni loi voudraient gagner beaucoup plus et pour cela il faut tuer l’internet tel qu’il est, entrainant un report vers leurs nouveaux services.
            Voila la realité.

            Tout le reste, la contrefaçon, piratage etc, l’excuse de la saturation des reseaux de ses couts de maintenance et de developpement, qui sont en majorité payés par le contribuable, n’y ont rien a voir.
            Pour que l’opinion publique, a coup de « pirate », d’Hadopi" et maintenant avec des discours comme le votre, se fasse a l’idée de payer plus et de ne plus avoir la liberte d’usage vous etes bien present, hein ? Vous votez Sarkozy ? n’hesitez pas a le dire, vous voulez garder votre emploi ?

            Bonne journée à tous


            • HELIOS HELIOS 27 mars 2010 13:18

              Désolé pour les fautes, j’ai ecrit un peu vite sans relire.... il m’a enervé le monsieur sur le coup.... bonnes courses au supermarché cet aprem, il y a la grand prix de F1 demain....


            • Peachy Carnehan Peachy Carnehan 27 mars 2010 16:20

              Mdr.

              Et ses courses en 4x4.


            • kristin66 27 mars 2010 19:16

              Et payer la musique légale avec moneo


            • no_move no_move 27 mars 2010 21:22

              la réponse d’Helios est parfaite, rien à ajouter à part un + smiley


            • gimo 27 mars 2010 23:51

              Le réseau Freenet fonctionne de manière décentralisée. Les fichiers échangés sont en effet dupliqués de nœud en nœud, grâce à l’espace de stockage et à la bande passante fournis par chaque utilisateur. Cela rend difficile la remontée à la source et le réseau difficile à faire tomber. De plus, l’utilisateur ne connaît pas le contenu de l’espace de stockage qu’il alloue au réseau Freenet et les flux d’informations sont chiffrés. Source du fichier difficile à identifier et transmissions opaques, tout est fait pour garantir la liberté de circulation des informations sans craindre la censure et les représailles de certains gouvernements comme la Chine, qui est le plus bel exemple en la matière.

              Apparu en 1999, le projet a été rendu disponible dans une première mouture estampillée 0.1 au mois de mars 2000. Depuis, le développement s’est poursuivi avec l’arrivée, il y a peu, d’une version 0.7 édition Darknet dotée d’une nouvelle fonctionnalité qui permet aux utilisateurs de définir les personnes auxquelles elles souhaitent que leur nœud Freenet se connecte, ce qui rend ainsi très difficile pour un tiers de déterminer qui utilise Freenet. Au menu des changements annoncés, on notera aussi des améliorations au niveau des performances, de la sécurité et de la facilité d’utilisation


            • Timst Timst 28 mars 2010 23:11

              Typique du commentaire qui, grâce à une bonne vielle rengaine du complot « petit peuple pauvre VS dirigeants assoiffés de pognon », parvient à donner le sentiment d’une réponse construite et argumentée alors qu’il n’en est rien.


              Vous prenez l’exemple de la radio bien trop littéralement par exemple : bien sûr que « l’équivalent » d’une fréquence sur internet, ce serait plutôt l’adresse IP, mais je n’ai jamais dit que c’était précisément la même situation.... aujourd’hui on a un problème de débit là ou on avait un problème d’espace : néanmoins, le fond reste le même.

              On pourrait avoir une source sur votre affirmation concernant la distorsion du principe de neutralité du net pour les banques ? Parce que je ne vois ça nul part.

              Et non, la 3G n’est pas limité pour des raisons commerciales, mais pour des raisons physiques, tout simplement. L’argument de la VoIP ne tient pas la route non plus : déjà c’est moins stable que le réseau téléphonique classique, et ensuite tout le monde n’a pas de logiciel de VoIP.

              Et vous pensez que la fibre optique c’est pas cher ? Que les 30 € qu’on paye pour internet est un « prix cher » ? Que les réseaux sont payés par l’état (tip : internet ce n’est pas que France Telecom) ? Vous devriez honnêtement vous renseigner. 

              Le fait même que vous terminiez votre « argumentation » par une attaque ad hominem prouve que vous ne savez même pas de quoi vous parlez et que vous tentez de gagner l’approbation du public en invoquant des vielles recettes éprouvées style « les industriels sont tous pourris » et « de toute façon vous n’êtes qu’un sale sarkoziste » (sachant pertinemment que la majorité des internautes français sont anti-sarkozystes, et pour cause). D’ailleurs non, pour votre information, je ne soutient pas Sarkozy, loin s’en faut. 
              Pas que ça changerait quelque chose de toute façon, vu que vous êtes la seule personne à vouloir amener une thématique politique à un débat qui n’en avait aucune au début.

            • finael finael 27 mars 2010 18:16

              Bien malin qui peut prévoir l’évolution d’Internet à 10 ou 20 ans.

              Il y a 20 ans, seuls quelques établissements universitaires, centres de recherches l’utilisaient. Les faibles débits n’étaient pas vraiment gênants à l’époque.

              Il y a 10 ans on prévoyait une saturation à brêve échéance, en particulier en raison du nombre forcément limité d’adresses IP qui étaient déjà toutes prises.

              @ Christian Navis :

              Vous faites quelques erreurs : je suis en zône non dégroupée maisje n’ai pas à payer de facture FT.

              Pour ce qui est de l’ADSL ne couvrant pas tout le territoire, c’est vrai. Je suis d’ailleurs resté très longtemps en bas débit. Mais les problèmes venaient aussi des sites de plusen plus gourmands, bourrés de flash et autres gadgets souvent bien inutiles. Je ne sais pas s’il reste beaucoup de gens pour se préoccuper du « poids » des pages, et ça ce n’est pas la faute des FAI.


              • Fourmi Agile Evrard 27 mars 2010 18:48

                @Helios : très instructif votre commentaire.
                Cependant est ce que le risque n’est pas dans la limitation physique de la capacité du réseau, mais plutot dans le controle que l’Etat va tenter d’exercer d’une façon ou d’une autre.

                Ainsi il éliminera tout les sites qui peuvent « troubler l’ordre public ». Et on aura un internet bien propre, devenu un immense centre commercial planétaire et virtuel où tout sera contrôlé par des robots analysant les sites et les messages et intervenant dès qu’il y a une dérive.

                C’est ça qui nous attend.


                • HELIOS HELIOS 27 mars 2010 20:11

                  Evidement... l’etat est un des acteurs dans le monde d’internet, comme il l’est dans le monde des medias (tv, journaux etc)

                  La specificité d’internet, plutôt — les specificités — sont les suivantes :

                  --- la virtualité, c’est dire qu’en tant qu’enfant de l’informatique, le code ne coute pas cher, donc tout le monde peut y avoir acces, puisque c’est de « l’esprit »... la maitrise d’un site etc est tres tres simple pour qui veut s’y pencher quelques instants. Et, c’est la un probleme que les entreprises ont detecté tres tot, qu’elle n’ont pas resolu encore a ce jour. Vous pouvez apprendre librement et vous pouvez verifier votre page web vous même.

                  Si Flash a autant de succes (de la part des entreprises, si Windows Vista et Windows seven ont essentiellement reorganisé leur architecture c’est entre autre pour proteger le cache internet qui vous donne acces a tout ce que vous recevez. (et que vous ne puissiez rien voir)


                  --- la multimodalité (je ne suis pas sur de la bonne application de ce mot) c’est a dire le fait que tous les ordinateurs connectés sont a la fois emmeteurs et recepteurs sans passer par un serveur central, a l’inverse du minitel ou tout le monde se connectait a un serveur sans pouvoir «  »se voir«  »... cette architecture interdit de bloquer quoi que ce soit parce que tous les chemins sont possibles et tout le monde peut remplacer tout le monde (aux conditions de volume evidement).


                  De ces deux caracteristiques decoulent que les pouvoirs ont beaucoup de mal a « surveiller », « ecouter » ou « bloquer » qui que ce soit sans se mettre au grand jour d’où la presence de la « coupure » de ligne dans les lois qui restent le seul moyen de faire taire.

                  Tant que la communauté internationnale ne validera pas la limitation d’internet a un format « minitel-like » nous trouverons des proxies un peu partout, securisés ou non, qui nous permettrons d’acceder a tout ce qui existe sur internet comme maintenant. La chasse sera evidement hargneuse de la par des autorités, un peu comme les exces de vitesse sur la route de nos jours mais globalement le systeme restera ouvert.

                  Le jour ou, un etat continent, decidera de fermer le robinet des connexions exterieures, internet sera mort, definitivement mort, les peuples baillonsés et quelque chose de pire encore, la connaissance humaine sera verrouillées, on pourra refaire le monde, l’histoire etc sur des bases qui n’ont plus aucun liens avec la realité.

                  Vous comprenez aussi pourquoi l’accord international ACTA (sois disant destiné a empecher la contrefaçon) est nons seulement dangereux mais le debut d’un controle mondial. Vous comprenez aussi pourquoi il reste aussi discret... et fermé, même aux députés européens !!!

                  C’est pour cela qu’il faut se battre pour que les FAI n’aient rien a voir avec les contenus, il faut faire des lois les deresponsabilisants suffisament (mais pas trop) et leur imposer en contrepartie cette neutralité semantique imperative.

                  La neutralité technique n’existe plus depuis longtemps, cela nous le savons bien tous, mais pour l’instant c’est relativement acceptable. Vous voulez un autre exemple de non-neutralité ?
                  Le FAI Orange, dont le copain de Sarkozy vient de prendre la tête (par le biais de FT), pratique depuis quelques année le filtrage du port 25, celui qui vous permet d’envoyer des mails directement par l’intermediare du serveur de votre choix, de façon standard avec votre client de messagerie(Gmail passe a coté par le port 465 SSL). Tous ceux qui sont abonnés chez Orange, sont donc obligés d’utiliser le serveur de messagerie d’Orange, Imaginez l’ecoute et le filtrage qui pourrait etre pratiqué... dont les fichiers joints qui serviront d’excuses plus tard, lorsque le P2P sera plus ou moins controlé.
                  La « bonne raison » est l’envoi de spam... pfff et on les croit !!!


                  Bon allez, c’est bon pour ce soir, merci a tous de m’avoir lu.


                • no_move no_move 27 mars 2010 21:31

                  « Ainsi il éliminera tout les sites qui peuvent »troubler l’ordre public". Et on aura un internet bien propre, devenu un immense centre commercial planétaire et virtuel où tout sera contrôlé par des robots analysant les sites et les messages et intervenant dès qu’il y a une dérive.« 

                  oui, en mettant en place des bouquets par exemple comme sur la tv et un abonnement de base qui comprendra uniquement l’accès aux sites webs des grands groupes (les sites officiels et »surs" du point de vue de la masse) , une sorte de restriction effectuées sur des plages d’adresses IP.

                  Pour accéder à l’intégralité des sites webs du net on peut imaginer qu’il faudra prendre le forfait le plus cher. Cela aura aussi pour objectif d’éliminer toutes les petites sociétés qui pourraient faire un peu d’ombres au grosses, car peu d’utilisateurs auront accès à leurs sites....


                • gimo 27 mars 2010 22:37

                  evrard

                   ci «  »Ainsi il éliminera tout les sites qui peuvent « troubler l’ordre public ». Et on aura un internet

                  petite nuance «  » leur ordre  !!! tout simplement


                • gimo 27 mars 2010 23:42

                   

                  Si on laisse faire non seulement pour le net
                   mais pour tout dans notre société la faute à qui !!!
                  POURQUOI NOUS SOMMES FLIQUES ET TRUANDES

                  la première raison pour laquelle les hommes servent volontairement, c’est qu’ils naissent serfs et qu’ils sont élevés comme tels. De cette première raison découle cette autre : que, sous les tyrans, les gens deviennent aisément lâches et efféminés.
                  .....
                  Mais les gens soumis, dépourvus de courage et de vivacité, ont le cœur bas et mou et Ainsi la première raison de la servitude volontaire, c’est l’habitude. ....Ce ne sont pas les bandes de gens à cheval, les compagnies de fantassins, ce ne sont pas les armes qui défendent un tyran, mais toujours (

                  on aura peine à le croire d’abord, quoique ce soit l’exacte vérité) quatre ou cinq hommes qui le soutiennent et qui lui soumettent tout le pays. Il en a toujours été ainsi : cinq ou six ont eu l’oreille du tyran et s’en sont approchés d’eux-mêmes, ou bien ils ont été appelés par lui pour être les complices de ses cruautés, les compagnons de ses plaisirs, les maquereaux de ses voluptés et les bénéficiaires de ses rapines.



                  Au dire des médecins, bien que rien ne paraisse changé dans notre corps, dès que quelque tumeur se manifeste en un seul endroit, toutes les humeurs se portent vers cette partie véreuse. De même, dès qu’un roi s’est déclaré tyran, tout le mauvais, toute la lie du royaume, je ne dis pas un tas de petits friponneaux et de faquins qui ne peuvent faire ni mal ni bien dans un pays, mais ceux qui sont possédés d’une ambition ardente et d’une avidité notable se groupent autour de lui et le soutiennent pour avoir part au butin et pour être, sous le grand tyran, autant de petits tyranneaux.
                  .....
                  C’est ainsi que le tyran asservit les sujets les uns par les autres. Il est gardé par ceux dont il devrait se garder, s’ils valaient quelque chose. Mais on l’a fort bien dit : pour fendre le bois, on se fait des coins du bois même ; ...
                  ....
                  Quand je pense à ces gens qui flattent le tyran pour exploiter sa tyrannie et la servitude du peuple, je suis presque aussi souvent ébahi de leur méchanceté qu’apitoyé de leur sottise. Mais ils veulent servir pour amasser des biens : comme s’ils pouvaient rien gagner qui fût à eux, puisqu’ils ne peuvent même pas dire qu’ils sont à eux-mêmes.
                  ....
                  ....


                • Axel de Saint Mauxe Nico 27 mars 2010 19:24

                  Je n’y crois pas


                  • SysATI 27 mars 2010 20:13

                    Hélios,

                    Vous avez raison pour certains points, mais vous vous trompez lourdement pour d’autres...
                    Je ne sais pas si l’auteur « milite pour la disparition de l’internet libre ».
                    Mais le fait est bien que l’on va passer d’une structure de réseau « amateur » à une structure beaucoup plus professionnelle (i.e. fabriquée par des professionnels qui sont la pour gagner de l’argent, pas pour amuser la gallerie...)

                    L’internet de papa, c’était l’état, les universités, l’armée, enfin plein de gens bourrés de fric et sans aucun critère de rentabilité. Quand le public à découvert ça, les telcos ont bien du rajouter des cables à droite à gauche pour que ça puisse continuer à fonctionner. Mais c’était des telcos justement, des techos avec une logique de gestionnaire de réseau pour qui le réseau ne doit jamais tomber et continuer à fonctionner coute que coute. Demain, ça ne va plus être ça mais des « marchands » de connexion IP et le raisonnement ne va plus du tout être le même croyez moi...

                    Avec l’arrivée du haut débit les comportements changent (je suis en FB 100Mb et je vous le confirme...). On ne s’emmerde plus à avoir de « bibliothèque/videothèque » chez soi puisque tout est disponible sur le net. On ne limite aucunement sa consommation (entre autre téléphonique) puisque c’est « gratuit » et du coup les tuyeaux prévus sont de moins en moins adaptés.

                    Croyez-vous que XYZ télécoms va investir dans les réseaux s’il sait que 99% de sa bande passante va être utilisée par youtube ou des téléchargement de musique/films ?
                    Non bien entendu....

                    La logique du système rend absolument _nécesssaire_ le filtrage. Entendez le filtrage par type de flux, pas par contenu. Les télécoms se foutent de savoir si on télécharge des films de Q ou nos dernières vacances. Ils savent jusque que ce n’est pas de la VOIP ou du data ou même plus simplement que le flux sort de chez Mr XYZ et pas de la Sté Picsou qui elle paye son internet très cher... et qui veut donc en avoir pour son argent...

                    Vous citez IPV6 comme un bienfait permettant de « faire plus de place » qu’avant en oubliant de parler du plus important... Oui il y aura assez d’adresses IP pour que tous les frigos du monde aient la leur. Mais ça, ça n’a aucune espèce d’importance.... L’important dans IPV6 c’est que la structure des paquet qui transitent sur le net change et que le paquet dit maintenant « je sort de chez Mr XYZ et je vais chez Mr ABC ». Genre, je suis un paquet de film pirate qui se balade à l’oeil sur le réseau. Un « bon paquet » dira lui, je sort d’IBM et je vais chez Microsoft.

                    Et demain, les routeurs intègreront forcément un petit filtre permettant de dire « s’il y a un paquet pour IBM, il passe avant celui de Mr XYZ » Sinon, il n’y a pas moyen de faire cohabiter sur le même réseau des utilisateurs payant pour avoir un outil de travail à disposition qui soit fiable (c’est la définition même d’un outil de travail...) et des glandus voulant juste regarder le dernier film à la mode à l’oeil...

                    C’est ou ça, ou bien un « vrai réseau » payant et fonctionnel d’un coté, et de l’autre un « machin » gratuit pour ceux qui n’ont pas les moyens de s’offrir un service de qualité...

                    Ca c’est le 1er problème du net futur, mais pas forcément le plus grave...

                    Si on réfléchit bien, il n’y a aucune raison que le net soit « neutre » sinon pour le glandus humanistes/écolos/socialos que nous sommes... Les « vrais » gens, eux ils sont la pour gagner de l’argent, pas pour faire mumuse. Et quand Youtube nous bourre la G. de vidéos du matin au soir, ils gagnent de l’argent grâce à la pub qu’ils affichent. Oui, mais tous les autres entre youtube et nous ? Tous ceux qui installent les cables eux ils ne voient rien et ne profitent en rien de la pub de youtube. Moralité, il est parfaitement normal que Free/Orange/SFR dise à youtube, tu veux que « mes » utilisateurs viennent chez toi ? OK, c’est tant que Mo de vidéo, sinon je bride la bande passante...

                    C’est plus de l’internet, c’est du minitel évolué, mais le raisonnement du futur est bien la...
                    Je construit des réseaux (très cher) je fais des pubs (très cher) et j’arrive à convaincre des gens de venir s’inscrire chez moi. Ces gens la sont « mes » utilisateurs et si vous, _fournisseur de contenu_ vous voulez qu’ils viennent chez vous, il faudra payer...
                    Youtube/Google est un peu « gros » par rapport à Free/Neuf etc pour se faire avoir par ce chantage, mais DailyMotion, paye les FAI au débit entrant. C’est ça ou ils n’ont plus personne sur leur serveurs...

                    Le jour ou techniquement ça sera pas trop compliqué à mettre en oeuvre, c’est évident qu’on en arrivera la, des marchands de soupes qui financent des marchands de bande passante pour leur apporter sur un plateau les moutons que nous sommes...

                    Désolé pour le commentaire un peu long, mais le sujet me tient à coeur :(
                    Il ne suffit pas de dire « hou le méchant, il est contre le net libre » Il y a un réel problème et on va de toute façon passer à la moulinette.... En essayant d’y penser un peu avant les marchands de soupe, on peut _peut-être_ essayer de sauver ce qui peut l’être... Même si je ne me fait pas trop d’illusions :(

                    Si vous voulez plus d’infos vous vouez en trouver ici : 


                    • gimo 27 mars 2010 22:50

                      sysiati

                      ci «  »pour leur apporter sur un plateau les moutons que nous sommes...

                      c’est déjà fait tout ce qui est dit sur agoravox ests transmis
                      pour savoir la temperature au ministere d’intérieur
                      cybion
                      Conseil en Veille et Intelligence Economique. De crise et accompagnement Anticipation Dans la mise en place d’outils de veille.


                    • SysATI 27 mars 2010 20:36

                      J’étais en train de réagir à votre commentaire pendant que vous en rajoutiez un nouveau...

                      « Si les reseaux 3G ont un acces limité au WWW (et non pas un acces a internet comme vous le dite abusivement) c’est pour de simples raison de concurrence. Le marché arrivant apres les reseau fixes, les operateurs veulent gagner un maximum avant de devoir liberer les tuyau. Imaginez vous que vous ayez vraiment internet sur votre Iphone, pourquoi payeriez vous les communications de votre forfait alors que la voix sur IP est gratuite ? »

                      C’est la raison pour laquelle Mr Jobs a sucré l’application permettant d’utiliser Google Voice de l’AppStore d’Apple l’été dernier...

                      Le service n’est malheureusement pas disponible en dehors des Etats-Unis mais est assez révolutionnaire et mérite vraiment qu’on s’y intéresse...
                      (http://www.google.com/googlevoice)

                      Effectivement, on comprend que Google à tout intérêt à sortir un téléphone sous sa marque.... Avant de creuser encore plus profondément la tombe de tous les AT&T, SFR Orange et autre :)

                      D’ailleurs, pour boucler la boucle, ils ont récemment fait une demande d’une part pouvoir rentrer sur le marché électrique aux US (normal, ils sont gros consommateur) mais également pour cabler en fibre-optique une ville test « pour voir ce que ca donne »...

                      On en vient tout doucement à ce que j’évoquais dans mon commentaire précédent.
                      Un forunisseur de contenu/service : Google, trouvant le réseau inadapté, est en train de construire le sien... Ou comme pour le Nexus One pour gentiment montrer la voie aux autres fabriquants de téléphones (ou les remplacer s’ils ne font pas ce qu’on attend d’eux assez vite...) ou carrément construire le sien si les autres ne suivent pas....

                      Mais de toute façon, l’époque que nous vivons actuellement est révolue, sans l’ombre d’un doute aucun

                      • pierrot123 27 mars 2010 21:10

                        Oui, le rêve absolu, pour quiconque a des intérêts dans la Net, c’est bien entendu le modèle du « Minitel »...Le seul réseau qui a rapporté de l’argent, et en quantités...

                        Il semble inévitable que l’on s’oriente vers des aménagements visant a rétablir ce « petit paradis »...
                        Cela sera rendu possible par la fusion progressive des portails d’accès.
                        Techniquement, ce n’est pas un problème...Et on a déjà ce modèle en Chine
                        ----
                        Le seul frein, actuellement, vient de ce que les intérêts en jeu sont difficiles à accorder...
                        Cela viendra, et le Net que nous avons connu aura vécu.
                        -----
                        Après, bien malin qui peut prédire à quelle sauce ce futur Net sera accommodé...(à base de fric, forcément, plus les quelques flicages qui vont avec ), 

                        • finael finael 27 mars 2010 21:23

                          L’Internet que j’ai connu en 1994 à disparu (en fait non, mais on n’entend plus beaucoup parler des Gopher et autre WAIS).

                          L’internet d’aujourd’hui disparaîtra.

                          Le monde économique d’aujourd’hui se tournera de plus en plus vers des applications mercantiles (inexistantes au début). Mais est-ce à dire que la liberté d’expression, la multiplicité des possibilités viendra à disparaître aussi, rien n’est moins sûr !

                          On peut très bien être pessimiste sur certains aspects et optimiste sur d’autres. La seule limites est l’imagination.


                          • Fourmi Agile Evrard 27 mars 2010 21:51


                            SysAti et Helios, merci pour vos commentaires, un peu complexes mais précis.

                            Selon vous, on va nécessairement vers un « minitelisation de l’internet », pour des raisons strictement commerciales.

                            Est ce qu’il y aura un moyen de contourner cette évolution ? 
                            Est ce qu’en France on pourra se connecter à des sites installés dans d’autres pays qui n’auraient pas évolués ainsi ?


                            • GLe-02 27 mars 2010 22:35

                              Cela me fait penser à ce qui c’est passé dans mon village à propos de la distribution de l’eau.

                              Au début l’eau était distribuée presque gratuitement, il y avait un abonnement pour le raccordement et c’est tout. Cela fonctionnait depuis les années 30. Il y avait assez d’eau pour tout le monde, la source du village était suffisante.
                              Il était possible de laisser couler l’eau toute la journée sans que cela ne coûte un sou de plus, mais personne ne laissait couler l’eau inutilement, au contraire tout le monde avait le sens de l’économie (sens paysan).

                              Et puis vers les années 60 est venu le modernisme. Les pratiques ont commencé à changer. Les toilettes qui étaient du fond du jardin ont commencés à être installées dans les maisons avec le raccordement au réseau d’eau. Et de fil en aiguille la consommation a augmentée année après année avec l’évolution des usages.
                              Et ensuite arrivé en masse des citadins venu s’installer à la campagne.
                              Et puis le sens paysan s’étant perdu, il devient imaginable pour beaucoup de laisser couler le robinet toute la journée.
                              Il a fallut capter une deuxième source, puis une troisième, et puis ensuite il à fallu augmenter les diamètres des canalisations, et pour finir par manquer d’eau.
                              Il a fallut faire des forages, et des réservoirs, …..
                              Et puis et venu l’assainissement ……

                              Très vite la régie municipale de gestion de l’eau a du régir pour faire face à ces problèmes d’approvisionnement d’eau et de financement du service.
                              Parmi les solutions possible, il est vite apparu évident qu’il fallait changer le mode de facturation du service, d’une part pour responsabiliser les usagers et pour répartir de manière équitable la charge financière.
                              La solution qui a naturellement émergée est la facturation au mètre cube consommé en plus du forfait pour la gestion des raccordements.

                              La mise en place de ce type de facturation n’a pas provoqué de rejet de la part des usagés, sauf pour ceux qui abusait du système antérieur.

                              La première conséquence de la mise en place de cette nouvelle facturation à été une brutale diminution de la consommation d’eau dans les mois qui ont suivis. Puis les usages évoluant vers du toujours plus (la fameuse croissance), la consommation à continuée à augmenter progressivement année après année.

                              Le mode de financement étant basé en grande partie sur la recette des mètres cubes distribués, il a été plus facile de gérer les investissements.

                              L’internet n’est t’il pas confronté aux même problèmes pour assurer le financement de ces investissements ?


                              • Merlin 27 mars 2010 23:04

                                Les politiques ont une peur bleue d’internet !

                                Le contrôle des médias doit être le premier cours de l’ENA. Tout ce qui est caché sort sur Internet, et la puissance des moteurs de recherche font le reste.

                                « sur Internet il y a de tout et du n’importe quoi, dans les média il n’y a que du n’importe quoi »

                                Mais plus grave, ils ont voté HADOPI qui met un nom devant chaque adresse IP. Belle erreur ! Imaginer qu’un jour le bon peuple se demande : Pourquoi a-t-on besoin de politicien, on n’a qu’à voter les lois comme pour un référendum directement sur Internet. Il est évident qu’ils ne peuvent laisser faire ça !

                                « La plus pure des démocraties est celle du peuple qui vote pour ses propres lois » et c’est ce que permettrait Internet

                                Mais le contrôle d’Internet sera très difficile :
                                S’il font main basse sur les FAI pour filtrer les contenus, il va y avoir des proxy (sorte de passerelle qui change l’adresse IP souvent dans un autre pays) et de manière crypter (on ne peut filtrer un contenu sans savoir ce que c’est)

                                Et même s’il parvenait à filtrer les FAI en bannissant le crypter … ce qui implique plus de commerce sur Internet, la possibilité d’utiliser le réseau Wifi de borne à borne sans passer par les FAI en utilisant des protocoles comme le P2P créerait un Internet sans aucun FAI … donc sans aucun contrôle et totalement gratuit … 


                                • Fourmi Agile Evrard 28 mars 2010 16:41

                                  @Merlin : vous dites « Mais le contrôle d’Internet sera très difficile ».
                                  Mais est ce qu’il s’est produit en Chine où le gouvernement chinois a préféré le moteur de recherche Baidu à Google pour des raisons législatives.
                                  Au final, y a t’il une censure en Chine ? smiley


                                  • L. D. T. L. D. T. 28 mars 2010 18:33

                                    Pfft. Comme avec Steam ou le contrôle des albums de musique, quand une tentative de maîtrise des contenus électroniques est faite, on passe par les pirates.
                                    Même dans le cas du système le plus collant et le plus sécurisé qui soit, celui de Valve, on peut craquer le truc et passer sur des serveurs pirates, et j’en ai connu qui faisaient ça avec des MMORPG. Tout est possible avec un peu d’argent et du travail.
                                    Surtout en France : un chercheur un peu pervers à réussi à pirater le compte Twitter d’Obama, c’est pas grand’chose mais on en a qui peuvent le faire !


                                    • Fourmi Agile Evrard 29 mars 2010 10:29

                                      @LTD, ok mais ces techniques ne sont pas accessibles à tous.
                                       

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès