Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Technologies > La centrale implosive à électrolyse, solution définitive à la crise de (...)

La centrale implosive à électrolyse, solution définitive à la crise de l’énergie ?

La centrale à électrolyse et implosion est une invention originale dont je présente le principe sans préjuger si les calculs la rendent possible, ni si techniquement c’est réalisable voire rentable. La centrale à électrolyse est ainsi nommée pour la différencier de la centrale à hydrogène dont le principe, comme pour celui du moteur à hydrogène, est la combustion de ce gaz qui est utilisé alors comme un combustible ordinaire, à l’instar du gaz naturel. La centrale à électrolyse fait appel à un autre principe que je vais tenter d’exposer en quelques lignes.

Première étape, l’électrolyse. Lorsqu’on place deux électrodes de charges opposées dans un bac rempli d’eau, il se produit une réaction électrochimique où est libéré un mélange d’hydrogène et d’oxygène. Le bilan de la réaction est le suivant : H2O (liquide) à 2 H2 (gaz) + O2 (gaz). Imaginons qu’on puisse récupérer ce mélange dans sa composition finale, soit une molécule d’oxygène gazeux pour deux molécules d’hydrogène gazeux.

Deuxième étape, la turbine à « moteur dépressif », qu’on peut nommer aussi moteur à implosion. Le principe d’une centrale électrique est de produire de l’électricité à partir d’une turbine dont le fonctionnement est inverse de celui du moteur électrique. Ce dernier produit de l’énergie mécanique lorsqu’on le branche sur une source d’électricité. C’est devenu tellement courant qu’on oublie le moteur électrique présent dans la tondeuse, le séchoir, le rasoir… sauf quand ça tombe en panne. Cette électricité, il faut la produire par une inversion du processus en utilisant une turbine qui, lorsqu’on lui fournit de l’énergie mécanique, génère un courant. C’est ce qui se passe dans les centrales électriques ou tout simplement un groupe électrogène ; la turbine étant couplée à un ordinaire moteur à explosion comme on en trouve dans tous les véhicules automobiles. Or et c’est cela l’astuce essentielle, la centrale à électrolyse n’utilise pas l’explosion, mais l’implosion.

Il est temps d’utiliser notre mélange d’hydrogène et d’oxygène. Admettons qu’on puisse remplir avec le mélange une sorte de dispositif analogue à un cylindre, mais de taille conséquente. Il suffit de quelques étincelles et la réaction inverse se produit, le mélange redevient liquide et il se crée une dépression. Qui dit dépression dit force mécanique. Le piston au lieu d’être repoussé par l’explosion est aspiré par la dépression. Cela se passe comme dans les vieilles ventouses de grand-mères qu’on appliquait sur le dos pour soigner quelques maux. Un bout de coton imbibé d’alcool qu’on allume et place au fond d’un pot en verre. Il suffit alors d’appliquer le pot sur le dos (attention à la position du corps) et avec l’oxygène consommé par la combustion, une dépression se crée, aspirant la peau pour un effet thérapeutique plus ou moins garanti. Revenons à notre centrale à électrolyse. Imaginons que pratiquement tout l’oxygène et l’hydrogène aient réagi. Cela fait une dépression proche du vide. Il suffit alors de concevoir ce moteur à implosion qui en fonctionnant permettra de générer de l’électricité par la force mécanique. C’est d’ailleurs tout le secret de cette réussite que l’invention du « moteur à implosion ». C’est une innovation car, en effectuant une recherche sur Google, le moteur (précisons, de recherche) donne deux dizaines de liens. Notamment une analyse de la dette publique alimentée sous le gouvernement Jospin, ou alors sur quelques processus spéculatifs ou encore le fédéralisme ; bref, on est très éloigné du sujet et Google de suggérer une requête sur le moteur à explosion. Comme quoi, le moteur à implosion n’existe pas parce que personne ne l’a inventé jusqu’à ce jour exceptionnel où il est présenté en exclusivité sur Agoravox.

Troisième étape, le bouclage électrique. Le problème c’est que pour électrolyser l’eau, il faut de l’énergie électrique. Mais ça tombe pile poil, la turbine fournit l’électricité nécessaire à l’électrolyse. Il suffit de quelques fils pour alimenter la chambre à électrolyse qui produira le mélange gazeux détonnant et implosif, celui-ci étant alors canalisé vers les moteurs à implosion dans lesquels il sera injecté pour créer de l’électricité dans les turbines.

Bilan final. Voilà la présentation de la centrale à électrolyse. Maintenant, deux questions se posent dans un ordre évident. D’abord, quel est le bilan énergétique ? On sait qu’il faut réinjecter un pourcentage de l’électricité produite par la force mécanique dépressive pour l’électrolyse qui devra alimenter les turbines. En plus la réaction de formation de l’eau est exothermique. La chaleur peut aussi être récupérée et figurer au bilan énergétique en faisant tourner d’autres turbines (comme dans une centrale nucléaire où c’est la vapeur d’eau qui fait tourner la machine). Si ce pourcentage est de 40 alors c’est gagné, le rendement est de 60. Par exemple, 400 watts sont utilisés pour l’électrolyse et 600 watts sont produits en sortie pour être envoyés sur le réseau électrique. Je n’ai aucune idée du résultat, je laisse les ingénieurs faire le calcul. Mais si le pourcentage est de 110, par exemple, alors autant plier l’affaire. La centrale ne peut pas fonctionner, à moins qu’elle soit alimentée par une source extérieure (le but d’une centrale est pour l’instant de produire et non pas consommer de l’électricité, ce qui n’exclut pas de proposer la centrale consommatrice d’énergie comme une œuvre d’art conceptuelle). En supposant que le bilan soit favorable, l’affaire devient une question purement technique et économique. Sous réserve que la question du refroidissement soit résolue car. Il faudra évaluer le coût de ce dispositif sachant qu’il ne consomme pas de combustible fossile, mais qu’il faut quand même le fabriquer. Tout dépend alors du coût de production du kWh calculé avec les critères classiques, investissement, amortissement, fonctionnement…

Voilà donc ce qui pourrait être l’invention du siècle ou, à défaut, une idée de sketch, genre le gars qui toute sa vie cherche à faire fonctionner le moteur à dépression et qui finit par l’avoir, sa dépression ! Ingénieurs, à vos calculettes ! Quoique cette idée est tellement simple qu’il serait étonnant qu’elle n’ait pas déjà été étudiée. Et puis il existe le mur du second principe interdisant que ça puisse fonctionner, à moins que ce principe ne soit pas applicable dans ce cas de figure. Ce qui, en plus d’être considéré comme inventeur du siècle, me vaudrait un prix Nobel sous réserve que je puisse fournir une théorie nouvelle. Ce n’est pas gagné. Mes neurones ont trop chauffé, mais sait-on, cet été sera frais alors, j’y réfléchirai. Ce serait franchement idiot de passer à côté du Nobel.


Moyenne des avis sur cet article :  2.5/5   (109 votes)




Réagissez à l'article

131 réactions à cet article    


  • tvargentine.com lerma 1er juillet 2008 10:02

    Décidement il serait temps pour vous de prendre des congés

    Avez vous des congés payés chez Agoravox comme pigiste ???


    • Bernard Dugué Bernard Dugué 1er juillet 2008 10:10

      Lerma, j’aimerais vous mettre dans une cage à Médrano, pour ensuite électrolyser votre cerveau et voir si la réaction produit quelques neurones positifs


    • alberto alberto 1er juillet 2008 11:19

      Dugué : j’ai bien aimé votre article, mais votre bienveillance ordinaire vous laisse naturellement entrevoir la possibilité que Lerma ait un cerveau : là je m’inquiète !

      Bien à vous.


    • Alpo47 Alpo47 1er juillet 2008 11:22

      Moi, techniquement, je n’y connais rien, alors je vous livre juste ces liens, et vous suggère de cliquer sur "moteur à eau"...

      http://www.presselibreinternationale.com/energie/

      A suivre...


    • Dégueuloir Dégueuloir 1er juillet 2008 14:49

      évidemment que lerma n’a pas de cerveau,à la place ,une chambre d’implosion à vide......tout juste un neurone lui permettant d’actionner son sphincter anal.......


    • Dégueuloir Dégueuloir 1er juillet 2008 14:57

      http://www.econologie.com/mobile/ar-106.html Tesla avait la solution.....seulement un HIC...celle-ci est inépuisable,non polluante,abondante....et gratuite à tout un chacun...impensable !!!


    • Grasyop 2 juillet 2008 02:30

      « Décidement il serait temps pour vous de prendre des congés Avez vous des congés payés chez Agoravox comme pigiste ? ? ? »

      Mais M. Dugué est un bon sarkozyste qui a décidé de travailler plus pour gagner plus.


    • Grasyop 2 juillet 2008 03:23

      « Lerma, j’aimerais vous mettre dans une cage à Médrano, pour ensuite électrolyser votre cerveau et voir si la réaction produit quelques neurones positifs »

      Vous voulez dire que le seul but de vos élucubrations c’est de tester Lerma ?!


    • Bernard Dugué Bernard Dugué 1er juillet 2008 10:08

      Juste un rectificatif sur la réaction d’électrolyse, il faut lire 2 H2O conduisant à 2 H2 + O2,
      que cette faute me soit pardonnée, seigneur !


      • Abolab 1er juillet 2008 21:18

        Do you speak english ?


      • Vieux Sachem 1er juillet 2008 10:13

        Bravo : vous avez inventé le mouvement perpétuel !


        • jesuisunhommelibre jesuisunhommelibre 1er juillet 2008 17:54

          Il vous faut retourner en 2nd, où vous apprendrez que le mélange hydrogène - oxygène est particulièrement détonnant, donc pas une implosion, mais une puissante explosion, avec dégagement de chaleur.

          Enfin, l’énergie dépensée pour l’électrolyse est bien évidemment supérieure à l’énergie récupérée dans le moteur à explosion (resistance mécanique entre autre).

          Donc, article complètement inutile !


        • geo63 1er juillet 2008 10:17

          Une question qui me vient comme ça : l’électrolyse telle que vous la présentez est une réaction chimique dont la cinétique est beaucoup trop lente pour être exploitable dans un moteur...à vos neurones


          • Bernard Dugué Bernard Dugué 1er juillet 2008 10:23

            Bonne question en effet, qui entre dans le cadre de cette discussion dans la case de la faisabilité technique, question utile sous réserve que le bilan du système soit positif (c’est en fait le mouvement perpétuel comme cela a été dit pl:us haut)
            L’électrolyse est une question d’interface. La réaction peut être accélérée par des catalyseurs mais je crois bien qu’en utilisant des électrodes à très grandes surfaces de contact (principe du pot catalytique) ça peut y aller franchement


          • geo63 1er juillet 2008 10:59

            pour continuer sur l’électrolyse, il faut inclure un électrolyte (sel) dans l’eau car l’électrolyse de l’eau seule n’est pas thermodynamiquement favorable.


          • Philippe D Philippe D 1er juillet 2008 10:20

            Nobelisable assurément !


            • Vincent 1er juillet 2008 13:54

              Nobelisable sans aucun doute 

              A condition toutefois de crée le prix nobel de la rêverie,

              pour ne pas dire autre chause et être désagréable.

              Le mouvement perpétuel est un rêve, alors si en plus il crée de l’énergie supplementaire, on a des question à se poser. que faire de toute cette énérgie.
              Toutsnos cours de physique seraient à revoir.

              Aller chercher dans vos anciens cours de chimie de première me semble-t-il, au chapitre de l’oxydoréduction vous y trouverez des infos intéressantes.


            • Eric Lombard Eric Lombard 1er juillet 2008 10:38

              Nous sommes le 1er juillet, pas le 1er avril !


              • Bernard Dugué Bernard Dugué 1er juillet 2008 10:44

                En effet, et ce sujet est léger comme l’été
                J’aimerais quand même avoir votre avis sur ce moteur à implosion


              • Tulan 1er juillet 2008 11:45

                Je suis très septique sur le rendement de ce moteur :
                1- l’électrolyse de l’eau consomme énormément d’énergie du fait de la très grande stabilité des liaisons H-O
                2- la réaction O2 + H2 par une étincelle est très exothermique et produit beaucoup d’énergie, de même qu’une forte déflagration ... on est donc loin de pouvoir obtenir une dépression dans le tube. Ce n’est pas pour rien que les moteurs de fusées utilisent souvent le mélange H2 + O2 pour leur propulsion (Ariane, Navette Spatial ...)


              • geo63 1er juillet 2008 17:45

                Ce qui m’intrigue un peu c’est que ce fameux moteur à implosion a déjà fait l’objet de sérieuses investigations, pas sur ce principe...voir google !


              • Asp Explorer Asp Explorer 1er juillet 2008 10:43

                Le rendement énergétique du métabolisme animal, qui a bénéficié de 3 milliards d’années d’évolution, est de 40%. Le rendement énergétique d’un moteur à explosion, après un siècle de développement et d’optimisation est de 25%, et n’a aucune chance d’augmenter sensiblement. Je doute que votre zinzolin dépasse les 10%. Ce qui signifie pas qu’on a 10% d’énergie en plus que ce qu’on en fornit, cela signifie simplement que 10% de l’énergie totale consommée par le système est dilapidée en chaleur.


                • Bernard Dugué Bernard Dugué 1er juillet 2008 10:45

                  Attention, le principe n’est pas le moteur à explosion mais à implosion et là ça change tout


                • Asp Explorer Asp Explorer 1er juillet 2008 10:57

                  Ça ne change rien du tout. Un moteur est un moteur, on met de l’énergie à un bout, il sort du travail à l’autre. Il a été démontré plus de fois qu’il n’est possible de compter que l’énergie consommée étant nécessairement supérieure au travail fourni, cette énergie perdue est principalement dégagée sous forme de chaleur, c’est pour ça qu’un moteur chauffe. Il n’existe pas, il n’a jamais existé et il n’existera jamais de moteur fournissant plus de travail qu’il ne consomme d’énergie, et il est permis de douter de la culture scientifique de toute personne qui prétendrait le contraire (ceci est une litote).


                • Asp Explorer Asp Explorer 1er juillet 2008 10:58

                  cela signifie simplement que 10% de l’énergie totale consommée par le système est dilapidée en chaleur

                  Il fallait bien sûr lire "90% de l’énergie totale consommée..."


                • el bourrico 1er juillet 2008 10:49

                  Allons bon, c’est la blague de l’été ?

                  Qu’en est il du rendement de la réaction d’électrolyse ?
                  De toute façon, rien que par les frottements, ça ne marche pas, sans compter les pertes par effet joule, que la diffusion thermique vous interdit de récupérer en totalité. Donc déjà, le système ne s’auto alimente pas, alors de la à ce qu’il soit excédentaire...
                  Quant à accélérer une réaction chimique, c’est possible oui, mais dans une certaine mesure seulement.

                  Jusqu’à présent, la seule réaction qui dégage plus que ce qu’elle nécéssite pour être initiée, est la réaction de fusion, mais ce n’est pas une réaction chimique, et les conditions demandées sont extrêmes.

                  Non franchement, si ce genre de chose était possible, les thermodynamiciens nous l’aurait pondue depuis des décennies.


                  • el bourrico 1er juillet 2008 10:52

                    Euh.... non, rendement de 10% ça veut dire que 90% de ce qu’on fournit est dans le vent, donc perdu.

                    Sinon que ce soit implosion ou explosion, ça ne change rien au principe, c’est un piston qui se déplace, par surpression ou par dépression, il y a toujours des frottements et le moteur chauffe toujours.


                  • Pierrot Pierrot 1er juillet 2008 11:14

                    L’auteur ignore les lois fondamentales de la physique.

                    Le système farfelu est globalement endothermique et ne peut donc servir qu’à dépenser beaucoup plus d’énergie qu’il ne peut en produire.

                    Sans aucun intérêt.
                    Vous nous faîtes perdre du temps.
                    Reposez vous.


                    • jcm jcm 1er juillet 2008 11:17

                      Je suis pour la méthanisation de toutes les idées géniales qui ont toutes les chances d’aboutir... à la poubelle du temps !!!

                      Au moins on en tirerait un peu d’énergie 


                      • faxtronic faxtronic 1er juillet 2008 11:18

                        Mais c’est aboslument debile comme concept :

                        Vous prenez 1 litre d’eau, vous l’electroliser avec X joule d’electricté. Avec le probleme de rendement chimique, de perte ohmique, vous obtener disons 0.9*X d’energie chimique. Vous faites exploser ce melange, vous obtenez 0.3*0.9*X d’energie thermique et 0.7*0.9*X d’energie mecanique. Vous utliser cette energie mecanique pour faire bouger votre turbine (et pas votre voiture) et vous obtenez 0.8*0.7*0.9*X d’energie electrique. C’est a dire que pour l’instant, sans aucun travail mecanique utile, vous avez reussi a generer 0.8*0.7*0.9*X c’est a dire 0.5 X d’energie electrique et 0.5X de perte energetique (chaleur).

                        En deux ou trois coups de manivelle, votre systeme a plus d’energie, et sans meme faire avancer quoique cela soit. 

                        C’est juste un tres mauvais systeme de chauffage votre truc !!! Et encore je suis hyper optimiste dans les rendements successifs.


                        • faxtronic faxtronic 1er juillet 2008 11:22

                          C’est surement pour cela que vos neurones s’echauffent trop.


                        • alberto alberto 1er juillet 2008 11:36

                          Dugué : vous pouvez faire taire la gamelle de vos détracteurs ( des tracteurs de boulets, oui ! ), j’ai mis en application votre principe de moteur à implosion, génial : ça marche !!!
                          Reste plus qu’à vendre le brevet ... Si on se démmerde bien on devrait se faire du blé, non ?
                          Bien à vous.


                          • clostra 1er juillet 2008 11:53

                            Sans blague ?


                          • GRL GRL 1er juillet 2008 11:43

                            J’ai compris comment tu crées la dépression, mais apres la premiere depression , on fait quoi ? Un moteur , c’est un mouvement cyclique, çà va de soi , du coup , tu dois recomprimer le fameux piston, sans trop freiner le mouvement de dépression induit par la réaction chimique. Alors , soupape , comment le piston redescend , par la force motrice de la dépression sur le principe du vilbrequin ? Dis nous en un peu plus là dessus, Nobel Dugué, j’ai hate de rouler en Duguolex à Electolyse, moi, et de pouvoir dire au monde que les depressions de quelques uns font maintenant marcher le monde ... Bon , allez , il aura fallu que tu veuilles placer un espoir dans un moteur ... à dépression... c’est bien toi, çà, mais pourquoi pas ... ; Allez des détails sur la diastole de ta chambre à implosion !!!

                            Après , çà m’interesserait bien de savoir quel régime tu imagines pour un tel moteur ... en tours / mn .

                            GRL


                            • Bernard Dugué Bernard Dugué 1er juillet 2008 11:51

                              On peut soit utiliser la pression du gaz sorti de l’électrolyse, et Dieu sait si ça presse, ou alors utiliser deux cylindres couplés.


                            • clostra 1er juillet 2008 11:57

                              Ben oui on réinvente la machine à vapeur sans le charbon.

                              ça ne me choque pas ce truc !


                            • clostra 1er juillet 2008 12:01

                              Plus besoin de refroidir le système.

                              Tiens ça me fait penser à autre chose : la force d’aspiration des avions, bateaux etc : ce truc qui par un remous bienfaiteur pousse et repousse.

                              Un suceur de piston qui fait élastique, une catapulte...


                            • GRL GRL 1er juillet 2008 13:23

                              Bon , et dis moi , tu as commencé la réalisation du proto ?
                              Pour une réalisation domestique , tu peux je pense , te procurer des pièces vendues pour les modeles réduits à moteur. Des exactes répliques de moteurs à explosion, mais sur de toutes petites cylindrées, à modifier pour y coupler le systeme à éléctrolyse . Enfin , il me parait interessant de le faire assez vite pour que tu puisses calculer tes déperditions d’énergie. Si il y a une faille dans le système , tu la verras tres vite apparaitre.
                              Bonne chance.

                              GRL


                            • Polemikvictor Polemikvictor 1er juillet 2008 11:53

                              J’apprécie votre idée, vous auriez pu également via un microphone récupérer l’énergie dégagée par le bruit de la réaction.
                              Non au 2eme principe de la thermodynamique !!!!!
                              Il faut lutter contre ces lois non démocratiques qui nous ont été imposées sans débat !!!
                              A bas la loi de la pesanteur !!!


                              • grangeoisi 1er juillet 2008 11:54

                                Comme une gentille vaguelette rafraîchissante... me rappelle ce bon vieux tonton qui nous faisait chercher la pierre à puces...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès