Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Technologies > La combustion catalytique : ’une combustion sans flamme’

La combustion catalytique : ’une combustion sans flamme’

Depuis quelques années, il est possible de boire son café sur une terrasse en plein hiver, cette terrasse étant chauffée par un appareil qui semble être électrique. Retour sur cette technologie...

Boire un café, au chaud, sur terrasse, en janvier, ou attendre son train à l’extérieur, mais au chaud, en février, est une réalité depuis quelques années, depuis la mise sur le marché de convecteurs. Parmi ces appareils de chauffage se distingue le "brûleur catalytique", où la combustion du carburant est catalytique.

La combustion catalytique est une réaction chimique, qui diffère de la combustion dite classique caractérisée par la présence d’une flamme. La différence principale est l’utilisation d’un catalyseur à la place des hautes températures pour maintenir le processus de combustion.

Dans la combustion classique, le carburant (gaz, kerosene, fioul...) brûle en présence d’oxygène à des températures élevées par allumage à l’aide d’une flamme. Une fois le processus enclenché, la combustion dure tant qu’elle est alimentée en quantités suffisantes de carburant et d’oxygène, et tant que la température reste élevée.

Dans la combustion catalytique, la même réaction chimique a lieu, mais c’est le catalyseur, principalement du platine, qui maintient le processus de combustion, une combustion sans flamme. De plus, la présence de catalyseur ne nécessite pas des températures aussi élevées que dans la combustion classique pour le maintien de la combustion.

Le principe en est simple. L’appareil est alimenté en oxygène présent dans l’air et en carburant, principalement du gaz. Le catalyseur est déposé à la surface d’un matériau en fibres céramique résistant aux hautes températures. Une résistance électrique chauffe le milieu catalytique jusqu’à une certaine température spécifique d’auto-inflammation. A cette température, la combustion catalytique sans flamme commence (oxydation du carburant), et celle-ci continue tant que le système est alimenté en combustible et en comburant, respectivement le carburant et l’air.

La combustion catalytique produit une chaleur rayonnante comme le rayonnement solaire. Les ondes sont électromagnétiques et se propagent de façon rectiligne. Elles s’absorbent sur tout obstacle (objets, meubles, hommes et femmes) et les chauffent, puis ces derniers chauffent en retour l’air environnant.

Ces appareils de chauffage, les brûleurs catalytiques, sont destinés au chauffage des garages, des terrasses de café, des bureaux industriels, des vérandas et des halls à plafond bas.

Le principe de combustion catalytique et la technologie du brûleur catalytique sont également utilisés comme détecteurs de gaz combustibles, ou comme lampes anti-odeurs.


Moyenne des avis sur cet article :  4.67/5   (36 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • Méric de Saint-Cyr Méric de Saint-Cyr 14 février 2006 14:26

    Je ne comprends pas du tout le but de votre article. Le chauffage à catalyse, loin d’être une nouveauté existe depuis très longtemps, son principe ayant été inventé à la fin du XIXe siècle...

    Il serait plus utile de dire la vérité au lieu de donner une description technique sans intérêt : le chauffage à catalyse a été la cause de nombreux accidents car il mange l’oxygène de l’air et comme le gaz brûle sans flamme, une explosion est toujorus à redouter si la catalyse est interrompue. Extrêmement polluant, le chauffage à catalyse produit du gaz carbonique et participe à l’émission des G.E.S. contre lesquels le protocole de Kyoto est censé se battre.

    Le crétinisme profond des inventeur de ces lampes qui permettent, comme vous dites, de prendre son café sur une terrasse EN PLEIN HIVER, mais ça rime à quoi, je vous le demande. On recherche un surcroît de confort dans des conditions stupides. L’hiver est fait pourqu’il fasse froid, alors autant rester dans des salles intérieures et isolées pour prendre son café.

    Stupidité car chauffer DEHORS relève du plus pur GASPILLAGE d’énergie (car plus il fait froid, plus il faut chauffer, et c’est de la chaleur perdue en PURE PERTE, puisque lorsqu’on est dehors, rien ne permet de piéger et conserver cette chaleur.

    Le protocole de Kyoto devrait inciter les pays « riches » à interdire ce genre de gadget où la recherche du confort devient un crime contre l’environnement.


    • (---.---.104.139) 14 février 2006 21:00

      C’est d’ailleurs du meme niveau que les frigos ouverts des supermarchés... qui refroidissent l’atmosphere !


    • Rellum Otaner 29 août 2007 14:34

      Madame, Monsieur l’article correspond absolument aux faits. Ce système de chauffage existe effectivement depuis plus que 20ans. Il y a plus que 1000 installations en Europe. Il est homologué sur l’échelle Européenne. Il ne produit pas de NOx et le Co n’est pas mesurable. Effectivement il consomme de l’oxygène ....mais tous les système de chauffage consomme l’oxygène a part les panneau solaire. J’aimerai bien savoir plus conrètement ou il y a eu des accidents .....il n’y a jamais eu a notre connaissance. Nous sommes la sociéte qui les a inventé et qui les distribuent mondialement. Je me refère aussi aux études de Paul Scherrer Institut en Suisse et au Laboratoires Cebtral des Industries Electriques, F-92266 Fontenay-Aux-Roses Numéro 19 669 010 Les 2 rapports signale une extrème sécurité points de vu inflammation et explosion.Ils sont donc aussi utilisable dans des endroits avec risque d’inflammation et explosion (aéroport, garges, carrosserie, ménuiseries etc) www.radiamon.sa


    • coryn pierre (---.---.48.65) 18 février 2006 17:08

      Bonjour, l’explication est correcte concernant les appareils de combustion sans flamme vive dans les terrasses des cafés et restaurants. cependant globalement, il est inexact que la combustion catalytique implique une combustion sans flamme.

      Un catalyseur permet de déclencher une réaction chimique qui ne se ferait pas ou s’effectuerait avec une cinétique lente. Mais, par exemple, dans le cas très classique et scolaire de la combustion d’hydrogène avec l’oxygène la présence de catalyseur de platine déclenche une réaction vive et explosive. Bien cordialement.


      • Kyos (---.---.7.126) 8 avril 2007 18:05

        Bonjour

        J’ai trouvé votre article instructif, car j’ai trouvé assez peu de documentation qui me soit accessible sur ce thème.

        Est-ce que le méthane peut-être utilisé dans ce type de combustion ? Et comment, si c’est possible, réaliser un petit appareil de chauffage expérimental ? Mon propos est d’obtenir une source chaude de surface limitée (10 cm x 10 cm environ).

        Merci


        • guy 22 février 2009 12:35

          Bonjour qu’est ce que la matière prisonnière entre deux griulles ? De l’amiante ? En tout cas ça lui ressemble éclairez moi ! Merci

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès