Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Technologies > La complexité justifie-t-elle le simplisme ?

La complexité justifie-t-elle le simplisme ?

Chacun aura pu le lire, ici ou là, la société devient de plus en plus complexe. Face à cette complexité nouvelle, et à la crise occidentale actuelle, des réponses multiples se font jour. L’une d’elle, très branchée, consiste à dire qu’il va falloir désormais : penser globalement et agir localement. L’idée est intéressante et mérite qu’on la discute en confrontant divers point de vue.

Dans un article récent publié sur AgoraVox et sur son blog, Thierry Crouzet reprend cette expression à son compte pour soutenir sa vision du monde en dénonçant les éoliennes qui détruisent nos paysages, tuent nos oiseaux, et finalement coûteraient plus cher qu’il n’y paraît si l’on voulait bien se donner la peine de faire un chiffrage global du coût économique et environnemental. En quelques lignes, le ver est dans le fruit, on nous invite à mettre notre bon sens en doute, les éoliennes seraient-elles si écologique que cela ? En effet, il conclut : le bon sens défaille ! CQFD. Et pour cause, la complexité du monde n’autoriserait plus à y avoir recours. Il faudrait donc changer de paradigme. On se dit, pourquoi pas, mais alors quel est le nouveau paradigme ? Et c’est précisément là que les choses se gâtent.

Thierry Crouzet nous suggère, en citant R. Lindsay (un article de NewScientist) qu’il vaut mieux après cette pensée globale, agir localement en produisant individuellement son électricité avec chacun une petite éolienne sur son toit. Et l’article se termine sur cette évidence "small is beautiful". L’idée est séduisante, la démonstration est presque imparable.

Finalement, j’ai voulu en savoir plus et j’ai pu constater que c’était le type même de raccourci qui ne mange pas de pain mais qui fait mal. Cela s’appelle du simplisme ou de la précipitation.

Regardons-y de plus près. Quelle est la consommation annuelle d’énergie et la puissance maximale instantanée nécessaire pour une maison de 4 personnes ? L’abonnement typiquement contracté est de 9kW à 12kW. Il faut donc pouvoir compter sur une dizaine de kilowatts instantanés. Pour ce qui est de la consommation annuelle, celle-ci tourne autour d’une douzaine de kilowatt/heure pour une famille raisonnable qui possède un chauffage électrique, une maison bien isolée, des ampoules basse consommation, aucun spot halogène de 500W et peu d’appareils électriques superflus. Cela donne une puissance instantanée moyenne d’environ 2W tout au long de l’année. Ce chiffre, rapporté à la puissance maximale montre bien qu’un foyer a une grande variabilité de sa consommation tout au long de l’année et c’est la qu’est le problème ! En effet, comme chacun le sait, l’énergie électrique est difficile à stocker en quantité (200Wh/kg avec les batteries actuelles les plus performantes). Avec ces quelques chiffres, il est possible de dimensionner une petite éolienne de toiture individuelle.

Un rapide calcul nous donne le diamètre de cette petite éolienne : 5 à 10 mètres ! Pas si petit que çà tout de même ! Et pourtant nous n’avons pas été avares puisque nous avons considéré un vent plus que généreux avec 15 m/s et un rendement de 34%, raisonnable pour les éoliennes de gros diamètres mais difficile à atteindre pour les petites éoliennes en environnement peu propice à l’éolien. Le jour ou il fait froid, nous avons intérêt à compter sur un bon force 5 à 6 dehors pour ne pas avoir froid dans le salon ! Le diamètre parle de lui-même. Pour ne pas dépasser un mètre de diamètre, ce qui semble raisonnable, si l’on pense aux toitures de nos lotissements, il faudrait se contenter d’une consommation de 300W ! Il va falloir réduire drastiquement notre consommation électrique pour y parvenir. Finalement, on est contraint de se rendre à l’évidence, la belle idée à la mode qui consisterait à produire localement son électricité tombe bien vite aux oubliettes de la réalité.

Mais les plus optimistes ne manqueront pas de qualifier ces petits calculs de coin de table comme ceux d’un esprit chagrin et clameront à la cantonade : qu’à cela ne tienne, il suffit de stocker un peu d’énergie dans des batteries ! Celles-ci font des progrès formidables et les coûts baissent rapidement avec la production de masse. Bien. Voyons donc. Tablons sur une semaine de froid intense. Combien faudrait-il pour tenir en autonomie ? Rien de plus simple, 10 kW pendant une semaine, cela fait 1680kWh. Avec les meilleures batteries du moment à 200Wh/kg cela donne un park de batterie de 8400 kg sans se préoccuper du rendement du convertisseur 12V / 220V qui comme chacun sait est voisin de 100%.

La morale de cette petite histoire est qu’il ne faut peut être pas sacrifier trop vite le bon sens sur l’autel de la complexité nouvelle et en tout cas pas pour le remplacer par du simplisme. Sachons garder raison.


Moyenne des avis sur cet article :  4.23/5   (99 votes)




Réagissez à l'article

50 réactions à cet article    


  • Antoine Diederick (---.---.231.86) 11 août 2006 11:44

    ah, enfin du calcul qui rend raisonnable, merci de cet article.


    • Antoine Diederick (---.---.231.86) 11 août 2006 11:46

      en tout cas ce qui me semble lumineux (pour rester ds l’électrique) c’est que ns allons devoir faire des économies d’énergie et vivre autrement, là , réside le bon débat...substituer ou restreindre ?


    • DG. Damien G. 11 août 2006 11:44

      bon, je ne suis pas ingénieure.

      mais, vu l’article de Thierry Crouzet, auquel je n’y est pas compris grand chose, dans sa démonstration qui m’a paru incompréhensible, et une finalité encore moins claire, je trouve votre article très pertinent.

      en effet, je trouve qu’il est bon de faire taire certaine utopie écologique, en les confrontant à la réalité.

      Car le simplisme, est bien un défaut de l’écologie politique, qui, si on y reflechie un peu n’est qu’une forme de mensonge. et qui n’a d’effet que de décridibilisé l’écologie en tant que science.


      • olea (---.---.111.27) 12 août 2006 11:07

        Danien G « je n’y est pas compris grand chose, dans sa démonstration qui m’a paru incompréhensible, et une finalité encore moins claire, je trouve votre article très pertinent ». Quand on mentionne ne pas comprendre, trouver cela incompréhensible et pas claire, je suis surpris de lire que vous trouvez cet article pertinent. Alors, quand il vous arrive, enfin, de comprendre quelque chose, vous devez trouver l’article extraordinaire. Ce qui est visiblement pertinent, chez vous, c’est d’avoir une similitude avec le titre de cet article : Le simplisme.


      • DG. Damien G. 12 août 2006 18:13

        Excellente remarque


      • (---.---.96.222) 11 août 2006 11:53

        Article intéressant mais je ne pense pas que quelqu’un ait pu prétendre fournir l’énergie de toute une maison avec un simple éolienne. L’économie de consommation et le couplage des solutions doit par contre apporter des économies non négligeables sans pour autant se passer de moyen plus lourd de production en complément. Les avancées dans ce domaine seront sans doute lente car peu de gros financeurs doivent se bousculer pour la recherche.


        • Jojo2 (---.---.158.64) 11 août 2006 12:08

          Cet article est une caricature. L’idée est que les économies sont plus faciles à faire en décentralisant le production, et en diversifiant les sources (éolien, solaire, géothermique, biogaz...)


        • nomad (---.---.141.147) 11 août 2006 13:44

          Il ne me semble pas préférable de remplacer l’ensemble de notre énergie électrique par de l’éolien « décentralisé ». Cependant tous se qui peut réduire notre facture énergétique (écologique et financière) et par là notre dépendance envers les fournisseurs est à envisager. La production d’énergie par le petit éolien me semble à ce titre une très bonne idée. Bonne idée à mettre à coté des économies d’énergie, pour l’éclairage ou le chauffage qui semble plutôt mûre aujourd’hui. Il faut aussi garder les gros moyens de production électrique et je ne vois pas d’inconvénient à utiliser ce parc les jours de vent calme. Bref quand on peut faire des économies (sur les énergie fossile) faisons les, et quand on ne peut pas s’en passer, utilisons les !

          Le réflexion n’est vraiment l’un ou l’autre, mais l’un et l’autre à des moments différent.


        • brouzouf (---.---.112.126) 11 août 2006 13:05

          En France l’urbanisme represente 4 pour cent du territoire. Il suffit de parcourir la France par les routes secondaires pour se rendre compte qu’il y a beaucoup d’espace entre deux villages. Il y a donc de la place pour mettre les nouveaux moyens de production des énergies de demain. De plus, en recyclant tous les déchets de l’industrie agro-alimentaire, au lieu, en autre, de produire des algues sur les plages grace aux nitrates, nous pourrions produire des grandes quantités d’énergie. Avec les centrales nucléaires actuelles, qui en ont encore pour quelques décennies, il serait peut-être plus intelligent de récupérer l’eau chaude provenant du refroidissement du réacteur plutôt que de réchauffer les rivières, et de se servir de cette chaleur pour chauffer les villes à proximité. De plus cela générait de nouvelles recettes pour EDF et donc pour l’état. La liste n’est pas exaustive, il suffit que chaque citoyen se penche sur le problème avec comme finalité le bonheur de tous et non pas égoïstement son cas personnel. En la matière personne n’a la vérité, il faut mettre toutes les options sur la table.


          • L’électricien de service (---.---.32.122) 11 août 2006 13:29

            Heu...

            Il n’y aurait pas une petite erreur de calcul quelque part ? Une énergie de 12KW/heure sur un an pour une famille, même au Bengladesh ça n’est pas suffisant smiley D’ailleurs la phrase suivante aurait dû sonner l’alarme : 2 watt de puissance moyenne pour une maison c’est impossible.

            Il y a probablement un facteur 1000 qui a été oublié quelque part.

            Mais après tout cela ne fait que confirmer la conclusion.

            Jean-Pierre


            • Bouil (---.---.41.65) 11 août 2006 14:34

              Le calcul de l’article pose 2W en moyenne, en continu sur toute l’année, soit 2W * (24h * 365j) = 17,520 kWh d’énergie pour l’année. Je n’ai pas épluché ma facture d’électricité pour vérifier si ca collait...

              (Attention a ne pas confondre le Watt (puissance électrique instannée, fonction de la tension et de l’intensité de courant) et le Watt-heure qui permet de mesurer une quantité d’énergie. 1 W.h c’est la consommation continue d’1 Watt pendant 1 heure.)


            • L’électricien de service (---.---.36.40) 11 août 2006 19:19

              Dans quel monde vit-on si on peut affirmer qu’une famille consomme 17 KWH par an ?

              Pour mémoire la consommation de puissance en France oscille entre 30 et 83 milliards de Watts. Par Français ca fait 1383 Watts pour la valeur max soit 12 MEGA Watts/heure par an.

              Cependant si on veut isoler les besoins privés des besoins de l’industrie (ce qui est tout à fait artificiel) on trouve encore plus de 1500 Kwh par an.

              Un électricien en colère


            • faxtronic (---.---.183.158) 11 août 2006 21:49

              oui oui oui il a oublie un facteur 1000, mais ca ne change rien a son histoire (je me disais tien, jùai une consommation 1000 fois superieur ala moyenne française, pourtant je suis econome et je n’ai pas d’usine d’aluminium


            • Le peuple des connecteurs - un blog politique (---.---.45.74) 11 août 2006 14:01

              Cet article est une réponse à un article posté sur Agoravox par Vincent Chapin suite à mon propre article sur le bon sens. L ?article de Vincent Chapin est juste mais n ?a pas beaucoup de rapport avec ce dont j ?ai parlé. Je n ?ai jamais dit q...


              • Thierry Crouzet Thierry Crouzet 11 août 2006 14:02

                Cet article est une réponse à un article posté sur Agoravox par Vincent Chapin suite à mon propre article sur le bon sens.

                L’article de Vincent Chapin est juste mais n’a pas beaucoup de rapport avec ce dont j’ai parlé. Je n’ai jamais dit qu’en mettant des éoliennes sur nos toits nous allions couvrir tous nos besoins énergétiques. Même en mettant des éoliennes géantes partout on n’y arriverait d’ailleurs pas. Pour atteindre l’autonomie énergétique, il faudra additionner des dizaines de micro-sources : solaire, géothermique, éolien... et sans doute recourir à de nouvelles technos encore plus que balbutiantes.

                Dans mon article, j’ai juste sous-entendu, et vraiment sous entendu car ce n’était pas mon propos, qu’il y avait deux solutions pour produire de l’énergie éolienne. Soit construire des champs d’éoliennes géantes, approche centralisée qui fait plaisir aux gens comme EDF, soit faire de la micro-production locale, approche qui laisse les consommateurs maîtres d’œuvre.

                Ce que je crois, d’après ce que je lis en ce moment dans la littérature scientifique, c’est que l’approche décentralisée peut produire autant d’énergie que l’approche centralisée, et potentiellement beaucoup plus, car rien n’empêchera par exemple de mettre des micro-turbines dans tous les conduits de cheminée, donc de déployer plus largement ces technologies. Voir cet article notamment.

                Il y a beaucoup de projets et de nouvelles technos de ce type en cours de développement. Et qui contrairement à ce qui s’est dit sur Agoravox ne vont pas défigurer les villes (comme si les pavillons Bouygues et les antennes en tout genre ne les défiguraient pas déjà). Au passage, je fais tout de même remarquer que les éoliennes défigurent un peu les campagnes, je suis assez bien placé pour le dire car il y a un champ d’éoliennes non loin de chez moi.

                C’était une parenthèse. Les approches centralisée et décentralisée ne sont bien sûr pas incompatibles et elles vont se développer de pair. Pour ma part, je préfère la production locale car elle nous laisse acteur, nous pouvons nous y mettre sans attendre que l’État ne fasse le boulot pour nous.

                Et comme c’est mon article sur le bon sens qui a soulevé cette discussion, j’y reviens une fois de plus. Avant de découvrir les travaux de Richard Lindsay sur les éoliennes, j’étais persuadé que les éoliennes étaient parfaites, que le bilan énergétique était génial... Je sais, je suis naïf, mais je crois ne pas être le seul. Les travaux de Lindsay m’ont juste fait prendre garde à ne pas trop m’emballer. Déployer de nouvelles technologies à grande échelle, peu importe lesquelles, peut s’avérer dangereux. Ce qui marche très bien dans le cas d’une éolienne n’est pas du tout extrapolable à des centaines.

                Et le danger ne peut pas être anticipé. Voilà pourquoi l’approche locale, qui est plus progressive, plus contrôlable, vaut la peine d’être privilégiée. Bon, je ne vais pas me lancer à nouveau dans un éloge de l’action locale. J’aurais d’autres occasions.

                Un dernier mot. En fait, j’ai pour l’essentiel rapporté les propos de Lindsay. Mais je ne vois personne qui ne semble revenir à ses papiers. À entendre tout ces experts de l’éolienne, ce que je ne suis absolument pas, j’ai l’impression que Lindsay est un cancre. Je crois que sa réflexion mérite d’être prise en compte.


                • Antoine Diederick (---.---.230.17) 11 août 2006 18:53

                  Des champs d’éoliennes existent déjà ds les pays nordique et plus précisement en mer....

                  Il y a un projet similaire au large de Dunkerke, en Belgique trois champs sont prévus au large des côtes belges sur des bancs de sable et trois sociétés sont sur les rangs pour se lancer à l’assaut des vagues et du vent...

                  Energie complémentaire sans aucun doute...les allemands sont bien en avance ds l’utilisation de sources alternatives et diversifiées d’énergie, la France un petit peu en retard.


                • Yann Riché Yann Riché 11 août 2006 14:03

                  Bien vu !

                  Je regrette qu’il n’y ait pas plus de développement sur penser global agir local car c’est le clé de voûte de toute politique aujourd’hui...

                  Un bon sujet à traiter prochainement ?


                  • dje (---.---.50.105) 11 août 2006 14:52

                    Tout cela est bien gentil mais le principal facteur de pollution aujourd’hui sont les transports qui utilisent la combustion pour générer l’énergie nécessaire a la création du mouvement. C’est une chose que s’il l’on veut que nos efforts soit couronner de suces ceci doit être remis en cause.

                    La voiture personnelle doit être supprimer car c’est une des principales cause de pollution mais si on la supprime (et la cela va être lion d’être facile sans soulever des hurlements d’indignations) il faudra revoir totalement nos villes, nos maisons, le fonctionnement de notre économie enfin tout.

                    en fait c’est une société et une civilisation écologique qu’il faut créer et la c’est loin d’être simple.


                    • Flupke (---.---.15.130) 11 août 2006 15:09

                      Merci ! vous m’avez bien fait rire ! Etes vous dájà sorti de vos « villes » ? Comment fera t on à la campagne ? (encore 80% de notre territoire)


                    • dje (---.---.50.105) 11 août 2006 15:20

                      j’ai dis une évolution totale, cela passe aussi par une modification la répartition de l’habitat... donc la notion rurale actuelle est-elle aussi a remettre en cause.

                      Mais comme je la disais cela nécessiterai une profonde modification des mentalités


                    • faxtronic (---.---.183.158) 11 août 2006 21:57

                      oui, l’urbanisme et l’organisation de l’habitation est un facteur crucial dans les economies d’energie. Les campagnes peuvent envisager une independance energetique personnelle, les villes non. Et pour les transport le cout sera une composante essentielle pour une reoptimisation du tissu urbain et rurale ( la distinction urbain rurale n’est pas si nette en fait).


                    • chantecler (---.---.146.33) 12 août 2006 18:28

                      En somme Alphonse Allais pensait qu’il fallait installer les villes à la campagne,et vous qu’il faut intégrer la campagne dans les villes.C’est original et ça ouvre des perspectives...


                    • Flupke (---.---.15.130) 11 août 2006 15:07

                      Merci ! vous avez répondu à la question qui me taraudait. Maintenant on peut associer une Eolienne familiale à d’autres moyens : comme les pompes à chaleur ! Trés présentes en Scandinavie, elle réclame peu d’electricité par rapport à un chauffage electrique classique. On peut également associer des panneaux solaires. Bref voici ma question : si on arrivait à limiter sa consommation à l’éclairage et l’équipement ménager classique (Machines à laver, four, ordinateurs, repassage) peut on envisager ces solutions ?


                      • dje (---.---.50.105) 11 août 2006 15:27

                        Bien mais quand et t’il de la pollution générer par la production de ces systèmes ? les panneaux solaires sont extrêmement polluant dans leur fabrications... sans parler du transport nécessaire a acheminer les machines pour la production, les transports des travailleurs, la pollution génère par le site, celle génère par l’énergie nécessaire a la production en elle même et la liste est longue...

                        pluis vous multipliez les differentes micro energie plus vous mulpiplier les sources de polutions pour la production de vos micro generateur propre.


                      • faxtronic (---.---.183.158) 11 août 2006 21:59

                        oui et non Il y aura toujours un peu de pollution. La maitriser il faut savoir. On peut aussi la confiner.


                      • faxtronic (---.---.183.158) 11 août 2006 22:00

                        je songe personnellemnt a ouvrir une petite usine de panneau solaire dans le limousin-berry


                      • Paldeolien (---.---.113.141) 11 août 2006 15:22

                        Bonjour, heu bah, je le trouve nul l’article...

                        On s’attache à démontrer qu’avec des eoliennes c’est pas possibles. Et voilà, on reste encore et encore dans des solutions balancées par les mass-medias.

                        A titre indicatif, un seul réacteur nucléaire rejette en chaleur de quoi alimenter 1 millions de foyers Français en chauffage...

                        Imaginez si ces foyers deviennent aussi performant que des maisons passives.

                        En plus on parle d’isolation, voilà l’eresie du siècle, ISOLATION, on s’isole tellement, qu’on s’isole de la terre elle même !!!!

                        Le principe du puit canadien !!! Ou comment récuperer de l’air frais pour rafraichir. Pourquoi les anciens fabriquaient des cheminées prenant appel d’air dans la cave ?

                        Du bon sens on parle... Ha ça pour avoir du bon sens, cet article ne fait que démontré que le bon sens est abscent. Lorsque on parle d’energie, le bon sens, il veut que l’on regarde ce qu’on a avant même de regarder ce qu’on va apporter.

                        Imaginons, j’habite dans un appartement, avec une cheminée qui prends appel dans la cave.

                        Lorsqu’il fait chaud dehors, l’air de la cave frais va monter naturellement chez moi, donc, je ne consomme pas d’energie pour refroidir. Et si vraiment je dois en consommer, ce sera bien moins que si je devais refroidir directement l’air de l’extérieur.

                        Avec le raisonnement inverse. L’hiver, je dois chauffer l’appartement et apporter de l’energie afin de compenser l’ecart entre l’exterieur et l’intérieur. Si dehors, il fait 0°C, je vais devoir chauffer de 0°C à 20 °C. Là je vais consommer beaucoup d’énergie, même en étant bien « isolé »

                        Maintenant, au lieu de chauffer l’air qui vient de dehors je prélève l’air de la cave. Et bien là, je vais dépenser énormément moins d’energie. Je vais devoir chauffer de l’air qui est à 12°C dans la cave, pour monter à 20°C dans l’appartement.

                        Alors quoi ? C’est complexe comme problème ?

                        ha oui, pour stocker de l’energie éléctrique, nul doute que la batterie « complexe » est l’idéal... Pour un info, un ressort, c’est un moyen mécanique de stocker de l’energie, qui peut facilement être restituée à la demande en énérgie éléctrique. Hô bien sur, c’est ridicule... Seulement, ça fonctionne...

                        Vous vous rappellez les voitures à friction de quand vous étiez gosses. Ralala, le plus difficile à combattre est et restera le pessimisme ambiant...


                        • Philippe VIGNEAU (---.---.82.131) 11 août 2006 15:31

                          bon votre article a l’air tres pertinent mais je ne vous suis pas dans votre conclusion... que l’energie eolienne ne paraisse pas en mesure d’alimenter un foyer soit, mais il y a encore des solutions pour produire de l’electricite chez soi... par exemple le solaire ou la geothermie... attention je n’ai pas dit que ces deux sources potentielles d’energie etaient la panacee, mais peut etre que en les combinants on y arriverait... peut etre que non... vu que vous etes un fin calculateur j’aurais bien aime avoir vos chiffres... vraiment dommage...

                          il n’est pas raisonnable d’ecarter la solution de la production d’energie a la maison sur la seule defaillance de l’eolien...


                          • Zamenhof (---.---.42.195) 11 août 2006 16:17

                            C’est sûr que considérant le très difficile problème de l’énergie, l’après-pétrole, nucléaire, pollution, ET décroissance qoutenable (sans doute nous ne pourront pas en faire l’impasse ! ...) il n’y a pas actuellement de solution miracle ni même satisfaisante, tout cela est tellement difficile, on est tellement « mal barrés » sur ce coup que il faudra essayer un peu dans tous les sens, faire un pas après l’autre, corriger le tir au fur et à mesure, oser aussi ! (surtout), et on verra !

                            Mais en tous cas il ne faut pas rester dans son coin en se disant « ça ira ! » ni se voiler les yeux.


                            • (---.---.59.170) 11 août 2006 16:52

                              VIVE LE NUCLEAIRE ! Ca c’est une énergie d’homme !


                              • Paldeolien (---.---.113.141) 11 août 2006 20:05

                                Oui, mais pas n’importe kel nucléaire ! La fusion propre, il faut mette eu’le pakets dans la recherche ! Mais on le fait pas, on fait ITER more expansive pour dans 50 ans qu’on sait pas si ça marchera, dans 50 ans. Mais k’on a fait 2 Milliards de dégré a Sandia dans une machine 100 fois moins chère ! K’on a presk la même en france ki sert à rien... Et k’aux USA y font des NEW BOMBES ke eux y savent ke ça marche smiley


                              • mars (---.---.99.194) 11 août 2006 17:22

                                Discréditer les éoliennes est devenu très tendance. A écouter certains, elles n’auraient que peu de vertus , j’ai même entendu dire qu’elles provoqueraient des changements climatiques. Eh oui ! Si un papillon qui s’envole peut provoquer un ouragan, comment une éolienne qui ralentit la vitesse du vent artificiellement ne pourrait-elle pas en faire autant ? Avec de pareils raisonnements, planter un arbre ou construire un mur dans une plaine peut provoquer un typhon. J’ai aussi entendu dire que les éoliennes ça pollue. À croire que les millions de paraboles fixées sur les pignons des immeubles ou des maisons, les pilonnes électriques et les périphéries de nos villes défigurées par les hangars des grandes surfaces c’est esthétique et que la construction d’un un écran plasma ou d’une console de jeux ça ne pollue pas. Pour revenir aux calculs de coin de table de cet article, se baser sur la consommation électrique moyenne d’un ménage pour prouver qu’une éolienne énorme ne suffirait pas a y suppléer ne semble un secret pour personne.

                                D’abord, il est possible de diminuer sérieusement cette consommation sans réduire le confort des habitants en cessant par exemple de construire des pavillons mal conçus ou de restaurer à la hâte en utilisant des radiateurs électriques (et souvent, en complément, les poêles à pétrole qui dégagent directement leurs gaz et leur vapeur d’eau dans les logements). Imaginons une maison d’abord très bien isolée avec des arrivées d’air qui ne sont pas directes, l’eau y est chauffée au solaire et alimente tous les appareils électriques utilisant de l’eau chaude (lave-vaisselle et lave linge), le chauffage est assuré par un poêle à bois à haut rendement (il y a encore un peu de bois de France) ou une pompe a chaleur. Dans une telle maison il n’est pas impensable d’utiliser une éolienne pour fournir une partie conséquente de l’électricité nécessaire aux appareils électroniques et pour l’éclairage basse consommation. Dans une telle situation la consommation annuelle d’une maison en est loin de celle annoncée dans l’article ci-dessus. Mais pour l’instant il est très à la mode de tirer sur les éoliennes pendant qu’on continue à vendre des « zibros » et des tonnes de pétrole dans les grandes surfaces pour chauffer nos maisons mal isolées est souvent bien trop coûteuses pour ce qu’elles contiennent. Evidemment qu’on ne pourra pas se passer totalement d’un approvisionnement en électricité extérieur mais si on arrivait à le diminuer d’un facteur 2 ou 3 ça serait déjà un très bon début.


                                • Paldeolien (---.---.113.141) 11 août 2006 19:56

                                  Admirez la leçons de bon sens ! On regarde ce qu’on a, et après on voit ce qu’il faut apporter. Très bonne analyse. Vous n’êtes pas docteur je suppose ? smiley


                                • avel (---.---.185.98) 11 août 2006 18:02

                                  Votre article à le mérite de remettre un peu les clepsydres à l’heure et ce en vous basant sur des considérations techniques fort pertinentes, ce n’est pas fréquent dans ce domaine. Toutefois, puisque vous évoquez le problème des éoliennes et leurs capacités de production en fonction de la puissance des vents je tenais à faire remarquer que dans le domaine des éoliennes rêgne un désastreux, couteux et superbe exemple de pensée unique, du moins, en France.

                                  L’image déjà traditionnelle de cet engin, nous le présente comme une tour généralement haute, peu esthétique surmontée par des pâles qui ne tournent que lorsque le zéphir est suffisant, qui sont stoppées lorsque l’aquilon menace, ou lorsqu’elle n’est pas une fois de plus en maintenance, et toujours l’on se réfère au même et unique modèle d’éolienne alors que bien évidement d’autres modèles de cet engin existent dont un, particulièrement efficace, silencieux, fonctionnant même avec un vent faible de 3.6 km/h oui, vous avez bien lu ! et jusqu’à des vents de 216 km/h, vitesse à laquelle les ’a pales’ sont stoppées voir déjà à terre. Elles sont de plus bien plus productrice que le modèle classique (+50% sur un an), et par contre, ont l’inconvénient d’être un peu plus chêres à l’achat, mais nous sommes dans du long terme semble t’il, non ? et quand on prend en compte les coûts de maintenance, de remplacement des pâles, et si l’on tient compte de leur capacité, de leur souplesse, de leur plage de production et de leur durabilité, il s’avère qu’au final leur rentabilité est de beaucoup supérieure aux ’moulins à air’, au point même que ce modèle est présent dans de plus en plus de pays nordiques et dans des zones extrêmes de la planête (Sahara, nord arctique ect.), c’est tout dire de sa robustesse, sa durabilité et sa fiabilité.

                                  il s’agit des modèles ’Windside wind turbines’ appelés parfois aussi, à turbine verticale, je précise à ce stade, que je n’ai aucune part dans une quelconque compagnie présentant ce produit, mais que je suis juste profondément agacé de constater qu’il existe un modèle remarquable de simplicité, bien plus efficace que le modèle conventionnel, qui ne présente aucun des inconvénients cité à propos de modèles à pales et qu’une fois de plus en France, on l’ignore totalement, y aurait t’il un loby (a déboulonner) de l’éolienne, l’influence malsaine d’experts sous contrats ou simplement une profonde paresse écologico-technico-intellectuelle ?

                                  Faisons efficace, pour plus d’infos, soumettez ’www.windside.com’ à votre navigateur préféré, je vous garantie que ça vaut le détour, ensuite, informez vos élus (une éolienne esthétique, silencieuse, durable et rentable ça ’assoit’ son Maire), informez les associations écolos qui généralement sont techniquement incultes, et autres ’prenant part’, car notre argent mérite d’être dans ce domaine aussi, mieux utilisé, nos paysages le moins possible défigurés et notre lanterne éclairée même quand il n’y pas quasiment pas d’air.

                                  Bon vent


                                  • Paldeolien (---.---.113.141) 11 août 2006 19:59

                                    Je suis mort de rire, j’assiste là à une avalanche de bon sens smiley Comme c’est agréable à lire smiley


                                  • eaglestorm (---.---.103.150) 11 août 2006 20:57

                                    c est en combinant les différents systèmes écologiques producteurs d’énergie que l’on peut arriver à une auto-suffisance :

                                    solaire, éolien, récupération de l eau de pluie, chauffage solaire et meme a bois, géothermie

                                    l’utilisation d’un seul système n’a pas de sens, et sera surement insuffisant avec les consomations actuelles des appareils électrique et des habitudes des gens


                                    • mjmb (---.---.173.82) 11 août 2006 21:12

                                      Je ne suis pas mort de rire, mais de honte...

                                      Dans son article, Mr Crouzet nous parlait d’éoliennes, mais aussi de la production de méthane par les végétaux. Pour moi, le point commun entre ces deux exemples relevait de ce que certains appellent la « gestion de projet » . Mr Chapin ne partage pas cette position et Mr Crouzet ne la défend pas.

                                      Je présente donc mes excuses à Mr Crouzet : mon intervention précédente sur son article était impertinente.


                                      • Ronan (---.---.252.137) 11 août 2006 21:34

                                        Bon article.

                                        Si les calculs de M. Vincent Chapin, docteur en mecanique, sont bons (bien que remis en cause par un electricien en colere - eternelle rivalite electricien-mecanicien), une installation eolienne individuelle de petite taille ne produit pas suffisamment de puissance pour obtenir une autonomie complete. Est-il envisageable de reprendre les calculs, en considerant non plus une maison individuelle mais un regroupement de quelques habitations ? Pourquoi ? Et bien parce que :
                                        - Collectivement le prix d’une eolienne est diminue.
                                        - je pense que c’est viable en considerant que la taille d’une eolienne (hauteur, longueur de pale) n’est pas proportionnelle a sa production energetique. Plus l’eolienne est grande, plus elle produit mais pas proportionnellement, plutot en suivant une fonction « carre » ou proche.
                                        - Il serait ainsi possible de produire suffisamment sans polluer visuellement, acoustiquement l’environnement ; en comparaison avec des champs d’eoliennes trop souvent mal places.

                                        Tout ca en complement des futurs champs eoliennes offshore, des eoliennes sous-marines utilisant les courants marins,...


                                        • kf4u (---.---.219.55) 11 août 2006 22:41

                                          • Gasty (---.---.169.137) 11 août 2006 23:55

                                            Nos ancêtres ont réussi à construire une église dans chaque villages.Parce qu’ils y croyaient, enfin je pense !...

                                            La tache ne devrait pas etre compliqué de convaincre d’installer une éolienne dans chaque village. Ne serais-ce pour subvenir à l’énergie de l’éclairage public et batiments administratif.Nos enfants pourront naitre avec dans leurs yeux ces moulins à vent.

                                            Et poser des questions sur ces étranges machines, de nouvelles questions qui leurs permettront et nous obligeront à prendre conscience de notre besoin en énergie mais aussi de la préservation de l’environnement.

                                            On doit croire en l’avenir et s’en donner les moyens.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès