Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Technologies > La disparition des mammouths laineux de Sibérie

La disparition des mammouths laineux de Sibérie

Pendant deux millions d’années, les mammouths laineux ont parcouru les steppes de Sibérie, puis ils ont disparu, il y a environ 10 000 ans.

On en a retrouvé une centaine, plus ou moins bien conservés, mais trois d’entre eux ont été récupérés dans un état remarquable de conservation.

1. Le "Berezovka Mammoth", retrouvé en août 1900 sur la berge de la rivière Berezovka.

Crédit photo : Hans Krause

Ce mammouth reconstitué est visible au musée de Saint-Pétersbourg :


Crédit photo : Zoological Institute of the Russian Academy of Sciences

Lorsqu’on l’a trouvé, le corps de ce mammouth était bien préservé. Sa viande ressemblait à du boeuf ou du cheval surgelé. C’est comme s’il avait été congelé sur place. Les plantes trouvées dans son estomac ont pu être identifiées, et l’étude des graines et des pollens trouvés dans son estomac indiquent qu’il est mort durant le court été arctique, dans une région boisée. Comment a-t-il pu être congelé si vite ?

2. Le "Dima mammoth", retrouvé en 1977 dans la Kirgilyakh Creek, un affluent de la rivière Kolyma, dans le Nord-Est de la Sibérie.


Crédit photo : Center for Scientific Creation

Le corps de ce bébé mammouth, intact, a été découvert pris dans une lentille de glace lors d’opération de terrassement dans une mine.

3. Le "Zharkov mammoth", retrouvé au printemps 1997 sur la presqu’île de Taymir.

Crédit photo : Francis Latreille

Ce mammouth congelé a été extrait de la glace et emmené en hélicoptère à Khatanga, où il est maintenu dans une grotte froide et sèche pour pouvoir être étudié plus complètement.

Les causes de la disparition brutale des mammouths laineux de Sibérie reste un mystère, et est un sujet de spéculations et de controverses diverses.

Cependant, posez-vous une question simple : Que doit-il se passer pour qu’un mammouth entier qui vient de manger des herbes et même des fleurs puisse être congelé entièrement, de telle sorte qu’on puisse le retrouver presque intact 10 000 ans plus tard ? Quel cataclysme glaciaire a pu faire disparaître d’un coup les mammouths de Sibérie tout en les congelant ?

A mon avis, un élément de réponse se trouve dans l’épisode glaciaire the Younger Dryas qui s’est produit il y a 12 800 ans. Ce qui a surpris tout le monde, c’est la brutalité de cette glaciation, qui est arrivée en dix ans. Pas cent ans ou mille ans, non : dix ans.

Et une des causes les plus probables de l’épisode Younger Dryas, c’est l’arrêt brutal du Gulf Stream.

Et je vous rappelle qu’on vient de s’apercevoir que le Gulf Stream est en train de ralentir de 30%. On devrait donc pouvoir rapidement vérifier si ces théories sont exactes ou pas .

D’ici une dizaine d’années, tout au plus !

Pour en savoir plus :
1. The Berezovka Mammoth (Hans Krause)
2. Mammoth comes in from the cold (BBC news)
3. The extinction of the woolly mammoth : was it a quick freeze ? (Answers in Genesis)
4. Woolly Mammoth (Yukon Beringia)
5. Woolly Mammoth (The Academy of Natural Sciences)
6. Mammoth (Wikipedia)
7. Woolly Mammoths - Mammuthus Primigenius (crystalinks)
8. Woolly mammoth unearthed in Siberia (The Japan Times)
9. Late Pleistocene Elephants, Mammoths and Mastodonts:sites and environment (The World of Elephants)
10. the Younger Dryas (Gaïa)
11. Le Gulf Stream ralentit (Gaïa)


Moyenne des avis sur cet article :  4.14/5   (14 votes)




Réagissez à l'article

11 réactions à cet article    


  • JluK (---.---.35.127) 28 janvier 2006 17:19

    Bel et inquiétant article.

    Pour enfoncer un peu le clou...

    Certains projets de production d’électricité écologique pourraient accélérer la mutation du Gulf Stream. Ces projets qui exploitent « l’énergie de la mer » récupèrent le mouvement des vagues pour certains (énergie houlomotrice), mais d’autres, les hydroliennes (ou éoliennes sous-marines), captent l’énergie des courants marins !

    Pour ne plus polluer à l’atmosphère, nous risquons de perturber gravement les mouvements des océans, belle perspective. Une recherche sur les moteurs de recherches permet de prendre la mesure de la menace. Une première page intéressante sur le sujet : « http://www.ekwo.org/energie-mer.php3 ».

    Bonne continuation.

    Jluk


    • (---.---.40.71) 28 janvier 2006 22:23

      La puissance du gulf stream est considerable et ce n’est pas quelques eoliennes qui auront un quelqconque effet sur celui-ci... Le debit du gulf stream est estimé a 80-100 millions de metres cubes/secondes...


    • JluK (---.---.35.127) 29 janvier 2006 08:34

      Toute considérable qu’elle soit, cette puissance évolue négativement. D’autre part, si le prélèvement de l’énergie des océans s’avère efficace, et cela est plus que probable, pourquoi voudriez-vous que les humains modèrent leurs besoins ? Participer, aussi faiblement que ce soit à la déstabilisation d’un système ne peut qu’amplifier cette tendance.


    • (---.---.33.122) 29 janvier 2006 11:27

      Attention, attention... il faut pas melanger causes et consequences ! je ne connais pas l’histoire climatique mais dire que si le gulf stream s’arrette maintenant siberie va devenir un glacier en dix ans c’est très, très risqué... est-ce que les causes du changement au Younger Dryas sont le memes que maintenant ? Non.... donc il faut faire attention !

      Et aussi, il y a un frase qui cache beaucoup d’intentionnalité dans votre texte.

      "Que doit-il se passer pour qu’un mammouth entier qui vient de manger des herbes et même des fleurs puisse être congelé entièrement, de telle sorte qu’on puisse le retrouver presque intact 10 000 ans plus tard ? Quel cataclysme glaciaire a pu faire disparaître d’un coup les mammouths de Sibérie tout en les congelant ?

      A mon avis, un élément de réponse se trouve dans l’épisode glaciaire the Younger Dryas "

      Donc, le mamout a mangé des fleurs pendant dix ans sur la meme place !!! et il a attendu que la glace le capture ! tres fallacieux...


      • Thucydide (---.---.140.138) 29 janvier 2006 12:11

        Non, ce mammouth est tombé dans une crevasse, thèse le plus souvent avancée. J’en vois une autre très plausible, c’est que ce mammouth a pu être victime de l’effondrement d’un pingo suite à la fonte estivale de la bulle de glace sous-jacente.


        • (---.---.33.122) 29 janvier 2006 12:43

          Evidement,..., ça est raisonable, ce qui est ecrit sur l’article ne l’est pas.


          • Luc Luc 29 janvier 2006 19:16

            @ Thucydide : Effectivement, la chute dans un trou de glace a été une thèse généralement avancée pour expliquer la conservation de « ce » mammouth (là, j’en mentionne trois ...) J’ai effectivement écrit dans cet article que beaucoup de thèses circulent, dont celle-là.

            Mais, ce n’est pas « un » ou « deux », ou même « trois » mammouths qui ont disparus. c’est une espèce entière qui s’est éteinte il y a 10000 ans, après avoir survécu pendant deux millions d’années.

            Et là, on ne peut pas supposer que des millions de mammouths sont tombés dans des trous de glace ...

            La disparition de ces mammouths, ainsi que leur état surprenant de conservation a toujours été une énigme. Jusqu’ici, on n’avait jamais avancé la thèse d’une glaciation super-rapide. La brutalité de la glaciation de Younger Dryas (en moins de dix ans) n’a été découverte que tout récemment (1993). C’est seulement maintenant qu’on est capable de rapprocher les éléments du puzzle.

            Bien sûr, ça n’est qu’une théorie. On verra très très vite si elle se vérifie.

            Regardez une mappemonde : Bordeaux est à la latitude de Montréal et de Vladivostock. Vous êtes déjà allés à Montréal au mois de janvier ?


            • (---.---.75.183) 30 janvier 2006 10:08

              Davantage sur le mammouth...


              • Thucydide Thucydide 30 janvier 2006 12:24

                Luc, je ne dis pas que la mort accidentelle de ce mammouth est à généraliser pour l’ensemble de ses congénères. C’était une précision, parce que votre texte lie cette mort accidentelle avec la disparition des mammouths (c’est du moins comme ça que ça a été perçu par plusieurs lecteurs). D’une manière générale, beaucoup de fossiles particulièrement bien conservés sont dus à des morts accidentelles : chute dans des fosses à goudrons naturelles, dans des tourbières, etc.

                En passant, j’en profite, au sujet de la cause exacte de la disparition des mammouths. Je voudrais apporter ces précisions : la thèse d’un bouleversement du climat est depuis toujours celle qui est le plus souvent retenue pour expliquer la disparition des mammouths, mais personnellement, et comme je l’indique dans un article que j’ai posté ici http://www.agoravox.com/article.php3?id_article=5527, pour moi, ce n’est qu’un facteur aggravant, la cause principale, c’est la chasse faite par l’homme. Et ce, parce que les mammouths (il y en a eu plusieurs espèces, l’éléphant indien étant le dernier survivant) ne se sont pas tous éteints brutalement, le dernier a survécu sur une île à l’abri des humains jusqu’à il y a 4000 ans, et il a pu être exterminé à ce moment-là par des humains qui ont atteint l’île. Il faut dire que les dernières dizaines de milliers d’années ont été marquées par la disparition de toute une série de très grands animaux, et seule une partie d’entre eux étaient concernés par les glaciations (du moins, directement). Par exemple, beaucoup de grands animaux australiens ont disparu alors que ce continent est exempt de glaciations, par contre, comme par hasard, leur disparition coïncide avec l’arrivée des hommes. Cette vague de disparitions, qui s’est poursuivie aux temps historiques (et qui, hélas, se poursuit encore plus que jamais) porte la marque de l’homme, même si les bouleversements de toutes sortes sont forcément des facteurs aggravants.

                Au sujet de cette mini-glaciation instantanée à laquelle vous faites allusion, elle est très probable, par contre, il est plus difficile d’évaluer son importance précise. Comme le soulignent à juste titre les quelques irréductibles qui réfutent l’idée d’un réchauffement climatique, les variations du climat sont plus fréquentes qu’il n’y paraît, comme le prouve une ère qui s’est étendue sur quelques siècles après la Renaissance et qu’on a appelée la « petite époque glaciaire ». Toutes ces fluctuations sont normales ; mais ça n’empêche pas que globalement, le climat soit effectivement en train de se réchauffer actuellement. C’est une chose qui est pratiquement acquise, puisque même les USA finissent par le reconnaître (à contrecœur). Certains peuvent encore douter que ce soit sous l’influence de l’homme, mais là encore, la probabilité pour que l’homme n’ait rien à voir là-dedans est très faible : l’analyse des carottes de glace de l’Antarctide prouve que le climat n’a jamais été aussi chaud aussi loin que l’on peut remonter dans le temps avec ces carottes, soit 400 mille ans. Si l’homme n’avait rien à voir là-dedans, ce serait une coïncidence pour le moins étonnante.


                • Luc Luc 30 janvier 2006 19:55

                  Thucydide, je reconnais bien volontiers qu’il est possible que les trois mammouths retrouvés perques intacts dont je parle aient « bénéficié » de circonstances de mort exceptionnelles qui ont permis leur préservation jusqu’à nos jours. Et, sur ce plan, les hypothèses de « trous de glaces » sont dignes d’intérêt. Je reconnais aussi que, voulant faire un texte relativement concis et percutant, je ne suis pas rentré dans tous les détails et cette synthèse pouvait un peu prêter à confusion.

                  Mais, je veux bien croire que la chasse de l’homo sapiens sur les différentes espèces de mammouths et de leurs cousins les éléphants aient eu une incidence sur leur survie. Par contre, quand on considère l’étendue gigantesque de la Sibérie, j’ai du mal à croire que dans cette région déserte et inhabitée par l’homme il y a dix mille ans, la chasse faite par l’homme puisse être une cause crédible concernant l’extinction des mammouths laineux de Sibérie (sujet de mon article) ...

                  Je faisais donc juste remarquer que la brutalité de la glaciation Younger Dryas il y a 12800 est un fait qui a surpris tout le monde quand ce fait a été reconnu par la communauté scientifique il y a une dizaine d’années. Jusque là, tout le monde pensait que l’arrivée d’une ère glaciaire, ça se comptait en siècle, voire en millénaire. Eh bien non, ça se compte en décade !!!

                  Et, de mon point de vue, cela éclaire d’un jour tout à fait nouveau le problème de la disparition brutale des mammouths de Sibérie il y a 10000 ans. Ceux-là même qu’on continue à retrouver intacts et congelés.

                  Le rapprochement de ces deux considérations, tel était le sens de mon article.


                  • (---.---.47.238) 30 janvier 2006 22:05

                    « Makalu » & autres Glaciers EurAsiens. Vous et Votres commentateurs parlent des Mommouths tombes aux environs des « ceraques »(les epaules d’un glacier) dans des crevasses a la fin du temps ou la neige_ gelee_ Alpin etait aussi pendant l’ete jusqu’a la riviere Bavarienne « Würm »(120’000 - 12’800 ans(Calendrier de Julianus) avant l’an 2005. Pourquoi pas ?C’est ma domaine.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès