Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Technologies > La fracture numérique des plus de soixante-dix ans

La fracture numérique des plus de soixante-dix ans

Depuis ce matin, nos parlementaires réfléchissent à la fracture numérique (chère à notre bon président) qui exclut les plus de soixnte-dix ans, nous apprend le journal Le Parisien.

Si un certain nombre d’arguments penchent en faveur de l’appropriation de ce nouveau moyen de communication, baisse du prix des ordinateurs, généralisation de l’ADSL, seuls 6% des plus de soixante-dix ans disposent des outils de connexion à l’Internet.

Quel principal reproche les plus de soixante-dix ans font-ils à l’Internet ?

"L’ordinateur et sa technologie font peur, et je ne saurais pas m’en servir."

Si cette réponse peut en faire sourire certains, il ne faudrait pas oublier que surfer sur l’Internet demande tout d’abord de savoir mettre en route un ordinateur destiné avant tout à être un outil de bureautique (traitement de texte, tableur).

Les plus malins d’entre nous ont oublié que la notion de « plug & play » ("branchez et ça marche" : expression pour indiquer que l’installation et l’utilisation d’un matériel sont à la portée de tous), chère aux industriels de la micro informatique, est surtout un concept fumeux.

De l’impulsion sur le bouton « start » en passant par le ou par les mots de passe, pour arriver sur le « bureau », reconnaître la bonne icone, puis lancer une connexion

(qui peut être aléatoire), en passant par les mystères du système d’exploitation qui peut décider de vous envoyer un message, ou tout simplement planter la machine...

Soyons honnêtes, et reconnaissons qu’il y a beaucoup de moins de soixante-dix ans qui ont frisé la dépression.

Comment pourrait se définir l’ordinateur idéal pour surfer sur l’Internet ?

  • Une machine peu encombrante équipée d’un clavier-écran intégré
  • Une connexion automatique vers un ou plusieurs bouquets de services
  • Des touches de raccourcis dont certaines verraient leur fonction inscrite dessus
  • Des touches flèches permettant de se déplacer facilement sur l’écran
  • Des menu textes permettant de choisir la fonction souhaitée
  • Un ou des opérateurs surveillés ou contrôlés par les pouvoirs publics, ce qui limiterait les risques d’abus sur les personnes.

Séduisant, non ?

Eh bien, cette définition est née en 1983 et a donné... le minitel
"Présenté au grand public comme annuaire électronique, destiné à remplacer la version papier des annuaires téléphoniques. Il a été distribué gratuitement dans les postes."

A cette époque-là, le Minitel n’était pas toujours bien accueilli par les gens

 : son aspect technique rebutait ou déconcertait parfois les consommateurs.

Il fallait en effet un léger apprentissage avant de découvrir sa simplicité d’utilisation.

Il s’agissait bien sûr d’un phénomène sociologique normal : un temps d’accoutumance a été indispensable à l’utilisation du téléphone, il y a un siècle, car il était accusé de briser l’intimité du foyer.

Ainsi, ce furent d’abord les jeunes, plus familiarisés avec les technologies nouvelles et les claviers, qui constituèrent la clientèle d’avant-garde de ce mode de communication révolutionnaire.

En effet, nous étions aussi à la grande époque de l’informatique familiale, et acquérir un Minitel, c’était faire venir gratuitement un ordinateur chez soi.

 

Amusant, non ?

Le débat n’est pourtant plus aujourd’hui à la nostalgie, on ne se demande plus : « Et si les Américains avaient adopté le Minitel... » Il est souhaitable par contre de se demander si un ordinateur n’est pas surdimensionné par rapport à la fonction de recherche d’informations ou à l’envoi de courriers électroniques !

On me répondra : « Et le téléchargement de musique, vidéos et autres films ? » Je répondrai que rien n’empêche de mettre au point des terminaux spécialisés pour l’Internet ne disposant pas de fonctions évoluées, mais répondant à des aspirations plus classiques.

On pourrait très bien concevoir que les internautes qui souhaitent utiliser des fonctions évoluées se tournent (ce qui est le cas aujourd’hui) vers l’achat d’un ordinateur.

On ne réduira pas la fracture numérique en étant persuadé qu’il suffit de mettre au point un programme « Internet accompagné » ou au travers de services à domicile (chèque emploi services) dont personne ne vérifiera le niveau pédagogique.

Alors, Mesdames et Messieurs les parlementaires, pourquoi ne pas réfléchir au lancement de projets conciliant nouvelles technologies et simplicité extrême ? Je ne suis pas le seul à être persuadé que le nombre de demandeurs serait bien supérieur à la population de plus de soixante-dix ans !

Sources
Le Parisien
Le Dico du Net
Wikipedia

Documents joints à cet article

 La fracture numérique des plus de soixante-dix ans

Moyenne des avis sur cet article :  4.39/5   (46 votes)




Réagissez à l'article

19 réactions à cet article    


  • Balthazar (---.---.130.5) 1er décembre 2006 11:23

    Que tout ceci ne nous fasse pas oublier le doyen du net : 84 ans et une jeunesse, une ouverture d’esprit et une générosité à faire pâlir Doc Gynéco... J’ai nommé Firmin.

    Même si son petit-fils s’occupe de la partie technique du blog, le vieux Papy du web n’a pas fini de se bagarrer pour ses idées... et surtout ses idéaux. De quoi en remontrer à certains petits jeunes de 30-40 ans (dont je suis) qui en cherchent encore, des idéaux !

    http://le-blog-de-firmin.blogspot.com/2006/08/je-suis-un-hros.html


    • Célina (---.---.42.92) 1er décembre 2006 12:35

      Très beau. Une sorte de testament philosophique, ouvert sur l’avenir et sur la jeunesse. De l’espoir, de l’émotion et de l’engagement citoyen. Beau blog ! Chapeau bas, le Papy !

      (moi qui n’aime pas trop les vieux, me voilà réconciliée !!!...)


    • Fred (---.---.64.1) 1er décembre 2006 11:24

      Pourquoi pas des terminaux simplifiés pour l’accès internet, il me parait même évident que cela va arriver, maintenant on peut survivre sans internet et faire des grands déclarations politiques parce que c’est peut être un peu compliqué à installer, je trouve ca franchement démesuré.


      • Horus (---.---.191.128) 1er décembre 2006 11:27

        Nous sommes, de toute façon, encore à l’ére préhistorique de l’informatique, parce que tant qu’il faudra appuyer sur « démarrer » pour arreter, il sera, très, difficile de gagner la confiance des séniors !!! smiley


        • dionysos (---.---.41.42) 1er décembre 2006 22:12

          la reponse à ton probleme existe : linux


        • parkway (---.---.18.161) 1er décembre 2006 14:49

          la fracture numérique pour les plus de 70 ans, chirac y a pensé pour quand il sera en prison...


          • Floruf (---.---.123.101) 1er décembre 2006 15:19

            sans déconner, je ne pense pas que ce besoin d’informatique soit si vital chez nos anciens , il est facile de se passer d’une technologie que l’on ne connait pas et dont on s’est passé pendant plus de 70 ans. Je ne pense pas que la majorité des agoraxiens trentenaires ou quadras accrocherons à toutes les technos que nous reservent les 30-40 prochaines années !Pour ma part,informaticien de 30ans,j’ai déjà abandonné l’évolution du mobile le jour où il a cessé de n’être qu’un téléphone !La technologie n’est valable que si elle repond à un besoin et j’ai comme l’impression que les vieux vivent très bien sans internet !


            • Stéfan Stéfan 1er décembre 2006 15:37

              En fait ça y est, ça existe, ce dont il est question dans cet article. Ca s’appelle Easy Neuf (Neuf Télécom, septembre 2006, voir cet article) ou encore Djinn (France Télécom, actuellement en test en Gironde, voir cet article).


              • Michel (---.---.174.8) 1er décembre 2006 15:39

                J’ai passé 70 ans, et j’ai hésité quelque temps avant de passer à l’Internet (je me suis servi d’ordinateur en activité) et j’en ai eu à la retraite pour faire des jeux d’énigme, des simulations d’aviation, mon épouse le courrier etc... Mais je suis très content d’Internet ; ce ne n’est pas vital bien sûr, mais cela me rend bien des services car j’habite la campagne et la bibliothèque de la petite ville d’à côté n’a pas toujours les ouvrages scientifiques que je souhaite consulter. Grâce à Internet, je prends contact du monde à travers des forums comme le vôtre, et même si j’interviens rarement, j’apprécie beaucoup. Cela ne m’empêche pas de lire ou d’aller au cinéma !

                Si les personnes de mon âge hésitent à « se lancer » c’est qu’elles manquent d’un « moniteur » qui pourrait les aider au départ, déjà pour brancher un ordinateur, et pour les dépanner quand elles se plantent ! Et je connais bien des « jeunes » qui ont aussi eu besoin d’un copain « informaticien » pour les guider au départ ! Un petit entrepreneur qui assurerait ce genre de prestations ne manquerait pas de travail ! Il gagnerait bien sa vie en se rendant utile ! Cela pourrait être un débouché pour des informaticiens sans emploi !


                • ade (---.---.251.58) 14 décembre 2006 17:55

                  > « Un petit entrepreneur qui assurerait ce genre de prestations ne manquerait pas de travail ! Il gagnerait bien sa vie en se rendant utile ! Cela pourrait être un débouché pour des informaticiens sans emploi ! »

                  Bof... c’est de la théorie. En pratique, je ne suis pas sûr que les gens soient prêts à payer (suffisamment cher) pour que ce soit viable, alors que souvent il y a un petit jeune à côté (ou dans la famille) pour faire le boulot gratos...

                  D’autre part, les grandes enseignes font maintenant un gros effort sur la hotline et l’assistance à domicile => difficile de faire concurrence avec ces mastodontes qui sont en position favorable pour proposer le service en même temps que le produit !


                • Stéfan Stéfan 1er décembre 2006 15:45

                  @floruf : je ne suis pas d’accord. La proportion de population de personnages âgées va fortement augmenter dans les quelques années à venir ; l’ensemble des services qui leurs sont destinés ne pourront pas être assurés sans utiliser des outils de dématérialisation et de télécommunication permettant une meilleure efficacité (télémédecine permettant d’effectuer des relevés sommaires à distance par exemple, évitant ainsi le déplacement d’un médecin ou d’une infirmière). Or ces outils ne fonctionnent de manière optimale que si de chaque côté ils sont acceptés et compris : à la fois par le fournisseur du service et par celui qui en bénéficie.

                  Ces dernières années, on a entendu parlé de façon croissante de l’isolement des personnes âgées ; ne pas savoir utiliser des outils de télécommunications aujourd’hui utilisés par la majeure partie de la société « active » ne fait que renforcer cette exclusion.

                  Il y a dans l’appropriation des TIC par les personnes âgées des enjeux importants liés à leur maintien à l’intérieur de la vie de la société. Il appartient aux pouvoirs publics d’accompagner cette appropriation, qui n’est effectivement pas naturelle au départ parce que ces personnes ont certes vécu toute leur vie sans ces outils, mais dans un monde qui lui non plus ne les utilisait pas.


                  • Floruf (---.---.123.101) 1er décembre 2006 16:13

                    Comme vous le dites la proportion de personnes agées va fortement augmenter dans les quelques années à venir ce qui veut dire qu’aujourd’hui Internet n’est pas encore indispensable aux personnes agées car les services à la personnes sont encores très humanisés, quand il sera nécessaire aux personnes d’un certain âge d’utiliser cet outil de communication nous seront dans une époque où la majorité des gens(les retraités baby-boomers) se seront frottés au Web dans leur milieu professionnel, de ce fait ils en connaitront déjà les rudiments.


                  • Stéfan Stéfan 4 décembre 2006 15:35

                    Effectivement, j’ai aussi pensé à ce phénomène d’accompagnement naturel où les personnes âgées seraient en fait celles qui auront déjà utilisé les TIC avant d’être âgées, mais je ne suis pas complètement convaincu que les calendriers soient bien synchronisés. La place des TIC dans le fonctionnement de la société progresse à mon avis plus vite que la population ne vieillit. Des personnes en fin de carrière professionnelle peuvent très bien se retrouver à la retraite sans avoir jamais vraiment manipulé un ordinateur dans leur travail, ou bien l’appropriation a pu se faire sous la contrainte ; au bilan, ces gens se retrouvent à la retraite en sachant au milieu allumer et éteindre l’ordinateur (1er cas), au pire ils ont acquis une hostilité face à cet outil à cause d’une mauvaise expérience associant l’outil à la contrainte professionnelle (2nd cas). Par ailleurs, en milieu professionnel, l’utilisateur n’est pas seul, il y a des gens autour de lui dans l’entreprise qui peuvent l’aider, lui expliquer, etc. Chez lui il est plus démuni, il n’a pas un service informatique à sa disposition dans son salon... Et tout ça sans compter les professions manuelles qui n’ont pas forcément besoin de manipulation d’un ordinateur.

                    Bref, tout ça demanderait une analyse socio-démographique plus approfondie, mais je ne suis pas sûr que le problème se résolve aussi naturellement que vous le dites, à moins d’accepter de sacrifier une génération.


                  • Cyrrus Smith (---.---.73.171) 1er décembre 2006 17:55

                    Un ordinateur simplissime, ça existe, et il tourne sous Linux, c’est Ordissimo http://www.ordissimo.com/

                    Sinon, pas besoin d’être agé de plus de 70 ans pour avoir une peure irrationnelle de la bureautique (car tout ceci n’est pas vraiment de l’informatique). la plupart de mes collègues enseignants de plus de 40 ans paniquent simplement devant un nouveaux logiciel, mais aucun d’eux n’a le simple réflèxe de lire le mode d’emploi pourtant simple rédigé par un collègue. En fait je remarque aussi que Microsoft a habitué les gens à l’idée que l’informatique ne demande pas de réflexion et que ça doit marcher tout seul, que les cédérom démarrent tout seul, que les programmes s’installent tout seul comme par magie (y compris les spywares smiley, que lire un manuel semble incongru. Peut être aussi ont ils la conviction que cela ne sert à rien pusqu’ils sont sous doués en "informatique. Je me souvient d’un proviseur adjoint paniqué à l’idée de transférer une pièce jointe d’un courrier électronique sur une disquette, sous windows98, et faisant un drame pour cela (c’était il y a un an). Beaucoup d’élèves à qui l’on demande de s’ouvrir à des savoir neufs auraient bien ris de cette peur et de sa colère ! Il est vrai qu’à 48 ans je regarde mes collègues, parfois plus jeunes, comme un gamin amusé...


                    • retraitée (---.---.149.51) 1er décembre 2006 18:21

                      Je suis retraitée (62 ans) et lorsque j’ai quitté mon activité, j’ai proposé à ma municipalité de mettre en oeuvre une initiation basique à l’informatique pour adultes. Cela fonctionne maintenant depuis plus d’un an, j’ai des groupes de 6 personnes pendant 4 semaines (2x4 h par semaine). Le public est composé de jeunes adultes et beaucoup de retraités (j’ai même eu un participant de 86 ans, qui voulait correspondre par Windows live messenger en direct avec son fils dans le Pacifique). Je suis très contente de pouvoir faire part de mes acquis à toutes ces personnes, qui sont bien sûr enchantées d’arriver à ce servir de cet outil (certains n’ont jamais manipulé de souris, ni connu un clavier). Et ceci est entièrement gratuit, les 3 postes informatiques et le local étant mis à disposition par la municipalité.


                      • cdg (---.---.206.254) 2 décembre 2006 09:45

                        « Un ou des opérateurs surveillés ou contrôlés par les pouvoirs publics, ce qui limiterait les risques d’abus sur les personnes. » N importe quoi. Le cotrole de l etat francais sur le minitel n a pas empeche le minitel rose et le controle de l etat francais sur internet ne ferait que de la censure (et je suis gentil en parlant de l etat francais, pourquoi pas les camarades du PC chinois ? ils ont l experience eux !)

                        Pour le reste mes parents se sont mis a internet le jour ou je suis parti a l etranger. Le telephone cher et complique par le decalage horaire. L email c est gratuit et ca marche bien. Il suffit de leur montrer, faire une feuille de papier avec un mode d emploi.

                        Miantennat ils se sont appropries l outils et sont meme capable de faire des choses que je leur avait pas montre !


                        • moniroje moniroje 3 décembre 2006 15:14

                          Sur le Net, j’ai connu un Papi de 89 ans dans un forum d’ados fans de Zazie !!! jusqu’au jour où son fils nous a laissé un message pour nous prévenir que l’adieu du vieux, il y a une quinzaine, avait été un vrai adieu : la veille de sa mort...

                          Vrai que avec Windows systématique dans nos ordis, faut s’adapter : pour arrêter la machine, faut appuyer sur Démarrer ! puis, pour être autonome, faut apprendre aussi à avoir un anti-virus, le mettre à jour, un firewall ; pour économiser la cinquantaine d’euros d’entretien-bidon demandé aux ignares par une grande surface informatique, faut nettoyer la base de registre, défragmenter et puis on apprend à se débrouiller quand ça plante, du moins les tits plantages avec les fenêtres bleues. Heureusement, avec XP, ça s’est amélioré !!! mais quand même !!! toute une culture qu’on acquière avec le temps et on croit qu’on devient un poil informaticien. En fait non : on devient windowsien.

                          Ce fut mon parcours de chômeur à retraité : je suis donc un papi, un vieux, un que vous serez un jour.

                          Mais depuis, des OS Linux ont eu la bonne idée d’aller dans le sens de Microsoft : vers les débutants. J’ai essayé et depuis, je réalise que je deviens de moins en moins informaticien (pardon, windowsien) :

                          pour installer l’OS, faut appuyer sur Installer et attention dire : Français et basta : tout le matos même ma connexion câble, c’est reconnu sans rien me demander.Pour Arrêter faut appuyer sur Arrêter ou Déconnexion ; pas de firewall, pas d’anti-virus,(mais pour que ça continue, continuez à utiliser Windows, svp) pas de défrags, pas d’entretien, c’est quoi un dll ?? on s’en fout, ça marche. Et puis, c’est beaucoup moins cher et quand mon XP plantait une fois par semaine,(et 98 SE une fois par jour), ma Mandriva plantait une fois par mois et ma Suse deux fois en un an !

                          Alors, les vieux, je pense qu’avec le temps, yaura même plus besoin de formation tant les ordis seront devenus simplissimes pour tous. Et quand je vois que pour 600 euros on a maintenant un portable ultra-performant, ça montre que déjà ça existe l’équivalent basique du Minitel.

                          Mais bien vrai que c’est pour eux, les vieux, une formidable fenêtre sur le monde : pouvoir tirer la langue à son petit-fils par la webcam est aussi chouette que montrer sa verdeur à une copine. Agoravoxer, wikipediatiser, peer2peeriser, jouer à la bataille navale en ligne : on n’a pas que ça à faire mais ça occupe.


                          • Fabien Bardoux (---.---.0.195) 3 décembre 2006 18:32

                            En tout cas ma maman s’y est mis depuis 10 ans et elle est devenue une vraie surdouée de l’info ! c’est possible !! smiley


                            • erik-gershom (---.---.42.120) 27 janvier 2007 19:41

                              depuis quand parce qu’il y a une nouvelle technologie faudrait-il en abreuver tout le monde. LA plupart des personnes agées n’ont pas toujours les moyens de manger à leur faim normalement vu que beaucoup sont des épouses n’ayant pas toujours travaillé, beaucoup n’ont même pas de véhicule ou de possibilité de se déplacer ; alors faire tout un cirque de la part d’un président de la république pour une technologie c’est bien, mais il devrait d’abord s’assurer que l’ensemble des personnes agées soient traitées correctement. Dans ce cas pourquoi l’état n’offre t’il pas des ordinateurs dans les maisons de retraite pour faire participer nos anciens ; arrêtons donc un peu cette poudre aux yeux qui ne sert à rien sinon à faire croire que l’on s’occupe des plus agées alors qu’il n’en ait rien, les maisons de retraite sont pleines et il y aurait à redire sur un certain nombre d’entre elles quant à la salubrité et au respect des règles. J’ai travaillé en tant qu’artiste intervenant dans des milieux hospitaliers et il faut voir comment sont parfois traités ces personnes agées. Donc faire croire que l’informatique va améliorer la vie des anciens, oui certes mais pour une quantité infime. ALors parler de fracture numérique pour les personnes agées quant on se « fout » tout simplement de leur santé ou de leur subsistance c’est écoeurant.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès