Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Technologies > La grande théorie de l’évolution

La grande théorie de l’évolution

La théorie de l’évolution a évolué depuis Darwin. Le modèle standard dit synthétique ou alors néo-darwinien (SET) est mis en balance avec d’autres alternatives et notamment le modèle étendu. Mais il n’est pas certain que ce modèle (extended evolutionnary theory, EET) ne soit pas lui-même dépassé. Auquel cas, nous pourrions évoquer un modèle encore plus étendu et riche en notions et explication. Ce modèle je le nomme grande théorie de l’évolution. En français, GTE et en anglais GET. L’évolution est une théorie dont on ne connaît pas le nombre définitif d’étapes, deux, trois ou quatre. Il n’est pas inutile de caractériser ces étapes par les notions importantes qui en constituent les colonnes vertébrales successives. Bien évidemment, ces caractéristiques ne sont pas absolues et peuvent être amendées par chaque chapelle de l’évolutionnisme, voire chaque spécialiste. Je vais prendre un choix arbitraire et me contenter d’exposer les trois premières étapes en traduisant en le complétant un schéma proposé par Massimo Pigliucci et Gerd Müller, in : Evolution - The extended theory, MIT press, 2011.

I. Le modèle originel de Darwin. (1) Héritage. (2) Variations. (3) Sélection naturelle. Les centaines de pages écrites par Darwin gravitent essentiellement autour de ces trois notions avec des descriptions précises et riches issues de ses observations sur lors de ses voyages.

II. Le modèle néo-darwinien ou théorie synthétique de l’évolution. Cette théorie est tout simplement un accomplissement des thèses formulées dans l’origine des espèces de Darwin. Son armature s’est constituée entre 1940 et 1960 mais elle n’a cessé de voir s’ajouter des détails, des descriptions et des constats scientifiques que les techniques récentes ont permis de fournir, notamment dans le domaine moléculaire. Avec des précisions sur les mutations, les gènes, les mécanismes de l’hérédités et tout un ensemble de processus nucléaires capables de modifier le génome. (1) Hérédité des caractères, Mendel. (2) Découverte des gènes et des mécanismes produisant des variations dans le génome. (3) Génétique des populations. Cette spécialité scientifique permet d’établir des corrélations entre les homologies génétiques et les rameaux phylogénétiques et de suivre la distribution des gènes dans les espèces en relation avec une « pression évolutive ». (4) Le hasard qui produit des variations. (5) Les processus de spéciation et les tendances évolutives. Ces cinq notions viennent alors compléter une sixième qui est la sélection naturelle.

III. La théorie étendue de l’évolution. Cette nouvelle conception incorpore plusieurs notions et sous-ensemble théoriques venant compléter le modèle synthétique. La controverse porte du la nouveauté de cette théorie étendue. Ont été ajoutés les éléments suivants. (1) La théorie de l’évo-dévo. (2) Plasticité et accommodation. (3) Construction de niches. (4) Hérédité par mécanismes épigénétiques. (5) Théorie des mèmes, Dawkins. (6) Evolvabilité. (7) Sélection multi-niveaux. (8) Evolution génomique. Cette conception dite étendue de l’évolution est controversée car on ne peut dire si elle est différente de la précédente dans son architectonique. Tout dépend alors comment les notions s’articulent, quels sont leur poids respectif et lesquelles occupent des positions centrales. Comme l’ont ouvertement souligné les promoteurs de cette théorie, l’objectif est de prendre une distance avec le génocentrisme.

L’intention qui anime les promoteurs de la théorie étendue s’inscrit dans une alternative qui a été parfaitement résumée par John Maynard-Smith dans un petit livre traduit aux éditions Cassini. Avec les deux tendances en biologie, l’une mettant au centre les gènes, le génome et le programme génétique robuste et conservé au cours de l’évolution, l’autre jouant plutôt sur des processus globaux, non génétique, physiques et orchestré autour du principe de l’auto-organisation et un peu moins centré sur l’information génétique. D’où pour simplifier, le choix entre le réductionnisme génétique et le holisme multi-interactif. Ou entre un déterminisme algorithmique dû aux gènes avec leurs expressions régulées depuis le noyaux et un globalisme présupposant l’existence de processus organisateurs qui ne sont pas directement contrôlés par les gènes mais émergent sous l’effet des interactions entre molécules exprimées et cellules différenciées.

Il n’est pas certain que l’alternative en évolutionnisme soit strictement « répondante » face à l’alternative en biologie du développement. Chaque domaine a ses concepts et notions spécifiques. Une théorie exacte de l’évolution doit comprendre le vivant autant comme détermination biologique que comme ensemble d’espèces amenées à interagir dans le milieu, à le transformer et à évoluer ou bien s’y adapter.

IV. La grande théorie de l’évolution. Le panorama très sommaire que je viens de tracer permet de situer deux et certainement trois étapes dans la théorie de l’évolution. Mais au stade de mes investigations, je me pose la question sur cette possible quatrième étape, post-darwinienne, dont j’ai dessiné quelques contours dans un essai qui est loin du compte car la grande théorie de l’évolution me semble pour l’instant inaccessible, sorte d’Everest scientifique hors de portée. Je crois que l’essentiel est de savoir maintenant poser les bonnes questions sur l’évolution. Je vais y réfléchir.

J’ai une seule certitude, c’est que le 21ième siècle verra émerger cette grande théorie de l’évolution. Je vais tenter d’y contribuer en contournant les institutions scientifiques qui ne m’apporteront aucune aide je pense. Je n’attends plus aucune aide d’ailleurs, le monde est une jungle et je suivrai mon destin de Job. Si ça vous intéresse, je vous suggérerai ce que je pense être les grandes questions après réflexion.


Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (18 votes)




Réagissez à l'article

52 réactions à cet article    


  • Spartacus Spartacus 22 décembre 2014 09:02

    « D’où pour simplifier, le choix entre le réductionnisme génétique et le holisme multi-interactif. Ou entre un déterminisme algorithmique dû aux gènes avec leurs expressions régulées depuis le noyaux et un globalisme présupposant l’existence de processus organisateurs qui ne sont pas directement contrôlés par les gènes mais émergent sous l’effet des interactions entre molécules exprimées et cellules différenciées ».


    Heureusement que c’est simplifié ! C’est beaucoup plus clair.

    • amiaplacidus amiaplacidus 22 décembre 2014 09:09

      Quoique scientifique (enfin, si l’on peut dire d’un ingénieur qu’il est un scientifique), je ne suis pas du tout un spécialiste de biologie (je dis biologie pour faire simple, MDR) et pourtant, je comprends sans peine ce texte. Il faut donc croire que c’est effectivement bien vulgarisé.


    • Crab2 22 décembre 2014 10:23

      Non, c’est un technicien de haut niveau, mais pas un scientifique ;
      de même qu’est souvent confondu à tord la science avec les innovations technologiques


    • amiaplacidus amiaplacidus 22 décembre 2014 13:54

      je suis bien d’accord avec vous. C’est d’ailleurs la raison de ma parenthèse.

      Un ingénieur, c’est quelqu’un qui a passablement étudié diverses sciences (en particulier math et physique ou chimie) afin d’avoir les connaissances théoriques nécessaires pour développer des objets (ou concepts) pratiques.

      C’est aussi vrai pour les ingénieurs de recherche, qui conçoivent l’instrumentation des scientifiques.

      Ce n’est en rien dévalorisant : je suis fier d’être ingénieur, mais une carrière de matheux ne m’aurait pas déplu.


    • La mouche du coche La mouche du coche 22 décembre 2014 19:09

      Attention, ce commentaire nécessite de RÉFLÉCHIR. je vais vous faire du mal mais la doctrine de l’évolution est une vaste supercherie. Je ne vais pas en refaire la démonstration, mais vous pouvez suivre le fil de commentaire ici ; http://www.agoravox.tv/culture-loisirs/culture/article/darwin-les-origines-de-l-homme-et-40181 et là : http://www.agoravox.tv/culture-loisirs/culture/article/une-video-plus-facile-sur-l-40194

      .

      En résumé, les principales critiques des opposants au darwinisme me semblent recevables et toutes dirimantes (elles étaient déjà formulées en son temps par Darwin lui-même et les darwiniens feraient bien de le lire) :

      .

      • Absence dans la nature de fossiles “intermédiaires” bizarres, imparfaits, avec des moignons, des bouts d’ailes, des écailles à la place de plumes, etc. que réclame obligatoirement cette théorie alors qu’on a plus de 150 ans de recherches archéologiques derrière nous. .

      • présence très ancienne par contre de fossiles très sophistiqués comme les araignées, oiseaux, etc. qui détruit l’idée d’une évolution allant nécessairement dans le sens d’une complexification croissante de la cellule vers le mammifère. .

      Je devrais m’arrêter là, cela suffirait, mais il y a encore :

      • Théorie darwinienne du HASARD, mot qui n’explique rien alors qu’une théorie scientifique digne de ce nom a pour mission de SIMPLIFIER et PRÉDIRE, ce que la théorie darwinienne ne fait pas. Avec Newton, on peut prédire la trajectoire d’une pomme, que peut-on prédire avec Darwin ? En réalité le mot HASARD n’est qu’un mot-valise pour dire “je ne sais pas”. On pourrait le remplacer aussi bien par CARAMBAR ou DIEU. Cela expliquerait tout autant, c’est-à-dire rien du tout. Tout ceci n’est pas scientifique.
      .
      Devant de telles difficultés, les darwiniens devraient s’arrêter et chercher une autre théorie plus précise, plus scientifique et plus sérieuse, mais ils ne le font pas, et ceci nous alerte qu’ils ne sont plus des scientifiques mais de nouveaux clercs d’une religion absconse, comprise uniquement par eux comme sous l’ancienne Égypte. De ces religions bidons, l’histoire en est gorgée et le darwinisme n’est juste que la dernière. Il disparaitra comme les autres. smiley

    • Analis 23 décembre 2014 22:25

      On retrouve là les objections pseudo-scientiques habituelles.

      1- En réalité, les fossiles intermédiaires sont très nombreux dans les archives fossiles. Les créationnistes se plaignent simplement de ce que ces fossiles ne sont pas comme ils l’escomptent, ce qui est navrant pour eux, mais sans effet sur la réalité des choses, qui n’a pas à suivre leurs desiderata. Et aucun organisme intermédiaire n’est « imparfait », tous sont parfaitement adaptés, car sinon ils ne survivraient pas. Cette curieuse remarque semble relever d’une croyance à une vision de l’évolution prédéterministe, conception fausse comme l’indiquent les fossiles.

      Quant à désirer avoir la séquence complète des fossiles, c’est une vue de l’esprit.

      2-L’évolution n’a pas à aller dans le sens d’une complexification croissante, idée que Darwin rejettait d’ailleurs. La complexification est en fait plutôt une exception. La présence de fossiles très complexes tôt dans l’évolution, seulement relativement tôt en fait, n’est en aucun cas un problème, et ils sont précédés par des formes plus simples. L’exemple des oiseaux est très bizarre, car on connaît toute la chaîne qui mène des plus primitifs aux plus modernes, et même avant des amphibiens, et avant des poissons etc... jusqu’à eux (ou à nous).

      En fait, encore une fois, c’est une vision prédéterministe qui ressort.

      3-L’évolution obéit en effet au hasard, plus exactement à la contingence, car elle est un phénomène historique, donc contingente et non reproductible. En fait, cette « objection » revient à dire que toute l’histoire qui nous mène de la période de Jules César à la nôtre n’a jamais existé, sous prétexte qu’un historien à l’époque de César n’aurait jamais pu prédire ce qui aurait suivi son époque. Ce qui est exact, mais ne change rien au fait que cette longue séquence historique s’est bien produite ! L’histoire est le fruit de phénomènes trop complexes pour qu’on puisse la prédire, en déduire son inexistence est clairement idiot. 


    • La mouche du coche La mouche du coche 23 décembre 2014 22:46

      Commentaire magnifique d’Analis qui nous montre l’état de décrépitude mentale des évolutionnistes.

      « les fossiles intermédiaires sont très nombreux »
      .
      ...quel dommage qu’on ne nous les montre pas. Ils sont certainement cachés dans une base sousterraine ultrasecrète à coté des réserves d’or de la banque centrale américaine par le lobby judéo-sioniste qui dirige le monde, alors évidemment, on ne peut pas les voir. C’est embêtant. smiley
      .
      "L’évolution n’a pas à aller dans le sens d’une complexification croissante,« 
      .
      Mais bien sûr. On est passé de la molécule d’adn dans la soupe primordiale à pof, un éléphant, puis ensuite une souris, puis un vers de terre, tout ça par hasard et dans n’importe quel sens ! Ils sont mignons, nos évolutionnistes. Quand on pense qu’ils rient de ce que les religieux croient qu’un homme ai pu marché sur l’eau. smiley
      .
       » toute l’histoire qui nous mène de la période de Jules César à la nôtre n’a jamais existé, sous prétexte qu’un historien à l’époque de César n’aurait jamais pu prédire ce qui aurait suivi son époque."

      Si vous avez compris ce qu’a écrit Analis, surtout ne prenez pas la route. smiley


    • Analis 14 janvier 2015 22:32

      >.quel dommage qu’on ne nous les montre pas. Ils sont certainement cachés dans une base sousterraine ultrasecrète à coté des réserves d’or de la banque centrale américaine par le lobby judéo-sioniste qui dirige le monde, alors évidemment, on ne peut pas les voir. C’est embêtant.

      Désolé, il y a plein de fossiles transitoires, je ne vais pas perdre mon temps à les énumérer. De toute façon, pour un créationniste, un fossile de transition ne comble jamais un fossé, mais crée simplement deux fossés, ce qui illustre leur pathologie inguérissable.

      La seule chose que j’accorde, puisque que les araignées sont citées comme apparaissant très tôt telles quelles (enfin, c’est ce que je crois comprendre), c’est qu’ils sont moins nombreux chez les arthropodes que chez les vertébrés. Mais ce n’est pas étonnant, dans la mesure où les arthropodes sont en général petits et se fossilisent plus difficilement.

      .

      >Mais bien sûr. On est passé de la molécule d’adn dans la soupe primordiale à pof, un éléphant, puis ensuite une souris, puis un vers de terre, tout ça par hasard et dans n’importe quel sens ! Ils sont mignons, nos évolutionnistes. Quand on pense qu’ils rient de ce que les religieux croient qu’un homme ai pu marché sur l’eau. smiley

      Non, justement, la complexification est une exception dans l’évolution, et ne concerne qu’une toute petite minorité de lignées (dont celle de l’éléphant, qui aussi gros et visible soit-il, ne consitue qu’une composante marginale du monde vivant, remarque valable pour tous les mammifères  ; attention à ne pas se faire aveugler par la grande taille de ces organismes, une tendance naturelle pour les géants que nous sommes mais très trompeuse). La simplification est d’ailleurs au moins aussi courante. C’est ce dont l’adoption du terme dévolution témoigne de la reconnaissance par certains, mais ce terme est trompeur dans la mesure où il laisse entendre que la marche normale de l’évolution est vers plus de complexité, et est donc à éviter.


      >Si vous avez compris ce qu’a écrit Analis, surtout ne prenez pas la route.

      Cela veut juste dire qu’on ne peut pas déduire de son caractère imprévisible que l’histoire n’existe pas, une évidence non ? Donc la même chose est valable pour l’évolution, phénomène historique s’il en est. 


    • Crab2 22 décembre 2014 10:20

      L’évolution n’est pas une théorie mais un FAIT !

      Science et morales

      Faut-il enseigner que la terre est plate ?

      Pour les fanatiques religieux, l’enjeu c’est l’école, une ou un professeur ne répond pas par sa métaphysique personnelle à une contestation métaphysique pouvant aller jusqu’à la contestation du processus physico-chimique à l’origine de l’évolution des espèces dont l’espèce humaine émanant d’une ou d’un élève, la réponse laïque de l’enseignant-te relève de l’épistémologie

      Suites :

      http://laicite-moderne.blogspot.fr/2014/12/science-et-morales.html

      ou sur :

      http://laiciteetsociete.hautetfort.com/archive/2014/12/15/science-et-morales-5510861.html


      • L'enfoiré L’enfoiré 28 décembre 2014 12:26

        Exact Crab.

        Aucun déterminisme. Des essais de la nature pour trouver des formes de vie qui permettent de traverser le temps. Qui dit essais, dit succès et échecs.

      • howahkan howahkan Hotah 22 décembre 2014 10:25

        sur une échelle qui va d’une Origine qui pour moi ne peut être rien d’autre que infinie, échelle donc d’ un infinie inconnu à la fin physique d’un corps...on regarde environ quelques fragments choisis ,jamais l’ensemble...et a partir de là....
        l’observateur qui ne sait pas L’ Origine, ne sait pas si il y a intention ou pas, bref ne sait quasiment rien dit qu évolution il y a..évolution veut dire changement ! Oh mon dieu quelle découverte il y aurait des changements, incroyable !! ! ....si je regarde un gland sans rien savoir ,vais je deviner que ce sera un chêne.. ? le gland pourrait t ’il devenir par hasard un dauphin puis un humain, puis un singe..et voler le vison et faire la guerre, tuer ,massacrer etc ..

        cet observateur darwinien est un membre d’un empire qui veut tout conquérir par la violence , la guerre etc et il a besoin d’asseoir cette démence sur quelque chose, peu importe quoi...qui sera une excuse... : c’est pas nous c’est mon grand père le singe qui vole des bananes...alors intervient le pseudo physicien qui dit l’univers est en expansion, il y a un début puis il se repends, ainsi notre vie c’est pareil, vivre c’est expansion,conquérir etc etc...dans ce système la mort ne doit pas exister..c’est pour cela que aujourd’hui le gag du transhumanisme est servi aux niais qui ne pigent rien du tout...la boucle est bouclée...

        le gland contient le chêne..que s’est il passé avant ? mystère !!! le début contient la fin....la vie contient la mort..

        j’ai comme d’autre été en contact toujours involontaire avec ce qui pourrait être L’ Origine, la pensée humaine n’a aucune capacité pour solliciter ce contact...elle peut calculer des choses mais çà non....lors de ce contact il me fut dit cela d’ailleurs....ah oui et ??? on s’en tape !!!

        cette Origine est en paix, insondable par la pensée, totalement insondable, la présence de la pensée humaine empêche cette Origine d’être...en nous meme comme elle le veut..

        par le biais d’une partie qui ne marche plus dans le cerveau elle peut nous toucher...toujours d’une manière inattendue...et comme « elle » le veut..

        l’ouverture de ce cerveau semble pour moi, par retours sur expérience,être liée ,dans mon cas, d’abord à la capacité d’être la souffrance d’une certaine façon non intellectuelle..la non plus l’intellect ne peut rien...bingo !!!! ça fait quand meme penser aux 4 nobles vérités de Mr bouddha...il y a 2500 ans....évolution ,progrès ??? ou remarquable régressions ??

        dit d’une manière plus vulgus pecum, en clair pour des cons comme nous pauvres non scientifiques...

        la pensée fait ceci..elle encontre la souffrance, ne sait pas ce que c’est, essaye de s’en débarrasser et utilisant une de ses compétence qui est de séparer, de diviser , elle crée une situation mentale qui est « je » d’un coté et la souffrance de l’autre.......ceci n’a aucun existence...à partir de la je vais vivre dans un univers parallèle illusoire qui est uniquement dans les zones conceptuelles d mon propre cerveau, ce que je ne le saurais jamais...

        l’absence de la pensée en tant que leader du cerveau, elle doit rester a sa place, cette absence fait que la parti manquante du cerveau s’ouvre comme elle le veut, « je » n’y peux absolument rien...
        alors lorsque « je » rencontre la souffrance de vivre qui est le lot de tous si si..sauf les menteurs , ayant compris que il n’y a pas « je » d’un coté et la souffrance de l’autre, « je ferme sa grande gueule et laisse la souffrance être...si il y a le moindre but derriere y compris non conscient pour la pensée,rien se passera jamais ,sauf que la tentative d fuit de la souffrance va augmenter celle ci nous amenant vers la vieillesse qui est alors un naufrage total bien sur..

        le pensée et notre formidable science qui n’est meme pas de notre fait, mais ça non plus on ne le sait pas, est un moyen , qui ne vit pas le sens, l’intention de la vie.....ceci crée de la souffrance qui pour moi n’est pas du tout un hasard mais une nécessité Originelle ,cette souffrance qui est à la fois un symptôme d’erreur, et un catalyseur....qui si il est laissé libre va alors produire comme il le veut petit à petit l’ouverture du cerveau manquant....

        la science des humains qui est un moyen est aussi une religion qui empêche l’éveil de se produire.pour moi il est clair qu’elle retarde notre réveil »...nous donnant par ses « jouets » produits, une occasion de continuer à essayer de fuir cette non vie ainsi que cette souffrance...

        elle contribue a maintenir uniquement la dualité « moi » contre le reste de l’ Univers.. qui est la source ultime de la violence humaine ,telle que des visions répétées me le disent ..

        or il n’y a pas « moi » contre L ’ Univers...il y a une sorte interdépendance globale unitaire qui n’est pas en conflit mais dans une paix étrange...là ou la question du sens n’existe plus car la vie alors ’est tout sauf souffrance...car ne pas oublier que nos désirs sont aussi souffrance..mais de tout cela ,en profondeur nous ne savons RIEN DU TOUT...psycho bla bla inclus..

        la pseudo évolution n’a rien a voir avec notre démence, darwin était un idiot...tres dangereux au service d’une empire comme le sont les tenants de l’expansion en tant que moyen de fuite de nous meme....

        oubliant ,enfin ne comprenant pas visionnairement que seul le présent existe cette tentative d’explication partisane d’avant et d’après nous , on vient d’où et on va ou ??? , nous fait constamment éviter le sujet central d’une vie humaine : «  »moi je«  » et sa démence......qui trouve logique d’éliminer les autres par la pseudo competition, qui essaye toujours d’écraser les autres, de les voler, des les torturer etc etc

        moi je s’ auto pardonne de sa démence criminelle ..sauf ,indication utile, sauf si je tue ou vole à une petite échelle artisanale car ça c’est interdit...

        c’est non seulement dément mais un non sens total....

        « je pense donc je suis » est a balayer pour moi, je remplace par «  »je souffre ,alors je vais avoir une chance de vivre si je ne fuis pas cela..«  »« 

        et tout ceci est parce que nous ne faisons que essayer de se fuir soi meme...et cette fuite impossible utilise alors tout et n’importe quoi pour cela....mais la constante est que tout çà c’est pour demain...pour le présent il n’y a rien de prévu...c’est exactement Le sujet central des religions organisées..demain ça ira...or si vous avez remarqué,quand demain semble arriver c’est toujours aujourd’hui ..

        ainsi le vrai mouvement st en nous meme, il est un mouvement mental de fuite...sujet d’une vie entière...mais y penser ne servant a rien..........
        dans ce que je dis, ne pas aller bien est le signe que »quelque chose "essaye de nous éveiller....


        • howahkan howahkan Hotah 22 décembre 2014 10:53

          ceci a des conséquences immédiates profondes sur la psyché lorsque se produit cette rencontre involontaire directe avec cette Inconnu étrange totalement en paix..

          L’Origine donne alors à « je » de voir en profondeur donc clairement l’interdépendance de TOUT...l’humain lui passe son temps a nier ce fait absolu pour justifier sa démence élitiste et non élitiste,élite il n’y a pas en fait ,,bien que déjà pour les objets et techniques et production de tout,ce soit depuis le début une interdépendance collective qui a permis que nous soyons encore là , il nie cela pour voler et accumuler ,ne sachant jamais que ce qu’il fait est d’essayer de se fuir...ce qui est impossible les rêves -cauchemars de fuite disent cela mais on ne sait pas voir ni écouter..

          la vie amène des événements qui doivent être vécus..ce sont les événements qui doivent diriger...ce sont les maîtres du jeu..nous on a inversé le propos en disant que moi je est le maitre du jeu.......« moi je » à sa place bien sur...mais pas ou on le pense..

          Ce long voyage vers la Source nous fait découvrir ce que nous sommes...il est plus facile pour une personne non éduquée , non scientifique, non intellectuelle d’aller vers ce chemin..

          on y rencontre le désir absolu que ce que je veux continue à jamais...c’est a ce moment précis que ça commence à se gâter sévère !!! voila pourquoi les enfants qui n’ont pas encore développés ce désir ultime....n’ont pas encore cette peur de mourir...la peur superficielle de mourir signifie à un niveau profond le désir de continuité ad vitam eternam ..ce niveau profond est plus que la pensée..il semble concerner intégralité du cerveau...bien que les religions ne m’intéressent pas du tout, je suis obligé de voir la corrélation apparente du moins, entre ce que je décris et le pseudo esprit sain...de qui vous savez...tout ne serait donc pas illusion ou mensonge...mais seraient là aussi des anciennes vérités vécus par certains ..

          enfin je dis ça mais je dis rien, c’est juste pour causer....


        • Alexis_Barecq Alexis_Barecq 22 décembre 2014 10:42

          Supercherie...
          Quand l’humanité ira sur une autre planète créer la vie à partir de molécules chimiques, à base d’ADN, il s’agira d’une création scientifique.
          Les vieux paradigmes n’en finissent pas de mourir...


          • fred.foyn Le p’tit Charles 22 décembre 2014 10:58

            HASARD.... !

            Le hasard exprime l’incapacité de prévoir avec certitude un fait quelconque, c’est-à-dire prévoir ce qu’il va advenir. Ainsi, pour éclairer le sens du mot, il est souvent dit que hasard est synonyme d’« imprévisibilité », ou « imprédictibilité »....

            • howahkan howahkan Hotah 22 décembre 2014 11:30

              ça se tient, je verrais aussi derriere ce mot de hasard ceci : en fait je ne sais pas,alors que je me pose en quelqu’un qui sait !! ....alors je dis que c’est le hasard...ce qui fait que je donne alors l’impression de savoir ..ou comment partir du fait que je suis ignorant, pour cacher ce fait je fais alors ce qu’il faut,mensonge, pour me transformer en quelqu’un qui sait !!

              supercherie intello donc !!!
              derrière cela se cache pur moi l’ignorance de notre propre fonctionnement instinctuelle analytique(pensée) et de l’absence d’une partie du cerveau qui ne marche plus....
              ce q i explique cette névrose de l’humain a absolument exister en tant que génie,car il doit au fond bien se rendre compte qu’il est une sorte de « crétin »... ignorant .....
              si c’est vrai,c’est une vérité...et donc ne peut être refusé....

              mais si nous étions seulement des sombre crétins, ça irait....mais voila nous sommes une espèce criminelle aussi de la pire espcce.....et là ça ne le fait plus...


            • fred.foyn Le p’tit Charles 22 décembre 2014 12:13

              bonjour...Je n’ais pas la prétention de savoir comment la création de l’univers est arrivée...même les scientifiques se disputent sur le pourquoi du comment...alors je reste dans le flou ce qui me semble logique mais pas à vous...étrange..seriez vous le créateur revenu sur terre pour délivrer « La vérité »... ?


            • howahkan howahkan Hotah 22 décembre 2014 13:51

              Salut , je ne fais que dire des songes, des visions que j’ai....je les livre telle que elles arrivent.

              serais je le créateur revenu sur terre pour délivrer la vérité ? d’après toi oui !!!


            • howahkan howahkan Hotah 22 décembre 2014 13:57

              C’est aussi un mythe bien sur....cela dit on est éduqué a considérer que personne ne dit des faits exacts...a part les politiciens, les scientifiques, la police , la justice.. bref en gros les autorités ont raison etc etc..
              j’aime bien Bernard Dugué pour cela, il balaye tout et essaye d’être ouvert... ....son attitude me plaît....


            • fred.foyn Le p’tit Charles 22 décembre 2014 15:20

              Il ne peut y avoir que « des vérités ».. ?

              L’ignorant assure..le savant doute..le sage réfléchit... !


            • non667 22 décembre 2014 12:12

              à bernard
              1°- te fatigues pas LYSSENKO on t’as reconnu !
              2°- démontres nous l’évolution " de l’inerte au vivant le plus simple , les étapes suivantes iront de soi !


              • soi même 22 décembre 2014 13:05

                A force de lire vos nouvelles révélations scientifiques philosophiques, je ne demande votre pied où il est devant où dans la tombe ?

                Car à part nous rabâches de vos attractions philosophies, vous n’apportez rien comme résolution à science, si ce n’est en rajouté une couche de vernis Rentrantmesque de clair obscur d’un raisonnement abscons de sénile juvénile qui joui comme d’un nouveaux née de ses créations abstraites de sa pensé !

                Vous n’avez pas encore compris la science dans son absolutisme est une voie de garage, et bien tant que vous en aurais pas fait le tour, vous allez pendre combien de temps à déblatéré des intelligentes imbéciles ?

                Votre obsession à être intelligent devient vraiment maladif, je vous encourage à vous faire soigné !


                • Doume65 22 décembre 2014 13:09

                  Bonjour.

                  J’ai du mal à voir vos spéculations comme du « post darwinisme ».
                  Darwin ignorait la biologie moderne et les mécanisme génétiques.
                  Sa théorie explique simplement que c’est la sélection naturelle qui est le moteur de l’évolution. Je ne vois rien dans les spéculations citées qui contredisent ce schéma.
                  On reste bien dans le Darwinisme.


                  • lermontov lermontov 22 décembre 2014 14:09

                    Un olivier peut très bien pousser en culture forcée au-delà de son aire de présence naturelle. Cependant, de façon étrange, il se cantonne à cette aire. Ce n’est aucunement lié à la mécanique (climat, etc...). Donc ?


                    • Jean Keim Jean Keim 22 décembre 2014 14:58

                      Donc ... 


                    • howahkan howahkan Hotah 22 décembre 2014 16:27

                      donc c’est lié a autre chose , quelle est cette autre chose ? si je saisis ta question , je dirais que pourquoi ne serait ce pas ce que on appelle le hasard ? mais cela pour moi cache ce fait que je ne sais pas en fait....alors si je dis le hasard mon ignorance se transforme en connaissance..je mets donc le hasard de coté, a tort ou a raisons..
                      reste donc une influence derriere cela....ou une conséquence de quelque chose X...

                      et là je me dis : et si j’arrêtais de reflechir à ce sujet précis a propos des oliviers dont la seule chose que j’en sache c’est : rien...

                      alors je serais curieux d’entendre ce que tu vois la dessus lermotov, si le cœur t’en dis bien sur merci d’ avance smiley ça m’intrigue


                    • lermontov lermontov 23 décembre 2014 13:04

                      culture forcée = domestication. La différence avec le sauvage est là : substitution de la ’volonté’ de la nature par la volonté humaine. Ca signifie que la nature a une ’volonté’, qu’elle ne fait rien au hasard.

                      Le darwinisme est une théorie d’explication du vivant entendu au sens strict d’animé. L’inanimé n’aurait qu’une incidence mécanique, la théorie le conçoit comme une sorte d’outil neutre ou de décor sans ’âme’. Ce qui est purement faux ; la nature a choisi le moindre bout de ce décor, très soigneusement et ce n’est pas juste le vivant qui change dans un décor mais le tout qui change de façon très complexe et parallèle. Tous les écosystèmes - une forêt, un désert - font partie d’une économie globale ; la moindre activité naturelle aussi ; ce n’est jamais au hasard qu’il pleut à tel endroit ou qu’il y a du vent, etc. Le hasard n’existe tout simplement pas.

                      Cette ’volonté’ de la nature est aisément détectable. Ainsi, pour revenir à cet olivier ; chaque année il produit une quantité astronomique de fruits ; un fruit amer et immangeable ; du reste, ce n’est pas même le fruit qui importe mais son noyau. Et quoi donc ? Ces graines se trouvent dans un environnement optimal, au pied de leur géniteur, parfois transportées alentour ; ils ont tout ce qu’il faut, climat et terrain propices, etc. Mais vous voyez chaque année une nuée d’oliviers jaillir ? Non. jamais. La faute aux prédateurs, aux maladies ? Non. Il y a dans la nature un gaspillage hallucinant et continu. Et le mieux est que si observez attentivement la chose, vous remarquerez que seules quelques graines vont germer. Et mieux encore, si vous êtes encore plus observateur, vous remarquerez ceci : les graines peuvent rester en dormance des années et tout à coup germer et que cette germination soudaine n’a strictement rien à voir avec la mécanique (eau, température, lumière, etc).
                      Et bref, l’évolution est un mouvement global : quand un changement affecte un être vivant, il y a eu des changements concomitants qui concernent des choses comme la géologie, le magnétisme, le climat, etc.

                      De toute façon, l’Homme s’en cogne de la vie, de l’évolution. Ce qu’il veut savoir, c’est son origine à lui. Il a une angoisse existentielle sur le propos qui le ronge et c’est cette duplicité qui l’anime - dire qu’on travaille pour de grandes choses, la Vérité à grand Veu et tout un boxon religiosant alors qu’en fait, on travaille pour des choses plus prosaïques come dormir sur ses deux oreiles et ne plus faire de cauchemars.

                      Mais pour revenir à l’évolution : celle-ci est globale ; lorsqu’un changement affecte un individu de telle espèce, il y a eu des tas de changements alentour : climatiques, magnétiques, géologiques.
                      Nous avons de la chance, car nous sommes en train de voir cela en temps réel :
                      y-a-t’il un processus d’extinction en cours ? Oui.
                      y-a-t’il une modification magnétique en cours ? Oui.
                      Y a-t’il un changement climatique en cours ? Oui.
                      Y a-t’il un changement géologique ? Oui. (par géologique, j’entends le décor ; le désert qui s’installe là où il y avait une forêt, etc) .
                      Y a-t’il des changements encore plus importants concernant le globe, son inclinaison, etc ? Oui (il semble que les séismes de magnitude M9 aient pareille vocation !)

                      Et tout cela serait causé par la papatte humaine vu que la terre est un truc mort, qu’a certainement pas de ’volonté’, etc, etc. Et puis un processus évolutif ne peut en aucune façon être brutal, ce dernier point étant une croyance de type religieux qui repose sur que dalle sinon que Darwin l’a dit et que ce n’est jamais arrivé, autant qu’on puisse le pénétrer.

                      Le pseudo affaiblissement magnétique a commencé il y a environ 150 ans. Il est donc concomitant à la civilisation industrielle et précède la hausse des températures. Cette hausse des températures est, elle, concomitante à l’accélération de cet affaiblissement. Je serais curieux de savoir où se situe papatte humaine concernant ce changement magnétique. 150 ans, ça nous fait remonter à 1870 ; suggérer que pas même un siècle d’activité industrielle humaine aurait généré un affaiblissement du magnétisme terrestre ne tient pas debout ; suggérer que pareil affaiblissement qui concerne toute la planète n’a aucune incidence ne tient pas davantage debout.

                      Et autant qu’on peut le voir, l’évolution se déroule ainsi. C’est un processus qui se déroule de façon globale car c’est la planète en entier qui est en jeu et pas juste la grande fresque qui se modifierait par petits bouts au petit bonheur la chance.
                      1. une modification magnétique survient ;
                      2. des formes existantes commencent à être détruites via de multiples moyens ;
                      3. le climat commence à se modifier
                      4. la géologie de surface se modifie ;
                      5. des espèces nouvelles surgissent.
                      Dans le même temps des modifications d’ampleur surviennent : un séisme change l’inclinaison de la terre, etc, etc.

                      Et à la fin, le monde est tout beau, tout neuf.


                    • howahkan howahkan Hotah 23 décembre 2014 14:58

                      Salut lermontov...et merci de ces intéressants propos que j’ai parcouru trop vite pour le moment mais avec grand intérêt..a priori après 1er lecture très rapide ,pas mal de choses me parlent...par contre coté climat je ne sais pas, de mon coté je ne vois rien de flagrant...de mon vivant j’ai 60 ans..et j’ai une excellente mémoire depuis très petit...

                      des que je peux être peinard je reviens la dessus..avec ou sans commentaires ou questions, je ne sais pas encore

                      si tu cliques ici, c’est le film de Jacques grimault sur la révélation des pyramides, tu vas directement vers 1h40 environ jusqu’à 1h45 environ et là il est évoqué la disparition provisoire du champs magnétique terrestre qui aurait eu lieu il y a 10 a 12 000 ans......que tu connais peut être

                      cela dit ,pour moi ceci ne change rien au chemin disons "intérieur de notre cerveau et bien +..avec ou sans catastrophe ca reste le meme....la catastrophe ne va rien chnager, a priori de la psyche qui fait de notre espèce une espece criminelle..certes pas tous bien sur..

                      ciao ..encore merci !


                    • Jean Keim Jean Keim 23 décembre 2014 20:21

                      Nous avons pour la plupart une telle envie de changement que tous les signes sont bons à prendre et pourquoi n’y auraient-ils pas et des signes et du changement en vue ? ces hypothèses en valent bien d’autres.

                      On ne va ergoter sur des détails mais il y a qq. chose qui me gène Lermontov, c’est que la nature ait une volonté, il me semble qu’avec le recul nous pouvons constater une direction, comme un dessein prégnant mais pas une autorité qui mènerait le monde, l’évolution se fait pas bon (quantique ?), le dernier serait arrivé il y a environ 3 millions d’années, dans un laps de temps très court dans l’échelle géologique, des primates se sont vus dotés d’un gros cerveau dont les capacités ainsi accrues leurs ont permis d’appréhender le monde par l’observation et la combinaison de données collectées.
                      Mais rien d’imposé seulement toute latitude d’utiliser ce nouvel outil comme nous l’entendons, même en dépit du bon sens comme nous le faisons depuis (bien) trop longtemps.
                      Une chose, un évènement géologique, biologique, cosmique etc., arrivent peut être tout simplement quand les conditions had hoc sont réunies. Ce qui n’interdit pas des conditions intelligentes.

                    • lermontov lermontov 24 décembre 2014 00:05

                      Je n’entends pas volonté au sens de gré ; plutôt au sens d’énergie. Ce pourquoi, j’ai mis des pattes d’oie.
                       


                    • alinea alinea 24 décembre 2014 00:26

                      lermontov,
                      Je crois savoir qu’il faut une multitude de semences pour procréer ( spermatozoïdes, ou graines) ; une seule ne pourrait le faire. Ce n’est pas un gaspillage, c’est une question d’énergie.
                      En revanche, les graines qui restent en dormance, se « réalisent » bien avec des effets climatiques ; très visibles ici avec l’oseille sauvage ; par exemple, une vraie saloperie d’ailleurs, dont la graine peut « tenir » cent ans ; mais qui ne pousse qu’avec un gros degré d’humidité à un moment donné.
                      Dans mes parcs à chevaux, c’est très net, la « ronde » des mauvaises herbes ( pour eux !) selon que le printemps a été sec ou pas, et l’été, etc...
                      Le hasard, quand même, c’est que ce gland ait germé dans ce coin maudit, sans trop de terre tandis que cet autre ait atterri près de ce fossé, terre meuble, riche et profonde !! beau chêne bi, tri centenaire ; l’autre, quasi arbuste qui mourra à la première sécheresse grave ! ( 2003 fut terrible dans mes bois !!)


                    • alinea alinea 24 décembre 2014 00:41

                      Si tu as l’occasion de voir ce film, fais-le ! Francis Hallé était prof à Montpellier !!
                      Le côté « effets spéciaux » pour figurer l’évolution d’une forêt, m’a été assez pénible, mais pour le reste, c’est super.
                      J’aime son : l’arbre est le temps, l’anomal, l’espace".

                      https://www.youtube.com/watch?v=YpWhWp0ztuQ


                    • alinea alinea 24 décembre 2014 00:43

                      L’animal ! bon sang, qu’il fait sombre ici !!


                    • lermontov lermontov 24 décembre 2014 01:08

                      Par gaspillage, je voulais entendre luxuriance. La puissance de la nature est phénoménale, inouïe ; c’est un de mes objets de contemplation favoris. J’en ressens de l’effroi quelquefois. Pas seulement dans les épisodes extrêmes. Enfin, le truc genre fauve apparemment endormi qui peut te chiquer la pogne à tout moment. C’est pour cela que j’aime prendre le duvet et faire retraite dans la nature : sentir ’ça’.


                    • lermontov lermontov 24 décembre 2014 01:43

                      @ Alinea

                      Je regarderai le film.

                      Je lisais tantôt ce rapport
                      http://crpf-paysdelaloire.fr/sites/default/files/documents/Changements_climatiques .pdf
                      à partir de pge 36 ’exigences climatiques des principales espèces forestières régionales’.

                      Il faut noter que le fond est la volonté humaine et que cette volonté subordonne l’idée du beau qui est ...productivité. En fait, ce qu’ils décrivent là, ce ne sont pas des arbres mais des planches en devenir. Ainsi de ce genre de phrase : ’Il existe donc pour chaque essence des conditions climatiques, topographiques et pédologiques optimales’.

                      Mais est-ce le but de la nature que de faire de belles planches ?

                      ’Hors de ces exigences, une espèce peut subsister mais sa productivité sera affectée.’
                      Pge 40, il est précisé que même si les conditions sont idéales, une espèce peut ne peut pas être présente pour des raisons non précisées ; à la faveur de microclimats (non détailé), des essences peuvent se trouver de leur zone ; en troisième lieu, elles peuvent être présentes marginalement hors de leur zone hors de leur zone.


                    • lermontov lermontov 25 décembre 2014 15:11

                      Je vais reprendre ce rapport car il est dit :

                      sur les 30 dernières années, la température a augmenté ; le régime des précipitations n’a aucunement changé ; les phénomènes climatiques extrêmes sont dans la norme.

                      Je note que sur un autre cas, la version qu’on m’a servi est : la température a augmenté, le régime des précipitations a été modifié, la sécheresse s’en est viendu, la météo y’en a déraillé.

                      Un de mes potes, un chef indien, m’a dit : ’quand y’en a pas pleuvoir, nous faire danse de la pluie. Nous chercher à attirer pluie en polarisant sol par la prière parce qu’on sait bien que c’est le sol qui attire la pluie et non l’inverse et que tout se plie en dessous’.

                      Bon, des histoires de benêts, de macaques en pagne sans doute. Tandis que nous et notre prodigieuse intelligence, et le fruit de notre grandiose intelligence qui s’étend tout alentour et s’appelle ’désastre’.


                    • Tall 22 décembre 2014 15:58

                      Si j’étais philosophe en quête des énigmes fondamentales de la nature, j’appliquerais le principe darwinien sur les formes les + basiques de l’énergie/matière pour trouver de nouvelles pistes.


                      Exemple : si l’atome d’hydrogène est le + fréquent dans l’univers, c’est parce que sa forme favorise sa stabilité. Pourquoi ?
                      Même question pour les neutrons, électrons ...etc ...

                      Et au bout du raisonnement, on devrait idéalement arriver à des entités fondamentales toutes identiques ( sous la limite de Planck ) mais dont les mouvements incessants et chaotiques généreraient des ondes + stables à un degré de grandeur supérieur, ce qui ferait apparaître les particules dites de « matière ».

                      La forme des particules de matière serait donc le fruit d’une sélection naturelle dans un magma-jungle d’énergies en mouvement. Une sélection qui ferait que seuls certains types de mouvements ( des rotations surtout ) pourraient maintenir leurs formes, tandis que les autres mouvements ne maintiennent pas leurs formes.

                      On découvre d’ailleurs dans les accélérateurs de particules pas mal de choses n’ayant qu’une durée de « vie » très éphémère.

                      • L'enfoiré L’enfoiré 28 décembre 2014 18:49

                        Salut Tall,

                         Je ne sais s’il faut pousser cette analogie sans tomber dans l’amalgame.
                         L’hydrogène est peut-être le plus fréquent mais il est dans la liste des éléments qui sont en pénurie.(du moins pour certains isotopes)
                         Atome univalent, il est la base de combustion de notre soleil pour fournir chaleur et lumière par la fusion nucléaire.
                         Je veux bien que nous sommes des poussières d’étoiles, mais...
                         La sélection naturelle touche au vivant et non plus à ce qui le compose en atomes et molécules.
                         Les atomes les plus instables sont bien sur dans le haut de la table de Mendéléev..
                         Bonne fête smiley
                         
                         .

                      • soi même 22 décembre 2014 19:39

                        Visiblement le quantique a fait du ravage tu ne serais New ages par hasard, c’est quand que tu vas avoir le courage de nous parler des extraterrestre les petit gris quantique ?


                        • Pyrathome Pyrathome 22 décembre 2014 22:22

                          Voyant ici certains commentaires, la « grande » théorie de l’évolution semble encore visiblement souffrir d’un nombre substantiel d’exceptions.....

                          Je crois que l’essentiel est de savoir maintenant poser les bonnes questions sur l’évolution.....

                          Oui, la nature est vraiment meta-extraordinaire, elle se programme toute seule aléatoirement..., Bill Gates en a rêvé mais Steve Job sait maintenant comment faire ?


                          • njama njama 22 décembre 2014 22:31


                            Excusez mon ignorance mais comment la théorie de l’évolution explique la différenciation sexuée (ce qui n’est pas un petit point négligeable d’un point de vue biologique), et comment elle explique la reproduction sexuée qui touche à peu près toutes les espèces et de tellement de multiples manières spécifiques ?
                            Cerise sur le gâteau, au moins pour ce qui concerne les humains, c’est plutôt agréable ... pour les autres espèces, je ne sais pas.
                            ...
                            car sans différentiation sexuée et reproduction, chaque espèce, à peine serait-elle apparue, qu’elle serait vouée à une extinction aussi rapide que son apparition, et que ses petites velléités d’évolution seraient avortées  !
                            Donc la reproduction sexuée serait venue dans la théorie de l’évolution à la rescousse de chaque espèce dans le seul but d’assurer sa survie, sa pérennité dans le temps, juste pour prouver que les espèces évoluent et que Darwin avait raison (?) ...
                            J’ai peut-être loupé un épisode dans cette saga cosmogonique mais la théorie de l’évolution n’a pour moi ni queue ni tête.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès