Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Technologies > La guerre virtuelle sur internet à travers l’échange de vidéos sur le (...)

La guerre virtuelle sur internet à travers l’échange de vidéos sur le site Youtube

En août dernier, les politiciens nord-irlandais ont appelé Youtube à retirer de leur site les vidéos qui glorifient les paramilitaires (IRA, UVF, UDA) par peur d’un regain de la violence dans le pays. On parle aujourd’hui de « guerre virtuelle ».

Fondé en février 2005, le site internet Youtube racheté en novembre 2006 par le fournisseur d’accès Google, est un site qui permet le visionnage et l’échange de vidéos. Dans la rubrique : « Au sujet de Youtube » on peut lire les informations suivantes : « Tout le monde peut regarder des vidéos sur Youtube. Les gens peuvent voir directement les comptes rendus de l’actualité, trouver des vidéos au sujet de leurs hobbies et intérêts, et découvrir des choses inattendues et décalées. Comme de plus en plus de personnes enregistrent des moments spéciaux sur vidéo, Youtube leur donne le pouvoir de devenir les producteurs de la télévision de demain. » Le slogan de Youtube est en effet : « broadcast yourself » autrement dit : « diffuse-toi toi-même ». On peut donc se rendre sur le site, qui nous présente au choix les vidéos les plus visionnées du moment et rechercher à peu près n’importe quoi. Si l’on souhaite mettre en ligne ses propres vidéos, il faudra alors créer un compte, compte qui permet par la suite d’emmagasiner les vidéos des autres si on le souhaite. Le site a connu en peu de temps une popularité fulgurante outre-Atlantique et a été classé comme invention de l’année 2006 par le Times. Les candidats de la future élection présidentielle américaine ont utilisé Youtube pour promouvoir leur candidature, à la suite de quoi de nombreuses vidéos pour ou contre les candidats ont fleuri sur le site. En dehors de quelques inconvénients (la question des droits d’auteurs notamment), Youtube est très largement plébiscité par l’ensemble des utilisateurs et des médias qui ont pris le parti de l’utiliser à leur avantage et de s’en servir pour promouvoir leurs programmes. La question du contrôle des contenus de vidéos et de commentaires pose bien sûr quelques problèmes. Le 3 décembre 2006, l’Iran a bloqué l’accès à Youtube dans le pays afin d’entraver l’introduction de vidéos et musiques jugées « corruptrices »[1]. La Turquie a à son tour interdit l’accès à Youtube dans son pays le 6 mars 2007 après ce qui est aujourd’hui appelé une « guerre virtuelle » entre Turques et Grecs. Des individus de chaque pays postaient des vidéos pour rabaisser et insulter l’autre. Une vidéo particulière alléguant que les Turques ainsi que Atatürk, le fondateur de la Turquie moderne, étaient homosexuels a déclenché l’interdiction du site. Le procureur public d’Istanbul attaqua Youtube en justice pour avoir insulté la nationalité Turque [2].

Si l’on tape « Northern Ireland » dans le moteur de recherche de Youtube, on voit apparaître 2 530 vidéos. La grande majorité de ces vidéos sont des évocations du conflit nord-irlandais. Le reste contient des extraits d’événements sportifs (football, billard, parapente...), de parades orangistes, des films touristiques...

La première chose à prendre en compte est donc le très grand nombre de vidéos de propagande à caractère violent. L’utilisation de ce nouveau média (très récent puisqu’il date de 2006) dans un but de propagande politique témoigne à un certain degré de la virulence du discours de guerre aujourd’hui en Irlande du Nord, et de manière peut-être plus surprenante dans le reste du monde. Car étendre cette propagande sur internet, c’est donner la querelle à voir au reste du monde. La querelle catholique/protestant n’est dès lors plus confinée à l’espace d’une rue le long d’une interface [3]. Ces vidéos ne sont pas seulement construites dans le but d’attaquer l’autre, mais aussi, de s’attirer la sympathie du reste du monde et de s’assurer le soutien d’internautes étrangers.

Parmi ces vidéos on trouve différents types : les vidéos de propagande « officielles » produites par les groupes paramilitaires, les documentaires prévus à l’origine pour la télévision nord-irlandaise, celles qui montrent des extraits des journaux télévisés, celles enfin, qui sont faites par des particuliers. Youtube affiche le nombre de fois que la vidéo a été vue, le nombre de commentaires, et les votes favorables ou défavorables qui lui sont attribués. Bien sûr je ne peux faire un descriptif et une analyse exhaustive de toutes ces vidéos ici. J’en ai choisi une qui me paraît pertinente pour plusieurs raisons. Il s’agit d’un montage fait par un particulier d’images de la télévision, de reportages qu’il a sélectionné et qui représentent toutes des émeutes en Irlande du Nord à différentes époques et à différents endroits de la province. Il a intitulé son montage : Belfast Rioting « it’s a way of life » [Les émeutes à Belfast : c’est un mode de vie]. La vidéo commence par ce qu’on devine comme étant l’extrait d’un reportage télévisé qui montre de jeunes gens jetant toutes sorte de projectiles sur la police et l’armée qui traversent leur rue à bord de leurs camions. Le commentateur explique qu’il ne se passe pas un jour sans violence le long de l’interface entre catholiques et protestants. Il rajoute que pendant la nuit, des coups de feu on été tirés sur les maisons catholiques. S’ensuivent diverses images d’émeutes accompagnées d’une musique de Rap dont le refrain entêtant scande : « Fuck the police » en boucle. Les dernières images d’une faible qualité (probablement prises par un téléphone portable) montrent une fusillade « de l’intérieur ». Cette vidéo mise en ligne il y a deux mois, a été vue 4 991 fois et dure 6 minutes et 17 secondes. La vidéo en elle-même n’est pas d’une très grande qualité et le montage ne présente rien d’extraordinaire. Celui qui l’a réalisée a choisi comme pseudonyme sur Youtube le nom N1690. Ce nom bien sûr n’est pas anodin, la date (1690) nous renvoie à la bataille de la Boyne victoire de King Billy le protestant sur James II le catholique. En faisant ce choix, N1690 affiche son appartenance communautaire unioniste, voire peut-être loyaliste. Cependant, il est intéressant de voir qu’il n’a pas vraiment cherché à en faire une vidéo de propagande anti-catholique, mais plutôt un film qui vante les qualités d’émeutiers des nords-irlandais envers la police et l’armée qui sont ses véritables cibles. Il s’en défend d’ailleurs dans les commentaires par la suite en ces termes : « Its not just taigs its riots from both sides, if you look at the Army they got a terrible kicking when they got out so its actually safer to sit in the amoured car. » [Ce ne sont pas que des catholiques ce sont des émeutes des deux côtés, si tu regardes l’armée ils s’en prennent plein la tête quand ils sortent donc en fait c’est plus sûr de rester assis dans les voitures blindées].

Les trente et un commentaires qui accompagnent le film contiennent parfois un langage très vulgaire et très dur. En fait, l’utilisation de mots ou d’expressions violentes et hautement sectaires va être l’expression même de cette guerre virtuelle, déclenchée par le visionnage de la vidéo. Dès le départ, le premier commentaire annonce une prise de position : Allank2007 originaire du Royaume-Uni écrit : « arent the police gettin out and teachin them wee taigy[4] bastards a lesson » [N’est-ce pas la police qui sort pour apprendre à ces bâtards de catholiques une leçon]. Ainsi, le ton est lancé. Ce commentaire apparaît clairement comme une provocation. Neil 1306 s’exclame par la suite que voir des vidéos comme ça le fait se sentir fier d’être de Belfast. Lorsque David (originaire de Grande-Bretagne) demande pourquoi est-ce que ces émeutes ont lieu, Neil donne cette brève explication : « C’est juste comme ça qu’on est, l’histoire de nos pays veut tout dire ». Suivent quelques slogans à la gloire de la police et des paramilitaires « voyous » [5]. Puis Ashcroft51, Britannique de 19 ans explique qu’il pense qu’il faudrait « utiliser l’Irlande pour faire des tests atomiques car les radiations ne pourraient que leur faire du bien ». Les Anglais Laura and James entrent alors dans la conversation, dénigrant la vidéo et les émeutes : « Un groupe de gosses qui jettent des pierres ! Les braves policiers s’en sont allés en chantant le Sash [6], nique le pape et l’IRA... On ne se rendra pas ». Ici on retrouve les expressions « classiques » du discours de guerre (« No surrender ») et les références au pape et à l’IRA. La réponse d’Eoin Heatley renvoie la balle dans le camp irlandais : “oh, donc ceux qui ont les gilets pare-balles, portent les tenues anti-émeutes et sont dans les camions blindés sont les braves ? Les Britanniques ne s’en allaient pas en chantant le Sash quand Michael Collins et son IRA les ont mis à genoux”. L’introduction de Bisee l’Américaine dans la conversation et ses propos « pro-irlandais » soulèvent la colère des Britanniques. L’intervention très violente de Fvhtu, qui suit apparaît comme l’un des points culminant de cet échange énervé : « Vous, sales catholiques, faites des endroits où vous vivez de vrais trous à merde, mais vous êtes habitués à vivre dans la merde ! On aurait dû tous vous écraser. Je salue la police et notre armée britannique ! Les sales catholiques retournez de l’autre côté de la frontière faire d’autres enfants pour ajouter aux 11 que vous avez déjà ! » L’intervention d’Erica Marshall, une autre Américaine, suscite aussi des réactions, mais des deux côtés cette fois. Elle s’indigne que les Nords-Irlandais utilisent internet et Youtube comme une tribune pour ce conflit. Elle qualifie les participants à la conversation de racistes étroits d’esprit et fanatiques. Elle se dit choquée des propos tenus et leur demande de dépasser ces querelles en concluant que chaque côté est aussi mauvais que l’autre. Les autres participants à la conversation vont lui expliquer qu’elle ne comprend rien, qu’ils ont des raisons bien réelles de « se combattre » (parmi lesquelles : l’esclavagisme, le terrorisme, la vengeance...). De nombreux commentaires sont remplis d’insultes et d’appel à la mort des ennemis. Nombreux sont ceux qui utilisent le vocable des paramilitaires. D’autres internautes étrangers viennent se mêler à la conversation et y greffer des références aussi variées que le conflit israëlo-palestinien, la lutte indépendantiste basque ou les grévistes de la faim kurdes.

Cette vidéo en ligne et les commentaires qui y sont rattachés met en avant plusieurs éléments importants. Le fait que l’on utilise un média très moderne pour le propager réactualise l’ancien discours de guerre. En effet, il apparaît que certains internautes ne connaissent pas la situation nord-irlandaise et sont ébahis de découvrir ces images qui prennent alors pour eux, un caractère nouveau. L’accès libre à ces images en permanence prolonge leur effet premier sur le terrain. On peut voir qu’elles continuent de soulever la colère et l’indignation chez ceux qui les regarde, c’est ce qui donne son efficacité à la propagande. La mise en ligne des images les destine à un public mondial et on peut le voir à travers l’introduction d’internautes étrangers qui prennent partie pour l’un ou l’autre camp. L’escalade de violence dans les mots compense l’absence d’affrontement direct entre les individus. Chacun face à son ordinateur cherche à blesser l’autre le plus possible et va faire appel pour cela à l’ensemble des idéologies misent en place par le discours de guerre. On va donc retrouver des références : à la traîtrise des catholiques, leur manque d’hygiène et au grand nombre d’enfants qu’ils ont. Mais aussi, des références à la cruauté des protestants loyalistes, leur lâcheté et leur impérialisme. Autant d’éléments qui sont des piliers du discours de guerre en Irlande du Nord traditionnellement relayé par les groupes paramilitaires.

La meilleure défense...

Suite à la demande des politiciens nord-irlandais de retirer les vidéos, le porte-parole de Youtube a expliqué qu’en permettant aux individus de s’exprimer plus facilement, le web soulève des questions culturelles et politiques dans de nombreux pays et qu’ils offrent sur leur site la possibilité aux internautes de signaler un contenu qu’ils jugent inapproprié ou insultant et raciste. Lorsque les internautes usent de cette alarme, alors Youtube retire les vidéos incriminées. Seulement voilà, les internautes ne dénoncent pas les vidéos qui les insultent ou qui vantent de violents actes racistes. Ils préfèrent y répondre par une vidéo tout aussi violente pour « attaquer » à leur tour leurs « ennemis ». Qui a dit que « la meilleure défense c’est encore l’attaque ? » Comme si nous n’avions pas assez de « vraies guerres » il nous faut maintenant aussi des « guerres virtuelles » ! Les créateurs de Youtube arriveront-t-ils à contrôler les contenus des vidéos qu’ils diffusent sans en ralentir l’efficacité ? Dans ce cas les internautes belliqueux iront alors se « diffuser eux-mêmes » ailleurs et le problème ne sera que déplacé un peu plus loi sur la toile... En attendant l’échange de vidéos permet de voir des choses aussi intéressantes qu’un type qui fait du beat box avec une traversière ou encore des bébés qui rigolent pour nous faire rigoler... Allez ! Longue vie à l’échange de vidéo (pacifiste !)



[1] TAIT, ROBERT, 4 December 2006, “Censorship fears rise as Iran blocks access to top websites” The Guardian.

[2] Guardian Unlimited, Wednesday, March 7 2007, « Turkey pulls plug on YouTube over Ataturk ’insults’ ». The Guardian.

[3] On appelle « interface » les murs de séparation entre les zones catholiques et protestantes.

[4] Le terme « Taig » est un nom injurieux utilisé pour désigner les catholiques irlandais en Grande-Bretagne. Terme très prisé par les loyalistes d’Irlande du Nord, il est dérivé du nom gaélique : « Tadhg » (littéralement « Poète ») très répandu au XVIIe siècle. A l’inverse de Paddy, le terme Taig est connoté péjorativement et implique des sympathies nationalistes.

[5] « Up the Hoods » signifie littéralement : « vivent ceux qui portent une capuche ou une cagoule » : les gangsters.

[6] Chant traditionnel que l’on entend pendant les marches orangistes.


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • Danloreye 4 octobre 2007 13:10

    Il faut savoir aussi qu’il y a les vidéos diffusées par les soldats américains en iraq auxquelles répondent des vidéos de soldat US se faisant snipé ou des vidéos d’attentat... (et vice versa) Bien entendu, il y a tous les commentaires qui vont avec... toujours plus durs...toujours plus raciste.


    • jamesdu75 jamesdu75 7 octobre 2007 22:38

      Merci a l’auteur pour votre article, mais il y pas mal d’erreur.

      1 - Google n’est en aucun cas un FAI (pas encore du moins et pas en France) C’est a la base un motur de recherche qui s’est diversifié.

      2 - Youtube n’est pas apparus en 2006 mais en Fevrier 2005 aux USA.

      Ensute ce n’est pas un vraie guerre virtuelle comme nt put le faire les groupe de hackers avec les Virus blaster ou Sasser. C’est une bande de troll incompetents qui passent leurs journée a troller voir se connecter a l’aide plusieurs pseudo pour envenimé le debat.

      Pour infos Agora n’est pas denué de troll, je ne citerai personne n’est ce pas Mr W.

      Si vous avez posté une video sur youtube, daylimotion ect.... Et que vous laissez des commentaires trollesque, c’est que vous en avez envie.

      Personnelement j’ai posté une video anti FN sur daylimotion http://www.dailymotion.com/jamesdu75/video/x1v009_manif-anti-fn-sur-second-life_events

      Je peut vous garantir que le nombre de HH ou 88 qui poste pour dire qu’ils adorent le racisme et autres de connerie de ce genre. J’en supprime 5 par semaines environ,

      Donc ne laisser pas les apparences vous berner. Quand vous voyez 2500 commentaires argneux contre une video du complot sioniste, plus de 80% est du trolling pur qui a la profondeur d’un cendrier.


      • Julie Briat Julie Briat 8 octobre 2007 10:26

        Bonjour, alors il faut bien lire : Google a racheté Youtube en 2006 mais le site a été créé en 2005 (c’est marqué tout en haut ! Oui oui, c’est la première phrase !)

        Ensuite il s’agit bien d’une guerre virtuelle mais dans le sens où les individus utilisent des images violentes (ce qui était l’objet de mon article) pour se combattre sans se rencontrer directement.

        Je ne sais pas ce qu’est un Troll (oui un petit lutin méchant) mais j’imagine compte tenu de votre commentaire. Cependant cela ne change rien puisque j’ai rencontré et interrogé de nombreuses personnes qui pratiquent cet échange de vidéo et il s’agit donc de « vraies » personnes. Mais j’imagine (et c’est le truc particulier du net) que l’on peut se démultiplier à qui mieux mieux sur la toile et créer de moult comptes et pseudos... Mais même sous cette forme, cela ne changerait rien à l’article. Merci pour le commentaire quand même !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès