Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Technologies > La machine à broyer l’ancien monde. Vers le contrôle total

La machine à broyer l’ancien monde. Vers le contrôle total

Une machine à broyer s'est mise en place, d'une incroyable puissance. Plus rien de l'ancien monde n'y résistera et nul ne peut dire ce qui surgira des ruines.

Qu'appelons nous l'ancien monde ? Convenons de désigner par ce terme la Terre telle que l'avaient connue les milliards d'hommes y ayant vécu depuis le début des temps historiques, la Terre telle que l'avaient analysée les multiples scientifiques, littérateurs et poètes s'étant consacrés à son étude, la Terre avec ses grandeurs et ses drames.
 
Or tout ceci, ou ce qu'il en reste, est en train de disparaître. Une machine à broyer s'est mise en place, d'une incroyable puissance. Plus rien de l'ancien monde n'y résistera et nul ne peut dire ce qui surgira des ruines.
La machine en question est du type de ce que nous nommons un système anthropotechnique 1) Elle associe dans des unions de moins en moins séparables une humanité en proie à l'explosion de sa propre ubris et des technologies proliférant à un rythme constamment accéléré.
 
Les auto-analyses que génère cette machine sont généralement favorables. On parle de progrès continus. Le prix à payer en est lourd, puisque disparaissent une grande partie des espèces ayant survécu jusqu'ici aux précédentes destructions massives. De même disparaissent les derniers espaces géographiques ayant servi de berceau à l'humanité. Mais en contrepartie, selon la doxa dominante, l'intelligence générale, supportée par l'explosion des réseaux de connaissance, ne cesse de s'étendre et de s'approfondir, en marche semblerait-il pour conquérir le système solaire, et au delà.
 
Certaines de ces auto-analyses pourraient cependant inquiéter. Dans le puissant système anthropotechnique qui s'installe, la technique n'est-elle pas en train de dominer de plus en plus l'anthopologique ? Le cerveau humain, notamment, n'est-il pas en train de perdre ses spécificités anciennes pour se mouler de plus en plus étroitement sur les machines avec lesquelles il interagit en permanence ? Autrement dit, il en deviendrait une prolongation dépourvue des capacités d'invention et de critique ayant jusque alors piloté le « progrès technique ». Plus généralement, l'anthropos, en nous, perdrait les freins biologiques acquis au cours de millions d'années d'évolution, freins lui permettant de ne pas se transformer trop radicalement en machine à détruire et à se détruire.
 
Beaucoup d'observateurs, même issus du système, signalent ce risque à propos de la place prise désormais dans la vie des humains par les terminaux mobiles intelligents multiples, dont le rôle en tant qu'appareils de téléphone devient presque secondaire au regard de l'accès qu'ils ouvrent à d'innombrables bases de donnée set de connaissance évitant aux utilisateurs de penser par eux-mêmes. La plupart de ceux-ci s'en réjouissent, d'autres cependant s'en inquiètent.
 
Bien moins contestable, bien qu'ignoré généralement jusqu'à ce jour, est le dépérissement intellectuel que semble imposer aux adultes et surtout aux enfants la fréquentation quotidienne de quelques heures de télévision et de vidéo, y compris sur Internet. La vaste étude du neuroscientifique Michel Desmurget, TV Lobotomie : La Vérité scientifique sur les effets de la télévision, Max Milo 2011, ne laisse aucune place au doute. Il ne devrait plus être possible d'ignorer ces faits – sauf que la puissante machine anthropotechnique des industriels et des acteurs du système est tout à fait capable de continuer à faire sur eux un imposant silence.
 
Un contrôle total

Mais il y a beaucoup plus significatif. Il s'agit de la mise en place de ce que notre ami Alain Cardon décrit dans un ouvrage en cours de finition, dont il nous a confié pour publication un premier manuscrit 2). Il décrit un environnement technologique au service des puissants de ce monde. Dans ce système les milliards d'humains activés à leur insu par le système ne peuvent faire autre chose que se comporter en esclaves dociles, producteurs-esclaves, consommateurs-esclaves, citoyens-esclaves.
 
Nous commenterons ce travail plus en détail ultérieurement. Laissons les lecteurs en juger par eux-mêmes. Certains reprocheront à l'auteur un pessimisme excessif. Mais la plupart éprouveront, espérons-le, un réveil de la raison : « comment pouvions nous être immergés dans un tel monde sans nous en apercevoir ? ». Nous pensons pour notre part, avec Alain Cardon, que même si l'évolution méta-historique décrite est irrésistible, l'effort pour s'y individualiser d'un nombre aussi grand que possible de ce que l'on appelle encore des citoyennes et citoyens ne pourra qu'avoir un effet utile. Au service de la démocratie comme à celui de la république.
 
Notes
1) Jean-Paul Baquiast. Le paradoxe du Sapiens J.P. Bayol 2010
2) Alain Cardon. Vers le système de contrôle total. 2011. Ouvrage au format.pdf accessible en téléchargement gratuit. Faire
http://www.admiroutes.asso.fr/larevue/2011/121/controletotal.pdf

Moyenne des avis sur cet article :  4.56/5   (27 votes)




Réagissez à l'article

14 réactions à cet article    


  • devphil30 devphil30 21 octobre 2011 09:58

    Regardez le film Idiocratie qui relate la projection dans le futur d’un américain moyen qui se retrouve 500 ans plus tard dans un monde ou les gens sont devenus des imbéciles suite à l’abrutissement devant les écrans .....


    Même si le film est de niveau moyen , cela prête aussi à réfléchir 

    Philippe 

    • Nanar M Nanar M 21 octobre 2011 14:51

      Pas besoin d’attendre 500 ans on y est en plein.


    • Lisa SION 2 Lisa SION 2 21 octobre 2011 13:37

      « en marche semblerait-il pour conquérir le système solaire, et au delà.  » chouette, où dois appeler avec mon portable pour réserve dès maintenant un billet pour Sirius, je suis prêt à prendre un emprunt sur cent ans à taux fixe de deux pour cent pour le payer en espérant que d’ici là, son prix tombe à presque zéro...
      merci pour l’info et bonne bourre à tous ! 


      • Robert GIL ROBERT GIL 21 octobre 2011 14:59

        voici un article qui depeint tout les bienfaits de l’automatisation, jusqu’a l’extreme :

        http://2ccr.unblog.fr/2011/10/02/cest-bien-cest-automatique/


        • Tristan Valmour 21 octobre 2011 16:20

          Bonsoir Jean-Paul

          Inutile de vous dire que vous posez de bonnes questions. Mais je ne suis pas d’accord sur tout.

          Vous écrivez :

          « Le cerveau humain, notamment, n’est-il pas en train de perdre ses spécificités anciennes pour se mouler de plus en plus étroitement sur les machines avec lesquelles il interagit en permanence ? Autrement dit, il en deviendrait une prolongation dépourvue des capacités d’invention et de critique ayant jusque alors piloté le « progrès technique » »

          Le cerveau n’a pas de spécificité ancienne, puisqu’il n’a cessé d’évoluer. Sa seule spécificité semble être la plasticité. Il a certes connu un grand bond dans son évolution il y a 60 k – 100 k ans avec les neurones miroirs qui l’ont fait passer de l’évolution darwinienne à l’évolution lamarquienne.

          C’est sous l’impulsion de la technique, de la tv-ordinateur-internet qu’il se développe encore plus. On a observé par exemple une augmentation générationnelle du QI, due à une augmentation de la capacité à résoudre des problèmes. Ainsi, en 1932, si le Qi moyen était de 100, en 1990, il était de 120. Cette intelligence, mesurée par les tests (et qui ne rend que très imparfaitement compte de l’intelligence bien sûr), est toujours en augmentation. Voir l’effet Flynn.

          A quoi cela est-il du ? A l’augmentation des capacités de la mémoire de travail, sous l’impulsion des technologies. L’environnement est aujourd’hui bien plus complexe et stimulant.

          Le risque, qui existe quand même, est d’être inondé d’informations, et d’établir entre eux des liens logiques mais faux, de ne pas avoir le temps de réfléchir. L’abondance d’informations fait en effet travailler les cortex associatifs, et il faut les remettre en cause pour faire fonctionner le cortex frontal.

          En fait, il devrait y avoir des cours de réflexion et de créativité. Cela se pratique à Singapour, où on a introduit la Résolution de Problèmes comme matière obligatoire. Les sociétés privées spécialisées en creative thinking, problem based learning se multiplient d’ailleurs. Shangaï a aussi adopté ce modèle. Et devinez où ils ont pris cette idée ? Chez les Français qui parlaient depuis longtemps d’enseignement par situation-problème. C’est drôle non ?

          Quant à la manipulation que vous évoquez succinctement, vous savez, on a des systèmes de sécurité infracognitifs qui se déclenchent en cas de perte de contrôle, alors je ne me fais pas trop de souci. A toute chose existe une chose contraire, et la manipulation fonctionne jusqu’à un moment où ce système de sécurité (dans les amygdales) se déclenche et provoque une réaction de rejet. La plasticité n’est pas tout, il y a aussi l’émotion.

          Pour les ravages de la télé sur les apprentissages, je vous invite à lire mon dernier article qui fut si bien accueilli hihi.

          Je vous invite aussi à lire un livre de Richard Brodie sur les mèmes. Je crois qu’il s’appelle « virus of the mind ». Je ne me souviens plus de la suite du titre.

          Au plaisir de lire un autre article.


          • Automates Intelligents (JP Baquiast) 21 octobre 2011 17:26

            Vous avez raison, Tristan, mais vous savez, dans un article court, on ne peut pas préciser toutes les nuances.
            J’en ai dit davantage dans mon essai Le paradoxe du Sapiens. J’ai obtenu de l’éditeur de pouvoir le mettre en ligne, en open source, dans les prochains jours.
            Richard Brodie est le vrai père de la mémétique (Virus of the mind. The new science of memes) Mais Richard Dawkins lui a soufflé la notoriété.


          • bigglop bigglop 21 octobre 2011 16:52

            Merci JP Basquiat,
            Nous pouvons tirer comme conclusion que ce système de contrôle total repose essentiellement sur le contrôle de la communication des différents médias y compris le marketing et ses avatars. Ce contrôle s’est mis en place, pour l’information, immédiatement après la fin de la guerre du Vietnam. En effet, les reportages des journalistes qui suivaient les combats aux côtés des soldats US et diffusés sur les grandes chaînes TV, ont rendu cette guerre impopulaire, abjecte comme les gouvernements qui la soutenaient.
            Depuis la première Guerre du Golfe, « l’information » est encadrée, contrôlée, « stérilisée » pour rendre les conflits et leurs causes « acceptables » et même « moraux ».
            Nous le voyons sous nos yeux avec l’exemple de l’intervention « humanitaire libyenne » :
            -aucun reportage de journaliste indépendant sur les combats, la situation politique, sur les destructions. Quelques uns ont tenté de faire leur travail, mais ont rapidement mis sous contrôle et menacés.
            http://fr.rsf.org/libye-les-journalistes-etrangers-pris-en-24-08-2011,40831.html
            -les reporters qui apparaissent semblent fraîchement sortis de la salle de bain de leur chambre d’hôtel et ne font que « vomir » des dépêches Reuters ou des infos non confirmées.

            Et cela vaut pour toutes les activités humaines notamment intellectuelles


            • Old Dan Old Dan 21 octobre 2011 19:23

              Vous envisagez « Le meilleur des mondes » (Huxley-1945)...
              Un changement de « civilisation » ?... Pas la première fois.
              Une capitulation devant la technique au profit d’une « élite » occulte ? Pour combien de temps ?

              Mad Max, La route,... à l’échelle planétaire ?
              Le pire n’est pas certain. Et l’intelligence ?


              • HELIOS HELIOS 21 octobre 2011 19:29

                Chacun sa croix !

                je m’apitoyais devant le moyen-age et l’inquisition quand j’etais petit...

                Mes petits enfants s’apitoierons - ils devant le capitalisme saquvage et la fin de l’etat de droit ? et dans combien d’années ???


                • iciailleurs 21 octobre 2011 21:47

                  Bof ! Il suffit de couper l’électricité.
                  Avez-vous remarqué que tout fonctionne à l’électricité ?


                  • njama njama 21 octobre 2011 22:25

                    Après l’année Darwin (2009), nous aurons le droit dans cette série d’olympiades à celle du cerveau !
                    La machine à décerveler est en marche ...
                    Bienvenue dans le meilleur des mondes.

                    European Brain Council (EBC) founded on 22 March 2002 in Brussels

                    2014 > Européan Year of the Brain


                    • storm storm 22 octobre 2011 00:17

                      slu,

                      c’est le serpent qui se mord la queue !! :

                      comment faire comprendre à des parents gros consommateurs de télé que celle-là bouffe le cerveau de leurs progéniture ?

                      Les parents qui sont conscients de ces dangers sont ceux qui eux-mêmes n’en consomment que peu (idem pour les téléphones ?)

                      ps : c’est un peu une fin en eau de boudin, d’un autre côté, c’est un questionnement smiley


                      • Automates Intelligents (JP Baquiast) 23 octobre 2011 11:23

                        A tous
                        Je conseille quand même de jeter un coup d’oeil sur le livre de Cardon dont je vous ai donné la référence en ligne. Il est peut-être un peu pessimiste, mais il sait de quoi il parle.
                        Je le commenterai moi-même dans un prochain article


                        • Christian 24 octobre 2011 07:12

                          L’homme moderne se berce de l’illusion qu’il peut tout maîtriser en se coupant de la nature. Or la catégorie humaine qui faisait et qui devait maintenir le lien avec la nature a été bafouée et humilée par toutes les idéologies
                          communiste :
                           Léline : « Les paysans laborieux sous la conduite des ouvriers, édifient le socialisme. »
                          capitaliste :
                           destruction de la petite paysannerie locale, en Afrique par exemple

                          Quant aux religions ce n’est guère mieux, elles n’en parlent pas.

                          Il est clair qui si notre civilisation s’était fondée avec une solide base paysanne, les choses seraient bien différentes et certainement bien meilleures. Allez faire comprendre à des bureaucrates ou à des intellos révolutionnaires ce qu’est la biodiversité....






Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès