Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Technologies > La prédiction climatologique aussi fiable que l’astrologie

La prédiction climatologique aussi fiable que l’astrologie

Je sens que ça va chauffer, non pas dans l’atmosphère mais dans les esprits. Les médias ne cessent de nous alarmer sur un réchauffement qu’on peut calculer et qu’on peut maîtriser car voyez-vous, l’homme moderne sait que la terre est à l’image d’une pièce dont on peut régler la température. Il faut juste agir sur le thermostat. Pour le climat c’est le même principe mais plus difficile à réaliser. Il faut limiter les rejets en gaz carbonique. Evidemment l’opinion faussement instruite croit ces sornettes. Oubliant que la terre a connu des périodes glaciaires ou tropicales et que la vie a continué à évoluer. Mon avis de scientifique, c’est que la climatologie n’est pas une science comme peuvent l’être la physique, la chimie, la biologie, la thermodynamique. Je m’explique.

Une science doit disposer d’éléments empiriques suffisants pour décrire la réalité avec des modèles ou des lois. Ces mêmes lois doivent s’il y a lieu permettre de faire des prédictions en utilisant des paramètres adéquats. La climatologie n’entre pas dans ce cadre scientifique. Précisons une chose important. La climatologie est la discipline dont l’objet d’étude est le climat avec comme échelle de temps l’échelle historique, ce qui signifie quelques décennies à quelques siècles. La climatologie peut se prévaloir d’un ensemble de relevés, de recensions d’événements climatiques, mais elle ne peut rien prédire parce que le climat est observable mais il n’est pas calculable sur une échelle de temps humaine. Les modèles tournent avec des paramètres arbitraires et des procédés de calculs qui ne sont pas ajustés aux processus réels. De plus, le climat dépend de l’activité du soleil. Et même si on peut observer des périodicités dans les tâches solaires, on ne peut anticiper quelle sera l’activité du soleil dans un mois, une année ou une décennie. De quoi rendre incertains des calculs déjà approximatifs.

Oui mais alors se demande le citoyen lambda, le monsieur météo, comment qu’il fait ? C’est simple, la météo est le résultat de calculs fiables effectués dans le cadre d’une science qui n’est pas la climatologie et qu’on appelle la météorologie. L’échelle de temps va de l’heure à quelques jours, cinq ou dix, pas plus. Chaque prédiction est en plus assortie d’une échelle de probabilité qui rend rigoureuses les prédictions effectuées par les météorologues qui sont des gens sérieux, pas comme les climatologues. Qui ne font pas des anticipations mais propagent des peurs. Trois degrés de plus et la mer qui monte de deux mètres. On se situe plus dans le millénarisme que la science moderne. Même si on constate que la banquise fond peu à peu. Ce n’est pas la preuve que le climat va se réchauffer d’ici dix à vingt ans ou qu’un tsunami va submerger New York. L’autre science qui s’occupe du climat est la géologie. Les échelles de temps sont de l’ordre de cent mille ans, voire plus. La géologie est une science. Elle repose sur des analyses effectuées en sondant la planète.

Le sujet étant sensible et parsemé de confusions entretenues volontairement ou non pas les médias, je précise que je ne nie pas qu’un réchauffement climatique soit en cours ni que le climat soit déréglé, ce qui est rassurant car un climat réglé serait contraire aux lois physiques. Du reste, le climat pourrait aussi bien se refroidir. Ce que je nie, c’est qu’on puisse prédire le réchauffement en calculant de surcroît la part imputable aux rejets de CO2. Ce qui me paraît encore plus absurde, c’est de croire qu’il faille limiter ces rejets. Quelques technocrates fous furieux ou peut-être intéressés par une pluie de dollars, voudraient enfouir le CO2. C’est d’une stupidité abyssale. Il faudrait des dizaines voire centaines de milliards d’euros pour produire un résultat limité qui du reste, n’aurait aucun impact sur les températures. Il existe une technique permettant d’absorber le CO2, c’est la nature, avec les végétaux, arbres et plancton végétal. Ces milliards seraient utilisés plus intelligemment sous la forme d’un partenariat avec les pays couverts par des grandes forêts, comme le Brésil ou l’Indonésie, afin de limiter la déforestation ou alors, financer la plantation d’arbres quand c’est possible.

L’écologie est sage lorsqu’elle est un art de vivre et qu’elle conduit à ne pas jeter des saloperies dans la nature ou qu’elle pousse à aller sur le marché acheter des tomates savoureuses. L’écologie est une folie lorsqu’elle conduit les cerveaux déréglés à manipuler les calculs et utiliser la science dans une voie falsifiée avec comme ressort le culte envers la technique. Les écologistes ne sont pas dangereux, sauf pour les finances car si on les écoute, l’argent public sera gaspillé dans une usine à gaz mais la morale est sauve, l’usine à gaz bureaucratique ne rejette pas de CO2 !
 


Moyenne des avis sur cet article :  2.88/5   (51 votes)




Réagissez à l'article

91 réactions à cet article    


  • lsga lsga 31 juillet 2014 13:08

    Et l’analyse épistémologique de Dugué est aussi infantile que celle des Bogdanov.

     
    Hey : si vous voulez faire de l’épistémologie, commencez par l’étudier. Là, vraiment, c’est du niveau d’une copie d’un étudiant de première année en philo des sciences, et encore, avec ça, vous n’auriez même pas eu la moyenne. Et je parle de la forme, pas du fond de l’analyse. 
     
    En ce qui concerne le fond de l’analyse, et des variations climatiques de la terre, on aimerait que vous nous parliez du Carbonifère, de la fossilisation des arbres de cette période sous forme de charbon et de pétrole, puis de la libération de ces hydrates de carbones durant la période du Trias, qui amènera la 3ème extinction massive des espèces, la plus importante jusqu’à aujourd’hui (mais qu’on ne va pas tarder à dépasser).
     
    Franchement, que vous soyez mauvais épistémologue, passe encore. Que vous soyez réactionnaire, passe encore. Mais que vous utilisiez votre verni pseudo-scientifique qui impressionne les abrutis pour nier la réalité de la gravité de la situation dans laquelle l’espèce humaine se trouve, c’est totalement stupide. Or, de la part de quelqu’un d’intelligent, la stupidité est le pire des crimes. 

    • JC_Lavau JC_Lavau 1er août 2014 10:13

      Des insultes, des insultes, et jamais un mot de vrai.
      Tu te permets de traiter les gens de « pseudo-scientifique », alors que toi-même tu n’as aucune scientificité authentique. Tu n’es qu’un insulteur compulsif, et permanent.


    • mmbbb 1er août 2014 19:06

      Vous etes omniscient cela va de soi Cet auteur reaffirme l’imposture ecologie comme l’ecrivit M Allegre La modelisation du climat est tres incomplete et imparfaite Connais t’on toutes les interactions qui definissent l’evolution climatique sur des dizaines et centaines d’annees Il est quand meme etonnant que certains scientifiques veuillent imposer leur point de vue tel que l’aurait fait Lyssenko cela doit vous rappeler des souvenirs Il existe un precedent durant les annees 1980 les scientifiques sur de leur prevision avaient annoncer la dispartion de la foret europeene a cause des pluies acides Cet alarmisme outrancier a quand meme discredite ces scientifiques 


    • lsga lsga 31 juillet 2014 13:18

      Rappelons donc que dans le cadre de la physique relativiste, on ne peut pas non plus prédire qu’elle sera l’état d’un système stellaire ayant plus de 3 planètes sur des périodes de temps très longues : dès 4 planètes, les interactions gravitationnelles sont tellement complexes que le tout devient totalement imprévisible. Mais, sur des périodes de temps plus court, on y arrive très bien. D’ailleurs, on arrive même à envoyer des satellites en orbite (c fou hein ?)

       
      DE LA MÊME MANIÈRE, en climatologie, il est très difficile de prévoir ce qu’il va se passer sur des échelles de temps longues. En revanche, sur des échelles de temps courtes, on arrive à peu prêt à y voir clair. Or, ce qu’on voit très clairement, c’est que reproduire ce qu’il s’est passé au TRIAS, c’est à dire libérer les hydrates de carbures issus du carbonifère  : C’EST LA MEGA MERDE ! ça fou un bordel monstre dans l’ensemble du cycle du fonctionnement des végétaux, ça augmente considérablement la température du globe, ça fait fondre la glace des pôles, ce qui change l’axe de rotation de la planète.
       
      FAIRE FONDRE LA GLACE DES PÔLES CHANGE L’AXE DE ROTATION DE LA PLANÈTE.
       
      Faites rentrer cette information dans votre cerveau pseudo-scientifique de bogdanovien pour comprendre les épreuves que l’humanité a devant elle. 

      • Alex Alex 31 juillet 2014 16:00

        « cerveau pseudo-scientifique de bogdanovien »

        Argument définitif smiley
        Dommage que vous n’ayez pas trouvé quelque citation de Marx pour étayer vos affirmations...


      • JC_Lavau JC_Lavau 1er août 2014 09:54

        Voici quelques semaines, devant l’étalage de stupidités dues à « Isga », je lui avais demandé quel était au juste son parcours académique universitaire.
        «  ??? de trollologie », avait-il répondu.
        Il semble bien que la modération a fait du ménage depuis dans la trollolomanie du dit « Isga ».
        Il me semble qu’il va falloir recommencer ici.
        Avec énormément d’agressivité, c’est toujours un enfilage de stupidités, dont il nous donne le festival.

        Que le fond soit systématiquement inepte chez Isga n’a pas grande importance, dans la mesure où la forme est aussi inacceptable et sanctionnable. Dont on le signale à la modération, qui fera son travail.


      • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 1er août 2014 20:30

        Un jour le chercheur Isga finira par se trouver !
        Foi d’Aita ... smiley


      • jymb 31 juillet 2014 13:25

        Restons sur les bases :

        Le réchauffement climatique est un fait indiscutable puisqu’il justifie des interdits, des impôts, des taxes, des restrictions, de la surveillance, des hausses, qu’il permet à des quidams ou des copains de se faire propulser à des postes importants malgré des scores électoraux ridicules.


        • diverna diverna 31 juillet 2014 13:52

          Je ne suis pas toujours d’accord avec Bernard Dugué mais là, je salue son courage car les réactions comme celles d’ISGA étaient à prévoir. L’exemple de la forêt Brésilienne aussi est excellent comme puits de carbone. 

          Quant à ISGA, je lui retourne sa critique concernant ses certitudes. L’explication de la fin du TRIAS (nombreuses disparitions d’espèces) est tout à fait hypothétique. Se servir de cette pure hypothèse pour ce billet assassin n’est pas du tout scientifique ; dans la forme et dans le fonds.

          • lsga lsga 31 juillet 2014 14:03

            ah oui, quand 99% de la communauté scientifique est d’accord sur un fait, c’est qu’il est hypothétique... 

             
            Et puis c’est bien connu : le climat a beaucoup varié sur terre, et cela n’a rien à voir avec la variation du taux de CO2 dans l’atmosphère...
             
            Quand au temps des dinosaures, les plantes faisaient 4x la taille de celles d’aujourd’hui, ce n’est pas parce que le taux moyens de C02 dans l’atmosphère était de 1200ppm contre 600 aujourd’hui... Non... D’ailleurs, dans les cultures hydroponiques contemporaines, on ne rajoute pas du C02 dans les serres pour augmenter la croissance des plantes !
             
            Les spécialistes de ces questions sont stupides hein ? A moins que ça soit vous. 

          • Robert Biloute Robert Biloute 31 juillet 2014 16:53

            Par contre il faut arrêter avec l’argument du « consensus scientifique », la science c’est pas la démocratie, on s’en fout de la majorité, on veut des théories et des expériences/observations pour les confirmer ou les infirmer.


          • doctorix doctorix 31 juillet 2014 17:19

            Igsa est très au fait des cultures hydroponiques, qui sont, pour parler franc, des systèmes principalement destinés à faire pousser de la marijuana en appartement.

            Ce qui explique une certaine agressivité de sa part, c’est probablement une panne de courant qui a mis ses espérances de récolte au cimetière.
            Mais contrairement à ce qu’il dit, l’apport de CO2 dans les serres augmente de 30% la productivité :
            http://www.lapassionverte.fr/gn/?p=492

            le fait d’enrichir en CO2

              -peut vous permettre de récolter de 20 à 30% de plus en veillant à optimiser les autres facteurs que dans une chambre de culture non enrichie.

             -Peut accroitre de 5% le nombre de vos fleurs et fruits.

             -Peut réduire de 1 à 2 semaines votre temps de culture.

             -Peut vous permettre avec une gestion de votre espace de culture jusqu’à 6 récoltes par an.


          • Robert Biloute Robert Biloute 31 juillet 2014 18:26

            Je suis d’accord, et ça n’est pas incompatible avec le fait que le CO2 modifie le bilan radiatif. Cet argument « mais non le CO2 n’est pas un poison, d’ailleurs il fait pousser les plantes », c’est juste un ânerie des anti-GIEC qui répond à une ânerie des pro-GIEC. Comme tout conflit, ça rend pas vraiment les gens pondérés..


          • Le Kergoat [Frédéric MALMARTEL] Le Kergoat 31 juillet 2014 22:38

            En théorie, vous avez raison.

            En pratique, Panurge est Roi en beaucoup d’endroits, y compris et on peut le regretter, chez les scientifiques...


          • doctorix doctorix 1er août 2014 00:32

            " non le CO2 n’est pas un poison, d’ailleurs il fait pousser les plantes », n’est pas juste un ânerie des anti-GIEC. C’est une première vérité vraie. Un premier pas vers sa dé-diabolisation.

            Le second est de reconnaître que les projections mathématiques se sont plantées, puisque malgré une augmentation de 33% du taux de CO2 en 17 ans (de 300 à 400ppm), la température globale n’a pas changé. On estime son rôle à 3% dans le réchauffement.

            Le troisième est de dire que son augmentation est plutôt une conséquence du réchauffement (bien réel jusqu’en 1997), et non sa cause, ce qui est avéré.

            Enfin je comprends bien les réticences des scientifiques du GIEC à reconnaître,après nous avoir bassiné pendant toutes ces années avec leurs théories foireuses et leurs modèles mathématiques inadaptés, le tout à grand renfort de subventions étatiques, qu’ils ont faux sur toute la ligne. C’est humain.

            Mais quand la théorie ne colle pas avec les faits, ce n’est pas les faits qu’on peut changer, mais la théorie qu’on doit revoir.

            Ce que je vais dire n’est pas très scientifique, c’est juste un rappel au bon sens, mais il serait curieux que sur environ 2500 parties qui constituent l’air, dont 2000 parties d’azote, 500 parties d’oxygène, environ 25 parties de gaz rares et UNE malheureuse partie de gaz carbonique, ce soit précisément par cette unique partie noyée au milieu des 2500 autres que les rayonnements thermiques soient bloqués dans leur retour vers l’espace. 

            Et surtout ce serait curieux que ce soit le passage de 1/2 ou 3/4 de partie à une partie entière qui détermine ce dérèglement.

            Est-ce que, expliqué ainsi, ça ne parait pas totalement absurde ? Avons-nous perdu notre bon sens en route ?

            Au dessus de chaque carré de 10 centimètres de côté de notre planète, il y a certes 40 g de gaz carbonique. Mais il y a surtout 80 kg d’azote et 20 kg d’oxygène.

            Une autre image parlante : le CO2, c’est une goutte d’encre dans un grand verre d’eau de 15cl.

            Le plus marrant est que les scientifiques du GIEC ne croient surement pas à l’homéopathie...


          • Robert Biloute Robert Biloute 1er août 2014 10:11

            La réponse simple, en raisonnant avec la lumière visible : une goutte d’encre dans un verre d’eau modifiera sensiblement la transparence du mélange, donc le bilan radiatif. Par contre si on rajoute 1 litre d’alcool ou autre liquide transparent, ça ne changera pratiquement rien.

            là on a le même genre de processus, mais dans les infra rouge.


          • JC_Lavau JC_Lavau 1er août 2014 10:36

            99% des corrompus sont d’accord avec le corrupteur. Sinon ils perdraient leur gagne-pain.

            La corruption, ça marche bien tant qu’aucun témoin gênant n’ouvre la bouche. Si d’aventure un courageux parle, alors il reste l’assassinat, ou d’autres moyens moins voyants, pour le faire taire.

            J’ai détaillé une des combines pour compromettre des scientifiques naïfs :
            http://www.agoravox.fr/actualites/environnement/article/ces-ruses-pour-compromettre-des-154986
            Il y en a d’autres.


          • doctorix doctorix 1er août 2014 14:17

            « une goutte d’encre dans un verre d’eau modifiera sensiblement la transparence du mélange »

            D’accord, mais dans quelles proportions ? C’est comme le pâté d’alouette : on mélange une alouette et un cheval, et on obtient du pâté d’alouette ?
            Et quelle différence pratique entre 3/4 de gouttes et 1 goutte, quand c’est dilué dans 2500 gouttes ?

          • doctorix doctorix 1er août 2014 15:03
            @JC Lavau
            Je viens de répondre à ton article, qui n’a pas le succès souhaitable. Enfin, tu arrives à publier, c’est déjà ça, c’est un plaisir qui m’est refusé à 75%.
            Trop direct, trop agressif sans doute, et je me suis fait beaucoup d’ennemis.

          • volpa volpa 1er août 2014 15:31

            La mémoire de l’eau.


          • Robert Biloute Robert Biloute 1er août 2014 15:35

            Vous connaissez le temps de refroidissement d’un canon ? ben là c’est pareil.

            Tout dépend de l’encre, de la loi d’opacité en fonction de la concentration, de la fréquence du rayonnement incident, bref des mécanismes physiques en jeu. Votre réflexe de dire ’modifier la quantité d’un ingrédient d’un pouillème ne peut modifier autant les propriétés de l’ensemble’ est un réflexe valide en cas de physique linéaire (le résultat dépend linéairement des paramètres d’entrée). Mais il y a une foultitude de cas plus complexe que la pure linéarité. Le premier exemple qui me vient à l’esprit est celui des semiconducteurs : ajoutez qques ppm d’impuretés dans du silicium pur, et vous changerez radicalement ses propriétés électriques (ce qui a du rendre la compréhension du phénomène bien compliquée d’ailleurs)


          • doctorix doctorix 1er août 2014 16:26
            Je connais bien le rôle des impuretés et des catalyseurs. Je suis d’ailleurs partiellement homéopathe, mais les mécanismes, s’ils font appel à l’infiniment petit, sont assez différents. Je ne suis donc pas fermé aux petites doses.
            Il reste à expliquer pour quoi ce CO2 qui empêche la chaleur de sortir ne l’empêche pas d’entrer.
            Mais je suis sûr que vous avez une explication. Les IR se verraient confisquer leur passeport à l’entrée dans l’atmosphère ? Ils rentrent leur ventre pour entrer en clandé et puis ensuite ils font du gras ?
            C’est si dur d’admettre qu’on s’est planté quand on s’est planté ?
            Pour triompher, la vérité devra-t-elle toujours attendre que ses adversaires oient morts ?
            Allez lire le lien que j’ai mis tout en bas : il va vous glacer le sang. Parce qu’avant de chercher une explication à un phénomène, il faut s’assurer qu’il y a bien un phénomène. Le seul phénomène que j’aie vu, c’est qu’il y a une oscillation périodique, imprévisible dans ses effets et son tempo, mais tout à fait attendue.


          • Robert Biloute Robert Biloute 1er août 2014 17:54

            Ben c’est le principe de l’effet de serre, bien connu avant même qu’on en parle en climato, et qui est à l’oeuvre.. dans les serres. (aussi dans les trucs d’eau chaude solaire en général)

            - Un rayonnement visible pénètre l’atmosphère, car l’atmosphère a une bonne transparence au visible.

            - ce rayonnement transporte de l’énergie, si il est absorbé par un corps sur terre il va augmenter la température de ce corps.

            - le corps atteint donc une certaine température, ce qui le fait en retour rayonner de l’énergie, étant donné la plage de températures sur terre ça sera pas mal dans l’infrarouge.

            - cette infrarouge ne parvient pas à quitter complètement l’atmosphère, car ce dernier a une opacité partielle à l’infrarouge, opacité dépendant de sa composition, et notamment de la présence de CO2.

            - le bilan radiatif est donc modifié, ce qui peut mener à une hausse de température quand on augmente la présence d’éléments absorbant les infrarouge dans l’atmosphère.


          • epicure 2 août 2014 19:00

            @Par doctorix (---.---.---.146) 1er août 00:32

            le CO2 n’est pas un poison ?

            Va dire ça à ceux qui sont dans les cuves à vin et qui y laissent leur vie.

            il est juste toxique à nocif en trop grande quantité.

            Non il ne fait que bloquer le métabolisme essentiel de tous les êtres évolués : la respiration, par exemple.
            Trop de Co2 nuit à la respiration, et peut aboutir à l’étouffement.

            voilà le schéma classique de la respiration

            C6H12O6 + 6 O2 -> 6 H2O +  6 CO2 + de l’énergie chimique ( transférée dans d’autres molécules propres à la cellule )

            Vu que comme toute réaction chimique elle repose sur un équilibre, le sens de la réaction dépend des rapports entre les diverses molécules.
            Plus il y a de CO2 moins la réaction est efficace, et peut donc s’arrêter s’il y en a trop, vu que de l’eau il y en a toujours en grande quantité dans une cellule vivante.
            Et comme l’intérêt de la respiration c’est l’énergie chimique produite, qui va être utilisée dans des processus métaboliques vitaux pour la cellule.
            La conclusion c’est que trop de CO2 nuit à la santé de la cellule aérobie.
            Sauf pour les plantes le jours qui l’utilisent pour la photosynthèse, qui est en fait la réaction inverse avec l’apport d’énergie du soleil.

            En fait ton truc de CO2 en serre, c’est pour les milieux fermés , puisque comme c’est indiqué dans l’article, dans une serre/appartement les plantes peuvent bouffer tout le CO2 par la photosynthèse dans la journée.

            Le CO2 c’est bon uniquement pour les plantes le jour.

            La température globale augmente beaucoup depuis les années 70, trop vite pour un certain nombre d’êtres vivants.

            http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Sunspot-co2FR.jpg

            on voit bien que al température globale augmente fortement depuis les années 80 en même temps que le CO2 alors qu’avant il suivait des cycles quand le CO2 augmentait lentement.
            La déforestation doit y jouer un grand rôle. (moins d’absorption du CO2 par les forêts.

            Oui théoriquement tu as raison pour l’importance des ppm, mais il faut voir plus loin que le bout de son nez.

            On parle de l’atmosphère qui fait plusieurs kilomètres d’épaisseur.
            Et donc par exemple sur 2,5 km, il y a donc environ l’équivalent de 1 m de gaz carbonique, très schématiquement, pour 1 partie sur 2500, si chaque molécules étaient regroupées de façon pure.

            Si on prend une colonne de 1 m² de section pour les 2,5 km d’atmosphère, on a donc l’équivalent 1 m3 de gaz carbonique environ .

            Vu que la densité de l’air est un peu au dessus de 1 g / m3.
            Et que la masse atomique du Co2 est de 44 g environ / mole.

            IL y a donc environ et de façon simplifiée, 1/44ème de mole de CO2 dans une colonne de 2,5 km de haut.
            Et que la mole est égale à environ 6 * 10 ( puissance 23) molécules
            en simplifiant, arrondissant etc... ici c’est l’ordre de grandeur qui compte.
            on va dire donc que cela fait à peu prés = 1 * ( 10 puissance 22 ) molécules de Co2 dans une colonne d’air de 2,5 km de haut et de 1 M² de section.

            donc plus de 1 suivit de 22 zéros molécules de CO2.

            Du coup même dilué c’est pas si négligeable que ça comme potentiel d’absorption/réflexion.

            Et l’atmosphère est plus épaisse que 2,5 km, sinon certains en montagne auraient de gros problèmes.

            Par conséquent sur toute la hauteur de l’atmosphère le CO2 peut absorber/renvoyer pas mal de rayonnements.


          • Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 31 juillet 2014 14:05

            La climatologie est instructive quand elle s’occupe d’étudier les changements de climat des époques passées. En revanche, tout comme l’histoire des civilisations, elle devient ridicule quand elle prétend faire des prédictions. Un historien ne peut pas décrire la prochaine civilisation. C’est la même chose pour le climatologue. 


            • lsga lsga 31 juillet 2014 14:21

              Mais oui : on est incapable de savoir ce qu’il va se passer si on libère les centaines de milliers de tonnes d’hydrates de carbures emprisonnés dans le sol à la fin du Carbonifère. 

               
              Passer le C02 de 600 ppm à 1200 ppm : on ne le fait pas aujourd’hui dans les serres hydroponiques, et on ne sait pas du tout que ça multiplie la croissance des plantes et augmente l’acidité de l’eau.
               
              D’ailleurs, les espèces invasives comme les algues qui envahissent la méditerranée ne sont pas du tout des plantes préhistoriques...
               
              Attendez : euh... en fait, si : on sait tout ça, car c’est EXTRÊMEMENT SIMPLE. 
               


            • Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 31 juillet 2014 14:50

              C’est en effet plus simple dans le milieu fermé d’une serre. Mais à l’échelle d’une planète dont on ne connaît pas toutes les régulations homéostatiques, non, ce n’est pas si simple. Et surtout, ce qui est complexe, c’est de définir le moment où l’on passe de la météo à la climato. 


            • lsga lsga 31 juillet 2014 14:56
              oui, comme on ne connait pas tout, il est absolument impossible de dire que si on libère les centaines de millions de tonnes de CO2 emprisonner sous formes de pétroles et de charbon durant le carbonifère, alors que cela provoquera un gros bordel...
               
              Et bien si : c’est tout à fait faisable. On ne peut pas dire si le climat va se réchauffer de 1 degré ou de 5 degré, on ne peut pas dire si ça sera uniforme, en revanche, sans l’ombre d’un seul doute : on peut dire que ça va être un immense bordel. 

            • Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 31 juillet 2014 15:05

              « sans l’ombre d’un seul doute : on peut dire que ça va être un immense bordel. »


              Oui, ça c’est sûr qu’il vaut mieux éviter d’introduire des perturbations de ce genre !! Avec ça je suis d’accord. 

            • lsga lsga 31 juillet 2014 15:16

              et bien voilà : les climatologues ne disent RIEN d’autres. Il faut arrêter de cramer les centaines de millions de tonnes d’hydrates de carbures capturés pendant le carbonifère, car, si on ne peut pas prédire avec exactitude quelles en seront les conséquences, on peut prédire sans la moindre once de difficulté qu’elles seront absolument énormes, et que l’humanité n’est pas du tout armée pour y faire face. 

               
              Un changement de l’axe de rotation de la planète : pensez-y. 

            • Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 31 juillet 2014 15:21

              « et bien voilà : les climatologues ne disent RIEN d’autres. »


              Ah pardon ! Certains en disent plus. Et puis la question peut aussi être épistémologique et non seulement écologique et politique. 

            • Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 31 juillet 2014 15:34

              Maintenant on peut aussi poser la question philosophiquement, ce qui implique de se demander à quelle place et à quel rôle l’humanité doit se limiter sur Terre. La planète ne nous appartient pas, c’est surtout cette putain d’idée que « c’est à nous » et qu’on peut faire ce qu’on veut du sol, de la faune et de la flore qui est perverse il me semble. Et puis je n’ai pas l’impression que tout le CO2 rejeté le soit pour une raison intelligente et nécessaire, tout simplement parce qu’une bonne partie de l’activité ou plutôt de l’activisme humain est essentiellement psychopathologique. 


            • Robert Biloute Robert Biloute 31 juillet 2014 16:50

              Je rejoins totalement lsga, et le raisonnement est le même pour un tas de choses (en gros : déchets/ressources) : pas besoin de calculs précis pour comprendre que ça va être un gros merdier ingérable.

              C’est d’ailleurs là où la machine scientifico/médiatico/politique a merdé à mon humble avis : les prévisions au dixième de degré près sur twitter, en temps réel et en suivant les discussions en cours pendant un sommet international, ça veut faire tellement sérieux que ça en devient vraiment pas crédible..

              (elle a merdé aussi en se concentrant essentiellement sur le changement climatique, qui ne sera peut être que la grosse cerise sur l’énorme gateau..)


            • amiaplacidus amiaplacidus 31 juillet 2014 17:14

              Isga, avant d’insulter B. Dugue vous feriez bien d’apprendre un minimum de science avant d’étaler votre ignorance (cela dit, je pense que B. Dugue est assez grand pour se défendre).
              .

              Parce que, les hydrates de carbure, cela n’existe tout simplement pas ! On pourrait penser que vous voulez parler d’hydrate de carbone (et ne parlez pas de faute de frappe, vous répétez carbure à plusieurs reprises) mais alors, on tombe dans un délire absolu : les hydrates de carbone sont des sucres, et les sucres sont totalement dégradés chimiquement en un temps très court, même à l’échelle d’une vie humaine, alors, à l’échelle géologique ...
              .
              De la même façon, en parlant du problème des n corps, vous parlez de la relativité.
              De nouveau, un manque absolu de connaissance, dans le système solaire, les astres ne se déplacent absolument pas à vitesse relativiste et les corrections qui devraient être apportées, en appliquant la relativité, sont de l’ordre de la trentième décimale, autant dire rien.
              De toute façon, c’est bien avant l’émergence de la relativité, que Poincaré a montré qu’il n’y avait pas de solution analytique (mathématique) au problème des n corps (n équadif du second ordre). Y rajouter la relativité (par exemple au niveau extra-galactique) ne pose aucun problème physique, mais ne fait que d’augmenter notre impuissance mathématique.
              Cela dit, on résout, numériquement, sans aucun problème, le cas des n corps. Autrement, il serait strictement impossible d’aller promener des sondes spatiales autour des autres planètes et, par exemple, pour les sondes voyager, dépasser l’héliopause et entrer dans l’interstellaire, en sachant exactement où et quand.
              .
              Alors, Isga, avant de critiquer les autres, lisez, pour le moins, quelques livres !


            • amiaplacidus amiaplacidus 31 juillet 2014 17:20

              Au fait Isga, vous qui nous avez déjà fait des délires informatiques, le problème des n corps résolu numériquement est tellement simple, qu’on peut le trouver comme exemple de programmation en C++ !

              Par exemple :
              http://antoine.petiteau.pagesperso-orange.fr/Physique/SoftGravitation.html


            • Robert Biloute Robert Biloute 31 juillet 2014 18:23

              En fait en relativité les problèmes commencent déjà avec 2 corps :

              http://gallica.bnf.fr/ark :/12148/bpt6k39063n/f7.image

              (à partir du bas de la page 2)

              Quant à la résolution numérique « simple » : moui bof, quand on a un problème « simple » et/ou qu’on n’est pas trop exigeant..toute méthode a ses limites, ça ne suffit pas de cracher un résultat, encore faut-il connaitre son domaine de validité.


            • doctorix doctorix 31 juillet 2014 18:45

              Le danger, c’est de mélanger la pollution et le CO2, qui sont deux choses différentes, dont seule la première est pour moi un problème.

              Si le CO2 est innocent, comme je le crois, les taxes qui le touchent sont iniques et les coûts astronomiques des solutions alternatives (du moins les actuelles, il y en a d’autres) sont inutiles, et gaspillés dans de mauvaises solutions au détriment de la lutte contre la véritable pollution et de la recherche, par exemple sur la fusion froide, à mon avis la seule solution d’avenir.
              Quoiqu’il en soit, si nos politiques poursuivent dans leur folie guerrière, il est bien possible qu’avant Noël le réchauffement climatique soit remplacé par l’hiver nucléaire, ce qui résoudra les contradictions du GIEC, à défaut de régler nos problèmes.


            • JC_Lavau JC_Lavau 1er août 2014 16:39

              Ouvrons un manuel de stratigraphie. Le Carbonifère s’étend de -345 Ma BP à -260 Ma BP. Soit une durée de 85 Ma.
              Il comprend les phases orogéniques hercyniennes sudète, asturienne, et saalienne.
              Il est d’abord marqué par une transgression générale, à laquelle nous devons par exemple les calcaires dinantiens.
              Une lente migration des pôles alors situés dans la mer du Japon et l’Atlantique Sud, permet une riche forêt houillère autour de l’équateur de l’époque, soit le Sud des Etats-Unis et le Sud de l’Europe. Tandis que des évaporites se déposent dans ce qui sont alors des zones subtropicales (Grønland par exemple).
              Le Carbonifère se termine par une glaciation Permo-Carbonifère, prouvée dans l’actuel hémisphère Sud : Afrique du Sud, Inde, Timor, Australie du Nord-Ouest.

              Les climats sont très diversifiés à ce moment là,et ils ont manifestement fortement évolué. La composition de l’atmosphère aussi a fortement évolué au cours du Carbonifère, mais nos idées à ce sujet sont encore largement sujettes à caution. On devine aussi qu’il est alors apparu une classe de mycorhizes du sol capables de bien mieux décomposer les bois morts.

              Quel est donc le peigne-cul qui se sent capable de nous décrire quel aurait été LE climat du Carbonifère ? Durant 85 Ma...

              En revanche, je puis garantir que ce fut au Pennsylvanien que vécut le dernier ancêtre commun à nous les synapsides, et eux les dinapsides : Hylonomus lyelli.
              Après lui, le divorce.

              Dernier détail : un des films publicitaires de Mike Horn préconise le retour au début du Permien, pour retrouver « a perfect unspoilt world ». C’est dire jusqu’où va la misanthropie des vrais militants zécolos, les purs.


            • JC_Lavau JC_Lavau 1er août 2014 17:06

              « ça va être un immense bordel. » Wi wi, dans ta tête, ça l’est déjà.
              Mais tu vas avoir du mal à réclamer au service après-naissance, s’il est déjà décédé ; et d’ailleurs il y prescription.

              Le seul moyen de débordéliser ta bordélique tête, cela s’appelle la psychothérapie. Mais ça n’est pas donné, c’est payant, et tu n’en veux pas : tu te crois à l’état de perfection.

              Si tu veux, on peut mettre la question au vote : « Isga doit-il entrer en psychothérapie ? ». Tu seras surpris du résultat du vote. Tu peux même demander son avis à ton employeur, et à tes collègues de travail.


            • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 1er août 2014 20:40

              Isga est un parfait exemple de système chaotique ...Alors non pour la psychémachin !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès