Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Technologies > La recherche en entreprise vue par Google

La recherche en entreprise vue par Google

Quand on pense au duel qui oppose Microsoft et Google, on pense avant tout aux moteurs de recherche. MSN Live Search cherchant à grappiller des parts de marché à Google et Yahoo ! Mais il y a un autre segment où Google et Microsoft s’affrontent : celui de la recherche en entreprise.

Cet article s’intéresse à une des composantes du management de la connaissance. Ce domaine qui m’est cher est très différent de celui des moteurs grands publics en cela qu’il ne consiste pas à interroger des pages de textes reliées entre elles mais des documents de nombreux formats. De plus, il ne s’agit pas de texte brut mais souvent de base de données contextualisées. Enfin, classer les fichiers par popularité en fonction des liens qui pointent vers eux n’a pas de sens dans le magma des fichiers d’entreprise. Au contraire, la pertinence d’un fichier sera peut-être une date, une thématique abordée dans un synopsis, ou un projet en cours. Bref, on le comprend bien, même si cela reste de la recherche, ce sont deux domaines bien distincts.

Sur un marché que Steve Balmer (CEO de Microsoft) estime à 13 milliards de dollars, on comprend mieux pourquoi Kevin Turner (Microsoft COO - Chief Operating Officer, c’est-à-dire directeur général) annonce lors d’une conférence : “La recherche en entreprise est notre business, c’est notre maison et Google ne va pas prendre ce business.” Les cartes sont clairement sur le tapis surtout quand on sait que Microsoft a dépensé l’an dernier plus de 6 milliards de dollars en R&D soit le chiffre d’affaires total de Google la même année.

Revenons un instant sur l’offre de Google ; il s’agit d’un moteur de recherche basé sur un serveur que l’entreprise cliente gère elle-même en interne, il n’y a donc pas d’externalisation de données. Celui-ci se base sur un algorithme qu’on dit très différent de celui utilisé pour classer le Web. Son prix de départ de 30 000 $ est loin de la gratuité à laquelle Google nous a habitués. Notons que l’offre est directement accessible depuis la page toujours très dépouillée de l’accueil de Google, ce qui montre bien l’importance de cette activité.

Un des freins au développement de ces solutions est le peu de notoriété qu’a Google en tant que fournisseur de services aux entreprises, en dépit de sa popularité auprès du grand public. La force de Google semble surtout être sa capacité à établir des partenariats avec des sociétés qui ont déjà une forte expertise dans les systèmes d’information et le datamining, comme la société BearingPoint, en février dernier. Le deuxième avantage serait de diversifier ses sources de revenus qui sont pour l’instant à 99% obtenus par la publicité, ce que lui reprochent certains analystes, mais pour l’instant, la solution Google (Google Search Appliance), lancée il y a quatre ans, ne totalise que quelque 6000 clients, dont certains grands noms nous ont été maladroitement fournis par Google (Orange, Accor, La Poste...).

Ainsi la compétition va être rude, avec la sortie de Windows Vista, Microsoft nous rappelle qu’il est un acteur souvent incontournable pour les entreprises et qui occupe donc une position idéale pour répondre en premier aux besoins des entreprises en termes d’exploitation de données. Mentionnons également la solution française proposée par Exalead. Elle présente l’avantage d’être abordable et originale dans son approche, permettant d’affiner la recherche par thématiques statistiquement définies. Par ailleurs IBM et Yahoo ! ont dernièrement annoncé le lancement d’un logiciel gratuit dédié à la recherche en entreprise, tout le monde veut sa part du gâteau.

Si vous êtes utilisateurs de tels systèmes en entreprise, quels sont vos sentiments sur le sujet, tant au niveau technique qu’au niveau économique ?

Alexandre Verno
Googlinside


Moyenne des avis sur cet article :  4.74/5   (47 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • Forest Ent Forest Ent 12 janvier 2007 12:32

    Quand j’ai un problème domestique avec un ordi ou un logiciel, je ne perds plus de temps à aller sur le site institutionnel, où de superbes moteurs de recherche ne m’apportent jamais de réponse en exploitant leurs quelques fiches miteuses et institutionnelles rédigées en langue de bois. Je vais sur des sites d’utilisateurs, qui se débrouillent comme ils peuvent pour apporter des réponses, avec un sens élevé de l’efficace et du bénévole. C’est mille fois plus efficace.

    Thèse personnelle : beaucoup d’entreprises n’ont pas encore bien percuté sur ce point, et s’acharnent encore, en interne, à ORGANISER le partage d’info, à travers des projets top-down. Cela vient à mon avis du fait qu’elles craignent que le succès de systèmes auto-organisés fasse apparaitre des vérités et des compétences très différentes des officielles, et que cela ne finisse par remettre en cause la structure de pouvoirs qu’elles se sont définies. Ces entreprises fonctionnent avec des structures hiérarchiques du 19ème siècle alors que leurs employés se sont habitués chez eux aux règles du 21ème. C’est une raison mineure parmi d’autres plus graves de la frustration au travail. Mais ça ne pourra plus durer très longtemps. Les hiérarchies vont être fortement remises en cause.


    • spud (---.---.254.75) 12 janvier 2007 13:54

      La réponse des moteurs de recherche a la problématique (où sont mes fichiers/répertoires ?) des entreprises est une bétise selon moi smiley. Elle ne fait que cacher un manque de formation/organisation des utilsateurs qui pour une grande partie ont été mis devant un écran en mode auto-démerdes-toi, eux sont d’ailleurs passés en mode « je comprend rien et je veux pas comprendre » (pour une bonne partie).

      Pour moi c’est en formant les personnes que le problème sera résolu, les outils existant permettant déjà de palier le problème (quoiqu’une recherche prenne parfois beaucoup trop de temps)... sinon attendre la prochaine génération qui est devant un écran dès 10 ans (et moins smiley).

      Après il y a la question du prix, mais je ne pense pas qu’une TPE est 100.000 fichiers...

      En clair : ça sert à rien ! smiley


      • Jean Ferré (---.---.35.48) 14 janvier 2007 14:11

        Le marché de la recherche en entreprise est en fait scindable en deux segments : d’une part les plate-formes de recherche prolongeant l’expérience de la recherche sur Internet, segment sur lequel s’affronte Microsoft et Google (par mot clé) et ou se positionne Exalead, et d’autre part les solutions progicielles à valeur ajoutée type Intuition de Sinequa (qui est concurrencé sur ce segment par les Fast et Autonomy) : sémantique, extraction d’entités, sécurité multidomaines, multilinguisme, intégration automatique par paramétrage de nombreuses sources hétérogènes. Ces progiciels visent à offrir une solution intégrée de productivité professionnelle ; Sinequa et Microsoft agissent d’ailleurs en partenariat commercial proposant côte à côte l’offre de recherche de Microsoft et le progiciel de recherche de Sinequa, ce qui témoigne de la complémentarité/différence entre des offres type Microsoft et des offres type Sinequa, en d’autres termes de la segmentation du marché.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès