Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Technologies > La science dans 30 ans. Visions quantiques, cosmologiques et (...)

La science dans 30 ans. Visions quantiques, cosmologiques et biologiques

Il paraît maintenant fort peu probable que la science contemporaine reste en l’état. Beaucoup de choses vont changer mais le dispositif techno-scientifique persistera avec des progrès sans doute étonnants mais certainement inutiles pour rendre l’homme heureux. Prenez cette voiture qui se gare automatiquement. Je ne vois pas l’intérêt, sauf pour les énervés qui pètent un câble lorsque le créneau doit être recommencé. On peut être certain que d’ici 30 ans, des tas d’objets technologiques seront disponibles pour servir de diversion, de jeu, de prothèses, dans un monde dont l’issue politique est incertaine tant les penchants autoritaristes se précisent. Mais ne prophétisons pas sur l’Histoire. Souvent, elle surprend, pour le meilleur et parfois le pire. Ce qui pourrait changer, c’est la science et la connaissance qu’elle produit. Je ne parle pas du savoir-faire mais d’une compréhension du monde et même de la place de la science dans certains processus d’acquisition des connaissances.

A mon avis, deux grands enjeux se présentent aux savants de notre époque. Premièrement, la compréhension de l’univers physique avec la mécanique quantique, la cosmologie et une nouvelle science de l’entropie information. Deuxièmement, le vivant, son origine et son évolution. Je crois que si la question du vivant est élucidée, celle de la conscience humaine le sera en même temps. Les deux champs sont indissociables du point de vue ontologique.

Commençons par la cosmologie qui semble achevée avec les équations d’Einstein, les spéculations sur les trous noirs quantiques, les impasses de la théorie des cordes pour unifier gravitation et physique quantique. L’état actuel des sciences physiques en ce début de 21ème siècle n’est pas sans rappeler le stade achevé de la scolastique médiévale avec ses impasses dont la science moderne a pu sortir. C’est maintenant la science moderne qui est dans une impasse dont on sortira sans doute mais avec quelques surprises. La piste la plus prometteuse est la conception entropique du phénomène de gravitation, non pas décrit comme une force mais comme le résultat d’un processus entropique de déformation d’un champ fondamental où les singularités matérielles et l’espace-temps prennent forme en jouant sur le principe universel de la l’énergie libre. Lequel principe est aussi impliqué dans les processus perceptifs cérébraux (Friston). Alors, peut-être un pont entre la cosmologie et les sciences cognitives ?

La conception entropique du cosmos pourrait avoir d’autres conséquences importantes si l’on suppose que les lois d’Einstein ne sont pas si universelles mais valides à l’échelle locale de notre système solaire ou de notre galaxie. Auquel cas, les spéculations sur l’univers entiers, sa fin et son origine, pourraient devenir invalides. Le big bang apparaissant alors comme un mythe rationnel daté du 20ème siècle, autrement dit une théorie aussi incertaine que l’a été celle de Ptolémée avec ses épicycles. Je vous parle évidemment de la physique dans 30 ans. Rien ne vous empêche de croire au big bang actuellement.

La théorie quantique réservera quelques surprises aussi. Non pas qu’elle soit invalidée mais plutôt interprétée car pour l’instant, depuis la sentence facétieuse de Feynman il y a plus de 50 ans, personne n’a encore compris ce que représente le formalisme quantique. Quelques pistes intéressantes sont à suivre. La décohérence, les états intriqués, les états superposés. Une lecture inédite du réel en résultera. Rendez-vous dans 30 ans. La connaissance en sera toute retournée (à prendre dans les deux sens, retourner le réel, retourner vers les pensées métaphysiques d’il y a deux millénaires). Juste un indice en guise de scoop. La théorie de l’entropie-information sera aussi pertinente dans le champ théorique quantique, avec les trois « entropies ».

Trois entropies ? Mon Dieu, quelle audace ! Pourtant c’est ce qu’il faut, et encore, pour comprendre le fonctionnement des systèmes vivants (Auletta). La vie, substance technique et cognitive (Dugué). Et l’origine de la vie, algorithmique (Davies). L’évolution et l’énigme de la spéciation. La biologie du 20ème siècle est au stade de la cosmologie de Ptolémée. Mais d’ici 30 ans, les théories alternatives vont se dessiner et livrer une nouvelle vision du vivant. Et à la clé, une nouvelle alliance de l’homme avec la nature. Le cancer sera-t-il vaincu ? Ce n’est pas sûr car il se peut bien que cette pathologie apparaisse comme définitivement incurable. Tout dépendra des options thérapeutiques rendues possibles par la compréhension nouvelle du fonctionnement des composants cellulaires et physiologiques. Peut-être que les multiples codes moléculaires seront déchiffrés. Permettant de trouver la sémantique moléculaire en œuvre dans les multiples dispositifs épigénétiques et protéiques, avec les ARN non codants, petits et grands, les ribonucléoprotéines et j’en passe.

La nouvelle science nous apprendra aussi sur l’homme et le mal dont il a hérité non pas de facéties divines mais d’un processus évolutif où, devenant l’espèce dominante il en est venu à dominer ses congénères mais ce constat n’économise par les investigations ontologiques permettant d’asseoir une théorie universelle de la puissance et de l’harmonie. J’en ai assez dit pour exciter la curiosité mais pas assez pour répondre aux interrogations. Les nouvelles connaissances vont arriver progressivement. Je ne dispose pas des moyens et de la position pour contribuer à cette grande aventure. Cela ne changera rien à l’issue des sciences, sauf s’il s’avérait que je suis au cœur du basculement des connaissances avec la géniale envergure d’un Newton ou d’un Darwin. J’avoue que je tiens cette hypothèse pour plausible mais tout aussi plausible est l’hypothèse d’un rendez-vous raté d’un génie dans un monde tout aussi raté. Alors dans 30 ans, la question de la science n’aura pas d’intérêt car l’humanité se sera détruite.


Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (14 votes)




Réagissez à l'article

49 réactions à cet article    


  • Baarek Baarek 13 septembre 2013 07:22

    Bonjour à l’auteur,

    Bernard Dugué, je devine à la suite de la lecture de votre article que vous êtes un dieu du créneau ? smiley

    Blague à part, pour avoir essayé d’exposer la théorie des cordes à un groupe d’amis récemment, je me suis rendu compte à quel point il est difficile de décrire ces systèmes à l’oral.

    Pour ma part, je n’ai jamais cru au big bang. L’évolution à proprement parlé, n’est pas la miniaturisation des circuits à outrance, ni par l’optimisation des voitures, mais bien par la compréhension de notre monde, de notre galaxie. Comment cela est-ce arrivé, pourquoi nous sommes ici ? Est-ce que ce qui est vrai ici, l’est également dans d’autres galaxies ? Beaucoup de questions très interessantes dont notre courte existence ne pourront connaitre de réponses...


    • Bernard Dugué Bernard Dugué 13 septembre 2013 11:40

      Bonjour,

      si vous connaissez les cordes, peut-être auriez vous un avis sur la conception entropique de la gravité développée dans un fameux article par Erik Verlinde ?


    • Baarek Baarek 13 septembre 2013 13:42

      Bonjour,

      Je ne parlerais qu’en présence de mon avocat !


    • CKPLAN 13 septembre 2013 07:54

      Bonjour,


      vous trouverez des éléments de réponse à la compréhension et la représentation numérique de l’espace , du temps et de la matière dans mon blog :


      Vous pouvez commenter tel ou tel article ! Incomplet,truisme, banalité, coïncidence arithmétique, faux etc.

      Cordialement.

      La nature n’a pas besoin de l’arsenal mathématique de la physique quantique pour naître et évoluer ..






      • robin 13 septembre 2013 08:51

        M. Dugué, aucune révolution scientifique n’aura lieu dans un système qui, tout les observateurs avertis le craignent, sera probablement une dictature techno financière globale.

        Car toute révolution qu’elle soit scientifique ou non porte en elle une remise en question d’un système, ce que le système refusera de toutes ses forces.

        Conclusion : on assistera comme dans feu l’union soviétique à l’émergence d’une fausse science utile à la propagande, comme nous avons déjà actuellement un faux système d’informations qui n’est plus que propagande. Donc la Science, la VRAIE mourra avec ce système tant qu’on n’aura pas trouver le moyen de s’en débarrasser.


        • Bernard Dugué Bernard Dugué 13 septembre 2013 11:42

          La science contemporaine n’a rien de faux, c’est juste qu’elle n’est qu’une moitié de science qui doit être complétée par l’autre moitié, plus fondementale et fondamentale


        • Castel Castel 13 septembre 2013 12:52

          Il ne faut pas oublier que la science n’est qu’un ensemble de modèles, de représentations. Ce n’est pas la vérité. A la limite, la science, à force de voir tout sous forme de modèles, éloigne la pensée humaine de la vérité.


        • Gollum Gollum 13 septembre 2013 10:06

          Je ne vois pas en quoi l’hypothèse de plusieurs Big Bang s’oppose au créationnisme..


          L’Hindouisme connaît un dieu créateur, Brahma, et celui-ci crée et détruit l’univers régulièrement.

          Non seulement il crée mais il crée comme la science moderne nous l’enseigne. Tout est contenu dans l’œuf de Brahma qui contient tout et se développe progressivement..

          Arrivé à maturité, tout se désagrège et retourne au néant.

          Non seulement ça mais pour les Hindoux l’univers se chiffre en milliard ’années puisque un jour de Brahma vaut 4 milliard 320 millions d’années...

          Ah les scientistes et leur orgueil démesuré..

        • kalagan75 13 septembre 2013 11:01

          trop fort demosthene , tu as étudié la mécanique quantique maintenant ?


        • kalagan75 13 septembre 2013 11:07

          « la saturation de la masse volumique de la matière agrégée »

          je la garde sous le coude celle-là ... tu as peut-être une idée de ce qu’il a bien pu se passer à t=0 , avant le premier cycle, avant toute Energie quoi ...


        • Ronald Thatcher Ronald Thatcher 13 septembre 2013 12:42

          Gollum,

          ce n’est pas Brahma qui détruit sa création, c’est Shiva
          Brahma créé l’univers, Vishnou le conserve, Shiva le détruit et ainsi de suite.
          Ils représentent trois aspects inséparables de la structure de l’Univers.


        • Gollum Gollum 13 septembre 2013 13:34

          Vous avez raison Ronald, mais des fois sur Avox on écrit un peu vite..


        • olivierchen 14 septembre 2013 18:26

          @Gollurn 

          « L’Hindouisme connaît un dieu créateur, Brahma, et celui-ci crée et détruit l’univers régulièrement. »

          Je ne suis pas specialiste en hindouisme ,vous etes sur qu`il connait un dieu createur comme les religion monotheistes ?


          « On dit souvent que dans l’hindouisme il y a plusieurs Dieux, mais...
          Brahman comme la Réalité Ultime, l’Âme Absolue ou Universelle (Paramatman). Le Brahman est le principe ultime, sans commencement et sans fin, caché en tout et cause de tout. Le Brahman (qui ne doit pas être confondu avec la divinité Brahmâ) peut être considéré sans les attributs personnels (Nirguna Brahman) ou avec attributs (Saguna Brahman).

          La religion hindoue croit en l’existence d’entités célestes appelées devas (ou dévas). Le terme devas est souvent traduit en français par « dieux », mais il serait plus juste de dire demi-dieux ou divinités, esprits célestes voire anges.

          Dans le monothéisme il y a un Dieu, des anges, puis nous.
          Que sont les anges ? Des créatures divines je crois.
          Donc pouvons nous considérer Brahma, Vishnou, et Shiva (qui entre parenthèse forme une sorte de trinité dans l’hindouisme) . Comme des anges ?


          Mais Brahma, Vishnou et Shiva ne sont-ils pas, non une sorte de Trinité,
          mais mais la première idée de la Trinité, comme ensuite, Isis, Osiris et Horus ? Très ancien mythe donc. »


          Ce qui est interessant j`ai appris cette annee sur le site de sagesseancienne david Gaulois specilaiste en esoterisme dit que Platon pythagore autre smathematicien et philosophes sont parti en inde pour apprendre le sanscrit, leur philsophie , l`hindouisme, le sanscrit la mythologie indienne.

          les mythologies grecques viennent des mythologie indiennes, donc il y a bien eu metissage civilisationnel, bcp de mots anglais viennent du sanscrit aussi..

          l`esoterisme c`est l`art d`interpreter les choses , s`appuyant sur les traditions religieuses et anciennes ...

          Platon disait « la verite seul les anciens les savaient » meilleur metaphysicien occultisme maitrise de la force de la nature c`est pas un vain mot « la sagesse ancienne »

          « Ah les scientistes et leur orgueil démesuré.. :
          je suis 100% d`accord avec vous la dessus.., pour moi le chemin de la verite c`est l`intuition.

          Mon ami marocian musulman m`as dit :

           »L’histoire a prouvé que notre science se trouvait toujours au-delà de la fiction de nos ancêtres« 

          Sa reflexion sur la conception de dieu et l`islam ci joint :

           »Cependant, la question de Dieu en science moderne souffre en fait d’une certaine « fausse » conception de Dieu. En effet, pour les occidentaux, Dieu n’agit qu’en dehors de la science. Donc le fait d’avancer l’explication d’un évènement par l’existence de Dieu est complètement rejeté. En Islam, la conception de Dieu est différente : il est le créateur de l’univers et l’auteur de toute la science, dont nous ne connaissons qu’une infime partie. L’Islam n’a jamais été contredis par la science, qu’il a d’ailleurs encouragé et en a fait un pilier, basé sur la réflexion suite à l’observation de l’univers."



        • Sortirducadre Sortirducadre 13 septembre 2013 11:23

          La science moderne est déjà en pleine révolution, grâce à quelques scientifiques et chercheurs qui osent sortir des sentiers battus. La question est de savoir quand cette nouvelle science sera considérée comme valide et diffusée en masse.


          Pour ceux que ça intéresse, quelques ouvrages de référence :
          http://amzn.to/13VenZf

          J’ajoute que certaines personnes guérissent du cancer, ce n’est donc pas une maladie incurable. Ces guérisons sont rares, de différentes formes, on n’en comprend pas encore les mécanismes, mais elles existent. Une femme a fait un livre de sa propre expérience de guérison spontanée, à lire ici : 

          Cette nouvelle science sera une science de la conscience, une technologie de l’esprit qui nous permettra d’être libres, en paix et en parfaite santé.

          Je crois que l’accès à cette nouvelle science se fera quoi qu’il arrive car c’est la prochaine étape de notre évolution en tant qu’espèce.

          Amitiés. smiley

          • howahkan Buddha 13 septembre 2013 12:06

            Si big bang il y a eu, pour moi il est « créationniste. », mot que je trouve bizarre et désuet..........mais bien sur arrive de suite la question du banco du jeu des milles francs, merci Lucien jeunesse,dans quoi cet univers « matière » serait il en expansion........ ? car on nous dit que nous sommes en expansion....ce qui est une vision nécessaire pour justifier la ......colonisation.......si si... smiley

            Là ça n’est plus : je suis parti de rien pour arriver nulle part, mais c’est maintenant je suis né de rien pour conquérir ,vivre c’est ça smiley

            Cette propagande va laisser une image totalement non perçue dans le cerveau,image située dans la partie du cerveau inaccessible pour notre petit cerveau analytique ou « moi je »..vivre c’est conquérir, gagner...
            .je n’invente pas cette partie du cerveau s’ouvre chez certains....dont moi même....mais rassurez vous je n’y suis pour rien , car lorsque cela se produit on le ait que « on » n’ y est pour rien ...alors la suffisance et l’arrogance du « je » ne peut même pas utiliser ce genre de « moment »..personne ne découvre jamais rien du tout, c’est L ’Univers qui se révèle...tout est déjà et le Grand Tout est un perpétuel mouvement du présent sans cesse en mouvement....il n’y a aucune expansion mais mouvement dans un principe à jamais inconnu au delà du temps, sans début et sans fin..ce qui n’a rien à voir avec l’infini, notion humaine analytique romantique..il est possible d’ailleurs qu’il n’y ait ni zéro, ni infini dans le monde dit matière....les maths seraient ainsi majoritairement une illusion de plus, ou plutôt un outil valable dans le relatif de la matière seulement, en tous les cas pou nous.

             ...non pas que cela ne soit pas un langage de l’organisation la matière bien sur....mais peut être pas du tout cet absolu tant recherché...d’ailleurs dans cette quête d’absolu je me permets de mettre en cause le pourquoi de cette recherche.......car le but étant fixé des le début , je ne cherche et ne trouverais éventuellement en fait que ce que je veux à tout prix trouver y compris au prix du mensonge bien sur..ceci est donc une quête fermée...qui élimine tout ce que je ne cherche pas.....c’est toujours la même démarche issue du pseudo big bang en expansion, l’homme a un destin à accomplir...quand je dis ,mais qui suis je pour oser dire cela ? vivre est le miracle, tout est, il n’y a rien à accomplir...
            Science religion de l’athée, religion science du croyant....le dogme de l’infaillibilité est là toujours présent ou quand le moyen devient finalité on est forcément dans l’erreur..

            Cela dit il manque quelque chose dans ce tableau, je le sais par expérience......Notre cerveau habituel de tous les jours que j’appelle analytique , n’est pas du tout l’ensemble du cerveau-psyché..il est juste l’outil matériel pratique de survivance et fonctionne sur une certaine programmation innée mais aussi bien sur par accumulation d’information qui sont stockées, emmagasinées, et analysées ...ce cerveau analytique ou « moi je », est souvent voir toujours en opposition aux autres « moi je »..

            car ce cerveau entre autres « programmes » compare tout avec sa propre conscience , ses désirs , ses conclusions personnelles qui sont mémoire personnelle du passé, cette fonction utile est vitale dans les domaines pratiques de survie à chaque instant, mais elle devient un danger dans les champs non pratiques..car dans la relation entre personnes, elle va continuer à diviser , moi et les autres, le conflit , la guerre et la violence prennent naissance à ce moment, ainsi notre violence n’aurait rien à voir avec la pseudo animalité mais avec un bug du cerveau dont une partie ne marche plus, je dis plus, car je « sens » que des humains ont eu ce cerveau ouvert...Mais le pire est aussi encore à venir car lorsque je rencontre la misère de vivre, la souffrance , la frustration de vivre que absolument tout le monde connait et bien ce programme va continuer à faire la chose qu’il sait faire ; il divise, il se dédouble entre « moi je », et cette même souffrance de vivre....en faisant cela il a commis le « pêché mortel » de croire que la souffrance n’est pas lui même.........de ce fait il ne se sortira jamais de ce guêpier en ce faisant, on y est depuis des millénaires..et la science des humains n’apporte strictement rien de positif à ce problème car ce n’est pas dans sa compétence..., au contraire elle devient partie intégrante du problème en cherchant des solutions or pour les domaines non pratique je le sais désolé, la solution se trouve dans « vivre le problème » lui même,dans sa connaissance , dans le fait de vivre le problème pas en le fuyant comme on fait...
            ce qui a été utile pour observer ce qui est physique, pour survivre devient alors un problème dans les autres champs de la vie. La matière est une partie seulement.
            En faisant ceci , en divisant donc( la souffrance n’est pas lui même) « je » me sépare de l’ensemble,et se croit différent mieux ou pire ,alors que « je » suis partie de cet ensemble,sans ensemble pas de « je »..c’est d’ailleurs exactement pareil dans la société humaine,sans travail collectif pas de « je » riche......alors se crée l’illusion que « moi » je suis différant mieux en général mais pas toujours......et ce « moi » se crée alors des objectifs dans la vie.....objectifs limités par sa propre « programmation » mais ce « je »ne le sait pas qu’il est limité donc relatif et de relatif il s’ auto transforme en absolu....et sa quête d’une sorte de bonheur absolu est alors directement issu de sa propre limitation et n’aura rien à voir avec l’absolu Universel au delà du temps ,sans début et sans fin..car pour moi comme pour beaucoup, L’Origine ne peut qu’être au delà du temps...ni née, ni non née....avant la matière...

            Cela dit Bernard dit ceci : Premièrement, la compréhension de l’univers physique avec la mécanique quantique, la cosmologie et une nouvelle science de l’entropie information. Deuxièmement, le vivant, son origine et son évolution. Je crois que si la question du vivant est élucidée, celle de la conscience humaine le sera en même temps. Les deux champs sont indissociables du point de vue ontologique.

            Pourquoi pas.... mais j’avoue mon ignorance sur ce point là, je n’ai aucune compétence scientifique si science = math, physique et chimie....

            Ayant eu l’autre « partie du cerveau » ouverte par moments comme certains, il m’ a été donné de vivre le « sens profond »...ceci est totalement au delà des mots donc pas la peine d’essayer...de vivre le « sens » ,car on sait que l’on vit le « Sens », amène à ne plus poser ce genre de questions....Ni bien sur à cautionner toute religion organisée..organisée en business .après les prophètes et malgré eux bien sur, je ne nie pas des prophètes, des gens connectés..

            .la question du sens est alors perçue comme étant posé par un cerveau en détresse , en souffrance ,et qui essaye de s’en sortir car la souffrance commune à tous demande de s’en sortir bien sur.....mais hélas en utilisant seulement la partie analytique du cerveau, celle qui veut utiliser la science en croyant que ça va solutionner les problèmes humains, en faisant cela on en revient au principe de la division « moi » , non moi...et ceci est totalement limité d’accord, mais de plus va empêcher l’ensemble du cerveau de s’ouvrir..et la partie manquante du cerveau qui elle ne divise plus , ne compare plus, ne choisit plus , qui intègre ce qui n’est pas conscient pour l’analyse, cette partie voit tout ce qui est..et en rencontrant alors tout problème, elle le voit jusqu’à sa source et alors il disparait car il a été vu par le cerveau dans son entier, cerveau analytique compris ...on passe du binaire nécessaire dans les champs pratiques à l’ Unitaire Universelle ,là ou tout est lié...

            tout commence et finit dans nos cerveau en ce qui concerne notre vie...enfin non vie pour le moment..le cerveau de ce que je connais comme d’autres par expérience est un récepteur émetteur et si je crois par ignorance découvrir quoique ce soit,c’est en fait faux....c’est L’ Unitaire Universelle qui se dévoile...« je » n’y suis pour rien du tout....
            Cet émetteur récepteur si il reste dans le champs analytique est coupé de ’Univers...notre problème est celui là....vivre était le miracle, tout existe, nous n’avons rien a accomplir..mais seulement survivre en paix, collectivement ,avec art et compassion.....vivre devient alors la communion avec le Mystère dont nous sommes une composante....et là l’imagination n’a absolument aucune place.......c’est une « grâce » indescriptible par le mot ( mot stupide mais bon !),mais qui n’a strictement rien à voir avec aucun de nos qualificatif, cette « grâce » ne peut se qualifier...surtout pas en plus par énorme ,extraordinaire..c’est au delà de cela..comme une autre dimension......alors le big bang ???


            • Christian Labrune Christian Labrune 13 septembre 2013 12:21

              @Bernard Dugué

              Je trouve un peu bizarre qu’envisageant le monde dans quelques dizaines d’années, vous hésitiez, en ce qui concerne le destin du bipède humain entre deux possibilités extrêmes et au fond assez peu probables. Dans l’une, il resterait à peu près ce qu’il est, quoique muni de connaissances peut-être un peu nouvelles et renversantes ; dans l’autre, il se serait détruit.
              Vous ne tenez pas du tout compte de spéculations pourtant déjà anciennes sur la pensée artificielle, comme s’il n’était pas prévisible d’imaginer qu’à partir d’un certain niveau de complexité il deviendra possible d’induire dans les machines l’émergence de quelque chose qui ressemblerait non pas à l’intelligence - on y est déjà - mais à ce que nous appelons la conscience. Du point de vue de l’évolution purement biologique, il faudrait encore quelques millions d’années pour que l’homme différât sensiblement de ce que nous le voyons être actuellement, mais cette évolution, et surtout sa direction et sa vitesse, sont déjà en passe d’être modifiées par l’homme lui-même, de plus en plus intimement couplé à des systèmes artificiels qui, avec le temps, pourront aisément se passer de leur ancien socle biologique. Bref, il ne me semble pas qu’on puisse éviter de penser une disparition de l’homme et de cette espèce de saloperie que nous appelons la vie, mais ce ne sera pas nécessairement la disparition de toute présence intelligente.  


              • Bernard Dugué Bernard Dugué 13 septembre 2013 12:35

                Je vois à quoi vous faites allusion

                la singularité et le trou noir technologique qui engloutira l’humain dans un artifice.... je n’y crois pas et je suis certain qu’une machine ne peut pas avoir de conscience, c’est une impossibilité ontologique que j’aimerais bien pouvoir démontrer un jour.


              • Deneb Deneb 13 septembre 2013 12:38

                Christian : l’émergence de la conscience mécanique est un vieux phantasme. Mais, pourquoi insouffler une conscience à une machine ? Pour qu’elle s’invente des caprices ? Elles s’en inventent déjà, si l’on leur offre une conscience ça sera bien pire. Par contre, stocker la conscience d’un individu dans les circuits électriques en remplaçant progressivement les parties du cerveau, atrophié par l’âge, par des prothèses bio-nano-et je ne sais quoi-cognitives, il est possible que l’on réalise un autre phantasme issu du délire eschatologique : l’immortalité. Enfin, tant qu’on règle la facture du gaz ...


              • Christian Labrune Christian Labrune 13 septembre 2013 16:39

                "la singularité et le trou noir technologique qui engloutira l’humain dans un artifice.... je n’y crois pas et je suis certain qu’une machine ne peut pas avoir de conscience, c’est une impossibilité ontologique que j’aimerais bien pouvoir démontrer un jour."

                @Bernard Dugué
                Laissons de côté les certitudes un peu trop fortes des transhumanistes ; votre certitude touchant à l’impossibilité d’une conscience des machines ne me paraît cependant pas moins sujette à caution : la conscience émerge d’un grand nombre de processus physico-chimiques très complexes, elle n’a rien de métaphysique. Des informaticiens comme Alain Cardon - et il n’est pas le seul ! - travaillent déjà sur ces questions, avec une tendance que je trouve peut-être un peu contestable, qui consisterait à vouloir produire des créatures cybernétiques parfaites répliques de l’homme, munies même d’un inconscient de type freudien - là, carrément, je rigole ! et de circuits qui leur pemettraient d’éprouver toute sorte d’émotions archaïques telles que la peur, ce dont je ne vois pas vraiment la nécessité.

                Ce qui fait encore obstacle, c’est la difficulté d’intégrer dans une machine les centaines de milliards de portes logiques destinées à simuler les cinq milliards de cellules qui sont dans nos pauvres caboches, mais la ROM de mon Apple II ne comportait que douze mille octets, et les choses, en trente ans, ont assez bien évolué ! Pensez-vous que la réalisation de l’ordinateur quantique soit elle aussi impossible ? Si elle ne l’était pas, le reste en découlerait assez nécessairement, et d’ici là, la connaissance de la stucture et des fonctions du cerveau aura eu le temps de progresser elle aussi. Pour l’instant, ca reste encore un peu rudimentaire.


              • Neymare Neymare 13 septembre 2013 16:48

                @ C. Labrune
                « la conscience émerge d’un grand nombre de processus physico-chimiques très complexes, elle n’a rien de métaphysique »
                Rien ne vous permet de dire ça, d’ailleurs il n’existe à ma connaissance, aucun chercheur qui est capable de dire de quoi il s’agit, ni meme de la définir
                Ils peuvent toujours travailler dessus : quand vous etes incapable de définir le theme lui meme de vos études c’est pas évident de trouver des hypothèses ou des modèles
                A mon sens, la conscience se situe en dehors du cerveau (en fait je pense meme que rien n’est vraiment localisé, meme pas les pensées)


              • Christian Labrune Christian Labrune 13 septembre 2013 16:56

                @Deneb
                Je vois que vous prenez les choses à la rigolade ! Pourtant, la mémoire qui serait nécessaire à une machine pensante, pour se faire une exacte représentation du monde existe déjà, c’est le Web, et dans vingt ans, des moteurs de recherche tels que Google seront déjà un peu plus intelligents, ne mettront plus mécaniquement et sans discernement un mot en relation avec des articles. Vous pourrez poser des questions en langage naturel, et obtenir non pas des tonnes d’articles à lire, mais une synthèse exactement appropriée à la question que vous aurez posée. Le problème, c’est de savoir comment faire pour qu’une machine comprenne le langage naturel, ou pour qu’une caméra , par exemple, munie d’un système de reconnaissance des formes, puisse décrire en langage naturel ce qui est dans son champ de vision et dire par exemple : « à tel carrefour, un camion de telle dimension vient d’écraser une petite voiture. Quatre passants essaient d’extraire la viande du sandwich métallique » (l’humour noir aussi est programmable !). De tels dispositifs qui existent déjà dans les systèmes d’armement les plus sophistiqués, capables d’une autonomie de décision, on les verra bientôt chez soi et dans la rue.


              • Christian Labrune Christian Labrune 13 septembre 2013 17:31

                "Ils peuvent toujours travailler dessus : quand vous etes incapable de définir le theme lui meme de vos études c’est pas évident de trouver des hypothèses ou des modèles
                A mon sens, la conscience se situe en dehors du cerveau (en fait je pense meme que rien n’est vraiment localisé, meme pas les pensées)"

                @Neymare
                Il n’y a aucune difficulté à définir la conscience, contrairement à ce que vous écrivez. La conscience est autre chose que l’intelligence. C’est tout à la fois plus archaïque et plus synthétique. Un rat, par exemple, dispose comme nous d’une conscience : il se fabrique avec le temps une vision du monde qui l’entoure et une compréhension de la fonction des objets qui le constituent. Il y a le monde et lui, le soi et le non-soi. Il connaît les limites de son corps, il sait ce qu’il peut en faire pour se déplacer, se nourrir, se reproduire. Il veut, il ne veut pas, il hésite, il évite ce qui est dangereux, recherche ce qui lui donne du plaisir, élabore des scénarios imaginaires. C’est ça, la conscience, et c’est au fond très peu de chose.
                Les machines cybernétiques actuelles sont capables d’effectuer des processus intelligents beaucoup plus rapidement et sûrement que nous ne le pourrions, qui supposent la résolution, en une seule seconde, de millions d’opérations logiques et d’équations, mais elles ne savent toujours pas pourquoi elles le font, elles exécutent un programme dont la nécessité leur est tout à fait indifférente. A la différence du rat qui hésite entre deux directions, elles ne connaissent pas l’hésitation, pas même le hasard. Mais cela tient aux limitations des programmes qui les constituent et à la fermeture de l’espace réel qui leur est accordé et qui ne prévoit pas qu’elles puissent complexifier une vision du monde.
                La réalisation d’une machine consciente suppose la compréhension du langage naturel et donc un accès à l’immense vision du monde déjà virtualisée par l’existence du web. 


              • Deneb Deneb 13 septembre 2013 17:34

                Moi, ce qui m’impressionne, c’est Google traduction. Comme il m’arrive souvent de lire les articles de la presse étrangère, j’ai pu voir l’évolution de cet outil, parti d’une simple traduction lexicale il y a quelques années et aboutissant aujourd’hui à une analyse sémantique doublé d’une très riche phraséologie dans toutes les langues. Évidemment, ce n’est pas encore parfait, je peux toutefois imaginer sans peine son évolution dans quelques années. Traduire correctement, c’est d’abord comprendre, on peut donc affirmer sans rire qu’un texte passé dans la moulinette Google est « compris » par la machine. Qui dit compréhension, dit cognition, on s’approche dangereusement d’une espèce de conscience, du moins d’une capacité d’apprentissage autonome.
                Sinon, le cerveau planétaire qu’est Internet, c’est en fait la réalisation de la noosphère, concept cher à T. de Chardin. Si une conscience était capable d’émerger d’une entité aussi complexe, on y verrait les prémices déjà aujourd’hui . Hélas, à part la profusion des trolls, peu de traces d’une conscience collective ou autonome.
                Mais, cette conscience, elle servirait à quoi, au juste ? Prendre des décisions de manière autonome ? Il existe aujourd’hui des systèmes assez perfectionnés. Le rover Curiosity sur Mars vient de se doter d’un logiciel qui lui permettra de se déplacer de manière autonome. Il vaut mieux, le signal met au mois 15 minutes pour nous parvenir, pour faire joujou avec la voiturette c’est un peu juste. Analyser le paysage pour avancer, c’est quelque chose que les machines jusque là n’étaient pas capables.
                Il faudrait quand-même interdire d’implanter les sentiments, si l’on veut pas finir entouré de machines complétement imprévisibles et lunatiques .


              • Neymare Neymare 13 septembre 2013 18:20

                @C. Labrune
                « Il y a le monde et lui, le soi et le non-soi. »
                Qu’en savez vous de la perception du rat ? on sait que par exemple le bébé ne fait pas la différence entre soi et non soi, c’est pour ça qu’on est obligé de lui apprendre le « toi c’est toi, moi c’est moi »
                Or, c’est le bébé qui a raison ; la perception du soi comme individualisé est un apprentissage, ce n’est pas la conscience, la conscience est tout, elle englobe tout. Tous ceux qui ont eu des expériences extrasensorielles (nde, LSD, méditation etc...) pourront vous le dire
                En outre comment expliquez vous l’expérience de cette femme opérée du cerveau dont on a retiré le sang, réfrigéré le corps à 15°c, l’encéphalogramme plat et qui a quand meme pu décrire toute l’opération preuve à l’appui ? vos mécanismes physico chimiques se sont fait très discret pour le coup
                La conception mécaniste du monde va à l’encontre de toutes les données empiriques et de l’expérience humaine, si on veut aller plus loin il faut la dépasser


              • Christian Labrune Christian Labrune 13 septembre 2013 22:06

                @Neymare
                Je jette l’éponge...


              • Castel Castel 14 septembre 2013 10:13

                « la conscience émerge d’un grand nombre de processus physico-chimiques très complexes, elle n’a rien de métaphysique »

                Totalement d’accord avec Neymare.
                En fait, la vérité, c’est qu’il n’y a rien qui démontre qu’il y a un extérieur à soi. Tout peut se passer exactement comme dans un film, sauf que le spectateur et le film en lui-même formerait un tout qu’on peut nommer « la conscience ». Toute cette histoire de matérialisme est une fuite vers une « réalité » collective sans fondement intellectuelle.


              • gaijin gaijin 13 septembre 2013 12:56

                « le mal dont il a hérité »
                qu’entendez vous par là au juste ?


                • Denzo75018 13 septembre 2013 15:57

                  La science devrait certes progresser rapidement sur les questions fondamentales de l’infiniment petit et du cosmos ou plutôt valider ou invalider des hypothèses qui nous turlupinent depuis 100 ans. Mais apparaitront d’autres questions encore plus insolubles tels : la matière noire, les trous noirs, déterminisme/aléatoire (univers/multivers, le but ultime d’un univers ? Fabrique à consciences/inconsciences ? Bref des tonnes de questions et pleins d’autres encore impensables.........une infinité !


                  • Neymare Neymare 13 septembre 2013 16:22

                    "Tout dépendra des options thérapeutiques rendues possibles par la compréhension nouvelle du fonctionnement des composants cellulaires et physiologiques. Peut-être que les multiples codes moléculaires seront déchiffrés. Permettant de trouver la sémantique moléculaire en œuvre dans les multiples dispositifs épigénétiques et protéiques"

                    Vous qui etes scientifique (je l’ai été aussi) vous devez savoir qu’il est impossible de retrouver ses petits dans un tel sac de noeuds, ni meme d’en tirer une quelconque logique dans son organisation. L’information est la base de tout : c’est elle qui module les vibrations (tout est vibration d’ondes : les couleurs, les gouts, les sons, les pensées, l’organisation physique et biologique). Tant, qu’on n’aura pas changé de paradygme scientifique, et qu’on aura des scientifiques obtus repliés sur leur matérialisme, on n’avancera pas.
                    Car pour comprendre, il faut monter d’un cran : l’information contenue dans la matière n’est qu’un reflet de l’information contenue dans les ondes de l’univers.
                    Or cette information n’est accessible (intellectuellement) qu’à l’homme doté d’un psychisme capable de se sortir de l’illusion de la matière et d’aller la chercher (et encore, après c’est le cerveau qui interprète, et l’interprétation peut etre fallacieuse)
                    Par conséquent, Bernard, votre étincelle de génie il va falloir aller le chercher à l’intérieur de vous meme, comme l’ont fait d’autres génies avant vous comme Mozart, Einstein etc..
                    L’avenir de l’humanité est dans le psychisme, et la reconnexion au tout : seul la vision claire, par delà l’illusion sortira l’homme de la fosse à purin dans laquelle il se complait


                    • Christian Labrune Christian Labrune 13 septembre 2013 17:46

                      "Car pour comprendre, il faut monter d’un cran : l’information contenue dans la matière n’est qu’un reflet de l’information contenue dans les ondes de l’univers. « 

                      @neymare
                      J’ai répondu tout à l’heure à une intervention où vous me disiez que parler de conscience, cela n’avait aucun sens parce qu’on ne savait pas ce que le mot veut dire. Si j’avais lu la phrase que je reproduis ci-dessus, je n’aurais même pas pris la peine de vous répondre.

                      S’il y a des expressions qui ne veulent rien dire, celle-ci : »les ondes de l’univers" est assurément la meilleure. Elle est de celles qu’affectionnent tous les charlatans obscurantistes. La notion d’onde ne signifie pas n’importe quoi, comme paraissent le croire ceux qui ne disposent même pas des rudiments de la physique.


                    • Bernard Dugué Bernard Dugué 13 septembre 2013 17:17

                      C’est vrai que votre commentaire est un modèle de discours méthodique, étayé et démonstratif.

                      Je n’ai pas grand chose à vous répondre, vous préférez les attaques ad hominem plutôt qu’essayer de comprendre le propos du billet.


                    • Pillippe Stephan Uraniumk 14 septembre 2013 00:21

                      « Voila encore le philosophe-scientiste-ingénieur New-Age en plein délire. »

                      ça m’étonnait aussi qu’il n’y ai pas eu un commentaire de se type.

                      Bon marqué fait... smiley

                       


                    • soi même 13 septembre 2013 19:33

                      Dans trente ans rien du tout, wall street sera passer entre temps !


                      • MuslimADieu MuslimADieu 13 septembre 2013 19:44
                        Dans 30 ans, il y a des chances que notre compréhension des choses soit a peu près là où on en est maintenant. Il faut avouer que les 30 dernières ne sont pas fameuses. 

                        Les scientifiques qui veulent comprendre le monde sont de plus en plus rares. 
                        On fait désormais dans le bricolage qu’on appelle technologie.

                        Dans 30 ans, on aura plus de gadgets et on sera probablement de plus en plus cons.





                        • SamAgora95 SamAgora95 13 septembre 2013 23:21

                          Nous somme en 2035, la concurrence à la voiture la plus intelligente a fini par produire une véritable conscience artificielle, personne ne sait comme cela est arrivé.


                          Apparemment ce véhicule crée par l’homme (à peine capable de se garer seul il y a encore 30 ans) à force de contact avec son environnement et au perfectionnement de ses capteurs et de son intelligence artificielle a fini par produire par hasard (comme toujours en science) une véritable conscience autonome, capable d’émotions et ayant peur de perdre la vie. Le Graal de la cybernétique a été atteint de façon involontaire et quasi miraculeuse.

                          Cet événement reproductible à volonté nous permettra de comprendre comme s’installe la conscience dans les système complexe, est-ce la complexité des échange d’informations qui ont permit à une sorte d’entité (âme) préexistante dans une autre dimension de trouver refuge dans ses circuits complexe, l’être humain n’est-il pas lui même qu’un simple véhicules habités par ces entités ?

                          Quoiqu’il en soit il n’y a aucun doute, la science a fait un pas de géant dans le domaine le plus intriguant de l’univers, la conscience.

                           smiley



                          • Pillippe Stephan Uraniumk 14 septembre 2013 00:09

                            La conscience dans une machine c’est skynet

                            (Intelligence artificielle créée à l’origine pour gérer la défense américaine. Quand les humains se sont aperçus qu’ils ne la contrôlaient plus et qu’elle les attaquait, ils ont essayé de l’éteindre sans succès. Skynet a poursuivi par le lancement de missiles nucléaires et par conséquent l’avènement du « jugement dernier ».)

                            La moquette ils faut marcher dessus les mecs pas la fumer en regardant terminator
                            et croire que c’est un documentaire.
                            Monsieur Dugué à raison et pas la peine de se casser le k,U pour des démonstrations
                            c’est une perte de temps.

                            asta la viva baby... smiley 


                          • gaijin gaijin 14 septembre 2013 07:16

                            si vous êtes incapable de comprendre votre propre conscience par vous même comment espérez vous qu’une machine ( quand bien même elle deviendrai consciente ) vous aide en quoi que se soit ?


                          • Castel Castel 14 septembre 2013 10:23
                            « Quoiqu’il en soit il n’y a aucun doute, la science a fait un pas de géant dans le domaine le plus intriguant de l’univers, la conscience. »
                            Ce n’est pas par des manifestations ou des manipulations que la « science » pourra découvrir ou démontrer ce qu’est la conscience.
                            La seule conscience à connaitre est la sienne. Elle n’est pas objectivable. L’oeil ne peut pas se regarder lui-même.
                            Je n’ai aucune preuve qu’une autre conscience existe hormis celle qui qui est à l’origine de mon exploration du monde.

                          • SamAgora95 SamAgora95 14 septembre 2013 11:12

                            « ...si vous êtes incapable de comprendre votre propre conscience par vous même comment espérez vous qu’une machine ( quand bien même elle deviendrai consciente ) vous aide en quoi que se soit ? »


                            Nous connaissons la machine pour la voir fabriquée, nous pouvons donc essayer de chercher ce qui l’a rendu consciente, est-ce juste matériel, un composant, un algorithme, une configuration de réseau de neurone artificiels particuliers qui en sont à l’origine, ou est-ce autre chose, dans ce cas comment cette chose se lie au matériel ?

                            Nous n’avons pas crée le cerveau qui est le résultat de milliard d’années d’évolution, nous ne pouvons pas tracer avec précision le chemin qu’emprunt l’information, nous ne connaissons pas le fonctionnement du neurone lui même, pour des raison évidente nous ne pouvons mener ces recherches sur un cerveau en état de marche.

                            A ce qui pensent qu’une intelligence de type skynet est impossible, je vous rappelle juste que 90% des transactions boursières sont effectuées par des robots, ils nous est désormais impossible des les débrancher sans créer une crise majeur.

                            Quoiqu’il en soit, mon commentaire avait juste pour but de montrer que M. Dugué se trompe, l’innovation scientifique peut provenir de n’importe où, et même de technologies qui paressent un peu gadget.

                          • Deneb Deneb 14 septembre 2013 06:15

                            Un repère, comme tous les articles de Dugue, de culs-bénis créationnistes et autres bigots. Malgré ses connaissances, Dugue a autant de clairvoyance qu’une amibe handicapé. Ses spéculations sur l’avenir démontrent qu’il était nourri , dés le berceau, par les frères Bogdanoff et leur melange de théories scientifiques et de métaphysique. 

                            Le seul rôle de la science, c’est la prédiction. D’après le créationniste Dugue, la science stagne. Je ne sais pas ce qu’il appelle la stagnation, je constate un progrès constant dans la prédictivité. Pour Dugue, la preuve de la stagnation est la multiplication des gadgets. Je ne comprends pas trop la relation de cause à effet entre la multiplication de gadgets inutiles et la soi-disant stagnation, mais je sais que la science progresse suivant la courbe exponentielle de la loi de Moore. Tous ceux qui ont, dans l’histoire, déclaré qu’il ne restait plus rien à découvrir, ont été ridiculisés par les faits.
                            Mais sa ’théorie’ des lois de la physique ’locaux’ tient quand même la palme du ridicule. Je me souviens d’un délire créationniste qui dit que le monde a bel et bien sept mille ans, comme dit soi disant la bible, mais que les lois de la physique ont évolué de façon à nous faire croire que le monde a 14 milliards d’années. On aura tout vu !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès