Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Technologies > La science moderne aveugle avec ses illusions rationalistes ? Réflexion sur (...)

La science moderne aveugle avec ses illusions rationalistes ? Réflexion sur les nouvelles ontologies de la Nature et leur utilité

Il est évident que la compréhension de la physique contemporaine n’a rien d’indispensable pour mener une vie d’homme, sauf pour ceux qui développement des applications technologiques. La vie ordinaire n’a pas besoin de théories scientifiques mais uniquement du bon sens immémorial acquis en faisant l’expérience des choses pour en retenir l’utile et l’efficace. Un chasseur qui vise le gibier n’a pas besoin de connaître la mécanique rationnelle de Lagrange ; par contre, il connaît bien la nature avec ses espèces sauvages et manie avec dextérité le fusil. Roosevelt, Staline, Picasso, Sartre, Elvis, n’avaient besoin de connaître la mécanique quantique. Pas plus que le charcutier du village, l’instituteur ou même le biologiste dans son laboratoire. Ce qui n’est pas le cas des physiciens qui ont besoin de ces théories très compliquées pour interpréter les expériences et rectifier les théories s’il y a lieu, ou en inventer de nouvelles, ce qui n’est pas le cas actuellement car la théorie quantique répond parfaitement aux besoins des expérimentateurs (mais pas des métaphysiciens). C’est donc le deuxième niveau d’accès à la nature que cette connaissance des théories et des expériences dont l’articulation est essentielle aux pratiques scientifiques. Le troisième niveau engage la compréhension de la nature. Cette connaissance n’est pas nécessaire aux physiciens qui expérimentent. Une fois que l’on est entré dans cet univers ontologique, on n’a qu’une alternative, ou bien rebrousser chemin, ou bien aller le plus loin possible dans un voyage sans retour. La vérité ne peut pas être annihilée une fois qu’elle s’est incarnée, cristallisée, ni le doute, ni le mystère. Quelle situation est la plus enviable, vérité, doute ou mystère ? La science n’a pas la réponse, l’existence peut-être. Une fois le doute surmonté, l’âme vit dans le mystère de la vérité et la vérité du mystère…

La science moderne (je laisse de côté les sciences humaines) est constituée par l’intégrale des médiations reliant l’homme et la nature. Il est raisonnable de penser à deux catégories de relations médiatisées par la science, ses interfaces technologiques utilisées dans les observations et ses constructions théoriques. Une relation de l’ordre du faire. Accumuler les observations et produire les modèles et théories pour organiser le « faire ». Dans les labos, puis les applications industrielles. C’est la science ordinaire, dont les règles ont été codifiées par Newton avec l’induction puis Popper et la réfutation. Ensuite se conçoit une relation cognitive, autrement dit une connaissance de la nature, du cosmos, de la matière, de la vie, de l’espace et du temps. Et donc pour résumer, la science produit d’une part une relation (interactive) d’interdépendance entre la nature et l’homme ; d’autre part, un lien relationnel sans interdépendance, sorte d’alliance intellectuelle presque religieuse entre l’homme et l’universel.

Depuis les sages védiques jusqu’aux physiciens du 21ème siècle, l’homme a toujours désiré connaître l’univers qui l’entoure. Les philosophes s’en sont chargés les premiers. Ils étaient déjà scientifiques dans le principe car leurs conceptions reposaient sur les observations. La science moderne a inventé un autre mode opératoire, la mesure et la théorie. Qu’ils le fassent ouvertement, consciemment ou non, les scientifiques contemporains adhèrent à une certaine conception de la nature qu’ils étudient. Quelques uns n’hésitant pas à mettre sur le papier les conceptions de la nature qu’ils élaborent en se basant sur les résultats de leurs recherches et celles de confrères plus ou moins éloignés du point de vue disciplinaire. Ces élaborations couvrent un champ du réel plus ou moins étendu. Les ouvrages publiés visent un public possédant un haut niveau d’étude scientifique ou alors un grand public suffisamment instruit pour comprendre les récits scientifiques bien racontés, avec des phrases faciles à comprendre et sans trop de détails spécialisés.

En première approximation, on distinguera deux possibilités pour élaborer une conception de la nature. (i) La simple construction du réel à partir des faits mesurés et des théories. On se situe alors dans une intention descriptive, sorte de dessin industriel présentant les choses naturelles sous ses différents angles ; telles qu’elles se manifestent dans les expériences. (ii) L’interprétation des faits et théories avec le choix de quelques idées générales voire génériques. C’est donc un second niveau qui opère sur le précédent. On y rencontre parfois idées permettant de cadrer les recherches sans qu’elles soient vérifiables ni réfutables. C’est le cas des themata (au rôle heuristique) suggérées par le philosophe des sciences Gérald Holton. L’horizon herméneutique est souvent présent. Il livre du sens et parfois une explication de la nature extraite du niveau précédent. Par exemple l’ontophylogenèse proposée par le biologiste Jean-Jacques Kupiec qui explique le développement de l’organisme à partir de mécanismes similaires à ceux de la sélection naturelle. Quand les physiciens usent du principe anthropique en suggérant que les constances universelles sont réglées pour que la vie et la conscience émergent, c’est du sens qui est produit, ou du non sens pour ceux qui n’y croient pas. Et qui peuvent être séduits en considérant la signification de la nature proposée par Monod où le hasard a gouverné l’apparition de la vie et de l’homme. Qui a raison ? Il se peut bien qu’on se situe face à une conjecture similaire aux antinomies kantiennes. A moins que les conjectures n’aient pas été posées correctement. Le sens et l’explication vont souvent de pair dans les discours sur la nature. (ii, bis) A la construction et l’interprétation s’ajoute un élément subsidiaire, celui de l’extrapolation, voire de la spéculation. Mais ne pourrait-on affirmer que toute interprétation est une extrapolation ? Tout simplement parce que le sens de la nature n’est pas donné, contrairement à celui fourni par un texte en anglais qu’un bon interprète saura retranscrire en allemand ou français.

La configuration des savoirs se précise. Le premier niveau est celui du sens ordinaire. Le fameux bon sens des paysans, des artisans ou plus généralement, de l’honnête homme. Puis le niveau théorique issu de la science moderne et permettant aux scientifiques de se comprendre avec des langages communs, de progresser en ajoutant des pièces à l’édifice et bien évidemment de façonner les technologies. Le troisième niveau est celui du sens. Il s’agit de comprendre les principes de la nature et l’univers. Et c’est ici que les choses deviennent très problématiques, indécises, sources de polémiques et controverses. Le matérialisme est dans le « collimateur » de quelques réputés épistémologues et autres philosophes des sciences, tout comme la version dite néo-darwinienne de l’évolution. La question de la téléologie refait surface. Les débats fondamentaux se déroulent à l’écart du grand public. Ces questionnements sont d’une difficulté certaine alors que la tendance est à la vulgarisation. Les gens veulent accéder aux connaissances sans faire d’effort. Ils sont servis par les éditeurs. Il manque de l’audace. Mais peu importe, la connaissance ignore les ignorants et les paresseux, elle suit son destin.

Une question déterminante se dessine. Comment accéder à la connaissance du monde ? Les réflexions tirées de la science sont bien souvent construites en toute naïveté, en croyant que la nature est connue à partir des expériences et théories. Alors que cela ne va pas de soi. Les théories strictement scientifiques concernent le savoir tiré de l’expérience, laquelle est effectuée sur des fragments du réel capté par les interfaces technologiques. Les conceptions de la nature tirées de la science ne peuvent qu’être partielles, incomplètes, voire carrément erronées. Les scientifiques n’en ont pas conscience. Se pose alors la question de l’incomplétude des représentations de la nature construites avec les résultats scientifiques et de la possibilité d’une connaissance plus profonde, plus ontologique, avec des éléments qu’il faudrait ajouter avec une règle d’or, ne pas entrer en contradiction avec les évidences empiriques et théoriques acquises par la science moderne. Exemple évident, le créationnisme, une pseudo-ontologie à mettre à la poubelle !

Du point de vue allégorique, la science moderne consiste à creuser dans une caverne pour trouver des faits et des théories. Chaque étape permet de décaper le fond pour le remplacer par des conceptions scientifiques. La vision naïve croit que la science ne fait que progresser, que les vérités d’un jour seront remplacées par d’autres vérités, que la compréhension finale suppose que la science progresse. Mais c’est une illusion. La compréhension ultime impose de sortir de la caverne. C’est mon hypothèse. Elle engage une controverse avec l’épistémologie moderne. La nouvelle ontologie rétablira une alliance avec l’univers. Elle sera une philosophie scientifique ; ou une science transfigurée à la hauteur philosophique ; une connaissance dont l’intention sera de comprendre les fondements de la nature et son évolution.

La science moderne a complètement changé la manière d’expérimenter en manipulant la nature et d’ailleurs, la vie moderne a elle aussi été transformée grâce aux manipulations de la nature rendues possibles par la science. Mais dans le champ des connaissances, elle a engendré des illusions rationalistes en construisant le réel à partir de l’expérience d’une réalité manipulée, en supposant une continuité ontologique entre le monde de l’expérience et le monde naturel (ce qui aboutit par exemple aux illusions mécanistes). Les illusions rationalistes produites entre 1700 et 2100 ont supplanté les illusions transcendantales vieilles de deux millénaires (par exemple la création, les anges moteurs des étoiles, le vitalisme en biologie. A noter le moment kantien et l’empirisme qui a permis à la philosophie de sortir elle aussi des illusions transcendantales revisitées au 17ème siècle). La science moderne est sur le point de s’achever, laissant place dans le champ des connaissances aux nouvelles ontologies. Trois vont être prépondérantes. L’ontologie du monde quantique avec les théories du champ, l’ontologie de l’univers avec la cosmologie quantique (trou noirs, entropie quantique, équations relativistes et compréhension de l’espace-temps) et l’ontologie du vivant avec son évolution. Nous entrons alors dans l’époque des vérités suprarationnelles et transcendantales.

Epilogue. Connaître l’univers, c’est essayer de le questionner, de traduire pour ainsi dire les théories scientifiques en parole. Comme si à travers ces formalismes, nous pouvions interpréter le message que la nature nous enverrait si elle avait une parole à délivrer. Mais l’univers ne parle pas, il ignore l’homme. Je serais tenté alors par une des ces formules philosophiques qui transcendent les siècles, à l’instar du Dieu est mort de Nietzsche. Allons-y. Dieu n’a pas créé l’univers ; c’est l’Univers qui a « engendré » Dieu pour comprendre l’homme à la fin des temps !

 


Moyenne des avis sur cet article :  2.33/5   (21 votes)




Réagissez à l'article

24 réactions à cet article    


  • troletbuse troletbuse 5 novembre 2013 09:18

    Le temps des petits chercheurs dans leur laboratoire est révolu. Il faut tellement d’argent aujourd’hui que la recherche est tombée aux mains des gouvernants sans foi ni loi. Leur but est uniquement de contrôler l’humanité pour les besoins d’une petite caste.


    • robin 5 novembre 2013 09:41

      Donc pas question d’imaginer la moindre révolution d’envergure dans quelque domaine stratégique quelconque, bien qu’il serait urgent d’innover il est très dangereux d’innover car dans 99% ça finira dans de mauvaises mains et pour de mauvaises actions, donc la science s’apprête à son tour à mourir comme tout le monde de la pourriture de l’ensemble.


    • Bernard Pinon Bernard Pinon 5 novembre 2013 09:54

      La science n’explique pas le monde, elle décrit des phénomènes - et elle le fait avec une précision remarquable. Mais elle est, comme vous l’indiquez, incomplète, que ce soit par les limites mêmes de la logique (voir Gödel), ou par le fait qu’elle limite ses modèles au quantifiable (voir Guénon).

      De plus, depuis Descartes, elle s’est volontairement limité au matériel, reléguant l’étude de la conscience ou de l’esprit aux religions et aux « sciences molles », d’où la perplexité des scientifiques « durs » face à des phénomènes comme l’effet placebo ou encore l’influence de l’expérimentateur dans les résultats d’expériences quantiques.
      Mais « off the record » de nombreux scientifiques commencent a admettre cela avec discrétion et on les comprend au vu des réactions épidermiques que ce genre de propos suscite (je parie que cet article ne fera pas exception...).

      • Bernard Dugué Bernard Dugué 5 novembre 2013 11:30

        Bonjour, ce billet ne parle pas de conscience et d’esprit mais de la nature. Le problème n’est pas que la science s’intéresse à la matière mais qu’elle ne s’y intéresse pas assez, du coup, la science se trompe sur la nature de l’univers et de la matière, vie incluse.

        Sinon, en effet, la science est devenue prétexte à une nouvelle religion utilisée pour combattre les religions instituées. Alors il ne fait pas bon critiquer la science. Je crois que l’éducation française et la bien pensance des médias de masse ont engendré des citoyens amputés de leur aptitudes philosophiques, de leur capacité à recadrer un problèmes

        Et c’est tant mieux pour le système qui n’a pas besoin de gens critiques mais d’esclaves


      • L'enfoiré L’enfoiré 5 novembre 2013 12:13

        «  le système qui n’a pas besoin de gens critiques mais d’esclaves »


        C’est exact. Poussières d’étoiles, nous sommes et resteront.
        Mais toujours à la recherche d’un monde meilleur comme l’Homme de la Mancha"

      • epicure 5 novembre 2013 22:59

        @Par Bernard Dugué (---.---.214.161) 5 novembre 11:30
        discours contradictoire : d’un côté on critique la science car elle libère les individus des religions instituées qui ont favorisées dans l’histoire la formation d’esclaves mentaux au système que ces religions servaient.
        Et de l’autre on affirme sans preuve que la science servirait à fabriquer des esclaves mentaux. ON prétend faire des analyses de haut vol, mais sur ce point cela montre une analyse simpliste qui prend toutes les productions du monde moderne comme un bloc monolithique, plutôt que de voir des liens complexes , des compétitions, des manipulations/récupérations etc....
        C’est tellement vrai ton affirmation péremptoire, que la science est actuellement malmenée dans les écoles, avec des programmes allégés, un éloignement des connaissances scientifiques fondamentales.
        Ce sont bien les adversaires des sciences, comme depuis le début des temsp qui veulent fabriquer des esclaves.


      • L'enfoiré L’enfoiré 5 novembre 2013 12:08

        Bien aimé l’épilogue. smiley


        • ZEN ZEN 5 novembre 2013 12:26

          Les théories strictement scientifiques concernent le savoir tiré de l’expérience, laquelle est effectuée sur des fragments du réel capté par les interfaces technologiques. Les conceptions de la nature tirées de la science ne peuvent qu’être partielles, incomplètes, voire carrément erronées. Les scientifiques n’en ont pas conscience.

          Cela fait un moment que les (vrais) chercheurs) savent que leur modèles d’explication sont toujours fragmentaires, provisoires, en tous cas incomplets. Bachelard en son temps en a fait l’objet de ses travaux.
          De plus, l’ontologie n’est pas du domaine de la science
          Kant déjà avait une nette distinction entre science et métaphysique


          • Bernard Dugué Bernard Dugué 5 novembre 2013 13:14

            La distinction entre science et métaphysique remonte à Aristote

            L’ontologie n’est pas une science au sens de Popper mais est-elle une connaissance et de plus rigoureuse ?

            Vouloir balancer la métaphysique est un plaidoyer pour l’ignorance et l’amputation des connaissances.

            ne pas laisser la connaissance aux amputés et la politique aux députés sinon, on finira dépités


          • L'enfoiré L’enfoiré 5 novembre 2013 13:21

            La vidéo dont je parlais dans l’article précédent est plus adaptée pour celui-ci à la suite de ce commentaire. .


          • Alex Alex 5 novembre 2013 15:06

            La profondeur d’un article se mesure au nombre d’occurrences du mot ontologie et ses dérivés, ainsi qu’aux vérités suprarationnelles et transcendantales accessibles à de rares initiés.

            Encore merci, monsieur Dugué : par vos billets humoristiques, vous remboursez en quelque sorte vos très chères et inutiles études, et ce que votre inactivité coûte aux contribuables.

            Alex, bac + 46


            • L'enfoiré L’enfoiré 5 novembre 2013 17:31

              Cela me rappelle une autre personne qui n’est plus parmi nous.

              Mais comme elle n’est plus, je ne dirai pas son nom.
               smiley


            • Bernard Dugué Bernard Dugué 5 novembre 2013 20:10

              Alex, pourquoi cette méchanceté gratuite, parce que vous ne comprenez pas ce qui est écrit ? Au fond, c’est vous-même que vous détestez, comme Guy l’enfoiré, un gars qui a mal tourné au point de se rallier aux méchants. Dieu reconnaîtra les siens


            • L'enfoiré L’enfoiré 5 novembre 2013 20:54

              « Dieu reconnaîtra les siens »


              Il faut laisser Dieu là, où il est, il a tant à faire, le pauvre... 
              De toutes façons, j’en ai parlé précédemment
              « J’ai une certaine horreur des gens qui se gargarisent avec des mots.
              Je me suis souvent rebellé dans mon ancien métier du numérique qui avait aussi son jargon. 
              Je n’ai jamais cherché à un un expert dans quoi que ce soit.
              Généraliste, éclectique complet. 
              L’avantage, c’est qu’on pouvait me planter dans n’importe quel décor, dans n’importe quel environnement.  »
              c’est fou, non ?
               smiley


            • L'enfoiré L’enfoiré 5 novembre 2013 21:03

              Mais comme je l’ai dit plus haut, j’ai bien aimé l’épilogue. 

              Ce n’est pas si mal, non ?
               smiley

            • Ruut Ruut 5 novembre 2013 16:35

              La science est ce qui est reproductible a l’infini.
              La théorie il faut toujours s’en méfier.
              La théorie quantique est tout sauf de la science.
              C’est un bricolage qui tente d’imiter ce qui est constaté sans le comprendre.
              C’est aussi de par sa nature volontairement complexe un nid a fric infini.


              • christophe nicolas christophe nicolas 5 novembre 2013 22:38

                Je vais vous faire un aveu, je ne lis jamais les article en entier avant de répondre, c’est une question de survie.

                Le Higgs qui s’agglutine répond donc parfaitement aux besoins des expérimentateurs ?

                Savez vous ce qu’à dit un gars de ma boite tout haut pour que je l’entende « quant il en aura marre, il tirera sont coup » en parlant de ma femme, ce qui me fait dire que ma femme est sous écoute....

                Donc voilà ce que je réponds : Je mettrais à mort ceux qui ont fait ça.

                 


                • christophe nicolas christophe nicolas 5 novembre 2013 22:46

                  « à mort » bien sur en parlant de vérité

                  Ne me dites pas que c’est la NSA !

                  C’est du connard bien de chez nous.


                  • christophe nicolas christophe nicolas 5 novembre 2013 22:57

                    Quand je vois le degrés de subtilité de manipulation dont j’ai fait l’objet pour mes découvertes.

                    Croyez moi, je demanderais bien l’asile politique à la Corée du Nord si j’avais encore une quelconque illusion sur mes courriers.

                    Si quelqu’un dans ce pays croit qu’il fait respecter la liberté, je lui conseille de ne pas penser, et de se contenter de regarder la télévision...

                    Je témoigne que nous vivons dans une dictature psychologique qui préfigure la fin de l’humanité car les prophéties (conditionnelle) ont averti maintes fois que Dieu ne laisserait pas faire.


                    • christophe nicolas christophe nicolas 5 novembre 2013 23:09

                      Maintenant, je vais vous dire ce qui se passe quad le système s’intéresse à vous.

                      Toute chose bénéfique est récupérée par le système

                      Aucune récompense pour vous tant que vous ne collaborez pas avec le système

                      Tous vos déplacement sont connus

                      Tous ce qui se passe sur votre ordinateur est connu

                      Toutes vos communications téléphoniques sont connues

                      Toutes vos transactions bancaires sont connues

                      Vos PV n’arrivent pas si vous êtes « gentil » et arrivent si vous n’êtes « pas gentil »

                      Tout votre entourage est manipulé

                      Qui fait cela ? Tout les réseaux d’influence font cela.....

                       


                      • christophe nicolas christophe nicolas 5 novembre 2013 23:17

                        Je suis désolé de vous dire cela. La république est pourrie jusqu’à la moelle... c’est du cinoche pour les blaireaux.

                        C’est arrivé naturellement, il n’y a pas eu de complot, c’est ainsi.... La science sans Dieu...

                        Chacun veut gagner et la compétition crée cela comme le communisme. Jésus est la seule solution, il n’y n a pas d’autre, le ciel ne vous préparé que l’amour....


                        • christophe nicolas christophe nicolas 5 novembre 2013 23:20

                          Précisions : Pour les partouzeurs et autres tordus sans cervelle. Vos mœurs ne sont pas de l’amour mais de la boucherie.


                          • ddacoudre ddacoudre 6 novembre 2013 00:38

                            bonjour dugué

                            intéressant point de vue qui laisserait croire que nous disposons du libre arbitre parce que nous prenons conscience d’une infime partie de la compréhension qu monde que nous offre nos sens. Si nous plaçons toutes nos réalisations dans ce point de vue alors la question qui se pose est toute autre où nous conduit la complétude qui s’opère avec l’environnement et qui fait émerger la possibilité d’une modification génétique des espèces.
                            la problématique est de savoirs si l’espèce modifié générera une progéniture stable. au vue de celles que nous réalisons il semble que oui, pourtant tout être qui né vient au monde le cerveau vide de connaissance signe s’il en fallait que la "Nature ne retient pas nos connaissances comme vitales pour survivre, sauf si elles sont de nature à engendrer une évolution de l’espèce.
                             Certain commentateur on interprété l’a métaphore du pommier comme étant l’arbre de la connaissance qui n’est pas accessible à l’humain et dont l’accès ne peut que lui nuire, d’où la punition qui en découle.
                            cordialement..


                            • Montdragon Montdragon 6 novembre 2013 19:59

                              En tous cas j’espère que nous serons sages quand nous partirons vers les étoiles...
                              Cortèz ou Gandhi ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès