Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Technologies > La voiture électrique ne date pas d’hier, mais d’avant (...)

La voiture électrique ne date pas d’hier, mais d’avant 1900

La voiture électrique ne date pas d’hier, puisque dès le 19e siècle, des inventeurs géniaux avaient créé des prototypes plus ou moins réussis. Retour sur un véhicule à l’histoire très photogénique



On vous parle régulièrement des avancées de la voiture électrique, des bolides éoliens aux premières voitures électriques grand public en passant par le dernier salon de Francfort, mais en fait, il s’agit presque d’un retour en arrière ! Gas 2.0 nous précise ainsi qu’au 19e siècle, il y eut 4 192 voitures fabriquées aux Etats-Unis, dont 28% étaient électriques.




Cette première voiture de 1830 utilisait dans sa version initiale des batteries non rechargeables. Après des modifications, elle est branchable sur secteur (on voit nettement le fil sur cette photo), et sur son meilleur essai, a parcouru plus de 300km à 30km/h. Cette voiture était conçue pour les femmes qui n’avaient pas envie de devoir utiliser des voitures qu’il fallait démarrer à la manivelle.
La France n’était pas en reste puisqu’en 1881, Charles Jeantaud, aidé de l’inventeur de batteries Camille Faure, construisait le premier véhicule électrique du pays, avec un moteur Gramme et une batterie Fulmen.



Enfin, New York, qui réintroduit aujourd’hui des flottes de taxis électriques, avait déjà eu cette bonne idée en 1897 :



D’autres voitures électriques sur TechnoPropres :


- le prototype EV-02, assez moche, de Renault

- la Nissan LEAF, déjà plus jolie

le bolide solaire

l’intérêt de la SCNF dans la voiture électrique

TechnoPropres

Moyenne des avis sur cet article :  3.86/5   (14 votes)




Réagissez à l'article

18 réactions à cet article    


  • orage mécanique orage mécanique 22 octobre 2009 11:05

    Sans oublier la « jamais contente » première voiture à atteindre les 100km/h en 1900
    http://www.cawa.fr/IMG/arton285.jpg


    • kitamissa kitamissa 22 octobre 2009 13:10

      1830 ? une voiture électrique ? vraiment ?


      • Jurassix Jurassix 23 octobre 2009 08:45

        Oui, j’ai aussi fait tilt...
        1830 ???


      • Croa Croa 24 octobre 2009 18:52

        La « Jamais Contente » de Camille Jenatzy est citée dans presque tous les livres d’histoire !

        (Il y a en effet toutefois une erreur de date.)


      • Croa Croa 24 octobre 2009 19:02

        Houps, smiley j’ai mal interprété l’arborescence des articles.

        La remarque portait en fait sur l’article de base ! ( Elle est justifiée.)


      • Jean 12 mai 2010 23:49

        1830 !! Ca doit etre une trotinette ou une voiture télécommandée géante :D

        voiture teintée


      • Aleth Aleth 22 octobre 2009 14:39

        Inutile de se demander pourquoi le pétrole est devenu le « standard », la « norme », la « référence » incontournable durant plus d’un siècle en matière de locomotion sur les routes, et ce partout dans le Monde. Lobbying quand tu nous tiens... Et comble de l’ironie du sort, à présent « ils » font payer au peuple la taxe carbone, comme s’ils nous avaient laissés le choix, comme si c’était la faute des citoyens. Et les compagnies automobiles sont bien évidemment complices. Pourvu qu’elles vendent des véhicules, la source d’énergie importe peu, du moment que ça arrange les copains. Maintenir une telle « logique » avec toute la pollution engendrée sur un siècle entier ou presque, c’est purement criminel. Mais comme pour tout le reste qui va être jugé ? Personne... Et ça continue pendant que vous lisez ces lignes...


        • Mmarvinbear mmarvin 24 octobre 2009 11:33

          Il faut arrêter aussi avec cette idée qu’un groupe de suppôts des hydrocarbures, tapis dans l’ombre, ont tiré les ficelles afin de faire disparaitre l’électricité comme source d’énergie pour la voiture.

          Aux débuts de l’automobile, trois énergies étaient en concurrence : le pétrole et ses dérivés, l’électricité et la vapeur.

          La vapeur avait pour elle l’autonomie supérieure à l’essence, mais les moteurs étaient peu fiables.

          L’électricité avait pour elle la propreté, mais il y avait un soucis d’autonomie et de vitesse. Ainsi que de manque de place.

          L’essence avait pour elle la fiabilité mécanique face à la vapeur et l’autonomie face à l’électricité.

          Recherchant le meilleur compromis avec les moyens de l’époque, les industriels ont tranché pour l’essence. Ce fut le meilleur choix car aujourd’hui encore, la voiture électrique est handicapée par l’autonomie malgré les matériaux modernes utilisés pour les batteries, et qui lui interdisent pour le moment un usage autre que citadin.


        • cob 22 octobre 2009 15:57

          Le problème n’a jamais été de créer une voiture qui fonctionne à l’électricité, mais de produire des batteries aux capacités suffisantes, rechargeables rapidement et grâce à des ressources disponibles et peu couteuses.

          C’est le même problème que pour la voiture à air comprimé.


          • robin 23 octobre 2009 08:41

            On sait faire tourner des volants d’inertie de plusieurs dizaines de kilos suspendus sur palliers magnétiques qui tournent dans le vide à près de 100 000 tr/min, ça suffirait largement pour assurer 400 kms d’autonomie à une voiture d’une trentaine de KW, mais il ne faut surtout pas le dire....Dès fois que les gens finissent par le savoir. 


          • Jurassix Jurassix 23 octobre 2009 08:51

            Je me souviens d’une discussion à ce sujet à l’école, avec le prof de mécanique.

            D’après ce que je me souviens, les essais avec des volants d’inertie avaient donnés des résultats assez faibles, mais surtout, étaient dangeureux (je crois qu’un pilote avait été décapité).
            Vais recherche ça.


          • zelectron zelectron 22 octobre 2009 20:23

            « les batteries non rechargeables » ? : ça s’appelle des piles en Français.


              • Francky la Hache Francky la Hache 23 octobre 2009 10:10

                Réfléchissez un peu où veut en venir ce pitre d’ecoloteky.
                Après ses articles poubelles sur le carburant à base de pisse, ou sur le saccage des forêt pour espérer 1.1 volt par arbre,
                il revient encore une fois sur son crédo préféré : la voiture électrique.
                Oh, comme c’est noble.
                Mais cet employé oublie de vous parler de la source d’énergie électrique principale : l’électricité nucléaire. Qu’en pense l’auteur ? Jamais de réponse.
                Personnellement, je trouve le nucléaire crade, dont les réserves fossiles seront vite épuisées (bon débarras) dans la centaine d’années.
                Mais le réel problème est la pollution catastrophique des batteries : à l’extraction minière désastreuse, s’ajoute un recyclage improbable très rapidement.
                Mais nous attendons l’auteur sur d’éventuelles batteries (chimiques ou mécaniques comme lu plus haut) qui soient respectueuses, nobles et durables.
                En attendant, ces articles ne valent pas un clou.


                • Mmarvinbear mmarvin 24 octobre 2009 11:36

                  http://www.sfen.org/fr/question/uranium.htm

                  j’adore dire aux enfants que le père noel n’existe pas...

                  Je suis sadique, je sais...


                • Francky la Hache Francky la Hache 25 octobre 2009 00:04

                  Pauvre mmarvin, il y a bien écrit « pourrait », ce qui change tout.
                  En attendant, il faut faire ses preuves !


                • Mmarvinbear mmarvin 25 octobre 2009 18:47

                  Dans les années 70 ; les premiers écolos disaient que pour les matières premières, il ne restait en gros que 30 à 60 ans de réserves.

                  Aujourd’hui, c’est le même topo. Ce n’est pas que les écolos se soient plantés totalement, c’est juste qu’ils n’ont pas pris en compte

                  - le fait que la prospection continue et trouve de nouveaux gisement
                  - le fait qu’un gisement non exploité car non rentable finit par le devenir quand les cours mondiaux de la matière en question montent et rendent les gisements couteux à exploiter rentables, ce qui inonde le marché de nouveaux matériaux.


                • Becaud 12 février 2010 22:07

                  Effectivement le recyclage du lithium est à mettre en place. Cela dit, le lithium est un métal facile à recycler et les filières vont se mettre en place si les couts d’extraction augmentent avec la demande !
                  Sur le bilan énergétique, je suis d’accord qu’il ne fait pas croire que c’est non polluant car il n’y a pas de pot d’échappement ! Il faut analyser toute la chaine. Je t’invite à regarder cette page sur l’impact environnemental de la voiture electrique.

                  BB

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès