Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Technologies > Le concurrent chinois de Google se lance dans la musique gratuite

Le concurrent chinois de Google se lance dans la musique gratuite

Baidu, le principal concurrent de Google en Chine, s’est hissé à la première place grâce à son moteur de recherche dédié aux MP3. Mais les lois en préparation durcissant la notion de copyright et les récentes attaques en justice de la part de maisons de distribution mettent en branle l’édifice Baidu qui comptait même il y a peu s’implanter en Europe (il possède déjà une banche japonaise).

Il faut dire que le marché de la musique en Chine est particulier. On estime à 85 % la part de musique piratée (téléchargée ou vendue). La filière de distribution étant tellement anomique que le nombre exacte d’albums officiels vendus est bien souvent inconnu. A cela, il faut rajouter les distributeurs fournissant le marché pirate d’albums officiellement non produits (pour éviter de payer leurs droits d’auteur aux artistes) en espérant l’engorger et récupérer une part sur ce marché fort concurrentiel.
Mais loin d’en démordre, les artistes tentent des voies alternatives qui mettent à mal les trusts naissants de la Chine dérégulée. Le « bad boy » de la littérature chinoise WANG Shuo, (dont le film semi-autobiographique Les Petites Fleurs rouges est encore au cinéma) avait réussi le coup de force de faire flancher son éditeur à lui payer la coquette somme de 3,65 millions de Yuans (365 000 euros) plutôt que de publier son livre sur son blog en pay-per-view. Joli coup, puisque son nouveau livre, inspiré du Soûtra de l’Estrade du Sixième Patriarche, réputé complexe, n’a été vendu qu’à 300 000 exemplaires, une misère pour un auteur tel que Wang, connu pour ses interviews polémiques et ses séjours en prison.

A côté de cela, et en parallèle à une distribution des plus aléatoires, s’est créé un certain nombre de structures musicales indépendantes à l’échelle régionale (les principaux labels se trouvent néanmoins dans les grosses villes fraîchement ouvertes, ShangHai, Bejing (Pékin), Chengdu, GuangZhou (Canton), voir http://orient-extreme.net/index.php?menu=musique⊂=artistes&article=487) et culturellement actives depuis moins d’une petite dizaine d’années. Ces artistes, muets au niveau national car absents du calendrier des majors et des télévisions, connaissent un succès d’estime au niveau local et trouvent en Internet, et mySpace en particulier, un nouvel outil de propagation de leur musique. La scène electro/noise (on a vu récemment le bruitiste YAN Jun se produire en France) est la plus à même de sortir du pays (contrairement au rock vieillissant de l’agitateur national CUI Jian), mais il ne faut pas sous-estimer le courant metal qui secoue des groupes comme Cold FairyLand, AK-47 ou Twisted Machine (dont les membres tourneront en France en compagnie du groupe pop-rock sino-français Gemini).

Face aux élans de structuralisation de ces labels de passionnés, les majors s’enlisent dans ce processus de prise de position sur le marché pirate tout en tentant d’en éliminer les autres « concurrents ». Et le désaveu des moyens informatiques comme moyen de distribution les met en parallèle avec les trusts occidentaux. Avec 140 millions d’internautes, chiffre qui se verra doublé, quadruplé... dans une poignée d’années, Baidu a flairé le bon filon en permettant à ces utilisateurs l’écoute en streaming du catalogue du chinois Rock Music Group, tout en partageant avec lui les deniers de la pub (on a vu récemment le site français Deezer.com faire de même). Signalons également que TuDou.com l’équivalent chinois de YouTube, permet l’envoi direct de musique, faisant ainsi un lien entre le YouTube classique et un Radio Blog.
On parle également d’une possible alliance avec les opérateurs de téléphonie mobile (la 3G se démocratisant largement), dans lequel Baidu prendrait une avance considérable sur ses adversaires occidentaux.

La IFPI (International Federation of the Phonographic Industry) représentant EMI, Vivendi, Sony BMG et Warner a néanmoins mentionné son intention de poursuivre son procès à l’encontre du moteur de recherche chinois, tout comme celui qui l’oppose à Yahoo China (proposant comme son homologue national un moteur de recherche de MP3).

Arnaud Lambert

Sources : danwei.org, Reuters India, orient-extreme.net


Moyenne des avis sur cet article :  4/5   (4 votes)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Arnaud Lambert


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès