Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Technologies > Le cyberbullying : une nouvelle forme de violence sur le web

Le cyberbullying : une nouvelle forme de violence sur le web

Le cyberbullying est une nouvelle forme de violence sur le web qui nous concerne tous à partir du moment où nous fréquentons la toile : si nous envoyons ou recevons des mails, si nous sommes présents sur des réseaux sociaux Facebook, Twitter, Youtube, si nous bloggons, gérons un site, nous pouvons être une cible pour le cyberbullying...
Comment définir cette nouvelle menace et comment y faire face, tel est l’objet de cet article.

Le Cyberbullying, ce mot valise est une combinaison du terme "cyber" qui renvoie au monde digital, au web/ multimedia… et le terme "bully" qui signifie en anglais : la brute, le tyran. Le cyberbullying peut se définir comme du harcèlement virtuel, c’est à dire une forme de violence qui utilise toutes les nouvelles technologies : web, portable… Si le malware s’attaque à votre système informatique, le cyberbullying s’attaque à …vos nerfs ! Concrètement, le cyberbullying consiste à envoyer un message à quelqu’un afin de l’humilier, le discréditer et le perturber profondément. Ces messages peuvent prendre la forme d’insultes ou de photos montrant la victime dans une situation embarrassante : à moitié nue visiblement éméchée dans une soirée… L’auteur du cyberbullying qui reste le plus souvent dans l’anonymat, envoie les messages compromettants par mail à l’intéressé et à ses proches. Il peut aussi les poster sur Facebook ou Twitter ou encore les publier sous forme de commentaires sur un blog. Il peut également emprunter l’identité de sa victime, créer par exemple, un faux profil sur Facebook ou Twitter et publier, en son nom, des messages qui le décrédibilisent…

Dernière mauvaise nouvelle, l’auteur d’un cyberbullying ne se limite pas à envoyer UN message. Le cyberbullying est caractérisé par la répétition de l’acte malveillant : le cyberbully peut envoyer des dizaines ou des centaines de messages par jour à sa "cible".

Au départ, le terme a surtout été utilisé à propos des jeunes qui représentent à la fois les premières victimes et les premiers adeptes du cyberbullying ! Si naguère on se vengeait d’une humiliation avec ses poings, à la sortie du lycée, aujourd’hui, certains jeunes préfèrent utiliser les armes technologiques pour régler leur compte. Aux USA, les autorités s’inquiètent du phénomène qui se traduit par un nombre croissant de dépressions chez les jeunes voire des cas de suicide. Il faut dire que le cyberbullying laisse des traces sur le web, pas facile de s’en débarrasser. Au fur et à mesure que les utilisateurs du web vieillissent, le cyberbullying fait des adeptes chez les plus âgés et il est probable que de plus en plus d’entreprises en seront victimes suite à un contentieux avec un fournisseur éconduit, des clients mécontents ou des concurrents mauvais perdants…

Que faire face à cette nouvelle forme de violence ? Un bon conseil : ne rien faire, en tout cas, vis à vis du coupable. Il ne faut surtout pas chercher à communiquer avec le "bully". En lui répondant, on ne fait que donner prise et renforcer le caractère excitant de ce qu’il considère aussi comme un jeu. On peut essayer de modérer nos blogs, sites, page Facebook à priori, afin de n’accepter que les messages non litigieux. On peut fermer son compte Twitter ou Facebook et en rouvrir un en étant plus vigilant dans la sélection de ses amis virtuels. Vous pouvez aussi bloquer le mail du bully en le qualifiant "d’indésirable". Si cela ne suffit pas, vous pouvez porter plainte, le droit est censé vous protéger contre toute forme de diffamation, d’insulte, de harcèlement, y compris sur le web. Vous pouvez faire appel à la responsabilité de l’hébergeur d’un blog, site, forum qui vous insulte. N’hésitez pas à signaler aux réseaux sociaux qu’on pirate votre compte ou qu’on usurpe votre identité… Vous pouvez également en référer aux autorités spécifiques de votre pays : ex en France la CNIL. Aux USA, certaines associations commencent à s’organiser pour vous aider si vous êtes victime ex Cybertipline (pour les jeunes). En tant qu’entreprise, c’est plus délicat. Si vous êtes victime de diffamation, d’injure, il est tentant d’attaquer l’auteur du cyberbullying ou s’il est anonyme, d’intenter une action en référé pour obtenir son identité et la suppression de l’info litigieuse. Mais il faut d’abord se demander si la nature de la diffamation est suffisamment grave pour justifier une telle réaction. Car il faut éviter l’effet Streisand, c’est à dire l’effet boomerang. Le fait d’engager une action en justice peut générer une polémique qui va au final faire de la publicité au diffameur ! C’est toute la toile qui entendra parler d’un problème au départ, relativement confidentiel. Il convient donc de bien peser les risques. Le plus souvent, il vaut mieux ne pas réagir et veiller à être suffisamment actif sur le web pour occuper les pages 1 et 2 de Google avec ses propres évènements…afin de ne plus laisser le champ libre à vos détracteurs pour s’exprimer….


Moyenne des avis sur cet article :  2.64/5   (22 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • Emile Red Emile Red 15 décembre 2010 13:28

    « ...occuper les pages 1 et 2 de Google avec ses propres évènements… »

    Encore faut-il connaître une recette, légale s’entend...


    • goc goc 15 décembre 2010 18:04

      Allons bon, voila que maintenant certains sont tellement accroc a internet, qu’ils ont oublié qu’il suffit de débrancher le câble téléphonique pour ne plus rien craindre du merveilleux monde virtuel du web

      si ca continue il faudra craindre les attaques du cyber - terrorisme belge via leur virus extrêmement dangereux

      Vous avez un e-mail !!!
      Cher internaute,
      Vous venez de recevoir un virus informatique belge.
      Comme nous ne sommes pas très avancés
      technologiquement, ceci est un virus manuel.
      S’il vous plaît, effacez tous les fichiers de votre
      disque dur et envoyez ce mail à tous ceux que
      vous connaissez.
      Merci beaucoup de nous aider.


      • romaeterna romaeterna 15 décembre 2010 21:48

        Article bien hypocrite qui met la défense de notre belle jeunesse en avant alors qu’en vérité il s’agit de trouver un moyen pour que les entreprises ne soient plus critiquées sur le web !

        Ne vous inquiétez pas les escrocs du web n’ont pas besoin de vous ! Ils savent se protéger de pauvres clients qui les critique la plupart du temps en toute bonne foi ! Les salopards savent se protéger avec les lois existantes !

        Qui se souvient de Perenoel.com, de shark et de bien d’autres où des internautes (ou les fomums où ils écrivaient) ont été condamné parce qu’ils avaient eu le malheur de dire la vérité sur des voleurs !

        Tenez en ce moment il existe une boite d’assurance (? ) qui s’appelle gras-savoye et qui vous retire de l’argent sur votre compte (44€ pour moi) parce que Bouyges m’a incité à m’assurer et pourtant je ne suis plus depuis 2 ans chez eux !
        En écrivant que ce sont des escrocs et qu’ils ne respectent pas la loi, je risque, moi, d’avoir des problèmes.
        Si quelqu’un sait faire du méchant cyberbulluying contre ces escrocs : qu’il n’hésite pas.
        Merci d’avance

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès