Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Technologies > Le destin incertain de nos biens virtuels

Le destin incertain de nos biens virtuels

 Qu’arrive-t-il à nos biens virtuels à notre mort ? La question est plus importante et la réponse plus compliquée qu’on serait tenté de croire.

Le problème est de plus en plus réel. Nous gardons en ligne des informations, voire des biens, qui nous sont chers. Qu’il s’agisse de certains de nos courriels (pas tous, bien sûr), des territoires construits sur Second Life ou des trésors amassés sur certains sites de jeux.

Dans la plupart des cas, à la différence de ce qui passe dans la couche analogue, les biens ne reviennent pas automatiquement à nos héritiers. Une des raisons les plus fréquentes est que nous signons avec les sites concernés un accord leur interdisant de permettre l’accès à qui que ce soit d’autre.

Dans la plupart des cas, ce qui nous appartenait court le risque d’être effacé automatiquement.

Voici deux articles expliquant le problème et donnant quelques conseils.

Le premier, publié par le New York Times, part des mondes virtuels (sur lesquels la totalité des biens est estimée à 5 ou 6 milliards de dollars reconnus par la Federal Reserve Bank des États-Unis).

Le second, publié par le site australien News.com.au insiste sur ce qui arrive à nos courriels .

Mais… avez-vous envie que vos enfants trouvent tous vos courriels ?

[Photo Flickr de Esparta ]


Moyenne des avis sur cet article :  2.5/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • L'enfoiré L’enfoiré 5 novembre 2009 11:46

    Philippe,
     Un homme comme vous qui ne comprend pas l’anglais ?
     Comment est-ce possible ?


  • L'enfoiré L’enfoiré 5 novembre 2009 11:48

    @L’auteur,
     
     Vous aurez une partie des réponses ici Les liens inclus poussent d’ailleurs le bouchon plus loin.


    • L'enfoiré L’enfoiré 5 novembre 2009 11:55

      @L’auteur,
      Extrait de mon eBook :
      A quand une réelle mémoire virtuelle ?". On y parlait de MyLifeBits, une base de données au modèle de portails internet actuels qui servirait de palliatif aux oublis de notre mémoire. Gordon Bell, pionnier de l’informatique de chez Microsoft, y enregistrait et numérisait tous les détails de sa vie par tous les moyens existants. 160 GigaBytes actuellement de « lifelogging ». Démentiel, peut-être. Mais, une « vie en boîte » pourrait aussi servir de point de départ à une autre pour éviter les mêmes erreurs. Cette manière de se « sauver » serait d’après lui, dans 20 ans, monnaie courante. Qu’adviendrait-il, si on intégrait toutes ces bases de données d’individus par des liens en commun ? Un nouveau monde plus structuré, peut-être, mais moins libre aussi


      • Traroth Traroth 5 novembre 2009 14:40

        La correspondance virtuelle, comme la correspondance physique, sauf exception, doit être détruite. C’est une obligation morale.


        • Τυφῶν בעל Perkele Hermann Rorschach 5 novembre 2009 18:16

          Par qui et pourquoi ?

          Je pense que vous faites de votre cas une généralité. Quelles que soient les raisons qui vous poussent à émettre cette phrase lapidaire, elles ne peuvent pas être prise comme l’obligation morale que vous réclamez.

          D’autre part, il n’existe qu’un et un seul moyen pour empêcher votre correspondance de tomber entre de mauvaise mains, c’est d’en détruire toute les copies vous-même.

          Typhon


        • Montagnais Montagnais 5 novembre 2009 20:30

          « Mais… avez-vous envie que vos enfants trouvent tous vos courriels ? ».. Faudrait qu’ils s’emparent d’environ 400 pseudo, private, log-In, URL improbable, pass.. Et j’en passe. Vu que ça fait plus de 20 ans qu’on est des centaines de millions à tisser les rêves.

          De toute façon, sur le réseau, comme le disait John Perry Barlow, c’est pas la viande qui compte, c’est l’idée.. Qui n’appartient à personne.

          Mais.. Bonne question quand même l’Auteur.


          • Halman Halman 6 novembre 2009 06:38

            En tous cas il ne faut pas compter sur Agoravox pour conserver nos epensées, avec les articles qui disparaissent en 24 heures pour certains, d’autres qui persistent quand même quelques jours, on ne va pas loin dans l’archivage de nos pensées entoilées.

            Mes principaux mèmes sont gravés sur cd rom sous différentes formes, logiciels, livres préférés, pensées, etc, et dispersées sur le net sous forme de logiciels d’astronomie, de blogs, de discussions sur des forum qui eux gardent tout consultable même 10 ans après.

            Et il y a cette sonde qui aurait déjà du partir depuis des années. Son unique but : emmagasiner sur des cd rom les pensées d’un maximum d’internautes et revenir se poser sur Terre dans au moins 50 000 ans, afin que nos descendants (s’il en reste) aient quelque chose à lire et à gamberger sur leurs ancêtres.

            Moi j’y a mis entre autre les principales formules de physique (des fois que cette conne d’humanité ai remis au gout du jour les intégristes religieux et brulé ses scientifiques, comme à un certain passé que les imbéciles regrettent) et ça :

            L’Homme est le dépositaire du Verbe, mais pas pour l’Eternité.

            Qu’un mème soit issu d’un cerveau de carbone ou de silicium ne fait pas de différence, ils ont tous deux droit au même respect.


            • Halman Halman 6 novembre 2009 06:49

              En tous cas quand on fait du ménage sur les pc des gamins, on est bien obligés de virer des milliers de pages pornos.

              Comment les prendre au sérieux devenus théoriquement adultes quand ils font leur internat de médecine ?

              Quand vous vous débarrassez de vos pc, ayez au moins le respect pour les autres de virer toutes vos saloperies personnelles, vos cahiers intimes, vos tableaux excel foireux et archi nuls...

              Merci d’avance.

              Que l’on ai pas à lire vos pensées intimes d’ados écrits avec des polices couleurs fluos qui arrachent les yeux, sur le petit copain, les copines, les darons : c’est carrément gerbant.

              Même pas drôle.

              Alors ces choses là, oui, zou : reformatage direct, ça part dans les limbes électroniques, hop.


              • boris boris 8 novembre 2009 22:15

                On s’en fout !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès