• jeudi 17 avril 2014
  • Agoravox France Agoravox Italia Agoravox TV Naturavox
  • Agoravox en page d'accueil
  • Newsletter
  • Contact
AgoraVox le média citoyen
  Accueil du site > Actualités > Technologies > Le nucléaire dévaste tous les 8 à 30 ans...
25%
D'accord avec l'article ?
 
75%
(20 votes) Votez cet article

Le nucléaire dévaste tous les 8 à 30 ans...

Comment calculer la probabilité d'un accident nucléaire majeur ?

Je me suis frotté à cette question, des mathématiciens l'ont examinée avec leurs outils, mais une autre approche peut être tentée.

Dans tous les cas les résultats devraient nous inciter à réfléchir en profondeur sur les dangers que nous jugerions raisonnable - ou non - d'affronter.

Dans « Probabilité d'accident nucléaire majeur : du calcul à la réalité... », en me basant sur des faits constatés je ramenais la probabilité d'un accident nucléaire majeur (fusion du cœur d'un réacteur) de une fois tous les 20 000 ans (tel que les spécialistes du nucléaire l'affichaient) à une fois tous les 3 000 à 4 000 ans.

Depuis nous avons appris que les cœurs de trois réacteur ont fondu à Fukushima, ce qui fait passer cet intervalle statistique aux alentours de 2 500 ans.

Ces chiffres demeurent difficiles à interpréter et la leçon essentielle que nous pouvions en tirer était qu'un accident nucléaire de grande ampleur était infiniment plus probable que ce que l'on nous annonçait.

Quelques temps plus tard Bernard Laponche et Benjamin Dessus publiaient « Accident nucléaire : une certitude statistique » (sur Libération ) dans lequel ils avançaient que « la probabilité d’occurrence d’un accident majeur sur ces parcs serait donc de 50% pour la France et de plus de 100% pour l’Union européenne ».

Cet article n'est pas passé inaperçu et a été examiné Etienne Ghys (Directeur de recherche CNRS, École Normale Supérieure de Lyon) et par Claudine Schwartz, responsable du site http://www.statistix.fr/, des personnes probablement beaucoup plus qualifiées que je ne le suis pour évaluer le type de probabilité dont il est question.

Dans « A propos d’une probabilité supérieure à 1 d’avoir un accident nucléaire majeur. » Claudine Schwartz analyse la proposition de calcul faite par Etienne Ghys qui écrit «  La probabilité qu’il y ait un accident majeur en Europe dans les 30 prochaines années est donc de 72%. … 72%, ce n’est pas une certitude. Mais c’est quand même une probabilité sérieuse. Sommes-nous prêts à prendre un tel risque ? ».

Claudine Schwartz effectue un calcul différent de celui d'Etienne Ghys et parvient à une probabilité de 0,45 d'accident majeur en Europe (143 réacteurs) sur 30 ans.

Elle conclut : « On peut se faire peur ou se rassurer avec des probabilités, mais penser le risque nucléaire ne relève quand même pas essentiellement d’un calcul de probabilités, car quel serait le seuil en dessous duquel la probabilité d’un accident majeur serait acceptable ? ».

Ces différentes approches nous montrent la difficulté d'effectuer un calcul de probabilités, on y voit que diverses solutions peuvent être proposées selon des raisonnements différents prenant ou non en compte certains paramètres.

Finalement leur conclusions demeurent extrêmement proches et contredisent de façon flagrante les prospectives des promoteurs du nucléaire (probabilité d'un accident nucléaire majeur si faible qu'elle en serait négligeable).

Examinons maintenant cela sous un angle différent.

Il y a aujourd'hui deux « zones interdites » importantes imputables à des accidents nucléaires civils : Tchernobyl et Fukushima (nous passerons sous silence l'accident de Maïak dans l'URSS de 1959, qui relève plutôt d'une activité militaire mais avait entraîné une pollution très grave par des radio-éléments).

Pour Tchernobyl un cercle de 60 km de diamètre, pour Fukushima une zone de 20 km de rayon (sans certitude que ce périmètre ne devrait pas être assez largement étendu) sont désormais des territoires interdits, ceci sans compter les extensions marines de la pollution pour ce qui concerne la centrale japonaise.

Les cœurs de trois réacteurs sont entrés en fusion à Fukushima et plusieurs piscines de refroidissement des combustibles ont été gravement endommagées.

Combien exactement de ces réacteurs et de ces piscines ont relâché, et relâchent encore probablement (« Fukushima : It's much worse than you think »), des radio-éléments dans l'atmosphère ?

Sommes-nous même certains que nous pourrons le savoir un jour ?

Nous pouvons envisager l'étendue des zones interdites selon ce que l'on mesure sur le terrain mais nous pouvons aussi, du fait que 3 ensembles réacteur / piscine sont concernés, attribuer à chacun de ces réacteurs une zone de dévastation équivalente à celle qui existe aujourd'hui.

Les zones de pollution de chacun de ces trois réacteurs se confondent mais s'ils avaient été éloignés les uns des autres de 30 km et identiquement affectés par le tsunami et le tremblement de terre (les deux semblent être en cause dans les dégâts infligés aux centrales et ces événements ont affecté une vaste portion de côte), ces zones se juxtaposeraient (on en revient ici au type de calcul effectué jusqu'à maintenant sur la probabilité de fusion d'un cœur tous les 20 000 ans, avec « individualisation » du risque).

On peut donc envisager deux calculs, l'un considérant une globalité, l'autre attribuant une zone de dévastation équivalente à chaque réacteur ce qui nous donne un total, en ajoutant Tchernobyl, de 2 ou de 4 zones interdites.

Il semble que le premier réacteur civil au monde ait été connecté au réseau en 1954, ce qui nous donnerait presque 60 années de de production électrique, mais avec pendant longtemps un parc extrêmement restreint, et l'on retient généralement aujourd'hui une durée de 31 ans pour un parc de 450 réacteurs cumulant une durée de fonctionnement d'environ 14 000 ans.

Premier calcul : une durée de 60 ans et 2 zones interdites nous donne une dévastation tous les 30 ans.



Second calcul : une durée de 31 ans et 4 zones interdites nous donne une dévastation tous les 7 à 8 ans.

Nous avons donc une fourchette dont le terme bas est probablement critiquable mais dont le terme haut, incontestablement confirmé par les faits, n'est absolument pas rassurant et renvoie clairement aux probabilités établies plus haut par nos mathématiciens.

Pas rassurant : devons-nous avoir peur ?

Mais que nous apporterait de trembler dans nos chaumières alors que cette problématique nous invite au contraire à beaucoup de sang froid et de réflexion sérieusement conduite ?

Beaucoup de personnes « défendent » le nucléaire pour diverses raisons (c'est leur gagne pain, c'est une source « sûre » d'énergie, en sortir coûterait cher...) mais toujours sur la foi que ce nucléaire ne serait pas dangereux, ce qu'on nous affirme et répète depuis plus de 40 ans et dont les faits nous démontrent que c'est faux.

Que pouvons-nous constater maintenant au Japon ?

Si les japonais hier ne montraient pas d'aversion notable et massive vis à vis du nucléaire, et ceci en dépit de la séismicité élevée de leur pays (qui aurait dû leur mettre la puce à l'oreille...), il se dégage aujourd'hui une nette majorité en faveur d'une sortie du nucléaire, qui n'est probablement pas basée sur un mécanisme comparable à la réflexion exposée ici mais sur des considérations beaucoup plus pragmatiques.

Parce-que de très nombreux japonais ne sont pas rentrés chez eux et ne retourneront jamais où ils habitaient, pour cause d'une pollution radioactive qui, par ailleurs, demeure une menace tout à fait sérieuse pour les populations au delà de la zone évacuée : la vie de tous les jours est profondément bouleversée dans une vaste région en raison de l'accident nucléaire.

Indubitablement le fait de vivre cela, ou que ses proches le vivent, ou que la région proche soit sous cette emprise ne peut que modifier profondément l'attitude que l'on a vis à vis de la cause du désordre, du chamboulement.

Quelle serait notre réaction, à nous français, si soudainement une zone de quelques dizaines de kilomètres de diamètre était déclarée interdite et le serait pour longtemps ?

Si un accident à la centrale du Bugey imposait d'évacuer Lyon ou une partie de sa région (à une trentaine de km) ?

En cette période de bac philo inventons un nouveau sujet : "sommes-nous toujours vraiment certains d'avoir assez profondément pensé ce que l'on pense, et ce que l'on dit ou écrit, pour n'être pas contraint demain, par les faits ou par un élément de raisonnement dont on n'aurait pas tenu compte, à retourner sa veste ?"

Effectivement nous devrions avoir sans tarder une réflexion sérieusement conduite sur la façon que nous pourrions avoir de sortir aussitôt que possible du nucléaire afin que la période au cours de laquelle il nous menacera encore ne s'étende pas.

Plus le temps passe, plus le vieillissement des centrales se fait sentir, plus le risque d'accident augmente.

C'est incontournable car on ne peut remplacer tout ce qui constitue une centrale et cela peut poser de sérieux problèmes.

Voir à ce sujet « Quand les défauts du nucléaire passent à la télévision publique… ».

Le reportage de France2 : « Nucléaire, faut-il avoir peur de nos centrales ? »

On y verra que le béton de l'enceinte de certaines centrales (dont Fessenheim) est poreux et l'on ne sait pas le rendre étanche.

Une solution semble envisagée : relever la norme de porosité.

Effectivement certaines normes coûtent cher...


Liste d'accidents nucléaires




par jcm (son site) vendredi 1er juillet 2011 - 48 réactions
25%
D'accord avec l'article ?
 
75%
(20 votes) Votez cet article

Réactions à cet article

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


Faites un don

Les thématiques de l'article

Palmarès

Agoravox utilise les technologies du logiciel libre : SPIP, Apache, Debian, PHP, Mysql, FckEditor.


Site hébergé par la Fondation Agoravox

Mentions légales Charte de modération