Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Technologies > Le Piratage n’a plus de limites...

Le Piratage n’a plus de limites...

Pendant que le président de la commission européenne, Jean-Claude Juncker et ses services tentent de s’attaquer aux droits d’auteurs, de nouvelles plateformes continuent de piller la culture. Aujourd’hui, MooviePanda propose un catalogue de 15 000 œuvres piratées sans contribuer pour le moindre centime au financement de la création ! Hier, Netflix décidait de se localiser au Luxembourg de M. Juncker pour s’éviter de contribuer au financement de la culture. Pour l’instant, aucune réaction de la part du ministère de la culture, à part une réduction du budget de la HADOPI…

A peine arrivé à la tête de la commission européenne, Jean-Claude Juncker emprunte un nouveau cheval de bataille et exhorte ses services à « briser les barrières nationales en matière de réglementation du droit d’auteur ». On est loin des déclarations d’amour qu’il avait adressé aux artistes en 2005. Au contraire, selon Pascal Rogard directeur de la SACD, on revient plutôt à l’époque de « l'élaboration de la directive "Télévisions sans frontières" ; quand les eurocrates prétendaient que le droit d'auteur était un obstacle au développement des télévisions européennes ».

En prise avec ses vieux démons, l’Union Européenne n’arrive donc pas à trouver une solution pour tirer vers le haut le secteur de la culture, pourtant déstabilisé par la crise économique et la révolution numérique. Occupée ailleurs, elle ne s’aperçoit même pas que de nouveaux acteurs ont hissé le drapeau noir, prêt à partir à l’abordage des vestiges de l’exception culturelle européenne. Netflix a ainsi débarqué en Europe en grande pompe, en jetant l’ancre au Luxembourg pour bénéficier d’exemptions fiscales et réglementaires…

Pire encore, des applications sauvages envahissent désormais nos écrans. Parmi elles, on peut évidemment citer le bien connu Popcorn Time, mais aussi le tout récent MooviePanda. Cette plateforme qui combine la technologie BitTorrent et du P2P concurrence sans vergogne l’offre légale ! Mais ce nouveau service n’est pas sans danger, et les pouvoirs publics sont tellement occupés avec leur combat d’arrière-garde qu’ils ne se donnent même pas la peine d’alerter les usagers… En effet, « l’appli est censée être open source, mais impossible de trouver son code en ligne » prévient le magazine ZDnet.

A Bruxelles les autorités répondent exclusivement aux demandes du lobbying de la bande de GAFA, et à Paris ? En ce moment, la rue de Valois et la rue Texel (HADOPI) sont en conflit larvé sur les questions budgétaires. Sans que l’on ne puisse deviner ce qu’il adviendra de l’acte 2 de l’exception culturelle, ni du rapport Lescure ; la nouvelle ministre de la culture Fleur Pellerin doit effectivement faire face à la révolte de ses agents… Alors que les compétences de la HADOPI devaient être transférées au CSA, ses missions sont sans cesse prolongées alors même que les moyens diminuent. En somme pas de quoi s’occuper des artistes, et encore moins des internautes –presque – sans défense !


Moyenne des avis sur cet article :  2.03/5   (31 votes)




Réagissez à l'article

37 réactions à cet article    


  • ZEN ZEN 30 octobre 2014 10:51

    Netflix a ainsi débarqué en Europe en grande pompe, en jetant l’ancre au Luxembourg pour bénéficier d’exemptions fiscales et réglementaires
    Comme Amazon...
    Mais que fait Mr Junker ? smiley


    • sleeping-zombie 30 octobre 2014 11:12

      Hello,
      Dans la mesure où le droit d’auteur fait surtout vivre une ribambelle d’intermédiaires inutiles, le « pillage de la culture » du au piratage (chute qui reste à démontrer d’ailleurs) n’est, a priori, pas une mauvaise chose.
      La culture y survivra. Ceux qui la parasitent seront juste moins nombreux. C’est juste dommages pour les réels créateurs qui vivront pas forcément bien cette transition.


      • kane85 kane85 30 octobre 2014 11:28

        Les droit d’auteur : un secteur qui rapporte gros !
         
        J’ai connu le temps où on entendait de la musique sur les marché et en passant devant les bars...
         
        J’ai connu le temps où toutes les fêtes de village, tous les rassemblements, tous les repas de fin d’année en plein air éclataient de musique !
         
        J’ai connu le temps... Et puis la SACEM est arrivée ! Elle a investi jusqu’au plus petit établissement ! Elle s’est mise à interdire toute musique dans les lieux publics...
         
        Ah non ! Me direz-vous ! Elle n’a pas interdit ! Elle demande juste que ceux qui veulent passer de la musique paye des droits à ses auteurs...
         
        Et avant ! Les auteurs ne recevaient rien ? Johnny et Sylvie étaient à la rue ?
         
        Quand on entendait chanter « zorro est arrivé » sur toutes les radios des troquets du coin, l’auteur ne recevait rien ? Bien sûr que si ! Et en plus, les gens arrivaient à connaitre la musique par coeur et finissaient pas aller acheter le disque !!!!
         
        Elle n’interdit pas mais elle fait payer tellement cher que les bistrots ne font plus rien entendre et que les fêtes et évènements de villages ressemblent à des jours d’enterrement !!!!!
         
        Où sont passés les juke-box et autres machines où on mettait une pièce pour entendre de la musique ?
         
        Plus de musique ! plus de joie ! plus d’envie de danser le long des trottoirs !
         
        Et on trouve que les Français sont tristes ? Mais demandez vous pourquoi !!!
         
        Je ne connais plus les musiques d’aujourd’hui pour ne les avoir jamais entendues dans les lieux publics ! Et j’ai pas envie de me fader des heures de conneries et de pubs sur les radios pour le « plaisir » d’entendre un morceau tronqué qui pourrait hypothétiquement me plaire !
         
        Cela fait des années que je n’ai pas acheté un seul CD !!!!
         
        Et je ne pirate pas pour autant !!!! J’en reste à écouter les musique que j’ai achetées. Et j’en ai acheté croyez-moi ! Car j’ai été professeur de danse jazz en mon temps !
         
        Alors ? Ces messieurs les Majors font moins de chiffre ?
         
        Cherchez plutôt l’erreur dans le fait de ne pas pouvoir entendre et profiter suffisamment longtemps d’une musique pour pouvoir l’apprécier et finir par l’acheter !
         
        Parce que voyez-vous ! Quand on aime on achète ! Mais aussi faudrait-il qu’on puisse avoir le temps de l’aimer en l’entendant un peu partout comme cela se faisait il y a si longtemps au grand plaisir de tous !
         
        Mais c’est vrai qu’avec l’ancienne façon de faire, le patron de la SACEM ne toucherait pas 600 000 euros par an !
         
        Il en faut dites donc ! Des droits d’auteurs pour tirer le salaire du patron de la SACEM !
         
        Et c’est pas les auteurs qui les touchent ces 600 000 euros !!!!
         
        Et là, on n’ajoute pas les salaires des hauts cadres de la « boutique » et le prix que tout ce « bastring » doit coûter pour « tourner » !!!
         
        La SACEM, c’est surtout un sacré bon fromage pour qui est dedans !!
         
        Si les droits d’auteurs étaient supportables pour tout un chacun et non uniquement pour les boites de nuit et les grands groupes... peut être y aurait-il moins de piratage ? Peut-être que les CD seraient moins chers ? Peut-être qu’on accepterait d’acheter un album entier pour n’avoir qu’un seul morceau de valable ? Peut-être que la musique renaitrait dans les villes et les villages ? Peut-être que les Français recommenceraient à sourire ? Peut-être... Qui sait !


        • Berkano Othala 30 octobre 2014 22:04

          Bonsoir Kane 85, 


          Puisque vous n’avez pas acheter de nouveaux CD depuis des années , je me permets de vous offrir le grand WINSTON MAC ANUFF & JAVA, et l’album "Paris rookin 2007,... une merveile !


        • kane85 kane85 1er novembre 2014 14:06

          Merci Berkano Othala ! J’ai écouté et cela m’a plu !
           
          Un très bon week end à vous.


        • SysATI 30 octobre 2014 12:26
          C’est malheureusement tellement vrai :(((

          A force de vouloir tout contrôler, tout réglementer, tout monnayer..... 
          On détruit la création artistique plus surement qu’une armée internationale de pirates :(

          Mais heureusement, les artistes, les vrais, ils font leur art par plaisir, pas pour l’argent.
          Et s’il sont bons et qu’ils réussissent, ensuite ils peuvent diffuser ce qu’ils veulent à grande échelle et peu importe s’ils sont piratés...

          A propos des pirates justement...
          Ils viennent encore de faire plus fort que PopCorn Time qui a un choix très limité (seulement à quelques 10aine de milliers de fims...)


          Suffit que vous lui indiquiez l’URL d’un fichier .torrent et dans la minute qui suit, le film commence à être diffusé en streaming sur votre écran...

          Et si Mme Hadopi vient râler... Vous n’avez rien téléchargé sur votre disque dur, donc vous êtes innocent... D’ailleurs comme vous vous êtes endormi avant même le début du film, en fait vous n’avez rien piraté du tout...

          Ca va être de plus en plus compliqué de prouver qu’il y a eu piratage s’il faut prouver en plus que vous étiez devant votre écran et réveillé... 

          Surtout vu la qualité des chefs-d’oeuvres actuels ! 

          • trevize trevize 30 octobre 2014 13:42

            « Vous n’avez rien téléchargé sur votre disque dur, donc vous êtes innocent »
            Erreur classique, pour regarder le film, il faut bien que vous le téléchargiez, même si il s’efface au fur et à mesure, ou à la fin du visionnage, ça ne change rien à l’affaire. Télécharger, c’est importer des données depuis l’internet vers votre terminal personnel (ordi, tablette ou tél mobile) Chaque information qui vous vient d’internet a été préalablement téléchargée avant de pouvoir s’afficher à l’écran ! Même si vous n’avez pas cliqué sur « télécharger » ou « enregistrer sous ».

            Mais de toutes façons, hadopi n’avait tout simplement pas prévu ça. Cette loi ne leur permet que de fliquer le p2p, elle est sortie pile au moment ou le streaming commençait à s’imposer.
            ça devient une habitude, pour la loi, d’avoir toujours un métro de retard.


          • Pere Plexe Pere Plexe 30 octobre 2014 20:19

            En fait l’usine à gaz Hadopi puni la non-sécurisation d’une connexion internet.
            Pas la copie illégale d’une oeuvre.


          • foufouille foufouille 30 octobre 2014 12:28

            « Cette plateforme qui combine la technologie BitTorrent et du P2P concurrence sans vergogne l’offre légale ! »
            torrent c’est du P2P !
            ou est ton offre légale équivalente ?
            il faut mettre un € sur ta cul-ture pour fils de bourgeois avec travail à la naissance


              • Pere Plexe Pere Plexe 30 octobre 2014 20:06

                Je ne sais pas si la « propriété c’est du vol »comme l’affirmait Proudhon en revanche il est clair que la « propriété intellectuelle » est une grosse arnaque.
                Les cas des brevets sur le vivant mais aussi sur les médicaments le démontre tous les jours !
                Breveter une couleur ou un nom...avec des procès à la clef c’est ça la propriété intellectuelle.
                Et même lorsque les brevets marques et autre droits d’auteur protègent des choses moins grotesques ils empêchent l’humanité de profiter d’un possible progrès.
                Le principe des bibliothèques à bien failli disparaitre sous l’effet du lobbying des auteurs...
                Même un dessin peut, grâce au concours de politiques intéressés,être protégés 120 ans !
                En revanche les salariés qui inventent dans le cadre de leur taf n’ont droit à rien... ils sont pourtant les auteurs de 90% des brevets !
                La propriété intellectuelle ne protège de fait que les groupes industriels et en particulier l’industrie « culturelle »
                L’Hadopi en est l’exemple caricatural.Alors votre soi disant « piratage »...


                • JL JL 30 octobre 2014 20:15

                  Il ne faut pas mélanger les genres : le droit des brevets et le droit d’auteur.

                  Le droit d’auteur n’est pas une arnaque : sans les artistes et les écrivains, il n’y aurait rien à protéger, rien à consommer.

                  Sans les brevets, toutes les technologies seraient libres, puisque l’on sait que les inventions et découvertes naissent dans plusieurs cerveaux simultanément : c’est dans l’air du temps, l’état d’avancement des connaissances. Mais seul le premier qui dépose le brevet gagne le jackpot. Ce n’est pas très juste.


                • trevize trevize 30 octobre 2014 20:50

                  Toutes les inventions et découvertes ne naissent pas dans plusieurs cerveaux en même temps. Evidemment, on ne peut pas prouver cette assertion, il faudrait remonter dans le temps, mais je ne suis pas sûr que plusieurs personnes étaient sur la voie de E=mc2 et de la relativité restreinte au début du XXe siècle. Si Einstein s’était tu, le monde serait peut-être radicalement différent.

                  C’est quand même normal de récompenser une invention, déposséder quelqu’un de ce que son esprit a produit, que ce soit une chanson ou une invention, ce n’est pas juste dans aucun des deux cas.

                  Je trouve qu’on fait parfois beaucoup trop de distinction entre les choses, et je crois que c’est fait volontairement, pour embrouiller les esprits. Les sciences et techniques sont des arts comme les autres.


                • Frédéric BOYER Frédéric BOYER 30 octobre 2014 21:13

                  Einstein n’a pas demandé de droits d’auteurs que je sache...


                • trevize trevize 30 octobre 2014 21:35

                  Je prenais l’exemple d’Einstein pour montrer que non, toutes les idées n’apparaissent pas dans plusieurs cerveaux simultanément.

                  En dehors de ça, je ne vois pas pourquoi on devrait protéger un poème ou une chanson plus longtemps qu’une invention. L’artiste fait son art avant tout parce que ça lui plaît, si il le fait pour le fric il n’est qu’un simple commerçant.
                  L’inventeur ou le découvreur fait de même, prend du plaisir de la même manière à créer quelque chose.

                  Le droit d’auteur concerne les inventions de l’esprit, une invention n’est-elle pas une oeuvre de l’esprit ?

                  Pourquoi faire une distinction entre une oeuvre d’art et une invention ? Pourquoi est-il si difficile et coûteux pour les inventeurs de protéger leur travail et de tirer profit de leurs découvertes, alors que c’est tellement plus simple pour les artistes ?


                • vesjem vesjem 30 octobre 2014 22:38

                  mauvais exemple : einstein a piraté en son temps henri poincarré qui avait démontré 10 ans avant lui la relativité restreinte


                • trevize trevize 30 octobre 2014 22:47

                  Il n’a rien piraté du tout. Il a repris ses travaux et a été plus loin, et surtout il a montré clairement le lien entre ces travaux théoriques et la réalité.

                  Ou alors, on peut dire qu’on pirate les indiens parce que notre système de numération dérive du leur ...
                  Mais si on va jusque là il faudrait redéfinir ce que vous appelez piratage.


                • trevize trevize 30 octobre 2014 22:56

                  Le pinaillage est comme le piratage : il n’a plus de limites lui non plus smiley


                • JL JL 31 octobre 2014 08:45

                  Toutes les inventions et découvertes ne naissent pas dans plusieurs cerveaux en même temps’

                  ’’Le pinaillage est comme le piratage : il n’a plus de limites lui non plus ’’

                  c’est ce qu’on appelle se faire l’arroseur arrosé.

                   smiley


                • JL JL 31 octobre 2014 19:06

                  C’est vous, trevise, qui me moinssez systématiquement ?

                   smiley


                • vesjem vesjem 1er novembre 2014 22:27

                  il semble que tu ne te sois pas réapproprié l’histoire de cette saga scientifique du début du 20ième ;
                  il faut être parfois oser le révisionnisme pour régurgiter les mensonges du passé orchestré par des « cliques »


                • vesjem vesjem 1er novembre 2014 22:28

                  pour trevize


                • A. Nonyme A. Nonyme 30 octobre 2014 22:59

                  Hadopi, un machin financé par nos impôts pour soutenir le bénéfice des multinationales de l’entertainment.


                  • lsga lsga 31 octobre 2014 00:45

                    Moi, la seule question que je me pose, c’est pourquoi ces artistes « piratés » ne distribuent pas leur travail sous licence creative common CC BY 4.0


                    Ils se veulent petits propriétaires de leurs petites chansons ? Qu’ils ne se plaignent donc pas d’être emportés par le courant révolutionnaire.

                    A BAS LES POUJADISTES !
                    QUE AMAZON METTE TOUTE CETTE RACAILLE RÉACTIONNAIRE SUR LA PAILLE !
                    QU’ILS VIENNENT DONC REJOINDRE LES RANGS DU PROLÉTARIAT !

                    • soi même 31 octobre 2014 02:10

                      Tiens 4quarantes vient de parler !


                    • JL JL 31 octobre 2014 09:44

                      Isga,

                      comme les autres qui n’y connaissent rien, apparemment vous confondez Droits d’auteurs et Copyright.

                      C’est cela le choc des civilisations : un système qui a du sens dans une civilisation perd tout son sens dans une autre : résultats, tout fout le camp.


                    • Ruut Ruut 13 novembre 2014 08:27

                      C’est quoi la différence entre Droits d’auteurs et Copyright ?
                      Peut être l’un est en Français et l’autre pas ?


                    • Deneb Deneb 31 octobre 2014 06:08

                      Le piratage est la seule altitude raisonnable contre la dictature de l’industrie du divertissement. Les artistes vont crever de faim ? Je ne crois pas, par contre leur agent, qui ne sert plus à rien, va devoir trouver un vrai travail.


                      • Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 1er novembre 2014 05:17

                        Globalement d’accord mais ce n’est pas l’agent le parasite, car celui-ci peut être un gars qui bosse vraiment pour trouver les contrats de concert, et en plus qui n’a pas la propriété des droits d’exploitation. Le problème vient souvent de la boîte de production, et surtout des grosses qui fonctionnent de manière industrielle ou même carrément comme des groupes d’investissement qui veulent juste faire du chiffre. 


                      • Deneb Deneb 1er novembre 2014 07:17

                        Qaspard : En effet, tous les agents ne sont pas des parasites, mais des méga structures pour produire la « culture » à la chaîne sont des nuisibles , leur contribution à l’abrutissement général est considérable. Ce que j’ai voulu dire, c’est qu’à mon sens la culture ne devrait pas faire partie d’un système économique. Economiser la culture, c’est promouvoir l’ignorance et favoriser les croyances irationnelles.


                      • Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 1er novembre 2014 09:17

                        La culture ne peut pas être régie par les règles de l’économie, je suis bien d’accord. Je ne sais si ça développe les croyances irrationnelles (vous voulez peut-être dire l’étourdissement mental, dont la drogue serait finalement la forme le plus aboutie), mais je vois en tous cas que ça crée de la vulgarité et de la sottise. 


                      • Zip_N Zip_N 31 octobre 2014 08:45

                        Sur youtube combien de vidéos d’artistes viennent de la volonté des auteurs, 2 ou 3% ? « le piratage » légitimise l’emploi (publicité, popularité, sécurité, antivirus, renouvellement informatique, attractivité) . Il est pas interdit à quelqu’un de prêter un dvd. Par contre si le site de streaming veut gagner de l’argent il doit verser une redevance à l’artiste. La culture ce n ’est pas de la finance, pas le même métier et cela se voit !


                        • Jean Keim Jean Keim 31 octobre 2014 14:41

                          Je croyais qu’un créateur, un artiste était habité par sa passion et que rien n’avait d’importance que de l’exprimer, le talent ou le don appartient-il à celui qui le vit, n’est-ce pas un cadeau que la vie se fait à elle-même ? Elle utilise pour cela un canal à l’instar de la beauté de la fleur qui s’offre sans rien demander en retour. Si l’argent est attendu, la créativite meurt. Avec l’organisation de l’art suivant une logique marchande vient inévitablement la médiocrité, dans ce qui est produit sinon et/ou dans le créateur. 


                          • Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 1er novembre 2014 09:18

                            Bien dit. 


                          • smilodon smilodon 31 octobre 2014 18:47

                            Dommage que tous ces techniciens ne connaissent rien à l’histoire !...?. Avec un peu de « culture » et leur « technicité », ils tueraient qui ils voudraient !... Heureusement, ce ne sont que des « abrutis » qui ne connaissent « QUE » la « technique » !...  !.. Dieu merci !...Avec 2 doigts de « culture », ils écraseraient tout le monde !.....Mais bon !... Finalement, la « culture » c’est pas si courant !./.. La preuve !... Adisahtz.


                            • Ruut Ruut 13 novembre 2014 08:23

                              Les techniciens sont d’une grande sagesse et d’une immense humanité.
                              Contrairement aux instances décisionnaires.
                              Les techniciens connaissent les conséquence de leurs actions.
                              Toujours ils avertissent, trop rarement, ils sont écoutés.
                              Certaines vérités sont difficile a entendre.


                            • zygzornifle zygzornifle 3 novembre 2014 12:49

                              Hollande pirate nos économies .....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Hubert Arvilles


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès