Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Technologies > Le point sur les phénomènes paranormaux

Le point sur les phénomènes paranormaux

Les phénomènes « paranormaux » sont l’objet de nombreux fantasmes et de croyances irrationnelles. On appelle ainsi tous les phénomènes qui ne sont pas expliqués par la science et semblent échapper à ses lois : la télépathie, la voyance, le déplacement d’objets à distance, la manifestation d’entités surnaturelles... Au-delà des fantasmes, qu’en est-il de l’état de nos connaissances scientifiques sur le sujet ?

Interprétations d’un cas concret

Il est toujours plus aisé de travailler sur des exemples concrets, et le hasard faisant bien les choses, j’ai moi même vécu il y a quelques jours un phénomène qu’on peut interpréter comme étant paranormal. Tandis que je marchais près de mon lieu de travail sur un chemin de terre reliant un bâtiment à un autre, à quelques centaines de mètres de distance, je croisai un homme assez âgé qui marchait dans l’autre sens, et tandis que je regardais brièvement son visage et que nos regards se croisaient, perdu dans mes pensées, le mot (ou l’idée) "un lapin" émergea soudain de manière inexplicable en mon esprit. Pendant les quelques secondes suivantes, je me questionnais sur la cause possible de l’irruption impromptu de ce mot : était-ce son visage qui m’avait évoqué l’animal ? Cet homme devait avoir quelque chose du lapin... Et puis, quelque mètres plus loin, arrivant près d’un sous-bois, je vis, non pas un, mais deux puis trois lapins sautillant calmement sur la pelouse.

Je ne pense pas être quelqu’un d’extraordinaire, mais, peut-être parce que je m’intéresse aux choses de l’esprit, ce type de phénomène m’arrive très fréquemment, pas toujours de manière aussi claire et frappante, plus souvent sous la forme de vagues intuitions qui se confirment ensuite sans qu’elles ne prouvent quoi que ce soit. Ils se produisent volontiers quand je me trouve dans des états légèrement somnolents et peu attentif. Enfin je ne suis pas le seul à qui ça arrive : de nombreuses personnes rendent compte quotidiennement de ce type de phénomènes, et d’autres, comme les prémonitions, si bien qu’on ne peut pas nier qu’il s’agisse d’une réalité, quelle que soit l’interprétation que l’on en a, paranormale ou non.

Justement, comment interpréter ceci ? Il existe de nombreuses explications possibles. Il se peut que j’ai vu à distance les lapins sans en avoir conscience. Personnellement je ne le pense pas, parce que je regardais le visage du passant et je ne pense même pas qu’ils étaient en vue, mais ce n’est pas exclu. Il se peut qu’il s’agisse simplement d’une coïncidence, et si je n’avais pas vu les lapins ensuite, j’aurai simplement continué à me questionner sur l’irruption du mot, et puis j’aurais oublié l’événement. Ce sont des choses qui m’arrivent aussi très fréquemment. Enfin il est important de noter qu’il y a beaucoup de lapins à cet endroit, pas forcément à l’endroit précis où je les ai vu, mais au moins dans les alentours, et c’est peut être l’allure légèrement champêtre du bonhomme associée au fait de me trouver sur ce chemin qui aurait évoqué chez moi l’idée du lapin, coïncidant ensuite de manière troublante, mais non surprenante, avec la présence réelle d’un lapin. Cette dernière explication me semble douteuse, parce que c’est bien la première fois que le mot "lapin" s’impose à moi de cette manière sur ce chemin, au point de m’interroger, et parce que le mot n’a pas été associé d’emblée, en mon esprit, à l’environnement dans lequel je me trouvait. C’est ensuite seulement, en arrivant au sous-bois et juste avant de voir les lapins, que j’ai fait l’association avec les lapins qui s’y trouvent effectivement assez souvent. Mais cette hypothèse n’est pas exclue pour autant.

Toutes ces interprétations sont envisageables a priori, mais n’oublions pas au passage une dernière explication, qui est en fait la première qui m’est venue naturellement à l’esprit (et peut être à vous aussi), et qui est la suivante : le brave homme que j’ai croisé était en train de marcher quand il a vu des lapins sur l’herbe. Rêvassant tout comme moi en marchant, le fil de ses pensées s’est mis à tourner autour de l’idée de lapin, et au moment même où, un peu plus tard, mon regard à croisé le sien, il s’est produit un phénomène de communication favorisé par nos états mentaux respectifs, propices à la rêvasserie, et qui a fait émerger chez moi l’idée de lapin qui occupait son esprit à lui. Je me suis mis à mon tour à penser aux lapins, me questionnant sur cette irruption de pensée, jusqu’à ce que je tombe sur les mêmes petites bêtes qu’il avait vu un peu plus tôt.

Les phénomènes paranormaux et la science

Cette dernière explication, bien qu’elle soit la plus cohérente de toutes en regard de ce que j’ai vécu (elle seule explique l’irruption du mot de manière convaincante), possède un défaut majeur, qui est d’impliquer un phénomène qui n’est pas sous-tendu pas une théorie scientifique, c’est-à-dire un phénomène paranormal. Il est important de ne pas oublier qu’il s’agit de l’explication qui m’est apparu comme évidente a priori, et que les autres explications sont venues à posteriori comme alternative à celle-ci, simplement parce que cette première explication implique quelque chose "qui n’est pas possible", à savoir la télépathie. C’est d’ailleurs presque toujours le cas lors de l’interprétation de phénomènes vécus comme paranormaux, que ce soit les prémonitions ou les phénomènes télépathiques : les explications rationnelles, moins convaincantes pour l’intéressé, viennent a posteriori à l’issue d’une réflexion visant à palier au fait que l’explication naturelle, celle à laquelle l’intéressé adhère en premier lieu, "n’est pas possible".

Pourtant il faut nous dégager de deux idées reçues, en comprenant bien que :
  • La science n’a jamais réfuté les phénomènes télépathiques. Elle ne propose pas d’explication de ces phénomènes, ce qui est tout différent, et c’est ce défaut d’explication uniquement qui justifie le scepticisme rationnel à l’égard de la télépathie (et d’autres phénomènes "paranormaux").
  • La télépathie n’est pas fondamentalement incompatible avec nos théories scientifiques. Ce défaut d’explication ne signifie pas qu’elle qu’elle entre en contradiction avec les principes fondamentaux dégagés par notre connaissance scientifique du monde naturel. Même la prémonition, qui semble pourtant contredire la causalité, peut trouver des explications en accord avec les théories scientifiques, comme nous le verrons plus loin.

Il convient également de distinguer deux choses quand on parle de phénomènes paranormaux :
  • Les assertions extraordinaires de personnes s’affirmant dotées de super-pouvoirs, ou la croyance en des manifestations incroyables d’entités surnaturelles s’étant produites de manière unique. Ces assertions entrent plus frontalement en contradiction avec nos connaissances scientifiques, d’une part, et d’autre part, étant isolées à certaines personnes, elles semblent plus relever du fantasme et trouver facilement des explications socio-psychologiques. Les "prix-défi" mis en place par les mouvements sceptiques visent uniquement ce types d’assertions.
  • Les phénomènes paranormaux conçus comme relevant de l’expérience quotidienne, banale, accessibles à chacun d’entre nous pour peu qu’il y prête attention, qu’on associe volontiers à la notion "d’intuition" ou de "coïncidence", et qui ne sont pas nécessairement troublants mais peuvent l’être parfois quand leurs caractères paranormal se révèle de manière particulièrement surprenante. Un très grand nombre de personnes en rendent compte. Ces phénomènes sont à priori relativement faibles (et masqués par notre attention consciente) et se produisent de manière incontrôlable. Ils peuvent également recevoir une explication psychologique, mais entre moins frontalement en contradiction avec nos connaissances scientifiques.

La première acceptation est finalement peu intéressante de mon point de vue : elle concerne quelques excentriques et autres allumés. L’absence de résultat scientifique (avec les prix défis) semble la discréditer. La seconde est donc beaucoup plus intéressante sur le plan scientifique, puisqu’elle met en jeu l’hypothèse qu’il puisse exister un phénomène naturel de l’esprit (et non pas un phénomène surnaturel, ou extraordinaire).

Cette hypothèse est en concurrence avec des explications psychologiques, et son principal défaut et de ne pas entrer dans le cadre d’une théorie scientifique établie, mais elle est plus convaincante et cohérente que les explications psychologiques, comme on l’a vu dans le cas du lapin (de manière générale, les explications "par les probabilités" ne rendent pas compte du caractère particulier que revêt l’expérience), et pour sa décharge, remarquons qu’il n’existe pas aujourd’hui de théorie scientifique de l’esprit qui soit bien établi, si bien que le phénomène de l’esprit lui-même, si nous n’avions pas en permanence la confirmation immédiate qu’il est bien réel, pourrait tout aussi bien être qualifié de "paranormal", puisque lui non plus ne reçoit aucune explication satisfaisante dans le cadre de nos théories scientifiques.

En effet comment expliquer qu’il existe ce phénomène unique, irréductible, qu’est l’esprit à l’échelle du corps humain dans une conception de la matière réductionniste tel que celle qu’offre généralement la science, où tout n’est qu’agrégat de particules indépendantes ? Pourquoi donc toutes ces particules, si elles sont indépendantes, donnent naissance à une entité unique ? Et puisque ce phénomène existe bien à l’échelle du corps humain, en dépit de notre conception de la matière, pourquoi n’existerait-il pas à l’échelle de plusieurs corps humain interagissant, et donc pourquoi, sous cette forme, la télépathie n’existerait-elle pas ?

On le voit l’hypothèse paranormale n’est pas si mal placée face aux hypothèses psychologiques si on prend acte de la faiblesse de nos connaissances scientifiques en matière d’esprit.

La recherche en parapsychologie

Si vraiment cette hypothèse est intéressante et pertinente, elle devrait pouvoir être étudiée scientifiquement, et rien ne s’oppose fondamentalement à ce qu’elle le soit. Ainsi, si on arrive à surmonter les problèmes de reproductibilité (l’aspect a priori faible et incontrôlable du phénomène), il devrait être possible de savoir par l’expérience s’il s’agit ou non d’un authentique phénomène de l’esprit. C’est l’objet d’étude de la parapsychologie, et le phénomène en question y est surnommé "effet psi".

Il existe différents types de recherches : les recherches sur la télépathie, et notamment avec le protocole Ganzfeld, les recherches sur l’influence de l’esprit sur des événements aléatoires, par exemple l’expérience des poussins de René Peoc’h, ou encore le global counsciousness project. Toutes ces études donnent des résultats positifs : sur le plan statistique, les résultats obtenus lors de ces expériences sont significativement différents de ce qu’on obtiendrait par le fruit du hasard. Si l’on en croit les parapsychologies, l’effet psi existe bel et bien et ces expériences le prouvent, et s’il s’agissait d’expériences sur la fiabilité d’un médicament, les résultats seraient dors et déjà admis par la communauté scientifique.

Pour autant le domaine reste controversé. La parapsychologie n’a pas encore acquis ses lettres de noblesse, et ses résultats restent contestés. Il existe plusieurs raisons à ceci, qui sont les suivantes :
  • Les résultats semblent difficilement reproductibles en dehors des milieux de la parapsychologie, et ils le sont toujours par les mêmes personnes.
  • On invoque un possible biais de publication : seuls les études donnant par hasard un résultat positif seraient publiées. On invoque également la possibilité de fraude.
  • Puisque l’effet psi est à priori extraordinaire (il ne reçoit pas d’explication scientifique), on exige une preuve extraordinaire, supérieure à ce qu’on attend par exemple pour un médicament, et les résultats (l’écart du hasard) sont jugés insuffisants.
  • Il est possible qu’il existe d’autres biais aujourd’hui inconnus qui expliquent l’effet psi.

On trouvera un bon exemple de cet argumentaire ici. On voit bien que les protocoles ne sont plus remis en causes (ils ont déjà été revus et corrigés par les sceptiques), pas plus que les résultats (également contrôlés), mais les arguments énumérés ci-dessus sont invoqués.

Il est difficile de trancher. D’un côté les problèmes de reproductibilité sont bien réels, et les arguments de défense des parapsychologues (comme "l’effet expérimentateur" faisant échouer les expériences de ceux qui ne croient pas au psi, ou l’élusivité, c’est à dire la tendance de l’effet psi à disparaitre sur un grand nombre d’expériences) tendent à rendre l’hypothèse de l’effet psi de plus en plus irréfutable et prennent l’aspect de justifications a posteriori, du type "pile je gagne, face tu perds".

D’un autre côté les recherches de ces domaines sont sujète à beaucoup plus de suspicions que dans n’importe quel autre domaine. On reproche aux parapsychologues de ne publier que dans leurs propres revues, mais les grandes revues scientifiques sont peu enclines à publier des articles de parapsychologies, et quand elles le font, ils sont plus ou moins ignorés. On pourrait accorder bonne foi aux arguments des parapsychologues sur l’effet expérimentateurs, mais il faudrait sans doute énormément plus de moyen que ceux dont ils disposent pour en avoir le coeur net. Les parapsychologues semblent enfermés dans un cercle vicieux qui leur ôte toute crédibilité en les marginalisant.

Le problème fondamental à l’origine de cette suspicion et de cette impossibilité pour les parapsychologues de faire valoir leur domaine réside en fin de compte dans l’absence de théorie explicative bien établie de l’effet psi, c’est-à-dire d’une théorie qui trouverait naturellement sa place dans le corpus scientifique actuel, qui serait appuyée par des preuves expérimentales, et de laquelle l’effet psi découlerait naturellement comme une conséquence. La parapsychologie ne s’inscrit pas dans le cadre de nos connaissances scientifiques. C’est ce qu’on pourrait qualifier de "hors piste", et c’est cette absence de théorie établie qui justifie l’aspect "extraordinaire" de l’hypothèse étudiée et la recherche d’explication alternatives et qui rend dubitatif les sceptiques quant à une hypothèse qui n’est appuyée par rien sur le plan théorique.

Ainsi, de la même manière qu’un esprit rationnel préférera dire que j’ai pensé aux lapins parce que je me trouvais dans un endroit où je savais qu’il y en avait (quand bien même cette explication me semble insuffisante pour expliquer l’ensemble du phénomène), on préfèrera toujours des explications alternatives à l’effet psi, simplement parce que "ce n’est pas possible".

Fondements théoriques des phénomènes paranormaux

On peut dire en un sens que la recherche en parapsychologie est prématurée, puisqu’elle s’attache à prouver une hypothèse qui ne découle pas d’une théorie. Il faudrait d’abord disposer d’une réelle théorie de l’esprit avant de pouvoir étudier les phénomènes qui en découle éventuellement.

Or l’ébauche de théorie de l’esprit que nous avons formulé précédemment (1) (2) (3) (4), basé sur le phénomène d’intrication quantique, semble justement accréditer la possibilité que les esprits puissent "s’agréger" au cours des interactions, de même que l’intrication des particules du champs électrique de notre cerveau "s’agrègeraient" au cours de leurs interactions. Il en irait de la nature même de l’esprit. De tels processus impliquent une forme de télépathie, non pas sous la forme d’un transfert d’information, mais plutôt sous la forme d’états mentaux partagés, c’est-à-dire d’une intrication. Le fait qu’une information puisse alors se retrouver présente dans deux cerveaux serait la conséquence d’une corrélation.

Cette théorie de l’esprit propose donc une explication scientifique en totale cohérence avec nos connaissances actuelles aux résultats des expériences en parapsychologie : les résultats de ces expériences se distinguant du hasard ne s’expliqueraient non pas par un mystérieux transfert d’information inexpliqué, mais par une corrélation quantique des champs électriques cérébraux qui induiraient des réponses similaires de protagonistes ne communiquant pas par un canal classique, et donc assimilables à de la télépathie, en quelque sorte le fruit d’un "hasard partagé", ou corrélé. De par la nature a-temporelle des effets quantiques, une forme de prémonition est également envisageable, sans pour autant s’opposer au principe de causalité : en tout état de cause, c’est d’information quantique dont il est question, et la corrélation n’est mesurable de manière "classique" que statistiquement.

Cette théorie est à même de rendre compte de la relative faiblesse des résultats, de leur aspect incontrôlable (parce que fondamentalement statistiques), et même de l’élusivité, qui serait un affaiblissement de l’intrication en l’absence d’interactions des protagonistes.

Bien sûr la théorie que nous avons développé est une ébauche, elle n’a reçu aucune vérification expérimental à ce jour, mais ceci prouve néanmoins qu’il est un peu prématuré d’exclure la possibilité même d’un effet psi, tout comme il est faux d’affirmer qu’un tel effet vient contredire ce que par la science nous savons du monde.

Conclusion

Aujourd’hui il est difficile de dire si les phénomènes paranormaux sont ou non authentiques, et des interprétations psychologiques ou paranormales lesquelles sont les bonnes. Mon point du vue personnel, qui s’appuie sur nos connaissances scientifiques, mais aussi sur mon vécu et mes réflexions philosophiques, est que ces phénomènes sont authentiques. Cependant d’un point de vue purement rationnel, en l’état actuel de la recherche, nous ne pouvons que nous aligner sur la position du scepticisme scientifique, à savoir qu’il est impossible aujourd’hui d’affirmer que le "psi" existe et que les recherches ne sont pas concluantes, non pas à mon avis parce que le psi n’existe pas, mais plutôt parce que ces recherches manquent de moyens et de reconnaissance. Seule un programme de recherche ambitieux permettrait de trancher définitivement la question, mais dans la situation actuelle, en l’absence d’une véritable théorie de l’esprit communément admise dont découlerait le psi, c’est tout simplement chose impossible.


Pour aller plus loin

Resources sceptiques :





Resources psi :






 

Moyenne des avis sur cet article :  3.3/5   (40 votes)




Réagissez à l'article

41 réactions à cet article    


  • Clojea CLOJEA 5 juin 2010 12:37

    Quest-ce que la « normalité » ? Croire que l’on a qu’une vie, qu’il faut avoir une bonne situation, de l’argent, et puis un jour mourir. Et après ? Mystère. Si c’est ça la norme, je n’ai jamais adhéré et n’y adhérerait jamais.
    Il y a autre chose, c’est sur. Des perceptions de la personne, elle même. Pas son corps, ni son nom. Elle même, un être spirituel qui est quasiment immortel.
    Bien sur, quelques uns vont me dire que j’ai tors, mais alors comment expliquer le Dalaï Lama qui étant petit reconnait ses ustensiles de la vie d’avant, comment expliquer qu’un gamin de 5 ans joue du piano couramment ou qu’un autre qui n’a pas étudié l’anglais se met à la parler facilement ?
    A méditer


    • tiresisas 5 juin 2010 22:07

      je confirme l’hypothèse de l’existence d’une transmission de pensée ,très courante en fait.

      Pour ma part j’en ai fait très souvent l’expérience, mais, vous n’êtes pas obligé de me croire si je vous dis qu’elle se produit même à grande distance. Et pourtant...
      J’ajoute que le fait est mentionné comme étant banal dans l’un des « polars » d’Agatha Christie (are you a mind reader ?, demande un personnage) et par le romancier anglais mois connu John Wain -pas l’acteur US- qui a écrit en substance que la télépathie intervient toujours plus ou moins dans toute conversation.

      hypothèse personnelle : cette faculté remonte peut-être à l’époque où les humains n’avaient pas encore de langage articulé.

      Pour conclure je vais vous raconter une histoire vraie vécue il y a 20 ans :

      entrant dans un magasin, j’ai entendu une conversation entre deux personnes qui parlaient d’une jeune fille dont elles disaient qu’elle était très malade, et même mourante. Et quand je suis ressorti, j’ avais fait seulement quelques pas quand j’ai croisé justement une jeune fille que je ne pourrais absolument pas vous décrire tant j’étais comme tétanisé par une sensation totalement nouvelle, tant étaient puissantes les ondes que j’ai ressenties en passant près d’elle. C’était quelque chose d’indicible, à la fois triste mais en même temps très doux’, apaisé et agréable. Il ne fait pas de doute pour moi que c’était la jeune fille dont parlaient les clientes dans le magasin. 

       J’en ai tiré la conclusion qu’il y a vraiment autre chose après cette vie, et pas forcément ce qu’en disent les religions.
       

    • Krokodilo Krokodilo 5 juin 2010 12:42

      Votre conclusion recadre un peu le sujet : parler de phénomènes paranormaux suppose que ces phénomènes existent, sont reproductibles ou au moins observables, ce qui n’est pas le cas. Ce sont plutôt des allégations de phénomènes !


      • quen_tin 5 juin 2010 12:47

        Bien sûr, il faut bien comprendre dans tout l’article qu’il s’agit d’allégations (je dirais plus précisément d’expériences vécues et interprétées comme étant paranormales par les sujets), mais que l’interprétation paranormal est en concurrence avec d’autres.


      • quen_tin 5 juin 2010 13:09

        Il ne faut pas occulter un point important quand même : ceux qui affirment vivre de tels phénomènes ne le font pas juste pour le plaisir d’affirmer des choses qui ne sont pas explicables scientifiquement (ou pour exprimer des croyances), mais parce que c’est l’explication qui est à première vue le plus directement en phase avec leur expérience vécu.
        Autrement dit : ils n’affirment pas vivre des phénomènes paranormaux parce qu’ils y croient, mais ils y croient parce qu’ils les vivent comme tel.


      • Krokodilo Krokodilo 5 juin 2010 14:38

        Ils n’ont donc rien de paranormal : ce sont des phénomènes normaux, des sensations de déjà-vu, de coïncidence, des court-circuits neuronaux entre un souvenir et la situation présente, des rêves par activité cérébrale en coma, toutes choses effectivement peu connues dans leur mécanisme intime, mais qui n’ont probablement rien de paranormal. Inexpliqué mais normal

        Faire appel au terme paranormal sous-entend quand même une certaine croyance en des champs de la connaissance encore totalement inconnus, télépathie, lévitation, télékinésie, horsocope... Mais je pinaille.


      • eugène wermelinger eugène wermelinger 5 juin 2010 17:14

        salut krokodilo !

        J’ai un tout peitt problème : je n’arrive pas spontanément à traduite le verbe pinailler en eo, merci de me souffler la solution. 

      • quen_tin 5 juin 2010 18:19

        Je ne suis pas d’accord parce que quand vous parlez de court-circuits neuronaux, vous êtes déjà dans l’interprétation de ces phénomènes.
        Je ne dis pas qu’il s’agit de phénomènes authentiquement paranormaux, simplement que l’explication paranormal est celle qui, dans un premier temps, semble s’imposer à celui qui vit l’expérience, au delà de toute croyance préalable. De même que quand la pensée du lapin apparait brusquement dans mon esprit sans cause apparente, puis que je vois des lapins, la première explication qui vient naturellement est de voir dans ces lapins la cause de l’irruption de l’idée de lapin, même si je ne crois pas à priori à la télépathie. C’est une idée qui vient forcément à l’esprit. Bien sûr, si je suis persuadé que la télépathie est impossible, je trouverai ensuite d’autres explications alternatives (coincidences, ...).


      • appoline appoline 5 juin 2010 22:50

        Docteur,

        Vous, les médecins vous avez fait un tort énorme aux traditions encestrales, vous les avez snobées, pire vous les avez foulées du pied. Vous connaissez le corps humain pour l’avoir disséqué mais penchez vous un peu plus sur le grand sympathique et surtout analyser bien ses pouvoirs.
        Si l’on amenait le noyau d’un atome à la taille d’un pois, son premier électron se situerait à 170 mètres, auriez vous l’outrecuidance de dire qu’il n’y a rien entre les deux ? Ben voyons. La physique quantique a ses limites, enfin pour le moment.
        Allez donc fréquenter les parapsychologues ou même certains anesthésistes, ils vous expliquerons que nous sommes bien loin de tout connaître. Vous n’imaginez pas ou plutôt vous ne pouvez imaginer les capacités du corps humain et plus particulièrement le cerveau. 

        @ L’auteur,

        Certains d’entre nous ont des pouvoirs ou des possibilités qui remontent à la nuit des temps, en fait je dirais que chacun d’entre nous les possède mais ne les exploite plus depuis bien longtemps. Ces phénomènes existent, ont toujours existé et existeront toujours. Les lois connues de l’homme n’ont pas de mots pour les expliquer mais ils n’ont rien à voir avec magie ou sorcellerie. Le pouvoir du subconscient est quasiment illimité, c’est le présent, l’avenir et le futur. Les lois de l’univers sont méconnues de la plupart des hommes pourtant se sont elles qui dirigent le monde, nos savants, limités dans leur esprit et surtout pour ne passer pour des cons, préfèrent le nier mais ils auront beau aligner leurs chiffres et leurs formules, cela ne se situe plus à ce niveau. Einstein l’avait compris l’espace et le temps sont liés.

      • quen_tin 5 juin 2010 23:53

        Il n’y a pas « rien » entre un noyau et les électrons, il y a un échange permanent de photons.
        D’autre part je ne vois pas en quoi le fait qu’il existe un certain rapport entre la taille du noyau et la distance des électrons implique forcément qu’il n’y a pas « rien ». Il me semble que l’affirmer, c’est projeter dans l’infiniment petit quelque chose qui n’est évident qu’à grande échelle, mais le monde des atomes n’est pas quelque chose qu’on peut appréhender comme on appréhende le monde à notre échelle. Je ne vois pas en quoi il s’agit d’une « limite ». Si tout ce qui s’opposait à nos intuitions forgés à l’échelle humaine dans des échelles pour nous inhabituelles étaient considéré comme des « limites », nous n’aurions pas fait avancé la connaissance scientifique à ce point, et nous serions incapable de fabriquer des ordinateurs. Si l’on cherche la vérité, il faut aussi savoir se défaire de ce type d’idées reçues, qui ne sont que des extrapolations d’une représentation du monde qui elle est à priori limitée. D’autre part je ne pense pas que nos savants nient quoi que ce soit, ils ne font que questionner le réel et élaborer une connaissance. Personne ne dit que cette connaissance est aujourd’hui complète et définitive.


      • Furax Furax 6 juin 2010 13:05

        Un rêve n’est ni reproductible ni observable.Pourtant j’ai rêvé cette nuit. Est-ce une allègation de phénomène ?


      • Jojo 5 juin 2010 13:23

        « suppose que ces phénomènes existent, sont reproductibles ou au moins observables, ce qui n’est pas le cas. »

        Bien vu saurien

        Ce qui suit n’a jamais existé, ne s’est pas reproduit pendant trois jours et n’est pas du tout observable puisque personne n’a rien vu à l’œil nu et que les caméras infrarouges ou thermiques, ben… ça ne compte pas.  http://www.youtube.com/watch?v=UHv4Tbf6E1o&NR=1

        PS : Cela dit, on ignore s’ils se reproduisent mais les Norices existent bel et bien.


        • morice morice 5 juin 2010 13:39

          et c’est reparti... après le souffle, les yeux... on dérive sec là..


          • Philou017 Philou017 5 juin 2010 14:53

            J’ai voté négativement cet article, supputant une négation compulsive de l’auteur des-dits phénomènes para-normaux à la lecture des premières lignes, connaissant la tendance de l’auteur au rationalisme parfais obtu.
            Bon, j’ai eu tort, l’auteur fait un effort pour accepter la réalité des faits, même si visiblement ca va à l’encontre de sa conception du monde. Bravo donc pour cet effort.

            Mais, vous n’êtes pas au bout de vos peines. La science rejette effectivement globalement tout ce qui n’entre pas dans une vision purement rationaliste de la vie, appuyée sur les connaissances sanctifiées et gravées dans le marbre du dogme par la hiérarchie scientifique.
            Beaucoup de phénomènes sont donc ignorés , décrédibilisés à-priori, dénoncés par des expérimentateurs n’ayant qu’une obsession, montrer la « supercherie ».
            Tout cela n’a guère à voir avec l’esprit scientifique.

            Vous dites : "Ces phénomènes sont à priori relativement faibles (et masqués par notre attention consciente) et se produisent de manière incontrôlable« 
            Vous êtes dans le vrai. La perception extra-sensorielle est tout à fait accessible à l’homme, mais elle est la plupart du temps masquée par la prédominance donnée par la plupart des humains au cerveau, à une vision dite »rationnelle« s’appuyant uniquement sur la perception des sens et une théorisation limitée de la vie. L’être humain est d’autre part englué dans des sentiments et des émotions, limité par des blocages énergétiques au niveau de son propre corps énergétique qui l’empêchent de s’ouvrir à une perception du monde bien plus élargie.

            Je vais vous donner mes explications issues de ma vision du monde. La trame de l’univers est avant tout énergétique. La matière n’est qu’une matérialisation de cette énergie. Il y a donc une »trame« énergétique dans et autour de la terre. Cette trame véhicule en fait un tas d’informations sur la vie et les choses de ce monde. Quand votre »esprit« s’ouvre à ce flot d’information, vous pouvez les recevoir, en dehors de toute perception sensorielle. Ce qui explique les phénomènes d’intuition de prémonition, de télépathie et bien d’autres.

            Dans votre expérience, votre esprit s’est donc ouvert un instant et vous assez reçu l’information que des lapins se trouvaient à proximité. C’est peut-être du à la rencontre avec l’autre homme, qui a pu provoquer un stimuli nerveux/émotionnel/énergétique qui a entrainé cette ouverture.
            Cette expérience de perception extra-sensorielle, tout le monde l’a fait. Tout le monde en est donc capable, à condition de sortir du parasitage constant produit par nos pensées et nos émotions.
            Les médiums sont en général des gens qui ont gardé ou développé une ouverture énergétique en direction de la »trame" énergétique. Cette communication peut éventuellement passer par divers relais, comme un pendule, des cartes, des runes, voire une boule de cristal et autres objets (pour les vrais médiums). Ceux-ci sont simplement des supports particuliers permettant de canaliser une communication avec la trame énergétique du monde.

            Il est bien dommage que la science d’aujourd’hui, souvent en fait mue par une dénégation forcenée de toute considération spirituelle, en soit venue à nier et rejeter tout phénomène pouvant avoir une coloration de ce genre. Pourtant, l’étude de ces phénomènes n’implique nullement le rejet de la raison, mais bien plutôt l’ouverture de l’esprit.


            • appoline appoline 5 juin 2010 22:55

              Philou,


              Les scientifiques sont frileux, mais ces dernières années on note une légère avancée. Beaucoup sont enfermés dans leur religion au lieu d’avoir l’esprit grand ouvert, ce qui est pourtant la base. 

            • Iren-Nao 6 juin 2010 04:10

              quelqu’un dont le nom m’echappe appelait cela :

              Le grand subonscient universel

              Certains sont capables de connecter leur conscient avec, ou ca arrive comme ca, pour pas grand chose

              Iren-Nao


            • Iren-Nao 6 juin 2010 04:16

              Ca me revient : magique !!!

              Uell S. Andersen
              3 magic words

              A priori le genre de daube amerloque que je ne peut pas saquer, mais en realite remarquable, je devrais le relire, et vous aussi.

              Bon Nartic Mr l’auteur

              Cordialement

              Iren-Nao


            • Zord Zord 5 juin 2010 15:41

              Votre histoire du lapin manque vraiment vraiment de saignant !
              Alors voilà la mienne qui est véridique. La scène se passe chez mes parents partis en week end.
              Après un début de soirée bien arrosé, on décide sur un délire avec 2 amis de se lancer dans une séance de spiritisme, par pure curiosité mais étant totalement sceptiques sur le sujet.

              Après un demi heure de franche rigolade dans l’obscurité éclairés de 2 bougies à tenter d’appeler l’esprit de jesus, Elvis et jules césar, on choisit de faire un dernier test, sérieusement, puis on pourra arrêter une bonne foi pour toute cette supercherie. Le silence s’instaure, on joue le jeu.
              Mais après encore 10 bonnes minutes, il ne se passe toujours rien, sur le ton de la rigolade, un ami gueule quelque chose qui ressemble à :« Esprit petite tarlouze montre toi ! »

              Immédiatement après la provocation de mon pote, dans la cave des bruits de verres brisés accompagnés d’un bruhaha pas possible. Crescendo pendant quasiment 5 minutes qui ont paru interminables, quelque chose en bas explosait du verre. J’allume la lumière, le bordel continue puis un grand fracas et plus rien.
              Mes deux potes incrédules, qui me regardent :« putain c’est quoi ce bordel ? tu nous fait une blague ou quoi ? » Moi pâle comme un cachet d’aspirine, Je me disais que j’allais pas tarder à voir Marcel Béliveau et les caméras.

              Puis on finis par descendre voir...

              La vieille machine à laver de mes parents, sur laquelle était posée 2 sacs remplis plus qu à ras bord de bouteille en verre vide, s’était logiquement mise en mode essorage sur la fin de son programme. Projetant les bouteilles du dessus jusqu’à ce que les sacs tombent avec ce qui leur restaient de contenus.

              Fin mot de l’histoire,
              Je pense quand même qu’il s’agit d’une coïncidence, comme votre histoire de Lapin. Mais d’autres l’aurait peut-être interprété différemment, cependant on a jamais refait de séance de spiritisme :p


              • appoline appoline 6 juin 2010 16:36

                @ Zord,


                Vous faites de bien dangereuses expériences. N’évoquez rien qui puisse se retourner contre vous. Certains psychiatres pourrait vous le dire, 25 % des malades psy ont touché au spirtisme et ne s’en sont jamais remis. Pourquoi ? Le bien existe mais le mal aussi, je ne veux convaincre personne dans la mesure ou beaucoup ne méritent pas qu’on s’intéresse à eux et sont de beaux jean-foutre mais je peux vous assurer que vous jouez avec le feu.

              • chems eddine Chitour 5 juin 2010 15:48

                L’irruption de l’rrationnel est un fait qui relève de la sensibilité de chacun.
                Cette contribution me parait scientifiquement honnête. L’Europe et surtout la France est frileuse concernant l’étude des phénomènes paranormaux. Le mathématicien Henri Poincaré disait : « qu’il n’y a de science que du mesurable »
                W. makenzie autre scientifique nous invite à relativiser et à redéfinir les nomes de "mesure des effets paranormaux. pour lui une faculté labile peut ne pas apparaitre dans un environnement à priori hostile aux phénomènes. Il n’est pas étonnant de ce fait, que cette parascience se soti surout développer en Russie et aux Etats Unis où il existe des chaires d’études parnormales comme celle de Rhine (Monsieur et Madame) à Durham . On a réussi à mettre en évidence un phénomène par l’étude des cartes de Zener le percipient
                 devine dans des conditions scientifiquement rigoureuses les cartes et des calculs mathématiques permettent d’éliminer le hasard si les essais positifs sont répétitifs au delà d’un certain seuiL
                Les mystères de l’esprit sont encore des continents inexplorés qui appelent à des recherches sans à priori.

                Prof. C.E. Chitour


                • Ploucman 5 juin 2010 17:52

                  « Mon point du vue personnel, qui s’appuie sur NOS connaissances scientifiques, mais aussi sur mon vécu et mes réflexions philosophiques, est que ces phénomènes sont authentiques. »


                  qui s’appuie sur VOS connaissances scientifiques ...
                  Connaissance qui laisse de toute évidence a désirer ...

                  • quen_tin 5 juin 2010 18:25

                    Développez un peu pour voir ?


                  • dup 5 juin 2010 17:55

                    on déclare fantasme tout ce que l’on connait pas et pour lequel on a pas fait de recherche. Il y a des êtres profondement matérialistes qui admettent que ce que leur 5 sens leur dictent. Il y a heureusement d’autres réalités

                    http://www.besoindesavoir.com/experts/expert/id/55783

                    http://www.dailymotion.com/relevance/search/jean-pierre+girard


                    • Gollum Gollum 5 juin 2010 18:09

                      On oublie une dimension essentielle dans cette histoire, c’est l’intérêt profond des militaires pour ces phénomènes, surtout aux US et encore plus dans l’ancienne URSS (mais je suppose que ça doit encore être le cas dans la moderne Russie).. 


                      Et l’on ne peut qu’observer de façon bizarre cette distorsion entre cet intérêt profond et le relatif dénigrement officiel vis à vis de ces questions, comme s’il y avait là comme une sorte de « circulez y a rien à voir », plus ou moins tacite et peut-être orienté..

                      On a un peu la même chose d’ailleurs avec le phénomène UFO..

                      • Krokodilo Krokodilo 5 juin 2010 20:44

                        Ils ont peut-être honte d’avoir investi de la matière grise et des millions pendant des années, sans aucun résultat, simplement par peur que l’autre camp fasse une percée en télépathie !


                      • finael finael 5 juin 2010 21:08

                        Lors de la mise en service du premier sous-marin à propulsion nucléaire : le Nautilus", les américains se sont retrouvés devant le problème de pouvoir communiquer avec un sous-marin presque toujours en plongée.

                        Ils se sont alors penchés, entre autres, sur d’éventuelles possibilités par télépathie. Malgré des années des tentatives, elles furent toutes infructueuses.


                      • Philou017 Philou017 5 juin 2010 21:54

                        Bien sur. Bien des gens chez nos « anti-élites » sont avertis de bien des choses. Mais de la même façon qu’ils bombardent le bon peuple d’une bouillie de propagande générale conforme à leurs intérêts, ils veillent en général à ce que les médias ridiculisent les phénomènes para-normaux, OVNI, crop-circle ; etc...

                        L’éveil du bon peuple à de nouvelles vues n’est pas compatible avec l’asservissement bêtifiant à un système simpliste et fataliste, puisque limité de toutes parts.
                        Mais cet aveuglement est aussi relié au sentiment de peur ressenti par nombre de gens devant des phénomènes qui sortent de la norme. On préfère alors s’en tenir à la « réalité » des choses officielle, forcément tronquée et faussée, mais tellement rassurante.


                      • quen_tin 5 juin 2010 23:57

                        Personnellement je ne souscrit pas à ce type de théorie du complot.
                        Il est possible que les médias ridiculisent les phénomènes paranormaux, crop circle, etc. Mais je doute que qui que ce soit « y veille » de manière omnipotente. Le monde n’est pas si simple. Il faut plutôt y voir des raisons structurelles ou systémiques.


                      • quen_tin 6 juin 2010 11:03

                        A propos du KGB : peut être s’agit-il aussi d’une propagande pour faire peur aux Etats-unis...


                      • quen_tin 6 juin 2010 00:02

                        La science ne fait que questionner le réel. Si l’on recherche la vérité, il faut être prêt à se défaire de ses croyances.

                        Vous pensez que le cerveau est une antenne qui ne contient pas de mémoire. Et si maintenant moi je vous dit (simple hypothèse) que le cerveau n’est pas une antenne, et qu’il contient une mémoire - comment nous départager ? Chacun sa croyance ?


                      • Lucien Denfer Lucien Denfer 5 juin 2010 22:00
                        L’inconnu est le champ d’exercice idéal de l’imposture, pour l’insoutenable envie de croire que l’étrangeté même de certains phénomènes induisent en nous, pour la posture de faiblesse et le manque d’arguments qui nous laissent désemparés face à des discours extraordinaires, mais surtout parce qu’il n’est rien d’admis si fermement que ce que l’on sait le moins. S’il n’en était pas ainsi les croyances religieuses n’auraient pas ce pouvoir, ce formidable ascendant sur des centaines de millions de personnes de par le monde. 

                        A l’opposé, la démarche scientifique qui se veut rigueur et contrôle exhaustif aboutit aux mêmes éccueils en substituant un dogmatisme assuré aux vides nécessaires d’une science en perpétuel devenir. Ne pouvant répondre à toutes les questions, les hommes de sciences font des hypothèses qu’ils finissent par confondre avec des vérités, durant le laps de temps qu’il faudra à d’autres scientifiques pour confirmer ou infirmer ces pseudos vérités. 

                        De nombreuses personnes font l’expérience de phénomènes naturels et ne semblent pas étonnées, ni effrayées, encore moins en demande d’une quelconque explication, elles se gardent en général d’en faire part à autrui pour les raisons que vous savez. 

                        Face à l’écrasante réalité de notre propre fin, que nous savons inéluctable, nous avons beau jeu de croire qu’une divinité ait la condescendance de régir notre insignifiance. Nous avons tellement besoin de croire que cette soif d’absolu semble capable de matérialiser nos pensées, de leur donner forme dans le monde concret. La science aussi reconnait que l’observation même d’un phénomène modifie les paramètres de ce phénomène. 

                        Ainsi, le monde extérieur qui nous semble parfois si étrange et violent n’est que le fidèle reflet de notre monde intérieur. 

                        • Iren-Nao 6 juin 2010 04:24

                          La magie fait partie du monde il faudrait s’en souvenir.

                          Mais pour qui n’est pas technicien comme moi, et vous peut etre, la TV est absolument magique...

                          Ne parlons pas de la radio. et de 1000 autres choses a commencer par la creation sexuelle ou autre d’ailleurs. La differenciation cellulaire etc etc

                          On comprend souvent ou on croit comprendre des choses pour avoir demasquer leur processus, mais quid de la finalite, si finalite il y a ??

                          Bonne migraine

                          Iren-Nao


                          • saint_sebastien saint_sebastien 6 juin 2010 06:32

                            Pourquoi y aurait il une finalité ? la vie d’une mouche a t elle une finalité ? autre de que naitre manger , voler et mourir ? pourquoi l’homme aurait il un dessein supérieur.


                          • foufouille foufouille 6 juin 2010 12:06

                            "Pourquoi y aurait il une finalité ? la vie d’une mouche a t elle une finalité ? autre de que naitre manger , voler et mourir ? pourquoi l’homme aurait il un dessein supérieur."

                            rien n’empeche la mouche d’avoir une vie apres la mort


                          • Iren-Nao 6 juin 2010 07:05

                            Mon bon ST Sebastien

                            Notez que ma question sur la finalite est une question, et si il y en a une de finalite, elle est sans doute la meme pour le morpion, ou la femme...

                            Iren-Nao


                            • slipenfer 7 juin 2010 09:58

                              Bon article, courageux.
                              J’ai discuté avec une religieuse de 75 ans, ancienne, directrice d ’école catholique,
                              Gros niveau de connaissance général. Et bien figurez vous que cette personne
                              ne se souvient d’ aucun des rêves qu ’elle a certainement du faire et ceci aussi loin
                              que remonte sa mémoire. Le cordonnier est le plus mal chaussé dit-on.
                              Mesurera t-on l’ inhumanité du militaire au nombre de médaille qu ’il arbore sur
                              sont thorax ? Faire confiance à des scientifiques pour nous donnez des réponses
                              aux phénomènes dit « paranormaux », ils leurs faudra un sacret courage, l ’histoire
                              nous à montré que se genre de qualité leurs faisait cruellement défaut, la collaboration
                              aux idées dominantes étant de loin leurs attitudes la plus commune.
                              Que sait-on vraiment de la réalité : La vidéo 1/10 (scientifiques différents la 2eme
                               moitié du film est pas mal délirante)
                              un psychiatre français, le Dr Chambon : Vidéo 1 Vidéo 2 (psychiatre différent)
                              Jan Kounen Vidéo D’autres mondes (Chamanisme - Ayahuasca) Lien


                              • quen_tin 7 juin 2010 13:10

                                On ne peut pas reprocher à la science, au moins, de chercher à établir ce dont on peut être à peu près certain.


                              • Martin D 7 juin 2010 16:40

                                http://www.dailymotion.com/video/x6hp1o_un-djinn-devant-une-mosquee_webcam

                                tout ce qui sort de l’ordinaire est du fait des djinn ==> voir sur internet, notamment dailymotion ou youtube (exple ci-dessus)


                                • Hermes Hermes 8 juin 2010 14:08

                                  Bonjour,

                                  Une certaine « vacance » de l’esprit permet de percevor des choses étranges parfois... Mais il n’y a pas de quoi en faire un plat : c’est un peu comme quand on attrape le tic gestuel d’une autre personne.
                                  Cela semble extraordinaire surtout parce qu’à l’ordinaire notre esprit est complètement rempli de pensées parasites incontrôlées ... ce qui nous rend émotionellement très instables.

                                  L’intérêt principal de ces expériences, c’est qu’elles permettent de se souvenir qu’il y a d’autres états que le semi-coma hypnotisé habituel et qu’il y a finalement peut-être des choses à apprendre hors des sentiers battus du savoir officiel !
                                  La science qui travaille généralement de l’extérieur avec les états habituels se trouve de fait exclue de ces expérimentations, mais cela ne leur elève aucune valeur pour celui qui les vit.

                                  En tout cas c’est courageux ’avoir écrit cet article.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

qyutiun


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès