Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Technologies > Le profil des pratiquants du covoiturage dynamique s’affine

Le profil des pratiquants du covoiturage dynamique s’affine

Nous vous avions déjà parlé à plusieurs occasions du profil-type des utilisateurs de services de covoiturage, notamment de covoiturage dynamique et mobile. Une étude récente avait montré que le covoiturage était davantage féminin (dans 62% des cas, c’est une majorité assez nette), salarié (dites adieu au cliché du hippie faisant du pouce sur le bord des autoroutes avec sa guitare) et quotidien (de plus en plus, les trajets domicile-travail ont intérêt à se faire à plusieurs – 1 700€ d’économie par an sur un trajet de 30km que l’on déciderait de partager !).

Une nouvelle étude est donc sur le point de livrer ses données, grâce au programme Mobigis, une société de consulting et développement en utilisation de systèmes d’information géolocalisées pour le privé et le public, et à l’Université J.F Champollion d’Albi. L’enquête porte notamment sur les freins à l’usage du covoiturage dynamique. Nous en avions identifié un certain nombre :

(les freins au covoiturage selon le MIT)

 

  • « Voyager avec des inconnus ? » est un classique des études sur le covoiturage. Mais des sites de covoiturage permettent de connaître les utilisateurs grâce à des fonctionnalités de réseau social. C’est le cas par exemple de Covivo ou de Comuto, l’application de Covoiturage.fr. Plus précisément, ces outils permettent d’obtenir le profil des utilisateurs enregistrés, de voir leur préférences (accepte les animaux ou non, aime discuter ou non, etc), et d’avoir comme sur eBay une évaluation par les membres qui ont déjà covoituré avec.
  • « Monter dans une voiture dont on ne sait rien ? », la crainte est légitime, mais encore une fois la technologie du covoiturage dynamique permet d’authentifier les usagers. De plus, une étude de Muriel Dufresne, ingénieur transport à l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe), a montré que le covoiturage était moins accidentogène : on fait plus attention quand il y a du monde dans sa voiture (source Ouest-France).
  • « Trop compliqué d’organiser des parcours et des emplois du temps ? » si c’était le cas avec le covoiturage classique, le dynamique synchronise en temps réel les utilisateurs (grâce à un système « push » des plus innovants). Certains permettent à leurs applications d’être embarquées sur les smartphones ou sur les GPS de voiture.
  • « Les gens ne sont pas prêts à changer pour l’environnement ? », là encore, si c’est votre entreprise, votre mairie ou votre association qui s’en occupe pour économiser et « écologiser » sur le transport, ça aidera. Sur un cas pratique d’un trajet de 30km réalisé quotidiennement, l’on avait calculé un gain net de plus de 4 tonnes de Co2 par an (base : voiture émettant 160g/Co2 par km).

L’enquête proposée par Mobigis (voir leur site) est une étude ouverte depuis le 1er juin et accessible en ligne. Elle vise à obtenir des données sur la qualification socio-ergonomique du covoiturage dynamique (de plus en plus appelé covoiturage mobile), analyser les besoins des acteurs locaux et voir comment se nouent les partenariats (nous avions vu que le covoiturage associe traditionnellement trois types d’acteurs différents mais complémentaires : entreprises, associations et collectivités locales).

Les résultats devraient paraître prochainement, et l’enjeu est de taille. Comme le rappelle le prospectus de l’enquête, 25% de la pollution atmosphérique est lié aux transports, et les voitures sont très peu occupées avec moins de 1,07 passager sur les trajets domicile travail (d’où la valorisation des "sièges vides" et du marché du covoiturage dynamique à près de 500 milliards de dollars par Nokia). Par ailleurs, les transports comptent pour 16% du budget d’un foyer. Enfin, une conséquence possible d’un bon système de covoiturage est la couverture des zones blanches dans lesquelles les transports en commun sont inexistants (c’est à ce titre que le covoiturage est plus complémentaire que concurrent des transports en commun, d’ailleurs)

D’autres études, elles, regardent vers l’avant et nous laissent rêver à une mobilité qui en 2020 serait à la fois « intelligente » (les réseaux informatiques nous aideront à synchroniser nos besoins et nos offres, un peu à l’instar du covoiturage dynamique actuel), « sociale » (fini, les voyages en solo le casque sur les oreilles !) et « lente » (pour privilégier des modes de transports doux pour les trajets de moins de 30km).

Dynamicsauto


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • voxagora voxagora 23 juin 2010 09:33

    Une idée comme ça (mais peut-être cela existe-t-il déjà) ,
    Ce sont les femmes, majoritairement, qui font les courses.
    Posons que : 3 femmes, salariées ou non, font une fois/semaine
    20 km aller/retour pour approvisionner la famille
    + 1 femme sans voiture et à mobilité réduite
    qui se fait livrer les courses une fois/semaine.
    Les 4 femmes pourrait se grouper et partager les frais
    d’un covoiturage : 1 voiture au lieu de 4 !


    • kitamissa kitamissa 23 juin 2010 10:04

      faut une grosse bagnole alors ....quatre bonnes femmes plus les courses ....plus le temps perdu aux caisses,plus les surgelés qui commencent à fondre en allant chez telle ou telle bonne femme qui offrira le café ....

      il suffi qu’une d’entre elles achète un matelas et l’autre une armoire en kit ,l’autre le pinard ,le lait et la flottte plus les couches pour un mois,et là c’est une camionnette qu’il faudra louer !


    • kitamissa kitamissa 23 juin 2010 09:58

      si les gens prennent la voiture pour se rendre au travail quotidiennement,c’est tout simplement pour la bonne raison que les transports en commun n’existent pas dans leur région,où desservent mal un secteur ( les habitants des zones rurales travaillant en agglomération par exemple )

      en ce qui concerne les citadins utilisant la voiture pour allez au boulot,c’est soit que leur lieu de travail est mal desservi par les transports en commun,soit qu’ils impliquent de trops nombreux changements ....

      il y a ceux qui ont besoin de leur voiture pour un usage professionnel ...

      il y a ceux qui ont besoin de leur voiture pour récupérer les enfants à la crêche ou à l’école,ou aux écoles si les enfants ne sont pas dans le même établissement scolaire...
      il y a ceux qui non content d’aller chercher les gosses doivent également faire les courses le soir venu à la sortie du travail .....

      toute les voitures qui circulent ne sont pas là par plaisir ou par égoisme ,mais bien par necessité ....

      le co- voiturage implique donc que l’automobiliste soit au service de personnes inconnues,et doive se plier à leurs exigeances en ce qui concerne les horaires,le trajet,l’humeur et le caractère de la personne transportée ?

      on ne sait pas qui est la personne qui monte dans la voiture .....et en cas d’accident,ou même de panne ou d’un bête crevaison qui fera arriver tout le monde en retard ?

      c’est l’automobiliste complaisant qui se fera engueuler en plus !

      autre chose,la voiture est un espace privé,et un moyen de liberté ....

      par exemple,si au sortir de mon travail,j’ai envie d’aller dans tel ou tel magasin,ou n’importe quel autre endroit ,si même j’ai une vie privée ou même une liaison extra-conjugale...ça peut arriver à tout le monde...ou n’importe quelle autre raison qui fait que ma voiture me permet de vivre libre de toute contrainte,de ne pas vivre le cauchemard des transports publics ( grêves,retards,promiscuité,contraintes etc...),c’est mon choix !

      alors le bouquet,c’est le pretexte du CO2 !!! pffffffffff ,est ce que vous croyez que celui qui doit prendre sa bagnole le matin pense au CO2 ? ...

      non mais là faut arrêter de prendre les gens pour des billes .....

      allez donc dire ça au Chinois qui construisent des centrales au charbon,qui se motorisent de plus en plus et qui n’en n’ont strictement rien à cirer de votre CO 2 ....comme la plupart d’entre nous d’ailleurs !

      je prends qui je veux dans ma bagnole,plus spécialement les jolies filles ayant loupé leur bus.....c’est quand même plus agréable que des boudins ou des manches à balais écolos ou des barbichus reniflant le bouc ! smiley


      • titouanlille 23 juin 2010 12:02

        le covoiturage est une des nombreuses solutions non seulement pour faire un peu respirer nos villes qui étouffent (comme aujourd’hui, 25°C, pas un pet de vent, ça pue le vieux gasoil, tout simplement) mais également pour réaliser de réelles économies financières ! 
        ce sujet me tient particulièrement à coeur et je suis juste complètement médusé quand je vois que 50% des trajets en ville font moins de 3 km, il y a encore des gens qui font 450m en bagnole pour aller chercher leurs clopes ou leur baguette...
        quand aux transports en commun, pour ceux qui les boudent, il s’agit à la base de pure mauvaise volonté voilà tout, combien de fois j’ai pu entendre que « je prends Ma voiture pour écouter Ma musique (avec mon petit confort de merde, ça c’est de moi) » et « j’ai trop galéré à trouver une place ce matin, je suis (encore) à la bourre »...non, sérieusement, côté transports en commun, ok les campagnes, surtout dans le sud (qui commence tout juste à se réveiller), sont globalement à la ramasse, mais les grandes villes sont en général bien desservies et, oui, on peut se passer de la sacro-sainte bagnole.
        pour ma part, je n’ai plus de voiture depuis 10 ans, métro, tram, bus, train, vélo, et de temps à autres location d’une voiture pour partir le week-end.
        économies réalisées ? environ 300€* par mois sur 10x12 - abonnement transport 42€ -50% sur 10x12 mois (50% de prise en charge employeur (ce qui est le cas dans la plupart des boites)) .
        je vous laisse faire le calcul.
        je vous laisse voir le gain en pouvoir d’achat « utile ».
        ça fait quelques pleins de courses, quelques cinés, quelques restos, quelques théâtres, quelques fringues, quelques.............
        à bon entendeur !

        *achat, décôte argus, entretien, combustibles divers, révisions.......................

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès