Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Technologies > Le raid cyber d’Israël en Syrie

Le raid cyber d’Israël en Syrie

Un cyberpiratage particulièrement ingénieux aurait permis à l’aviation israélienne d’aveugler toute la défense anti-aérienne syrienne cet automne.

C’est ce qu’affirme Aviation Week & Space Technology au sujet d’un raid israélien mené le 6 septembre 2007 contre « une cible stratégique syrienne ». Les informations et les assertions entourant ce genre d’opérations, y compris les miennes fortement sujettes à erreur voire à hérésie, doivent toujours être prises avec des pincettes, l’univers de la guerre en général et celui de la cyberguerre en particulier étant par définition très mystérieux.

En outre, je signale au lecteur qu’il s’agit d’un article purement technologique : je ne prend parti pour aucun des protagonistes et ne m’intérèsse guère - dans ces lignes du moins, le reste ne concernant que moi - aux fondements politiques et à la teneur intrinsèque des tensions et conflits en cours au Moyen-Orient. Si cette neutralité ou cette froideur vous rebute, je ne saurais que trop vous recommander la lecture des multiples sujets abordés par les 20 000 rédacteurs que compte actuellement Agoravox.

Mésopotamair

Depuis la guerre de Six Jours, la Syrie investit massivement dans des systèmes radars et anti-aériens de fabrication russe couvrant tout son territoire. Certes, une bonne partie de ce matériel n’est plus de la dernière mode, mais aucun pilote ne se risquerait contre probablement la plus grosse défense anti-aérienne de toute la zone Moyen-Orient et Asie centrale.

La première phase de l’opération israélienne consista en une attaque contre un radar syrien situé à Tall al-Abuad près de la frontière turque, d’abord brouillé électroniquement puis détruit par des bombes à guidage laser ou par des missiles anti-radar Harm. Une étape indispensable pour l’escadre israélienne de F-15 d’escorte et de F-16 d’attaque au sol, appareils aux cellules conventionnelles non-furtives tenus de rester indétectables durant leur trajet aller-retour. Immédiatemment après cette attaque introductive, tous les systèmes radars de la défense anti-aérienne syrienne cessèrent de fonctionner, et ce, pendant plusieurs minutes. Cette interruption a semble-t-il été détectée par les avions RC-135 (des Boeing 707 spécialement dérivés pour la surveillance électronique) patrouillant constamment au-dessus de la péninsule arabe et du golfe Persique.

Les F-15Is ou F-16Is de l’Israeli Air Force (appareils de brouillage électronique participant au raid) ne peuvent à eux seuls brouiller autant de signaux sur d’aussi longues portées. Rien ne suggère que ces sites radars aient été physiquement détruits, une telle entreprise aurait nécessité une véritable campagne aérienne sur toute la Syrie, pour peu que les bombardiers tactiques de l’IAF y parviennent sans alerter quiconque et sans la moindre perte. Les éventuels accrochages avec l’aviation/la DCA syrienne et les multiples explosions et dégâts conséquents auraient fait le tour des médias.

Quelques jours après le raid, plusieurs réservoirs larguables de fuel (montés sous les ailes des chasseurs-bombardiers) non-immatriculés ont été retrouvés près de la frontière turco-syrienne, confirmant l’opération et indiquant un possible couloir de sortie pour l’escadre israélienne.

Des cyber-commandos auraient-ils préalablement infiltré le territoire syrien afin de paralyser électriquement et/ou de pirater filairement quelques sites radars-clés ? Cette méthode fut utilisée par les forces spéciales américaines et britanniques aux premières heures de la première guerre du Golfe. Mais, plusieurs interventions en profondeur aussi téméraires - même pour des commandos israéliens expérimentés - auraient longtemps mobilisé beaucoup trop d’unités. Ici, il s’agit de passer totalement inaperçu en pays syrien, pas d’aller sauver des otages dans un aéroport ougandais désaffecté...

Cyberdrone

Toutefois, la surveillance anti-aérienne syrienne demeurant très centralisée - une configuration technique et hiérarchique typiquement russe, de surcroît très appréciée par de nombreux appareils politico-militaires du « sud » - et utilisant les bandes HF et UHF, elle est donc très vulnérable au brouillage électronique et au cyberpiratage. C’est donc en combinant ces deux techniques que l’aviation israélienne a traversé incognito l’espace aérien syrien.

Toujours selon Aviation Week, l’IAF a eu recours à la technologie Suter développée par BAE Systems et intégré dans un drone aérien (conçu par la société américaine L-Communications) orbitant à quelques kilomètres du ciel syrien. Dans un article récent, j’avais longuement abordé le thème de l’implication croissante de robots radiocommandés ou autonomes dans une diversité d’opérations militaires...

Au lieu d’un brouillage électromagnétique classique, Suter localise ultra-précisément les émetteurs radars de l’ennemi, intercepte les signaux inhérents, puis injecte des flux intoxicateurs d’algorithmes et de données dans la boucle interne de surveillance anti-aérienne. Via Suter, des cyberguerriers hébreux au sol observent puis modifient à loisir les données aperçues par les opérateurs syriens au point de falsifier, de déplacer ou d’effacer virtuellement la signature de l’escadre israélienne des écrans radars. Un cyberpiratage certainement facilité par la centralisation du système anti-aérien syrien.

Cette percutante description laisse un peu sur sa faim, car elle n’explique pas l’interruption des signaux radars syriens - pour peu qu’elle ait réellement eu lieu ! - évoquée plus haut et détectée par l’aéro-surveillance électronique américaine dans la région.

Il est normal que l’armée israélienne ne soit pas très disserte sur ses capacités de hacking. Du fait de la numérisation rapide des armées et des champs de bataille, la cyberguerre revêt désormais un caractère hautement stratégique, bien plus qu’il y a seulement cinq ans. Par ailleurs, les cyber-attaques tous azimuts (contre des administrations, des entreprises publiques ou des systèmes bancaires) ont le vent en poupe, la Russie et la Chine - pour ne mentionner qu’elles - ayant récemment fait montre de leurs muscles. Au Moyen-Orient, cet enjeu prend d’autant plus d’importance que le Hezbollah, la Syrie et l’Iran ont démontré quelques solides compétences durant le conflit libanais de l’été 2006.

Au fait, que visait l’IAF pour justifier une telle ruse ?

Syrianium  ?

« On » parla d’abord d’un important stock d’armes approvisionnant le Hezbollah libanais, mais l’hypothèse retenue aujourd’hui est celle d’une petite centrale nucléaire en construction à Dayr as-Zawr avec le concours de la Corée du nord... qui a ouvertement condamné le raid israélien alors que la Syrie restait bouche cousue jusque-là.

Des photographies de satellittes commerciaux du lieu visé (situé près de l’Euphrate à 145 km de la frontière irakienne) prises avant et après le raid démontrent qu’un bâtiment a disparu et que le terrain afférent a ensuite été damé au bulldozer. Les officiels israéliens affirment que l’installation syrienne était entourée d’un tel secret qu’aucune DCA n’avait été assignée à sa protection, ils doutent d’une quelconque implication de l’Iran dans sa construction.

Israël est un habitué de ces tests grandeur nature des nouveaux armements et des défenses anti-aériennes syriennes qui, corollairement, envoient un signal fort à Damas et à Téhéran. En 1981, l’escadre de l’IAF en route pour Osirak autrefois composée de F-15 et de F-16 survola la Jordanie, les avions se serrèrent suffisamment près pour imiter la signature radar d’un jet commercial. Passablement découvert par la surveillance radar syrienne lors de leurs contournements des DCA, l’un des pilotes israéliens parlant parfaitement arabe affirma aux opérateurs qu’il ne s’agissait que d’un vol d’entraînement jordanien. A l’époque, l’aviation israélienne fit usage des toutes premières bombes à guidage laser contre le site nucléaire d’Osirak puis rentra en Israël par une route directe.

Lancé le 11 juillet 2007, le satellitte israélien Ofeq-7 est doté de technologies avancées d’imagerie optico-électronique et d’une résolution multi-spectrale inférieure à 50 cm. Il permet aux bombardiers IAF d’intégrer recoupements cartographiques à haute définition et guidages combinés laser et GPS pour la planification et la visée lors d’attaques au sol de précision. On peut donc supposer qu’Israël ait également usé des premières munitions dites « intelligentes ».

Ce déploiement de technologies et méthodes très high-tech de brouillage, de cyberpiratage et d’attaque au sol a dû avoir un impact psychologique sur l’Iran, gros acheteur de systèmes anti-aériens de manufacture russe comme les redoutables Tor-M1, Pachora-2A, SA-6, SA-10 et S-300 à longue portée. Des experts russes planchent activement sur ce raid cyber du 6 septembre afin de comprendre et d’analyser ce qui s’est passé.

Pour ceux adorant les détails techniques, voici les trois sources de Aviation Week & Space Technology à la base de cet article :

  1. David Fulghum, Aviation Week & Space Technology : « Why Syria’s Air Defenses Failed to Detect Israelis »

  2. David Fulghum, Aviation Week & Space Technology : « How Israel Whacked Syria : Part Two »

  3. David Fulghum, Aviation Week & Space Technology : « U.S. Watches Israeli Raid, Provides Advice  »


Moyenne des avis sur cet article :  4.58/5   (48 votes)




Réagissez à l'article

36 réactions à cet article    


  • Charles Bwele Charles Bwele 21 décembre 2007 11:29

    @ Forest, Halman et Ripouette

    J’ai pensé à vous, y a plein de détails techniques juteux, surtout dans les références de l’article qui vous éviteront de m’enquiquiner smiley

    Forest Ent, Halman, Ripouette, Tall, Adeline, Vilain Canard et Demian West, je souhaite un très Joyeux Noël ! smiley smiley

    Amicalement


    • Charles Bwele Charles Bwele 21 décembre 2007 11:34

      @ tous les Agoravoxiens @ l’Equipe Agoravox @ Morice

      Un très Joyeux Noël ! smiley smiley Amicalement


    • TALL 21 décembre 2007 11:54

      Zoulou-Tall à Cyber-Charlie

      Bonnes fêtes et joyeux sex-bombing

      Over


    • ripouette ripouette 21 décembre 2007 14:26

      Joyeux Noel à toi aussi !!!!

      Hein ?

      On me dit que ce n’est pas aujourd’hui Noël ??!!

      C’est ça le truc, tu as quatre jours d’avance, temps universel. Ca explique beaucoup de chose.

      Et je ne sais pas pourquoi tu as mis mon nom dans cette (trop) courte liste.... Je t’ai fais du mal ? J’ai déshonoré ta grand-mère ou pisser sur ton paillasson ? C’est un honneur de voir mon nom accoler à celui de Forest dont les interventions sont toujours pertinentes et intelligentes et puis Demian est en vacances...

      Salut à toi l’ami et bonnes fêtes !


    • adeline 21 décembre 2007 18:16

      Charles , je suis touchée par votre voeux et je vous remercie, je vous souhaite également tous mes voeux pour cette nouvelle année et de superbes fétes avec votre famille une grande réussite personnelle , et surtout ce que je souhaite à nous , agoravoxiens , c’est une moultitude d’articles et de fictions comme vous savez si bien les écrire smiley


    • Forest Ent Forest Ent 21 décembre 2007 20:08

      Très bonnes fêtes à tous. smiley


    • Adama Adama 21 décembre 2007 11:29

      Charles,

      Très intéressant article et très bien informé...

      Attention, ici à agoravox, on va vite vous dire que vous un agent du mossad smiley

      Shalom

      שלום מארץ יהודה


      • Halman Halman 21 décembre 2007 11:45

        « Quelques jours après le raid, plusieurs réservoirs larguables de fuel (montés sous les ailes des chasseurs-bombardiers) non-immatriculés ont été retrouvés près de la frontière turco-syrienne, confirmant l’opération et indiquant un possible couloir de sortie pour l’escadre israélienne. »

        Ca sent le coup de bluf.

        Les réservoirs externes ne sont largués qu’en cas d’urgence, de crash ou pour se délester d’une masse et d’une trainée aérodynamique importante en cas d’attaque d’intercepteurs supérieurs en nombre et performances.

        Ils sont toujours conservés au retour. La preuve, largés en territoire ennemi ils peuvent servir de « preuve » dans les médias. Seulement, pour la plupart des gens, allez faire la différence entre un réservoir de F16 ou de Mig29.

        Hors les F16 et F15 sont d’excellent avions de chasse qui peuvent effectuer du combat tournoyant avec des réservoirs externes, surtout s’ils sont vides.


        • Alpo47 Alpo47 21 décembre 2007 13:25

          Halman, n’est ce pas vous qui confondiez, il y a quelques jours, un missile antichar Milan et un anti aérien Roland ? Expert de salon ?


        • Charles Bwele Charles Bwele 21 décembre 2007 11:55

          @ Halman

          Justement, Halman, rien ne confirme (ou n’infirme) que l’escadre de l’IAF ait été confrontée à « quelque urgence ou néncéssité » l’obligeant à larguer ces réservoirs. Ni toi ni moi ne le savons aujourd’hui...

          Amicalement.


          • Charles Bwele Charles Bwele 21 décembre 2007 12:00

            @ Halman et consorts

            Toujours relire le premier paragraphe (juste après l’intro). Very important ! smiley


          • Jean-Louis Lascoux Prosope 23 décembre 2007 12:59

            Bon, je ballade mes yeux liseurs sur cet article, un peu dubitatif. Je lis ce commentaire donneur de leçon et je pose ici mon agacement. Ca sert à quoi de véhiculer des ragots ? Ca vous fais plaisir de vous présenter comme informé d’une ’’possibilité de vraisemblance éventuelle’’ ? Bref, j’ai lu jusqu’ici, mais c’est le bouchon qui saute. ’’Ouais, bon, il nous la fait à la fiction, d’accord, mais il prend l’air du mépris quand quelqu’un lui dit que ça paraît pas plausible (et je suis de cet avis aussi), ça non. Merci donc pour la non-info.


          • Charles Bwele Charles Bwele 23 décembre 2007 16:33

            @ Prosope

            Désolé si tu as interprété mon humilité narrative et mes précautions comme de l’info/intox, d’autant plus que j’ai fourni mes principales sources à la fin de l’article... smiley

            Mais, j’agirais toujours ainsi lorsque j’aborderais des faits de guerre et à fortiori relatifs au Moyen-Orient, car comme disait Churchill, « à la guerre, la vérité est toujours escortée par des nuages ».

            Tu diras une fois de plus que c’est méprisant voire prétentieux, n’est ce pas ? smiley smiley

            Amicalement et Joyeuses Fêtes à toi !


          • morice morice 21 décembre 2007 12:19

            Ça n’a rien de « cyber », c’est dû à un satellite lancé judicieusement deux mois avant. Halman « Les réservoirs externes ne sont largués qu’en cas d’urgence, de crash ou pour se délester d’une masse » vous ignorez que les F15 ont tous été interdits de vol récemment aux USA en raison de criques sur les ailes... afffectant les points d’attache !!


            • TALL 21 décembre 2007 13:35

              Anecdote authentique : le problème de bris des ailes de F15 a été résolu grâce à Mme Harper-Wilson qui est madame-pipi à la cafét’ de la base aérienne d’essais. C’est en effet elle qui a suggéré aux ingénieurs de forer un petit trou tous les 5 cm sur les lignes de fissure habituelles. Ce qui s’est avéré payant. Quand on lui a demandé d’où lui est venu cette idée, elle a expliqué qu’elle avait observé que le papier-cul ne se déchirait jamais là où il y a les petits trous. smiley


            • Alpo47 Alpo47 21 décembre 2007 15:41

              Ah, oui, ça c’est cooooollll... Les humains font toujours preuve de beaucoup d’imagination pour « zigouiller » leurs semblables ... Coooolllll ... Super... Extra... Planant ...


            • tal 21 décembre 2007 17:31

              "ISRAEL doit toujours avoir plusieurs coups d’avances...pour la stabilité de la région et du monde. "

               smiley smiley smiley smiley


              • ZeusIrae 21 décembre 2007 18:09

                Un grand merci pour cette article qui attire l’attention sur une evolution fascinante.J’avais lu l’article d’aviation week et comme vous je ne l’ai vraiment pas trouver très eclairant.

                Si on doit comprendre literalement l’article d’aviation week, cela ouvre des perspectives très interessantes.

                Reste que sur le plan des principes techniques(sujet auquel je ne connait rien), je ne vois absolument pas comment ça marche.


                • Renaud Delaporte Renaud Delaporte 21 décembre 2007 19:13

                  @ l’auteur. Excellent article qui apporte des précisions intéressantes sur l’aspect technique de ce raid et soulève bien des interrogations sur la suite de la crise iranienne.

                  Une remarque. Vous dites : Cette percutante description laisse un peu sur sa faim, car elle n’explique pas l’interruption des signaux radars syriens - pour peu qu’elle ait réellement eu lieu ! - évoquée plus haut et détectée par l’aéro-surveillance électronique américaine dans la région.

                  Un signal radar sert de guide aux missiles chargés de les détruire. Si un premier radar syrien a bien été détruit, il est vraisemblable que l’ensemble du système a été arrêté par précaution afin d’éviter que d’autres installations subissent le même sort... en attendant d’y voir plus clair.

                  Cordialement, et joyeux Noël !

                  Renaud Delaporte


                  • Forest Ent Forest Ent 21 décembre 2007 20:18

                    Article très intéressant.

                    A propos de système télécommandés, il me semble me souvenir qu’il y a assez longtemps, Israel a lancé une attaque aérienne sur la Syrie en saturant sa défense AA à coups de drones. Une première vague de drones s’est pris tous les sam dans la figure, et l’aviation est passée juste derrière.

                    Autre hypothèse possible pour les faits relatés. Israel, comme la France, est équipé de missiles anti-radars. Ces missiles se lockent sur une source radar et vont ensuite la frapper même si elle est éteinte. En cas d’attaque aérienne, l’armée syrienne a peut-être consigne d’éteindre après détection et laisser la place aux radars actifs des sam eux-mêmes. Sinon, Israel a peut-être pu « l’aider » en simulant des lock sur toutes ses stations.

                    Cette histoire laisse de la place à l’imagination. smiley


                    • ZeusIrae 21 décembre 2007 20:34

                      « Israel a lancé une attaque aérienne sur la Syrie en saturant sa défense AA à coups de drones »

                      Vous faites sans doute allusion à la guerre du Liban de 1982.L’IAF a neutralisé la defense aerienne syrienne en utilisant notament des drones.


                      • Charles Bwele Charles Bwele 21 décembre 2007 20:39

                        @ Forest

                        Comment va ?

                        Que Damas éteigne toutes ses stations radars afin de leur éviter des missiles anti-radar me turlupine un peu.Pourquoi ?

                        Si les syriens procèdent ainsi après chaque attaque de pénétration, alors l’IAF peut d’emblée se réjouir : l’espace aérien syrien deviendra sa cour de recréation voire son centre d’entraînement en caricaturant...

                        Ensuite, les F-16Is/F-15Is n’auront jamais assez de munitions pour détruire autant de radars syriens sur leur trajet (aller + retour !), d’autant plus que ces armes doivent être utilisés avec parcimonie, pour raisons d’économie et de discrétion.

                        Comme tu dis, cette histoire laisse la place à de l’imagination. En tout cas, le raid israélien du 6 sept 2007 est un bond spectaculaire tant dans conduite de la guerre électronique que de l’attaque au sol.

                        Amicalement, Forest.


                        • Charles Bwele Charles Bwele 21 décembre 2007 20:42

                          Pour raisons d’économie, j’entend économie tactique au sens où les chasseurs doivent en disposer autant que possible pour s’en servir contre des radars le cas échéant


                        • Forest Ent Forest Ent 21 décembre 2007 22:00

                          Toujours selon mes souvenirs, pendant la gulf1, les US ont détruit tous les radars irakiens en une seule passe d’air-sol-anti-radar. Du coup, pendant gulf2, les irakiens « n’allumaient » que soixante secondes max.

                          De toutes façons, à quoi ça sert d’allumer longtemps et de te faire allumer si tu n’as pas d’arme adéquate et si tu n’es pas en guerre ? La Syrie a pu préférer garder ses installs pour une autre fois... Ne pas céder à la provoc, quoi ...


                        • Chichile Chichile 22 décembre 2007 10:59

                          Sauf erreur, l’auteur indique que les missiles utilisés par les israéliens seraient des Harm, qui signifie Homing Anti Radiation Missiles. De ce fait, le « Homing missile » mémorise le site du radar et est capable de le traiter même s’il n’émet plus. Ce qui me laisse dubitatif quant à la pertinence de ne pas émettre plus de 60 secondes (cela a autant de sens que de raccrocher son téléphone au bout de X secondes pour éviter de se faire tracer).

                          Je ne me souviens plus de l’année, mais c’était dans la Bekaa. Les Israéliens utilisaient des appareils pour activer les radars syriens, qui étaient ensuite traités par d’autres appareils (Wild Weasels). Le principe reste le même, finalement ^^

                          Dans le cas présent, il est certain qu’il sera de plus en plus difficile de faire face aux intrusions, et je reste convaincu que seuls les fabricants/vendeurs de systèmes d’armement seront réellement protégés contre de telles attaques. En tout cas, MIEUX protégés que les simples acheteurs de versions bridées avec backdoors


                        • Forest Ent Forest Ent 22 décembre 2007 19:29

                          Je ne saurais jurer des 60 secondes, c’est juste un vague souvenir d’infos lues dans la presse. Il me semble que l’idée était que ça laissait le temps de se barrer avant que le HARM arrive, en déplaçant la station, ou en courant très vite.


                        • fouadraiden fouadraiden 21 décembre 2007 21:35

                          imbéciles d’arabes qui se laissent dominer par des illuminés venus d’Occident remplis de mythes orientaux sous le masque de la modernité technologico-démocratique.

                          comment un si petit Etat déposé là par l’Occident arrive til à imposer sa loi au profit des seuls juifs du monde entier ?

                          attendons ,pour y voir plus clair ,la fin de l’hégémonie américaine ensuite seulment les choses sérieuses commenceront enfin.

                          pour l’instant chacun s’agite en impressionant son autre...


                          • frédéric lyon 22 décembre 2007 09:08

                            « attendons ,pour y voir plus clair ,la fin de l’hégémonie américaine ensuite seulment les choses sérieuses commenceront enfin »

                            Donnez à Fouad son verre de sang juif, il a soif.

                            Mon petit Fouad, qu’est-ce que tu attends pour aller faire la guerre en Irak, au côté de tes coréligionnaires sunnites, qui sont en train de se faire plier par tous ces salauds de kurdes et de chiites ?

                            Tu t’occuperas des juifs après.


                            • fouadraiden fouadraiden 22 décembre 2007 18:07

                              mon cher compatriote Fréd,

                              l’identité juive importe peu ,enfin pour les Arabes , c’eut été des indiens ou des aborigenes venus d’Occident, parachuté en plein coeur du monde arabe ,que le propos serait exactement le même.

                              les palestiniens n’ont pas choisi l’identité de leur ennemi.


                            • perplex 23 décembre 2007 21:56

                              Peut-être que si les Syrien bénéficiaient de la même enveloppe que les USA octroie à Israël, la Syrie pourrait répliquer ?

                              et puis moi, je connais deux Pays qui vivent 50 ans en arrière, il y a 50 ans on construisait un mur à Berlin, mais quels sont ces deux Pays ?

                              le plus marrant dans tout ça, c’est que cet article n’est que pur fantasme. Encore un article écrit avec des sources inconnues dans un journal obscur, reprit par les mêmes personnes dans le monde entier. dans 6 mois on aura un démenti qui lui ne sera reprit par personne, que de hasards.


                            • Charles Bwele Charles Bwele 23 décembre 2007 22:13

                              @ Perplex

                              Revue inconnue Aviation Week & Space Technology ? smiley Euh, non pas vraiment, c’est plutôt LE journal de l’aérospatiale. Signalons que le Jane’s Defence Weekly (qui a plus de 120 correspondants dans le monde), grande revue de défense et de stratégie a relaté la même info...

                              Cordialement


                            • Yannick Harrel Yannick Harrel 22 décembre 2007 22:18

                              Bonsoir Charles,

                              Joli cadeau de Noël que tu nous fais là smiley

                              Joyeuses cyberfêtes à toi aussi ! smiley

                              Cordialement


                              • wesson wesson 24 décembre 2007 01:25

                                eheheh, la technologie comme solution à tous les problèmes, la voilà bien la religion de fanatiques du 21ème siècle.

                                mais la réalité est tétue. toute cette technologie ne vaut rien sur la durée.

                                Le 11 Septembre : quelques illuminés armés de cutters.

                                Le Hezbollah : Une des meilleure armée du monde épaulée par l’empire Américain n’arrive même pas à réduire quelques miliciens en guenille.

                                L’afghanistan : Les rafales, les blackhawkes, et toute la techno de la guerre tenue en échec par des combattants qui sont encore au moyen age.

                                Et les missiles que l’on vends d’un coté, et dont on vends les codes de désactivation à l’autre belligérant...

                                Toute cette techno ne serts à rien du tout, sinon à claquer des sommes colossales avec des effets quasi-nuls.

                                Alors que les Israéliens ai pu faire croire aux radars Syriens, Grec ou mongols que les baleines volaient, c’est peut-être le cas mais ça ne changera rien à la réalité de la guerre. C’est les plus nombreux qui sont chez eux qui finissent toujours par gagner !


                                • Llana 24 décembre 2007 07:56

                                  Excellent article, bien documenté. Merci Charles ! Joyeux Noël à tous


                                  • R-sistons R-sistons 25 décembre 2007 00:20

                                    passionnant

                                    et inattaquable, sauf mauvaise foi

                                    Eva


                                    • nanojv 21 septembre 2009 00:36

                                      La réalité se confond parfois avec la fiction. Surtout en Orient. Bien vu en tout cas.
                                      Amicalement.
                                      DB.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès