Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Technologies > Le schmilblick, les nuls et la TNT ....

Le schmilblick, les nuls et la TNT ....

Comme tous les nuls victimes de professionnels autant incompétents qu'indélicats voici , pour faire avancer le schmilblick, un memorendum proposé à la correction des spécialistes en matière de technologie de l'image. J'espère que le fil de cet article sera plus éclairant que ceux que j'ai pu lire sur les forum triés par les moteurs de recherche. 

Dites moi si je me trompe mais j'ai compris que la réception et la qualité de l'image dépendent essentiellement de 3 facteurs : 

1) Le premier facteur est la qualité de l'image originale et de la façon dont elle a été filmée, enregistrée et conservée. Les standards ont évolué dans le temps. Le point de comparaison actuel c'est les films en HD enregistrés sur disques Blue ray. 

2) Le second facteur c'est la qualité de l'écran multimédia ( on ne peut plus à proprement parler de téléviseur car il est capable de lire de multiples sources et de multiples formats , non seulement la TV mais aussi les dvd , les photos , les films ou les enregistrement vidéo sur disque dur ou remplacer l'écran de l'ordinateur... ). 

Cet écran est un pavé numérique qui affiche le signal qu'il reçoit en pixels et selon un certain "format". La qualité de l'image dépend de sa définition qui s'exprime en pixels au cm2 à éclairer sur l'écran. Plus la définition et le format augmentent plus le poids du signal est lourd et plus le débit nécessaire pour afficher l'image devra être important. 

3) Le 3° facteur c'est la façon dont sont transmises ces images. 

Auparavant, en France le signal était hertzien. Il n'y avait pas besoin de décodeur numérique seulement un décodeur de décryptage pour la chaîne Canal + qui était payante donc codée. 

 La transmission et le signal hertziens viennent d'être abandonnés au profit d'un signal numérique (TNT = télévision numérique terrestre) qui est de meilleure qualité parce que plus fidèle à l'image originale et les gens qui recevaient l'hertzien reçoivent maintenant la TNT à condition de s'équiper d'un nouveau râteau à installer à la place de l'ancien et d'un décodeur s'il n'est pas déjà intégré à leur téléviseur. 

Maintenant il n'y a plus qu'un seul type de signal : le signal numérique transite 

- soit par voie aérienne : la TNT ou les satellites. 

-soit par voie filaire : le cable (ou fibre optique) ou l'ADSL. 

 Les usagers doivent faire un choix en cascade et par défaut. Le choix porte sur 4 possibilités d'acheminer et de capter les signaux. 

La transmission aérienne se fait : 

- 3.1.1 Au moyen d'une parabole orientée vers le satellite de son choix. C'est le moyen le moins aléatoire et le moins parasité . Il faut un décodeur numérique spécifique. Soit on en paie la location ( en cas d'abonnement chez les distributeurs de bouquets TV ) Soit on en achète un si on ne prend aucun abonnement. Le choix du décodeur et son prix dépendent de ses capacités techniques. Les décodeurs bon marché (tant à la location qu'à l'achat) brident le signal et ne retransmettent pas le signal en HD au poste TV. 

-3.1.2 Par la TNT la réception se fait avec une antenne râteau  et un décodeur et la qualité du signal dépend de la configuration du lieu ( de l'éloignement de l'émetteur ou des accidents géographiques et météorologiques) . Il peut y avoir des obstacles matériels ou un signal trop faible qui ne permet pas de recevoir la HD (signal haute résolution) . 

Avec l' apparition de la TNT les conditions de réception dans un lieu donné n'ont pas changé.  Pour ceux qui ne pouvaient pas recevoir l'hertzien, la réception par la TNT risque d'être problématique ou faiblarde. 

Il y a des zones entières qui ne peuvent pas recevoir la TV par TNT alors qu'avec la transmission par satellites et parabole on reçoit la TV en HD en plein désert. 

Pour traiter le signal TNT à l'arrivée, il faut un décodeur spécifique. Maintenant, les postes de TV sont obligatoirement équipés de décodeurs TNT intégrés et d'écrans capables d'afficher l'image en 1080 i du 16/9 en HD. 

A noter que la TNT ne permet de recevoir qu'un nombre limité de chaînes. Il n'y a pas de moyen de s'abonner à d'autres chaînes ni d'acheter des films ou des vidéos. 

La transmission filaire se fait : 

-3.2.1 Par le cable (remplacé peu à peu par la fibre optique)

En l'état actuel de la technologie c'est le media le meilleur en qualité et rapidité mais il faut être raccordé et cela concerne les grandes villes . Les matériels de traitement de ce signal sont comparables à ceux de la réception par satellite mais avec l'abonnement on reçoit en plus internet. 

-3.2.2 Par la ligne téléphonique ou ADSL.

C'est comme la fibre optique mais en beaucoup plus aléatoire parce que le débit est moindre et que la qualité du signal dépend de la vitesse de transmission du signal donc du réseau qui le distribue en terme de bande passante disponible à un moment donné. 

Comme pour la TNT il y a des contraintes géographiques car on doit être dans une zone dégroupée qui seule permet de recevoir le haut débit (plus limité cependant que le cable ou la fibre optique). 

La qualité du signal dépend aussi de l'installation elle même. Il y a une déperdition liée à la qualité et à la longueur des cables ainsi qu'à l'installation domestique elle même. Par exemple, se repiquer sur une installation existante n'est pas bon. Il faut aussi penser à mettre des filtres. 

Ce signal est distribué par un fournisseur d'accès Internet appelé FAI . Il faut un décodeur spécifique fournit gratuitement par le FAI avec matériel de réception du signal DSL (box) qui permet de se connecter internet .

Il faut alors relier le décodeur TV à laBox : 

- soit par un cable 

-soit au moyen de prises spéciales ( courant porteur) qui permet au circuit électrique de porter le signal jusqu'au décodeur près de la TV. 

Les réseaux FAI offrent eux mêmes des bouquets gratuits ou payants et sont ouverts à tous les opérateurs publics ou privés. 

-On peut recevoir les mêmes chaînes distribuée que celles distribuées par TNT plus toutes les autres chaînes gratuites. 

-On peut acheter des bouquets TV , des vidéos et des films auprès de tous les opérateurs privés sans avoir à louer ni payer de décodeur. 

Merci a l'avance pour les remarques qui feront avancer le schmilblick. 


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

16 réactions à cet article    


  • Fergus Fergus 17 mars 2011 09:46

    Bonjour, Pif.

    La TNT, c’est très bien... quand on la reçoit correctement.

    Dans la campagne morlaisienne où j’habitais avant, plusieurs chaînes, et notamment les 2, 3, 5 et 14 disparaissaient de l’écran dès qu’il faisait mauvais temps, ce qui était assez rare fort heureusement.

    Depuis 4 ans, j’habite à Rennes, en plein centre-ville, et là, malgré un poste de télévision récent avec réception TNT intégrée, je ne dispose pas des chaînes 6, 9 et 11 (par chance, les pires de l’offre télévisée !) sauf... lorsqu’il fait mauvais temps.

    Comprenne qui pourra !


    • JL JL 17 mars 2011 10:10

      Bonjour Fergus,

      je ne saurais vous dire, j’ai le câblé.


    • foufouille foufouille 17 mars 2011 11:51

      une antenne de caravane avec ampli
      http://www.priceminister.com/offer/buy/103220629/antenne-caravane-satellite-tnt.html

      dans ce genre suffit
      il faut chercher le bon endroit ou la placer
       


    • Fergus Fergus 17 mars 2011 12:51

      @ Perséus.

      Je reçois pourtant l’image par le biais d’une antenne d’immeuble collective, en plein centre-ville, et sans point plus élevé aux alentours immédiats.

      Cela dit, ne pas recevoir les 6, 9 et 11 ne constitue pas réellement un préjudice !

      Bonne journée.


    • Marc Bruxman 17 mars 2011 21:09

      @Fergus,
      Vérifiez également le cable entre votre antenne rateau et votre télé. En habitat collectif, il y a parfois des cablages dégeulasses ou qui passent à coté de sources de perturbations électromagnétiques.

      Un câble coaxial est en théorie étanche aux bruits électromagnétique mais en pratique ne l’est pas vraiment. Un bon blindage peut aider et dans tous les cas la longeure du câble n’aide pas. La différence entre les chaînes vient de leur atténuation et généralement plus leur fréquence est élevée (en Hz) plus le signal reçu est atténué (si cela part du même émétteur).

      Mais le câble restera une grosse source d’enmerdes.

      Quand à l’ampli, il est parfois utile, parfois assez peu car souvent vous amplifiez le bruit en même temps que le signal. Du coup la détection ne peut toujours pas se faire. Avant de penser à ce genre de solution commencez par mettre une bonne antenne, un bon câble, a bien réorienter votre antenne. Et généralement avec tout ca en centre-ville ca passe impeccable. (Mais j’avoue qu’il est de plus en plus dur de trouver un bon antenniste). Si cela ne marche toujours pas essayez de connaître pour chaque chaîne le rapport signal à bruit de la transmission (les équipements de réception pro le donnent pour les équipements grand public je ne sais pas si il y a moyen je ne regarde pas la télé).


    • Fergus Fergus 18 mars 2011 09:35

      Merci pour ces précisions, Marc.

      Bonne journée.


    • JL JL 17 mars 2011 10:08

      Bonjour Pif,

      excellent résumé. Mais vous dites : « La transmission et le signal hertziens viennent d’être abandonnés au profit d’un signal numérique ». 

      Vous opposez à tort hertzien et numérique. L’opposé du numérique c’est l’analogique, et réciproquement ; et l’opposé de hertzien (diffusé) c’est « distribué » (câble ou filaire). Ainsi, la réception satellite est hertzienne mais numérque. On parle de réseaux hertziens : ce sont des émetteurs et des récepteurs très directifs et qui communiquent en point à point, à la différence des émetteurs qui« arrosent ».


      • Triodus Triodus 17 mars 2011 13:14

        Juste, JL.


      • pingveno 17 mars 2011 10:43

         La transmission et le signal hertziens viennent d’être abandonnés au profit d’un signal numérique

        Voir remarque de JL sur ce point.

        qui est de meilleure qualité parce que plus fidèle à l’image originale

        En réalité c’est le contraire : l’image analogique originale est plus fidèle à ce que perçoit l’œil humain. En revanche sa qualité est aussi son défaut : elle se dégrade plus fortement pendant le transport. Voila pourquoi au final une image numérique transmise par les ondes (qu’elles soient hertziennes ou par le satellite) ou même par le fil qui vous relie au magnétoscope, est meilleure que quand on transmet en analogique.

        Avec l’ apparition de la TNT les conditions de réception dans un lieu donné n’ont pas changé. 

        Oui et non. Le gros défaut de la réception numérique, c’est qu’elle a tendance à produire du tout ou rien : avec l’analogique, en cas de diminution du signal l’image est dégradée ; en numérique, dès que le signal faiblit c’est souvent l’écran noir.

        A noter que la TNT ne permet de recevoir qu’un nombre limité de chaînes.

        Le numérique permet de transmettre six fois plus de chaînes que l’analogique (seulement trois si on remplace par des flux en haute définition). Sauf qu’avec l’arrivée de la TNT le gouvernement en a profité pour reprendre un peu mieux la main sur les fréquences (et en particulier sur la possibilité de capter les chaînes du pays voisin pour les frontaliers...)

        En revanche si votre opérateur du câble passe au numérique, il aura lui aussi la possibilité de faire passer six fois plus de chaînes (donc y compris les chaînes payantes). Reste à savoir s’il le fera.

        Par la ligne téléphonique ou ADSL : Comme pour la TNT il y a des contraintes géographiques car on doit être dans une zone dégroupée qui seule permet de recevoir le haut débit (plus limité cependant que le cable ou la fibre optique).

        Par la ligne téléphonique oui, le débit est inversement proportionnel à la distance au serveur central.

        Cette limite disparaîtra avec la fibre optique.


        • JL JL 17 mars 2011 11:05

          pingveno,

          Je crois que vous n’avez pas compris ce que j’ai écrit, et vous me faites dire ce que je n’ai pas dit. C’est regrettable, et cela ne fait pas avancer le schmilblick.

          Si j’avais su que vous interviendriez, je vous ne vous aurais pas brulé la politesse. Désolé !


        • pingveno 17 mars 2011 13:50

          Bonjour JL

          Vous écrivez :
          « Vous opposez à tort hertzien et numérique. L’opposé du numérique c’est l’analogique, et réciproquement ; »

          C’est ce point-là que j’approuvais et retenais dans votre intervention, il me paraissait inutile de répéter mot pour mot. Désolé si nous nous sommes mal compris.


        • JL JL 17 mars 2011 15:02

          pingveno,

          malentendu réparé, no pb.  smiley


          Au sujet de l’image numérique, il faut savoir que le terminal image (l’écran) est naturellement « numérique », contrairement au terminal sonore (Haut parleur) : c’est un assemblage de points dont la luminosité de chacun d’entre eux varie de manière non continue (ne parlons pas ici de valeurs « discrètes »). Ce qui fait qu’une image TV analogique proprement dite, ça n’existe pas.

          L’autre chose : ce qui cacractérise un signal numérique, c’est la compression de données. Le canal est conçu pour délivrer un certain débit, et certaines séquences vidéos saturent les possibilités du canal, ce qui explique ce tout ou rien dont vous parlez. On aime ou on aime pas.


        • pingveno 17 mars 2011 15:27

          Au sujet de l’image numérique, il faut savoir que le terminal image (l’écran) est naturellement « numérique », contrairement au terminal sonore (Haut parleur) :

          Si vous parlez des écrans LCD je suis d’accord. Mais pour le canon à électrons, il me semble qu’il suit exactement la courbe (continue) du signal analogique et un balayage continu, il n’y a donc pas de « points » à proprement parler. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle la résolution d’un téléviseur est généralement indiquée en « lignes » (576, 720 ou 1080) et qu’on ne précise pas le nombre de colonnes bien qu’on puisse déduire une valeur entière par calcul.

          L’autre chose : ce qui caractérise un signal numérique, c’est la compression de données. Le canal est conçu pour délivrer un certain débit, et certaines séquences vidéos saturent les possibilités du canal,

          Oui le signal est actuellement compressé, mais on peut tout à fait envisager un signal non compressé (par exemple celui qui sort d’un caméscope DV n’est presque pas compressé)

          ce qui explique ce tout ou rien dont vous parlez. On aime ou on aime pas.

          Non, je pense qu’il y a autre chose.
          Si vous regardez un signal analogique vous voyez une courbe continue qui oscille. Si vous regardez un signal numérique il fait des bonds réguliers entre deux valeurs mais les valeurs intermédiaires ne doivent jamais se produire.
          Quand un signal analogique est dégradé, la courbe est un peu différente de l’original mais le téléviseur l’interprète quand même : il va donc produire une couleur légèrement différente mais quand même proche de l’original, c’est ce qui produit une image correcte mais dégradée.
          Mais quand le décodeur numérique lit un voltage qui n’est ni celui du 0 ni celui du 1, il ne sait à priori pas quoi en faire. Probablement qu’il va l’interpréter comme la valeur la plus proche (un signal « 0.2 » deviendra 0, un signal « 0.8 » deviendra 1) et en cas d’interprétation erronée, comme vous dites il y aura erreur à la décompression. Mais après moult erreurs de décompression il peut aussi décider qu’une valeur ni 0 ni 1 est une absence de signal (après tout en analogique un signal aléatoire donne de la neige) et là il renonce à l’interpréter et c’est l’écran noir.


        • JL JL 17 mars 2011 16:03

          pingveno,

          pingveno,

          Oui, je suis impardonnable : mon téléviseur est un vieux modèle cathodique ! L’image n’est pas faite de points mais de lignes.

          Pour ce qui concerne le signal numérique : il va de soi que ce qui est transmis est toujours un signal analogique qui contient, soit une information numérique, soit une information analogique numérisée ou non.

          Si l’info est un signal analogique numérisé, donc comprimé, des codes de redondance permettent de lever la plupart des doutes et reconstituer un signal non comprimé. Mais s’il y a trop de doutes, alors, il n’y a pas de correction possible et l’info est perdue puisqu’on ne peut pas reconstituer le signal d’origine indispensable pour « fabriquer » l’image.


        • JL JL 17 mars 2011 21:03

          pingveno, 

          vous m’avez fait douter : même les anciens modèles à tube cathodique donnent une image formée de pixels, « picture element », des points donc.


        • Marc Bruxman 17 mars 2011 21:00

          Concernant la différence entre l’analogique et le numérique (valable également pour le son) :

          Dans le cas de l’analogique, vous recevez un signal qui est directement transformé en image par votre téléviseur. Si ce signal est détérioré lors de son transport (et il l’est forcément car d’une part l’atténuation n’est pas linéaire et d’autre part divers parasitages peuvent intervenir), l’image se dégrade d’autant. Simple et efficace.

          En numérique les informations sont traduites sous forme de 0 et de 1 via un processus d’échantillonage. Ce processus n’engendre généralement que peu ou pas de perte d’information. En fait, il suffit d’échantilloner à deux fois la fréquence maximale utile du signal considéré pour que l’on ne perde rien. Le lien suivant vous explique pourquoi si vous êtes intéréssés et évitera des stéréotypes qui ont la vie dure :
          http://fr.wikipedia.org/wiki/Th%C3%A9or%C3%A8me_d%27%C3%A9chantillonnage_de_Nyquist-Shannon

          Une fois les infos traduites sous forme de 0 et de 1, un traitement appelé « compression » leur est appliqué, ce traitement engendre généralement une perte de données. Les normes MPEG2 ou MPEG4 sont généralement employées. Les décrire sortirait du cadre d’un commentaire, mais elles visent via des traitement mathématiques à enlever de l’information « peu visible » pour pouvoir ensuite utiliser avec succés un codage entropique :
          http://fr.wikipedia.org/wiki/Codage_entropique

          Une fois que c’est fait votre liste de 0 et de 1 que l’on appellera train de bits est prêt à être envoyé. Mais comme il faut qu’il se déplace dans les airs sous forme d’ondes électromagnétiques d’une certaines puissance, on va le moduler c’est à dire partir d’une onde porteuse à la fréquence voulue et modifier cette onde porteuse en fonction de ce que l’on veut encoder. Si vous utilisez un satellite, vous utilisez une modulation QPSK :
          http://fr.wikipedia.org/wiki/QPSK

          Si vous utilisez la TNT, c’est du QAM :
          http://fr.wikipedia.org/wiki/QAM

          Une fois modulé, le signal peut alors être émis puis recapté de l’autre coté. Lors de la transmission, il va se détériorer mais ce n’est pas grave.

          Pourquoi ? Parce que votre décodeur va devoir prendre à chaque instant T une décision de décodage. Lors de chaque décision, il va avoir par exemple 16 possibilités. Entre l’élément de signal modulé correspondant à la possibilité 1 et celui correspondant à la possibilité 2, il y a un certain écart. Et donc une perturbation faible sur le signal ne produira aucune dégradation visible. Si vous avez transmis quelque chose correspondant à la possibilité 2, ce n’est certe plus tout à fait un 2 mais le décodeur le reconnaitra comme tel. Si par contre la transmission est trop mauvaise (on parle de rapport signal à bruit trop faible), vous allez comettre une erreur de décodage. A ce niveau vous récupérez votre train de bits.

          Les erreurs de décodages arrivent justement et elles sont trop fréquentes. Pour les corriger, le processus que je viens de décrire est légérement modifé. On va ajouter un peu d’informations redondantes sur le signal et ces informations vont servir à détecter et corriger les erreurs de transmission à l’aide d’un algorithme nommé Viterbi :
          http://fr.wikipedia.org/wiki/Algorithme_de_Viterbi

          Grâce à Viterbi même si vous avez un taux d’erreur de l’ordre de 1*10E-4 (ce qui fait beaucoup d’erreur par secondes sur un débit de 2 Millions de bits par seconde par exemple), vous arriverez à récupérer un signal propre après l’application de l’algorithme (c’est presque magique).

          Une fois tout ce schéma effectué, zou ! Vous avez récupéré un train de bits généralement identique à celui qui a été émis. Et votre décodeur n’a plus qu’à décompresser le signal et à générer une image.

          En clair en numérique :

          • Si le signal reçu est peu perturbé vous aurez une image strictement identique à celle qui a été émise donc une qualité largement supérieure à l’analogique.
          • Si le signal reçu est trop perturbé vous capterez très mal. En fait vous capterez d’autant plus mal que l’algorithme MPEG tend via son mécanisme de compensation de mouvement à propager une erreur de réception d’une image sur les images qui suivent. Si le signal n’était pas compressé il serait beaucoup plus robuste aux erreurs de transmission. Mais la probabilité d’erreur par bit étant constante vous auriez plus de points foireux sur une image donnée.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès