Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Technologies > Le Web 2.0 n’est pas que Facebook et Twitter !

Le Web 2.0 n’est pas que Facebook et Twitter !

Devenus célèbres grâce à leur branding et leur e-positionnement, Facebook et Twitter, sont pour beaucoup d’internautes, notamment marocains, les deux plates-formes de référence du Web 2.0. Autrefois accros au Messenger, ils sont de plus en plus nombreux à découvrir les bienfaits de la socialisation de masse.

Facebook est actuellement le réseau social grand public par excellence. A la différence de réseaux professionnels comme Viadeo, Xing et linkedin ou privatifs tel que Ning, ce mastodonte fort de ses 250 millions de membres permet la mise en réseau d’internautes de tous les horizons. Le e-positionnement généraliste de Facebook lui a permis de devancer rapidement son concurrent Myspace restreint à la socialisation entre artistes de tout genre. Pour devenir le réseau social de référence, Facebook a aussi bénéficié de plusieurs coups de pub et de buzz, souvent gratuits, notamment la campagne électorale de Barak Obama et le phénomène Obamania qui en a émergé sans oublier, pour penser localement, notre ingénieur Fouad Mourtada qui, en usurpant l’identité du Prince My Rachid, a rendu un service inespéré au géant bleu et blanc. Le phénomène Facebook a tout de même ses inconvénients, notamment le manque de distinction entre vie privée et vie professionnelle, son caractère généraliste favorisant les amalgames ainsi que son incitation à une conduite dépendante. 
 
Par ailleurs, on parle beaucoup ces derniers temps de Twitter, site de microblogging (140 caractères maximum) permettant de pousser l’expression instantanée à son acmé. Depuis les dernières présidentielles iraniennes, où il a fait sensation en matière de transmission et de relais de scoops, et puisque le politique rend vraisemblablement un grand service aux réseautage social, Twitter s’est imposé en maître autant chez les internautes que les utilisateurs de téléphonie mobile 3G (et 3G+). Comme pour Facebook, la Twitt attitude gagne doucement mais sûrement l’internaute marocain qui s’y plait au Twitt comme au Retwitt (RT). La réalité augmentée donnera à coup sûr plus de possibilités, voire une seconde vie à ce crieur virtuel grâce à la géolocalisation, à suivre.
 
Mais le Web 2.0 n’est pas que Facebook et Twitter, deux plate-forme orientés « m’as-tu vu » et échange d’information sous toutes ses formes (Texte, hypertexte, photo, video, etc.), d’autres sites et services, à mon sens, plus utiles existent et les marocains ferait mieux de les découvrir et de les utiliser avant qu’il ne soit trop tard. Certes Twitter vient en pole position du Social Bookmarking mais d’autres solutions comme delicious ou digg restent plus intéressante notamment pour étiqueter (mettre des tags), des plates-formes collaboratives professionnelles comme Box.net, les Wikis dont la célébrissime Wikipedia, des Groupes de travail comme Google groups, des agrégateurs comme igoogle ou netvibes, des site ludiques comme Imeem, Second life ou Gaia et j’en passe : tout un arsenal en ligne qui facilite le travail aussi bien individuel que collectif. Dans cette lancée, il n’est tout de même pas interdit de faire des virées par Facebook ou Twitter, mais il serait judicieux de garder présent à l’esprit que dans le monde fabuleux du Web 2.0, à chaque besoin, une solution est déjà pensée, est en train ou… reste à penser.
 
L’arrivée de Google Wave annoncée pour la fin septembre risque probablement de bouleverser la donne. Le géant de la Silicone Valley mijote en effet un projet d’envergure qui permettra une socialisation révolutionnaire. Certains parlent même d’une troisième révolution après celles de 1997 et de 2005. Ceci dit, le Web 2.0 avance à une vitesse vertigineuse et la fracture numérique ne fait qu’augmenter. Nous contenterons-nous, marocains et tiers-mondistes, de nous pavaner sur Facebook et de nous chamailler sur Twitter ou tirerons-nous pleinement profit des immenses possibilités que nous offrira la toile ? Si Le développement durable 2.0, à en croire Gilles Berhault, auteur de l’essai éponyme, est l’espoir de la planète, nous avons tous intérêt et vite, à s’y inscrire, s’y activer et y contribuer.
 
Yasser Monkachi

Moyenne des avis sur cet article :  4.43/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

12 réactions à cet article    


  • wesson wesson 3 août 2009 11:46

    Bonjour l’auteur,

    pour ceux qui auraient manqué un épisode depuis l’arrivée d’internet jusqu’à ce jour, le web 2.0, c’est le minitel 1.0.

    FaceBook, Twitter, youtube n’en sont que les serveurs que l’on voudrait imposer aux internautes comme passage obligé pour publier quoique ce soit, censure en plus ! Le but étant bien entendu de réduire l’internaute en consommateur d’un contenu dont il n’a pas la maitrise. Exactement la définition du minitel quoi, avec les jolis dessins et la sursaturation publicitaire en plus !

    Assurément un extraordinaire bon technologie que ce retour à 15 ans en arrière !


    • wesson wesson 3 août 2009 11:47

      bond technologique ... Il semblerai que mon clavier fatigue un petit peu.


    • Emmanuel Aguéra LeManu 3 août 2009 16:34

      d’accord avec Wesson.

      Je me demande quel serait l’effet d’une panne de la connexion entre « amis » dans ces réseaux dits-sociaux.

      Mais tout le monde devrait être ou sera sous peu capable de proposer son propre serveur/service/cerveau en ligne (le minitel 1.1... ?)

      Il est urgent pour les facebook ou autres de stocker un max pour les autres en se présentant comme des zorro du web2, comme il est urgent d’empêcher toute individualisme sur le net, comme il est urgent de ficher tous les internautes.

      (Nous y somme d’ailleurs, on nous parle partout de "l’avis des internautes", référence inattaquable de la sagesse populaire. Agoravox est la preuve que cet avis n’existe pas).

      Remarquez, comme pour les viols avec les sites porno, plus il y aura de meutre sur 2nd life, moins il risque d’y en avoir dans la rue.
      M’étonnerait qu’ils virent les caméras et désarment la police pour autant.


    • assiya87 3 août 2009 12:06

      hi all,

      bien dit ,le web 2 est bonne technologie !!
      j l’ai testé avec twitter sinn facebook c’est pas mon truc !

      @+


      • tvargentine.com lerma 3 août 2009 12:18

        Oui,que du baratin que l’on cherche à vendre comme « nouvelle technologie »

        Derrière il y a bien souvent des constitutions de bases de données confidentielles prises à l ’insu des personnes naives et qui vont représenter une valeur ajoutée aux « créateurs » de ces « réseaux sociaux » qui les vendront des millions dollars

        Bref,c’est vraiment pas super

        http://www.tvargentine.com


        • saint_sebastien saint_sebastien 3 août 2009 14:08

          c’est clair pour une fois je suis d’accords avec Lerma, le web 2.0 c’est du baratin de vendeur de lessive ...


          mais il faut bien habiller un produit marketing pour le vendre , l’auteur ferait mieux de nous donner un cour de marketing gratuit , cela serait plus utile que ce baratin.

          et souvenez vous , le gratuit n’existe pas.

          • tvargentine.com lerma 3 août 2009 19:00

            IL est vrai que le gratuit n’existe pas mais pourquoi ne pas donner le prix à payer du produit plutôt que d’utiliser tout un discours ???

            C’est plus honnête que de vendre tout un discours pour faire croire à quelques choses
            qui ne sera jamais gratuit

            http://www.tvargentine.com


            • David Fayon David Fayon 3 août 2009 22:10

              Facebook et Twitter sont deux réseaux sociaux parmi beaucoup d’autres. Les réseaux sociaux étant des applications phares du Web 2.0. La notion de Web 2.0 est beaucoup plus large : cf. ma définition donnée en 3 points (technique, sociale, relative aux données) dans mon dernier livre «  Web 2.0 et au-delà » et également le billet « 10 réalités du Web 2.0 » sur AV.

              La grande force des applications comme Facebook et de Twitter est d’avoir su générer une communauté de centaines d’applications autour d’elles que chaque internaute peut installer selon ses besoins de façon à se forger une utilisation de l’outil à la carte. Twitter a une simplicité tant dans l’interface que dans l’utilisation qui n’est pas sans rappeler celle de Google. La nouvelle version de sa page d’acceuil met en exergue la recherche de tweets... Ces applications qui génèrent beaucoup de buzz et connaissent des croissances (en nombre de comptes) très rapides suscitent de nombreuses questions.

              Pour faire simple, les questions de rentabilité économique - contrairement à des réseaux sociaux professionnels comme LinkedIn et Viadeo qui ont su trouver une équation économique gagnante (formule gratuite simplifiée vs formule payante Premium complète à côté d’autres sources de revenus) - et la question d’utilisation des données personnelles pour Facebook : les internautes renseignent scrupuleusement leur compte Facebook et les alimentent régulièrement en contenu de tout genre (contacts et éléments multimédia) mais en même temps sont majoritairement hostiles à l’exploitation de ces données à des fins publicitaires, même dans l’hypothèse où les publicités seraient peu intrusives car ciblées selon leurs centres d’intérêt et les goûts y compris de leurs amis. La vraie interrogation est de savoir comment Facebook trouvera un équilibre économique. Pour Twitter, je suis moins inquiet. Des internautes seraient par exemple prêts à payer modestement des tweets d’enseignes ou de personnalités qu’ils suivent par exemple car des scoops, des informations de veille, des réductions sur des produits peuvent être donnés avec une rentabilisation bonne pour l’internaute.


                • Le Haricot Rouge 22 août 2009 15:01

                  Le métier de FaceBook et de tous les autres services gratuits (MySpace, les Google-trucs, les cartes postales etc.) n’est pas de proposer des services. Ces services sont un moyen pour récolter des données, par exemple l’adresse mél associée au n° de l’ordinateur, ce qui permet des reccoupements entre les divers services appartenant à la même sciété (Google, par exemple). Ensuite soit il s’en servent pour les pubs et autres spams, soit ils vendent les fichiers.

                  Je n’ai pas d’argument pour confirmer ce que je viens de dire, mais je pense qu’il faut utiliser ces choses avec ça dans la tête, ou ne pas les utiliser.

                  Et surtout, si ça vous est égal de donner vos infos personnelles, vos connaissances ne sont peut-être pas d’accord, alors si vous voulez inviter un « ami » à vous rejoindre sur FaceBook : demandez le lui *avant* plutôt que de donner son adresse mél à l’ogre FaceBook ! Et pareil pour tous les autres : ne donnez l’adresse d’une de vos connaissance à *aucun* de ces services (sauf si c’est votre ennemi). Ne les croyez pas quand ils disent que l’adresse est confidentielle etc.


                  • Le Haricot Rouge 22 août 2009 18:10

                    D’ailleurs les liens dans la lettre d’Agoravox commencent par :

                    http://feedproxy.google.com/ r/agoravox/...

                    Je suppose donc que Google est au courant des articles consultés par chaque adresse mél ou n° d’ordinateur (IP)

                     smiley


                    • chbanimohammed chbanimohammed 25 août 2009 03:02

                      bonjour de part mon expérience personnelle, depuis ma découverte des outils du web2.0, toute ma manière d’appréhender l’information a été chamboulée : moins de papier, plus d’organisation, plus de possibilités de faire des contacts intelligents, plus de possibilité d’interactivité...

                      mon seul souci pour les années à venir est de pouvoir profiter du maximum d’appilcations en off-line. sincèrement, aujourd’hui, entre deux scénarios indésirables, je préfère donner mes informations personnelles à google ou à facebook au lieu de me trouver comme spectateur stérile face au médias traditionnels.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès