Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Technologies > Les agences de voyages européennes en dessous des 50 % de ventes en (...)

Les agences de voyages européennes en dessous des 50 % de ventes en 2009

Depuis quelques années, la distribution des produits touristiques est en pleine mutation. La progression des ventes en ligne est fulgurante, de nouveaux acteurs apparaissent chaque jour grignotant ainsi des parts de marché aux agences de voyages. Quels sont les chiffres ? Et à quoi devons-nous nous attendre ?

Une étude récente (début 2007) du Centre de recherche pour le Tourisme au Danemark constate que les ventes en ligne des voyages, en Europe, ont augmenté de 31 % entre 2005 et 2006, cette augmentation à deux chiffres suivant celles de 2004 et 2005 qui étaient respectivement de 48 et 43 %. Les ventes via Internet atteignent maintenant en moyenne 15 % du marché total des voyages soit 38.3 milliards d’euros et ce n’est pas fini ! Les chercheurs danois s’attendent à un ralentissement de cette croissance faramineuse, mais estiment néanmoins que les taux devraient être de 22 % en 2007 et encore 17 % en 2008 pour atteindre un peu plus de 21 % des ventes dans deux ans.
Ces pourcentages masquent des disparités régionales et par type de produits. Si en 2006 la France arrive en 3e position avec 14 % des ventes, l’Angleterre nous devance de loin avec 34 %, suivie de l’Allemagne avec 20 %. L’étude danoise met également en évidence une stagnation des parts de marché des compagnies aériennes estimées à 56 % du volume des ventes en ligne. Sans remettre en cause cette observation qui est sans aucun doute valable en ce qui concerne les ventes de billets d’avion, pour lesquels la commission versée aux agents de voyages à été supprimée, force est de constater que la grande majorité des compagnie low-cost utilisent le Net pour vendre de plus en plus en plus de produits connexes au voyage comme les locations de voiture, assurance et bien entendu les réservations d’hôtels. Il conviendrait donc d’avoir une analyse complémentaire pour définir le nouveau rôle des compagnies aériennes présentes sur le Net pour apprécier leur impact réel sur l’évolution des canaux de distribution. Or, en ce domaine, une autre étude de Phocuswright (Online travel overview 6th edition) prévoit que les compagnies aériennes devraient accroître encore leur présence sur le marché des voyages en augmentant leur part de marché de 17 à 25 % soit un peu plus de 50 % d’augmentation entre 2007 et 2009.
Les agences de voyages en ligne (OTA) telles que Voyages SNCF, Expedia, Lastminute, ou Opodo verraient leurs chiffres d’affaires augmenter dans les mêmes proportions pour atteindre 22 % des parts de marché en 2009. Toutes ces augmentations se faisant au détriment des agences de voyages traditionnelles qui perdraient dans le même temps 11 points de parts de marché, descendant à 42 % du marché des voyages. Il est probable que nous soyons ici en présence d’une estimation optimiste, car d’autres acteurs augmentent également leur présence sur le Net.
En premier lieu, les hébergeurs offrent de plus en plus souvent des possibilités de réservation en ligne, les moteurs de recherche verticaux tel que Kayak, Sidestep, Farecast et les sites d’évaluations collaboratives comme TripAdvisor, Gusto !, Tripconnect, s’attaquent également au marché européen. L’incroyable puissance réseaux sociaux (Viadeo, Linkedin, Facebook ou encore Myspace avec ses 180 millions de membres...) va sans aucun doute être la source de nouveaux services encore plus personnalisés à destination des candidats au voyage
L’étude danoise complète est disponible sur le site du Centre for Regional and Tourism Research, Denmark Jean-Claude MORAND 08/06/07

Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

1 réactions à cet article    


  • Internaute Internaute 13 juin 2007 11:37

    L’avenir du commerce c’est une zone de hangars gigantesques en bout de piste de Roissy où les avions venant de Chine ou d’ailleurs vomiront rapidement leur contenu. Il suffira alors de quelques ordinateurs pour que les camions se remplissent et aillent livrer directement les gens à domicile.

    Tout sur le Net coûte 20% moins cher qu’en ville car ceux qui se contentent de faire de la logistique économisent toute la structure de vente classique - locaux, personnels, longues chaines de manutention, publicité etc.

    Ce mouvement est inéluctable et touche toutes les branches d’activités.

    Il ne s’arrêtera que si le prix du transport monte en flêche. Les petits industriels pourront alors arroser leur coin sans être mis en faillite par des concurrents lointains.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès