Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Technologies > Les algocarburants ont la cote

Les algocarburants ont la cote

Nous vous avions parlé de cette nouvelle génération de biocarburants dès l’année passée. Les projets qui tentent de convertir les algues et micro-algues en carburant sont nombreux, comme cet investissement d’une major pétrolière indienne dans une start-up locale ou, plus près de nous, l’innovation portée par Fermentalg. Le secteur est soutenu par des investissements massifs du Département à l’Energie américain, dirigé par le Nobel Steven Chu, et récemment, c’est Exxon, le leader du pétrole au niveau mondial, qui a mis plusieurs centaines de millions sur la table pour prendre une part du gâteau. Cleantechies nous apprend que les start-up du secteur travaillent à de nouvelles méthodes pour cultiver les algues.



BioMarine Fuels travaille ainsi à produire de la biomasse alguale, en intégrant notamment le traitement par la lumière artificielle et naturelle, évitant ainsi de ne se concentrer que sur l’une des deux méthodes favorites de culture des algues. En utilisant la lumière du soleil, on dispose effectivement d’une source gratuite, mais limitée de lumière. Combiné à une source artificielle à bas coût, le cycle de production de la biomasse algual tombe à 24h. Ce photobioréacteur permet ainsi d’assurer de grandes quantités de matière première pour la conversion en carburant. On y trouve, outre la combinaison des deux lumières, un champ électro-magnétique qui stimule la croissance du végétal. L’eau est irradiée pour permettre à l’algue de croitre plus rapidement et dans un environnement plus sain.

Le rendement attendu est donc prometteur, puisque chacun de ces photobioréacteurs pourraient produire assez d’algues pour obtenir au final 125 litres de carburant par jour. Un bâtiment de la surface d’un supermarché pourrait héberger 400 à 500 réacteurs, soit de quoi produire une biomasse algue équivalente à 60 800 litres par jour.

Reste tout de même plusieurs obstacles, comme le prix final du biocarburant algue, estimé l’année dernière à 6€ le litre.


TechnoPropres

Moyenne des avis sur cet article :  3.13/5   (15 votes)




Réagissez à l'article

11 réactions à cet article    


  • Toth Toth 11 mai 2010 10:12

    Article très intéressant, mais quid des déchets et de leur impact ? 

    Sont-ils inexistants ????

    • worf worf 11 mai 2010 11:52

      si les algues donnent des rendements plus élevés que les agrocarburants ainsi que l’avantage de ne pas demander des terres agricoles pour leur exploitation, par contre elles réclament une grande quantité d’engrais (qui seront encore de nature chimique) pour atteindre ce haut rendement.
      Seront elles rentables ?
      Quid des déchets ? Peuvent ils être récupérés dans la filière agricole, dans celle de la biomasse ?
      L’utilisation de fortes doses d’engrais ne vont ils pas polluer la mer ?


      • perlseb 11 mai 2010 15:08

        Cela parait intéressant mais j’ai fais un calcul approximatif rapide.

        Dans le meilleur des cas, 1m2 reçoit 2.000 W de puissance solaire. Sur une journée de 12h, cela correspond à une énergie de 24.000 W.h, soit 24kWh par m2 et par jour (c’est très largement surestimé). Pour un supermarché d’une surface de 4.000 m2 (au-delà, c’est un hyper), cela fait 96.000 kWh par jour d’ensoleillement.

        Or, 1l de carburant pétrolier a un pouvoir calorifique d’environ 10 kWh, c’est-à-dire que 60.800 litres correspondent à 600.800 kWh.

        Soit un excellent rendement de 625%. Autrement dit, ces algues génèrent plus de 6 fois l’énergie qu’elles reçoivent.

        Merci de me dire où mes calculs clochent.

        L’homme n’aime pas la nature. L’avenir (affreux), ce sera des panneaux solaires avec un rendement imbattable par les plantes (genre 20 ou 30%). On pourra alors créer plus d’énergie alimentaire que n’importe quelle plante et synthétiser la nourriture à meilleur coût que l’agriculture. Ce sera plus propre, bref du béton partout (avec des panneaux solaires au-dessus), 100 milliards d’humains qui n’auront connus que ça et trouveront la vie belle.


        • sonearlia sonearlia 11 mai 2010 19:27

          « Merci de me dire où mes calculs clochent. »

          Personne n’a dit que la lumière pour mes cultiver devait être naturelle.


        • sonearlia sonearlia 11 mai 2010 19:30

          J’ai lu trop vite moi aussi :

          "En utilisant la lumière du soleil, on dispose effectivement d’une source gratuite, mais limitée de lumière. Combiné à une source artificielle à bas coût, le cycle de production de la biomasse algual tombe à 24h."


        • perlseb 11 mai 2010 20:35

          Cela ne change pas grand chose au problème. Cet apport d’énergie lumineuse, à soit-disant bas coût, doit être phénoménal pour que le rendement partiel (donc sans tenir compte de cet éclairage) puisse être inférieur à 100% (il n’y a pas de réaction atomique avec perte de masse pour libérer de l’énergie dans les transformations évoquées, donc l’énergie récupérée doit bien provenir de quelque part).

          Maintenant, je crois que le rendement global des algues sera très faible par rapport aux capteurs à eau (jusqu’à 80%) ou photovoltaïques (jusqu’à 40% en développement).Donc comme je l’ai dit, si l’homme ne s’intéresse qu’à la productivité et au rendement, il éliminera petit à petit toutes les plantes, car le rendement photosynthétique sera trop peu rentable. Donc vive la nourriture synthétique : viande d’abord, puis végétaux une fois que l’on estimera que, eux aussi, ils prennent trop de place pour nous nourrir ou nous fournir de l’oxygène.


        • Eloi Eloi 11 mai 2010 20:38

          Personne n’a dit que la lumière pour mes cultiver devait être naturelle.

          Encore un qui a inventé le mouvement perpétuel.

          Votre lumière artificielle, alimentée par quoi ? et comment le rendement pourrait-il être supérieur à 1 ?


        • sonearlia sonearlia 11 mai 2010 21:26

          @perlseb
          D’après certaines sources il existe plus de 10000 espèce de micros-algues, certaines aurait plus de rendement ?
          Le problème est aussi de remplacer le pétrole.
          @eloi
          personne n’a parler de rendement supérieur a 1, ni de mouvement perpétuel.
          Quand a la lumière, tout simplement avec du courant électrique.(donc pour le moment, beaucoup de nucléaire.)


        • Eloi Eloi 11 mai 2010 23:02

          Vous envisagez les algues comme moyen de produire un vecteur énergétique. Excusez-moi alors d’être parti si vite...


        • sonearlia sonearlia 11 mai 2010 19:40

          Je comprend pas qu’il y ait autant de vote négatif.


          • asterix asterix 11 mai 2010 23:45

            Comme c’est beau les algo-carburants et tous ces investissements US pour les développer. BP ne vient-il pas de détruire près de la moitié des territoires qui auraient pu y être consacrés.
            Bien joué, non ?
            En attendant de massacrer Artique et Antartique ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès