Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Technologies > Les caméras de vidéosurveillance : combien ? ou comment ?

Les caméras de vidéosurveillance : combien ? ou comment ?

On sait que la Grande Bretagne, avec plus de 10 millions d’unités installées, est le pays le plus « vidéo surveillé » du monde et que d’autres gouvernements, à commencer par celui de la France envisagent sérieusement de copier le modèle britannique. Il n’y a pas que les gouvernements.

SurveillancespecialtydoorsLe 5 août, une chaîne américaine de restaurants « fast food » a signé un contrat d’installation de CCTV (Closed Circuit Television) dans toutes ses succursales avec l’entreprise californienne Global ePoint.


L’aéroport de Long Beach au sud de Los Angeles, en Californie, a annoncé le 27 juillet la signature d’un contrat d’installation de 100 caméras de surveillance sans fil avec Broadware Technologies une entreprise de Silicon Valley.

Le prochain VFestival organisé par Virgin en Angleterre les 20 et 21 août prochain sera surveillé par de nombreuses caméras. Un logiciel de reconnaissance des visages comparera les images recueillies avec une ample base de données. Un autre fera la même chose avec les plaques d’immatriculations des véhicules.

La plupart des études réalisées sur l’impact de la vidéosurveillance montrent qu’il est limité et peu durable. Elle n’altère pas la nature des délits. Elle contribue, dans le meilleur des cas à ce qu’ils se déplacent pour un temps vers des zones moins contrôlées.

Elle est évidemment inutile contre ceux qui sont décidés à mourir. Elles ne permettent ni de les dissuader ni de les attraper après coup.

Mais rien ne semble devoir retenir le mouvement en faveur d’une vidéosurveillance accrue. La tentation des autorités publiques et des entreprises privées d’installer plus de caméras invite à les interroger sur les conditions de leur installation.

Voici quelques unes des questions que j’aimerais poser :

  • Qui garde les images et pour combien de temps ?
  • Qui peut y avoir accès et dans quelles conditions ?
  • Si les images prises sur le vif sont suivies par des humains ou par des logiciels et, dans ce cas, quelle est la qualité du programme ?
  • Qui autorise la mise en place des caméras ?
  • Quelles autorités ont le droit de réunir des données en provenance de sources différentes, et dans quelles circonstances ? privées, publiques, CCTV et téléphones mobiles, par exemple, pour les croiser ?

Il y a au moins deux raisons pour lesquelles nous devons avoir un débat sur ce sujet :

  • si un tel dispositif est mis en place, autant qu’il soit efficace ;
  • s’il est efficace il est possible qu’il représente un danger potentiel pour les libertés publiques et la vie privée.

Nous ne pouvons pas oublier que quand la menace s’éloigne l’infrastructure demeure et que les conditions politiques peuvent toujours changer.

Quelles questions aimeriez-vous poser ? Que pensez-vous de l’intérêt d’un débat sur ce sujet ?

[Image trouvée sur le site de SpecialtyDoors.com]


Moyenne des avis sur cet article :  (0 vote)




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • Citoyen (---.---.78.5) 19 août 2005 13:59

    Pour compléter ton article, je te propose mon commentaire sur la question.

    Le plus important est effectivement de réclamer un vrai débat ; car si l’utilité de la vidéosurveillance n’est pas forcément contestable en soi, il faut se garantir sur son utilisation.

    Par ailleurs, le débat ne se limite pas à la seule question de la vidéosurveillance. Aujourd’hui avec la technologie, Big Brother n’est pas loin.

    Merci de visiter mon blog

    Citoyen


    • Philippe (---.---.217.188) 20 août 2005 22:22

      Bonjour,

      Il me semble intolérable l’idée qu’une telle pratique se généralise.

      Le monde est malade, il s’enlise lentement (et parfois hélas à juste titre) dans la paranoïa galopante. Tout maitriser, controler, quantifier, est-il le seul objectif de l’occident ?

      Cette toute puissance des images ne nous permet elle pas d’éviter tout débat de fond sur les tensions de notre planète ?

      Non seulement il s’agit d’un outil dangereux pour la Liberté de chacun, mais de plus, il n’a en effet certainement aucune répercussion sur les kamikazes ni d’effet préventif.

      Big brother dites vous ? J’en ai bien peur...


      • Yohann (---.---.77.249) 21 août 2005 09:39

        Un étude récente d’un historien dont le nom m’échappe, a montré comment toute les technologies développées dans le but de contrôler certaines populations (nomades, les gitans en l’occurence) ou certaines parties de la population (les criminels par exemple) se sont progressivement étendues à l’ensemble de la population. C’est le cas de la photographie et de la carte d’identité. Qu’en sera-t-il des banques de données génétiques et des caméras de surveillance et ce qu’elles enregistrent ?


        • (---.---.45.146) 13 septembre 2005 11:41

          Contrairement à Francis Pisani (si je l’ai bien lu) je pense que la télésurveillance est fort utile, notamment : 1°) pour la dissuasion des crimes et délits (voir les vols à la portière à Nice) ; 2°) pour l’identification des délinquants et criminels recherchés ; 3°) pour la poursuite des suspects de crimes et délits qui viennent de se produire.

          Toutes les sociétés font face à une augmentation de la délinquance et de la petites criminalité qui pourrissent la vie des citoyens et elles ne peuvent multiplier à l’infini les effectifs des services de sécurité.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès