Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Technologies > Les dangers de Facebook

Les dangers de Facebook

Ecrire un billet sur le réseau social Facebook parait un peu caduc. Mais comme je suis un fidèle utilisateur, j’ai constaté qu’il a été un phénomène social et garde encore ce statut. Donc, c'est ce qui m'a inspiré à écrire ce texte.

Nous le savons tous, avec Facebook nous retrouvons nos amis d’enfance, nous partageons des photos, vidéos et des idées. Avec ce réseau, on peut s’informer, vendre nos produits, organiser des rassemblements, lancer des mouvements de contestations etc. Aujourd’hui il est l’un des meilleurs outils de marketing et d’e-réputation.

Votre vie privée exposée, un risque
 
Mais, on ne se limite pas là. Car ce réseau nous attire à étaler toute notre vie sur la toile : Identité, cursus, emploi, croyances religieuses, opinions politiques, situation amoureuse, etc. En résumé, lors de votre inscription, toutes les questions qui permettent de vous identifier, de vous particulariser dans ce groupe de millions d’individus sont posées. Ainsi, il n’y a plus d’intimité, plus de vie privée. Revenons un peu sur le partage de photos ; nous partageons diverses photos, sans analyser au préalable les effets négatifs que ces photos peuvent occasionner. Il est important de le savoir, aujourd’hui la plupart des recruteurs passent par les réseaux sociaux pour avoir plus d’informations et plus de détails sur la personnalité du candidat. Par conséquent, un simple clic sur le profil et un parcours sur le mur d’un utilisateur permet de mieux cerner sa personnalité. Et aussi un simple clic permet de licencier un employé.
 
Vos données exploitées par quiconque
 
A notre avis, ceux qui sont inscrits sur ce réseau doivent faire attention sur certains points :
La possibilité d’utilisation de ce qu’ils ont mis sur leurs pages (commentaires, images,..) par toute personne connectée sur internet et selon ses objectifs. On se rappelle de l’affaire Dominique Strauss-Kahn, avec cette photo d’Adja Diallo, une étudiante sénégalaise dont l'image a été publiée sur le web et sur des chaînes de Tv (Sénégal, France, USA, etc.) sous le nom de Nafissatou Diallo. Pourquoi tout cela ? C’est parce que simplement elle disposait d’un compte Facebook, et évidemment des photos sur son profil.
 
Un autre exemple, nous avons assisté au tollé sur les jeunes filles de Grand-Yoff. Une vidéo dans laquelle des jeunes filles se livrer à des actes lesbiens, postée sur Facebook par un mécontent. Elle avait fait le buzz sur la toile. Même si c'était négatif, mais il nous permet de comprendre que Facebook peut-être utiliser pour vilipender.
 
N’importe qui peut ouvrir un compte et y mettre tout ce qu’il veut. Vous me direz non, car l’âge minimal fixé est de 13 ans. C’est inutile parce que beaucoup de préados mettent l’âge qu’ils veulent pour pouvoir disposer d’un compte. J’en connais deux qui n’ont même pas 12 ans, mais qui ont leurs comptes. L’une, une fille de 11 ans que des adultes envoient des demandes d’ajout. Elle m’a confié ceci un jour :" Le monsieur ne sait pas que moi suis enfant, il me parle de relation amoureuse. Et il m’a même expliqué qu’il vivait en Italie." Donc, là, ça devient un danger pour ces enfants qui y voient des images et commentaires qui dépassent leur maturité d’esprit.
 
Donc, le réseau social permet aux esprits tordus de se lancer dans l’usurpation d’identité et le cyber-harcèlement.
 
D’ailleurs, dans son premier rapport financier, les responsables informent que Facebook a 955 millions d’utilisateurs. Mais les 83 millions sont de faux comptes. Donc, il ne faut pas accepter les applications, car c'est à travers elles que nos comptes sont piratés par les "spammeurs"
 
Qui est la plus belle, qui est le plus beau ?
 
Autre chose qui me marque sur ce réseau, c’est le partage des photos. C’est devenu une concurrence entre « Facebookiens ». Chacun essaie de poster ses plus belles photos pour que ses amis les apprécient. On veut montrer qu’on a des personnes qui nous aiment, qui font attention à nous, des amis qui nous trouvent beau ou belle. Ce qui rend fier, c’est d’avoir une photo avec des dizaines de commentaires et de « J’aime ». Avec une petite recherche tu peux tomber sur quelqu’un qui a posté une centaine de photos. Dès lors, l’utilisateur perd beaucoup de temps, rien que pour discuter avec des amis, visiter des profils, commenter et partager des photos.
 
Facebook ne se limite pas seulement à nous pousser à exposer notre vie privée en public, mais il analyse les données enregistrées lors de notre inscription pour passer des publicités ou les vendre à des services secrets. Ainsi se remplir les poches. Sachez-le, ce n’est pas gratuit.
 
On se demande quel autre réseau social dans le futur malmènera Facebook tel qu’il est malmené depuis son introduction en Bourse il y a de cela trois mois ?

Moyenne des avis sur cet article :  4.11/5   (27 votes)




Réagissez à l'article

34 réactions à cet article    


  • Alpo47 Alpo47 20 août 2012 10:44

    Le principal danger de ces systèmes d’échange,c’est effectivement que l’on peut facilement tout connaitre sur vous. On utilisera le besoin de conformisme, mis en avant pas S.Asch, pour inciter le maximum d’utilisateurs du Web de s’inscrire. Comment, mais vous n’avez pas de compte ? Vous n’êtes pas « in ».

    Il y a 25 ans, la Stasi rédigeait des fiches papier pour tout connaitre sur les Est-Allemands et avait des millions de fiches. Nombre d’indicateurs étaient sollicités pour renseigner sur les déclarations et actes des uns et des autres.
    Ce système est certes obsolète à l’ère de l’informatique, mais les Etats ayant des visées totalitaires, en tout cas en vue de pérenniser leur pouvoir, peuvent utiliser des systèmes comme facebook pour le même résultat.... Tout savoir sur tout le monde.

    A partir de là, on peut savoir qui est un « leader » susceptible de s’opposer au système et qui se contente de suivre le mouvement. On sait également comment utiliser les différents moyens offerts par la psychologie et la psychiatrie pour faire passer le « bon message », tromper, manipuler les foules. Milgram, Ash et autres l’ont démontré.
    Je ne sais pas si c’était le but initial de facebook et autres, en tout cas, c’est devenu possible .

    Qui connait le «  Information awareness office » ? C’est en cours partout, y compris chez nous.


    • apopi apopi 20 août 2012 10:53

       C’est formidable les « réseaux sociaux », comme disait l’autre çà donne aux cons l’impression d’exister, mais cela donne surtout l’occasion aux moutons de Panurge de mieux se faire tondre, plus vite et avec le sourire en plus.

       Elle est pas belle la vie ?


      • Seydou Badiane SeydouBADIANE 21 août 2012 14:52

        Je ne te contredirai jamais. Dans toute chose, il y a un côté positif et un autre côté négatif. Mais aussi tout abus est dangereux


      • Ariane Walter Ariane Walter 20 août 2012 11:40

        J’attends vos prochains articles :
        -les dangers des médicaments.
        -les dangers de l’amour.
        -les dangers de l’intelligence
        -Les dangers de la modernité.
        -Les dangers de la presse.
        -Les dangers du cinéma
        -Les dangers de la nuit.
        -Les dangers du jour.
        -Les dangers de la ville.
        -les dangers de la campagne
        -Les dangers du sexe.
        -Les dangers de la vie.
        -Les dangers de la mort.

        Ce qui n’est pas dangereux ne nous intéresse pas...
        Maintenant, il y a beaucoup plus dangereux que Facebook :
        La rue !


        • Caroline Courson Caroline Courson 21 août 2012 08:54

          « La vie est un risque à courir » (Bernanos)


          Mais il semblerait que, dans les sociétés occidentales, la pulsion de vie ait été définitivement remplacée par la pulsion de protection, et que Thanatos l’emporte sur Eros !

          Triste...

        • Seydou Badiane SeydouBADIANE 21 août 2012 14:38

          Lol ! Pourquoi pas ? De bonnes sources d’inspiration.


        • nilasse nilasse 20 août 2012 11:47

          j’y parle beaucoup politique,art,média et ils m’ont fait sauter mon compte 4 fois en 6 mois. c’est sur,pas de risque pour le blaireau qui met ses photos de vacances ou de repas avec trois pouf,dont,dans les faits,tout le monde se fout. bien sur que si soros,agent de la CIA milliardaire a racheté de grandes parts de facebook,ce n’est pas pour notre bien. ils font tout pour rendre leur site insipide,le danger serait d’avoir trop de gens intéressant se mettant d’accord sur des actions communes a mener dans le réel,alors on y permet la flatterie d’égo démesuré de gens sans idées,sans importance. c’est quant même dommage. mais ils n’ont guère besoin de facebook pour analyser l’état de l’opinion,il y a un tel exhibitionnisme fou de la part d’une population dont l’acculturation n’a d’égal que son panurgisme,que facebook n’est que le prolongement de quelque chose d’intrinsèquement français,la betise.


          • Rälph128 20 août 2012 13:05

            On a retrouvé le seul utilisateur de Diaspora ! Félicitation :)


          • chmoll chmoll 20 août 2012 12:01

            je partage des photos en toute sécurité avec les personnes que j’ai choisi via le site picyoo.com
            vous avez aussi le site flickr

            ou alors axCcrypt si vous les envoyez par mail

            mais bon chacun son choix , et surtout de bien utiliser certains choix, qui même bien configurer

            me laisse un doute quand même


            • marcuz marcuz 20 août 2012 15:06

              pour vous convaincre que la vie privée n’existe pas sur internet, pas besoin de fantasmer des services secrets.


              vous devriez jeter un oeil aux petits jeux auxquels se livrent, par exemple, les ados américains sur le forum 4chan.com... un des sites le plus populaires aux USA, car totalement anonyme (les « Anonymous » viennent de là...)

              sur le forum, des anonymes se proposent de mettre à disposition leur savoir faire en matière de piratage, pour contourner les mots de passe des albums photos des gens, c’est à dire des jeunes filles... pour l’occasion.

              Ainsi, tout au long d’une après midi, des gamins ont publié, à vitesse record, les photos de jeunes filles se prenant en photo à poil devant leur glace, au lit avec leur copains,... etc...

              C’était totalement hallucinant ! Un gamin donne une adresse URL (le profil Flickr ou Facebook) et dans les 2 minutes, son interlocuteur poste une autre adresse internet. On licke dessus et on voit apparaître toutes les photos de la personne. 

              J’ai donc vu défiler sous mes yeux (de voyeur, excité par le surréalisme de la situation) toute la vie privée d’anonymes, leur vie familiale amoureuse et érotique... toutes ces photos que NOUS croyons protégées par des « mots de passe ».. 




            • chmoll chmoll 20 août 2012 16:03

              t’aurais pas un lien de parenté avec berlioz ? pasque plus tu vole plus tu plane

              met ta ceinture , c pour la chute , ceinture... chute ben ouié


            • chmoll chmoll 20 août 2012 16:05


              t’aurais pas un lien de parenté avec berlioz ? pasque plus tu vole plus tu plane

              met ta ceinture , c pour la chute , ceinture... chute ben ouié


            • Rälph128 20 août 2012 13:08

              « il analyse les données enregistrées lors de notre inscription pour [...] les vendre à des services secrets »


              Lire ça en 2012 c’est assez hallucinant. Comme quoi la connerie n’a aucune limite.
              Cet article est la preuve que contrairement à ce qu’on pourrait croire, il n’est pas toujours bon de démocratiser la parole au peuple.

              • joelim joelim 20 août 2012 14:00

                Soyons tolérants avec la jeunesse. 


                En plus ce n’est pas faux.

                Certes les « services secrets » officiels réquisitionnent probablement les données plus qu’ils ne les achètent.

                Mais les services secrets de type marketing (oui, secrets car on n’est pas au courant du détail de leur action sur nos données) les achètent bien, eux.

              • Seydou Badiane SeydouBADIANE 21 août 2012 14:43

                Merci, vous m’avez compris. C’est bon des fois de réfléchir sur les mots et expressions utilisés avant de les commenter


              • marcuz marcuz 20 août 2012 14:19

                Quelques remarques pour poursuivre votre réflexion : 


                - Facebook (les forums, blogs, et « les Internets » en général) est symptomatique de l’état des relations sociales en Occident et de l’Occidentalisation généralisée des rapports sociaux dans le monde : la peur de l’Autre et la pression sociale sont si élevées que les occidentaux se réfugient sur FB afin de retrouver le peu de spontanéité qu’il leur reste. Et c’est un véritable torrent de « communication » qui se déverse : jamais nous n’avons autant lu et écrit à des inconnus.

                - Mais ceci n’est pas contradictoire, bien au contraire : on parle plus facilement à des inconnus afin de suspendre tout ce que le contrôle social, la Norme et le face à face incarné empêchent et cloisonnent. C’est que les sociologues croient avoir découvert en théorisant la « puissance des liens faibles » (- voir M. Granovetter)

                - Voilà pourquoi c’est parce que l’échange social disparaît que la « communication » prend le dessus. 

                « Tout ce qui était directement vécu s’est éloigné dans une représentation », disait Guy Debord (La Société du spectacle, thèse 1)

                - Ainsi, les collègues, les amis, les parents deviennent des « contacts », notre petite collection d’objets prestigieux, notre petit « capital social » (désormais si précieux - voir Bourdieu), ce qui entretient l’internaute dans ses nouveaux fantasmes de sociabilité, d’individu connecté au réseau plus qu’à sa condition sociale réelle : il est devenu « connexionniste » (voir « Le nouvel esprit du capitalisme » de Boltanski). Voilà comment nous sommes désormais tous assignés à produire et consommer de la communication afin de maintenir le peu de liens qu’il nous reste entre nous : des individus de plus en plus isolés, aux projets, idées et émotions flottantes, aux collègues, parents, amis, amours, demeures, meubles et objets précaires et instables. L’obsolescence programmée de notre environnement explique le fait que notre seule demeure devient Facebook, une adresse mail, un numéro de téléphone portable : tous assignés à résidence virtuelle, face contre écran... 

                - Voici pourquoi FB donne autant l’impression d’une grande liberté de parole et d’action. Ce monde désincarné de FB désinhibe, les tabous sociaux (semblent) y avoir disparu. Voilà pourquoi l’anonymat, les pseudonymes, les avatars et autres chimères y sont légion : c’est là, bien évidemment, le signe d’une absence de liberté fondamentale, puisque (faut-il le rappeler ?) la parole libre est celle de l’homme qui parle à visage découvert, en son NOM. Pour l’honneur du nom... 

                - Si les internautes passent donc tant de temps et d’énergie à « exister » sur Internet (à peaufiner leurs profils, à personnaliser, mettre à jour, commenter, poster, poker, twitter... etc.. ) c’est parce que les possibilités concrètes d’existence dignes de ce nom disparaissent. 

                « Bienvenue dans le désert du réel » (S.Zizeck)

                - Internet, pour nos contemporains, c’est donc l’Utopie réalisée (au sens propre : un monde idéal qui n’a pas de lieu). Tout semble possible (« c’est l’Amérique ! », le mythe renouvelé de la liberté sans frontières) et c’est vrai : « il y a tout sur Internet », le pire comme le meilleur... 

                On ne peut donc conclure qu’une chose : depuis 2 siècles les hommes tentent de réaliser l’Utopie ici bas. Ils ont échoué disent les philosophes (« fin des idéologies », « des classes sociales », « des grands récits », etc) et se tournent désormais vers ce monde « virtuel »... où tout semble gratuit. Un pays de Cocagne.

                - Mais entrer dans ce monde utopique a un prix : celui de sa vie privée et de la conscience de soi. Il faut « adhérer » au sens propre : participer, commenter, poster vidéos, photos, s’étaler, se répandre et se répondre.... gratuitement  : NOUS produisons la richesse d’Internet et NOUS sommes dépossédés de cette richesse.
                Ainsi, la dépossession de la vie privée n’est que la face émergée de l’iceberg Facebook flottant dans les eaux troubles d’Internet : ce à quoi nous avons renoncé, c’est à une vie plus émancipée.

                - Le « mythe Facebook », c’est le retour des maigres consolations, cet opium du peuple qui s’imagine que le monde ne sera meilleur que si il échappe au réel.... 
                C’est ni plus ni moins que le retour des pseudo-réconforts religieux : la « cité de dieu » de Saint Augustin : « Deux amours ont bâti deux cités : l’amour de soi jusqu’au mépris de Dieu : la cité de la Terre ; l’amour de Dieu jusqu’au mépris de soi : la cité de Dieu. »

                Mais le réel frappe toujours deux fois, toujours trop fort. Et de plus en plus la « Jérusalem Céleste » que nous avait promis Internet ressemble à s’y méprendre à une Babylone corrompue, où les marchands du temple vendent à prix d’or notre « mépris de soi ».

                Voilà donc la triste réalité qui rattrape les internautes plus vite qu’un mauvais rêve. Et dans ce réveil encore brumeux, nous nous donnons bonne conscience en nous insurgeant contre les utilisations marchandes de nos informations, en dénonçant ce qu’Internet est devenu : une petite TELEVISION, avec boite aux lettres intégrée, etc...

                Voilà pourquoi ce demi réveil, le votre, vous empêche encore aujourd’hui de vous poser la seule question qui vaille et en tirer les bonnes conclusions : 

                Que cherchons nous vraiment ici ? 
                Ce que nous avons perdu. 
                Ce qui reste à reconquérir. 



                • nilasse nilasse 20 août 2012 14:37

                  très beau commentaire. +1


                • Seydou Badiane SeydouBADIANE 21 août 2012 23:30

                  Texte très intéressant, voire plus qu’un commentaire. Vous avez apporté un autre côté qui explique le phénomène FB. Ce qui nous aide à mieux comprendre le pourquoi. Merci de votre contribution.


                • L'enfoiré L’enfoiré 20 août 2012 16:13

                  Bis repetita placent.
                  Non, cet article n’est pas le 3ème épisode de l’affaire Facebook.

                  Quand je lis « Nous le savons tous, avec Facebook nous retrouvons nos amis d’enfance, nous partageons des photos, vidéos et des idées. »
                  Désolé de devoir le constater en ce qui me concerne, c’est complètement faux.
                  « amis d’enfance »
                  Quelle enfance ? Quand on a une série de bouteilles ce n’est pas la même chose que quand on vient de naître sur le front de FB.
                  Jamais retrouvé d’amis d’enfance. Plutôt des « anciens » ont fait partie du même bocal.
                  Mais l’enfance, c’est autre chose, de beaucoup trop ancien.
                  Si c’est ça que vous recherchez il y a « Les copains d’avant » qui existe bien avant Facebook.
                   


                  • Seydou Badiane SeydouBADIANE 21 août 2012 23:35

                    Déjà merci de ton commentaire, mais je trouve que vous n’avez rien compris. Un conseil : il faut éviter l’emploi de ce mot « JAMAIS ». A méditer si vous ne l’avez pas encore fait


                  • Leo Le Sage 22 août 2012 00:08

                    @AUTEUR/Par SeydouBADIANE (xxx.xxx.xxx.61) 21 août 23:35
                    Vous dites : « Déjà merci de ton commentaire, mais je trouve que vous n’avez rien compris »
                    J’ai lu son commentaire mais c’est vous qui n’avez rien compris...

                    ET oui, il ne faut jamais dire jamais... smiley

                    @Par L’enfoiré (xxx.xxx.xxx.144) 20 août 16:13
                    Vous dites : « Quelle enfance ? Quand on a une série de bouteilles ce n’est pas la même chose que quand on vient de naître sur le front de FB »
                    C’est exactement çà...
                    Beaucoup de personnes affirment avoir des milliers d’amis mais statistiquement ils n’arrivent vraiment qu’à être en relation avec à peine une centaine et là j’exagère vraiment...
                    Il y avait eu une étude dessus que j’avais lu.
                    Plus grave dans la tête de plusieurs utilisateurs, ce sont des amis genre amis dans la vie réelle.
                    Or il n’en est rien et donc le réveil est souvent brutal.

                    Voilà pourquoi des drames ont réellement lieu...

                     
                    Cordialement

                    Leo Le Sage
                    (Personne respectueuse de la différence et de la pluralité des idées)


                  • alinea Alinea 20 août 2012 16:36

                    Pour vivre heureux, vivons cachés.


                    • L'enfoiré L’enfoiré 20 août 2012 18:08

                      Bonjour Alinéa,
                       Bien d’accord. Mais il faut parfois sortir de son trou quand on ne peut vivre en autarcie pour exister et que l’on n’a pas encore céder la barre au suivant. smiley


                    • Seydou Badiane SeydouBADIANE 21 août 2012 23:39

                      Bon conseil. En voulant toujours occuper le devant de la scène, on risque de se mordre le doigt un jour.


                    • stepht 20 août 2012 18:09

                      Toujours aussi impressionante, cette obsession de transformer ce qui est « nouveau » en épouvantail...
                      Il faudrait peut-être arrêter de fonctionner à l’émotion, et se poser pour réfléchir un peu plus de 3,14 secondes. Facebook n’est pas plus dangereux qu’un mur de façade. Afficheriez-vous vos photos coquines sur votre porte d’entrée ? Les dates et lieu de vos prochaines vacances ? Votre numéro de carte bancaire ?
                      Bon, et bien pour votre « mur facebook » (ou mieux : maintenant, on dit « ligne de temps » smiley ), il suffit de faire peu ou prou les même raisonnements.
                      Par ailleurs, on retrouve dans pratiquement toutes ces « critiques » des réseaux sociaux en général, et de facebook en particulier, ce paradoxe : n’importe qui peut y écrire n’importe quoi, et c’est un lieu à haut risque pour votre intimité. Et bien non ! Chaque profil n’est qu’une mise en scène ; une création ; un fantasme ; un avatar d’autant plus éloigné de la réalité que son marionettiste éprouve le besoin de dissimuler ses complexes. Donc les « informations » que l’on y trouve ne sont tout simplement pas fiables. Et donc big-brother ne peut s’appuyer dessus. Ces comparaisons entre les bases de données des réseaux sociaux et les fichiers policiers sont on ne peut plus superficielles : quelle force de police voudrait se baser sur des collections de n’importe quoi alimentées par n’importe qui ? Même en Grolandie, on ne s’y risquerait pas...


                      • stepht 21 août 2012 14:30

                        Aucune contradiction avec ce que je dis : pas d’étalage de vie privée (ils ne savent même pas qui a payé le voyage...). Le problème vient des conditions de sécurité lors de la rencontre. Il ne suffit pas d’avoir échangé des messages avec une ou plusieurs personnes pour avoir la certitude qu’elles sont inoffensives. (et au passage, je note une fois de plus l’utilisation de l’émotion dont est chargé l’article pour tenter d’oblitérer la réflexion ! (mais cela n’enlève rien à l’horreur de ce guet-apens : j’espère bien que ses auteurs seront duement jugés))
                        Si on fait le raccourci grossièrement épidermique que c’est facebook qui est en cause dans cette affaire, alors que penser d’e-bay, qui permettrait à n’importe quel tueur en série d’appâter ses victimes par exemple avec des bonnes affaires irrésistibles... ?
                        Mieux : laisseriez-vous les clefs de chez vous à un professeur particulier inconnu rencontré via une affichette chez votre boulanger afin qu’il puisse donner un cour particulier à vos enfants en votre absence ? Sait-on jamais... vite ! fermons ces dangereux lieux de débauche que sont les boulangeries !


                      • marcdouziech 20 août 2012 18:18

                        Je ne me rappelle pas que mon grand-pere se dèguisait pour aller discuter avec ses amis sur la place du village, le dimanche après la messe.


                        • takakroar 21 août 2012 06:17

                          D’accord avec l’essentiel de cet article. Mais j’ai lu, il y a quelques jours, que des entreprises qui utilisent les données de facebook pour en savoir le plus possible sur les candidats à l’embauche, rejettent systématiquement les candidatures de ceux qui n’ont pas de compte... Elle voient, à travers cet « acte de résistance » à la pression sociale, un risque de manque de docilité vis à vis de l’entreprise. Dans un cas comme dans l’autre, on est coincé.


                            • Leo Le Sage 21 août 2012 23:59

                              Oui Facebook est un danger pour tous.
                              Contrairement à ce que j’ai pu lire l’oncle sam n’a pas besoin d’être membre de Facebook pour espionner.
                              L’existence de Facebook facilite son travail dans le sens où grâce au réseau 3cheløn ils pourront encore mieux cerner qui est avec qui et pourquoi.
                              La majeur partie d’internet est contrôlée par les USA...

                              Je crois que certains sociologues avaient informé des risques notamment d’enfermement, en lpus des problèmes d’addictions...

                              Les personnes qui veulent absolument aller sur facebook y vont plus parce que les amis y vont où parce que c’est une phénomène de mode mais pas pour autre chose.
                              Ce n’est pas d’ailleurs sur facebook qu’on a le plus de chance de faire les meilleurs rencontres mais dans les sites de rencontre car là le profilage est plus précis.
                              Ah oui, c’est vrai que les sites de rencontre ce n’est pas tout à fait la même chose, mais l’idée est là.

                              Certains amis je les ai retrouvé grâce à copain d’avant, mais je n’irais pas jusqu’à dire que ce soit la même chose que FB.


                              Enfin sur le plan de la sécurité informatique ce n’est pas vraiment çà...

                              Les alternatives à FB il y en a plusieurs, dont Diaspora cité par herbe il y a déjà plusieurs jours...
                              [J’en ai vu d’autres mais je n’ai pas encore essayé mais apparemment c’est meilleur]
                              Je rappelle à tout hasard que FB est un réseau social et sur ce plan il est loin d’être le premier ni d’être le meilleur.

                              L’avenir à mon avis est au Google plus...

                              Que quelques pétasses soient convaincu des bienfaits de FB, on pourra en rire ! smiley
                              Un spécialiste dans un grand groupe informatique a toujours déconseillé FB à son époque.
                              Pourtant je lui avais demandé d’en être membre à ses débuts [2006 ?].
                              Il avait raison...

                               
                              Cordialement

                              Leo Le Sage
                              (Personne respectueuse de la différence et de la pluralité des idées)


                              • Seydou Badiane SeydouBADIANE 22 août 2012 00:08

                                J’aime : une « Personne respectueuse de la différence et de la pluralité des idées » . Ceci est à prôner sur la toile. Merci !


                              • Leo Le Sage 22 août 2012 01:08

                                @Par Jorma (xxx.xxx.xxx.207) 22 août 00:25
                                Vous dites : « Comment vas-tu [...] ? »
                                Aaahhhh... Mon moustique, pardon ouistiti préféré... smiley
                                Pardon je t’ai loupé : dis tu ne m’en veux pas ? smiley

                                Pour le clavier : non c’est un clavier normal AZERTY quoi...
                                Ben quoi, je ne fais pas toujours des miracles smiley
                                Il faut savoir se servir de sa tête...

                                P.S. : Je sais que tu as des problèmes de mémoire mais quand même tu le sais que je suis hétéro à 100% smiley
                                J’espère que ce n’est pas Olivier qui a fait son cirque dans ta tête dis... smiley
                                [Je sais qu’il en est très capable] smiley

                                 
                                Cordialement

                                Leo Le Sage
                                (Personne respectueuse de la différence et de la pluralité des idées)


                              • Le Grunge Le Grunge 3 septembre 2012 11:51

                                Facebook sert a mettre sa vie en scène pour prouver au autre qu’elle est géniale, mais ne vous y trompez pas, les utilisateurs savent que leur vie est merdique au point qu’ils se sentent obliger de la bloger pour avoir le gentil petit com qui les empêchera de se jeter par la fenêtre. Ma vie, elle est tellement bien que je n’ai même pas le temps de me créer un profil facebook...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Seydou Badiane

Seydou Badiane
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès