Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Technologies > Les entreprises sous-équipées n’ont pas fait le pas des usages (...)

Les entreprises sous-équipées n’ont pas fait le pas des usages numériques

Les innovations et le vocable que l’on associe aux dernières technologies (d'information, de gestion et de communication) ne sont pas en reste : Cloud computing, logiciels Hybrides, gestion on demand, consultation sur tablettes tactiles, consommation en mobilité, social CRM…

Hélas, dans ce merveilleux monde d’initiés où la technologie n’a point de limites, on oublie la grande masse des besoins professionnels et la réalité des TPE. Le baromètre EBP OpinionWay des usages numériques professionnels, menée en septembre dernier auprès de 600 entreprises de moins de 20 salariés, nous ramène aux dures réalités du sous équipement des TPE.

A la base de cette réflexion, l’envie de mesurer, après 10 années d’efforts publics et privés, l’évolution des usages numériques en entreprise. Les initiatives nombreuses et variées pour vulgariser les usages numériques n'ont pas manquées depuis les années 2000 : Passeport pour l'Economie Numérique, soutien à l'innovation, financement des actions de communication, larges programmes de simplification et de dématérialisation...

L'heure est venue d'en mesurer les impacts de façon précise et régulière, et c'est tout l'objet de ce Baromètre EBP réalisé par OpinionWay. 5 domaines d’action sont choisis pour englober de façon concrète les « usages numériques professionnels » : l’équipement en matériel informatique, l’accès à la téléphonie et au web, l’équipement en logiciels, la présence sur le web et la réalisation d’opérations diverses en ligne. Bref : un tour d’horizon global du SI de gestion et de numérisation !

Les chiffres du baromètre sont évocateurs. 76% n'ont pas de logiciel de compta, et 17% seulement des entreprises déclarent disposer d'un logiciel de facturation, 6% un logiciel de GRC (CRM), 6% également d'un logiciel de paye. Seul rescapée de ce pale constat, la bureautique (tableurs, éditeurs de texte et logiciels de présentation) puisque 52% déclarent posséder un logiciel dédié à cette tache.

L'équipement n'est guère mieux loti puisque 21% de ces entreprises se refusent à posséder un ordinateur, 36% se passent de téléphone portable, 82% ignorent le smartphone, 95% la tablette. Les chiffres de connexion à Internet rejoignent ceux déjà connus, avec 87% de ces entreprises qui sont connectés à Internet, 57% via une box Internet.

Equipés, mais pour quoi faire ? 35% envoient ou reçoivent au moins 5 mails par jour. Avec Internet, 44% effectuent des opérations bancaires mais seulement 17% télédéclarent. Et pour 52%, « déclarer les impôts en ligne n’est pas indispensable ». Parmi les rares utilisateurs de smartphones (18%), pour 71% le premier usage en plus du téléphone est l’envoi de SMS.

Quant au Cloud dont on parle tant, 6% seulement des entreprises qui utilisent une application de Comptabilité y accèdent via le Cloud !

La présence sur Internet n'est pas non plus mirobolante : 33% déclarent être visibles sur Internet (site, blog, nom de domaine), 27% publient leur propre site web avec ou sans boutique, 4% possèdent une boutique en ligne.

Et demain, quelles intentions d’usages pour les non utilisateurs ? 10% veulent augmenter leur présence sur Internet, 5% veulent s’équiper d’un logiciel de gestion, 2% veulent d’équiper d’un ordinateur.

Encourager les entrepreneurs à passer un cap dans les usages numériques pour gagner en productivité et en efficacité dans leur gestion sera la gageure des 10 prochaines années. Mais la réflexion préliminaire que l’on attend est primordiale : quels leviers activer pour favoriser l’équipement ? Quelle action politique engager autour des enjeux numériques et de gestion ? Quels moyens privilégier ? Quel discours pédagogique tenir pour amener l’entrepreneur à des systèmes d’information adaptés ?


Moyenne des avis sur cet article :  1.57/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • devphil30 devphil30 26 octobre 2011 09:41

    Ca laisse des débouchés commerciaux pour EBP en tant que directeur relation client EBP vous allez avoir du boulot.


    Quel est la finalité de votre article ? 

    Philippe

    • Daniel 26 octobre 2011 10:09

      Ah mon dieu, vite, il me faut une tablette, ça ne me servira a rien, mais j’arréterai de passer pour un looser.

       


      • L’objectif n’est pas de polémiquer sur l’état d’équipement des TPE, mais bien de dresser un constat.
        On peut être d’accord ou pas d’accord sur les moyens publics à déployer, les initiatives à engager, mais on ne peut pas être contre un état de faits !
        Un constat, c’est un constat...
        C’est comme être contre la crise, ou contre l’an 2000 !


        • Daniel 26 octobre 2011 12:13

          Donc pour vous le constat c’est que toutes les tpe ont besoin de faire de la vente en ligne, gérer leur compta eux même, et même de préférence dans le « cloud » (le cloud, c’est la dernière fumisterie high tech à la mode), .. ? Expliquez nous a quoi ça leur servirait alors, plutot que de juste dire « oh c’est pas bien mon boulanger n’a pas un smartphone ».

           


        • fb 26 octobre 2011 14:03

          Mouais l’étude est assez faiblarde et orientée. Néanmoins les TPE françaises sont dans un no man’s land numérique, on le sait depuis 2005 et ce n’est pas le ridicule « passeport numérique » qui a changé quoique ce soit.

          Beaucoup de ces TPE travaillent au niveau local et se contentent de relations de proximité. Par ailleurs une TPE c’est une entreprise qui ne peut pas négocier et qui doit se contenter souvent d’offres grand public quitte à devoir bidouiller autour. Ne parlons pas des connexions Internet en milieu rural.

          Quant à ne pas utiliser du cloud, on ne peut que saluer la méfiance justifiée, bien que probablement instinctive, de ces TPE !

          Donc sauf à démontrer qu’il y aurait vraiment un intérêt et faire une gamme aussi bien de services que de matériels à destination des TPE, ça ne changera pas.


          • mick_038 mick_038 27 octobre 2011 00:55

            Le problème avec ces « études », c’est leur coté commercial très prononcé.
            En effet, parmi les TPE de moins de 20 employés, combien ont plus de 5 employés ?
            Sur celles-ci, combien ont réellement besoin d’avoir tout cet attirail numérique et « social fashion » ?
            EBP, Ciel ou Sage se sont-ils déjà interrogé sur la pertinence, pour une entreprise de 5 salariés, de posséder la ligne sage 100, ou ciel compta+paye, ou l’équivalent chez EBP ? Sachant le coût de chacun des logiciels, de la licence, du contrat de maintenance qui n’est pas donné non plus, des mises à jour payantes, de la hotline, et du salarié qui sera comptable ou de la formation du dirigeant à la compta, au final à l’année cela revient bien moins cher d’avoir un comptable externe, à la société, voir passer par des sites style macompta.fr
            Quand au cloud, là dessus, Stallman et Linus ont été bien visionnaires : dangereux. Et les européens qui l’utilise ont quand même vécu une très sale période cet été, quand les serveurs du cloud d’amazon et ceux de office cloud ont été offline pendant une semaine. Parmi mes clients y’a eu de grosses crises de nerfs et d’angoisses, notamment chez les avocats... Il faut aussi préciser aux utilisateurs que lorsque vous hébergez vos données sur le cloud, quelqu’ils soient, vous renoncez à leur droit de propriété. Vos documents sur le cloud ne sont plus vos documents, ils sont les documents du cloud. Et si demain ils disparaissent ou un de vos concurrents tombent dessus, vous pouvez toujours vous brosser pour en clamer la propriété, donc le vol de documents, le confidentialité, toussa, du vent dans le nuage....

            Enfin, j’aurais voulu savoir si cette étude recense tous les progiciels, même les logiciels libres, ou seulement les logiciels propriétaires, dont beaucoup de pseudo experts considèrent à tort qu’ils sont les seuls pouvant être qualifié de logiciels pro ?
            Qu’en est il de kmymoney, skrooge, libre office, grisbi, scribus, dolibarr, sugar, vtiger, openaguila, openerp,gimp, etc... ? Ces logiciels égalent très souvent voir surclassent largement les équivalents propriétaires....
            Libreoffice,

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès