Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Technologies > Les éoliennes sont dans le vent

Les éoliennes sont dans le vent

Malgré le front anti-éolien, lancé par des adorateurs de l’atome, l’éolien continue à marquer des points, et se place en bonne place parmi les énergies propres, même si les méga-installations ne font pas l’unanimité.

Mais qui est derrière le lobby anti-éolien ?

Une enquête minutieuse réalisée en Belgique démontre à l’évidence les liens qui existent entre les promoteurs du nucléaire et les adversaires de l’éolien.

En effet, si l’on prend comme exemple l’association belge anti éolien « vent de raison », son président Patrice Doultremont, a travaillé dans le nucléaire, muni qu’il était du titre de « Docteur en physique nucléaire ».

Il a travaillé à ses débuts pour le belgo nucléaire, et il sera détaché par la suite aux états unis dans le cadre du programme de recherche commun à l’Euratom et à la commission de l’énergie atomique américaine. lien

En France, il faut remonter au groupe Empain-Schneider, et à l’ex-président Valéry Giscard, pour découvrir qu’il a été largement impliqué dans le développement de l’énergie nucléaire...et dans la critique de l’éolien.

En effet, c’est en 1952 que Giscard épousa Anne-Aymone Schneider, la petite fille du Baron Charles Schneider et c’est son groupe qui, à travers sa filiale Framatome-Creusot-Loire, laquelle détient le brevet des réacteurs PWR, qui sera développée pour le parc des centrales nucléaires françaises, lorsque Giscard sera devenu président. lien

Et comme par hasard, c’est ce même VGE qui monte au créneau contre les éoliennes dont il juge l’essor « irresponsable ».

Évoquant un « gaspillage inacceptable des fonds publics, un discours officiel trompeur et un businesse souvent douteux », il veut « préserver les paysages de France, nos campagnes, et bientôt notre littoral menacé aussi ». lien

Critiquant ces 12 500 éoliennes prévues lors du Grenelle de l’environnement, on pourrait quand même s’étonner qu’il n’ait jamais été ému par les 200 000 pylônes à très haute tension qui, avec leurs 100 000 kilomètres de lignes THT, (lien) défigurent depuis longtemps notre belle campagne d’autant que ces THT dégagent un gaz dangereux pour l’humain, l’ozone atmosphérique, et une énergie magnétique qui serait, d’après de nombreuses études épidémiologiques, vectrices de leucémies et de cancers.

Catherine Gouhier, qui a coordonné pour le CRIIREM (centre de recherche et d’information indépendante sur les rayonnements électromagnétiques) une enquête citoyenne sur le sujet, juge la réglementation actuelle (éloignement de 100 mètres) trop optimiste recommandant de s’éloigner d’au moins 300 mètres de l’emprise de ces lignes. lien

Mais revenons à nos éoliennes.

Au moment ou le nucléaire connait quelques retentissants échecs, que ce soit avec Tchernobyl et Fukushima, ou avec les EPR, puisque les chantiers accumulent les retards, et les déboires financiers, provoquant à terme un prix du KW/H nucléaire élevé, les éoliennes battent des records proposant des prix de production électrique plus que compétitifs.

Les experts conviennent aujourd’hui que le coût de l’électricité nucléaire produite par les EPR sera désormais plus élevé que celui des énergies propres. lien

Un exemple pratique du succès des éoliennes : l’énergéticien Vattenfall a remporté le 13 septembre 2016 deux projets de parcs offshore au Danemark dans le cadre de l’appel d’offre « near shore »avec un tarif de 0,475 kr/kWh soit 64€/MWh. ce projet d’une capacité installée de 350 MW seront répartis sur 2 sites en Mer du Nord, et se situe en eaux peu profonde, à quelques kilomètres de la cote.

Ce projet disqualifie totalement l’argument selon lequel le nucléaire est une énergie bon marché, d’autant que si les éoliennes terrestres sont conçues pour fonctionner 4000 heures par an, en mer, c’est encore plus.

Ceux qui sont hostiles aux éoliennes ont parfois de bons arguments, mais aussi des irrecevables, évoquant sans raison qu’elles sont des « hachoirs à oiseaux ».

L’image est forte, et pourtant totalement fausse, car des enquêtes ont été menées sur le sujet, et pour 10 000 oiseaux tués accidentellement, de 0,4 à 1,2 oiseau seulement le sont par éolienne, alors qu’une enquête américaine a prouvé que les lignes haute tension tuent par an entre 130 et 174 millions d’oiseaux par an. lien

Par contre l’argument de l’intermittence de l’énergie éolienne est pour l’instant justifié.

Pour l’instant...

C’est sans compter sur une invention récente dont on attend impatiemment le développement.

Il s’agit du volant de stockage.

Ce procédé appelé VOSS, développé par l’entreprise ENERGIESTRO va en effet permettre le stockage énergétique par « volant en béton », solution ultra économique qui permettra d’utiliser les énergies propres de façon massive. lien

Avec un coût inférieur à 0,02 €/kWh, ce procédé a été lauréat du concours d’innovation en 2014.

Dans cette courte vidéo, le concepteur de cette innovation, André Gennesseaux, explique clairement son invention, laquelle a été récompensé par le prix EDF Pulse 2015.

Le principe est assez simple, le jour une partie de l’électricité produite entraine un moteur qui met une masse en rotation, et la nuit, cette masse tournante entraîne un alternateur qui produit à son tour du courant.

Un autre argument hostile aux éoliennes porte sur leur gigantisme, et la question est intéressante, d’autant qu’il est possible aujourd’hui, de choisir de petites éoliennes, lesquelles ont l’avantage d’économiser l’énergie puisque celle-ci est consommée sur place.

L’innovation nous vient des Indes, où la start-up « avant-garde innovations  », a conçu une éolienne à prix très bas, moins chère qu’un i-Phone, laquelle peut produire jusqu’à 5 kWh d’électricité par jour. lien

Ce sont 2 frères, Arun et Anoop George, originaires de Kerala qui sont à l’origine de cette performance, puisqu’elle ne coute que 665 €, et elle sera disponible dans le courant de l’année. Bonne nouvelle pour l’Inde, et pas seulement, puisque le pays est le 6ème plus grand consommateur d’énergie dans le monde. lien

 « Small is beautifull » disait l’économiste britannique Ernst Friedrich Schumacher, certains sont encore allés plus loin, puisqu’ils ont mis au point une éolienne portable pour recharger votre iPhone.

Cette invention est due à Tjeerd Veenhovent, et il lui est venu à l’idée d’utiliser un ventilateur d’ordinateur pour l’intégrer à son portable, lequel se recharge en 6 heures, cette innovation étant prévue pour un déplacement en vélo. lien

Du coté du nucléaire, on ne peut pas vraiment dire que « ça va bien » !

En effet, 46 générateurs de vapeur de 18 réacteurs nucléaires fournis par Areva à EDF menacent la sécurité du pays en raison d’une concentration dangereusement élevée de carbone dans le métal. 2 des 4 réacteurs de la centrale nucléaire du Tricastin sont concernés, et ont du être arrêtés.

Le cours en bourse d’EDF continue de chuter, l’entreprise étant endettée à plus de 84%, alors que l’agence de notation de Standard & Poor abaisse la note à long terme d’EDF estimant que les risques liés au projet de construction d’EPR à Hinkley Point sont élevés.

À Gravelines, le réacteur n°5 est à l’arrêt, à Fessenheim, la date de redémarrage du réacteur n°2 a été repoussée, à Paluel, la remise en état du réacteur n°2 a été repoussé aux calendes grecques, à Bugey, un défaut d’étanchéité de l’enceinte de confinement du réacteur n°5 empêche son redémarrage, alors qu’il est arrêté depuis aout 2015...lien

Qui peut encore croire que le nucléaire ait encore un avenir ?

C’est en tout cas ce qu’affirme l’analyste Mycle Schneider, qui dans les pages de « Capital » fait le constat cruel : « il n’y a pas d’avenir industriel pour l’EPR parce qu’il n’y a pas de marché pour ce type de machine. Trop grande, trop chère, et surtout trop lente à mettre en route. Le secteur énergétique est en pleine révolution. C’est le chamboulement de la logique de l’intégration verticale avec les grandes unités de production, le transport du courant sur des centaines de kilomètres et la distribution au consommateur final. La logique de l’avenir est basée sur l’intégration horizontale, comme l’Internet, avec des millions de producteurs décentralisés. En Australie, par exemple, il y a déjà 2 millions de générateurs d’électricité solaire, des flux d’électricité multidirectionnels, et des nœuds de connexion intermédiaires. Dans ce nouveau décor, l’EPR fait, à mes yeux, figure de dinosaure. Surtout qu’il est hors de prix : les estimations de coût ont été multipliées par quatre depuis la décision de 2005 de le construire à Flamanville  ». lien

Tout ça ne semble pas trop émouvoir le président français qui continue de miser sur le nucléaire...

Comme dit mon vieil ami africain : « celui qui rame dans le sens du courant fait rire les crocodiles ».

L’image illustrant l’article vient de intellego.fr

Merci aux internautes pour leur aide précieuse

Olivier Cabanel

Articles anciens

L’électricité, c’est gratuit

Les énergies, c’est du propre

Après Totness, Feldheim

Totness enlève le haut.

Le caillou dans la chaussure

Un avenir radieux ou irradié

Sans transition, la chute !

L’énergie en partage

Il y a ceux qui nous pompent l’air…

Comment tourner la page du nucléaire, du pétrole et du charbon

Au pays du soleil, le vent !

De l’eau dans le gasoil

Roulez, roulez, petits plastiques

Faire le plein avec du vide

MHD, l’énergie cachée du futur

Quand les ordures se changent en or

Vive l’énergie positive

Sortir en douceur du nucléaire

Du pétrole sous les sabots

Energies propres en Suède

De la fuite dans les idées

L’imagination au pouvoir

Tel un avion sans kérosène

Rouler malin

D’autres énergies pour sortir de la crise

Au chaud sur la terre de glace

Simple comme l’eau chaude

Témoignage sur le photovoltaïque en France

Le plein de cochon à la pompe

Le nucléaire dépassé par des cochons

Déchets, de l’or dans nos poubelles

En France on a pas de pétrole, et pas d’idées non plus

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.68/5   (41 votes)




Réagissez à l'article

253 réactions à cet article    


    • olivier cabanel olivier cabanel 27 septembre 11:24

      @Jean-Pierre Llabrés

      une autre approche :
      la fable du thorium

    • olivier cabanel olivier cabanel 27 septembre 11:27

      @Jean-Pierre Llabrés
      au delà de ce thorium, lequel est une belle fable, je n’oublie pas qu’il s’agit d’une énergie fossile.


    • sarcastelle 27 septembre 13:15

      @ disciples d’olivier cabanel

      .
      Quand on parle d’énergie fossile, pour dire qu’il faut en réduire l’emploi, on se réfère aux hydrocarbures liquides, gazeux, et a charbon, qui produisent du CO².
      .
      C’est à cause du C0² qu’on blâme les énergies fossiles ; ce n’est pas à cause du mot « fossile ». 

    • sarcastelle 27 septembre 13:21

      @ admirateurs d’olivier cabanel

      .
      J’ai plusieurs fois donné le lien envers son article « la fable du thorium » tant je souhaite qu’on le lise. 
      Lisez-le !!

    • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 27 septembre 14:07

      @sarcastelle

      J’ai lu son article (?) sans argumentation sérieuse contre une filière nucléaire au Thorium. Sans intérêt.


    • Alren Alren 27 septembre 15:13

      @Jean-Pierre Llabrés

      Je partage votre point de vue. M. Cabanel n’a pas démontré avoir les connaissances suffisantes pour démontrer que le thorium n’est pas une solution.

       Pour emporter l’énergie calorique produite par la désintégration du thorium, il faut utiliser de l’hélium et alors il n’y pas d’explosion d’hydrogène possible. La solution du sel fondu n’est pas bonne selon moi.
      Il faut déposer le thorium sur des plaques de fer pur affectant la forme d’un radiateur pour un échange de calories maximal.
      M. Rubbia a proposé un accélérateur de particules pour fracturer les atomes de thorium, autrement dit consommer de l’énergie avant d’en produire (ce qui est aussi le cas pour la fusion thermonucléaire).
      Il vaut mieux utiliser le plutonium (dont on ne sait pas quoi faire) déposé lui aussi sur des plaques de fer (métal le plus stable atomiquement) pour déclencher la réaction. Les plaques de fer à thorium et les plaques à plutonium s’interpénètrent et sont mobiles.
      En cas de problème (arrêt de la circulation de l’hélium), elles sont instantanément séparées et des plaques supportant un absorbeur de neutrons (à déterminer) vient s’intercaler entre les plaques au plutonium pour calmer considérablement la réaction et limiter le dégagement de chaleur qui pourra être évacué par une pompe à hélium de secours moins puissante.

      Bien entendu, il s’agit d’une direction de recherche que je propose ici. Pas une solution prête à l’emploi.


    • olivier cabanel olivier cabanel 27 septembre 16:21

      @sarcastelle
      sinon, pour la sauce béchamel, vous préconisez quel type de farine ?


    • sarcastelle 27 septembre 16:47

      @Alren
      .

      Les deux premières lignes, ça va. La suite, c’est top....

    • sarcastelle 27 septembre 20:45

      @Jean-Pierre Llabrés
      .

      Si j’aime qu’on lise l’article sur le thorium, c’est parce qu’il est surréaliste. smiley



    • Laulau Laulau 28 septembre 09:45

      @olivier cabanel
      je n’oublie pas qu’il s’agit d’une énergie fossile.

      Il y aurait donc des fossiles fait de Thorium et non de carbone ? Ce qui est certain c’est que lorsqu’il y a une c..ie à dire vous ne l’oubliez pas.


    • olivier cabanel olivier cabanel 28 septembre 16:39

      @sarcastelle
      une bourde de plus !

      vous vous trompez dans les opérations, vous ne donnez pas la recette de la béchamel, et vous écrivez une énormité de plus : on blâme les énergie fossiles surtout parce qu’elles sont fossiles, et donc pas renouvelables...même si on les blâme aussi parce qu’elles sont sales...
      toujours à coté de la plaque décidément
       smiley.

    • sasapame sasapame 28 septembre 20:16

      Il n’y a aucun problème avec le CO2.

      Je n’ai personnellement rien contre les théories du complot, mais je ferais remarquer que l’auteur, qui n’est pas contre par principe non plus, en use pour viser (peut-être à raison) un certain lobby nucléaire mais aurait aussi bien, et mieux fait de songer à une possible arnaque plus générale, qui nous vaut la fable selon laquelle la molécule la plus vitale qui soit, le CO2, nous poserait un gros problème...


    • mmbbb 28 septembre 21:56

      @olivier cabanel c’est moins le type de farine que la methode qui importe Il faut utiliser du beurre clarifié et de la farine Le roux doit etre cuit doucement et vous ferez une bonne bechamel ’ la farine developpe son amidon qui se tranforme en dextrine principak liant de la sauce Au fond de la casserole comme dans le nucleaire on fait de la chimie


    • sarcastelle 28 septembre 22:02

      @olivier cabanel

      .
      Je me répète à l’intention des malcomprenants de bonne ou mauvaise foi :
      .
      Vous avez dit le 27 à 11 h 27 : je n’oublie pas que le thorium est une énergie fossile. 

      Oui, et alors ? 
      .
      Alors, rien... Les énergies fossiles ne sont pas décriées parce qu’elles sont fossiles, mais parce qu’elles produisent du CO². Sauf que le thorium n’en produit pas, en sorte que votre phrase que je cite en gras est vide de sens. 
      (je raisonne en admettant comme vous faites que les minéraux sont des fossiles)




    • olivier cabanel olivier cabanel 29 septembre 09:29

      @mmbbb
      vous ne savez donc pas que la qualité du produit de départ est essentielle pour réussir une bonne cuisine ? 

      le type de farine est donc essentiel.
      et au fond de la casserole, en chimie, je préconise de ne pas utiliser de matière radioactive, c’est assez indigeste, non ?
       smiley

    • sarcastelle 29 septembre 12:06

      @olivier cabanel

      Olivier Cabanel ne semble pas avoir bénéficié des casseroles sans énergie que le lobby nucléaire a distribuées à titre de gadget publicitaire. Ce sont des casseroles usuelles mais dont le fond au lieu d’être en cuivre chauffe tout seul puisqu’il est en uranium australien (l’uranium de France métropolitaine, du Niger ou du Canada n’est pas assez vif pour toutes les préparation culinaires).

    • fred.foyn fred.foyn 27 septembre 09:57

      Le coût de fabrication et d’installation d’une éolienne terrestre est estimé à 1.000 € par kilowatt installé, soit 1 million d’euros le mégawatt....

      Le prix d’une éolienne offshore varie de 2 à 4 millions d’euros par MW installé. Le site Green Univers chiffre par exemple le coût du futur parc offshore danois Anholt, développé par le danois Dong Energy, à 3,35 millions d’euros le mégawatt....
      L’éolien domestique ou aussi appelé le « petit éolien » correspond à l’installation d’une éolienne chez soi. La puissance de ces éoliennes ne dépasse le 36kW. Le prix de ces éoliennes varie de 10.000€ à 90.000€....

      • olivier cabanel olivier cabanel 27 septembre 11:25

        @fred.foyn
        l’article donne avec justificatifs, la preuve du contraire.

         smiley

      • fred.foyn fred.foyn 27 septembre 12:17

        @olivier cabanel....Sources...

        L’éaerGeek
        QuelleEnergie.fr
        ECQinfos...
        Bonne journée.

      • fred.foyn fred.foyn 27 septembre 12:19

        @fred.foyn.....et...L’energeek.com tous les chiffres sont là !



      • olivier cabanel olivier cabanel 27 septembre 13:12

        @fred.foyn
        sources plus que discutables, si vous les comparez à la grande majorité des autres.

        désolé

      • fred.foyn fred.foyn 27 septembre 14:25

        @olivier cabanel....C’est vrai, vous êtes le seul à connaitre la vérité...tous les autres sont des cons...Vous travaillez pour qui exactement ?


      • olivier cabanel olivier cabanel 27 septembre 16:25

        @fred.foyn
        des cons ? je n’irais pas jusque là...

        mais quand la grande majorité des experts affirment qu’avec les epr, le cout du nucléaire va grimper, rendant les énergies propres moins chère, il serait con de le contester... non ?
        quand un epr prévu pour une somme x permet d’estimer un cout du kWh de x, si (et c’est le cas) son prix est multiplié par 4, on en déduis aisément que l’estimation du prix du kW/h est fatalement plus élevée... non ?

      • Clocel Clocel 27 septembre 17:28

        @olivier cabanel

        A ce jour les EPR n’ont produit que de la dette, et pas UN KW, il semblerait que nos Géo Trouvetou se sont un peu pris les pieds dans le tapis sur ce coup !

        Pas grave, le contribuable épongera l’orgie, comme d’hab dans ce domaine et dans d’autres...

        Tant qu’il y aura des veaux pour plébisciter les chimères...


      • gglegeron 27 septembre 23:45

        @olivier Cabanel

        Ca c’est de l’analyse ... tu peux y aller ! Aucun risque de ce tromper si les « experts » le disent...

        Quels experts pour qu’on rigole ?!?

        Même si le prix d’un EPR doublait, il serait de toute façon bien moins cher à construire que son équivalent éolien...


      • fred.foyn fred.foyn 28 septembre 06:32

        @olivier cabanel...Les EPR ne fonctionnent pas..des années et des milliards de retards...Encore des magouilles sur le dos des Français...Par contre les PRIX des éoliennes c’est une réalité...désolé !


      • olivier cabanel olivier cabanel 28 septembre 16:40

        @gglegeron
        « même si le prix de l’epr doublait » écrivez vous....pas de bol, il a fait mieux ! il a quadruplé.

         smiley

      • Clocel Clocel 27 septembre 10:04

        Pour ceux qui veulent aller plus loin et assurer eux-même leur autonomie :

        http://www.outils-autonomie.fr/eolienne-piggott/

        Je recommande l’excellent bouquin d’Hugh Piggott qui donne toutes les clés pour une réalisation et une installation réussie.

        http://www.tieole.com/index.cfm?pageid=43

        Un de ses modèles couplé à un panneau solaire a alimenté mon mobil-home pendant 7 ans pour un coût de 500€.


        • olivier cabanel olivier cabanel 27 septembre 11:28

          @Clocel
          merci de ce témoignage, et des preuves que vous nous donnez.


        • oncle archibald 27 septembre 14:55

          @olivier cabanel et Clocel : des preuves qu’on peut vivre en autonomie sur un voilier ou dans une caravane en produisant de quoi faire fonctionner un ordi et éclairer trois ampoules de 25 W !!!

          Pour un mec qui a été dans l’architecture dans une autre vie vous devriez au minimum savoir ce qu’est la notion d’échelle ! Justifier qu l’on arrête une centrale nucléaire avec ce type d’arguments est un simple foutage de gueule !

          Et toujours à propos d’échelle le stockage dans des volants d’inertie en béton reste lui aussi à l’échelle d’une « petite » consommation, quelques appartements ou une petite unité de production, tandis que les besoins de la France sont entre 430 et 480 tera-what-heure ...


        • Alren Alren 27 septembre 15:47

          @Clocel

          Les éoliennes terrestres petites ou grandes font un bruit insupportablement agaçant pour les gens qui sont à côté.
          Même les éoliennes qui continuent de tourner sur les voiliers dans les ports (dont la plupart disposent pourtant de prises électriques !) fatiguent les voisins !
          La solution a été trouvée : au lieu de pales tournantes les éoliennes en forme de tige, rappelant les arbres, oscillent comme les arbres avec un bruit « blanc » parfaitement supportable.
          L’avantage secondaire est que ces éoliennes doivent pouvoir continuer à fonctionner avec un vent de tempête.
           
          Ceci dit se posent deux problèmes :

          1) le vent est une énergie diluée et on ne pourra jamais en récupérer qu’une infime partie sauf à couvrir de « rideaux » d’éoliennes des couloirs venteux comme le couloir rhodanien parcouru par le mistral : les éoliennes oscillantes se prêteraient bien mieux à l’opération que les tournantes et ne sont pas dangereuses pour les oiseaux.

          2) le vent est intermittent. S’il a l’avantage de produire directement de l’électricité sans passer par la phase thermique, grâce à l’électromagnétisme, il pose le problème du stockage de cette électricité. Les batteries fondées sur une réaction chimique, de faible voltage ne sont pas la solution pour les besoins même d’une maison particulière. Pour l’instant, disons-le clairement, il n’y a pas de solution en vue, sauf peut-être pour des piles de milliers condensateurs secs à 800 volts de tension se chargeant et se déchargeant l’un après l’autre dans une capacité, avant d’alimenter le réseau individuel. 


        • Croa Croa 27 septembre 16:50

          À Clocel,
          Merci...
          Mais encore faut-il avoir du vent !  smiley
          *
          Par contre du soleil il y en a partout !


        • Clocel Clocel 27 septembre 18:08

          @Croa

          Les journées sans vent sont rares. La mienne était sur un mât de 8 mètres, (la loi permet 12 mètres sans déclaration de travaux) et elle a parfaitement répondu au cahier des charges.

          Mes batteries ne sont jamais descendu en dessous de 60% de leurs capacités, donc, j’ai toujours eu de la marge... Et sans lampes LED, aujourd’hui c’est de la rigolade d’éclairer une maison !

          Elles sont très bien foutues ces Piggott, pile-poil adaptées à notre aérologie et c’est une belle aventure à construire.

          La mienne était en place durant la dernière tempête , un vrai régal de la voir se mettre en furling, sortir seule du lit du vent tout en continuant à produire ! J’ai eu juste à retendre les haubans le lendemain.

          Sur mon voilier j’avais une Air-X 400, 2 heures de fonctionnement suffisaient à mes besoins, le reste du temps, elle était à l’arrêt.

          Les journées bien ensoleillées, mon petit panneau solaire souple suffisait, et à l’époque, il n’était pas réputé pour leurs performances ! Ça s’est amélioré depuis.

          Si je rachète un voilier, je n’aurai plus d’éolienne, le rendement des derniers panneaux solaires couvrent les besoins en toutes circonstances.

          Si EDF persiste à vouloir installer leur compteur de merde, je ré-envisagerai la question de l’autonomie.


        • olivier cabanel olivier cabanel 27 septembre 18:21

          @Alren
          un bruit insupportable ?!

          plus le mensonge est gros, mieux il passe
           smiley

          cette question étant réglée depuis un certain temps, sauf pour vous apparemment, je ne l’ai pas abordé.pour quelqu’un qui voudrait dormir au pied d’une éolienne, il faut qu’il s’attende a subir le niveau sonore qu’il y a à l’intérieur d’une voiture...après cette révélation, j’espère que vous n’utiliserez plus de voiture. d’autre part, il y a atténuation du bruit en fonction de la distance, et à 300 ou 400 mètres la nuisance sonore est celle d’un bureau....damned, vous voilà condamné à ne plus travailler !explication ici


        • gglegeron 28 septembre 00:05

          @olivier cabanel

          Allez... Encore  une contre-vérité. Cabanel vous écrivez des articles sans vous être renseigné au préalable.  :->

          Le bruit d’une éolienne, ce n’est pas que le bruit que font les pales dans l’air, c’est aussi une compression de l’air chaque fois qu’une pale passe devant le fût.

          Et là, on a à faire à des fréquences graves à extrêmes graves. Quand on est dessous, on ne les entend pas, mais dès qu’on s’éloigne de quelques centaines de mètres, on les ressent nettement.  Des personnes sont plus sensibles que d’autres, mais on les entend.

          Du fait de l’amélioration des stators et rotors, de l’électronique de puissance, elles tournent de plus en plus vite (pour un même encombrement en hauteur et en volume de nacelle, on est passé de 1.7MW à 2.5MW). Ce qui sous entend que les pales sont de plus en plus larges et donc les bruits en fréquences graves de plus en plus sonore.

          Je ne sais pas où vous aller cherchez vos sources... Dans le Monde dites-vous ?  des scientifiques ces gens-là...  c’est évident. smiley


        • sarcastelle 28 septembre 22:11

          @olivier cabanel qui a écrit :

          .
          à 300 ou 400 m la nuisance sonore [des éoliennes] est celle d’un bureau
          .
          Normalement les femmes de service passent l’aspirateur après les heures de bureau. 
          Qu’est-ce qui produit un ronflement constant dans un bureau ? 
          Le sommeil des fonctionnaires ? (là, M. Cabanel, vos insinuations sont lamentables...)
          La machine à café ? (équitable, j’espère)
          La clim ? (équipement exclu du bâtiment durable)
          Quoi encore ? 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès