Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Technologies > Les hyperliens anti-pédophiles du FBI

Les hyperliens anti-pédophiles du FBI

Cliquez ici pour recevoir un raid armé à domicile... En attendant Jack Malone et le Swat, préparez-vous à affronter Jack McCoy.

Protocoles pénitentiaires

Professeur d’université à Media (Pennsylvanie), Roderick Vosburgh cliqua sur un lien de ce type dans un forum X : « Voici l’un de mes favoris : un petit garçon de 4 ans avec son papa, de l’o... et de l’a... , très chouette ! » Quelques heures plus tard, des casques noirs armés jusqu’aux dents défoncèrent sa porte, le plaquèrent contre un mur puis le menottèrent manu militari. Pendant qu’une grande dame en blouson bleu nuit lui signifiait ses droits et le motif de son arrestation, plusieurs agents du FBI en gants de latex perquisitionnèrent son domicile de fond en comble, saisirent son matériel électronique (ordinateur, téléphones, appareil photo, caméscope, baladeur, mémoires USB, DVD, etc.), son agenda, son carnet de chèques, ses relevés bancaires, son courrier postal...

Nous étions en février 2008. Vosburgh aurait-il physiquement commis des crimes pédophiles sans s’être fait prendre jusqu’ici ? Tout porte à croire que non. Aucune image correspondant aux deux icônes incriminées n’a été trouvée par le redoutable FBI Crime Lab dans ses disques durs. Par ailleurs, son casier judiciaire vierge et son dossier psychiatrique ne révèlent aucun profil ou antécédent à caractère pédophile. L’enseignant n’en était pas au bout de ses peines car le ministère public ne le rata pas.

Conformément à la législation fédérale en matière de « conduite sexuellement explicite », voici ce qu’en dit le procureur général à propos des icônes trouvées dans l’ordinateur de l’accusé : « la première image montre une fille prépubère, complètement nue, debout sur une jambe pendant que l’autre jambe est étendue sur un bureau, exposant ses parties génitales... L’autre image montre quatre filles prépubères couchées dans un lit, leurs jambes écartées, exposant leurs parties génitales. A la vue de cette image, le jury peut raisonnablement conclure que ces quatre filles posaient dans des positions non naturelles et que le point central de cette image porte sur leurs parties génitales... A partir de cet indice, le jury estime qu’il s’agit d’images de mineures ayant une conduite sexuellement explicite, et ne requiert certainement pas une résolution de cristal invoquée comme nécessaire par le défendeur, mais toujours indisponible  ».

Vosburgh fut reconnu coupable par le jury « de clic sur un lien illicite et de possession d’icônes de mineures dénudées  ». Le 22 avril, il saura finalement : 1/ s’il passera entre trois à cinq ans derrière les barreaux ; 2/ s’il conservera sa chaire d’enseignant à sa sortie de prison ; 3/ s’il sera administrativement fiché à vie ou non comme prédateur sexuel.

Dans le Nevada, Travis Carter qui risque jusqu’à dix ans de prison suggéra pour sa défense que son voisin, à portée de son routeur wi-fi, aurait cliqué sur un spam pédophile. De nombreux experts assermentés témoignèrent à la barre que le voisinage immédiat de Carter comprenait une douzaine de maisons, dotée comme la sienne de routeurs wi-fi aux connexions non protégées. Ils ajoutèrent que les icônes incriminées auraient très bien pu être créées automatiquement par le cache de l’ordinateur au moment du clic. Arguments rejetés par la juge selon les termes suivants : « The possibilities of spoofing or other users of an open Wi-Fi connection would not have negated a substantial basis for concluding that there was probable cause to believe that evidence of child pornography would be found on the premises to be searched ».

Au fait, comment en est-on arrivé là ?

Clics et traques

Depuis peu, le FBI a créé de faux sites de téléchargement comme uploader.sytes.net hebergé par no-ip.com, fournisseur de noms de domaines dynamiques à 15 dollars l’année. En réalité, afin de rester dans la légalité, les serveurs gouvernementaux n’archivent aucun fichier illégal, mais de remarquables leurres infopublicitaires à caractère pédopornographique. Corollairement, le bureau dissémine des spams et des hyperliens-pièges de Sytes.net dans des forums X classiques comme Ranchi, soupçonné de dissimuler un trafic d’images pédoporno via un serveur nommé rangate.da.ru (aujourd’hui hors service pour « activité non éthique »). Les serveurs affidavit du bureau retracent et enregistrent les adresses IP du moindre cybernaute américain qui cliquerait dessus, sans pour autant déterminer s’il l’a obtenu ce lien sur un forum X ou par e-mail. Des assignations administratives sont aussitôt envoyées aux FAI afin qu’ils fournissent l’identité et l’adresse physique du téléchargeur aussi vite que possible.

Lorsque le FBI a obtenu un mandat fast track d’arrêt et de perquisition, les Swat embarquent dans leur van noir blindé, quelques véhicules banalisés allument leurs girophares et tout ce beau monde fonce ensuite chez l’ennemi public numéro un. Aux yeux du bureau, le simple fait de cliquer sur un hyperlien-piège ou de posséder une simple icône thumbs.db pédoporno constitue un crime grave.

Jusqu’ici, une dizaine d’Américains sont déjà tombés dans cette trappe cyber du FBI : certains sont de véritables prédateurs sexuels et/ou amateurs de pédopornographie, d’autres sont très probablement les victimes directes d’un clic curieux ou malencontreux. Les condamnations de ces derniers font l’objet de vifs débats éthiques chez l’Oncle Sam. Maints juristes invoquent la tolérance zéro pour la protection de l’enfance, d’autres dénoncent cette « exubérante dérive à la Minority Report » qui jettera beaucoup trop d’innocents en cage.

Selon Stephen Saltzburg, professeur de droit à l’université de Washington DC, « les individus qui se connectent aux sites du FBI n’ont subi aucune pression de la part du gouvernement. Ils ne peuvent donc se plaindre du fait que celui-ci les ait incité à faire quelque chose à laquelle ils n’étaient pas déjà prédisposés [...] Il en aurait été tout autrement si le FBI avaient tenté d’encourager ces gens à cliquer sur le lien en incluant des indications équivoques sur la nature légale ou licite des photos ou des vidéos ».

Avocat criminel dans le Cambridge, Harvey Silverglate affirme que « les tribunaux ont été tellement restrictifs dans leur définition de l’entrapment (incitation au délit par un policier afin de justifier une arrestation) et tellement généraux dans leur définition de cause probable que plus rien désormais n’empêchera le FBI d’intervenir à sa guise ».

Les associations de droits civiques tirent la sonnette d’alarme : toute personne cliquant pas curiosité ou par inadvertance sur un de ces hyperliens-pièges vivra le même enfer que Vosburgh et Carter. En outre, vu la dérive ultrasécuritaire actuelle, elles craignent fortement que le bureau et d’autres administrations ne généralisent cette méthode dans leurs investigations anti-narcotiques et antiterroristes.

Et si, par malheur, les trop curieux neveux de l’Oncle Sam venaient à cliquer sur ces hyperliens-pièges, Jack Malone et Jack McCoy enverront-ils ces petites têtes dans quelque centre de rééducation pour mineurs ou leurs parents dans une prison du comté ? La clicophobie deviendra-t-elle l’attitude la plus électroniquement correcte ?

Annexes

  1. The Register : FBI agents lured suspects using fake child porn hyperlinks

  2. News  : FBI posts fake hyperlinks to snare child porn suspects

  3. Arstechnica  : Rick Rolled to child porn = you’re a pedophile, says FBI

  4. Hackers.org  : Click A Link, Go To Jail


Moyenne des avis sur cet article :  4.82/5   (66 votes)




Réagissez à l'article

35 réactions à cet article    


  • MagicBuster 18 avril 2008 13:14

    Ils sont fous ces ricains !!!

    Sarko va certainement les copier , il adore les trucs pourris des américains.


    • faxtronic faxtronic 18 avril 2008 13:26

      Tu veux dire :

      Que tu peux etre condamné pour un crime que tu n’a pas commis ??? C’est pre-crime minority report cet affaire.


      • Sébastien Sébastien 18 avril 2008 13:51

        Meme si je n’approuve pas la methode, je trouve curieux d’aller cliquer sur des sites visiblement pedophiles.

        Cela dit le coup de la connexion wi-fi pose un probleme serieux. Si on arrive a s’introduire sur mon reseau et a commettre des actes delictueux, comment est-ce que je peux me defendre et prouver ma bonne foi ?


        • roOl roOl 18 avril 2008 15:05

          Ta connection wifi est ta propriété, a toi de la proteger suffisament.


        • docdory docdory 18 avril 2008 22:16

           @ roOI 

           

          " Ta connection wifi t’appartient , à toi de la protéger correctement " dites vous .

          J’ai chez moi une "live box" au rez de chaussée , installée par France Telecom , et reliée , selon l’installateur par " wi-fi " à mon ordinateur situé au premier étage . Je suppose que cette connection est " protégée " par les bons soins de France Telecom . N’ayant strictement aucune connaissance technique , je serais bien en peine de m’en assurer , il me faudrait probablement des années d’études . A supposer qu’elle ne soit pas " protégée " , je n’aurais , comme 95% des français ou plus , strictement pas la moindre idée de comment procéder pour qu’elle le soit !


        • docdory docdory 18 avril 2008 22:19

           @ Rool 

          C’est comme les anti-virus , je n’ai jamais mis d’antivirus sur mes ordinateurs , ils n’ont pourtant jamais attrapé de virus . Je me demande si toutes ces histoires de sécurité informatique ne sont pas de l’intox pour vendre des protections qui , en fait , ne servent à rien !


        • docdory docdory 18 avril 2008 22:28

           @ Charles Bwele 

           

          Ne pourrait-on pas imaginer qu’une société spécialisée dans les anti-virus développe une activité annexe de logiciels de détéction automatiques d’hyper-liens anti-pédophiles du FBI , à l’instar des détecteurs de radar sur les routes . Les acheteurs de ces futurs " détecteurs de liens anti-pédophiles du FBI " seraient -ils suspect de pédophilie de même que les possesseurs de détecteurs de radars ont une contravention ? Intéressantes batailles juridiques en perspective ...


        • Charles Bwele Charles Bwele 18 avril 2008 22:50

          A la minute même où votre société aura obtenu son immatriculation, les domiciles de leurs dirigeants seront cernés par un van noir blindé, qq véhicules banalisés avec girophares et une quinzaine de fonctionnaires en a athlétiques en costards sombres...

          Amicalement


        • roOl roOl 21 avril 2008 12:03

          Nul n’est censé ignorer la loi.

          La c’est pareil, vous devez protegez votre acces wifi si vous ne voulez pas d’intrusion ...

          Si vous ne savez pas, vous apprennez ou vous faites appel a un professionel, c’est la vie.


        • roOl roOl 21 avril 2008 12:03

          Quand au commentaire sur les antivirus, il faudrai peut etre voir a sortir de la théorie du complot.


        • delicemetis 18 avril 2008 14:01

          C’est tres bien, je n’irai pas jusqu’a l’arrestation, mais surveiller via le FAI les autres site où l’internaute va, pour savoir si il cherche vraiment des images pédopornographiques est une piste...

           


          • roOl roOl 18 avril 2008 15:04

            une piste vers un etat totallitaire.


          • dup 18 avril 2008 14:21

            vous les prenez pour des gens normaux ,les americains ? tuer avec des projectiles a l’uranium , dominer des natîons souveraines , fomenter des coups d’état contre de démocraties . oui tout cela est bon

            http://fr.youtube.com/watch?v=VdAjOJ69TTU

            , mais le zizi , voila la chose qui fait peur

            http://v.tomeno2.free.fr/blagues/lois_usa.htm

            heureusement dans un sens , parce que le zizi est l’origine de la vie , donc ils disparaitront .. bon débarras !

             


            • Charles Bwele Charles Bwele 18 avril 2008 15:30

              Pendant le procès de Vodsburgh, le FBI a reconnu qu’à part ces deux icônes thumbs.db , il n’a aucun élément à charge contre le prof de fac’ ...

              Le bureau a épluché ses finances, ses emplois du temps, ses communications, sa navigation Web, son matériel informatique et électronique, interrogé ses proches... A part plusieurs sites X tt à fait "normaux" que visitait souvent Vodsburgh, rien ne démontrait dans sa vie électronique qu’il soit un cyberprédateur sexuel ou un amateur de contenus pédophiles...

              Toutefois, parmi la dizaine de personnes condamnées pour "clic illiicite", la culpabilité de de trois et peut-être quatre d’entre eux a éte formellement établie sur la base de preuves solides dans leur vies réelles et électroniques.

              Un autre problème turlupine déjà le FBI : les ados, qui sont souvent très curieux en ligne et très rarement pédophiles pour disons 95% d’entre eux, cliquent sur quasiment tout ce qui est cliquable dans une page ou un forum X. Doit-on les condamner pour de tels clics ? Doit-on incriminer leurs parents sachant qu’ils ne peuvent pas toujours être derrière eux ? On peut vouloir une surveillance parentale à tout crin, mais était-ce le cas qd nous même étions enfants ? Et si le gosse clique à partir d’une connexion wifi qu’il abuse un tantinet (pratique très courante chez les ados en Amérique) juste un tantinet ?

              Et si un voisin clique en exploitant la connexion wifi des parents du gosse ? Devra-t-on passer les menottes au jeunot manu militari ?

              Quand on sait qu’un condamné pour acte pédophile subit en prison de la part de ses codétenus, comment supporter ce calvaire alors qu’on n’a jamais violenté un enfant ou jamais téléchargé des tonnes d’images/vidéos interdites ? Le fait d’avoir cliqué dessus une fois, par curiosité ou même par erreur justifie-t-il d’être envoyé en taule pour une décénnie ?

              Aux yeux de nombreux juristes, les hyperliens-pièges du FBI soulèvent beaucoup trop de "ET SI" pour justifier leur disparition pure et simple...

              En tout cas, cette méthode très orthodoxe est un cas éthique dans toute sa splendeur, ou plutôt horreur ?

              PS : Le FBI et le Département de la Justice ont décidé de concevoir des hyperliens-pièges à caractère narcotique pour la lutte anti-drogue... Ce n’est qu’un début pas très prometteur...

               

               


              • Charles Bwele Charles Bwele 18 avril 2008 19:21

                J’ai souvent fait le parallèle avec les snuff movies. Désolé pour les néophytes, je ne définirais pas de quoi il s’agit, il va falloir chercher par vous-mêmes.

                Si je télécharge par inadvertance ou par curiosité un (je dis bien un seul) snuff movie, suis-je complice d’un meurtre . Suis-je pour autant un amateur d’homicide ou "homicidophile" ? Pour l’instant, aux yeux de la loi fédérale, ce n’est pas le cas. Alors, pourquoi en est-il autrement pour qq’un qui clique une seule fois dans les mêmes circonstances sur un lien pédoporno ?

                Récemment encore, la vidéo d’un viol postée sur Youtube fut visionnée des centaines de milliers de fois avant que Google ne la retire du site... Fallait-il envoyer les SWAT chez tous les internautes US l’ayant maté ? Sont-ils amateurs de violence sexuelle ?

                Si le FBI et le DoJ décident d’étendre cette méthode à la lutte anti-drogue, alors il faudra vite recruter massivement chez les SWATS...qui passeront d’abord plus de temps dans les campus et les soirées branchées ! Feront-ils de même pour la lutte anti-terroriste ? Noam Chomsky et Michael Moore peuvent déjà retirer leurs lacets et enfiler l’uniforme orange pour "cause très probable de complicité avec les terroristes"...

                Néanmoins, j’ai moi aussi une forte tendance émotionnelle à être plus sensible et un peu plus drastique quand il s’agit de protéger les enfants... Dur de ranger ses émotions qd il s’agit d’eux Pour autant, leur protection doit-elle nécéssairement impliquer d’envoyer un max d’innocents en taule ? Même s’ils n’ont cliqué qu’une seule fois sur des liens pédoporno, ils n’ont pas jusque là commis de crime...

                A votre avis, combien de temps avant que des dispositions plus ou moins équivalentes (voire identiques) déferlent en Europe ?

                 


              • JL JL 18 avril 2008 15:45

                 

                Excellent article. Les sites pédopornos étant criminels, les leurres de la police ne peuvent délivrer d’images pédopornos : dès lors il leur est impossible de prouver la ’consommation’ d’images pédopornos, puisque d’une part il n’y a pas de délivrance d’images, d’autre part l’arrivée par un internaute sur un leurre a pu avoir d’autres causes que la recherche d’un site illégal.

                La seule chose qui pèse sur l’internaute c’est une présomption de culpabilité. Si la loi américaine autorise les arrestations et les perquisitions sur cette seule présomption c’est que ce pays a institutionnalisé le principe que "la fin justifie les moyens". Cela est contraire à nos valeurs.

                Post scriptum : au confessionnal on incitait les enfants à confesser leurs mauvaises pensées, je ne sais si c’est toujours le cas. Quelles qu’aient pu être les motivations des prêtres qui recueillaient ces ’confidences’, ces motivations sont contraires aux valeurs des lumières.


                • JL JL 18 avril 2008 15:49

                  Ces leurres sont peut-être destinés à pièger des activistes jugés dangereux et contre qui il n’y a pas d’autre chefs d’accusation établis.


                • JL JL 18 avril 2008 15:51

                  Pardon pour ce rajout : le but serait de faire peur aux activistes, précisément. De les faire taire. De NOUS faire taire en attendant qu’ils aient trouvé d’autres moyens.


                • Clz ClaizeCharal 18 avril 2008 16:03

                  Voilà l’outil parfait pour se débarrasser de quelqu’un qu’on aime pas. Un petit lien dans un mail soit disant marrant, et merci le FBI


                  • LE CHAT LE CHAT 18 avril 2008 16:22

                    une leurre pour piéger sa victime , c’est une technique vieille comme le monde !

                    les poissons abyssaux l ’utilisent également . Si des cons se font prendre , tant pis pour eux !


                    • faxtronic faxtronic 18 avril 2008 16:27

                      Clique sur ce lien si tu l’ose :

                      Attention, contenu pas bien !


                    • Traroth Traroth 18 avril 2008 17:16

                      Ca ne marche pas. Dommage, je brûlais de savoir...


                    • Traroth Traroth 18 avril 2008 17:19

                      La question qui tue : qu’est ce qui prouve qu’il n’existe pas quelque part sur le net un lien vers leur site pseudo-pédophile (celui qui peut vous envoyer en taule si vous l’avez dans le cache de votre navigateur) sous l’aspect d’un lien parfaitement banal ? Vous cliquez sur un lien vous promettant une fantastique recette de cassoulet, et 2 heures après un type en noir avec un cagoule et un insigne défonce votre porte avec un bélier individuel.


                    • faxtronic faxtronic 18 avril 2008 18:43

                      ben si cela marche, enfin bon.

                      exactement. Celui qui repere un lien douteux peut le faire cliquer par un quelqu’un d’autre, le faisant tomber dans un piege a con. D’un autre coté, si j’ecris sur un lien "attention chose interdite a cliquer", celui qui clique brave un interdit. Or il ne sait pas quel est la portée de ce clic. Donc il n’est pas innocent car il brave un interdit, mais comme l’intedit n’est pas formel, il n’est coupable de rien (enfin dans un pays qui applique les droits de l’homme). De meme celui qui place le lien non seulement previent que c’est interdit, mais en plus rien ne prouve qu’il est cliqué sur le lien. donc il est aussi innocent. Mqais finalement un type va arriver sur un site pedophile, et la police debarquera chez lui.

                      Non cette loi est une histoire de fou. C’est la fin de tous bon sens. Cela fleure la dictature.


                    • MagicBuster 18 avril 2008 17:08

                      @LE chat

                      Est-ce qu’avec tout l’acharnement qui est mis en oeuvre pour prouver que quelqu’un est coupable on ne finit pas par trouver forcément quelque chose ?

                      Finallement on criminalise le citoyen ordinaire et non pas celui qui met en ligne les sites à caractère pédophile.

                      http://www.syti.net/Criminalisation.html

                      Accessoirement, les propriétaires de tels sites qui font de l’argent et qui en profitent ... ne seront jamais inquiétés ... bizarre quand même.


                      • Nemorensis 18 avril 2008 19:02

                        Salut !

                         

                        Je soulève un débat houleux avec cette question, mais doit-on mettre dans le même panier un curieux, allant jusqu’à la limite de l’excitation par la notion malsaine d’interdit, et un pédophile actif ou qui paie (et donc finance) des sites pédophiles ??

                        Personnellement je ne crois pas.

                        Je ne crois pas non plus que ceci banalise l’acte, ni que cela l’encourage. Je crois juste que les "passifs- cliqueurs de liens" ont besoin d’une bonne thérapie, s’il elle marche... Pas qu’on les emmerde pour des choses qu’ils n’ont pas fait. Et, s’il vous plait, ne me répondez pas avec un "pas ENCORE fait" tout préconstruit ! :)

                        Le débat est lancé.

                         

                        Ceci est mon premier post... Je commence fort ! smiley


                        • Charles Bwele Charles Bwele 18 avril 2008 19:27

                          Si je télécharge par inadvertance ou par curiosité un (je dis bien un seul) snuff movie, suis-je complice d’un meurtre ? Suis-je pour autant un amateur d’homicide ou "homicidophile" ? Pour l’instant, aux yeux de la loi fédérale, ce n’est pas le cas. Alors, pourquoi en est-il autrement pour qq’un qui clique une seule fois dans les mêmes circonstances sur un lien pédoporno ?

                          Récemment encore, la vidéo d’un viol postée sur Youtube fut visionnée des centaines de milliers de fois avant que Google ne la retire du site... Fallait-il envoyer les SWAT chez tous les internautes US l’ayant maté ? Sont-ils amateurs de violence sexuelle ?

                          Si le FBI et le DoJ décident d’étendre cette méthode à la lutte anti-drogue, alors il faudra vite recruter massivement chez les SWATS... qui passeront d’abord plus de temps dans les campus et les soirées branchées ! Feront-ils de même pour la lutte anti-terroriste ? Noam Chomsky et Michael Moore peuvent déjà retirer leurs lacets et enfiler l’uniforme orange pour "cause très probable de complicité avec les terroristes"...

                          Néanmoins, j’ai moi aussi une forte tendance émotionnelle à être plus sensible et un peu plus drastique quand il s’agit de protéger les enfants... Dur de ranger ses émotions qd il s’agit d’eux Pour autant, leur protection doit-elle nécéssairement impliquer d’envoyer un max d’innocents en taule ? Même s’ils n’ont cliqué qu’une seule fois sur des liens pédoporno, ils n’ont pas jusque là commis de crime...

                          A votre avis, combien de temps avant que des dispositions plus ou moins équivalentes (voire identiques) déferlent en Europe ? En tout cas, cette disposition du FBI est vraiment "minority report" de bout en bout...

                          Amicalement


                        • JL JL 18 avril 2008 19:07

                          Il est clair que le totalitarisme libéral, éh oui un oxymore, mais je n’peux pas résister, Il est clair dis-je que le totalitarisme libéral joue sur les deux tableaux : la crainte et le conformisme. En effet, celui qui ne déplait à personne que craint-il ?


                          • gloagf 18 avril 2008 19:58

                            Bonjour Mr Bwele,

                            Je tiens à vous remercier de rédiger des articles à chaque fois objectifs et informatifs : je vous lis depuis quelques temps et vous êtes un des rares auteurs de Agoravox qui ne se contentent pas de reprendre une info connue de tous pour y ajouter son avi.

                            Je n’étais absolument pas au courant de cette affaire, pour laquelle je vais devoir bien réfléchir avant de donner un avi : celà a des bon côtés puisque 4 pédophiles avérés ont été arrêtés, mais les dérives possibles sont plus qu’inquiétantes...

                            Merci encore et bonne fin de journée

                            gloagf


                            • Yannick Harrel Yannick Harrel 19 avril 2008 05:29

                              Bonjour Charles,

                              J’étais tombé effectivement sur un court article mentionnant ces procédés que je trouve particulièrement inquiétants. C’est du racolage actif qui a pour objectif de faire des exemples. J’ose croire que les magistrats se fondent aussi sur d’autres éléments que ce simple clic, du genre périodicité de visites sur des sites pédophiles ou collection d’images de cette nature sur tous supports...

                              Et comme mentionné dans l’article, quid des usurpations d’identité ou des réseaux partagés ?

                              Maintenant il faudra faire sous peu un bilan de l’opération : pour x pédophiles avérés arrêtés, combien d’innocents dans les mailles du filet ?

                              Cordialement


                              • shamanphenix 19 avril 2008 10:47

                                Comme il est facile de faire une redirection sur un lien...

                                 

                                C’est totalement abherrant, il faut deux minutes pour rediriger n’importe qui vers une URL de façon transparente...


                                  • voyageur951 voyageur95 21 avril 2008 15:05

                                    Ces nouveaux liens anti-pédophile du FBI seraient-ils la continuité des "internet sex sting" qui se déroulent aux USA et d’ailleurs qui passent à la télévision comme émission de téléréalité "To Catch a Predator" ? D’ailleurs M6 avait diffusé un bon reportage "Enquetes Exclusives" concernant ces "super" émissions de téléréalité US. 

                                    Meme si je suis tout à fait d’accord pour lutter contre toutes formes d’exploitation d’enfants, je pense que certaines lois autorisant de tels pratiques changent un peu les règles de bases de la justice. Au lieu de laisser à la justice le soin de prouver la culpabilité de quelqu’un, maintenant il incombe à la personne "coupable présumée" de prouver son innocence. Je ne suis pas avocat mais je pense que cela va a contresens de la justice dans tout pays démocratique.

                                    Il faudrait faire la différence entre curiosité et perversité. A quand l’interdiction de surfer sur des sites pornos "légals" ? Sachant que le pays qui produit et consome le plus de matériel pornographique sont les USA eux-memes. Est-ce là la début de la police de la moralité ? Si vous regardez une femme habillée de facon sexy dans la rue, pourriez-vous etre accusé de vouloir la violer ?

                                    Un ami aux USA m’a dit que défendre ces gens accusés de ce type de crime (pre-crime ???) ou il n’y a pas de"crime" au sens ou il n’y a pas de victimes réelles, sont très difficiles à défendre, car en fait il sont déjà juger dans l’opinion public. Il m’a dit à la rigueur si vous aviez réelement commis un crime contre une personne, la prosecution aurait au moins du prouver que vous avez réellement commis les faits tandis qu’ici c’est très simple, il y a les traces sur votre PC que vous avez effectivement clicquez sur les liens. Cela fait-il de vous un "pédophile", un danger pour la société ? J’en doute fort.

                                    Après, je pense que ces personnes ont besoin d’un peu de conseil psychologique pour déterminer pourquoi cette curiosité malsaine mais surement pas la prison ou la perte de son emploi. Bien entendu dans un pays ou la peine de mort est encore en vigueur, il n’y a pas de petites sentences...


                                    • fred 21 août 2008 10:23

                                      Didja... Et ceux qui regardent la guerre à la télé sont-ils de meurtriers ? Et ceux qui regardent des documentaires sur Hitler sont des nazis, et ceux qui regardent "Natural Born Killers" sont des meurtriers dangereux et ceux qui regardent Sarkozy et écoutent ses discours sont des fascistes sous-états-uniens...

                                      Fatigué de l’océan de boue où sombre la pensée disait Renaud.

                                      Ce matin, je vais conduire ma copine au boulot, on s’arrête au bord d’un carrefour pour avoir le temps de se dire aurevoir. On s’était un peu frité hier et on savouait notre réconciliation à force de sourires et de bisous, mes mains sur sa taille et son épaule.

                                      Un policier s’est planté derrière pour me rappeler que j’étais en infraction, dans ce quartier résidentiel sans passage.

                                      Mais les hommes politiques s’éclatent des partouzeries géantes... réservées bien sûr.

                                      Rassurez-vous, ça a toujours été comme ça. Toujours. smiley

                                      Je suis déjà tombé sur un site pédophile et je les ai dénoncés à la police mais ils n’ont rien fait. Ou rien pu faire ?



                                      • fred 21 août 2008 10:24

                                        Didja... Et ceux qui regardent la guerre à la télé sont-ils de meurtriers ? Et ceux qui regardent des documentaires sur Hitler sont des nazis, et ceux qui regardent "Natural Born Killers" sont des meurtriers dangereux et ceux qui regardent Sarkozy et écoutent ses discours sont des fascistes sous-états-uniens...

                                        Fatigué de l’océan de boue où sombre la pensée disait Renaud.

                                        Ce matin, je vais conduire ma copine au boulot, on s’arrête au bord d’un carrefour pour avoir le temps de se dire aurevoir. On s’était un peu frité hier et on savouait notre réconciliation à force de sourires et de bisous, mes mains sur sa taille et son épaule.

                                        Un policier s’est planté derrière pour me rappeler que j’étais en infraction, dans ce quartier résidentiel sans passage.

                                        Mais les hommes politiques s’éclatent des partouzeries géantes... réservées bien sûr.

                                        Rassurez-vous, ça a toujours été comme ça. Toujours. smiley

                                        Je suis déjà tombé sur un site pédophile et je les ai dénoncés à la police mais ils n’ont rien fait.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès