Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Technologies > Les jeux vidéos un danger ?

Les jeux vidéos un danger ?

Un français sur 3 joue régulièrement aux jeux vidéo. Mais depuis quelques temps on parle de plus en plus de la violence de ces jeux. Que faire quand mon enfant joue a des jeux violent ?

Le jeu vidéo se démocratise de plus en plus au point d’intéresser de plus en plus de personne dont nos cher enfants. Surtout que la mode chez les ados et les plus jeunes sont les jeux vidéo hyper violent au réalisme parfois bluffant.
 
Tout d’abord il existe une information destiné à l’acheteur pour connaitre le contenu du jeu vidéo, la PEGI qui est obligatoire pour les jeux vendu en magasin et devient de plus en plus courant pour les jeu en ligne. La PEGI regroupe 8 pictogramme et 5 classification d’âge.
Par exemple, le jeu le plus répandu chez les moins de 15ans, GTA est en réalité interdit au moins de 18 ans.
 
Malgré l’importance de ce moyen de contrôler l’achat de nos enfants, il reste très peu connu chez les parents néophytes.
 
La plupart du temps les parent sont dépasser par les jeux vidéo, ils en ont peur tout simplement parce qu’ils n’y comprennent rien. Que faire quand votre enfant vous parle et que vous ne comprenez rien ?
"Avec Pierre on a fait du leveling, on a rusher des mobs toute l’aprem !"
Vous avez compris ? Et bien la plupart des personne ne comprennent rien à cette phrase. Les jeux vidéo ont un vocabulaire propre. Essayez et vous comprendrez surement votre enfant. Pour comprendre il faut s’intéresser au jeux vidéo.
 
Les jeunes passent tout leur temps sur les jeux vidéo donc il n’ont pas de vie sociale. Et bien c’est faux. Ils en parlent avec les initiés, sur internet, à l’école, avec les copain. Dans certains cas assez rare, les enfants se coupent de toute vie sociale et se réfugie dans l’univers des jeux vidéo. C’est ce que l’on appelle un Nolife, mais ce phénomène est très peu répandu et découle de problème extérieur au jeux vidéo (dépression, exclusion...)
 
Parfois chez nos ados le jeu vidéo violent est bénéfique (a condition qu’il fasse la différence entre fiction et réalité). Nos ancêtre les Grec appelais ce phénomène la Catharsis. ils évacue leurs pulsions violente dans le jeu vidéo. Et si ils entrent en conflit à l’heure du repas, ce n’est pas parce que le jeu vidéo les rend violent, mais parce qu’ils sont frustré de ne pas pouvoir sauvegarder.
 
Les jeux vidéo en eux même ne sont pas dangereux si ils sont bien utilisé. La PEGI doit être respecté pour la santé mentale des enfants. Mais c’est au cas par cas, certains enfant de 7 ans font la distinction entre fiction à réalité alors que des ados de 16 ans ne la font pas.
 
Ne vous inquiétez pas, je suis un joueur invétéré. Si on écoutez tout les racontar sur les jeux vidéo, je serez un serial killer, j’aurais fait un massacre dans mon lycée, tué mon patron, je serais enfermé 24h/24 dans ma chambre... Il n’en est rien pourtant, je joue mais je sais faire autre chose.
Les code changent et les jeux vidéo en font partie aujourd’hui.
 
PS : Je remet le site de la PEGI sur une page particulière. Vous recherchez un jeu et vous aurez une explication du contenu et même les pictogramme au dos du jeu. Très utile pour noël, les anniversaires ^-^
Lien ici
 
 

Moyenne des avis sur cet article :  3.67/5   (18 votes)




Réagissez à l'article

19 réactions à cet article    


  • Numero 19 Numero 19 13 août 2010 11:01

    Ah, relisez-vous, que diable ! On va encore faire l’amalgame entre gamer et cancre !


    Personnellement, j’ai déjà tué des milliards d’êtres sur écran, et transposé dans la réalité, j’ai environ 0.000% de morts réels par rapport aux morts virtuels.

    Déjà, le jeu vidéo ne se démocratise pas vraiment, mais nos chères têtes blondes (90-2000) naissent et grandissent dans un monde internet-jeu vidéo, contrairement à la demi-génération qui vient juste avant, née dans les années 80 qui n’ont été plongées dans le milieu qu’à partir de l’adolescence, et plus encore avec la génération précédente (avant les 70s).
    Il y a donc un décalage notable dans la vision des choses, et une certaine crainte de l’inconnu de la part des vieilles générations.

    Je suis moi-même un joueur régulier, mais je reste néanmoins critique face à l’omniprésence de l’environnement vidéoludique dans la vie d’un enfant. Faites ce que je dis...

    Globalement, je ne pense pas que le jeu vidéo à forte dose ne rende violent. Tu parles, tu ne vas pas faire de casse à rester enfermé dans ta chambre.
    Depuis que le jeu vidéo se veut plus « adulte » et « réaliste », donc depuis la playstation en 95, et les graphismes en 3D, on ne constate pas spécialement plus de violences. Ca fait 15 ans que c’est de plus en plus réaliste, qu’on a des trucs vraiment violents, et depuis le temps, on devrait avoir eu pas mal de cas, non ?
    Parole de gamer : quand on joue, la précision et la tactique priment sur l’apparence sanglante du jeu. On fait très vite abstraction des détails graphiques. Genre dans Resistance ou Killzone, je ne conçois pas ma progression comme une série de tueries et de meurtres, mais plutôt comme une succession d’esquives, de gestion de munitions, de survie pour arriver aux différents boss, finir les niveaux et faire avancer l’histoire, et accessoirement trucider les monstres qui me barrent la route.

    Là où je reste perplexe, c’est face au développement cognitif de l’enfant ou de l’adolescent. A l’âge où le cerveau et la personnalité se forment, il y a peut-être plus constructif que d’aligner les frags à COD, passer des nuits sur starcraft, leveler à WoW ou gagner des courses... le tout sans un mot écrit, aucune réflexion spéciale, aucune imagination.

    Rendre violent, non. Rendre con, probablement.


    • JL JL 14 août 2010 08:49

      « Personnellement, j’ai déjà tué des milliards d’êtres sur écran, et transposé dans la réalité, j’ai environ 0.000% de morts réels par rapport aux morts virtuels. » (numero19)

      Savez-vous n19, que derrière 0.000%, il y à peut-être 0.0001%, peut-être 0.0004% ?

      Si bien que 0.0001% de plusieurs milliards c’est bientôt des dizaines ! Je crains que les jeux vidéos rendent nul en math !

       smiley


    • amipb amipb 13 août 2010 11:02

      Il y a un excellent dossier sur le sujet sur psychoweb, très complet : http://www.psychoweb.fr/articles/psychologie-clinique/244-jeux-videos-et-psychologie-1-table-rase-des-croyances-irrationn-2.html

      Personnellement, je pense que s’habituer à la violence ne peut certainement pas avoir des effets bénéfiques à long terme. Et j’ai par ailleurs du mal à comprendre que 80% des jeux vidéo tournent désormais autour de la 3D et du massacre du prochain.

      Les éditeurs feraient bien d’être plus créatifs. Le succès de la Wii prouve que les jeux amusants et ludiques, même si parfois pauvres graphiquement, peuvent avoir plus de succès que des jeux de massacre souvent tous construits sur le même modèle.


      • foufouille foufouille 13 août 2010 11:45

        « Personnellement, je pense que s’habituer à la violence ne peut certainement pas avoir des effets bénéfiques à long terme. »
        tu aurais pas survecu longtemps dans le passe ........


      • amipb amipb 13 août 2010 21:31

        Apprendre à se défendre contre la violence n’a rien à voir avec s’habituer à être violent.


      • King Al Batar King Al Batar 13 août 2010 11:33

        Bonjour et merci à l’auteur pour cet article que j’ai bien évidemment plussé !

        Que dire de plus, les jeux vidéo ne rendent pas plus violent que de se mater un bon film. A 12 ans regarder massacre à la tronconneuse, Freddy Krueger ou Jason ne m’a pas rendu tueur psycopathe....

        En ce qui concerne la pratique du jeu pour les gosses, c’est sur qu’il vaut mieux lui faire faire du sport, mais cela tien uniquement de l’autorité parentale.

        En revanche je me demande si mettre des console de jeu dans les maisons de retraites, ne pourrait pas être un bon moyens de continuer a faire fonctionner le cerveau des vieux qui perdent la boule.... J’imagine trop de vieux sur Zelda a trouver la clés du coffre... smiley


        • bluebeer bluebeer 13 août 2010 12:59

          Salut tout le monde.

          L’idée de « jeux pour vieux » est loin d’être conne, elle a même été étudiée et mise en application pour freiner les maladies démentielles :

          http://forum-tfe.forumactif.com/sciences-sante-education-f9/un-jeu-video-pour-prevenir-l-alzheimer-t2411.htm

          Le principe c’est qu’un neurone non stimulé de manière cohérente n’établit pas de connexions et tend à disparaître. La démence est un phénomène boule de neige : la perte de tissus limite les activités cérébrales, l’inaction accélère la destruction des neurones. Vaut donc mieux rester actif pour rester djeune.

          Un autre aspect intéressant est que le cerveau utilise grosso modo les même territoires pour faire et/ou pour imaginer quelque chose. Ce qui veut dire que le monde virtuel n’est pas si éloigné du monde réel, ou que virtualité et réalité se mélangent et sont intriquées. Je ne suis pas sûr qu’une banalisation et un entraînement systématique aux jeux violents n’a pas de répercussion sur la vie pratique. En fait, deux chercheurs de l’université d’Iowa et de Michigan (Anderson et Bushman) prétendent même qu’ils ont un effet d’amplification de la violence dans la vie réelle (cerveau & psycho, 40, pp34-35).

          Bref pas si sûr que les jeux violents n’ont pas d’impact sur la violence des individus. Je penserais même plutôt le contraire.

          A ça près, je tue encore régulièrement des zillions d’internautes dans des FPS de la 2ème guerre mondiale, et ils me le rendent bien. Et je me trouve très doux au quotidien.


        • Mmarvinbear Mmarvinbear 13 août 2010 14:47

          C’est déja le cas dans certaines maisons... Des wii ont été installées et les vieux se battent presque pour faire du tennis, du bowling ou autre... A un point tel qu’ils doivent s’inscrire à l’avance pour en profiter.

          ça leur fait une activité, ça les fait se sentir encore vivants et ça joue sur leur moral.

          Ils vivent plus longtemps et donc la direction peut encaisser les gros virements mensuels pour leur hébergement plus longtemps.

          Tout le monde est content... :)


        • Pacalvotan Pacalvotan 13 août 2010 12:54

          Le décalage parent/enfant sur le jeu-vidéo, bientôt ne sera plus. Pas besoin de la PEGI, mon gamin ne jouera pas à un GTA avant d’avoir 16 ans minimum. Allez, je me remets à BFBC2 !


          • Litha Litha 13 août 2010 13:21

            Les parents savent regarder si un film est déconseiller au moins de 7-12-16-18, pourquoi ils ne savent pas regarder ceux des jeux vidéos ?

            Je veux dire c’est marquer clairement sur la boite. Le parent n’a cas désinstaller et retiré le jeu.

            Ma maman est une clinche en informatique et pourtant quand j’étais jeune elle savait si un jeux ne convenait pas à mon age...


            • Soulnight 13 août 2010 14:18

              Je suis animateur socio culturel et j’ai posté cet article parce que je vois beaucoup d’enfant jouer à des jeux inadapté à leur âge. Des enfants de 7 ans jouent à GTA 4, malheureusement vu leur âge, ils font les codes et jouent à tuer en s’identifiant au personnage de Nico Bellic. Alors que c’est justement en avançant dans le jeu que l’on voit la décadence du personnage.

              La PEGI n’est pas assez publicité, les parents tombent tous des nus quand il découvre cet info (quand il ne s’en foutent pas royalement).

              Pacalvotan, tu inderdiras tes enfants de jouer à GTA parce que tu sais ce que c’est, mais les grand parents qui achète un jeu à leurs petit enfant n’ont aucune idée de ce qu’ils achètent.

              Il est vrai que les cerveau de nos enfants ne sont pas fini (pas avant 18 ans) et l’utilisation abusive de jeu, de film ou d’image violente peu provoquer une dépendance ou une stigmatisation. C’est pour cette raison que le partage et la discussion est primordiale, permettre à l’enfant de demander ce qu’il n’a pas compris, lui demander la morale de GTA 4 par exemple. Partager les expérience de jeu est super important pour la construction de l’enfant. Et ce n’est pas parce que l’enfant à 16 ans que le partage n’est plus d’actualité, il est encore plus car c’est l’âge ou l’enfant se construit, cherche à s’identifier et à vider ses trop plein d’émotions (par le jeu violent).

              Le jeu se démocratise grâce au dernière console de nintendo dites casual. C’est à dire qu’il vise un public large et que les partie sont rapides et simple. Opposé au jeu dit gamers où les partie sont longues et difficile.

              Exellent article sur psychoweb, je vous recommande de le lire.


              • slipenfer 13 août 2010 14:32

                L’idée de « jeux pour vieux » est loin d’être conne (ok pour moi)
                Ma mère (78 ans) joue en ligne,jeu de réflexion, elle est ravi.
                par contre quand j ’avais 6 ans je jouai au indien avec mon petit frère,
                une foi attaché au poteau de torture, il ma cassé (mais bien) le nez avec une énorme
                pierre et c ’est barré ,une voisine est venu me détaché.
                les jeu vidéo n ’existais pas a cette époque,et nous avions pas la télé.
                Le fils de mon frère joue depuis l ’age de 8ans, il est doux comme un agneau
                et poursuis maintenant des études en d ’informatique.Je joue toujours et n ’ai
                 tabassé personne, et c’est pas les occasions qui on manquées.
                Ne pas laisser ses enfants joués,jusqu’à épuisement (ou yeux rouge),
                n’est qu’une question de bon sens, et n ’y as pas que les jeux vidéo dans la vie.
                a+


                • AlbatrosE AlbatrosE 13 août 2010 16:02

                  J’ai horreur des proses qui commencent à nous expliquer qu’il existe des interdits à appliquer...

                  Les jeux vidéo ? Ce sont aussi des nouveaux mondes à explorer. Allez hop, un peu d’auto-promotion (il y a de belles images à voir, si on ne veut pas se taper le texte).
                  http://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00418951

                  Ca ne m’a pas émoussé ma sensibilité, au contraire, je l’ai enrichie au travers de ces jeux... Tout dépend donc de ce qu’on en fait.


                  • Halman Halman 13 août 2010 17:08

                    Tout à fait Albatros.

                    Il ne faut pas oublier non plus que les jeux vidéos, surtout les jeux de rôles sont utilisés par les psychologues et psychiatres en thérapies pour faire reprendre le contact avec des autistes, ou comme anti phobies, de l’avion ou de la foule par exemple.

                    Même quand on est adulte, rien de mieux que quelques heures de jeux de temps en temps pour décompresser de cette vie stressante qui n’a de sociale que le nom, chacun jouant son propre rôle, comme dans un jeu de rôle mais bien réel.


                    • Halman Halman 13 août 2010 17:12

                      Puisque que que ce soit dans la vie « réelle » ou dans un jeux de rôle chacun joue son personnage, mais alors, le virtuel est il vraiment si différent de la vie « réelle » ?


                      • amipb amipb 13 août 2010 21:40

                        Oui, pour de multiples raisons : le « réel » engage tous nos sens, nous implique physiquement et sensoriellement. Cela n’est pas (encore) le cas dans les jeux vidéo.

                        Par ailleurs, un jeu vidéo vous oblige à suivre un code bien limité, car inventé par un ou plusieurs programmeurs humains.

                        La vie réelle est des millions de fois plus riche, à mon humble avis. Il y a tant à découvrir.


                      • PtitLudo PtitLudo 13 août 2010 18:14

                        Moi ce qui me fait marrer dans l’histoire c’est que ceux qui trouvent inadmissible un clip où un rappeur parle de tuer les flics ne trouvent pas anormaux que leurs gamins passent leur temps à tuer des flics dans des jeux vidéos.

                        Il y a bien une loi pour téléchargement et détention d’image pédo, pourquoi pas une loi punissant les détenteurs de jeux vidéos dans lesquels il s’agit de tuer des flics, on est dans la même logique non ?

                        Ah oui mais j’oubliais là il y a du gros biz derrière !!!


                        • celuiquichaussedu48 celuiquichaussedu48 14 août 2010 01:53

                          Bof, pour la violence on a déjà les infos et les reportages « choc » à la télé, mais comme c’est différent les jeux, qu’on est acteur et non plus récepteur, ça perturbe les bien-pensants, parce que c’est le joueur qui décide d’envoyer une flèche sur le noza ou de donner des hadoken dans la figure de Guile, donc forcément on passe de spectateur de la violence à acteur de la violence.


                          • Soulnight 14 août 2010 14:10

                            Il y a tout de même une énorme différence entre virtuel et réel.
                            Comme le dis amipb le réel engage tout nos sens, le virtuel non... Donc tuer dans un jeu vidéo n’a rien de criminel, vu que si tu éteins ton jeu et le remet le personnages est toujours là. Tuer virtuellement n’a aucune incidence réel sur un être psychiquement bien portant.

                            Généralement les jeux vidéo propose un scénario plus ou moins réussi et le fait de tuer est expliqué. Le jeu vidéo permet de faire des expérience sans aucune incidence sur la vie réel. Tu as toujours rêvé de jouer les caïd et de devenir et de te faire plein de thune, joue à GTA 4 et regarde ce qui arrive à Nico Bellic : trahison, perte d’être chère, choix morale à faire...

                            PtitLudo si on interdit les jeu vidéo violent, il faudrait interdire les film d’action, les reportages télé violents... La violence fait parti de l’être humain et si elle n’est pas exprimé ça peut donner des catastrophes (renseigne toi sur le syndrome du Berseker dans certaines société nordique). D’autant plus que ton argument est bidon, car certains enfants montent aux nues les rappeur, et ce fameux rappeur fait de l’incitation au meurtre. Alors que dans les jeux vidéo on est témoins de l’incidence de ces meurtre sur le personnage.

                            L’être humain et violent et à besoin d’exprimer sa violence. Mieux vaut l’exprimer sur des personnages virtuel que dans la réalité. Certains on exprimé leur violence dans la réalité par faute d’écoute et de lieu d’expression et ça a donné des drame comme celui de Colombine ou d’élève qui poignarde leur professeur.
                            Le jeu vidéo est un nouveau moyen d’expression qui permet de faire des expériences impossible dan la réalité.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Soulnight


Voir ses articles







Palmarès