Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Technologies > Les monopôles magnétiques

Les monopôles magnétiques

Le « monopôle magnétique », une révolution scientifique ratée et occultée, pourtant faite de tant de promesses pour rendre le monde meilleur. La science est politique, et la politique c'est la lutte pour la défense d'intérêts particuliers, au détriment du bien commun. Dans cet article vous découvrirez l'essentiel de ce qu'il faut savoir à propos des « monopôles magnétiques » et de ses conséquences ; résolution de la crise énergétique, transmutations biologiques et fusion froide. Une autre science est possible.

Où en est-on aujourd’hui dans le domaine de la recherche fondamentale en physique ? Le boson de Higgs a-t-il définitivement clos toute nouvelle piste ? La vraie question ne serait elle pas plutôt ; quand avons-nous laissé le système enkyster la science et la recherche ? Jeune, nous avons tous cru ce que les plus anciens nous disaient ; « l’ère moderne c’est le triomphe de la science et de la raison ». Et puis l’on découvre la société du spectacle et le jeu du marché, rien n’y échappe, elle s’étend dans des domaines que l’on aurait pu croire protégés par la démocratie et par la république, jusqu’à notre propre personne, nous sommes dans une matrice. L’homme descend toujours du singe, la surface de la terre doit ses côtes à la dérive des continents, nous pensons avec nos neurones et nous mourrons avec elle, bref nous sommes fait pour croire et pour consommer, le plus vite possible avant notre propre fin.

C’est en sciences comme en politique, il y a la face visible, et la face cachée. On nous cache tout et on nous gâche tout. Les sciences nucléaires qu’on su développer nos prestigieux chercheurs que sont Raymond Poincaré, Louis de Broglie et Georges Lochak n’ont pas les faveurs médiatiques. On leurs préfère Albert Einstein, le grand génie du XXème siècle, auquel on doit reconnaitre tout de même un souci certain de faire le bien, au vu de ses prises de positions politiques et malgré sa contribution à l'invention d'une arme terrible. Au perron de l’information populaire on a systématiquement affaire à Etienne Klein, sorti des réseaux du CEA et invité récurent des émissions de vulgarisation scientifique, sur la question du temps bien souvent, un temps en boucle qui toujours se répète. Jacques Testard lui jamais on ne l’entend, on n’entend pas les voies discordantes sur les abus de l’usage des biotechnologies et des techniques de procréation assistée, on n’entend pas ceux qui réclament plus de démocratie et de transparence, en science autant qu’en politique. Un contestataire et un complotiste encore sans doute ? Jusqu’à quand cela va-t-il durer ?

Georges Lochak est un grand physicien français, élève de Louis de Broglie il théorise l’existence d’une particule dénommée « monopôle magnétique ». Cette particule serait l’équivalent de l’électron pour le magnétisme, la particule même du magnétisme, agissant plus par ses mouvements rotatoires plutôt que selon des trajectoires linéaires, cas de l’électron. Selon Georges Lochak, le « monopôle magnétique » est un neutrino dont l’existence découle des équations, ce qu’il démontre par ses travaux théoriques de haut niveau. Les équations dont il s’agit sont celles là mêmes qui font le modèle standard en physique des particules, validées notamment par la découverte du boson de Higgs.

En outre ce que ces écritures mathématiques décrivent sont justement ce que des chercheurs russes ont observé dans certaines de leurs expériences, datant de 1998. Elles se sont déroulées à l’Institut Kurtchatov de Moscou sous la direction de Léonid Urutskoiev, le plus important centre de recherche nucléaire russe. Qui a entendu parler de tout ceci ? Devons nous être si fâchés avec le terrible ours russe qu’il ne faille rien dire de ce qui s’y passe, ni des opportunités de collaboration que l’on néglige ou que l’on occulte, ni non plus des applications qui en découleraient si l’on se donnait la peine de se dégager des influences lobbyistes de système, puisque c’est la seule raison que l’on puisse y trouver, sans compter en outre les terrifiants enjeux militaires.

Ce « monopôle magnétique » possède des pouvoirs insoupçonnés, un secret bien gardé. Dans leurs premiers travaux les chercheurs russes sont surtout intéressés à comprendre l’accident de Tchernobyl. Pour le grand public l’accident est surtout dû à la faillite du système soviétique, et au caractère des russes, qui voudrait que l’on ne parte pas au travail sans une prendre une gorgée de vodka, un peuple de brutes en somme. C’est bien peu d’honneur fait à la grandeur de la recherche russe. Pour l’équipe de Léonid Urutskoiev, le réacteur atomique aurait déraillé du fait de l’arrivée massive des dites particules dans le cœur du réacteur, ayant entrainé alors son déraillement par des effets liés aux interactions faibles, plutôt que fortes, ce sont ces dernières que l’on invoque habituellement pour expliquer la fission nucléaire contrôlée. Mais là, rien ne fût contrôlé, c’est bien le souci, et c'est peut être la raison du silence maintenu autour de cette affaire. Car nous avons cinquante deux réacteurs en France.

Pour Georges Lochak, qui a beaucoup collaboré avec ces physiciens, il y aurait aussi lieu de reconsidérer l’accident d’AZF Toulouse à la lumière de ce phénomène. D’autant que les russes surent reproduire la mise à feu à distance de l’ammonitrate, la substance stocké et cause de l’accident du site toulousain, à l’aide des dispositifs qu’ils ont mis au point pour l’étude des « monopôles magnétiques ». Plus encore, Georges Lochak évoque des applications des plus intéressantes, telles que par exemple la possibilité d’aider ITER à accomplir ses réactions de fusion en faisant intervenir les interactions faibles en usant de « monopôles magnétiques », permettant ainsi de baisser la température de fonctionnement du tore de la machine. Il faut dire qu’avec une température prévue de 200 millions de degrés, on fait tout de même plus de treize fois ce que fait le soleil, au dessus c’est l’soleil donc. Jean Pierre Petit est intarissable de critiques à ce propos.

Georges Lochak va jusqu’à considérer qu’il ne serait pas impossible de créer des réacteurs fonctionnant non pas avec de l’uranium ou du plutonium, mais avec du fer. On se croirait sur la planète mars du film « Total recall », une planète tenue d’une main de fer justement, tandis que les possibilités de sortie de crise restent dissimulées. Thèse complotiste ? Vous les croyez encore ? Vous en voulez encore ? Il en reste, une montagne caché sous la poussière d’une civilisation en déclin.

Les « monopôles magnétiques » sont mis à contribution dans l’explication de phénomènes dont presque personne n’a entendu parler, nous sommes là dans la zone d’ombre apparemment. Corentin Louis Kervran a consacré la plus grande partie de sa vie à démontrer l’existence de transmutations à faible énergie, naturelles et biologiques. Ses travaux datent des années soixante. Selon Kervran, la matière vivante est capable de modifier les éléments les uns dans les autres, ce qu’il prouve par ses observations, par ses expériences et ses travaux ; recalcification par l’emploi de silice, variations de compositions chimiques pour des graines mises à germer, maladies de la pierre, géologie, médecine, agronomie, etc. Un vrai festival de beauté scientifique et de rigueur d’analyse. 

Olivier Costa de Beauregard, un grand physicien français lui aussi élève de Louis de Broglie, vient à la rescousse de Kervran pour expliquer la possibilité d’un tel phénomène, car Kervran n’est pas un théoricien. Mais ce n’est que plus tard que l’on pensera à l’intervention de la particule qui nous intéresse ici. Les ouvrages de Kervran ne sont plus aujourd’hui réédités, et ne sont jamais mentionnés dans les académies. Un pan entier de phénomènes qui aurait dû trouver place entre la chimie et la physique est tout simplement recouvert d’un voile d’ignorance et de désintérêt.

Pourtant ces travaux ont trouvé leurs continuateurs, notamment en la personne de Vladimir Vysotskii, un chercheur ukrainien qui montra qu’il est possible d’utiliser des bactéries pour assurer la décontamination de zones polluées par la radioactivité. Les bactéries qu’il emploie sans ses expériences transmutent les éléments lourds radioactifs, en des éléments proches dans la table de classification mais distincts, et stables surtout. Il rend compte de ses travaux lors de colloques internationaux consacrés aux réactions nucléaires à basse énergies, autrement dénommés congrès sur la « fusion froide ». Encore un mauvais point pour ces voies de recherche, la « fusion froide » cela n’existe pas, l’énergie c’est cher et on ne se passera pas du pétrole avant longtemps, ni du dollar d’ailleurs.

La « fusion froide » c’est l’effondrement du système de domination structurel, le pire que l’on puisse lui faire selon Jean Paul Bibérian, porte parole de la question en France. La « fusion froide » ce sont des applications militaires secrètement bien gardées, un potentiel d’action réservé à l’élite mondialiste et à ses forces physiques. Les transmutations biologiques, dans le même registre donc, sont aussi une invitation à mieux respecter la vie biologique, dans le domaine de l’agriculture notamment, plutôt que d’arroser cette pauvre nature de nos grossiers composants chimiques. L’homme n’est pas à l’égal de Dieu, s’il en est un il est bien plus créateur que nous le sommes. L’homme du vingt et unième siècle saccage ainsi autant son environnement que son propre génie, tandis que la convergence des lobbies et des dogmes associés asservissent un siècle dont il a été dit qu’il serait spirituel ou ne serait pas.

La vraie science, celle de nos grands savants méconnus, est pourtant profondément spirituelle, et libératrice. Il serait temps que les citoyens exigent les changements que nos démocraties, relatives, nous autorisent, avant la chute définitive d’une civilisation qui ne s’exprime aujourd'hui que dans la guerre et l’oppression.

 

PDF - 466.2 ko
Le monopôle magnétique
Étude approfondie sur le sujet.

Moyenne des avis sur cet article :  4.2/5   (15 votes)




Réagissez à l'article

41 réactions à cet article    


    • Gnostic Gnostic 2 avril 2015 10:53

      L’homme n’est pas à l’égal de Dieu, s’il en est un il est bien plus créateur que nous le sommes

      Etes vous bien certain que c’est lui le créateur ?

       smiley


      • jimanju 2 avril 2015 10:56

        @Gnostic
        Qui d’autre sinon ? C’est par définition, ou sinon c’est une création sans créateur. Il s’agissait d’une formule pour exprimer nos propres limites simplement.


      • Gnostic Gnostic 2 avril 2015 11:16

        @jimanju
        Celui qu’on appelle SATAN peut etre ?

         smiley

      • gaijin gaijin 2 avril 2015 11:29

        @jimanju
        en effet on est bien plus a l’image de satan qu’a celle de dieu .........il suffit de regarder dehors ...
        après satan lui même a une nature divine mais cachée et pervertie dans sa manifestation


      • Philippe Stephan Slipenfer 2 avril 2015 12:50

        @gaijin

        non... !  Lucifer est un vieux pote a dieu ils bosses ensemble pour faire tourner
        la boutique 

         smiley


      • jimanju 2 avril 2015 15:00

        @Slipenfer
        Lucifer et satan ne sont pas forcément les mêmes. Lucifer c’est un ange déchût, qui vole un secret je crois, une lumière ou un feu, à Dieu, pour l’apporter aux hommes ... C’est question de définition.


      • Robert Biloute Robert Biloute 2 avril 2015 12:55

        Intéressant comme boulot spéculatif, mais jusqu’à preuve du contraire div(B) = 0 et pis c’est tout.


        • Hervé Hum Hervé Hum 2 avril 2015 14:13

          @Robert Biloute

          Pour un physicien, je vous trouve un peu court. Il me semble en effet que vous devriez connaître Georges Lochak et si non, vous intéresser à sa théorie avant même de commenter.

          Notamment sur le cas spécifique de Tchernobyl, sachant que bien des découvertes le furent par des moyens détournés ou par une rencontre « heureuse ».

          En tous les cas, cette théorie explique la fusion froide et la transmutation biologique par le monopole magnétique.

          Alors, connaissez vous la théorie ou bien jouez vous à l’aveugle ?


        • Robert Biloute Robert Biloute 2 avril 2015 17:06

          @Hervé Hum
          Je connais les résultats expérimentaux, ce sont eux les juges suprêmes, et pour l’instant ils disent : rot(B) = 0 de manière très claire.
          Des théories alternatives, il en sort une pelletée tous les jours depuis des décennies, être un peu court c’est justement en prendre une et la placer au dessus des autres sans bases expérimentales fiables.
          Le jour où on détectera une trace de monopole magnétique, je serai le premier à m’en réjouir, enfin du neuf, peut être même que la théorie de Lochak sera vérifiée, allez savoir, il n’est pas le seul à avoir pondu une théorie des monopoles, loin de là.
           


        • Robert Biloute Robert Biloute 2 avril 2015 17:14

          @Hervé Hum
          voilà une attitude scientifique : « SI ils existent, comment pourrions nous les détecter ? » :
          http://arxiv.org/pdf/1412.8677.pdf

          En passant, 344 références rien que sur arXiv : http://arxiv.org/find/all/1/ti :+AND+magnetic+monopole/0/1/0/all/0/1

          Donc Lochak, OK, mais je vois vraiment pas pourquoi il sortirait du lot à priori (à part si il sait mettre en scène bien sûr, nous sommes dans la société du spectacle)


        • Robert Biloute Robert Biloute 2 avril 2015 17:41

          @Robert Biloute
          div(B) = 0, et non rot(B) = 0, triple andouille


        • jimanju 2 avril 2015 21:02

          @Robert Biloute
          C’est marrant que du demandes à voir des traces, parce que justement ils en ont obtenues :
          http://www.lochak.com/videos.html en bas de page. Celle du pôle nord a été obtenue par Jean-Louis Etienne lors de l’une de ses expéditions au pôle nord, il avait emmené une pellicule (genre de celles qu’on utilise pour ça) en l’occasion.
           


        • jimanju 2 avril 2015 21:09

          @Robert Biloute
          Les traces en miroir inverse, obtenues avec un miroir au Germanium (ne m’en demandez pas plus néanmoins) sont caractéristiques des monopoles et de leur comportement dans un tel cas. Les traces sont inversées en miroir.


        • jimanju 2 avril 2015 21:15

          @Robert Biloute
          Ce comportement (traces inversées dans un miroir) est celui qui est prévu par les équations.


        • Hervé Hum Hervé Hum 2 avril 2015 22:15

          @Robert Biloute

          l’auteur de l’article rappelle l’expérience effectué par JL Etienne au pôle nord.

          Je n’ai pas les compétences nécessaires pour discuter de ce sujet en employant le formalisme scientifique. Cela dit, il existe quand même pas mal d’indices, notamment avec la faculté qu’ont les organismes vivant pour la transmutation nucléaire !?

          Je vais vous faire part d’une observation, l’humain , quelque soit le domaine, a une très forte tendance à séparer, briser, occulter une chaine de relation causale quand celle ci à le malheur de la mettre en porte à faux. 

          Ainsi, les scientifiques dit de la théorie standard, préfèrent occulter, séparer et briser toute relation causale qu’elle ne peut pas observer. Elle en constate les effets, mais ceux ci n’entrant pas dans le cadre de sa théorie, elle préfère les occulter, séparer et briser.

          C’est que le magnétisme semble être une dimension antérieure à l’électromagnétisme et là, peut être que cette dimension est quelque peu différente de notre intuition...

           


        • Robert Biloute Robert Biloute 3 avril 2015 01:38

          @jimanju
           et ça , c’est une chambre à brouillard sur le pic du midi.. Non mais j’aime bien Lochak, rien que pour sa proximité avec de Broglie et un de ses bouquins m’a marqué. Je dis juste que le coup du monopôle, c’est une hypothèse sérieuse mais une hypothèse, et bâtir déjà des applications là dessus alors que manifestement les recherches ne sont pas fructueuses (je veux bien « on n’a pas trouvé pacequ’on ne cherchait pas », mais avec l’attirail à particules dont on dispose aujourd’hui, va falloir notamment expliquer pquoi on voit tjs rien en labo.. j’ai pas compris le coup du germanium au fait, je peux pas commenter..), c’est une grosseu extrapolazione.


        • Robert Biloute Robert Biloute 3 avril 2015 01:45

          @Hervé Hum
          Auriez vous une source à propos de transmutation nucléaire en biologie ?

          Oui, la science est basée sur l’observation, elle se contraint à se limiter à l’observation, à ne répondre que devant l’observation. Et l’observation est un art complexe.. C’est pour moi ce qu’elle a de plus précieux je pense.

          De mon point de vue, le champ magnétique n’est qu’une composante d’un objet plus général appelé champ électromagnétique.


        • jimanju 3 avril 2015 08:14

          @Robert Biloute
          La source première concernant les transmutations biologiques ce sont les ouvrages de Kervran, qui ne sont pas réédités, saufs certains d’entre eux aux éditions « sciences libres ».
          http://www.sciences-libres.com/advanced_search_result.php?keywords=kervran&search_in_description=1&x=0&y=0
          Kervran est un observateur, il ne cesse de le dire dans ses ouvrages, qui sont très précis, notamment concernant des expériences menées sur les graines germées par exemple, tout le protocole d’expérience s’y trouve décrit, les méthodes d’analyses gravimétriques ou parfois spectrométriques pour confirmer les précédentes, des fois que, et les réponses données aux réfutations. C’est très rigoureux.
          Je suis en train de potasser la partie transmutations naturelles qui concernent la géologie, il a fait faire un test sur un grenat avec une presse pour 50kb, et 800°C je crois, au BRGM avec une aide du CNRS, analyses avant et après passage à la presse avec une microsonde spectrométrique qui exploite un effet de réfraction d’un faisceau d’électrons, sur différentes zones choisies pour leurs homogénéités, les résultats donnent une diminution du Fer au profit du Chrome (Fe->Cr+alpha), c’est discuté et argumenté, c’est du sérieux. C’est dans « preuves en géologie et physique.. ».


        • Robert Biloute Robert Biloute 3 avril 2015 09:03

          @jimanju

          merci


        • Hervé Hum Hervé Hum 3 avril 2015 09:38

          @Robert Biloute

          Je le redis, je n’ai aucune compétence pour parler avec le langage scientifique.

          Toutefois, si les physiciens ne trouvent rien, on peut faire au moins deux hypothèses. Soit la raison en est parce que les moyens employés ne le permettent pas en raison justement de la puissance mise en oeuvre, ou bien, parce qu’on ne peut pas traiter un organisme vivant sur la même dimension qu’un atome ! Autrement dit, les conditions étant différentes, les résultats le sont aussi.

          Ainsi, pour le cas de Tchernobyl, dans l’hypothèse que celle ci fut causé par une source de monopole magnétique, on ne peut pas répéter l’expérience car on ne connaît pas toutes les conditions qui ont causé la catastrophe. On ne connaît pas la « petite bête » qui à fait tout exploser !

          Cette observation devrait interpeller et fasciner les scientifiques, mais comme écrit plus haut, la plupart ne peuvent ou ne veulent pas remettre en cause un système de pensée auquel ils ne peuvent ou ne veulent pas sortir.


        • jimanju 3 avril 2015 10:06

          @Hervé Hum
          Tchernobyl ils ont été interpellés par un incident dans le local électrique, ils suspectent un court-jus mais ne disent pas son origine ni pourquoi ce phénomène serait exceptionnel, puisqu’il ne se produit pas chaque fois qu’il y a un court-jus. J’émet pour ma part l’hypothèse, en toute modestie, que le radar militaire haute puissance à proximité de la centrale pourrait être à l’origine du phénomène. Tchernobyl est conçu d’ailleurs pour alimenter notamment ce radar, c’est dire la puissance du machin. Plus de détails dans l’étude approfondie.

          Concernant les analyses sur le vivant c’est simple question de techniques d’analyses chimiques ou en spectrométrie, avant et après germination s’il s’agit de graines à germer. Comme on ne peux pas analyser les mêmes graines avant et après germination, puisque l’analyse est destructive, on emploi des lots importants, témoins et à germer, et on applique les techniques statistiques.

          Les physiciens ne trouvent rien parce qu’ils n’ont pas cherché. Ceux qui ont cherché ont trouvé.


        • Robert Biloute Robert Biloute 3 avril 2015 10:30

          @Hervé Hum
          344 références sur le sujet des monopoles magnétiques :
          http://arxiv.org/find/all/1/ti :+AND+magnetic+monopole/0/1/0/all/0/1

          Ce sujet sujet spéculatif est traité, plus ou moins bien comme des tas d’autres, nous avons encore ce luxe de pouvoir payer des théoriciens à émettre des hypothèses dans un espèce de brain storming scientifique.


        • jimanju 3 avril 2015 10:41

          @Robert Biloute
          Merci pour cette source d’information. La plupart des travaux cités concernent les monopoles magnétiques de Lochak, mais pas tous, car il existe aussi des monopoles magnétiques de glace de spin, et c’est autre chose. Ce sont des états localisés de la matière susceptibles de se déplacer dans cette matière, ce sont des pseudo-particules, non de véritables particules.


        • Hervé Hum Hervé Hum 3 avril 2015 12:49

          @ Robert Biloute

          Merci pour votre attention.

          pour l’instant, tout cela reste du domaine spéculatif, mais se basant sur des faits bien réels.

          Je reste persuadé que le blocage est pas tant le manque de moyens techniques que le saut ontologique que cela entraîne.

          L’avenir dira ce qu’il en est, enfin, si le temps le permet !


        • Hervé Hum Hervé Hum 3 avril 2015 13:13

          @jimanju

          le problème de Tchernobyl est bien là, refaire l’expérience relève plus de l’investigation policière à la Sherlock Holmes que de la science pure !

          Cela dit, je trouve l’explication de Georges Lochak très élégante et fascinante, car au delà du seul aspect scientifique, elle touche à l’ontologie et c’est cela qui m’intéresse. C’est à dire, m’est avis que cet aspect de la nature nous en apprend infiniment plus sur l’origine de l’Univers, le paranormal et in fine, sur Dieu que le supposé big bang, multivers ou autres spéculations qui pour moi relève surtout de l’aberration du cerveau humain plutôt que de la recherche scientifique. Le monopole magnétique, s’il existe c’est ici, le big bang c’est nulle part !

          Alors, comme le dit Robert Biloute, c’est pour l’instant du brain storming intellectuel, mais qui a bien plus de sens que réfléchir sur les trou noirs ou le big bang.


        • Ruut Ruut 3 avril 2015 17:20

          @Hervé Hum
          Tchernobyl ce n’est pas simplement un test sur un circuit de refroidissement secondaire (couper le principal et activer le secondaire) qui a foiré (débit insuffisant) et qui a conduit en 3 minutes a une explosion car il n’y avait pas assez de barres de contrôles actives ?


        • Hervé Hum Hervé Hum 3 avril 2015 17:52

          @Ruut

          Ce n’est pas ce que dit George Lochak .

          Je n’ai plus la référence en tête, si cela vous intéresse vraiment, écrivez le moi et je la retrouverai, mais d’après ses sources, au moment de l’accident, tout était normal et il y a eut deux explosions, non une seule. La première a eut lieu dans une salle en dehors du réacteur et c’est suite à cette explosion que tout s’est emballé et a conduit à l’explosion du réacteur en trois minutes.

          Il faut savoir que le plafond du réacteur qui pèse 2000 tonnes a été soulevé sur une hauteur de 10 mètres et d’après Lochak, ce n’est pas dû à l’explosion du réacteur, mais du passage en force fluide du monopole magnétique. Ce serait lui qui aurait emballé le réacteur et rendu inutile les barres de refroidissement.


        • Hervé Hum Hervé Hum 6 avril 2015 10:38

          @jarnicoton

          barre de contrôle si vous préférez !


        • JC_Lavau JC_Lavau 1er mai 2015 11:32

          @Robert Biloute.

          Non, tu n’es pas une andouille, car B n’est pas vectoriel, même si à la suite d’Oliver Heaviside (1888) on répète partout cette monstruosité. C’est A et seulement A qui est vectoriel. B est lui gyratoriel, ou si tu préfères, tenseur antisymétrique du second ordre.
          http://jacques.lavau.perso.sfr.fr/SYNTAXE2_.htm#_Toc47952025
          Or le théorème des hérissons est formel : il est impossible de peigner intégralement une boule à poils. Ergo, le monopôle magnétique est strictement impossible.
          Sur ce point là, Georges Lochak n’est absolument pas au clair.

          Ce qui demeure mathématiquement possible est l’extrémité d’un whisker long, dont il reste à prouver que ce truc là existe physiquement.


          • Philippe Stephan Slipenfer 2 avril 2015 13:19

            oups

            Compact fusion
            .

            suite très intéressant


            • JL JL 2 avril 2015 13:30

              A tout hasard, je vous signale que le 1er avril ne dure qu’une journée :

               smiley


              • Jean Umber 2 avril 2015 13:34

                Avant de spéculer, cela serait déjà pas mal si on tirait toutes les conclusions de l’existence (avérée celle-ci) des dipôles magnétiques électroniques que sont par exemple les radicaux libres, les ions ferIII, etc...

                Au même titre que le dipôle magnétique associé au spin du noyau de l’atome (celui du proton par exemple) est à l’origine de la RMN, le dipôle magnétique électronique est à l’origine de la RPE, et leur existence dans la cellule vivante devrait nous conduire à approfondir ces propriétés, d’autant que toute cellule vivante est plongée dans un champ magnétique constant sur terre.


                • Hervé Hum Hervé Hum 2 avril 2015 14:21

                  Merci pour cet article. J’ai pris connaissance du monopole magnétique il y a peu.

                  M’est avis que le monopole magnétique annonce une révolution d’une ampleur bien supérieure que l’électricité.

                  D’autant que celui ci me semble en mesure d’expliquer le monde du paranormal.. Mais aussi dans tous les autres domaines...


                  • jimanju 2 avril 2015 14:39

                    @Hervé Hum
                    Le paranormal relève plutôt de la physique quantique je pense, surtout sur les effets induits par les intrications et les dés-intrications de particules, des photons principalement. C’est notamment le sujet d’étude de Roger Penrose, il y a beaucoup de bouquins très nuls à ce propos mais il y en a un qui est très bien, c’est celui de Massimo Teodorani ; « Entanglement - L’intrication quantique, des particules à la conscience »


                  • Hervé Hum Hervé Hum 2 avril 2015 22:23

                    @jimanju

                    Pour ma part, il me semble que magnétisme et physique quantique se rejoignent. En d’autres termes, comprendre le magnétisme, c’est comprendre la mécanique quantique.


                  • Encabane Encabane 2 avril 2015 23:23

                    Vous avez oublié de parler de la mémoire de l’eau et de Nicolas Tesla, votre ramassis d’élucubrations pseudo-scientifiques n’est donc pas complet.

                    C’est effarant comme un demi-concept mal compris peut, entre les oreilles d’un ignare scientifique, générer des envolées lyriques suivies de délires de persécution. Prenez l’énergie libre par exemple. C’est quelque chose qui existe en thermodynamique, c’est plus ou moins l’énergie d’un système qui est disponible pour produire un travail (par opposition à l’énergie perdue par entropie). La notion même d’énergie libre s’oppose à l’existence d’un mouvement perpétuel, mais voilà que mise entre les mains d’escrocs farfelus, cette expression devient synonyme de mouvement perpétuel.


                    • jimanju 2 avril 2015 23:29

                      @Encabane
                      Qu’est ce qu’il raconte celui là ? Je parle des monopoles magnétiques, la mémoire de l’eau de Tesla ce sont d’autres sujets, qui ne sont pas traité par l’article, je ne suis pas l’encyclopédie universalis.
                      Je m’en fiche de l’énergie libre et je ne fais que rendre compte de travaux de haut niveau en physique théorique, sur la question des monopoles magnétiques. Adresse tes critiques à Georges Lochak et aux grands physiciens qui sont cités, moi je ne suis qu’un ambassadeur, rien d’autre.


                    • jimanju 2 avril 2015 23:43

                      J’ai écrit cet article, celui qui est mis en pièce attachée si je puis dire ainsi (étude approfondie), fin 2013. Je le destinais à la revue Nexus mais bon, je me suis rendu compte ensuite du niveau de la revue qui est ... disons très grand public. J’y ai passé des heures et des nuits même, j’ai fait un gros travail de compilation et de synthèse. Ce qui se trouve dans cette étude approfondie c’est une compilation de travaux scientifiques de haut niveau, que j’ai tenté d’appréhendé pour le rendre à peu près compréhensible, autant qu’il m’a été possible. On peut mégoter sur certains aspects mais il est évident qu’il y a là quelque chose de particulièrement intéressant, et le silence qui l’entoure montre bien la matrice dans laquelle nous sommes. Il y a du dogme dans les milieux scientifiques, des intérêts de carrière, car la science est sous contrainte markéting, c’est clair. Si vous aimez la science, la vraie science, vous vous régalerez à la lecture de cette synthèse, sur 10 pages, et vous y trouverez toutes les références utiles. Je le publie pour que cela soit connu, bénévolement, et j’ai beaucoup bossé dessus. Mon mérite n’est que celui de propager cette information.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

jimanju


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès