Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Technologies > Les objets n’existent pas dans l’univers quantique selon Steven (...)

Les objets n’existent pas dans l’univers quantique selon Steven French

JPEG 1. Le réalisme ontologique part à la recherche des structures

L’expérience quotidienne nous persuade que le monde est composé de différents objets dotés de qualités, de propriétés et pouvant être mesurés, en taille, en poids. Ces objets matériels coexistent avec les êtres vivants individués, doués de propriétés stables ainsi que de capacités adaptatives. La physique moderne a étudié les objets matériels en les représentant par des points mathématiques dans un référentiel spatiotemporel. Mais si l’on examine les choses étudiées par la physique quantique, alors l’image ordinaire s’effondre. Quelles « choses » sont représentées dans la mécanique quantique ? Des objets, des atomes, des particules ? Rien de tout cela nous explique le philosophe de la physique Steven French dans un ouvrage roboratif dépassant les 350 pages et les 700 références bibliographiques. Un travail bien ficelé récemment publié chez OUP (S. French, The structure of the world – metaphysics and représentation, Oxford University Press, 2014). La thèse développée, c’est qu’au niveau le plus élémentaire de la réalité, on ne trouve pas des objets mais autre chose, des relations, des structures.

La physique quantique « trouve » des structures, admettons que ce soit le cas. Un philosophe dans l’âme, qu’il soit du temps de Socrate ou du 21ème siècle, refuse les sentences évidentes en construisant et déconstruisant le réel car les choses ne vont pas de soi. Alors quand on dit que la physique « trouve » des structures, il existe deux types de discours. Trouve-t-on les structures parce qu’elles sont dans la Nature, ou bien ces structures ne sont-elles que les formes connues de cette même Nature ? Telle est l’alternative exposée dès le début par French qui présente les deux pôles de ce choix (p. 2). Le réalisme structural épistémique (ESR) postule que tout les structures sont ce qui est connaissable et progressivement connu. Le réalisme structural ontologique (OSR) va plus loin en affirmant que tout ce qui est dans l’univers physique, ce sont les structures. La première option induit une sorte d’agnosticisme face à cette Nature qui reste partiellement voilée, avec des éléments cachés et d’autres accessibles à la connaissance (cette option n’est pas très éloignée du réel voilé de Bernard d’Espagnat). La seconde option conduit à reconceptualiser les choses quitte à fonder les « objets » sur des structures, voire carrément dissoudre ces mêmes objets dans une réalité où seules les structures sont les éléments fondamentaux. Mais au fait, que sont ces structures ? Et bien c’est cette question à laquelle tente le répondre le plus complètement possible French dont les développements sont explicités dans une douzaine de chapitres, chacun présentant un volet particulier de cette conjecture examinée comme si c’était une enquête philosophique au cours de laquelle les témoins de la physique contemporaine sont interrogés. Au cours de ce procès philosophiques, des conceptions sont rejetées alors que d’autres sont acceptées pour un acte final où le réalisme structural ontologique finit par l’emporter. Après, on peut adhérer ou non à la conclusion mais quelle que soit l’option choisie, on est certain que la structure du monde, autrement dit « ce qu’est la Nature du point de vue physique », restera pendant un « certain temps ou plus » une énigme philosophique. La lecture de ce traité s’impose à tous ceux qui cherchent à comprendre comment fonctionne l’univers et quelle est sa nature. L’auteur ne cache pas ses intentions visant à jeter un pont entre le « monde physique » et l’univers métaphysique qui en fait, est conçue comme une « substructure ». J’emploie cette notion à dessein, le préfixe sub signifiant ce qui se tient en dessous, rejoignant ainsi la notion scolastique de substantia. La grande différence étant que dans la métaphysique post-moderne, les spéculations philosophiques portent non pas sur des essences mais sur des structures, des symétries, des lois, des principes.

Qu’est-ce que la Nature, ou plutôt la matière telle qu’elle transparaît dans les études quantiques ? Comme le rappelle French dans le chapitre 4, cette question s’est posée très tôt, dès les premiers résultats fondamentaux de la physique quantique où se dessinent déjà les conceptions structuralistes. French met en scène cette histoire cachée du structuralisme physique dont on peut dire qu’elle marque les débuts d’une rupture inéluctable avec la mécanique ancienne. L’un des principaux acteurs de cette aventure fut le philosophe néo-kantien Cassirer, auteur de fulgurantes analyses sur la place, la nature et l’existence de l’objet dans un monde physique où les invariants formels sont plutôt les symétries et les lois. En reprenant une idée scolastique, dans une certaine mesure, l’objet serait un accident de la « substance substructurée ». Ou peut-être pas un accident mais une forme dérivée, secondaire, presque « dévaluée » du point de vue ontologique (ici c’est Platon qui s’invite avec le sensible comme expression émanée et dévaluée de l’intelligible). La physique contemporaine du 20ème siècle confirme ainsi les intuitions de Cassirer présentées en 1910 dans son ouvrage sur Les concepts de substance et de fonction, dans lequel il tente de prouver que les concepts utilisés dans les mathématiques et les sciences de la nature ne se rapportent pas à des objets mais à des relations. Autant dire que la mécanique quantique et la relativité se prêtaient à une formulation « relationniste ». Le principe de covariance en cosmologie relativiste se comprend comme une relation, un ajustement entre deux entités. En suivant une démarche différente, le physicien Eddington est parvenu lui aussi à forger une conception structuraliste de la Nature telle qu’elle se dévoile avec les sciences physiques. Il penche pour un structuralisme subjectiviste (p. 79). Eddington a réfléchi avec perspicacité aux conséquences de la mécanique quantique, n’hésitant pas à suggérer que le concept général d’objet, si déterminant dans la science classique, n’est autre qu’une légende de l’individualité, une sorte de mythe que la physique quantique a déconstruit en dissolvant l’univers des singularité au profit d’un monde régit par les symétries et les transformations liées aux groupes mathématiques (p. 82). Les soi-disant caractères des particules que sont la masse, la charge, le spin, l’isospin, etc. ne seraient en réalité que des aspects de la structure naturelle du « monde physique ». Selon Eddington, la croyance infaillible au monde des objets a été exportée dans un monde quantique où cette croyance n’a plus de bases empiriques. Notre sensibilité perçoit des objets. Mais si l’on prend comme instrument de connaissance la physique quantique, alors il n’y a plus d’objets. Le tableau ne serait pas complet sans mentionner Wigner et surtout le mathématicien Weyl qui avec ses travaux sur les groupes participa à forger le structuralisme ontologique que French se propose de défendre en le développant. La conclusion du chapitre 4 précise son intention ; celle de revenir sur ces notions de symétries qui ont été négligées pendant des décennies par les métaphysiciens qui ont semble-t-il délaissé les vieux écrits de Cassirer, Eddington et Weyl, qui sont à l’origine du courant structuraliste qui se dessine actuellement chez quelques philosophes de la physique. Le principe d’individualité est abandonné mais la causalité reste, ne serait-ce qu’à travers le principe d’influence structurale qui sera discuté dans le chapitre 11 avec l’étude des champs censés être des « systèmes d’effet ». Et toujours cette interrogation sur la conceptualisation de structures sans objets et la compréhension des effets causés, mais qui par quoi se demande-t-on car si dans la mécanique classique, les objets causent les effets, dans la physique actuelle les objets ne « sont plus là » mais les effets sont bel et bien présents ?

Eliminer les objets en physique ne va pas de soi, comme d’ailleurs toute spéculation philosophique. Dans quel sens peut-on considérer l’objet comme « supprimable » et à quel prix ? French consacre les chapitres 7 à 10 à cette question centrale. Tandis que les chapitres 5 et 6 livrent une réflexion sur la manière de présenter et représenter les objets en relation avec structures et notamment les formes précises qu’elles adoptent dans le domaine quantique avec ses symétries de groupes. French insiste sur la distinction entre présentation et représentation. Et cela dans le contexte d’une interrogation sur les relations entre structures et objets. Je crois pouvoir traduire cette conjecture par la question suivante : les structures « portent » les objets ou bien sont-ce les objets qui possèdent des structures, à moins que ces objets n’offrent que des figures ? D’où un diagramme possible, sub-structures -> sub-objets -> motifs et figures. Conclusion du chapitre 7 : Au niveau métaphysique, les particules élémentaires ne sont pas des objets mais des structures. Mais il est difficile de bien cerner tous les éléments et surtout de distinguer les mathématiques et les structures physiques. C’est le problème fondamental que rencontrent tous les interprètes de la physique contemporaine. Défricher et déchiffrer en traversant la forêt des mathématiques quantiques. Déchiffrer aussi le propos de French décliné dans de multiples angles de vue qui pourraient perdre le lecteur désinvolte mais qui aussi instruisent le scrutateur attentif à la connaissance du monde qui ne se réduit pas aux évidences sensorielles ni aux conventions épistémologiques devenues si banales dans la littérature des physiciens.

Les questions posées par French n’ont pas de réponse mais elles ont le mérite d’être des questions fondamentales sur les objets, sur l’essence de la Nature telle qu’elle peut-être extrapolée à partir des résultats de la physique quantique. Avec un questionnement déterminant sur les structures mathématiques et les efficiences physiques qui sont représentées ou non car les mathématiques offrent plus de déterminants structurels que nécessaire pour coller aux structures physiques qui elles, doivent être efficientes. Certes, il y a des relations formelles mais aussi des effets dans le « monde matériel ». Le chapitre 8 tente de démêler les choses mais avec difficultés. La conclusion du chapitre n’a fait que préciser la question. Comment, en prenant en considération l’absence de socle causal (de fondement, de fondation), séparer les structures mathématiques des structures physiques ? Et comment construire les fondements ? (Chapitre 10). Les lois et symétries seraient alors les « essences mathématiques » des structures sous-jacentes. Comme si le monde manifesté était fait de pièces d’un puzzle fondamental auquel nous n’accédons que partiellement. C’est cette idée qui se dégage des investigations de French. Et que pas mal d’études confirment. Le réel est voilé mais il faut le dévoiler.


2 Coup d’œil sur les conséquences du réalisme structural ontologique et la seconde crise de l’objectivité

Si l’on admet que les résultats de French traduisent la réalité, les conséquences philosophiques méritent d’être interprétées car la vision de la Nature s’écarte des schémas hérités de la modernité. Plus précisément, le changement de vision porte sur la matière et les objets. (i) Locke et Condillac. Dans un « certain » contexte philosophique moderne, les notions de matière et d’objet coïncident proviennent de l’expérience sensible. D’ailleurs, le sensualisme au 18ème siècle est une doctrine philosophique de la connaissance, développée par Condillac, héritée de Locke, et qui réduit tout, la pensée incluse, à un résultat causé par nos sensations. Cette doctrine est interprétée comme un matérialisme. (ii) Newton et Lagrange. Dans un contexte scientifique moderne, les objets sont des individualités représentées dans la mécanique rationnelle par des points mathématiques auxquels on attribue des quantités et des paramètres, énergie, temps, espace, force, etc. (iii) Bohr. La physique quantique utilise des formalismes étrangers à la physique classique mais en reprenant la plupart des ses outils et quantités. Energie, lagrangien, hamiltonien, masse, etc. Il en a résulté une première crise de l’objectivité, avec l’abandon de l’idée d’une particule suivant une trajectoire et l’apparition d’un indéterminisme (la réduction de la fonction d’onde). Bohr a tenté de raccorder les deux mondes, quantique et classique, en forgeant les principes de complémentarité et de correspondance. Ce qui est légitime si on suppose une unité ontologique qui doit se traduire en cohérence épistémologique. Autrement dit, le monde microphysique est comme le monde classique, c’est un univers mécanique, ou dynamique si on veut. (iv, a) French et le réalisme structural. Les recherches en philosophie de la physique semblent conduire vers une seconde crise de l’objectivité dont les ressorts et les aboutissants sont radicalement étrangers aux « bonnes intentions » de Bohr et des partisans de l’orthodoxie. Cette seconde crise est facile à comprendre dans ses généralités et ce qu’elle suppose de la Nature. Au lieu de « tirer » le monde quantique vers le monde mécanique classique, French plonge au plus profond des théories quantiques pour déceler ce qu’elles disent de la Matière telle qu’elle se dévoile après les expériences et à travers les modèles mathématiques. La crise n’est pas épistémologique, elle est ontologique. Pour s’en convaincre on remarquera l’inversion du sens de la réalité. Dans la première crise de l’objectivité, le monde classique fait douter du monde quantique. Dans la seconde crise, l’objet ayant disparu de l’univers quantique, on se met à douter des objets du quotidien comme peut l’être une table. French est parfaitement conscient du dilemme et consacre le chapitre 7 aux conséquences de l’élimination des objets dans le réalisme structural ontologique (OSR). La conclusion étant que la vision classique de l’objet (comme une chaise, un chien) n’est pas incompatible avec la disparition de l’objet « particule » dans le réalisme quantique. (iv, b) Perception et conception. La discussion menée par French est très technique, avec une allusion aux premières tentatives d’élimination suggérées dès 1928 par Eddington selon lequel la table que nous percevons n’est pas la même que la table « conçue » par la physique car elle est faite essentiellement de vide et non pas de substance. Cette considération permet de comprendre facilement le dilemme. L’objet « table » est un objet perçu, alors que l’objet « particule » est un objet conçu. Le monde quantique ne permet pas de concevoir des objets mais des structures. C’est ce qu’il faut retenir comme donné fondamental. Maintenant, si on veut pousser plus loin, on peut se demander comment on passe de l’objet « particule » conçu à l’objet « table » conçu. Comment se conçoit le monde matériel perçu si au niveau élémentaire il n’y a pas d’objets ? Peut-être sous l’angle d’une transition de phase. Un seuil de « phénomènes quantiques » permet de faire émerger un objet perçu et surtout percevable. (v) La dernière crise de l’objectivité. Ce dernier point sort du cadre de l’étude proposée par French. Il permet de situer la prochaine étape dans l’interprétation de la physique quantique. Celle que je vais tenter d’esquisser prochainement.


3 Structures, efficience et sens (méta)physique des choses

Pour compléter ce voyage dans les structures quantiques face au réel, une réflexion mérite d’être évoquée, celle qui interroge la causalité et donc l’efficience des structures. Ces interrogations découlent du dilemme entre les structures mathématiques et les structures physiques. A la fin du chapitre 8, French prend soin de poser la question sur la distinction entre ce qui est mathématique et ce qui est physique et ce, en adoptant un angle de vue métaphysique. Une question, comment comprendre la causalité d’une loi ? On peut entendre cet énoncé en postulant que la loi est ce qui cause les effets observés et les phénomènes physiques. Une deuxième possibilité est envisageable. La loi est causale du moment où elle explique les relations entre les différentes entités objectives. Pour bien saisir la différence, imaginons une machinerie avec des rouages et des mouvements. Dans le premier cas, la loi décrit les rouages ainsi que le processus par lequel les mécanismes sont mis en mouvement. Dans le second cas, la loi ne décrit que les relations entre rouages, autrement dit le plan de montage des composants. C’est à partir de ce type d’argumentation que découlent plusieurs alternatives et controverses dont l’une des plus actuelles oppose le réalisme des dispositions au réalisme des structures. C’est ce qu’on peut appeler la controverse de l’efficience. Trois chapitres (9 à 11) sont consacrés à ces recherches sur les causes et le sens physique, voire métaphysique, des choses représentées dans les formalismes quantiques appliqués à des ensembles d’éléments (champ quantifiés notamment).

Comme on pouvait s’y attendre, la partie s’achève avec le lagrangien dans la théorie quantique des champs, QFT (p. 322). En effet, le lagrangien (différence entre énergies cinétique et potentielle) nous reconduit toujours vers une signification physique. Ce choix concerne l’interprétation du modèle standard. La version algébrique de la théorie des champs (AQFT) est examinée avec les conséquences à la fois technique (les problèmes des infinis rencontrés en théorie des champs) et interprétatives (p. 307). Il faut en effet retrouver le sens physique. La version algébrique est décrite comme élégante par French mais le sens physique lui fait défaut. Le contenu physique est « codé » par le réseau algébrique des observables alors que le champ est une entité qui coordonne les éléments du réseau. De plus, la version algébrique laisse de côté un élément fondamental de la physique comme peut l’être la loi reliant le spin et la statistique, avec les deux comportements des « particules », celui des fermions décrit par la statistique de Fermi et Dirac, celui des bosons décrit par la statistique de Bose et Einstein. Verdict : ce qui fait la force du réalisme ontologique structural, c’est le modèle standard plus le lagrangien utilisé dans la formalisation des champs quantifiés.

Dans d’autres pages, j’ai interprété l’équation de Schrödinger appliquée aux états stationnaires. Une dualité forme énergie est présente. Sans doute que cette dualité se dévoile à travers le lagrangien qui en QFT renvoie au pôle énergie. Alors que le pôle formel est donné par les structures (en l’occurrence les symétries liées aux trois groupes dans le modèle standard, sans oublier le groupe de Poincaré lié à l’orientation spatiale). Dans le contexte des champs quantifiés, une dualité structure énergie peut être suggérée comme une extension de la dualité forme énergie. Mais French sait pertinemment que la partie ne peut se jouer en restant dans le cadre de la physique quantique, évoquant dans la conclusion finale des options réalistes supplémentaires et peut-être englobantes, avec l’interprétation des deux branches de la cosmologie quantique, gravitation à boucles et cordes. Nous verrons cela plus tard. Comme l’a montré French, l’analyse des théories quantiques possède un intérêt fondamental pour comprendre la réalité, autrement dit élaborer une philosophie de la nature comme le firent en d’autres temps Aristote, Leibniz ou Schelling. Les questions quantiques n’ont jamais cessé de se refermer.

Dernières remarques sur une conjecture irrésolue, celle de la transition entre les structures quantiques sans « objets » et les objets classiques dotés de figures. Un problème redoutable, un problème d’ordre systémique mais pas dans une acception conventionnelle, celle du tout et des parties ; pour la bonne raison que dans le monde quantique, la « partie » pour ne pas dire les particules et la structure, ne se conçoit pas comme un composant. Cette conjecture se décline avec des angles de vue complémentaires permettant de créer des situations où les composants s’associent pour constituer une entité globale qui devient classique et donc objet ou système. Dans ce contexte, les distributions quantiques restent des énigmes. Les fermions et les bosons obéissent à des règles distinctes mais si on admet que les particules n’existent pas comme objets alors ces distributions ont une signification physique précise. Rien de commun avec l’entropie statistique de Boltzmann qui repose sur les complexions de composants individués auxquels on assigne un état physique, condition qui n’existe pas en mécanique quantique. Autant dire que la crise de l’objet se décline sur un plan supplémentaire, avec la participation de la thermodynamique. Et se résoudra en décalage avec la mécanique classique. Le monde quantique, des structures, des champs efficients mais pas forcément formalisables dans l’espace, des substances, des énergies, des formes, des secteurs, des espaces, des ondulations de la substance… tout devient possible, y compris des applications en biologie que French ne fait qu’effleurer dans le chapitre 12 où le structuralisme métaphysique est appliqué à des questions sur la réalité du vivant. La science est ouverte comme rarement elle l’a été. Cette seconde crise de l’objectivité va certainement aboutir à une nouvelle vision du monde et c’est pour cette raison que le livre de French est un maillon important dans le Procès qui conduira à la nouvelle science du 21ème siècle. Son essai est magistral par l’ampleur de vue sur les « structures et substances du monde » dévoilées par la physique quantique.

 


Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

21 réactions à cet article    


  • claude-michel claude-michel 25 mars 2014 08:43

    STRUCTURES....


    • JL JL 25 mars 2014 09:11
      Les objets n’existent pas dans l’univers quantique ?

      On s’en fout, le monde quantique n’existe pas dans l’univers des objets !


      • amiaplacidus amiaplacidus 25 mars 2014 09:37

        JL, vous venez d’exprimer, sous une forme succincte, la plus grande énigme de la physique actuelle : la décohérence.

        La « physique » quantique, c’est un modèle mathématique (raison pour laquelle j’ai mis physique entre «  »), valable pour l’infiniment petit et qui représente ce que nous pouvons percevoir, indirectement, à l’aide de divers instruments mais que nous ne percevons pas directement.

        La « physique » classique ou relativiste, ce sont des modèles mathématiques valables pour le monde macroscopique et qui représentent ce que nous pouvons percevoir directement ou à l’aide de divers instruments amplifiants nos sens.

        Rien, dans l’état actuel de nos connaissances, ne permet de relier modèle quantique et modèle classico-relativiste.

        Le physicien, ou mathématicien, qui réussira (réussirait) à modéliser la décohérence est absolument sûr d’être l’un des prochains nobel de physique.


      • Bernard Dugué Bernard Dugué 25 mars 2014 10:02

        La décohérence n’est pas le seul enjeu de la physique contemporaine

        Mais elle reste une énigme. Même avec les travaux de Bohm ou des auteurs de la conception GRW de la MQ, il reste encore une énigme. Je pense avoir une idée sur la question, et comme je suis philosophe, c’est le Nobel de littérature que je vais avoir, comme Bergson. Un peu d’ironie ne fait pas de mal et permet de digérer les gros morceaux qui arrivent avec la cosmologie quantique.

        Là aussi, un Nobel pour celui qui saura interpréter la dualité AdS/CFT, à moins qu’elle n’ait aucun sens physique, ce qui est une possibilité en ce domaine


      • HClAtom hclatomic 25 mars 2014 14:08

        [...]vous venez d’exprimer, sous une forme succincte, la plus grande énigme de la physique actuelle : la décohérence.[...]

        Euh, je vous signale une coquille : la plus grande énigme de la physique actuelle est son incohérence, pas sa décohérence.
         smiley


      • Doume65 25 mars 2014 09:32

        « Le réalisme ontologique part à la recherche des structures »

        S’il reste encore du monde après cette première phrase, c’est que les français sont une race supérieure.
         smiley


        • Bernard Dugué Bernard Dugué 25 mars 2014 10:04

          Non, s’il reste du monde, c’est parce que les Français en âge de lire de texte n’ont pas suivi l’école de Peillon avec les rythmes scolaires et l’ABCD de l’égalité.


        • soi même 25 mars 2014 10:21

          Le lendemain de son atterrissage forcé, il est réveillé par une petite voix qui lui demande : « S’il vous plaît… dessine-moi un mouton ! »

          http://www.geek-vintage.com/wp-cont...



          • Neymare Neymare 25 mars 2014 11:31

            C’est notre conscience, par le biais de nos sens qui créé les objets du monde physique, en mettant sélectivement « en surbrillance » pour ainsi dire, ce que l’on est censé percevoir.
            Lorsqu’on développe le 6ieme sens, ce phénomène devient clairement perceptible, et ce qui nous semble etre la réalité physique du monde s’écroule : le jeu des particules, la prédominance de la conscience dans tout ce qui existe (y compris une table) apparait alors, ainsi qu’une sorte de substructure qu’on pourrait comparer à un tapis dont tous les fils serait relié par des connexions dynamiques toujours en mouvement et en développement : cette structure lorsqu’on tente de l’analyser (le 6ie sens renvoie l’information qui y est lié) est la vie elle meme (difficile de préciser cette perception mais c’est l’information perçue)
            C’est pourquoi il me semble (je ne suis pas un grand spécialiste en physique) que ce mécanisme quantique de matérialisation du monde est la cause des autres lois de la physique et n’y est donc pas relié au meme niveau : un peu comme si vous jouiez a un jeu video en essayant de comprendre le lien entre les lois qui gère l’apparition des pixels à l’écran et les lois propres au jeu lui meme : un peu comme si votre mario bros dans le jeu tombe dans un gouffre et que vous essayiez de faire le lien entre la loi qui l’a fait tomber dans le gouffre, et l’apparition des pixels du jeu à l’écran.


            • claude-michel claude-michel 25 mars 2014 12:14

              « Dugué..clin » d’oeil sur la science réservée au initiés...les autres restez chez vous..pour lui la science n’est pas a la portér de tousse...mais d’une élite qui gouverne le monde...couché les marauds... !


              • mortelune mortelune 25 mars 2014 13:29

                Ceux qui font leur réalité du monde tel qu’ils le voient sont à peu près les mêmes que ceux qui croient que la téléréalité est la réalité. 
                Ce que nous percevons est ce que perçoit notre cerveau. Comme une télé, il reçoit des informations et les transforme en images, en objets qui nous aident à vivre tel que nous sommes, sans plus. La physique quantique est une réalité qui échappe à nos sens et pourtant elle est une réalité plus objective et à coup sur, plus universelle.


                nota : Nous voyons tous la terre plus ou moins ronde n’est-ce pas ? Est-elle réellement ronde ? Un peu de lecture ici

                • Loatse Loatse 25 mars 2014 13:34

                  humpf

                  ce qui donne une réalité aux dits objets, c’est la perception que nous avons d’eux, nan ?

                  et donc si j’ai tout bien compris l’univers quantique est un univers purement subjectif parmi tant d’autres

                  quoi de nouveau donc sous le soleil ?


                  • HClAtom hclatomic 25 mars 2014 15:06

                    On peut vraiment faire dire n’importe quoi à cette théorie quantique. Vivement qu’on en revienne à la physique, la vraie.


                    • Gollum Gollum 25 mars 2014 15:28

                      Je constate finalement qu’on en revient aux Intelligibles de Plotin et Platon.


                      Ces Intelligibles sont vus par Plotin comme des objets que l’on ne peut séparer, ce qui, quand même, fait penser fortement à ce monde quantique où rien n’est séparable précisément. Mais ce sont des objets qui naviguent dans le monde du sans forme.

                      Les objets du monde de la forme étant eux envisageables séparément. Rien de nouveau sous le Soleil, on retrouve les vieux principes antiques, comme ceux de la Kabbale d’ailleurs.

                      Mais il y a encore du boulot. Parce que prendre conscience que c’est l’aspect structural qui importe n’est pas suffisant. Quelle structure privilégier ?

                      Bien évidemment, j’ai une préférence pour le modèle sphérique génétique d’Abellio, à 7 pôles. Je suppose que nos chercheurs n’y sont pas parvenus encore, mais cela viendra. On s’apercevra alors qu’Abellio avait une sacrée longueur d’avance et le personnage reviendra à la mode.

                      Et il faudra aussi s’apercevoir qu’au-dessus du monde du sans forme des Intelligibles du Monde de l’Intellect de Plotin se situe l’Un, dont on ne peut rien dire hormis qu’il unifie précisément ces Intelligibles.

                      Mais cela ne peut se faire par le biais d’une démarche rationnelle, mais bien par le biais d’une révélation personnelle. Cette révélation faisant suite à une démarche consistant à unifier les opposés : nombres et lettres, comme dans la Kabbale.. et plein d’autres choses qui échappent à nos chercheurs officiels, empêtrés qu’ils sont encore par une science matérialiste qui les a empêchés de penser pendant si longtemps.

                      Mais, effectivement, il n’est pas impossible qu’une métanoïa, soit en route. Elle sera du reste, globale, et ne touchera pas seulement la sphère scientifique.

                      • Luc-Laurent Salvador Luc-Laurent Salvador 25 mars 2014 18:01

                        @ Gollum
                        J’ai vaguement le souvenir que vous avez des réserves vis-à-vis d’Haramein alors que quand je vous lis je me dis que son mode de pensée devrait vous parler pourtant.


                      • Gollum Gollum 26 mars 2014 09:31

                        Oui je suis très sceptique vis à vis d’Haramein en effet. Je n’ai guère visionné ces conférences me contentant d’un feeling. En général je ne me trompe guère. Mais si vous avez des arguments précis m’indiquant en quoi ce monsieur pourrait être intéressant je suis preneur.


                        Mais j’ai plus la sensation d’un type new-age qu’autre chose.

                        Sinon il y a Alain Aspect sur Avox TV. Pour les amateurs. 

                      • stetienne stetienne 25 mars 2014 16:40

                        moi je dit
                        soit l univers est d’une complexité infinie et le chercheur sera Sisyphe poussant inlassablement son rocher
                        soit l univers se résume à une suite de zéro et de 1 et on en revient a la poule et l’œuf


                        • claude-michel claude-michel 25 mars 2014 16:45

                          +++ Tout est dit.. !


                        • Ruut Ruut 27 mars 2014 07:49

                          Reste a définir une poule et un œuf.
                          Car c’est la définition qui met l’un des 2 en avant.
                          C’est un œuf qui n’est pas de poule d’où provient la première poule.
                          Et c’est cette première poule qui avec un non coq qui fit le premier œuf de poule.
                          A moins que ce ne soit le Coq qui arriva le premier et fertilisa une non poule pour créer le premier œuf.


                        • epicure 25 mars 2014 20:31

                          Et quid du « fond » de l’univers décrit avec les théories candidates à la synthèse de la MQ et de la relativité ?

                          Est ce que le formalisme affecté à chaque théorie ne donne pas une image différente de ce que pourrait être le « fond » de l’univers ?


                          • Zip_N Zip_N 25 mars 2014 21:28

                            « La thèse développée, c’est qu’au niveau le plus élémentaire de la réalité, on ne trouve pas des objets mais autre chose, des relations, des structures. »

                            Vous définissez la strucure comme un mot un chiffre qui remplace le nombre et la matière, ainsi la quantique logique serait le mot sans la matière associée. Le chiffre, sans la composition de la matière, sans la quantité sans induire la qualité, on peut parler de tout ce qu’on veut mais il y a rien dans ces mots, aucune composante matérielle. Et la frontière entre « boeuf » le mot et boeuf le réel est grand, de la même manière pour n’importe quel mot associés à un objet. Le mieux pour comprendre les temps syntaxes et sémantique est d’examiner les temps des verbes.

                            La différence entre énergies cinétique et potentielle n’est résultat que de la gravitation (énergie ancestrale multipliée par la matière) il y a pas 50 significations ou doutes à se poser. Si la gravitation était plus lente les objets tomberaient moins vite et l’énergie serait plus faible.

                            Dès lors qu’ il y a autant de chose que l’on comprend que ce que l’on ne comprend pas, il résulte un danger de l’information sans expérience, la théorie rapide sans pratique.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès