Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Technologies > Les opérateurs sont-ils complices des vols de portables ?

Les opérateurs sont-ils complices des vols de portables ?

Les opérateurs sont-ils complices des vols de portables ?

Les vols de portables sont très nombreux. Les opérateurs, conscients de ce problème et du désagrément causé, ont tardé à prendre des mesures. Malheureusement, il semble que les efforts concédés ne soient que des demi-mesures permettant simplement de rejeter la responsabilité sur les utilisateurs. Quelles sont ces mesures ? Pourquoi sont-elles insuffisantes ? Que pourraient-ils faire de plus ? Pourquoi ne le font-ils pas ?


Nous allons commencer par quelques explications techniques, simples mais importantes.

Votre téléphone portable possède un identifiant unique appelé numéro IMEI (International Mobile Equipment Identity). Celui-ci s’affiche si vous tapez le code *# 06 #. Ce numéro est utilisé par le réseau pour distinguer votre mobile d’un autre. Un peu comme l’adresse IP de votre ordinateur sur Internet. La carte SIM fournie avec votre abonnement contient aussi un identifiant unique. Cet identifiant permet de savoir qui utilise le téléphone. Lorsque vous allumez votre téléphone, il utilise d’abord le numéro IMEI pour se connecter au réseau, ensuite il envoie le numéro de votre carte SIM pour indiquer qu’il s’agit bien de vous. Le système enregistre ces informations et il sait alors sur quel mobile (et quel relais) vous joindre quand quelqu’un vous appelle. Toutes les informations concernant les connexions et déconnexions ainsi que les appels sont enregistrées dans une base de données. Votre facture détaillée est un extrait de cette base de donnée.

Quelles sont les mesures prises par les opérateurs ?

Si vous vous faites voler votre téléphone, il est très fortement recommandé de contacter au plus vite votre opérateur pour lui demander de bloquer votre carte SIM. Sans quoi, tous les appels passés vous seront facturés. Cette mesure existe depuis l’origine. Plus récemment, les opérateurs proposent le blocage du téléphone, le rendant donc inutilisable sur le réseau, quelle que soit la carte SIM insérée. Mais pour demander ce blocage, il faut donner votre numéro IMEI que vous connaissez évidement par cœur (non ? moi non plus, je vous rassure). Il est possible de trouver ce numéro sur l’emballage d’origine du téléphone... à condition de l’avoir gardé. A moins de l’avoir noté et de l’avoir sur vous, ce que nous devrions tous faire, il est peu probable que vous ayez sous la main le numéro IMEI au moment où vous appelez pour faire bloquer la carte SIM. Il est encore moins probable qu’une fois votre carte SIM bloquée, vous alliez chercher l’emballage de votre téléphone, relever le numéro IMEI puis rappeler votre opérateur pour faire bloquer le téléphone. Si vous ne l’avez plus... qu’il soit bloqué ou non, vous vous en fichez. Et pourtant ce geste, s’il se généralisait, permettrait de diminuer fortement le vol. Il s’agit là d’un geste citoyen. Ceux qui ne le font pas ont tort. C’est une façon très habile de la part des opérateurs de reporter la faute sur les utilisateurs. Ils mettent à disposition des moyens très peu pratiques. Si les utilisateurs ne les utilisent pas, c’est leur faute. De plus, pour qu’on ne puisse pas dire que les utilisateurs ne sont pas informés, les opérateurs ont financé une campagne de communication rappelant que le service blocage de téléphone existe. Cette campagne à l’impact très réduit a plus existé pour faire parler d’elle que pour véhiculer son message.

Que pourraient-ils faire de plus ?

Premièrement, il faut savoir que le blocage du téléphone n’est valable que pour le territoire français. Les voleurs n’ont qu’à s’organiser pour échanger les portables avec d’autres voleurs dans un autre pays pour résoudre ce problème. Il est tout à fait possible de mettre en place un fichier international des mobiles volés pour qu’un mobile volé soit définitivement inutilisable dans le monde entier. Il existe des fichiers de ce type pour identifier les serveurs contribuant à l’envoi d’e-mails non sollicités (SPAM). Ces bases ont été créées par des associations à but non lucratif dont les moyens sont infimes comparés aux budgets des opérateurs. Ensuite, comme je le disais précédemment, les opérateurs ont la possibilité de retrouver dans leur base quel est le dernier téléphone à avoir été utilisé avec une carte SIM volée. Ils devraient donc proposer systématiquement le blocage de ce téléphone quand l’utilisateur demande le blocage de sa carte SIM. Il s’agirait là d’une vraie mesure !

Mais alors, pourquoi une telle hypocrisie de la part des opérateurs ?

Eh bien tout simplement parce que le vol rapporte énormément. Un utilisateur qui s’est fait voler son portable va en racheter un autre, c’est l’occasion de le rencontrer, de lui vendre un modèle plus récent et de réviser son abonnement (à la hausse bien sûr). De plus, le téléphone volé va permettre à quelqu’un qui n’en aurait peut-être pas eu les moyens de devenir un nouveau consommateur. S’il n’a pas les moyens de prendre un abonnement sans téléphone, on va même lui proposer des cartes prépayées, qu’il pourra utiliser impunément dans un téléphone volé. Alors que l’opérateur sait très bien que le mobile est volé.

Alors, chers opérateurs, à quand un blocage mondial systématique de tous les téléphones volés pour enfin éradiquer le vol de portables ?


Moyenne des avis sur cet article :  4.52/5   (75 votes)




Réagissez à l'article

12 réactions à cet article    


  • Kelsaltan (---.---.178.45) 14 juin 2006 11:13

    Article intéressant...

    Je crois savoir que vous avez donné la bonne réponse à la question que vous vous êtes posée.

    Simplement, je souhaiterais vous en poser deux autres, et vous présente par avance mes excuses de ce qu’elles peuvent avoir d’un peu agressives :

    - Depuis quand une industrie, quelle qu’elle soit, agit au détriment de ses intérêts et au profit des consommateurs ?
    - Auriez-vous un seul exemple d’un précédent quelconque de cette nature ?

    Non, je crois que la mise en place d’un tel système ne peut venir que de la police, donc de l’état, donc d’une volonté politique. Et l’exemple du DADVSI nous donne une bonne idée de la vraie nature de cette volonté et de son orientation au profit des grands groupes.


    • Adolphos (---.---.59.170) 14 juin 2006 13:14

      « S’il n’a pas les moyens de prendre un abonnement sans téléphone, on va même lui proposer des cartes prépayées, qu’il pourra utiliser impunément dans un téléphone volé. Alors que l’opérateur sait très bien que le mobile est volé. »

      Pourquoi le sait_il ? Ca peut être un vieux portable, tout simplement.

      « Eh bien tout simplement parce que le vol rapporte énormément. Un utilisateur qui s’est fait voler son portable va en racheter un autre, c’est l’occasion de le rencontrer, de lui vendre un modèle plus récent et de réviser son abonnement (à la hausse bien sûr). »

      Bein non, pourquoi un autre abonnement ? Il y a des portable pas chere. Sans compter que subventionner un nouveau portable ce n’est pas forcément interessant pour l’opérateur. D’ailleur il y en a qui veulent se retirer du marché, parce qu’ils ne gagnent pas d’argent.

      Enfin bref, il faut fliquer tout le monde, et les opératieur doivent s’y mettre, nottement pour la géolocalisation permanente qui doit permetre de retrouver immédiatement une persone recherché et le portable volé par la police.


      • Aldoo (---.---.43.7) 14 juin 2006 14:06

        Oui, il existe des portables pas chers. D’ailleurs, en général, je crois que c’est dû à un problème récurrent : la porte arrière du camion qui les transporte qui s’ouvre toute seule et laisse tomber des caisses sur la route...


      • bokan 14 juin 2006 16:43

        @ Adolphos,

        Effectivement, j’aurais dû écrire « alors que l’opérateur pourrait savoir qu’il s’agit d’un téléphone volé ».

        Les opérateurs ne subventionnent pas toujours les portables, si vous vous le faites voler, vous n’en aurez pas un autre au même prix que le premier. De plus vous devrez consommer vos points fidélité (qui ont une certaine valeur).

        Je n’ai pas parlé de géolocalisation, ni de fliquer tout le monde. Exagérer et dévier ainsi sur un autre propos n’apporte rien au débat.

        Il suffirait simplement que le dernier portable ayant utilisé une carte SIM soit systématiquement bloqué en même temps que la carte SIM bloquée pour cause de vol de portable.


      • BarryAllen (---.---.17.100) 14 juin 2006 17:00

        bokan, vous ne devez pas connaitre adolphos. Quand il dit qu’il faut fliquer tout le monde, ce n’est pas une exagération de votre propos, c’est ce qu’il pense (voir son avis sur le P2P).


      • Adolphos (---.---.59.170) 14 juin 2006 17:02

        Il faut arreter le voleur/recelleur. Puisqu’on en a les moyens technique, allons-y et que le Bien triomphe du Mal !


      • BinO (---.---.224.89) 14 juin 2006 13:42

        sans compter que pour bloquer le portable via le numéro IMEI, il faut (en tout cas il y a 1 an) porter plainte au commisariat (perso j’ai attendu 2h dans la salle d’attente pour finir par me faire engueulé par le commisaire parceque j’aurais du porter plainte dans la ville dans laquelle je me le suis fait volé), puis faire une photocopie du dépot de plainte, qu’il faut renvoyer à l’opérateur, pour qu’il bloque le portable.

        Autant dire que quelqu’un de malin a le temps de revendre le portable entre temps.


        • Goldy Goldy 14 juin 2006 22:10

          D’après ce que j’ai entendu à la radio ce matin, c’est toujours ce qu’il faut faire.


        • fabrice (---.---.220.197) 15 juin 2006 05:31

          Non, ils ne sont pas complices. Ca ne sert strictement a rien, pourquoi depenser de l’argent, qui seras refacturer a l’usager.

          1) le telephone est revendu a l’etranger 2) Changer le numero d’ IMEI est un jeu d’enfant 3) Le tel est demonte pour etre revendu en piece detachees.


          • bokan 15 juin 2006 14:11

            1) Le téléphone est revendu à l’étranger. Dans l’article, je dis bien que le blocage doit être internatioinal.

            2) Changer de numéro IMEI est un jeu d’enfant. En effet, je ne savais pas que la manipulation était aussi simple. C’est une grave erreur de conception de la part des constructeurs. Le numéro IMEI est enregistré dans la mémoire dédiée au firmware du logiciel. Cette mémoire peut être modifiée en reprogrammant le téléphone (flashage). Le numéro IMEI devrait impérativement être stocké en dur sur une puce non réinscriptible. Le changement du numéro IMEI si il se généralise posera énormément de problèmes. C’est lui qui permet d’identifier le téléphone sur le réseau de manière unique (comme l’adresse MAC des cartes réseau). Que ce passera-t-il si deux téléphones se connectent avec le même numéro IMEI ? Le réseau ne peut pas les différencier. Si cette manipulation se généralisait, les constructeurs seraient obligés d’intervenir avant que l’ensemble du réseau soit hors d’usage.

            3) Le tel est demonte pour etre revendu en piece detachees. Si c’était la seule facon de rentabiliser un téléphone portable volé, je pense que cela diminuerai fortement la demande.

            Je vous remercie pour votre commentaire utile.

            Comme le dit JDV ci aprés, les constructeurs sont aussi responsables que les opérateurs. Et pour cause, ils y gagnent aussi.


          • Jdv (---.---.110.173) 15 juin 2006 11:05

            Je pense que l’article a du vrai mais est incomplet.

            Je m’explique : les operateurs ont mis en place un systeme de blocage des telephones volés appelé EIR / CEIR. Il suffit de communiquer son code IMEI pour que le système bloque le fonctionnement du téléphone pour une utilisation en France. Pour cela, certains prétendent que les téléphones sont envoyés à l’étranger mais comme le dit tres bien Fabrice, il suffit de changer le code IMEI pour que le système mis en place par les opérateurs soit inutile. Pour preuve, je vous invite à tapper sur Google les mots clefs « IMEI changer », vous verrez qu’il existe des centaines de logiciels permettant de reprogrammer le code IMEI d’un téléphone volé, il existe même des logiciels gratuits. Si je change le code IMEI d’un téléphone volé, il ne pourra pas être bloqué par le merveilleux système des opérateurs. Donc oui, ils ne font pas tout pour garantir notre sécurité. Mais que pourrait-il faire ?

            Si je suis mon raisonnement, on peut changer le code IMEI car le téléphone le permet. ET si le téléphone ne le permettait pas ce serait peut etre different.

            Pour conclure, je pense que le vol profite beaucoup plus aux constructeurs que aux opérateurs.


            • JDV (---.---.110.173) 15 juin 2006 15:17

              Les constructeurs se sont engagés à renforcer leur code IMEI en 2002 (composants OTP). Plusisuers moyens ont été mis en oeuvre mais l’intérêt des pirates est tel que leurs mesures techniques ont vite été dépassées. Il faut dire aussi que leur volonté de combattre le vol reste « médiatique » et non « technique ».

              Quant au blocage international, cela reste pour moi une utopie.

              Répondre à la question pourquoi le code IMEI n’est pas sécurisé revient à répondre à la question pourquoi les consoles de jeu sont elles toutes piratables ? La réponse n’est pas technique mais économique (IE).

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès