Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Technologies > Les yeux olympiques de Pékin

Les yeux olympiques de Pékin

Dans la perspective des Jeux olympiques 2008, la Chine investit massivement dans des technologies américaines de vidéosurveillance intelligente et se forge une technosurveillance impériale.

Vidéolympe

Les autorités chinoises sont obsédées par l’éventualité d’un attentat lors des Jeux olympiques de Pékin en août 2008, de l’Exposition universelle à Shangaï ou des Jeux d’Asie à Guangzhou en 2010. Aux yeux du Parti communiste (= l’Etat chinois), le retentissement médiatique d’un tel incident serait littéralement catastrophique pour l’image, pour le tourisme et pour l’économie de la Chine.

Le ministère de l’Intérieur a estimé qu’il faudrait plus de 300 000 caméras pour des métropoles comme Pékin, Shangaï, Guangzhou et Shenzen. Il compte également équiper plus de 600 villes et a dressé une liste de sites religieux, touristiques, commerciaux... et de cybercafés à vidéosurveiller ! A titre de comparaison, Londres comptabilise à elle seule plus de 500 000 caméras dont une moitié est contrôlée en circuit fermé par Scotland Yard et les administrations, et l’autre par le secteur privé (banques, supermarchés, hôtels, etc.) ; le Royaume Uni représentant à lui seul plus de 10% de la vidéosurveillance mondiale. Un cruel manque de personnel vidéosécuritaire et des motivations nettement bigbrothériennes pesant significativement sur la balance, le gouvernement chinois a donc opté pour des technologies intelligentes de vidéosurveillance.

Alléchées par ces prolifiques appels d’offres, plusieurs firmes américaines dépêchèrent leurs armadas d’ingénieurs, de consultants et de commerciaux en Chine. A l’automne 2007, lors de la convention technosécuritaire de Shenzen réunissant plus de 1000 entreprises très majoritairement nord-américaines et asiatiques, Honeywell, United Technologies, General Electric et IBM prirent la mesure de leur avance technologique sur leurs rivales orientales.

Vidéodrome

En collaboration étroite avec la police et les municipalités chinoises, Honeywell et United Technologies développent des systèmes d’interconnexion de toutes les caméras privées et publiques en circuit fermé de Pékin, Shangaï, Guangzhou, Shenzen, Nanjing, Tianjin, Kunming et Xian, conformément aux exigences du gouvernement très à cheval sur une approche intégrative de la vidéosurveillance.

Dans les rues, sur les sites olympiques et dans le Centre des médias de Pékin - qui rassemblera les journalistes et les reporters du monde entier - General Electric implante sa solution VisioWave de transmission vidéo numérique via intranet-internet. Au départ, il s’agissait d’un fleuron technosécuritaire franco-suisse, ensuite racheté en 2005 par la firme américaine au groupe français Bouygues-TF1. Par ailleurs, la start-up avait brillamment contribué à l’élaboration de la norme MPEG-4 SVC devenue quasi universelle dans la télévision numérique terrestre, la vidéo à la demande et la téléphonie mobile. Grâce à ses multiples applications (suivi des mouvements de foule/des actes de violence, détection automatique d’accident/d’incendie, sécurité des tunnels, contrôle du trafic, reconnaissance minéralogique, surveillance des croupiers et des joueurs, etc.), VisioWave figure toujours parmi les best-sellers de la vidéosurveillance : aéroports de Toronto et Zurich, métros de Paris, Londres et New York, transports ferroviaires d’Espagne, du Portugal et de France, autoroutes et zones urbaines françaises et suisses, casinos et centres commerciaux en Amérique, en Europe, en Asie...

L’autre vedette de la technosécurité chinoise est une oeuvre de IBM nommée S3 (Smart Surveillance System). Doté de remarquables analyseurs morphobiométriques, interconnectant plusieurs réseaux analogiques/numériques de vidéosurveillance déjà existants, le S3 prévient et oriente automatiquement les équipes de sécurité lorsqu’il détecte une intrusion dans une zone sécurisée ou « un comportement suspect ». De plus, il orchestrera probablement les différentes infrastructures technosécuritaires - concurrentes, privées et publiques - présentes à Pékin, à Shangaï, à Guangzhou et à Shenzen. Ce système qui n’était encore qu’un projet de recherche à la fin 2006, sera testé pour la première fois en grandeur nature à Pékin et deviendra bientôt la clé de voûte du futur « Bouclier Virtuel » de la ville de Chicago.

A Shenzen, agglomération disposant déjà de plus de 180 000 caméras en circuit fermé, chaque officier de police est équipé d’un récepteur GPS interagissant constamment avec un logiciel cartographique de gestion des patrouilles qui archive aussi l’historique des trajets. Lorsque l’officier ne peut être géolocalisé correctement par sa hiérarchie, il est automatiquement relocalisé sur la carte grâce à la triangulation de son mobile de service. Conçu conjointement par Microsoft et China Public Security Technology, ce dispositif sera peu à peu généralisé à toutes les grandes villes.

On le voit, les firmes américaines ont trouvé dans l’Empire du Milieu un immense champ d’expérimentation et un formidable levier de trésorerie pour leurs technologies de sécurité.

Encre de Chine

Trop souvent, les médias internationaux ne regardent la Chine qu’à travers sa flamboyante réussite économique. Toutefois, l’envergure du dragon dissimule à peine un magma en pleine fusion.

Dans cette vaste nation où rien n’est simple, ont lieu plus de 70 000 émeutes, grèves et manifestations pacifiques ou violentes souvent durement réprimées, selon les associations de défense des Droits de l’Homme. Dans n’importe quel autre pays, un volcanisme équivalent mènerait tout droit à la guerre civile. Concomitamment, des propensions revendicatives bouillonnent au sein des classes moyennes montantes qui, aidées par un éruptif marché de la téléphonie mobile et de l’internet, s’adonnent aux joies incendiaires de la protestation en ligne. Malgré une censure foudroyante et l’interdiction d’ouvrir de nouveaux cybercafés depuis l’été 2007, les ma boke, fameux blogs de la colère, se chiffrent actuellement par cinquantaines de millions. J’avais analysé les sulfureuses ambiances de la blogosphère chinoise dans La Cybercité presque interdite, article publié ici quelques mois plus tôt.

Perdant presque pied contre les dragonautes, confronté à une mobilité géographique croissante de ses administrés et désemparé face à un trafic de drogue et à une criminalité sans précédent - bienvenue dans le capitalisme ! - l’Etat chinois corsette sa technosurveillance tous azimuts et ne cache point sa ferme intention d’intégrer à moyen terme vidéosurveillance, encadrement policier et fichage électronique à un niveau encore inégalé dans le monde.

Depuis août 2007, l’administration délivre des cartes biométriques d’identité - élaborées par China Public Security Technology - aux 11 millions de Shenzenois. Les données inscrites dans la puce portent sur l’histoire familiale, géographique et résidentielle, le parcours scolaire et universitaire, la confession religieuse, l’appartenance ethnique, la catégorie socio-professionnelle, le casier judiciaire, les coordonnées détaillées des propriétaires successifs, les polices d’assurances, les dossiers médicaux, fiscaux et bancaires, ainsi que d’éventuelles infractions au code de la route ou à la politique de l’enfant unique... Environ deux millions de Shenzenois, essentiellement du troisième âge, ne sont pas concernés par cette mesure dragonesque : l’administration estime en savoir suffisamment sur eux !

En outre, l’obtention d’un permis de résidence, l’accès aux cybercafés et l’attribution de droits sociaux et salariaux seront strictement conditionnés par la détention de cette super-carte d’identité. D’ici 2012, le Parti communiste veut étendre ce programme à 660 villes, à plus de 300 millions d’urbains et aux 10 millions de ruraux migrant chaque année vers les villes.

Oeil de dragon

Depuis plusieurs décénnies, les architectures informatiques et réseautiques de nombreuses administrations chinoises sont codéveloppées par Huawei, Cisco, Hewlett-Packard, IBM et Microsoft. Mais, il s’agit de technologies et d’applications civiles, non sujettes à interdictions ou à controverses dont la République populaire est acheteuse depuis fort longtemps à des fins de compatibilité et de continuité techniques.

Après le massacre de la place Tien An Men en 1989, les Etats-Unis avaient instauré un embargo sur le matériel technosécuritaire et/ou militaro-policier à destination de la Chine. Le Département du Commerce affirme que « la vente de technologies civiles ou industrielles de surveillance et de contrôle » ne viole en rien cet embargo. Les firmes directement concernées ne sont évidemment pas disertes sur ces questions. En outre, toutes ont mondialement externalisé maints segments de leurs productions, échappant au besoin à la législation américaine. China Public Security Technology est l’une des plus controversées car immatriculée en Floride, ouvertement et solidement liée à IBM, Cisco, Microsoft et HP, grassement financée par des capitaux anglo-saxons : Plano au Texas, Roth Capital Partner en Californie, Oppenheimer & Company à New York, First Asia Finance Group à Hong-Kong (cf. ce document statutaire du Security Exchange Commission, le gendarme boursier américain)...

Les associations de défense des Droits de l’Homme sont férocement critiques envers ces exportations et ces joint-ventures technosécuritaires, vecteurs majeurs d’une surveillance hautement orwellienne. Selon elles, pour peu que les systèmes morphobiométriques soient fiables et sécuritairement justifiées pendant les JO, elles serviront surtout à traquer les dissidents, les journalistes et les blogueurs un peu trop rêches. Parallèlement, elles accusent les autorités chinoises de recourir abusivement à l’écoute téléphonique, à la triangulation et à la géolocalisation des mobiles de citoyens suspectés de « subversion ». Pour finir, elles ajoutent qu’à l’été 2008, Pékin sera sûrement la ville la plus fliquée sur Terre, suivie de près par Shangaï, Guangzhou et Shenzen.

Chantre d’un usage éthique des technologies, le représentant démocrate Tom Lantos n’a pas mâché ces mots en déclarant que « les sociétés américaines font fi de la décence lorsqu’il s’agit de contourner la réglementation et de capitaliser les opportunités offertes par les Jeux olympiques ». Président du Comité des Affaires Etrangères au Congrès qui avait auditionné Google, Yahoo !, Microsoft et Cisco suite à leurs dénonciations électroniques de journalistes et de dissidents auprès des autorités chinoises, il avait qualifié les quatres firmes de « géants sur le plan financier, pygmées sur le plan moral ». Les peuples pygmées qui, en ma connaissance, n’ont jamais dénoncé électroniquement qui que ce soit auraient-ils apprécié cette analogie ? Tom Lantos ajoute qu’il poursuivra son investigation dans ce qu’il considère comme « une assistance américaine privée à la répression politique ». En 2006, le Département US du Commerce avait quelque peu révisé à la baisse sa liste noire d’exportations technosécuritaires vers l’Empire du Milieu.

Longtemps après les Jeux, l’oeil du dragon conservera jalousement sa flamme olympique.


Moyenne des avis sur cet article :  4.43/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • bonsens 10 janvier 2008 00:03

    c’est le réve de tous dirigeant de tout savoir sur ses subordonnés d’ou la création des services secrets qui ne se limitaient quà ses amis et ses ennemis proches faute de moyens financiers.

    un écrivain anglais à publiés un livre célebre lors de l’explosion de la micro informatique 1984

    déja il à entrevu toutes les dérives possibles ( fichage de tous les citoyens)

    l’affaire clearstram duel entre villepin et sarkozy

    les moteurs de recherche peuvent étre dangereux pour la démocratie comme la langue peut la meilleure ou la pire des choses.

    il semblerait que dans beaucoup de domaines c’est l’éternelle question du bien et mal

    de docteur jekill et mr hydre qui peuvent étre dans chacun de nous

    faisons confiance à la race humaine pour se garder de ses démons

    rappel historique en 1945 les savants aux états unis ont découvert la bombe atomique

    lorqu’il virent l’usage qu’en fit leurs dirigeants 2 ans aprés l’ennemi des états unis avait lui aussi sa bombe

    je suis persuadé que les scientifiques ( ne pouvant en maitriser l’usage ) ont eu le dilemme de prendre une décision pour rétablir l’équilibre.

    il s’en est suivi le fameux duel si tu me tue je te tue aussi ( l ’équilibre des forces) d’ou ses 60 années de paix relative.

     


    • Ernesto Gall 10 janvier 2008 10:12

      Propagande de paix et d’amour,

      Ou « j’accuse d’Ernesto Gall »

      Cher peuple de chaque pays, cher citoyen faisant ces peuples.

       Nous sommes depuis fort longtemps enfermés chacun dans nos pays, devant défendre les intérêts de celui-ci. Nos mères patries on besoin de nous, nous sommes la société, nous sommes sa base et son fondement. Nous sommes les créateurs de ces richesses, les garants de ces valeurs.

       Mr Zola, lança le 6 juillet 1889 une accusation à Félix Faure, Président de la République. Afin de s’élever contre une justice arbitraire. Aujourd’hui, nous sommes devant un tout autre problème dont nous n’arrivons pas à en prendre ca globalité et à en comprendre l’intégralité. Nous sommes désinformé, manipulé tous autant qu’on est. S’intéresser et y remédier est l’œuvre de plusieurs vies, et c’est s’élever contre les pouvoirs en place. S’élever contre les rois de ce monde, ce qui ce prennent pour dieux et qui décident de ce que l’on doit penser ou pas. Alors aujourd’hui c’est à vous et non à l’état que je m’adresse, c’est à tous les peuples du monde et non à ces élites.

       Que désirons-nous ? Que voulons-nous pour demain ? Manger des viandes clonées ? Envahir la terre de colza mutant ? Continuer de voir des peuples s’entre tuer, s’affamer et détruire leur civilisation et leur culture ? Continuer de voir l’état de la terre ce dégrader ? Continuer cette course à l’économie et à la croissance qui nous font prendre les armes pour un peu de pétrole ? Pour notre mère patrie, on en aura fait des crimes, on en aura détruit des âmes, embrigadé dans des guerres qui les dépassent.

       Je dis ma mère patrie car j’en suis fier, c’est elle qui permet mes valeurs et ma libre pensée. Comme une ethnie donne une identité, comme une religion, répond aux questions.

       Même des vêtements, un style régit les personnes et les sociétés comme les langues une coupe de cheveux une couleur de peau.

       A savoir les gouts et les couleurs de chacun.

       On ce reconnait selon ces signes qui évite de rencontrer des gens que l’on ne comprend pas.

      On a peur des différences, de ce que peut avoir dans la tête une personne qui ne nous ressemble pas, on a peur qu’elle remette en question notre faible équilibre nos réalités. A petite comme à grande échelle.

      Personne n’est réellement différent, personne n’est réellement identique. Très peu s’aime et ce comprenne. Et jamais à grande échelle. C’est le défi de ce siècle.

       Je suis citoyen du monde, européen, français ; un français du sud, je suis Aixois, je joue du jumbé, j’aime le cinéma, la poésie, l’amour et le sexe ; j’aime les gens qui ne me ressemble pas, pour les différences qu’il m’apporte, pour la différence de leurs expériences et de leurs pensées.

       Je crois en l’évolution dans le respect de chaque croyance. L’existence du créateur, d’une force spirituel bien au delà de l’homme est mon athéisme. Le mystère de la vie reste entier. Ma non croyance est une parallèle aux religions. Je ne suis pas hérétique, sans fois ni loi. Je vois Dieu, ou Allah à chaque instant, il est mon souffle de vie, mon essence. Il me fait comprendre mes qualités, mes défauts. Il me fait prendre conscience de ce que je suis de ce que je fais.

       Ce texte est une auto critique et non une leçon de moral, je pense être de ceux qui ont le plus de défaut et je ne juge personne, je veux faire un constat. L’Homme est imparfait, il ce cherche. J’ai peur, ce sont de triste jour vers lesquels nous nous dirigeons. Nous le savons tous par les nouveaux moyens de communication, et nous n’avons pas de solution à cette réaction en chaine de haine qui sévie sur la terre.

       J’ai conscience, à quel point l’argent et le pouvoir peut changer un homme. Je ne souhaite ni être riche, ni puissant. Je perdrais alors beaucoup de valeurs qui me sont cher et font mon identité, qui sont celle de la France, je perdrais ma liberté, l’égalité avec laquelle je considère chaque Homme ainsi que la fraternité que j’ai pour les peuples du monde. Car ces valeurs sont celle du peuple et non des élites. Etre reconnu libre penseur est ma seul prétention et me rend heureux.

       Quand le monde prendra des décisions justes, je poserai ma plume et retournerai à mon travail et ma famille, si on m’en laisse cette chance. Cette lettre est une bouteille à la mer.

       Alors j’accuse, oui j’accuse et pourtant je ne suis rien, rien de plus qu’un autre, rien de moins non plus. Mais j’accuse car je suis libre, car j’ai conscience des dérives du libre arbitre, de mes propres dérives. Mon accusation est un cri de l’âme, il est passionnel et raisonné car j’ai fais de la raison ma passion. Je ne jette la pierre à personne et désire qu’ensemble, Nous prenions ces problèmes à bras le corps.

       

      *J’accuse l’humanité, d’hérésie envers le royaume animal. Mise à part quelques peuples qui voient leurs droits bafoués et leur mode de vie saccagée. Je pense au indien d’Amérique, au inuit, aux aborigènes et quelques autres que je me dois d’innocenter.

       

      *J’accuse la mondialisation de crime contre l’humanité.

      -Par le réchauffement climatique dut à l’industrialisation, et l’absence totale de volonté d’arrêter cette réaction en chaine d’auto destruction de la race humaine.

      -Par l’hyper consommation et le marketing qui nous fait accumuler plus de déchet que de raison.

       

      *J’accuse l’occident d’être en train d’orchestrer le plus gros génocide jamais imaginé, sous les yeux de tous avec le consentement des populations. En enfermant par des politiques draconiennes d’immigration des peuples sur des terres plus vivable pour l’homme. Sans nourriture, sans eau, dévasté par les guerres.

       

      *J’accuse l’occident d’armé l’Afrique afin qu’elle orchestre des guerres fratricides dans un espoir d’utopie démocratique que personne ne souhaite. Sans éducation, un homme illettré est des plus manipulables. Les vendeurs d’armes et les dictats ce jouent de leur ignorance, comme on ce joue ici de la notre.

       

      *J’accuse les pouvoirs publics, les réseaux élitistes, les multinationales, via un lobbying écrasant :

      -De constamment désinformer les populations, les faisant vivre en dehors du monde, chacun dans sa bulle. Empêchant toute bonne réflexion, toute cohésion, empêchant une vraie démocratie.

      -Je les accuse d’être des prestidigitateurs, faisant disparaitre une partie de nos richesses à leurs profits personnels. Connus de toute la haute classe, via des grands groupes, les financiers internationaux dissimulent les traces de leurs nombreuses transactions illégales.

       

      *J’accuse les politiques :

      -d’avoir les mains liées par leurs réseaux,

      -d’être liés a la mafia,

      -d’abuser de leur droit,

      - de mépriser les peuples en trouvant des solutions superficielles à des problèmes profonds de société.

       

      *J’accuse la justice :

      -De s’acharner dans un pays de droit au lieu de réfléchir et débattre de ce qui est juste laissant des assassins libre pour des vices de forme et d’autre absurdité.

      -D’être à deux vitesses et de protéger des escrocs connu de tous, au nom encore des réseaux, et du principe du je plonge tu plonges.

      -De S’acharner sur des petits délits, comme la multiplication des arrestations des consommateurs d’herbe. L’emprisonnement de défenseurs des droits de l’homme empêchant des expulsions injustes, ou l’emprisonnement de faucheurs d’OGM dont le peuple ne veut ni sur ces terres ni dans son assiette.

       

      *J’accuse le Vatican :

      -De mettre à la rue les locataires de leurs biens immobiliers.

      -De participer aux ventent d’armes.

      -d’empêcher les prêtres de ce marier, empêchant un bon équilibre mental, et contradictoirement d’avoir un réseau de prostitué de luxe pour la haute classe de la chrétienneté.

      -De mentir depuis 2000 ans à tous les peuples de la terre, cachant des vérités telles que la personnalité du christ, et une partie de son œuvre. Egarant les hommes du droit chemin en créant volontairement des peuples de mouton. Je leur rappellerais, qu’ils sont les garants de valeur, qu’ils ne sont pas là pour leur profit.

      *J’accuse des dictateurs africains d’investir l’argent des peuples qu’ils affament, dans l’immobilier occidentale, dilapident les quelques richesses à leur profit personnel. J’accuse l’état de fermer les yeux et de sympathiser avec ces potentats dénué de valeur.

       

      *J’accuse les peuples de fermer les yeux :

      -Au nom de leur petit confort, de leurs petites nécessités.

      -Au nom de la peur qu’ils laissent les envahir.

      -Au nom de l’individualisme.

      -Au nom de l’argent, du pouvoir qu’il lui est conféré, de l’espoir qu’un jour, toi aussi tu seras au dessus des autres. 

      *J’accuse les peuples :

      -De n’avoir rien retenu de l’histoire et de s’entêter à croire que tous simplement, l’homme est mauvais et qu’on peut rien n’y changer, l’histoire démontre le contraire.

      -D’avoir oublié les enfants qu’ils étaient, leurs rêves et leurs espoirs. D’avoir perdu le gout de la vie simple et de partager des bons moments simplement.

       *J’accuse de nouveau les politiques, sous couvert du secret d’état de nous cacher toutes ces réalités.

       *J’accuse les médias de participer volontairement, consciemment, à la désinformation, au nom du profit.

      *Je m’accuse, d’abuser de la société, touchant un chômage illégitime. De fumer, boire et faire la fête malgré ce constat accablant. Je m’accuse d’avoir un fort penchant pour la destruction. Je m’accuse d’avoir plus de vice et de passion, que de qualité et de raison. Je m’accuse d’avoir une instabilité sentimentale et des valeurs, me complaisant à rejeter constamment la faute sur les autres.

       "Il n’y a pas de pays – si capable, riche ou technologiquement avancé qu’il soit – qui puisse à lui seul prévenir, détecter et combattre la totalité des menaces qui pèsent sur la santé publique", écrit l’OMS, pour qui "l’amélioration de la sécurité sanitaire" exige donc "une solidarité mondiale".

       Seul cette solidarité arrêtera les guerres, diminuera la pollution évitera des épidémies et des famines créant ces pandémies. Laissant entrevoir un avenir radieux, à tous les enfants de la terre.

       Seul cette œuvre mondiale peut être plus grande que les haines qui nous rongent.

       Seul une alliance des peuples, dans une volonté de paix mondiale et de compréhension de nos dérives, dans le plus grand respect et la plus grande tolérance, dans l’amour de l’autre et la fraternité ; pourra peut être enrayer, l’odeur nauséabonde qui ce répand sur cette planète pourrissante tout doucement comme une vielle orange ou ce développe la moisissure, contaminant, à chaque instant, un peu plus de sa surface. 

       J’attends avec impatience la balle qui traversera ma tête démontrant la justesse et la pertinence de mes propos. Je suis le fils de dieu, comme chacun de vous mes frères, ouvrez vos yeux. Libérez-vous, libérons-nous.

       Nous attendons le jour ou chaque homme sera heureux de qui il est, et n’enviera personne. En ce jour, la planète entière rira aux éclats, le bien être de la terre ce ressentira jusqu’au fin fond de l’univers. Nous serons à ce moment humain…

      Ernesto Gall, simple citoyen.


      • moebius 13 janvier 2008 22:04

        parano.....

         


        • Ernesto Gall 16 janvier 2009 14:10

          Nous sommes maintenu par notre ignorance, à un état d’exploitation. C’est une vérité à travers le monde qui nous empeche de voir la réalité. 40 % des especes sont en voit d’extinction, cette extinction de masse est la plus rapide que nous avons pu constater sur les 6 recensées. L’Homme n’est pas encore touché grace à sa connaissance, mais tous le royaume animal attend notre extinction pour que la vie reprenne son court. Tu me penses parano, je nous crois assassin. Si nous ne sommes pas capable de nous organiser et de respecter la nature alors je t’assure que nous ne mourrons pas de veillesse mais d’une épidémie, ou par la guerre. Et c’est tous que l’on mérite. L’homme n’est pas une espece intellegente.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès