Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Technologies > Logoscience, une nouvelle manière de faire de la science dans un contexte (...)

Logoscience, une nouvelle manière de faire de la science dans un contexte de révolution culturelle

Nul n’a entendu parler de la logoscience. C’est normal, ce concept est tout nouveau, je viens de l’inventer. Cela dit, le risque d’enfoncer des portes ouvertes est présent et probablement, des scientifiques ont déjà fait de la logoscience sans s’en réclamer. Notamment des physiciens qui comme Schrödinger, Bohm, Trinh Xuan Thuan ou Mioara Mugür-Schachter, ont tenté de fournir une image du réel tirée à partir des théories quantiques. On l’aura deviné, la logoscience se présente comme une sorte de métascience et si le mot n’était pas galvaudé par de mauvais usages sémantiques, on pourrait même parler d’une métaphysique. Ou plutôt d’une nouvelle ontologie. L’objectif de la logoscience n’est pas de fournir une théorie de ce qui apparaît dans la nature, ce qui se meut dans l’espace-temps, ce qui réagit dans un tube à essai, ce qui pousse dans une étuve, ce qui est extrait d’une cellule, mais de concevoir l’objet scientifique, autrement dit, de livrer l’idée ou le concept de ce qu’est cette chose étudiée par les instruments scientifiques ou même directement. La logoscience ne s’identifie ni avec la recherche fondamentale, ni avec l’épistémologie, cette spécialité qui étudie le fonctionnement de la science et les procédures scientifiques. Si elle se rapproche de la philosophie des sciences, son objectif est précis. Fournir une conception des choses qui sont et qui deviennent. La logoscience est donc une nouvelle ontologie qui partage avec l’ontologie classique les fins mais s’en distingue par les moyens qu’elle utilise, ces moyens étant la somme des données fournie par les spécialités scientifiques modernes.

 La logoscience interroge la matière et plus généralement, l’univers physique, à partir des formalismes disponibles dans les trois champs majeurs de la physique contemporaine, la mécanique quantique, la cosmologie relativiste et la mécanique statistique. Elle se penche aussi avec une attention spéciale sur le vivant, son essence, la logique de ses mécanismes, de son évolution. Sa question est, qu’est-ce que la vie. Puis elle interroge aussi l’humain, avec sa conscience et enfin, la genèse et l’organisation des grands ensembles humains que sont les sociétés et les civilisations à travers les âges. Vaste programme pour une logoscience que l’on opposera à la technoscience. Cette séparation est plus nette et radicale que la trop conventionnelle distinction entre recherche fondamentale et appliquée. Ces deux types d’activité ont pratiquement fusionné. La recherche fondamentale, dans la mesure où elle repose de plus en plus sur des dispositifs techniques, des structures spécialisées assemblées et qu’elle dévie vers un objectif de production de publication, devient de moins en moins fondamentale et se fond avec la technoscience. Pour le dire autrement, la technoscience utilise les technologies pour produire diverses choses, les unes pouvant être exploitées et passer dans le domaine public, les autres, publications notamment, étant produites pour l’évaluation de la qualité des laboratoires et l’avancement des chercheurs, rémunération incluse. Le dénominateur commun de ces activités relevant de la technoscience, c’est qu’elles servent des finalités sectorielles, des intérêts privés, personnels, organisationnels ou même nationaux quand l’Etat se met à piloter ces recherches en instituant des officines expertes et des structures de management. A l’inverse, la logoscience est dissociée des intérêts particuliers, elle est universelle et vise à produire un savoir des choses à partager entre tous, sans condition aucune, simplement pour le progrès de l’humanité. Cette suggestion semble ringarde et si ce n’est pas le cas, alors elle est d’avant-garde. Autrement dit, une option sérieuse pour construire un ensemble de savoirs adaptés à notre époque pour autant qu’elle réclame des connaissances sur les choses et ne se réduit pas à un collectif d’individus qui attendent leur mode d’emploi et les savoirs-faires pour profiter du monde. 

La technoscience a pour méthode un triptyque rationnel : mesurer, assembler, calculer. Le fonctionnement est simple dans son principe. L’« assembler » permet d’élaborer des dispositifs d’observation, des technologies de pointe, des interfaces permettant de pénétrer au cœur de la matière et de récolter des données chiffrées, ce qui fournit la mesure qui sera alors introduite dans le calculateur, lequel fournira en retour d’autres chiffres servant de comparaison, de test, de supports numériques pouvant le cas échéant être cybernétiquement insérés dans la procédure technoscientifique pour poursuivre l’expérience, voire la réajuster. La technoscience finit par confondre la chose étudiée avec la chose réelle et par croire que l’élucidation complète de la chose n’est qu’une question de temps et de progrès technologique ; elle suppose une ontologie mécaniste sans être en mesure de la justifier.

La logoscience postule qu’une partie du réel reste inaccessible à l’investigation scientifique. Autrement dit, des processus internes à la chose sont hors de l’observation, soit pour des raisons de structure de la matière, soit parce que ces processus disparaissent lorsque le système est étudié. On pensera notamment aux systèmes vivants qui, pour être analysés finement, nécessitent d’être décomposés en éléments soumis à l’expérience. En recomposant les mécanismes, on n’obtient pas alors le concept du système mais une approximation qui peut se révéler assez trompeuse, bien qu’elle puisse se prévaloir d’une efficacité opératoire certaine. Les mécanismes biologiques sont-ils comme le temps mesuré, une pure forme extérieure à la vie ? Ou à défaut une cartographie incomplète de l’incroyable complexité moléculaire et des processus qui parviennent à les coordonner ? Il suffit de lire un traité universitaire de biologie pour se délecter de ces schémas moléculaires faisant office de cartographie imagée d’un système vivant en ordre de marche, mais comme la carte n’est pas le territoire, on dira que le mécanisme complexe n’est pas la vie. Et que la matière ne ressemble pas à une formule de mécanique quantique ou bien à un hiéroglyphe relativiste. Mais qu’est-ce cette matière étudiée par les physiciens et cette vie analysée par les biologistes ? Ces questions relèvent du domaine de la logoscience. Aucun acharnement empirique, technologique ou numérique ne pourra livrer la réponse. Seule, une manière de penser, de concevoir, de mettre en ordre les données disponibles et de spéculer sur l’essence du réel, pourra avancer sur la voie de la compréhension des choses et de l’essence de l’existence. 

La technoscience dit comment faire, opérer, transformer, la logoscience explique ce qui est, ce qui se passe, advient, dans le réel. Les méthodes de la technoscience sont balisées, formatées, si bien agencées qu’elles ne demandent plus que l’homme pense mais qu’il soit au service d’un système dont les fins lui échappent. A l’inverse, la logoscience est fondée sur les choix, les options, la réflexion, la capacité à comprendre, débattre, exposer le concept des choses. La technoscience permet de comprendre le fonctionnement des choses et enseigne à utiliser le monde. La logoscience aide à se situer dans le monde et à y vivre en relation cognitive, voire gnostique, avec une nature qui n’est plus cette masse étendue, mécanique et aveugle, que la technique manipule mais une substance douée d’essence et de capacités à se finaliser, se situer, s’inventer. Bref, la logoscience nous invite à une révolution culturelle, pour connaître le monde, les êtres, et pour résister à cette technoscience qui réduit les hommes à d’infantiles gosses animés d’un fantasme de toute puissance et dont le seul horizon est de parvenir à des résultats et des gains matériels.


Moyenne des avis sur cet article :  3.67/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • pissefroid pissefroid 31 mai 2011 09:49

    En lisant ce texte, je n’ai pu m’empêcher de penser à la « controverse » rabelais-montaigne, le premier voulant une tête bien pleine, le second une tête bien faite.
    La technoscience me fait penser à l’usage d’une tête bien pleine,
    La logoscience étant le champ d’application d’une tête bien faite.


    • chria chria 31 mai 2011 11:11

      Fut un temps où on opposait systémique et déterministe cartésien.
      Voilà une nouvelle forme d’opposition.
      Tout d’abords, il ne me semble pas que la science fondamentale a déserté les labos, tout de même !
      Le problème ensuite c’est de savoir si la logoscience est encore de la science, pour pouvoir comparer avec la science fondamentale. De plus, la logoscience a besoin de la technoscience. Son but semble donc différent de la science fondamentale. Il faut quand même le souligner.
      Et là j’ai un gros doute.
      La logoscience semble plutôt une sorte de religion, car même si l’on va se servir de la science pour formaliser, à un moment donné on devra faire le lien entre représentation et observation. Et là on tombe dans ce que l’on appelait la science new-age.

      Une de vos phrases m’a interpellé : « Fournir une conception des choses qui sont et qui deviennent ». D’accord, ce principe absorbe celui de l’univers constructiviste, mais qui va décider qu’on a la bonne « conception » ? Par quel moyen va-t-on trancher ?

      Au final je vois dans votre texte une opposition société de consommation/société « humaniste », une critique sociale plus que l’invention d’une nouvelle philosophie.


      • Gollum Gollum 31 mai 2011 12:40

        La logoscience postule qu’une partie du réel reste inaccessible à l’investigation scientifique.

        Oui, bien d’accord. Mais cela signe la mort de la science. Et de sa prétention a fournir une image vraie du réel. Et cela, les scientifiques, les vrais, les idéologues, bref, les scientistes n’en veulent sous aucun prétexte...

        Dire qu’une partie du réel reste inaccessible, c’est ouvrir la porte à une possible Transcendance elle aussi par essence inaccessible.. Cela les platoniciens et néo-platoniciens style Plotin le savent depuis un bon bout de temps déjà..

        Ce style de révolution des mentalités ne se fera pas sans que ne se fasse la chute du système matérialiste, athée, basée sur cette science du quantitatif qui ne veut à aucun prix que l’on puisse supposer qu’une partie du réel (et peut-être la plus grande part) puisse rester inaccessible..

        • Ann O’Nymous 1er juin 2011 06:58

          Logoscience est la contraction de deux mots : science et logorrhée...


          • exocet exocet 13 juin 2011 09:07

            Sinon, il y a la gogo science, dérivée de la gogo dance, qui a aussi été créée pour permettre aux littéraires et nuls en sciences de s’exprimer aussi sur le sujet...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès