Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile

 Accueil du site > Actualités > Technologies > Luc Besson et ses approximations...

Luc Besson et ses approximations...

500 000 vols, 1 milliard d’Euros de pertes pour l’industrie du cinéma… Luc Besson n’hésite pas à dégainer les "chiffres qui tuent" pour soutenir son argumentaire contre le piratage. Et sans se préoccuper de la moindre vraisemblance…

Tout le monde, tout du moins toute personne s’intéressant au cinéma et au phénomène du piratage, a entendu parler (ou a lu) la tribune de Luc Besson parue dans le Monde du 14 février 2009. Où il est dit en substance que le piratage, c’est mal.

Une assertion que, sur le fond, on ne discutera pas : il est vrai qu’il faut trouver un système permettant de rémunérer justement les auteurs et producteurs d’œuvres audio-visuelles commerciales. Mais il n’est pas forcément besoin, pour cela, de dégainer des chiffres dont le manque de fiabilité le disputent à la mauvaise foi.

Ainsi, pour commencer sa démonstration, le cinéaste-producteur assène un définitif "Il y a 500 000 vols de films par jour en France : 500 000 connexions illégales". D’où sort-il de tels chiffres ? D’une étude diffusée en juillet dernier par l’Alpa (Association de lutte contre la piraterie audiovisuelle) et qui dresse un portrait quasi cauchemardesque de la situation du piratage en France. Il est ainsi dit qu’il y aurait pas moins de 450 000 films récents en version française (et non 500 000 comme l’arrondit Luc Besson) qui seraient quotidiennement téléchargés illégalement en France, avec des films comme Transformers qui auraient été copiés à plus de 3,7 millions d’exemplaires ! Du sérieux, donc… Au moins autant, sans doute, que ce rapport, nommé "Statistiques ALPA de téléchargement de contrefaçons de films sur les réseaux P2P" et réalisé par Thomson et Advestigo, une entreprise spécialisée dans "la surveillance des réseaux P2P" pour le compte de l’Alpa. Un rapport truffé d’invraisemblances, d’approximations et de contre-vérités. On commencera par le fait que "l’observation a commencé depuis octobre 2008", un tour de force pour un rapport rendu public trois mois avant cette date... On continuera en constatant que cette étude a été réalisée en "surveillant" plusieurs réseaux P2P dont, selon ses auteurs, Edonkey, réseau officiellement fermé depuis... 2005 ! Il faut dire que la connaissance du P2P de ces "surveillants" semble assez limitée : le rapport indique ainsi que "une attaque sur certains serveurs P2P (Edonkey) a rendu une partie du service de redistribution illicite indisponible en février", un vrai tour de force pour des réseaux qui ont pour caractéristique fondamentale de fonctionner sans serveur (sans même revenir sur le fait qu’Edonkey est fermé...). Par charité, on ne s’appesantira pas sur un rapport qui prête plus à rire qu’à édifier les masses...

Cela étant, c’est donc lui qui, semble-t-il, a servi de base à l’argumentaire de Luc Besson. Argumentaire qui, donc, nous apprend que "(les) créateurs (…) ont perdu, rien qu’en France, 1 milliard d’euros en 2008 à cause du piratage d’oeuvres cinématographiques sur Internet". Ainsi donc, 500 000 "vols" par jour (soit un total annuel estimé de 182,5 millions) entraîneraient une perte de 1 milliard sur un an, ce qui, si l’on calcule bien, nous amènerait le film à 5,48 Euros. Faut-il en conclure que ces 5,48 Euros sont ce que les "créateurs" (on suppose donc les producteurs et cinéastes) toucheraient pour chaque place de cinéma ou chaque DVD vendu ? On aimerait en être sûr, mais la vérité est sans doute bien plus modeste. Mais bon, 1 milliard, ça parle…

Ah, et au fait, le cinéma va-t-il si mal que ça ? Mmmmhhhh, la question mérite d’être débattue… Le CNC, qui tient à jour des statistiques on ne peut plus sérieuses sur le cinéma en France, a ainsi noté que la fréquentation des salles de cinéma a connu une augmentation de 6,2 % de 2007 à 2008, croissance qui s’amplifie en 2009, avec un bien beau + 3,8 % pour le seul mois de janvier (14,92 millions d’entrées). Alors, serait-ce le marché du DVD qui souffrirait ? Si l’on prend les chiffres du marché global du DVD, la baisse entre 2007 et 2008 est de 7,5 %, pour un chiffre d’affaires global de 1,382 milliard d’Euros. Mais si l’on se concentre sur les DVD de films, le chiffre d’affaires n’est plus que de 779,17 millions d’Euros (contre 791,22 millions d’Euros en 2007) et la baisse limitée à 1,5 %.

Nous voilà donc confrontés à une problématique particulièrement ardue : comment arriver au chiffre de 1 milliard d’Euros de "pertes" dues au piratage avec d’un côté une fréquentation des salles en hausse (et, le consommateur a pu s’en apercevoir, un prix du ticket qui n’a pas baissé…) et, de l’autre, un marché du DVD de films qui a, en un an, perdu "seulement" une douzaine de millions d’Euros ? On ose espérer que les comptables de la société de monsieur Besson montrent une autre rigueur avec les chiffres qu’ils ont à manipuler…

Bref, Luc Besson arrange la réalité selon ce qui lui convient et n’hésite pas à asséner des arguments qui ne tiennent pas une seconde la route si l’on se donne un tant soit peu la peine de les examiner. Ce qui rend son discours rien moins que vide de sens, partial, orienté et, diront certains, "ringard". Surtout, il décrédibilise une fois de plus les arguments de la "ligne dure" anti-piratage et des partisans de la loi Création et Internet. Et ne fait avancer en rien le débat sur la rémunération des œuvres audio-visuelles.



Sur le même thème

La Hadopi continue de faire parler d’elle
Netflix, c’est pour demain
Journées mondiales : la propriété intellectuelle, un enjeu global
5 films érotiques à voir à deux
Intermittents : le combat Parisot/Filippetti


Les réactions les plus appréciées

  • Par Stéfan (---.---.---.39) 24 février 2009 14:16
    Stéfan

    Malheureusement, il est probable qu’une bonne partie de ceux qui ont lu la tribune de Luc Besson dans le Monde ne liront pas les corrections publiées ça et là sur internet (l’article ci-dessus ou encore l’excellent article de Maître Eolas), et retiendront donc uniquement la version Besson. Qui doit sûrement avoir raison puisqu’il est célèbre et riche.

  • Par Mougeon (---.---.---.132) 24 février 2009 16:58
    Mougeon

    "Il y a 500 000 vols de films par jour en France"

    Ce monsieur devrait commencer par une bonne lecture du dictionnaire, car le terme "vol" ne s’applique qu’aux objets physiques, et non pas à l’immatériel.

    Jusqu’à nouvel ordre personne ne lui a volé ses films, alors qu’il cesse de nous pomper avec ses expressions stupides et déplacées.

    Une chose est certaine, je ne suis pas prêt d’aller voir un film de cet individu.

  • Par Al Kalin (---.---.---.128) 24 février 2009 16:21

    De mauvaise foi ? Allons bon... Passer de "1 milliard" à 12 millions de pertes, c’est pinailler, pour vous ?
    Citer le CNC qui indique noir sur blanc qu’il y a augmentation des entrées au cinéma et quasi stagnation du marché du DVD de films, c’est pinailler ? Pour quelle raison ?
    Quant à la méthode "discuter avec voisins ou amis" pour déterminer le poids du téléchargement, elle n’est peut-être pas d’une rigueur scientifique excessive, vous ne pensez pas ?
    Bien sûr, il y a du téléchargement illégal, il n’est pas question de le nier - et du reste mon article le souligne bien. Maintenant, sortir de son chapeau des chiffres qui ne reposent sur rien pour le stigmatiser, n’est-ce pas là la véritable mauvaise foi ? Quand je ne sais plus quel patron d’institut de sondage explique benoîtement que lorsque l’on sonde des internautes pour savoir s’ils téléchargent illégalement, on multiplie les résultats obtenus par douze (par 12 ! Mais pas 11 ou 13, allez savoir pourquoi) parce qu’on pense que les gens ne disent pas la vérité, vous trouvez que c’est de bonne foi ?
    En ce qui concerne Edonkey, que cela soit devenu Emule est une chose. Mais c’est cette enquête de l’Alpa qui dit avoir nommément surveillé en 2008 Edonkey, pas moi. Elle est là, la différence...
    Pour le reste, vous savez, l’on aurait aussi pu mettre en avant les diverses études (dont l’une commanditée par le gouvernement néerlandais) montrant que les personnes qui téléchargent illégalement sont aussi celles qui achètent le plus... Comme disait Patrick Waelbroeck, maître de conférences à l’Ecole nationale supérieure des télécommunications, "malgré l’eau du robinet, les marchands d’eau en bouteille gagnent de l’argent". Cela serait-il aussi de la mauvaise foi ?
    Pour finir, même si le marché baissait (ce qui n’est pas vraiment le cas, nous l’avons vu plus haut), pourrait-on accuser le téléchargement illégal d’en être l’unique raison ? Pensez-vous que le téléchargement illégal soit aussi à l’origine de l’effondrement du marché de l’automobile ? La crise, mauvaise foi ?
    Alors bon, c’est gentil de me reprocher d’user d’armes que Luc Besson et la plupart des contempteurs du téléchargement illégal utilisent, mais commencez d’abord par le leur reprocher à eux, ils ont une autre audience que la modeste mienne. Ce serait montrer sa bonne foi, vous ne trouvez pas ?

  • Par La Bourrique (---.---.---.146) 24 février 2009 15:16
    La Bourrique

    Et c’est ca le pire !
    Car jamais les mechants pirates/pédophiles/terroristes/tueurs de dauphin du grand bleu (rayez la mention inutile) ne se verront offrir un droit de réponse à tant de mauvaise foi revendiquée.

Réactions à cet article

  • Par jakback (---.---.---.114) 24 février 2009 14:11
    jakback

    Besson, il aime les jeunes , tous les jeunes, peuvent bien tout se permettent, sauf a grignoter son pain . Il est le juste reflet d’une élite d’argent inconsciemment mal supportée, pour qui rien n’est grave sauf le réaction, fasciste a ses yeux, mais qui pousse des cris de vierge effarouchée des qu’il est concerné ou ( imbécile encerclé ).
    Pitoyable.

    • Par Halman (---.---.---.233) 25 février 2009 13:17
      Halman

      Il les aime tellement qu’il les envoie se faire tuer sur les routes mais quand on l’interroge sur le sujet, il décline toute responsabilité de l’influence de ses films Taxi sur le comportement des jeunes sur la route alors que des tas de gamins s’en réclamment au contraire.

      Ca plane sérieux pour les artistes.

  • Par Stéfan (---.---.---.39) 24 février 2009 14:16
    Stéfan

    Malheureusement, il est probable qu’une bonne partie de ceux qui ont lu la tribune de Luc Besson dans le Monde ne liront pas les corrections publiées ça et là sur internet (l’article ci-dessus ou encore l’excellent article de Maître Eolas), et retiendront donc uniquement la version Besson. Qui doit sûrement avoir raison puisqu’il est célèbre et riche.

    • Par La Bourrique (---.---.---.146) 24 février 2009 15:16
      La Bourrique

      Et c’est ca le pire !
      Car jamais les mechants pirates/pédophiles/terroristes/tueurs de dauphin du grand bleu (rayez la mention inutile) ne se verront offrir un droit de réponse à tant de mauvaise foi revendiquée.

    • Par Al Kalin (---.---.---.128) 24 février 2009 16:21

      De mauvaise foi ? Allons bon... Passer de "1 milliard" à 12 millions de pertes, c’est pinailler, pour vous ?
      Citer le CNC qui indique noir sur blanc qu’il y a augmentation des entrées au cinéma et quasi stagnation du marché du DVD de films, c’est pinailler ? Pour quelle raison ?
      Quant à la méthode "discuter avec voisins ou amis" pour déterminer le poids du téléchargement, elle n’est peut-être pas d’une rigueur scientifique excessive, vous ne pensez pas ?
      Bien sûr, il y a du téléchargement illégal, il n’est pas question de le nier - et du reste mon article le souligne bien. Maintenant, sortir de son chapeau des chiffres qui ne reposent sur rien pour le stigmatiser, n’est-ce pas là la véritable mauvaise foi ? Quand je ne sais plus quel patron d’institut de sondage explique benoîtement que lorsque l’on sonde des internautes pour savoir s’ils téléchargent illégalement, on multiplie les résultats obtenus par douze (par 12 ! Mais pas 11 ou 13, allez savoir pourquoi) parce qu’on pense que les gens ne disent pas la vérité, vous trouvez que c’est de bonne foi ?
      En ce qui concerne Edonkey, que cela soit devenu Emule est une chose. Mais c’est cette enquête de l’Alpa qui dit avoir nommément surveillé en 2008 Edonkey, pas moi. Elle est là, la différence...
      Pour le reste, vous savez, l’on aurait aussi pu mettre en avant les diverses études (dont l’une commanditée par le gouvernement néerlandais) montrant que les personnes qui téléchargent illégalement sont aussi celles qui achètent le plus... Comme disait Patrick Waelbroeck, maître de conférences à l’Ecole nationale supérieure des télécommunications, "malgré l’eau du robinet, les marchands d’eau en bouteille gagnent de l’argent". Cela serait-il aussi de la mauvaise foi ?
      Pour finir, même si le marché baissait (ce qui n’est pas vraiment le cas, nous l’avons vu plus haut), pourrait-on accuser le téléchargement illégal d’en être l’unique raison ? Pensez-vous que le téléchargement illégal soit aussi à l’origine de l’effondrement du marché de l’automobile ? La crise, mauvaise foi ?
      Alors bon, c’est gentil de me reprocher d’user d’armes que Luc Besson et la plupart des contempteurs du téléchargement illégal utilisent, mais commencez d’abord par le leur reprocher à eux, ils ont une autre audience que la modeste mienne. Ce serait montrer sa bonne foi, vous ne trouvez pas ?

    • Par Castor (---.---.---.74) 24 février 2009 18:08

      Faut-il encore ajouter qu’en prenant les choses à l’envers, supprimer le téléchargement ne ferait pas remonter la fréquentation en salles ni exploser les ventes de DVD.

      Pour raisonner par l’absurde, un bon film, je vais le voir au ciné. Un film moyen, si je peux être tenté de le télécharger, je n’aurais jamais envisagé payer ma place et si demain le téléchargement n’est plus possible, j’attendrais bien gentiment la diffusion télé.

      Ajoutons pour la bonne bouche que tous ces auteurs se partagent une manne non négligeable  : celle de la surtaxe des supports matériels (DD, clés, CD, DVD et autres choses bien matérielles, elles), à laquelle s’ajoute encore aujourd’hui notre redevance qui, si je ne m’abuse, se retrouve dans les financements des films par les chaînes télé ou encore, par un biais encore plus pernicieux, la publicité que l’on finance en payant les marques plus cher quand ce n’est pas carrément en me faisant payer l’accès à la dite chaîne...

      Bref, que l’on me trouve un secteur industriel qui n’ait besoin aujourd’hui de soutien et à qui n’accepterait pas de faire payer le consommateur pour ce qu’il n’a pas consommé...ou de faire payer à ce même consommateur plusieurs fois la même chose (place ciné, DVD, diffusion télé et indirectement à chaque achat de support) ... sympa, non ?

      Que le téléchargement illégal pose problème, c’est un fait, mais que pour le combattre, l’on use et abuse de moyens proprement illégaux au lieu de se concentrer sur la seule chose envisageable (changer de modèle de consommation), c’est se foutre de le gueule du monde.

      Enfin, j’aimerais que l’on me dise comment les opérateurs pourront, demain, faire la différence entre téléchargement légal et téléchargement illégal sans aller voir sur nos chers PC ce qu’il s’y passe...

    • Par Halman (---.---.---.233) 25 février 2009 13:27
      Halman

      Emule se connecte sur Edonkey entre autres.

      Et edonkey n’a jamais été fermé, la connexion a toujours existé.

      Besson dans son petit monde ignore même le basique élémentaire de ce qu’il dénonce.

      Il n’y a plus que là qu’on y retrouve des antiques films jamais édités en dvd et pas ou peu en vhs, introuvables donc dans le commerce.

      Que Besson m’explique où il y a vol dans ce cas là ?

      Ca promet d’être croustillant.

      Et dans 50 ans quand ses films auront disparu du commerce, remplacés par d’autres genres au style commercial de l’époque.

      Il sera bien content de les trouver en P2P lorsque ses lecteurs dvd et blue ray seront obsoletes.

      Quand des lois interdiront par exemple les scènes de violence bagnolesque consomatrices de pétrole destructeur d’atmosphère, comme aujourd’hui elles interdisent la cigarette à l’écran.


    • Par Al Kalin (---.---.---.92) 25 février 2009 15:13

      Alchimie dit :

      "Excusez-moi d’y revenir, mais EDonkey et Emule c’est la même infrastructure, sous un "brand name" différent ; donc en ce qui concerne les statistiques de traffics ça ne devrait pas changer grand chose. Cet argument est donc bigrement irrecevable, mais vous y revenez. "
      Ben, pas exactement... Emule utilise le même protocole qu’Edonkey (et encore dans une version "améliorée"), pas pareil qu’une infrastructure... Du reste, quand on parle de P2P, faudrait qu’on m’explique ce qu’est une "infrastructure"...

      "Je me permets également de signaler une autre erreur technique dans votre article, quand vous critiquez le rapport ALFPA : il y a bien des serveurs sur EDonkey/EMule, mais ils n’ont pas le rôle que l’on atrribue classiquement à un serveur. Donc question rigueur scientifique vous repasserez. Vous êtes-vous déjà connecté à Emule au moins ? ?"
      Déjà, le rapport, c’est de l’Alpa, si on veut faire preuve de rigueur... En outre, comme vous le soulignez vous-même, il y a effectivement des serveurs utilisés par le protocole Edonkey, mais ils n’interviennent pas dans l’échange de fichiers... Par ailleurs, on en revient toujours là, le rapport de l’Alpa évoque bien, en 2008, les serveurs Edonkey, qui n’existaient plus à cette époque. Qui manque de rigueur scientifique ?

      "Plus que de contester maladroitement les sources de Besson, vous feriez mieux d’aborder plus directement le vrai fond du sujet, comme le font ici certains commentateurs ; ce pourrait être des questions du genre :
      le téléchargement de films est-il vraiment un problème, a-t-il réellement un impact négatif sur l’industrie du film (question TRES difficile à résoudre) ?
      est-il normal que certains industriels cinématographiques (et acteurs) se gavent autant sur le dos des consommateurs ? le téléchargement aurait ainsi un rôle de "régulateur"
      Mr Besson est-il quelqu’un digne d’estime ou un gros con ?.... ....etc... "


      Je vois que vous avez des questions de fond d’une extrême sophistication. Effectivement, si c’est là où vous comptez faire preuve de rigueur scientifique, nous voilà bien rendus...
      Pour répondre (en partie) à vos deux autres questions : le téléchargement a probablement un effet négatif (même si l’on sait que les téléchargeurs sont souvent les plus gros consommateurs de musique ou de ciné, du moins chez les adultes) ; le problème n’est pas de dire "c’est bien", c’est de trouver de bonnes solutions qui satisfassent tout le monde sans ouvrir la porte à des procédés liberticides. Quant aux industriels du cinéma qui se "gavent", ça ne me pose aucun problème : ils ne forcent personne à aller au cinéma ou à acheter des DVD. Si ça ne convient pas aux consommateurs, ils n’achètent pas, ils ne vont pas au ciné.
      Après, il y a du téléchargement illégal, OK. "Massif", ça reste amplement à démontrer, mais ça existe. A partir de là, et du fait qu’essayer d’endiguer le phénomène est aussi réaliste que de vouloir vider l’océan avec une passoire, il faut bien trouver des solutions, adapter offre et modes de consommation à cet état de fait. Là, je n’ai pas les réponses, et si je les avais, je me ferai payer cher pour les fournir smiley

    • Par Al Kalin (---.---.---.92) 25 février 2009 17:49

      Ce qui est un peu fatiguant avec des personnes telles que vous, "alchimie", c’est que vous êtes un peu beaucoup persuadé de tout savoir et que les autres ne sont que des buses. Cela finit par enlever tout intérêt à une discussion. Puisque vous êtes si sûr de vous que je ne connais rien à l’infrastructure réseau ou que vous-même êtes une sommité du domaine, continuez à rester dans vos certitudes et allez voir ailleurs si j’y suis. Outre le fait que cela nous fera des vacances, vous éviterez ainsi de vous retrouver confronté au régime moinseur...

  • Par Mougeon (---.---.---.132) 24 février 2009 16:58
    Mougeon

    "Il y a 500 000 vols de films par jour en France"

    Ce monsieur devrait commencer par une bonne lecture du dictionnaire, car le terme "vol" ne s’applique qu’aux objets physiques, et non pas à l’immatériel.

    Jusqu’à nouvel ordre personne ne lui a volé ses films, alors qu’il cesse de nous pomper avec ses expressions stupides et déplacées.

    Une chose est certaine, je ne suis pas prêt d’aller voir un film de cet individu.

    • Par Halman (---.---.---.233) 25 février 2009 13:14
      Halman

      "car le terme "vol" ne s’applique qu’aux objets physiques, et non pas à l’immatériel."

      Ah bon Mougeon, alors pourquoi les lois sur les droits d’auteurs s’appliquent t’elles aussi sur les livres numériques et les logiciels.

      Les plagias et les vols de documents numériques cela existe. C’est bien pour cela que le copyright existe aussi sur les documents numériques et les logiciels.

      Selon la majorité bien pensante, immatériel = numérique = virtuel non ?


    • Par chiktaba (---.---.---.73) 25 février 2009 13:39

      Et oui ca n est pas du vol, mais de la contrefacon selon la loi. Il faut bien se renseigner avant d en parler.
      Mais l amalgame telechargeur = pirate et telechargement = vol est tellement plus pratique.

  • Par Canine (---.---.---.121) 24 février 2009 17:24
    Canine

    Puisque Luc Besson tient tant que ça au sujet, il devrait en faire un film. Avec des flics assient toute la journée derrière des écrans pour traquer les jeunes qui téléchargent des chansons de Madonna, Britney Spears, et autres milliardaires du show bizz. Ce serait un peu moins rock and roll que Banlieue 13 et Yamakasi, mais tellement plus en accord avec ses principes.

  • Par ni-ni (---.---.---.81) 24 février 2009 17:35

    si il est vrai que l’industrie cinematographique est massivement piraté ; il semblerai (en faisant un tour sur les torrent) que ce piratage soit quant même ciblé... les 3/4 des liens concernent des pornos smiley et ce sont massivement des gens qui n’iraient pas en salle ou n’acheteraient pas de porno... de facto l’incidence sur les ventes est nul ! a moins que besson possède en sous main une boite de porno il n’est pas concerné ... en effet le grand bleu version longue en 700mo vous voyez 10 min après vous acheter le DVD tandis que "multi pénétrations de jeunes filles en chaleur" (titre inventé pour l’occasion escusez moi suis pas un expert du genre) supporte très bien un divx de qualité douteuse ! moralité : que besson et autres intitule leurs argumentaires d’un titre du genre "pour la sauvegarde du porno mondial principale victime du pillage informatique" (en effet nul besoin de sous titres ou de traduction pour ces oeuvres) cela serait plus vrai... mais peut etre moins vendeur smiley

    • Par Canine (---.---.---.121) 24 février 2009 22:45
      Canine

      @ Ni Ni

      "si il est vrai que l’industrie cinematographique est massivement piraté ; il semblerai (en faisant un tour sur les torrent) que ce piratage soit quant même ciblé... les 3/4 des liens concernent des pornos et ce sont massivement des gens qui n’iraient pas en salle ou n’acheteraient pas de porno..."



      Remarque d’autant plus pertinente que l’industrie du porno, elle, se fait (et le reconnait) des couilles en or grâce au web. Preuve supplémentaire s’il en fallait encore une qu’on peut très bien dévelloper un modèle de économique avec internet, Luc Besson est juste plus con que le pornographe moyen.

    • Par Al Kalin (---.---.---.128) 24 février 2009 23:38

      "Remarque d’autant plus pertinente que l’industrie du porno, elle, se fait (et le reconnait) des couilles en or grâce au web. Preuve supplémentaire s’il en fallait encore une qu’on peut très bien dévelloper un modèle de économique avec internet"

      Tout à fait. Du reste, l’industrie du porno balance énormément de contenu gratuit pour attirer le chaland. Une partie des visiteurs des sites gratuits s’en satisfait (sans jeu de mots smiley, d’autres font chauffer la carte bleue pour voir les séquences en grand écran. Et il faut croire que c’est rentable (j’ai même entendu dire que ça l’était très, rentable), puisque ça fait un bon bout de temps que ça dure.

      Si l’industrie de la musique n’avait pas essayé de faire prendre des vessies pour des lanternes au consommateur, on n’en serait peut-être pas là aujourd’hui. Parce que fourguer des chaînes "hifi" à 50 Euros au son plus pourri que l’électrophone de ma jeunesse, vendre de la "muzak" de troisième zone et faire croire que la qualité sonore est la même sur un PC avec des enceintes à 30 euros que sur une vraie chaîne Hifi, ça a un seul résultat : ça amène les gens à ne plus faire de distinction entre un morceau en MP3 et le même sur une bonne chaîne. Partant de là, ben oui, celui qui pirate ne voit pas l’intérêt d’acheter le CD d’un album qui l’intéresse derrière.
      Alors oui, pirater, c’est mal. Mais faut avouer que l’industrie s’est donné les verges pour se faire battre.
      Sinon, c’est marrant, les brokers du genre Disc King qui vendent des CD à 3,80 Euros (pas des nouveautés, bien sûr, mais pas forcément de la m...), ben ils ont visiblement pas de problème, bien au contraire. Comme quoi, le prix, ça a ptêt aussi une importance là dedans...

  • Par chmoll (---.---.---.238) 24 février 2009 19:28
    chmoll

    luc franch’ment,les films français sont recommandés en cas d’insomnie

    et ça veut gagner de l’argent,payez moi et j’v faire une effort surhumain pour regarder un film fraçais

  • Par ernst (---.---.---.165) 25 février 2009 04:39

     Votre propos est-il, en titillant sur des chiffres, de minimiser le phénomène ?... Oui, il est massif, économiquement parlant. Mon installateur de Mac, pour exemple, m’a laissé "Slumdog", à l’époque inédit, sur mon imovie...

    Les augmentations de fréquentation, que vous ne semblez pas mettre en doute m’interpellent plus encore que les estimations Bessoniennes. 20 millions de spectateurs pour les Ch’tis vous paraissent plus plausibles ?... Moi pas.

    Et c’est là que se situe le problème : tous les chiffres sont faux. Y compris les vôtres, 

    C’est exactement cela la crise : l’argent parallèle, celui probablement blanchi qui engraisse la statistique des Ch’tis, fait autant de tort que les piratages d’ados. Il est impossible de savoir où on en est, comptabilité et prospectives sont matériellement impossibles. Le vol est devenu national, mondial, pour ne pas dire légal.

    Croire à une conversion moralisatrice est une utopie. Le monde ancien est cul par-dessus tête. Et c’est peut-être un bien.

    Cher Al Kalin, pour refaire la "Genèse", c’est le moment de montrer votre talent d’imagination, vos dons artistiques ( ne comptez plus sur les vrais artistes pour continuer le taf) pour nous bâtir une nouvelle grille. La blagounette web ne produira sans doute pas de sitôt "Laurence d’Arabie", "Eyes wide shut" ou "Matrix" .... ou "Slumdog"...

    Alors, allez-y, entrez dans la danse !...avec toi sans moi.

    • Par Al Kalin (---.---.---.128) 25 février 2009 08:45

      Et, j’imagine, l’homme n’a jamais marché sur la Lune ?
      Il est quand même extraordinaire de partir d’un fait personnel (un type met un film "téléchargé" on suppose, sur votre ordinateur) pour en arriver à un constat général (un "phénomène massif").
      Remarquez, vous qui contestez les chiffres, là vous n’avez pas ce problème puisque vous ne vous en embarsassez pas, de ces chiffres...

      Pour le reste, pouquoi quelqu’un s’embêterait-il à fausser les chiffres d’un film ? Les Ch’tis a fait un énorme carton, et alors ? Où est le problème ? Vous n’avez pas vu les queues qui se pressaient devant les cinémas pendant plusieurs mois pour aller voir ce film ?
      Et pourquoi minimiser ? Si les apôtres du tout-répressif ne sortaient pas tout et n’importe quoi comme chiffres pour pousser à la restriction des libertés, il n’y aurait pas besoin de remettre les choses en place à leur véritable valeur. Car il ne s’agit pas de minimiser, mais de présenter de façon réaliste. En s’appuyant sur des chiffres : je sais pas si vous avez bien regardé, ceux que j’utilise sont produits par le CNC, qui est tout sauf un dangereux repaire de brigands téléchargeurs illégaux...

      Bref, s’il y a une chose sur laquelle nous sommes d’accord, c’est qu’il y a bien d’autres formes de vol que le téléchargement illégal (qui n’est du reste pas du vol stricto sensu), bien plus graves (regardez les dégats causés par l’actuelle crise, le nombre de chômeurs qui commence à augmenter et toutes les restrictions qui sont dans les tuyaux) et nettement moins vigoureusement "combattues" (combat qui ne serait du reste probablement pas plus efficace que les lois ineptes que l’on veut passer dans notre pays...).

      Ah, dernière chose : je ne sais pas ce qu’est un "vrai" artiste (en opposition à un "faux" artiste). Mais je connais des artistes. Ils travaillent, ils s’expriment, ils créent leurs oeuvres et essayent d’en vivre. Ils ne souffrent pas du téléchargement (dans le livre ou la peinture, le problème ne se pose guère - et même pour des musiciens méprisés par les majors...) mais ça ne les empêche pas de produire leurs oeuvres et d’essayer d’en vivre. Et c’est tant mieux.
      Moi, je ne suis pas artiste, je n’irai donc pas essayer de faire ce qu’ils font. Je vais rester dans la blagounette Web, hein ?

  • Par Mougeon (---.---.---.132) 25 février 2009 07:18
    Mougeon

    Les seuls qui peuvent craindre le "téléchargement illégal", sont ceux qui réalisent des mauvais films, car l’information circule très vite sur internet.
    Un navet est vite démasqué, les Internautes en tirent rapidement les conséquences, et la sanction tombe.

    Par contre les productions de qualité n’ont pas de soucis à se faire, car plus elles seront "téléchargées illégalement", plus elles seront vues au cinéma, et achetées en DVD, Blue-ray, et visionnées en VOD.

    Donc pas de soucis pour les productions de qualité.

    Voila, vous savez ce qu’il vous reste à faire M. Besson...

  • Par Mougeon (---.---.---.132) 25 février 2009 08:17
    Mougeon


    Si l’on veut faire dans la mauvaise foi et la propagande
    comme ce monsieur, en annoncant des chiffres sortis de nulle part, ne faisant l’objet d’aucune étude sérieuse, et sans fondement, on pourrait aussi l’accuser des pires maux, beaucoup plus grave que le "vol de film", je veux parler de la mort de jeunes automobilistes.

    En effet, selon plusieurs études, on peut aujourd’hui affirmer le chiffre de plusieurs dizaines de morts de jeunes automobilistes ayant voulu faire comme "le héro" du film de Luc Besson, TAXI ; 1,2,3,4,5, etc... qui ont finis dans un platane, puis à la morgue.

    Mais on ne le fera pas car nous ne sommes pas de mauvaise foi, mais nous pourrions nous aussi...

    • Par Halman (---.---.---.233) 25 février 2009 13:05
      Halman

      Je vais être horrible, mais ces jeunes là mieux vaut qu’ils tuent un platane qu’un piéton.

      Comme ça ils ne tueront plus.

      Et puis, c’est un peu aussi Darwin selection.

      Ayant eu des proches tués et rendus handicapés à vie par des jeunes furieux du volant à la Taxi, on ne me fera pas pleurer sur leur sort.


  • Par Deneb (---.---.---.73) 25 février 2009 09:09
    Deneb

    C’est grâce au piratage que Besson arrive encore a vendre ses navets. L’exemple des Chti’s est assez parlant. Le film le plus piraté est aussi le film qui rapporte le plus - 15 millions d’euros pour son réalisateur. Besson devrait plutôt se plaindre qu’on ne le pirate pas assez. Mais, vu la tête du navet, ça ne donne pas trop envie d’y goûter.

  • Par Halman (---.---.---.233) 25 février 2009 13:02
    Halman

    Ah ces artistes, ça plane, ça plane...

    Ils vivent vraiment dans leur petit monde bien à eux.

    Et paradoxalement ce sont eux qui prétendent dénoncer les défauts d’un monde dans lequel ils ne vivent pas...

    Cherchez l’erreur...

     smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Al Kalin


Voir ses articles

ECRIVEZ UN ARTICLE !





Les thématiques de l'article


Palmarès







Partenaires