Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Technologies > Lyon s’équipe en compteurs électriques intelligents

Lyon s’équipe en compteurs électriques intelligents




Vous connaissez notre penchant pour la smart grid, ou les « réseaux intelligents », cette hybridation entre les sciences de l’énergie et les sciences informatiques (des réseaux, notamment), qui a pour objectif d’optimiser la production, la distribution et la consommation d’énergie (électricité, eau…) en bardant les réseaux de capteurs reliés entre eux en temps réel. Côté consommateur, on trouve donc logiquement des « compteurs intelligents » (ou smart meters en VO), capables de nous aider à mieux gérer notre consommation d’électricité.


Cette technologie permet de faire transiter les données de relève et de pilotage entre le compteur et le concentrateur du réseau basse tension via les câbles d’alimentation électrique. Ce réseau de télécommunication voit le jour sans aucun investissement d’infrastructure réseau. Le remplacement des 35 millions de compteurs français d’ERDF, pour lequel Atos Origin assure la phase pilote et la construction du système d’information final, constitue le plus gros contrat informatique de comptage intelligent actuellement en cours dans le monde.





Le système Linky est donc un automate de contrôle des consommations énergétiques des particuliers, connecté avec les systèmes d’information d’ERDF. C’est un système dit « esclave » qui reçoit des ordres qu’il exécute, et qui transmet, en retour, des comptes-rendus et des mesures validés. Ce système repose sur cinq éléments principaux :

  • le compteur communicant baptisé Linky.
  • le concentrateur qui joue un rôle d’intermédiaire entre le système d’information central et les compteurs. Il interroge les compteurs, traite et stocke les informations qu’il reçoit avant de les transmettre groupées au système d’information central.
  • le système d’information central qui reçoit les demandes de la part des systèmes d’information internes d’ERDF, et les traite via un système automatisé.
  • le réseau de communication local (LAN) qui permet la communication entre les compteurs communicants et les concentrateurs. Il utilise le réseau électrique basse tension pour échanger des données et des ordres entre compteurs et concentrateurs.
  • le réseau de communication étendu (WAN) qui permet la communication entre les concentrateurs et le système d’information central. Ce réseau s’appuie sur le réseau télécom, via les technologies associées.


Les avantages de ce compteur nouvelle génération peuvent être catégorisés par le type d’acteur concerné.

  • Le distributeur y gagne en coût de gestion en traitant à distance des opérations qui jusqu’à maintenant nécessitaient la présence d’un agent. LA meilleure connaissance des flux énergétiques est aussi une information qui permettra d’affiner les offres commerciales.
  • Le producteur (qui peut être différent du distributeur) gagne en optimisation de la production par une meilleure connaissance en temps réel de la consommation. L’objectif est d’éviter les pics qui sollicitent les réseaux parfois au point de les « planter » (comme ce fût le cas avec les pannes à répétition en Californie il y a quelques années).
  • Le consommateur disposera enfin d’une facture réelle (et non plus du système des prévisions et échéanciers qui sont si peu pratiques) et surtout d’un panneau de visualisation des consommations en cours, pour mieux traquer les gaspillages et ainsi économiser sur le coût de l’énergie.

Sources : Bourse Reflex, Green Univers, Le Moniteur


TechnoPropres

Moyenne des avis sur cet article :  3.15/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • zelectron zelectron 27 avril 2010 12:59

    "Le consommateur disposera enfin d’une facture réelle (et non plus du système des prévisions et échéanciers qui sont si peu pratiques) et surtout d’un panneau de visualisation des consommations en cours, pour mieux traquer les gaspillages et ainsi économiser sur le coût de l’énergie" ...si l’option est activée et ce, sans possibilité de mémoriser ni d’extraire les données avec une clé USB par exemple ou d’asservir quoi que ce soit dans sa propre maison à partir du compteur, ni de télécommander sa fermeture ou son ouverture par exemple. Tout est fait pour mieux permettre à EDF de plus et mieux facturer (à travers un prestataire de service parasitaire).
    Dans la jungle des tarifs EDF, ça fait longtemps qu’un CD ROM interactif (ou équivalent téléchargeable) aurait du être mis à disposition du public pour choisir le contrat le mieux adapté.

    ps ça me fait penser aux tarifs de la téléphonie mobile : touffus à l’extrême pour que personne ne puisse choisir correctement quoique ce soit (même pas de compteur de communication/prix/dépense/solde en ligne)


    • vin100 27 avril 2010 17:03

      Zelectron t’es pas con....
      A terme ce type d’organisation de la distribution électrique pourrait même supprimer l’ écueil actuel des sources de production instables comme l’éolien ou le solaire en lissant localement production et consommation.
      C’est merveilleux, non ?

      Mais a qui profite « le crime » ?
      Aux producteurs et au bobos qui pourront pianoter pour « optimiser » leur consommation, mais pas aux exclus ou aux fauchés de début de mois.
      En dix ans, le prix de l’électricité a baissé mais les abonnements eux ont plus que doublé.
      Ce qui veut dire que le pélerin qui fait attention et baisse régulièrement sa consommation, paye aujourd’hui plus que hier (une électricité pourtant moins chère).
      Admirons la logique !

      Aujourd’hui, par exemple, les groupes de Travaux Publics gagnent plus a encaisser les droits de péages des autoroutes ou des parkings plutôt qu’a bien goudronner ce qui était pourtant leur métier de base.
      Idem, pour les producteurs de la Banque à l ’Energie.

      Le « consommateur » est la clef de voute du système.
      Seule la « mutualisation » permettrait de sortir de cette logique inflationniste et ruineuse.
      Mais pour le moment pas d’innovation pour les pauvres.


      • thomthom 28 avril 2010 13:08

        j’étais au courant du projet qui me semble etre une véritable progres
        par contre, j’ai quelques doutes quant à la possibilité de respecter les délais prévus pour le remplacement de 35 millions de compteurs.
        ça fait beaucoup quand même 35 milions.

        autre question : ce compteur est-il réversible ? capable de compter l’énergie que l’on produit et réinjecte dans le réseau ? Cela me semble indispensable, car ce genre de chose tend à se généraliser.


        • slipenfer 28 avril 2010 21:26

          C’était génial l’époque ou on faisait un petit trou
          au dessus du compteur pour bloquer la roulette aluminium
          tu collais une mouche morte sur le trou et hop
          le contrôleur n’y voyait que du feu.
          division de la consommation par 2 ou 3 voir pire.
          ça c’était des vrai économies.


          • slipenfer 28 avril 2010 22:02

            a propos « intelligence électrique »
             vous pensé quoi de ça ?
            http://www.gizmodo.fr/2010/01/31/voici-lordinateur-portable-du-futur-ne-ratez-pas-cette-video.html

            View Subtitles et choisissez la langue que vous voulez


            • Spip Spip 30 avril 2010 13:32

              Mouais, mais petit bémol s’agissant d’économies d’énergies : une info datant de Juillet 2009, mise de côté, en cas...

              EDF va être indemnisé pour les économies d’énergie réalisées par ses clients - Dernière mise à jour le : Samedi 18 Juillet 2009

              L’opérateur Voltalis, qui commercialise des boîtiers permettant de réduire la consommation d’électricité, va devoir verser une indemnisation à EDF pour compenser le manque à gagner, a-t-on appris samedi auprès du fabricant, confirmant une information du Parisien. Selon une délibération de la Commission de régulation de l’énergie (CRE) datée du 9 juillet et qui vient d’être publiée, la loi impose que Voltalis rémunère les fournisseurs « pour l’énergie injectée mais non consommée par ses clients ». Les fournisseurs alternatifs d’électricité (Direct Energie, GDF Suez, Poweo...) se sont joints à la requête d’EDF, mais « les clients concernés sont majoritairement chez EDF », a indiqué à l’AFP Pierre Bivas, PDG de Voltalis.
              Le niveau de cette « taxe », qui « devrait entrer en vigueur d’ici un an au plus tard » selon lui, n’a pas encore été fixée. « Cette décision est contraire à l’intérêt du consommateur et constitue une entrave à la concurrence », s’est insurgé M. Bivas qui se réserve donc « la possibilité de recourir à toutes les voies de droit » pour la contester. Fondé en 2007, Voltalis commercialise un boîtier qui s’installe sur le circuit électrique et permet de « moduler au cours du temps et ainsi d’optimiser la consommation de certains équipements électriques (radiateurs, ballons d ?eau chaude, climatiseurs...) ». Selon le groupe, ce système se traduit par une diminution de la consommation annuelle d’électricité « jusqu’à 5 à 10% ».
              De son côté, EDF n’a pas souhaité « commenter une décision de la CRE qui est une autorité souveraine et indépendante », a déclaré à l’AFP une porte-parole. « Des expérimentations sont déployées pour vérifier l’efficience du dispositif de Voltalis et EDF rappelle que l’entreprise est résolument engagée en faveur de la maîtrise d’énergie auprès de ses clients », a-t-elle ajouté

              Alors, économies d’énergie mais à condition que ce soit ERDF qui contrôle tout et sans concurrence ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès