Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Technologies > Macworld 2009 : les « vraies » annonces, c’est pour Jobs

Macworld 2009 : les « vraies » annonces, c’est pour Jobs

La keynote d’ouverture du Macworld expo en début de semaine, sans la présence historique de Steve Jobs (leader charismatique de la firme), a déçu de nombreux observateurs qui tablaient sur des annonces aussi alléchantes qu’un nouvel Imac, un Iphone Nano ou le lancement du nouveau système d’exploitation Snow Léopard.

Comme chaque Keynote, les rumeurs aussi infondées les unes que les autres ont gonflées durant les semaines précédant l’ouverture du salon Mais les "mac users" n’ont eu droit qu’ à une nouvelle version du macbook pro 17", des mises à jour des logiciels de photos, vidéos et bureautique version 09, ainsi que la suppression des verrous (DRM) sur Itunes. "Pas de produits révolutionnaires" ont déploré certains à l’issu de la présentation.

Encore plus que tous les autres keynotes d’Apple, les colporteurs de rumeurs étaient complètement à côté de la plaque. Pourtant, ils pensaient être bien informés, à l’instar de Gizmodo, le blog phare des "geek", qui citaient tout de même "des sources proches" de la firme à la pomme croquée. Le même site qui donnait quelques jours plutôt Steve Jobs agonisant, toujours selon une "source sûre". Une lettre signé de Jobs himself viendra démentir ces rumeurs. Il souffre simplement d’un trouble hormonal, que les médecins n’ont pas su déceler tout de suite.

La morale de ce Macworld 2009, le dernier auquel Apple participe, est vieille comme le monde : l’arroseur arrosé. Les fans de Cupertino se sont relayés de fausses rumeurs, qui sont en fait leur simple désir des produits qu’ils aimeraient voir débarquer sur le marché. A l’heure du Web 2, ces fausses annonces sont reprises par les sites spécialisés et les bloggers du monde entier. Même les agences de presse les rapportent avec néanmoins l’usage du conditionnel. On fini par y croire. Et le jour J, Apple qui arrive à garder le secret, déçoit par des annonces qui ne sont pas à la hauteur de ce que tout le monde avait imaginé.

Si l’effet a été poussé à son paroxysme cette année, c’est bien parce que ce Macwolrd est le dernier auquel Apple participe. Un salon qui coûte cher et auquel la Pomme préfère l’efficacité de son site Internet et de son réseau d’Apple Store qui draine plus de client. Plus percutant qu’une simple rencontre entre initiés. Pour un dernier Keynote, il fallait un finish en beauté, d’où la grosse attente de tous les fans de la firme de Cupertino . Tel aurait pu être le cas. Mais problème : Steve Jobs, convalescent, a expliqué qu’il n’assurait pas la keynote d’ouverture. Le privilège est revenu à Phil Shiller, le responsable du marketing international. C’est à partir de ce simple fait, pourtant pas annodin, que l’on pouvait deviner que ce keynote 2009.

C’est à partir de ce passage de relais qu’il fallait comprendre qu’il ne fallait pas s’attendre à une révolution comme le salon en a connu en 2007 avec l’Iphone ou en 2008 avec la Macbook Air. La raison en est simple : les grosse, c’est pour Jobs. Tout produit appelé a créer du buzz ou succeptible de révolutionner le marché, c’est lui. La rumeur du lancement d’un iPhone nano était tout simplement inconcevable. Ce téléphone tactile constitue ces derniers temps l’un des cheval de bataille du PDG. Lui, qui lorsqu’il avait présenté l’iphone en janvier avait déclaré, presque ému, "This is a day I’ve been looking forward to for two and half years". Après le mac, l’iPhone est peut-être le produit sur lequel il s’est le plus concentré, et qu’il faut bien avouer, a bouleversé le marché du téléphone mobile. Lorsque l’on connaît la personnalité de Jobs, nous savions pertinemment qu’il n’aurai jamais délégué l’annonce d’une nouvelle version de son téléphone baladeur. Idem pour l’Imac et pour Snow Léopard, qui sont des émanations historique de la marque. Qui portent à 100% l’emprunte de Jobs.

Il fallait s’attendre à des annonce de second ordre, et c’est ce qui s’est passé. N’importe quel amateur d’Apple l’aurait deviné.

C’est un signal fort que Steve Jobs a voulu faire passer aux investisseurs, aux analystes de Wall-Street et aux fans d’Apple : Il garde le contrôle du paquebot de Cupertino, et les gros dossiers, c’est lui qui gère.

Dans sa lettre ouverte, il a indiqué qu’il serait rétabli au printemps. Peut-être a-t-il déjà en tête les annonces qu’il pourra faire pour la conférence des développeurs (WWDC). Là les spéculateurs peuvent déjà lancer leurs traditionnelles rumeurs.
M.B. N.éclair.


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (1 vote)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Momo


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès