Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Technologies > Majority Report : éloge de l’hypersurveillance

Majority Report : éloge de l’hypersurveillance

Un tempérament un peu soupe-au-lait, des traits légèrement durs qui la rendent néanmoins sexy, jugée aussi ravissante qu’odieuse par ses collègues, l’inspecteur Yasmina Azir n’en suscite pas moins leur profond respect et un certain attachement.

La ténébreuse policière dirigeait l’enquête sur la disparition de Helen Blackburn, 8 ans, qui pédalait hier après-midi près de la résidence familiale. Sa mère avait juste détourné le regard quelques instants pour répondre à un bref coup de fil. Un plan alerte-enlèvement fut déclenché. Dans les médias, sur les sites d’infomédiaires et sur tous les affichages interactifs, une photographie 3D pivotante et des informations détaillées de la fillette apparurent régulièrement.

Yasmina redoutait plus un perpétuel sentiment de culpabilité que les foudres de la presse ou l’épée de Damoclès de sa hiérarchie. D’autant plus que la petite Helen est dans la même classe que son fils. Comment lui expliquer qu’elle n’avait pas réussi à retrouver sa camarade ?

Il pleuvait des cordes. Ses essuie-glaces dataient de la préhistoire. Ses pneus aussi. Sa ceinture à peine détachée, des flashes encerclèrent son véhicule. Les constables Jenkins et Owen l’aidèrent à franchir la meute affamée de journalistes. Une fois à l’intérieur, Yasmina se dirigea prestement vers un local hermétiquement clos, saturé d’ordinateurs et occupé par une dizaine de cyberflics. Le colossal lieutenant Okwandjo la rejoignit dans un angle de la pièce.

- Quoi de neuf ?
- Rien. Les Blackburn reçoivent des visites, des e-mails et des coups de fils de soutien en continu depuis la disparition de leur fillette.
- Et la vidéosurveillance ?
- Pas grand-chose jusqu’ici. Aucune caméra ne couvrait nettement leur jardin.On a analysé toutes les vidéos sur les quinze derniers jours. La reconnaissance biométrique et l’ANPR ont identifié tous les habitués du quartier ainsi que leurs proches. Ils n’ont tilté que pour des véhicules et des employés de la poste, de UPS, de Fedex, du gaz, de l’électricité, des télécoms et autres réparateurs qui intervenaient pour X ou Y raisons totalement justifiées. On a tout vérifié, chaque visite était planifiée et enregistrée par les prestataires. Les webcams wifi autour des domiciles des pédophiles n’ont rien donné de juteux. Idem pour leurs mobiles et leurs PC.
- Les mini-drones sont déjà opérationnels ?
- Brown, Nadaradji et Jones ont opté pour les versions aéroterrestres. Ainsi, on pourra les radioguider vers un toit ou un arbre. Ils en ont installés sur toutes les artères secondaires, les sentiers et les pistes cyclabes menant vers le district. En configurant son matériel, Jones a été surpris par deux mères au foyer et un pasteur qui ont un peu rechigné. Mais, sans plus. Le kidnappeur a certainement du changer ses habitudes pour choper la petite. S’il vit ou travaille dans le coin, alors il reviendra sûrement à une heure ou après un délai inhabituels.
- Au fait, tu as obtenu l’autorisation d’un juge pour faire tout ça  ?
- Non, mais la semaine dernière...
- La semaine dernière, il y avait une alerte orange sur tout le territoire !
- Hey ! Laisse-moi finir : c’est la divisionnaire qui m’a laissé carte blanche.
- La divisionnaire ?... Okay. C’est bon pour cette fois. Mais, dès que l’enquête est classée, tu désinstalles tout ce bordel. Pour l’effacement complet des logs et des registres, O’Maley et Wang sont à ta disposition. Si nous réussissons, tant mieux. Si nous échouons, l’inspection aura nos têtes sur un plateau d’argent. A défaut de leur interdire ce plaisir, vendons chèrement notre peau.
- Reçu cinq sur cinq... La divisionnaire est déjà chez toi.

Yasmina referma la porte vitrée de son bureau. Une dame longiline aux cheveux courts argentés, un tantinet aristocratique, l’attendait patiemment, fumant une cigarette avec un sourire ironique. La divisionnaire Jackson et elle entretiennent leur complicité en se titillant mutuellement.

- Surtout, ne te gênes pas. Prends tout le paquet pendant tu y es.
- Où as-tu déniché ces merveilles ? Même la Russie n’en fait plus depuis qu’elle dans l’Europe.
- Dans un marché camerounais. Y’a plus qu’en Afrique qu’on en trouve.
- Ma dernière c’était en 2012.
- Tu étais jeune et polie.
- Tu ne remplaces jamais tes néons ? C’est une véritable nuit africaine ici.
- C’est peut-être une nuit insuffisamment africaine qui t’a menée jusqu’ici...
- Juste avant que je déboule dans ta crypte, un ami au GCHQ m’a rendu une petite visite.
- Il a apporté des friandises ?
- Mieux que ça. Allume ton machin et file-moi ton câble. J’ai une sainte horreur des voies aériennes. Ton fils encaisse le coup ?
- Pour l’instant, ça a l’air d’aller. Il restera chez ses grand-parents jusqu’à ce que cette histoire finisse.

Jackson sortit son omniphone de sa poche et le relia à un câble translucide. Trois secondes suffirent à Yasmina pour télécharger quelques gigaoctets dans son ordinateur portable avant de déconnecter.

- Comme tu le sais, le GCHQ peut farfouiller dans tout ce qui se lit, se regarde et s’écoute sur la terre comme dans le ciel de sa Majesté. C’est la vidéosurveillance d’une station électrique à 35 km d’ici. Que vois-tu ?
- Rien de sulfureux. Des automobilistes qui rechargent leurs véhicules et repartent.
- Dans le genre observatrice j’ai connu mieux... Recule de trois minutes et concentre-toi sur la pub interactive de la borne électrique. Ca vaut le détour.
- Une dame recharge, paye avec son mobile... De la pub pour un shampoing, une eau minérale, un séjour au Maroc... Elle repart... Un monsieur dans la quarantaine... Il cherche son mobile, il fouille sa voiture... De la pub pour Yoogle Toys, du fast-food, un baladeur fluo Yoogle... Tiens, c’est bizarre... Il a trouvé son mobile. Il paye, il recharge... De la pub pour un après-rasage, une chaîne sportive, une barre céréalière... Pourquoi ces pubs pour gamins tout d’un coup ?
- Il t’en a fallu du temps pour les remarquer... Le gars dans la quarantaine qui cherche son mobile, comment sont ses vitres ?
- Complètement fumées. Explique-moi. Je suis un peu larguée.

Yasmina pianota sur son clavier en conversant avec sa supérieure. Grâce à un zoom numérique sur la vidéo haute fidélité de la station électrique, elle obtint le numéro minéralogique d’une Ford Mondeo bleue aux vitres fumées, l’identité de son propriétaire, ses coordonnées et diverses données afférentes.

- Qui finance le matériel et tous les accessoires informatiques de l’école de ton fils ?
- Yoogle. Pourquoi ?
- J’ai un petit-fils également inscrit dans cette école. Qu’a offert Yoogle aux écoliers l’année dernière en échange d’un matraquage publicitaire ?
- Des PC portables, des tablettes graphiques, des blousons, des T-shirts et plein de trucs.
- Quelle est la particularité de tous ces objets made by Yoogle  ?
- Ils comportent tous une puce biométrique Yoogle.
- Vue l’hégémonie de cette firme sur le Web, sur l’Internet mobile et dans l’informatique diffuse et grâce à un accord préférentiel avec Intel, ses puces biométriques disposent d’un signal et d’une portée légèrement supérieurs à la moyenne... Que faisait la petite Blackburn avant de disparaître ?
- Selon sa mère, elle était sur son vélo et portait son son blouson Yoogle.
- Dans le jargon du GCHQ, les vêtements Yoogle font partie des trackjackets. En attendant que le gars aux vitres fumées trouve son mobile, le balayage radiobiométrique de la borne électrique a d’abord capté la fréquence de la puce du porteur le plus proche...
- En l’occurrence une puce Yoogle. L’affichage pub a aussitôt adapté son contenu au profil du porteur...
- Conclusion, mademoiselle Yasmina ?
- Derrière ces vitres fumées, il y a peut-être un enfant à bord... La petite Blackburn !
- A toi de jouer !

« Il s’appelle Jeffrey Cunningham. Il a 43 ans, célibataire sans enfant, habite et travaille ici à temps plein comme trésorier-comptable dans un hypermarché. Actuellement en congés pour une semaine. Aucun casier judiciaire. Il paye ses impôts et ses amendes et a été hospitalisé pour une péritonite quand il avait 13 ans. »

Des photos 3D de Cunningham, de son véhicule et autres données afférentes furent instantanément transmises à toutes les patrouilles, à tous les mini-drones et à tous les serveurs de Scotland Yard. Un quart d’heure plus tard, la Ford Mondeo bleue fut reperée, géolocalisée et visualisée en temps réel par l’ANPR, puis interceptée sur un étroit carrefour en T. Grâce aux caméras HD radio-orientables des voitures et motos de police, l’inspecteur Azir, la divisionnaire Jackson, le lieutenant Okwandjo et leurs collègues suivirent l’arrestation en direct sous divers angles. Mais, point de Helen Blackburn à bord. Seulement son blouson dans le coffre.

Une radio crachota : « O’Maley, Brown et Singh. On a scanné et fouillé le domicile de Cunningham de fond en comble. Rien de rien. »

Yasmina se replia doucement vers son bureau. « Qui gagnera aujourd’hui ? Les clopes ou le chocolat ? »

A suivre.

Au prochain épisode, les médias collaboratifs et l’environnement se mêleront de l’enquête sur la disparition de Helen Blackburn.

Note de l’auteur : Je ne prétends guère avoir les talents narratifs d’un romancier. A travers cette fiction basée sur des technologies existantes ou émergentes, je spécule simplement sur les atouts et les dérives potentiels de la technosurveillance généralisée dans des circonstances malheureusement fréquentes.


Moyenne des avis sur cet article :  4.76/5   (17 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • Charles Bwele Charles Bwele 15 novembre 2007 13:10

    Hello à tous agrovoxiens !

    Ce post a été également publié dans mon blog sans les fautes d’orthographe, oubliées à cause de ma rédaction un peu à la va-vite...Et ce malgré une petite demande de recorrection envoyée à l’équipe Agoravox juste après validation de l’article. Toutefois, l’essentiel est fait et je les remercie pour la publication.

    Les liens vers les technologies mentionnées dans cet fiction sont également plus complets dans mon blog Electrosphère : http://electrosphere.blogspot.com

    Je vous prie tous de m’en excuser. Charles Bwele


    • TALL 15 novembre 2007 13:29

      Façon attrayante de parler des technologies futuristes. Je lirai la suite smiley


      • Vilain petit canard Vilain petit canard 15 novembre 2007 13:30

        Eh vous dites que vous n’avez pas de talent de romancier, vous êtes injuste, vous vous débrouillez très bien, ma foi, on lit ça sans effort. Ça fait froid dans le dos...


        • geko 15 novembre 2007 14:34

          Plutôt sympa à lire ! On pourrait imaginer plus glauque avec manipulation politico-mafieuse, c’est dans l’air du temps !


          • adeline 15 novembre 2007 20:50

            Bonsoir , article certe qui se lis comme un pollar ( et très bien écrit d’ailleurs) mais qui crée un malaise, vous parlez ici de l’enlévement d’une enfant mais que se passerait’il pour un syndicaliste ????? ou un déviant ????


            • Martin Lucas Martin Lucas 16 novembre 2007 09:45

              On n’a pas attendu les hautes technologies pour déporter, espionner, menacer des millions de personnes.

              Le drame, toujours, ce ne sont pas les moyens, ce sont les intentions.

              Battons-nous pour que les moyens (qui émergeront de toute façon, c’est le sens du « progrès ») ne soient pas utilisés à mauvais escient.


              • Martin Lucas Martin Lucas 16 novembre 2007 09:52

                A part ça votre style est très agréable et fluide, j’attends la suite avec impatience smiley !

                Pour ce qui est de la lutte,à mon avis c’est encore et toujours l’information, l’esprit critique et la prudence devant ce qui nous est proposé, qui nous sauvera.


              • Jode 17 novembre 2007 12:27

                excellent ! merci !


                • Act 23 novembre 2007 12:11

                  Charles, c’est excellent !

                  Qu’est ce que vous racontez sur des talents narratifs que vous ne possèderiez pas ?

                  Vous avez l’imagination, la culture et l’énergie. Pour le reste ce n’est que des détails techniques que tout éditeur sérieux prendrait en charge.

                  Merci

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès