Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Technologies > Médecine : un nouvel espoir contre le sida ?

Médecine : un nouvel espoir contre le sida ?

Des équipes de chercheurs français sont à l’affiche. Un petit article anodin publié la semaine dernière dans une revue scientifique quasi inconnue pourrait révolutionner le traitement des maladies virales. Pourtant, la plus grande prudence s’impose afin de ne pas décevoir les premiers concernés, les malades.

Depuis vingt ans, la trithérapie est un traitement efficace pour améliorer la vie des personnes infectées par le VIH en faisant intervenir trois molécules qui touchent des mécanismes propres au virus. Hélas, comme celui de la grippe, le virus est en constante mutation, ce qui entraîne une résistance à ces molécules qu’on lui oppose.

Des biologistes de Montpellier, de Nancy, d’Orsay et de Sherbrooke (Canada) ont affirmé avoir identifié une nouvelle molécule capable de bloquer la réplication intracellulaire du virus du sida en empêchant la maturation de l’ARN (splicing).

Ils ont appelé cette molécule IDC16.

Cette molécule intervient à l’encontre de la production de protéines nécessaires à la réplication du VIH.

Son efficacité a été observée sur des souches virales devenues résistantes aux médicaments antirétroviraux de la trithérapie, non seulement en laboratoire mais aussi sur des virus isolés sur des patients.

« Cette nouvelle voie thérapeutique s’avère extrêmement prometteuse pour la lutte contre le sida mais aussi pour toute autre pathologie causée par un virus dépendant du même mécanisme cellulaire » précise l’un des chercheurs.

Cela dit, il faut faire très attention avec ce genre d’information, car elle n’est pas anodine pour les personnes contaminées. Elle peut donner de fausses joies sur l’évolution de leur propre pathologie.

En effet, dans cette étude, seuls 200 gènes ont été testés sur les 30 000 qui doivent l’être pour s’assurer de la réelle efficacité de la nouvelle molécule.

Le stade actuel de cette recherche pharmaceutique sur ce sujet n’est qu’en phase préclinique où la plupart des molécules candidates sont rejetées pour différentes causes (notamment leurs effets secondaires dévastateurs).

Cette molécule pourrait éventuellement avoir des effets néfastes sur l’ADN humain et induire un cancer.

Et surtout, la réglementation des tests cliniques est telle que les malades du sida devront de toutes façons attendre près d’une dizaine d’années avant de voir cette molécule arriver sur le marché.

Concernant le traitement de cette information, pourtant d’une grande importance dans la recherche sur le sida et les maladies virales en général, l’étude a été publiée le 26 octobre 2007 dans une revue britannique à faible notoriété (PloS Pathogens) et a fait l’objet de brèves très discrètes dans les médias grand public.

Et peut-être que ce n’est pas un mal, car la discrétion est un gage de prudence et de questionnement avant d’être sûr des possibles applications de cette découverte sur le traitement des maladies virales.

D’autant plus que cette nouvelle piste thérapeutique ne doit pas rendre inaudibles les nécessaires campagnes de prévention contre le sida.

J’ai mis en liens le communiqué du CNRS et surtout, l’article dans son intégralité en pdf, pour ceux que ça intéresse.

Sylvain Rakotoarison


Sources :

(1) Small-Molecule Inhibition of HIV pre-mRNA Splicing as a Novel Antiretroviral Therapy to Overcome Drug Resistance Nadia Bakkour, Yea-Lih Lin, Sophie Maire, Lilia. Ayadi, Florence. Mahuteau-Betzer, Chi Hung Nguyen, Clément Mettling, Pierre Portales, David Grierson, Benoît Chabot, Philippe Jeanteur, Christiane Branlant, Pierre Cordeau Jamal Tazi, PloS Pathogens, 26 octobre 2007.

(2) Résumé de l’article.

(3) Contenu de l’article.

(4) Intégralité de l’article publié en pdf.

(5) Communiqué du Ministère de la Recherche.

(6) Communiqué du CNRS.

(7) Commentaire de l’information dans le blog d’un particulier.

Documents joints à cet article

Médecine : un nouvel espoir contre le sida ?

Moyenne des avis sur cet article :  4.73/5   (15 votes)




Réagissez à l'article

239 réactions à cet article    


  • TALL 31 octobre 2007 11:53

    Selon une patiente que je connais et qui est soignée depuis 1990, il existe actuellemnt plus de 20 molécules sur le marché. Le cocktail choisi dépend de la personne, et il évolue en cours de traitement. Pas mal de patients s’en sortent maintenant avec 2 molécules ( bi-thérapie ).

    De manière générale, le progrès est surtout intéressant dans le confort de vie. Car au début, avec les effets secondaires, c’était fort pénible.

    Mais de toute façon, il vaut mieux prendre ses précautions, car le sida est un vrai gâche-vie. C’est l’épée de Damoclès permanente.


    • David Krauss 31 octobre 2007 14:00

      Un documentaire fort intéressant sur cette maladie dont les zones d’ombre sont encore nombreuses... et ce après plus de 20 ans de recherche :

      Un documentaire vraiment TRES intéressant !!!!

      SIDA : Le doute de Djamel Tahi (1996).

      Un document capital diffusé une fois en 1996 sur Arte mais depuis introuvable.

      Pour tout un chacun, il est communément reconnu que la cause du Sida est un virus, le HIV, qui détruit le système immunitaire des personnes infectées. Or, depuis l’identification du virus dit du Sida, voilà aujourd’hui onze ans, il n`a pas été possible pour la communauté scientifique, d’expliquer et de démontrer précisément, l’étiologie du virus. Cette question essentielle divise largement les chercheurs toujours en quête d’une explication. De ce fait, scientifiquement parlant, la théorie du virus HIV comme cause du Sida, n`est alors qu’une hypothèse. Soutenue il est vrai par la majorité des chercheurs, mais cela reste néanmoins une hypothèse.

      Pour cette raison certains chercheurs, comme le Professeur Luc Montagnier de l`lnstitut Pasteur, ou le Professeur américain Robert Root-Bernstein de l’université du Michigan, ont invoqué l’implication d’autres agents dans la maladie, les cofacteurs, en attribuant qu’un rôle secondaire au virus HIV. Ce n’est également qu’une hypothèse. (...)

      http://leweb2zero.tv/video/deestroy_4846adfcd46f784


      • Svenn 31 octobre 2007 14:20

        La communaute scientifique n’a plus aucun doute sur le fait que le hiv est le responsable du sida, ce qui ne veut pas dire pour autant qu’on a compris parfaitement comment le virus provoquait la maladie. C’est comme la cigarette, on sait tres bien que les goudrons generes en fumant du tabac provoquent le cancer, mais on n’est pas capable de dire exactement comment ca se passe. C’est bien pour ca que la recherche sur le sida ou sur le cancer est loin d’etre achevee.

        Le HIV n’est en aucun cas un element « secondaire » du sida : sans HIV, il n’y a pas de sida possible. Certains autres facteurs jouent (certaines rares personnes semblent naturellement resistantes) mais le HIV est bien le coeur du probleme.


      • David Krauss 31 octobre 2007 15:36

        « La communaute scientifique n’a plus aucun doute sur le fait que le hiv est le responsable du sida, »

        Et pourtant ce n’est pas le cas... la communauté scientifique n’est pas unanime sur ce sujet !!!!!

        Etonnant, non ?


      • Svenn 1er novembre 2007 00:11

        Si tu enleves les inevitables deux-trois boulays qui n’ont quasiment rien publié dans les revues scientifiques en biologie depuis 1981 (et qui donc ne valent rien), la communaute scientifique EST unanime. Ou alors je veux des noms et je vais verifier sur dans la foulee Medline ce qu’ils valent.


      • David Krauss 1er novembre 2007 00:29

        Une grosse partie est unanime mais pas TOUT le monde ce qui d’un point de vue scientifique me pose un petit problème car j’ai pris connaissance des propos des chercheurs qui ne sont pas d’accord. Or ces chercheurs ont des arguments tout à fait sérieux et intéressant, et certains ne sont pas n’importe qui !

        Voici quelques noms de scientifiques refusant de faire parti de l’unanimité.

        Rasnick est un chimiste organicien travaillant sur les inhibiteurs de protéases
        - Duesberg est un chimiste organicien et un virologue
        - Mullis est un chimiste organicien, prix Nobel pour avoir découvert la polymérase,
        - Richards est un chimiste travaillant sur la mise aux point des premiers tests d’anticorps P24
        - Papadopoulos et Turner sont des médecins biologistes.
        - Heinrich Kremer, médecin, a été le responsable du traitement des drogués en allemagne, et s’est en particulier occupé de l’échange des seringues.
        - Alfred Hässig, médecin, était responsable de la gestion des dons du sang en suisse, ainsi que de leur traitement
        - de Harven, médecin, a été un des principaux experts en microscopie électronique, dans les plus grands hôpitaux américains.

        Et dernièrement une chercheuse sur le modèle mathématique de la maladie qui a donné sa démission HAUT ET FORT après 10 ans de recherche... Je n’ai plus le nom en tête.

        Pour le reste prend le temps de voir les documentaires et de lire les articles de la presse US...

        Pasque en France on préfère ne pas parler de ce débat scientifique... qui a toujours lieu là-bas... Dommage que le sujet ne soit que très peu abordé même sur Agoravox.

        Y a qu’à voir les commentaires laissés sur amazon.com à propos d’un livre sur le SIDA explicitant la polémique/débat.

        Des commentaires en nom propre, donc certifiés de chercheurs, c’est tout de même très étonnant et devrait pousser les gens à se repencher sur le sujet au lieu de m’insulter gratuitement.

        http://www.amazon.com/Science-Sold-Out-Really-Cause/dp/1556436424/ref=pd_bbs_sr_2/103-7916103-7930205?ie=UTF8&s=books&qid=1193872968&sr=8-2


      • David Krauss 1er novembre 2007 00:41

        En fait concernant les commentaires, il s’agit principalement des commentaires sur ce livre qui donne lieu à des mini débats entre universitaires.

        Libre à vous d’en prendre connaissance :

        http://www.amazon.com/Oncogenes-Aneuploidy-AIDS-Scientific-Duesberg/dp/1556435312/ref=sr_1_3/103-7916103-7930205?ie=UTF8&s=books&qid=1193874137&sr=1-3


      • Svenn 1er novembre 2007 00:51

        "Rasnick est un chimiste organicien travaillant sur les inhibiteurs de protéases
        - Duesberg est un chimiste organicien et un virologue
        - Mullis est un chimiste organicien, prix Nobel pour avoir découvert la polymérase,
        - Richards est un chimiste travaillant sur la mise aux point des premiers tests d’anticorps P24
        - Papadopoulos et Turner sont des médecins biologistes.
        - Heinrich Kremer, médecin, a été le responsable du traitement des drogués en allemagne, et s’est en particulier occupé de l’échange des seringues.
        - Alfred Hässig, médecin, était responsable de la gestion des dons du sang en suisse, ainsi que de leur traitement
        - de Harven, médecin, a été un des principaux experts en microscopie électronique, dans les plus grands hôpitaux américains."

        Donc pour résumer, il n’y a pas le moindre virologiste dans le lot et encore moins de personne ayant travaillé sur les rétrovirus.

        « Et dernièrement une chercheuse sur le modèle mathématique de la maladie qui a donné sa démission HAUT ET FORT après 10 ans de recherche... Je n’ai plus le nom en tête. »

        Un modèle mathématique de la maladie ==> Soit vous n’avez pas compris ce que vous avez lu, soit ce a quoi vous faites allusion est du gros n’importe quoi. Donc : source ?

        « Pour le reste prend le temps de voir les documentaires et de lire les articles de la presse US... » En tant que chercheur en biologie, je lis directement l’info a la source, pas de l’info traitee-retraitee-deformee-mal comprise par des journalistes dont ce n’est pas du tout le domaine de competence.


      • David Krauss 1er novembre 2007 01:33

        Il s’agit de Rebecca V. Culshaw, (Ph.D. is a mathematical biologist who has been working on mathematical models of HIV infection for the past ten years)

        http://www.reviewingaids.org/awiki/index.php/Rebecca_Culshaw

        J’ai été trop vite dans mon message, elle a travaillé sur le modèle mathématique de propagation de la maladie.

        Voici sa lettre de démission après 10 années de travail :

        http://www.lewrockwell.com/orig7/culshaw1.html


      • Svenn 1er novembre 2007 11:30

        1- Elle est mathematicienne et non biologiste. Si je vais dire au mathematiciens que leur preuve du theorme de Fermat est fondamentalement biaisee parce que le mathematicien ayant resolu le theoreme etait finance par son gouvernement, j’imagine qu’on va me rire au nez. Basiquement, elle fait exactement la même chose.

        2- Oui, on ne sait pas aujourd’hui comment la presence du virus fait baisser le taux de LT4. La mathematicienne n’a pas l’air de comprendre qu’il y a d’autres facons de faire baisser ce taux qu’en tuant ces LT4. Si par exemple la présence du virus faisait diminuer le taux de réplication des LT4, on observerait le même phénomène. Et il y a des milliers d’autres façons pour le virus d’agir sur le taux de LT4. On ne sait juste pas quelle(s) est la raison réelle.

        3- A partir de là, étant donné qu’il manque des données fondamentales du problème, je ne vois pas bien ce qu’elle espère modéliser. J’imagine qu’elle a du arriver à un gros n’importe quoi.

        4- Sinon, j’ai bien ’aimé’ le « This cannot be due to anti-HIV therapy, since the annual mortality rate of North American HIV-positives who are treated with anti-HIV drugs is much higher - between 6.7 and 8.8% - than would be the approximately 1-2% global mortality rate of HIV-positives if all AIDS cases were fatal in a given year. » Et oui, les médicaments ne sont malheureusement pas efficaces à 100%. Malgré les chimios de plus en plus performantes il y a des gens qui meurent du cancer, malgré les anti-cholesterol il y a des gens qui font des infarctus, etc... Bienvenue dans le monde réel. Sachant que l’espérance de vie une fois la maladie déclarée est de 2 à 3 ans (soit 30 à 50% de mortalité), ça me semble déjà pas mal d’avoir pu ramener cette mortalité aux alentours de 8%.


      • David Krauss 1er novembre 2007 13:28

        Petit retour rapide, elle est mathématicienne mais penses-tu vraiment qu’elle était seule sur le sujet sans biologiste/virologiste avec qui travailler pendant 10 ans ?

        C’est amusant cette guerre de spécialiste, j’espère que ce n’est pas réel... chacun dans son coin protégeant son domaine ?

        J’ai lu pas mal d’article d’un chimiste creusant la question du HIV et c’était fort intéressant car il attaquait le sujet par la chimie et aboutissait à des articles très intéressants.

        Par exemple sur l’effet désastreux de l’AZT qui à l’époque de la monothérapie a été un peu l’équivalent des saignées de l’époque de Molière.

        Comme tu le dis on ne sait pas exactement comment les LT4 sont attaqués... j’avais lu qu’on en était sur beaucoup de point au tout départ de la compréhension du SIDA. C’est pourquoi je m’étonne que le débat ne puisse avoir lieu.

        Au point de départ et des études sont mises de côté car elles embrouillent la compréhension de la maladie...

        Un autre exemple par contre je n’ai plus le lien :


      • Svenn 1er novembre 2007 18:43

        « C’est amusant cette guerre de spécialiste, j’espère que ce n’est pas réel... chacun dans son coin protégeant son domaine ? »

        Nan. Mais tu me permettras neanmoins de penser que des virologues sont mieux placés que des mathématiciens pour parler de virus. Tu me permettras egalement de m’énerver quand je lis ses propos comme quoi le NIH ou le CDC disent des conneries étant donné que ce sont des organismes publics.

        « Par exemple sur l’effet désastreux de l’AZT qui à l’époque de la monothérapie a été un peu l’équivalent des saignées de l’époque de Molière. »

        C’est certain que l’AZT est une cochonnerie mais à l’époque où c’était le seul traitement, il fallait bien faire avec. Si l’AZT était la panacée, la recherche sur le sida aurait sans doute été arrêtée en 1990.


      • pierrot 4 novembre 2007 18:58

        @ Krauss

        Laisse tomber. La mafia agoravoxienne ne désire pas être dérangée dans ses convictions. On ne fait pas boire un âne qui n’a pas soif. Il n’y a ici que des scientifiques d’occasion ce qui ne serait pas trop grave, mais lobotomisé de l’intelligence, ce qui l’es beaucoup plus.

        J’en arrive à la conclusion que ce n’est pas un media citoyen, mais la première feuille de choux citoyenne.


      • David Krauss 31 octobre 2007 15:52

        « La communaute scientifique n’a plus aucun doute sur le fait que le hiv est le responsable du sida, »

        Et pourtant ce n’est pas le cas la communauté scientifique n’est pas unanime en réalité. cf. le documentaire Etonnant, non ?


        • Manuel Atreide Manuel Atreide 31 octobre 2007 17:13

          @ l’auteur ...

          très bon papier qui met au jour les résultats qu’obtient la communauté scientifique dans la lutte contre cette maladie. Le SIDA en 2007 n’est pas derrière nous. Nous sommes même en plein de dans. Je sais qu’il n’y a rien de confortable et d’agréable à se voir rabacher ce fait, mais l’oubli du SIDA, le désintérêt pour cette pathologie, voila ce qui est mortel.

          @ Tall ...

          Vous avez tout à fait raison, on parle de trithérapies par confort, ce sont en fait des multithérapies qui résultent d’un cocktail de molécules mélangées et dosées au mieux pour répondre aux besoin de chaque patient. Ces multithérapies ont changé la vie des séropositifs dans le milieu des années 90, mais restent un bouclier bien fragile et surtout temporaire face à un virus dont on connait les capacités de mutation. La prévention reste donc indispensable, ainsi que la prophylaxie via le préservatif. Mais ne nous trompons pas, on ne vaincra pas le SIDA uniquement par ces moyens limités.

          @ David Krauss

          Vous savez, il ne faut pas croire tout ce qu’on vous dit à la télé. Sur le SIDA, on a dit tant de choses, souvent idiotes, parfois criminelles. Une ancienne célébre chanteuse, ex militaire, avait prétendu guérir le SIDA par des bains de siège ... d’autres par l’alimentation, d’autres encore en ont toujours nié l’existence. Certains ont même prétendu que loin d’être la résultante d’un virus, le SIDA était une punition divine qui frappait les invertis, infidèles, pédophiles et autres pervers. Et tout cela a été dit devant des caméras de télévision.

          Soyons un peu sérieux. Aucun scientifique, biologiste, virologue sérieux ayant travaillé ou travaillant sur le SIDA n’a de doute quant à la responsabilité du HIV dans la maladie. Vous vous basez sur un documentaire vieux de plus de 10 ans, croyez vous vraiment que depuis, rien n’a été fait ? testé ? Vérifié ? Alors, ouvrez les yeux et renseignez vous.

          Et dans le cas - bien improbable - d’une désinformation consciente de votre part, sachez que vous ne pourrez tranquillement répandre ce genre d’inepties. Il y aura toujours quelqu’un pour venir dire les choses telles qu’elles sont. Pas telles qu’on aimerait qu’elles soient. Même, à la télé.

          Manuel Atréide


          • TALL 31 octobre 2007 17:22

            Tout-à-fait Manuel, la prévention. Car le risque de l’attraper est en fait bien + grand aujourd’hui qu’à l’époque où l’on ne parlait que de ça.


          • David Krauss 31 octobre 2007 18:33

            « Soyons un peu sérieux. Aucun scientifique, biologiste, virologue sérieux ayant travaillé ou travaillant sur le SIDA n’a de doute quant à la responsabilité du HIV dans la maladie. Vous vous basez sur un documentaire vieux de plus de 10 ans, croyez vous vraiment que depuis, rien n’a été fait ? testé ? Vérifié ? Alors, ouvrez les yeux et renseignez vous. »

            Justement je passe une partie de mon temps libre de façon intermittente à me documenter sur le sujet... et vous ?

            Si vous faites de même en croisant des avis contradictoires vous serez surpris de découvrir que non le SIDA n’est pas une chose simple et que non il n’y a pas de consensus général à 200% (!) sur le sujet chez les scientifiques...

            Et le documentaire posté date de 1996 mais il en existe de plus récent dont certains ont été récompensé par des prix.

            En attendant que je termine mon article pour Agoravox sur le sujet et à condition qu’il soit validé je vous conseille de regarder les documents suivants :

            http://leweb2zero.tv/video/deestroy_274569f5a8bee67 http://leweb2zero.tv/video/deestroy_2945707fe44e1e6

            Ce film (datant de 2004) a été primé au AFI Los Angeles International Film Festival en 2004 : Winner Special Jury Price

            Un plus vieux encore... que celui passé sur Arte :

            http://leweb2zero.tv/video/deestroy_7545683fb1c4071

            En tout cas si vous prenez le temps de regarder ce document et de creuser le sujet vous allez vous rendre compte de la relativité des connaissances de la recherche sur le SIDA.


          • David Krauss 31 octobre 2007 18:47

            « Sur le SIDA, on a dit tant de choses, souvent idiotes, parfois criminelles. Une ancienne célébre chanteuse, ex militaire, avait prétendu guérir le SIDA par des bains de siège ... d’autres par l’alimentation »

            Quand vous parlez d’autres par l’alimentation, pensez-vous à l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture ???

            « L’alimentation est le premier remède au sida »

            Avec une meilleure alimentation, les agriculteurs pauvres atteints du sida pourraient vivre assez longtemps pour transmettre savoir-faire et connaissances à leurs enfants (...)

            http://www.fao.org/french/newsroom/news/2002/11580-fr.html

            C’est une façon de parler... mais les scientifiques qui ne sont pas dans le consensus ne sont pas des charlatans ce qui est d’autant plus étonnant de voir que le débat scientifique est tu en France alors que certains journalistes en parlent aux USA comme Celia Farber par exemple.


          • Manuel Atreide Manuel Atreide 31 octobre 2007 18:54

            @ David ...

            Croyez moi, je suis ce « dossier » depuis des années. Des amis seropo, j’en ai. Depuis longtemps. Très longtemps. Des tests de dépistages, j’en ai fait. Depuis fort longtemps. Je ne suis pas scientifique ni chercheur, mais l’information, je la lis depuis un paquet de temps.

            Je suis d’accord avec vous, on ne sait pas tout sur le SIDA. En revanche, on sait déjà pas mal de choses.

            J’avoue me poser des questions sur le sérieux d’informations postées sur le site de Karl Zéro. Ce personnage, un temps fort amusant, ne me semble pas être un gage de sérieux et d’infos vérifiées et propres. Je dirais même que depuis quelques années, Karl écume plus la fange des ragots et rumeurs que les endroits où se fait une info crédible.

            Alors libre à vous d’aller chercher votre info là où vous le souhaitez. Mais, permettez que d’autres aient une attitude plus que réservée quand vous faites référence à une info qui vient d’un endroit aussi crapoteux.

            Pour terminer ce dialogue, je vous invite à prendre contact avec aides, act-up et toutes les autres assoces qui travaillent autour du SIDA. Elles sont impliquées depuis longtemps et ont toujours fait preuve de leur volonté de dire les choses plutot que de les masquer. A moins bien sur qu’elles aussi fassent partie du complot ...

            Voila ce que j’avais à vous dire. Libre à vous de m’écouter. Ou pas.

            Manuel Atréide


          • Manuel Atreide Manuel Atreide 31 octobre 2007 19:03

            P.S. pour David ...

            Apprenez donc à lire un peu, s’il vous plait. Le texte du FAO nous dit que dans les pays pauvres, l’alimentation est le premier remède (entendre médicament) et souvent le seul, contre le SIDA. EN aucun cas, ils ne prétendent qu’on guérit du SIDA avec une bonne alimentation. En revanche, ils disent qu’un mode de vie sain contribue à vivre plus longtemps. Assez longtemps pour transmettre son savoir aux générations ultérieures. Avant de mourir. Vous saisissez ?

            Dois-je continuer à décrypter ce texte ? Le SIDA ne se guérit pas encore. Ni par l’alimentation, ni par quoi que ce soit. On vit avec. Et les séropositifs essaient de le faire, du mieux qu’ils peuvent.

            Je suis désolé de le dire, mais j’ai la désagréable impression que vous vous livrez à un petit jeu peu reluisant de désinformation et de démotivation sur un sujet qui implique la vie et la mort de millions d’êtres humains. Pas très glorieux comme attitude. J’espère de tout coeur que vous êtes de bonne foi. J’espère.

            Manuel Atréide


          • TALL 31 octobre 2007 19:27

            Manuel,

            Ne perds pas ton temps avec ces idiots, ce sont probablement des intégristes chrétiens. Tu piges ?


          • David Krauss 31 octobre 2007 22:46

            Moi un intégriste chrétien ?

            Vous vous trompez de personne mais au moins cela eu le mérite de me faire rire.

            Sinon pour revenir sur Karl Zero c’est pas très honnête intellectuellement de jeter le discrédit sur un documentaire tout a fait externe à Karl Zero.

            Ce n’est pas parce que ce doc a été mis à disposition sur le site de Karl que cela doit de façon automatique discréditer son contenu... que je sache le lien aurait très bien pu pointer sur dailymotion ou autres...

            Quand à mon exemple, il s’agissait juste d’une façon de parler comme je l’ai indiqué... exemple utilisé de façon provocante pour pousser les gens à s’arrêter sur le sujet...

            Pour info j’ai un article dans le tuyau qui parle de l’absence de protocole standard appliqué mondialement dans la détection du HIV... smiley)

            J’espère que cet article sera publié et qu’il provoquera un débat SERIEUX sur ce fait très étrange et que j’obtiendrai enfin une vraie explication logique qui explique cela.


          • David Krauss 31 octobre 2007 22:54

            PS pour Manuel :

            Je vous conseille fortement de parcourir les articles de la journaliste américaine Celia Farber qui écrit sur le sujet du SIDA depuis plus de 10 ans.

            C’est vraiment fort intéressant et étonnant voir choquant et cela permet de se rendre compte que le sujet du SIDA est abordé de façon incorrecte et partielle.

            Cette journaliste qui aurait fortement sa place sur Agoravox a écrit pour le magazine Spin et dernièrement pour Harper’s Magazine... On est loin de Karl Zero.

            Out of control : AIDS and the corruption of medical science

            http://www.harpers.org/archive/2006/03/0080961

            Je vous donne le lien vers son dernier article en anglais, que je vous conseille fortement de lire !!!

            Ne pas prendre connaissance des ces articles là c’est comme de venir parler de la guerre en Irak seulement à partir des infos de Fox News...


          • TALL 31 octobre 2007 23:39

            Vous ne connaissez rien à la science et ne connaissez aucun malade du sida, sinon vous ne parleriez jamais comme ça. Vous n’êtes qu’un sinistre imbécile.


          • David Krauss 31 octobre 2007 23:47

            Que d’agressivité pour rien...

            Qui vous dit que je ne connais pas de malade, que parmi mes proches il n’y a pas eu de décès à cause du SIDA ?

            Dans le même style, je peux très bien aussi décider/déclarer que vous êtes une femme par exemple... A partir de rien, d’aucune preuve.

            Prenez quand même le temps de lire les articles de cette journaliste américaine Celia Farber.

            Ces articles sont très intéressants !

            Et merci d’éviter les insultes, c’est franchement médiocre et très dommageable pour votre image.


          • Svenn 1er novembre 2007 00:25

            « Dans le même style, je peux très bien aussi décider/déclarer que vous êtes une femme par exemple... A partir de rien, d’aucune preuve. »

            Dans le meme style, il y a une certaine journaliste du nom de Celia Farber qui ne connait manifestement rien a la biologie qui vient dire que le HIV n’est pas la cause du sida par exemple... A partir de rien, d’aucune preuve.


          • David Krauss 1er novembre 2007 00:37

            Vous avez lu ses articles et vu les documentaires donnant la parole aux chercheurs qui contestent l’hypothèse ? Si c’est le cas cette démarche vous honore.

            Cette journaliste se fait le relais de ces chercheurs et du fait que l’intégralité des scientifiques ne sont pas tous d’accord...

            Comment expliquez vous qu’il n’existe aucun test homologué et appliqué de façon mondial pour détecter le virus du SIDA...

            Le protocole utilisé pour le test de confirmation Western Blot n’est pas le même entre l’Australie, les USA, la France, l’Afrique...

            Est-ce logique ? Jusque là personne n’a été capable de me répondre clairement à cette question simple... Et dans une petite partie des cas j’ai droit à un refus du dialogue avec des insultes en prime, comme expérimentés à nouveau ici.

            C’est pourquoi j’ai décide d’écrire un article explicitant cette problèmatique et d’autres associées afin de la faire connaître et surtout d’avoir un retour instructif sur ces questions à condition que les réponses ne se limitent pas à des insultes bien sûr.

            Cet article est en cours de rédaction et sera proposé pour publication très prochainement.


          • Svenn 1er novembre 2007 01:01

            "Comment expliquez vous qu’il n’existe aucun test homologué et appliqué de façon mondial pour détecter le virus du SIDA...

            Le protocole utilisé pour le test de confirmation Western Blot n’est pas le même entre l’Australie, les USA, la France, l’Afrique...

            Est-ce logique ? Jusque là personne n’a été capable de me répondre clairement à cette question simple... "

            Si tu n’as pas eu de reponse, c’est sans doute que tu n’as pas pose la question aux bonnes personnes.

            La reponse est en effet tres simple, les differents protocoles sont equivalents. Tu as une dizaine d’antigenes differents sur le HIV. Quand tu es non porteur du virus, tu ne produis des anticorps contre aucun de ces antigenes. Quand tu es porteur, tu as des anticorps contre tous. Le Western Blot utilisé va consister à regarder si tu as ou non ces anticorps. Les criteres de positivite varient effectivement d’un pays a l’autre. Dans un pays, on considerera qu’on est positif si on a les anticorps contre les antigenes 1 et 2, dans un autre il faudra les 3,4 et 5, dans encore un autre il faudra 1, 3 et 6 et ainsi de suite. Sachant que si on en a un, on les a tous.

            Le seul cas où les resultats peuvent différer, c’est au tout début de l’infection pendant que la réponse immunitaire se met en place, mais c’est aussi une des raisons pour lesquelles le test n’est pas fiable dans les jours qui suivent un rapport sexuel à risque. Il faut attendre plus longtemps pour que les tests donnent une réponse claire.


          • David Krauss 1er novembre 2007 01:30

            Merci pour votre réponse mais c’est plus ou moins ce que j’ai déjà eu comme réponse, une réponse semblant apporter toute la lumière sur la question mais ce n’est malheureusement pas le cas.

            Je peux ne pas trop entrer dans les détails sans reprendre totalement le contenu de mon article...

            Mais sachez que justement cette particularité fait que certaines personnes ont été diagnostiquée séropositive dans un pays et séronégative dans un autre car le protocole n’est pas le même.

            Ce fait a été vécu par une personne et a été vérifiée par des chercheurs universitaires australiens.

            Et si vraiment tous les anti-corps sont vraiment tous présents chez les malades pourquoi donc ne pas les chercher tous quelque soit le pays d’où provient le malade ?

            Si comme tu le dis : « Quand tu es porteur, tu as des anticorps contre tous. »

            Pourquoi ne pas chercher que deux de ces anticorps chez les Africains et en chercher 4 chez les Australiens, Français, autres ?

            Tu dis : « Les criteres de positivite varient effectivement d’un pays a l’autre. Dans un pays, on considerera qu’on est positif si on a les anticorps contre les antigenes 1 et 2, dans un autre il faudra les 3,4 et 5, dans encore un autre il faudra 1, 3 et 6 et ainsi de suite. Sachant que si on en a un, on les a tous. »

            Sur quoi ce base ce choix et pourquoi donc avoir fait ce choix là si vraiment ils sont tous présents ?

            Et tu dis : « Tu as une dizaine d’antigenes differents sur le HIV. Quand tu es non porteur du virus, tu ne produis des anticorps contre aucun de ces antigenes. »

            Pourtant c’est en partie inexact... si ton affirmation était complètement vraie le problème des faux-positifs n’existeraient pas et il a été montré que certaines infections provoquent la présence de ces anti-corps faisant réagir positivement le test. Et là on rentre de plein pied dans le sujet de la fiabilité des tests, de la spécificité à 100% des anti-corps avec le virus.

            De plus il s’agit d’un test à la limite... est-il besoin d’expliquer ce que cela implique ? En tout cas cela m’étonne de voir que tu préfères ignorer ce point... qui invalide ta phrase : « Tu as une dizaine d’antigenes differents sur le HIV. Quand tu es non porteur du virus, tu ne produis des anticorps contre aucun de ces antigenes. »

            Je reviens sur ces sujets dans mon futur article mais pour info ils sont en partie abordés dans le documentaire du journaliste Tahi, doc diffusé sur Arte.

            Je suis là pour débatre de ce sujet calmement de façon ouverte, sans insulter ou me faire insulter.

            Et je suis très curieux de voir si mon raisonnement est faux dans la réponse que je te fais ou si il y a bien encore bien des réponses à apporter au sujet.

            Hein pasque des tests à la limite quand même cela ne fait pas sérieux de dire que les personnes non contaminées ne produisent aucun anticorps ?

            Non ????? Arretez-moi si je me trompe complètement.


          • TALL 1er novembre 2007 10:22

            Je maintiens que vous n’êtes qu’un vulgaire propagandiste professionnel au service de l’intégrisme chrétien. Je les connais, je voit ça tout de suite : le discours calme, les sources ridicules, le jésuitisme avec sa pseudo-logique à la con, et bla bla bla et bla bla bla et bla bla bla et bla bla bla et bla bla bla et bla bla bla et bla bla bla et bla bla bla et bla bla bla et bla bla bla et bla bla bla et bla bla bla et bla bla bla et bla bla bla et bla bla bla et bla bla bla et bla bla bla et bla bla bla et bla bla bla et bla bla bla et bla bla bla et bla bla bla et bla bla bla et bla bla bla et bla bla bla et bla bla bla et bla bla bla et bla bla bla et bla bla bla et bla bla bla et bla bla bla et bla bla bla et bla bla bla et bla bla bla et bla bla bla et bla bla bla et bla bla bla et bla bla bla et bla bla bla et bla bla bla et bla bla bla et bla bla bla et bla bla bla et bla bla bla et bla bla bla et bla bla bla et bla bla bla et bla bla bla et bla bla bla et bla bla bla et bla bla bla et bla bla bla et bla bla bla et bla bla bla et bla bla bla et bla bla bla et bla bla bla et bla bla bla et bla bla bla et bla bla bla et bla bla bla et bla bla bla et bla bla bla et bla bla bla et bla bla bla et bla bla bla et bla bla bla et bla bla bla et bla bla bla et bla bla bla et bla bla bla et bla bla bla et bla bla bla et bla bla bla et bla bla bla et bla bla bla et bla bla bla et bla bla bla et bla bla bla et bla bla bla et bla bla bla et bla bla bla et bla bla bla et bla bla bla et bla bla bla et bla bla bla et bla bla bla et bla bla bla et bla bla bla et bla bla bla et bla bla bla et bla bla bla et bla bla bla et bla bla bla et bla bla bla et bla bla bla et bla bla bla et bla bla bla et bla bla bla et bla bla bla et bla bla bla et bla bla bla et bla bla bla et bla bla bla et bla bla bla et bla bla bla et bla bla bla et bla bla bla ...

            Le seul bon obscurantisme est l’obscurantisme mort.


          • Svenn 1er novembre 2007 10:52

            « Pourquoi ne pas chercher que deux de ces anticorps chez les Africains et en chercher 4 chez les Australiens, Français, autres ? »

            On va faire simple. On te trouve des anticorps anti-gp120 et anti-p24 dans le sang. Explique-moi concrètement d’où ils viennent si tu n’es pas porteur du virus.


          • David Krauss 1er novembre 2007 10:55

            Votre paranoia relève de la psychiatrie...

            Je ne suis pas du tout ce que vous prétendez que je suis...

            Vous êtes la preuve que l’esprit scientifique est mort... le refus de se poser des questions.

            Vous n’êtes pas le premier à m’avoir répondu ainsi, j’en ai l’habitude mais c’est toujours étonnant de lire ce genre de prose fermée.

            J’ai l’impression de me retrouver à discuter avec un type sectaire, paranoiaque qui me fait penser à l’époque de l’inquisition.... l’obsucrantisme moyen-ageux...

            Heureusement que les chercheurs ne sont pas tous comme vous pasque sinon il y a bien des choses que l’humanité n’aurait pas découvert en refusant de creuser les questions scientifiques...

            Vous êtes lamentable et cela en est d’une tristesse à pleurer.

            Juger les gens sur la base de quelque messages...

            Et le pire c’est que l’on me reproche d’être courtois et d’argumenter mes propos...

            Enfin propos plutôt mes questions....

            Si vous ayez une once d’honnête intellectuelle et d’intelligence vous auriez pris le temps de lire les articles de ces journalistes et du documentaire.

            Ces journalistes sont des journalistes professionnels... je sais cela ne veut plus rien dire actuellement mais là c’est le cas.

            Le documentaire est passé sur Arte chaine bien connue pour passer n’importe quoi...

            Tant pis, il est inutile de discuter avec les imbéciles donc je vais vous ignorer à moins que vous ne daigniez arrêter de m’insulter et prenez part réellement à la discussion.

            Par contre merci à Svenn de prendre le temps d’un débat constructif même si il y a des points de questions où nous ne sommes pas d’accord.

            En tout cas un peu comme les vaccins le SIDA est un sujet où il n’y a pas de discussion, de débat possible cela en est étonnant !

            Le débat est tout simplement interdit ! Un bel exemple sur le blog de Raphael Jolly :

            http://raphael.jolly.free.fr/blog/index.php?itemid=31


          • David Krauss 1er novembre 2007 11:03

            Bon désolé mais je vais devoir citer un passage de mon article...

            Juste pour dire que même en étant chercheur ou médecin on ne peut pas être au courant de tout... lire toutes les publications...

            +++

            Une étude a montré que des souris peuvent produire les antigènes GP120 et P24 créés lors d’une infection au VIH, bien qu’elles n’aient pas été exposées au VIH. Le VIH n’est donc pas une condition nécessaire pour être détecté séropositif.

            http://www.ncbi.nlm.nih.gov/entrez/query.fcgi?db=PubMed&cmd=search&term=1909456

            +++

            Selon cette étude, il a par exemple été retrouvé suffisamment d’antigènes (P24, GP120) correspondant aux anticorps dits « associés au vih » dans les placentas de femmes non infectées pour que cette limite soit dépassée

            http://www.ncbi.nlm.nih.gov/entrez/query.fcgi?cmd=Retrieve&db=PubMed&list_uids=1930645&dopt=Citation

            Il existe aussi de nombreux cas d’infection, maladie qui peuvent fausser les tests... Et à partir du moment où les tests sont faussés, c’est que le patient possède des anti-corps mais pas le virus.

            Je le répète le test est un test à la limite !!!!!

            Il est positif à partir d’un certains seuil détecté. Ce qui signifie qu’il ne test pas uniquement la présénce comme vousn l’avez affirmé mais le dépassement d’un seuil critique !!!!!!

            Je ne suis pas chercheur en biologie juste un employé de SSII pas religieux pour un sou... mais qui lit depuis deux ans des articles de toute provenance sur le sujet.

            ET jamais je n’ai trouvé d’explication claire et scientifique sur le sujet.

            D’où mon futur article... pour agoravox qui va citer ces deux études méconnues et ignorées et qui montre portant la non spécificté de certaines des protéines cherchées lors du test de confirmation Western Blot.


          • David Krauss 1er novembre 2007 11:17

            Svenn j’ai répondu ci-dessus à ta question :

            « On va faire simple. On te trouve des anticorps anti-gp120 et anti-p24 dans le sang. Explique-moi concrètement d’où ils viennent si tu n’es pas porteur du virus. »

            Attention la première citation est tronquée à la fin, merci de ne pas en prendre mouche.

            Pour Tall qui est vraiment une honte pour l’esprit scientifique :

            « La science ne cherche pas à énoncer des vérités éternelles ou des dogmes immuables ; loin de prétendre que chaque étape est définitive et qu’elle a dit son dernier mot, elle cherche à cerner la vérité par approximations successives. »

            (Bertrand Russell / 1872-1970 / ABC de la relativité)


          • TALL 1er novembre 2007 12:26

            Mais est-ce que tu te rends un peu compte de la mythomanie de ta démarche ? Tu n’es pas biologiste, et tu veux discuter sérieusement de questions ultra-pointues de biologie ? Mais c’est hyper-complexe, la biologie, tu sais ça ? Et surtout avec les rétro-virus qui sont des best-off du parasitisme.

            Quant moi, je n’ai pas à justifier de mes compétences de biologiste puisque j’ai décidé de leur faire confiance. Ce n’est que si on veut aller contre eux, qu’il faut de vraies compétences. Alors si ça t’amuse de débattre, fais-le, mais pour moi, ça n’est pas sérieux. C’est tout.


          • David Krauss 1er novembre 2007 12:49

            « Quant moi, je n’ai pas à justifier de mes compétences de biologiste puisque j’ai décidé de leur faire confiance »

            Elle veut dire quoi cette phrase ? J’ai du mal à en comprendre pleinement le sens.

            Je vous l’accorde, ma démarche est clairement ambitieuse j’en suis fortement conscient...

            Malgré tout j’attends toujours de vraie réponse à certaines questions que je me pose depuis 2 ans.

            Et votre réaction épidermique et irrationnelle est typique du manque de dialogue que je trouve quand je me décide à aborder le sujet.

            Je pose des questions et je me retrouve sur le banc des accusés, enfin en ce qui vous concerne j’ai plutôt l’impression que je serais en train de bruler sur un buchet pour avoir posé de simples questions pourtant capitales.

            Je suis curieux d’avoir le retour de Svenn... sur le fait qu’il a été prouvé depuis pas mal de temps que certains anti-corps ne sont pas réellement spécifique au virus du SIDA... Element que Svenn et que la communauté préfère ignorer... Attention il s’agit bien d’un problème se passant au niveau du test de confirmation du diagnostique... PAs du test ELISA mais du test Western Blot !

            J’ai tout de même croisé dans mes recherches des chimistes et des médecins généraliste qui se posent les memes questions que moi et qui aboutissent à une volonté de remise à plat de la recherche et donc des connaissances sur le SIDA.

            Le fait que beaucoup de gens ignorent le fonctionnement par seuil du test de confirmation Western Blot me laisse pantois...

            J’ai lu jusqu’à présent donc beaucoup de chose approximative venant de professionnel qui s’endorment sur leur laurier et ne prennent pas le temps de creuser le sujet en faisant entièrement confiance au consensus général. Jusque là je m’en contentais pour beaucoup de sujet scientifique mais en approchant de plus près le sujet du SIDA, je me suis rendu compte que je ne pouvais plus procéder de même. J’ai donc lu beaucoup d’avis contradictoires et j’en suis arrivé à la conclusion que le sujet est très complexe et que la communauté scientifique n’est pas unanime et qu’il y a des raisons sérieuses pour qu’elle ne le soit pas.

            Il y a 20 ans, il y avait un seul chercheur qui émettait des doute sérieux... il a été mis au ban de la communauté... crédits coupés, difficultés en tout genre sans pour autant qu’il y ait une réelle confrontation d’idées...

            Hors après ce que ce cherceur a subi... que je ne souhaite à aucun chercheur, ce nombre de chercheurs se mettant à douter et à se REPOSER des questions ne fait qu’augmenter tranquillement depuis 20 ans... Pourtant ces chercheurs n’ont rien à gagner à émettre publiquement leur doute et leur question. La preuve moi je le fais et on m’accuse de tous les maux de la Terre...

            Bref je ne pense pas que ces chercheurs soient kamikazes au point de risquer leur carrière sur une lubie.

            C’es tout ce que je proposais aborder ces questions et avoir un dialogue adulte et intéressant et pas des « je t’ai pas sonné toi »...


          • TALL 1er novembre 2007 13:34

            J’ai tout de même croisé dans mes recherches des chimistes et des médecins généraliste

            Mais ce n’est pas gens-là qu’il faut contacter. Contactez des chercheurs sur le sida. Avec le web, c’est ultra-facile.

            Moi, il y a des années déjà, j’ai un jour eu le culot d’envoyer un mail à une équipe de chercheurs français sur le sida en suggérant une idée. Carrément ! Mais j’ai précisé ma non-compétence en la matière, et j’ai commencé par dire que mon frère est contaminé depuis 1990 ( ce qui est vrai ) et que c’est ça qui me motivait.

            Et bien, on m’a répondu très gentiment que mon idée n’était pas idiote, et qu’on avait d’ailleurs testé des pistes en ce sens, mais que .. etc... Voilà.


          • TALL 1er novembre 2007 16:41

            En tout cas, votre article sera publié, c’est certain. Car ici, on adore les gens qui discutent « savamment » de choses hyper-complexes même, et surtout, s’ils n’y connaissent pas le 1/100ème des spécialistes en la matière.

            Car jounaliste-citoyen, ce n’est pas assez. On demande aussi des virologues-citoyens, des ingénieurs-citoyens, des chirurgiens-citoyens, etc ..


          • TALL 1er novembre 2007 16:51

            C’est le principe de ’lintelligence collective : vous prenez 1.000 types au hasard qui n’y connaissent rien et n’ont aucune expérience dans un domaine donné. Mais par la magie des débats sur l’internet, ils vont finalement arriver à des conclusion + intelligentes qu’un seul et unique bonhomme qui pense le contraire, mais dont c’est le métier depuis 30 ans smiley

            Révolutionnaire, non ?

            Si Agoravox ne rafle pas tous les Nobels d’ici 2 ans, je n’y comprends plus rien. Et à mon avis, vous êtes bien parti pour le Nobel de médecine.


          • Svenn 1er novembre 2007 17:22

            « Une étude a montré que des souris peuvent produire les antigènes GP120 et P24 créés lors d’une infection au VIH, bien qu’elles n’aient pas été exposées au VIH. Le VIH n’est donc pas une condition nécessaire pour être détecté séropositif. »

            Genial, ils ont demontre que le test Elisa chez des souris au systeme immunitaire completement detraque pouvait faire des faux positifs. Aucun interet donc, on sait tres bien que les elisa peuvent faire des faux positifs et ce n’est pas pour rien que le diagnostic de la seropositivite au hiv necesssite un WB.

            L’autre article, il faut que je trouve un acces et je te dis ce que j’en pense ensuite.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès