Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Technologies > Mort ou renaissance du P2P ?

Mort ou renaissance du P2P ?

L’Association américaine de l’industrie du disque (RIAA) a gagné sa défaite. En signant un accord à l’amiable avec l’éditeur Metamachine qui lui verse 30 millions de dollars de compensation, la RIAA a mis fin à eDonkey. Mais à quel eDonkey ? Loin d’être une victoire, c’est la légalité du P2P qui s’éloigne un peu plus.

L’agence de presse Associated Press l’annonçait hier soir : "La firme derrière le célèbre logiciel de partage de fichiers en ligne eDonkey a accepté de payer 30 millions de dollars pour éviter des poursuites éventuelles pour violation de droits d’auteur par l’industrie du disque, selon des documents judiciaires déposés mardi." Le site officiel du logiciel confirme la fermeture du logiciel, avec un message sans doute dicté par la RIAA, d’un ton menaçant destiné à faire naître la paranoïa chez les P2Pistes ("votre adresse IP a été loguée"). Mais il y a eDonkey et eDonkey.

Il y a le réseau eDonkey, et le logiciel eDonkey. L’accord révélé cette semaine ne porte que sur le second. Or le réseau eDonkey, inventé par MetaMachine en 2000, repose depuis déjà plusieurs années pour une large partie sur le logiciel libre eMule. Selon les estimations, le logiciel open-source dominerait de 85 à 95 % du réseau eDonkey qui, par nature, n’est pas contrôlable. La mort officielle du logiciel eDonkey vient donc simplement débrancher un âne électronique qui était jusque-là maintenu artificiellement en vie par ses créateurs.

Malgré les congratulations de la RIAA, l’accord ne constitue en rien une victoire contre le P2P illégal. Il prolonge au contraire une lutte acharnée entamée depuis l’affaire Grokster contre les seuls éditeurs de logiciels de peer-to-peer qui ont montré une volonté de créer un modèle économique viable et profitable à tous. La somme de 30 millions de dollars égalise le chèque signé par BearShare lorsqu’il a fermé ses portes en mai dernier, mais reste très loin derrière les 115 millions de dollars versés par Kazaa. IMesh, WinMX et i2hub ont eux aussi capitulé au cours des derniers mois.

L’industrie ne veut pas tuer l’illégalité mais la concurrence

Avec la mort d’eDonkey, il ne reste guère plus sur la scène du peer-to-peer que les logiciels open-source qui, non seulement sont déjà les plus utilisés depuis l’apparition d’eMule et BitTorrent, mais sont aussi et surtout ceux qui par nature ne peuvent être l’objet d’une négociation avec la RIAA ou l’industrie du cinéma. En mars de cette année, MetaMachine avait annoncé la préparation d’une nouvelle sortie d’eDonkey, à la suite de l’échec de négociations pour créer un service légal appuyé par l’industrie du disque. Le fait qu’ils préfèrent aujourd’hui capituler et verser 30 millions de dollars au lobby de l’industrie musicale montre à quel point les portes de la négociation devaient leur être fermées.

Et ceci démontre probablement, aussi et surtout, quelle est la véritable stratégie des majors du disque aux Etats-Unis et dans le monde. On ne peut pas croire un instant qu’une industrie si bien organisée soit si naïve et ignore totalement que ce type d’arrêt de mort coupe tout espoir de transformer des logiciels de P2P populaires en services marchands légaux, et au contraire renforce le P2P illicite appuyé sur les outils open-source. Ils semblent témoigner au contraire de la volonté de l’industrie du disque de limiter au maximum le nombre d’acteurs légaux de la distribution marchande, afin de pouvoir mieux les contrôler et d’organiser leur tarification uniforme. Tout acteur qui ne souhaiterait pas rentrer dans le moule serait contraint de mourir.

Ce n’est probablement pas un hasard si les seuls outils de P2P qui ont réussi à ouvrir une version légale (iMesh et Bearshare) ou qui en annoncent une (Mashboxx) délèguent la gestion de leur catalogue payant à Snocap, un service contrôlé de main ferme par les majors de l’industrie du disque.


Moyenne des avis sur cet article :  4.81/5   (373 votes)




Réagissez à l'article

50 réactions à cet article    


  • marouan92 (---.---.11.230) 13 septembre 2006 13:47

    Leur totale ignorance du P2P n’a d’égale que leur inconsidérable besoin de faire toujours plus d’argent.

    Non seulement ils n’ont pas su (ou voulu) anticiper internet et ses perspectives multimédia, mais en plus cette industrie empeche toute approche différente en la matière.

    Il faut reconnaitre le droit d’auteur mais il peut y avoir d’autres moyens de les remunerer que leur sites de ventes en ligne utlra drmisés ou leurs galettes du siècle passé...

    Merci les majors !!


    • benzzel (---.---.78.28) 14 septembre 2006 10:15

      Ha... et quel moyen ? Les majors cherchent effectivement à faire de l’argent de manière abusive, mais j’aimerais savoir, qu’elle est l’alternative et qui paye les créateurs et leurs techniciens et ... comment, dans un système (tellement moderne !) ou l’usager ne paie pas le produit ? b’N


    • Yvance77 (---.---.234.111) 13 septembre 2006 13:47

      Bel article. Bien sur que des deux côtés de la barrière, il y a lutte « jusqu’à ce que que mort s’ensuive » !

      A droite les majors qui ne renonceront pas à leurs mannes, et à gauche les individus de tout poil, qui ont suffisament payés , pour des produits de qualités souvent médiocres.

      Il est drôle de voir que pour une fois les puissants ne veulent pas accompagner une technologie nouvelle (il est vrai qu’ils ne voient pas encore comment ils pourront en tirer uniquement les profits et les ficelles)

      La bataille est seulement engagée avec son lot de morts, de traitres à la cause des puissants, de lâches aussi, mais il y aura aussi les braves, et à n’en pas douter il en sortiront vainqueurs. Naïvement je veux croire en ceux-là, car la masse recherche la qualité au juste prix, et pas une infâme escroquerie ...


      • Adolphos (---.---.59.170) 13 septembre 2006 19:53

        En voila bien du vocabulaire à la con pour défendre le fait que certains vole le travail d’autrui.

        Tu aimerais que ton patron ne te paye plus sous prétexte que ce que tu as fait hier, tu peux le refaire demain ?


      • benzzel (---.---.78.28) 14 septembre 2006 10:24

        LA MASSE !!? la masse télécharge aussi tout et n’importe quoi (cf les top download : n1=façon sex). Il est toujours simple de trouver des raisons de ne pas payer. Allons nous servir sur les étales de Pommes pour lutter contre le pourvoir démoniaque des firmes agroalimentaires ;)


      • simplet (---.---.49.1) 14 septembre 2006 11:52

        comme d’hab adolphos balance une pov vérité à 2€ pour se dédouaner de chercher une véritable réponse à la question posée...

        change pas celui là, indécrottable..


      • Moise (---.---.30.58) 13 septembre 2006 14:07

        D’abord, merci pour votre site qui fut autrefois dedié exclusivement au P2P ou plutot a l’apologie d’un P2P legale, equitable pour les deux parties, et qui avait une ligne rédactionnelle bien plus dure ou engagée qu’elle ne l’est aujourd’hui ! Cependant, je regrette que l’on ne puisse plus poster des commentaires (sans s’inscrire comme sur agoravox) sous les articles, ceux ci etait parfois tres instructifs sur l’opinion ou meme sur d’autres aproches d’un article. Mais cessons de parler de votre site, cet article, vaut mieux que çà !

        Vous employez souvent l’expression « P2P illegal », pourriez-vous expliciter cette expression simplement ? Seriez vous acquis a la cause des DIGITALS RIGHTS MANAGMENTS(DRM) ? Moi pas. Et pourtant votre article(en bref) publié ce matin 13/09/06 titré :« AlTerMuzik : l’altermondialisme musicale par DRM equitable » me semble plutot interessant. Apres avoir lu les principes et quelques details sur le site, je dois avouer que malgré mon allergie aux DRMs de GROSOFT ce modele me plait beaucoup plus que celui proposé par les platformes legales de telechargement.

        Cette pseudo victoire de la RIAA sur Edonkey renforce le P2P illicite appuyé sur les outils open-source, dites vous ! Je pense que cette phrase est mal construite bien que réaliste, mais risquent de jeter le mauvais oeil des auteurs-compositeurs-interprètes sur la philosophie OPEN SOURCE dévelloppé et defendu par Richard Stallman ? Je crains que si malheureusement, alors que cette cause que tout les adeptes de cette philosophie (dont je fais partis) veulent libérer la connaissance emprisonnée par les sociètés (coporation en anglais)pour de simples bouts de papiers qui n’ont que la valeur que l’ont accepte de leur donner(enfin presque, puisque le premier bien dematerailaisé est tout de meme l’argent a travers les centrales informatique bancaires).

        Le fond de l’article va dans le bon sens en partant du principe que tout travail merite salaire et donc que les auteurs-compositeurs-interpretes meritent aussi une remuneration pour leurs créations de l’esprit !Et bien sur que le systeme actuel proposé par edonkey ne permet pas cette juste rémunération, ni meme la licence globale proposée par les socialiste !Mais, cette hydre est indémontable meme si on sent depuis peu, chez les FAI(FREE pour pas le nommer !) une volontée d’asphyxier l’hydre en lui coupant sa source de vie (LA BANDE PASSSANTE DES P2Pistes, donc les p2pistes eux memes) a causes d’interet financiers qui vont dans le meme sens !

        Cette guerre, n’en ai qu’au debut meme si çà fait plus de 5 ans que çà dure ! Citoyens, resistez, ne vous laissez pas aveugler par les informations lobbyistes et partez du principe que l’information que l’on vous delivre est douteuse pour aprofondir et finalemnt trouver le vrai but de celle-ci !(principe repris d’un des fondateur de l’equivalent italien de hoaxbuster.com)

        Source : AlterMuziK : l’altermondialisme musical par DRM équitable ? [url=http://www.ratiatum.com/breve3626_AlterMuziK_l_altermondialisme_musical_par _DRM_equitable.html]


        • Jesrad (---.---.20.126) 13 septembre 2006 14:59

          L’industrie ne veut pas tuer l’illégalité mais la concurrence

          Tout est dit ! La débandade face au piratage n’est rien d’autre qu’une tentative effrayée et farouche d’empêcher le progrès : progrès des moyens de distribution, un véritable saut quantique qui amène la musique jusque chez nous, à la demande, pour un prix ridicule. Et qui dit prix ridicule dit marge microscopique, et c’est ça qui fait peur.


          • (---.---.71.248) 13 septembre 2006 15:13

            C’est Yves.

            Personnellement, mon approche du problème du P2P est un peu différente. Je considère plutôt qu’il y a un décalage entre la réalité et la vision qu’en ont les majors. Cette vision consiste à dire que les logiciels de P2P permettent le piratage de contenu jusqu’à ce qu’il n’y ait plus d’achat légal, et à considérer dans leur chiffrage le fait que toute oeuvre piratée aurait pû être achetée. Leur raisonnement se fait à partir de ça.

            Mais en réalité, je pirate des choses que je n’aurai pas acheté. Et quand parfois je tombe sur un contenu qui me plait, je l’achète. Il ne faut pas non plus considérer toute la population comme une bande de malfaiteurs de l’informatique.

            La baisse des revenus des majors est peut-être plutôt due à une baisse de qualité des produits proposés, un abus même, disons le, abus contré par l’usage préventif du P2P.

            En ce sens, le passage au marchand des logiciels P2P ne résoudra pas le problème puisqu’il n’est pas une réponse aux attentes des internautes.

            Je ne suis pas assez spécialiste technique pour dire qui va gagner cette bataille. La limitation de bande passante mise en place par certains FAI est contrée par la dernière version d’eMule (oui, la 0.47b est sortie !!!). D’autres logiciels proposent un degré plus ou mons grand d’anonymat. Mais ils vont bien trouver une parade... à laquelle il y aura une parade, etc...

            Mais en gros, si les majors ne finissent pas par admettre qu’ils nous font payer 25 euros un disque de merde, on risque d’être tous perdants.

            Sinon, merci pour Ratiatum, site super.


            • Guil (---.---.170.166) 13 septembre 2006 15:44

              De fait, depuis les annonces de cloture de WinMX et maintenant de eDonkey, on n’observe aucune différence sur ces deux réseaux...


              • Moise (---.---.30.58) 13 septembre 2006 15:54

                Au fait, j’ai voulu tester la dernière version de vista RC1 et dedans il m’a semblé voir (dans les regles de firewall) que microsoft implementerais un protocole P2P ?! Mais kezako ? je me demande si c pas prevu au depart pour le reseau local et que çà va se transformer en reseau global !(avec des logiciel du genre hamachi c vite fait, suffit de rajouter un peu de routage et hop le tour est joué) !

                Cette phrase que j’ai du reprendre de je ne sais qui et je ne sais où me semble tres clair et eclairante :

                Le paradoxe est grand : la conception libérale a imposé une mondialisation des échanges commerciaux fondée sur la dérégulation et la libre concurrence. Pourtant, alors qu’internet permet, pour la première fois dans l’histoire de l’humanité, à la culture et aux oeuvres de l’esprit de s’affranchir totalement des contraintes de leur diffusion, les industrie de la culture voudraient imposer des barrières ?


                • Gasty (---.---.169.137) 13 septembre 2006 16:31

                  La conception libérale a dû etre inventé par la mafia.

                  Et quand on touche à ce qu’il ne faut pas.....y’a du rififi dans l’air.


                  • SilenT BoB SilenT BoB 13 septembre 2006 16:34

                    De toute facon, que ce soit les majors, le legislateur ou autre FAI ils auront toujours un train de retard, contourner la loi est simple, brouiller les pistes et crypter un max les donnees c’est simple aussi pour un tas de hackers.

                    L’echange illegal de fichier ne s’arretera pas, ls majors et autres le savent, ils tentent donc autre chose.


                    • David (---.---.92.11) 13 septembre 2006 16:48

                      C’est une guerre sans fin et d’hors et déjà perdu par les majors. Universal a décidé récemment de donner accés à son catalogue par internet avec un abonnement minime on verra ce que décideront les internautes. Si les internautes veulent tuer le buisness ils le tueront mais la production de musique il y en aura toujours mais sous d’autres formes.


                      • David (---.---.92.11) 13 septembre 2006 17:03

                        Bon 90% de la musique produite c’est du jetable. C’est pas du Mozart qui va traversé les siècles et en plus lui il est libre de droit ! Faut relativiser aussi..Les gens qu’on appelle artistes il y a pas tant que ca et cette musique pourrais être fait en amateur dans son coin avec des potes et un imac (Artic Monkeys ?)..Alors. Peut être que plus personne n’a envie de payer pour celà !


                      • harakiri26 (---.---.239.165) 13 septembre 2006 16:50

                        Mais que fait DW ?


                        • Tuco (pour des raisons évidentes) (---.---.187.46) 13 septembre 2006 16:53

                          Juste un avis un peu hors-sujet :

                          originaire d’un pays sous-développé, sans P2P rares sont ceux qui pourraient se payer un CD de musique et je ne parle même pas de logiciels.

                          Lors d’une tentative de mise à jour de Windows XP, le site microsoft a refusé ma connection ma version de Win XP étant parait-il fausse ; le site me propose donc de me vendre une version « vraie » de Windows XP a un tarif réduit : environ 150 euros.....l’équivalent du smig dans mon pays !!!

                          Longue vie à la mule.


                          • minijack minijack 13 septembre 2006 16:55

                            Excellent article qui pose bien le dilemne qui s’offre à nous : devons nous rester les vaches à lait de l’industrie culturelle et nous laisser traire sans rien dire, nous laissant conduire dans les barrières du corral jusqu’à l’auge contenant le foin sans parfum qu’on nous propose, ou devenir des terroristes de la culture officielle en choisissant la clandestinité et l’illégalité pour conserver le goût des marguerites et de l’herbe tendre ?

                            Le rétrécissement de l’éventail de l’offre parallèlement au durcissement de la répression vont peu à peu tuer le P2P légal pour le transformer en vulgaire B2C (business to consumers).

                            Organiser la raréfaction de l’offre pour mieux la contenir et la maintenir sous contrôle, voilà le véritable programme de « soutien à la création culturelle » envisagé par les majors. En clair, tout ce qui ne passera pas par elles et ne leur paiera pas tribut n’aura pas droit de cité. Il ne restera aux créateurs indépendants que le seul choix des licences Creative Commons, « protégeant » (si l’on peut dire) des oeuvres par définition gratuites et partageables, et donc réduisant la création culturelle à la merci de « dons » éventuels des consomatUeurs de culture.

                            Il est dommage que les aficionados du P2P -créateurs inclus- n’aient, pas davantage que les majors, compris que le danger était identique d’un sens comme de l’autre. Le « tout fliqué et payant » ou le « tout libre et gratuit » sont l’un comme l’autre aussi redoutables pour la création.

                            Il me semble qu’une troisième voie était possible avec une formule de Licence Globale, dût elle être aménagée spécifiquement pour la création sur le Net. En haut lieu on n’en a pas voulu parce qu’elle était « soi-disant » impossible à mettre en oeuvre techniquement. C’est faux bien sûr. La vérité est qu’on n’en a pas voulu parce que c’était la porte ouverte à la Liberté de circulation des oeuvres, AVEC rémunération des artistes, mais SANS contrôle par les majors et donc sans gain pour elles. Mais la récupération ou la disparition de fabricants de logiciels d’échange, qu’ils soient du monde du « Libre » ou pas, ne résoudra pas la question de leur utilisation et encore moins des contenus légaux ou pas qui circuleront dessus.

                            .


                            • (---.---.162.15) 13 septembre 2006 17:15
                                [La licence globale] était « soi-disant » impossible à mettre en oeuvre techniquement. C’est faux bien sûr.

                              Hé non, c’est juste. Contrôler le p2p (et ses dérivés plus ou moins cryptés) est aussi illusoire que vouloir l’interdire.

                              Am.


                            • minijack minijack 13 septembre 2006 18:16

                              La meilleure preuve que c’est impossible : Les majors le font déjà faire pour leur compte ! La CNIL autorise la surveillance automatique du P2P

                              .


                            • (---.---.162.15) 13 septembre 2006 18:46

                              Surveiller - dans quelle mesure ? - est une chose. Contrôler et imposer en est une autre. D’ailleurs votre référence date d’avril 2004 et il n’y a guère eu d’effets depuis. On y trouve, notamment, cette phrase :

                              Avec la surveillance automatisée, grâce à des logiciels spécialisés, il sera difficile pour un gros téléchargeur de passer entre les mailles du filet.

                              Am.


                            • Dje (---.---.50.105) 13 septembre 2006 17:16

                              Mais le Boycot est plus fort que le Marché si un boycot national ou européen est declaré et suivit contre les majors on peut leur faire mal.

                              Car 0 € de chiffre d’affaire ... smiley


                            • Dje (---.---.50.105) 14 septembre 2006 09:28

                              Peut-être mais l’auto génération de revenus a des limites.

                              Mais il est vrai que les financiers de la musique (car il n’a jamais été question d’art et vous le savez mieux que moi) Vous toujours chercher une autre manière de s’engraisser.

                              Mais dans un monde ou chaque jour on essaye d’enfermer les gent dans un model unique le P2P n’est pas juste un model comme les autres il est aussi une expression du raz le bol général que nous avons envers l’industrie du divertissement qui nous prend pour des moutons.... smiley


                            • David (---.---.92.11) 13 septembre 2006 17:04

                              Bon 90% de la musique produite c’est du jetable. C’est pas du Mozart qui va traversé les siècles et en plus lui il est libre de droit ! Faut relativiser aussi..Les gens qu’on appelle artistes il y a pas tant que ca et cette musique pourrais être fait en amateur dans son coin avec des potes et un imac (Artic Monkeys ?)..Alors. Peut être que plus personne n’a envie de payer pour celà !


                              • Philgri (---.---.142.237) 13 septembre 2006 17:31

                                Bien. Chers Majors,

                                Le P2P fait partie intégrante des échanges de données depuis un bon moment.

                                Nous n’assistons pas à sa mise à mort (inconcevable) ni à sa renaissance, mais à une tentative de réglementation restrictive !

                                Peine perdu d’avance, mais hélas avec des condamnés, qui ont pourtant contribué au développement de l’humanité eux !

                                Concevoir un monde sans informatique impensable !

                                Le restreindre impossible.

                                Le contrôler partiellement.

                                Se l’approprier ne fonctionnera pas.

                                Votre chiffre d’affaires a repris la baisse, amplifiée par votre politique.

                                C’est aussi oublier, qu’il y a plein d’autres solutions pour échanger des fichiers ! Un petit câble ou un simple téléphone Bluetooth suffit ! une petite clé USB aussi et pour des formats CD ou DVD meilleurs qualités que le mp3 !

                                Vous prenez les jeunes pour des débiles mentaux ? continuer ! Vous voulez instaurer un système de contrôle par le Web ? Allez s’y ! Faite votre guéguerre les majors !

                                Le dernier dans votre jeu sera quoiqu’il arrive le Pigeon !

                                Vous êtes morts les majors ! même Apple va perdre ! et vous voulez nous faire porter le chapeau ! Non, non, non ! Intel ? AMD ? allez-y direct, vous perdez du temps et le temps c’est de l’argent ! oui oui oui !

                                Philgri


                                • gibello (---.---.120.173) 13 septembre 2006 17:46

                                  Les majors mènent là un combat d’arrière-garde. Tactiquement, c’est logique : certes, s’ils se contentent de çà, ils finiront par être vaincus. Mais s’ils ne le font pas, ils seront vaincus tout de suite !

                                  Les plus malins sauront profiter du temps gagné pour développer une stratégie (ou simplement attendre que des concurrents crédibles pointent leur nez, et les racheter avec la trésorerie encore disponible). Quant aux autres, ils disparaîtront et seront remplacés par la nouvelle génération, P2P ou autre, on verra...


                                  • lss (---.---.221.26) 13 septembre 2006 17:54

                                    Pour ma part, le choix est fait : boycott et vinyles... Les bons vieux classiques, il n’y a que ça de vrai.

                                    Ecoutez un vinyle, c’est chaud, ça gratte, c’est moelleux, profond alors que les CD c’est froid, dure, plat, agressif... Il faut la technologie genre THX et autres dolby pour donner du volume... Navrant. Ceci dit, à écouter les productions actuelles, il n’y a que peu de vrais mélomanes chez les majors (et chez les auteurs, à quelques exceptions, Norah Jones entre autres)...


                                    • Tama (---.---.130.97) 13 septembre 2006 18:06

                                      Cher Iss,

                                      N’allez-vous pas un peu fort dans votre critique du CD ?

                                      Avec une bonne installation, sans effet (pure stéréo), si tous vos composants sont bons, un CD bien enregistré, bien mixé et bien masterisé est extrêmement agréable.

                                      A titre de comparaison, je doute fortement que pour égaler une platine CD Arcam à 750 euros vous ayez une platine disque aussi agréable au même prix (tout autre composant étant égal - ampli, câblage, enceintes). Si je me trompe, vous me corrigerez smiley.


                                    • lss (---.---.221.26) 13 septembre 2006 18:23

                                      Oui et non, ça dépend aussi du support, le CD est numerique alors que le vinyle est analogique. Le son du vinyle sera donc naturellement plus « chaud » que celui du CD. En bas de gamme la comparaison est inutile, dans tous les cas le son est pourri. Dans la moyenne gamme, là, on commence doucement à faire la différence. Je vous l’accorde, c’est essentiellement valable pour la musique classique mais pour le jazz, entre autres, la différence est quand même sensible.

                                      Je vous fais grâce des raisons techniques smiley


                                    • Tama (---.---.130.97) 13 septembre 2006 18:01

                                      Bonjour à tous !

                                      Petites questions en rapport avec le débat sur le P2P :

                                      Existe-t-il une étude sérieuse analysant avec une faible marge d’erreur le vrai « manque à gagner » des firmes productrices ? Je m’explique : comme l’a écrit un autre intervenant, beaucoup de gens téléchargent des morceaux qu’ils n’auraient de toute façon jamais achetés (pas assez bons, trop volatiles, trop chers, etc.). D’autres utilisent le P2P comme on passe 2 heures chez son disquaire : pour choisir quels morceaux seront acquis sur CD, en toute honnêteté.

                                      Avec l’augmentation des dépenses « nouvelles technologies » (appareils numériques, camescopes, Ipods et autres gadgets), alors que le budget des ménages n’est pas extensible, il est logique que d’autres postes en pâtissent. Et ce ne sont pas le loyer, le chauffage ou la nourriture... Donc ce sont les loisirs (Loi d’Engels si je ne m’abuse).

                                      En gros, le P2P représente-t-il réellement une perte financière aussi importante que les majors veulent bien nous dire ??

                                      Autre chose : par prise de contrôle, rachats et actionnariats interposés, les mêmes boîtes qui vendent des disques...... produisent peu ou prou des PC, des modems, des CD-R, des DVD-R, des balladeurs MP3 etc. Comment espèrent-ils soutenir la demande de ce type de matériel si personne ne peut se permettre soit d’économiser sur le poste « achats de CD » soit ne peut télécharger de nombreux morceaux à lire sur son balladeur ?

                                      Personnellement, je suis un « rétrograde » : je déteste les formats de compression (DivX, MP3 et consorts), qui me font voir et entendre une soupe vomitive plutôt qu’une oeuvre respectable. Mais beaucoup d’internautes sont moins difficiles que moi et sont en extase devant des fichiers de qualité médiocre, pourvu qu’ils soient faciles à l’emploi et prennent peu de place. Exception toutefois : pour des vidéos informatives gratuites, ces formats sont pratiques - mais ce ne sont pas des oeuvres d’art...

                                      Enfin, ceux qui font commerce des téléchargements, qui arrivent à vendre des films entiers, de qualités gerbative, sur un support de moindre qualité - DVDR - obtenus gratuitement sur le Net (et donc avec une grande marge bénéficiaire), ne sont-ils pas les vraies cibles à attaquer ?? De même que ceux qui téléchargent jusqu’à l’overdose des milliers de chansons, sans JAMAIS acheter le moindre album, asphyxiant de la sorte les artistes ? Soyons conscients que, pour le milieu du Metal par exemple, des efforts considérables sont faits pour que les boîtiers de CD soient de véritables objets de collection (illustrations, matériaux, livret, bonus, etc.). Cela ne réduit-il pas la part accordée aux intervenants, à cause à la fois du téléchargement outrancier, de sa médiatisation (des deux bords) et de la désinformation des majors ?

                                      Voilà, merci d’avance de vos réponses smiley.


                                      • Saxegaard (---.---.197.2) 13 septembre 2006 18:22

                                        L’expression « soupe vomitive » est à mon avis un peu exagérée pour parler d’un fichier compressé.

                                        Certes, la qualité est dégradée par rapport à l’original, mais pour un mp3 compressé à un débit suffisant (256 kbps et plus), il faut une installation audio haut de gamme et une oreille de mélomane pour entendre une différence. En fait, cela concerne peu de personnes.


                                      • Tama (---.---.130.97) 13 septembre 2006 18:29

                                        J’admets être particulièrement difficile... Et je ne suis pas le seul, avec l’un ou l’autre amis, à me demander si finalement « les gens » se satisfont finalement de peu de chose... Sans pour autant en faire la critique, je trouve dommage de ne pas se montrer plus exigeant vis-à-vis de ce qu’on nous propose. Ce serait une manière de forcer les fournisseurs à être à la hauteur des prix qu’ils demandent, peut-être.


                                      • Saxegaard (---.---.197.2) 13 septembre 2006 18:49

                                        « Sans pour autant en faire la critique, je trouve dommage de ne pas se montrer plus exigeant vis-à-vis de ce qu’on nous propose »

                                        En fait, beaucoup de gens se montrent exigeants et réclament des formats lossless sur les plateformes de ventes en ligne. Demandes systématiquement rejetées, car cela augmenterait de manière significative les coûts de bande passante.


                                      • (---.---.162.15) 13 septembre 2006 19:07

                                        Il est très difficile de chiffrer l’argent perdu par les artistes (pour les majors c’est secondaire, ils ne sont que des intermédiaires dont les revenus avaient artificiellement gonflé dans les années 90). En effet, il y des effets à court terme (sûrement négatifs pour les artistes renommés) et des effets à moyen et long terme à mon avis bénéfiques pour tous. Les critères à prendre en compte sont multiples et divers.

                                        Pour la qualité des mp3, vous avez raison, mais qui l’a dit lors de la loi DADVSI ? Pourquoi majors et artistes le taisent ? On pourrait aussi parler du temps nécessaire pour télécharger, trouver (au hasard la chance...), ranger, sauvegarder... Il est plus simple d’acheter des CD... Mais là aussi on n’a parle pas.

                                        Finalement les fichiers mp3 sont à comparer aux cassettes d’antan, plus qu’aux CD originaux. L’arrivée des cassettes dans les années 70 avait effrayé bien des artistes. A posteriori, on se rend compte que cette possibilité alors extraordinaire de copier a plutôt eu des effets positifs. Je pense qu’il en sera de même pour les mp3 et le p2p

                                        Il y a pourtant une grosse crispation à cause de ceux qui rendent délinquants des millions d’internautes. Sur cette page, il a été question de boycott. Je pense en effet qu’il y a un boycott larvé, surtout pour les CD avec dispositif de copie (voir notamment cet article). Au moins à court terme, ça accentue les effets négatifs sur les artistes.

                                        Am.


                                      • Philgri (---.---.139.10) 13 septembre 2006 18:19

                                        Tama,

                                        Il est évident, que le marché du cinéma, des jeux vidéo, des logiciels représentent mille fois plus que la zique !

                                        Mais le nouvel enjeu c’est bien le média télévisuel ! Imagine autant de chaînes que de sites web !

                                        La perte de contrôle de cet instrument de pouvoir commence a alerté plus d’un !

                                        Voilà ou nous en sommes ! La télévision sur mesure (P2P) ou les chaînes D’États ! Tu prends quoi ?

                                        Philgri


                                        • Tama (---.---.130.97) 13 septembre 2006 18:35

                                          Certes, certes, une liberté s’offre à nous.

                                          Mais, au risque de renforcer une image déjà un peu conservatrice, j’ai tendance à nettement préférer les programmes de Fr2, Fr3, TV5 ou la RTBF, à ceux de TF1, M6 ou RTL-TVI... Question de critères de qualité.

                                          Evidemment, au sujet des informations, c’est moins évident, je le reconnais.

                                          Cela dit, je ne sais pas si le P2P a pour vocation technologique à devenir une sorte de TV à la demande. Pour la bonne raison que, dans mon souvenir, il s’agit de répandre des oeuvres « fixes », non des programmes.

                                          Si l’évolution du P2P se dirige vers la possibilité d’avoir 100.000 chaînes de TV gratuites ou presque, dans une jungle aussi hétéroclite que le Net l’est à ce jour, je pense que j’en resterai aux chaînes à l’ancienne et me contenterai d’user du Net comme je le fais maintenant : un outil supplémentaire, mais pas « de remplacement ».

                                          Pourriez-vous d’ailleurs préciser les enjeux auxquels vous faites allusion, ça m’intéresse smiley.


                                        • Saxegaard (---.---.197.2) 13 septembre 2006 19:00

                                          Un logiciel comme Mercora permet à un internaute de créer sa propre radio et de la diffuser par P2P.

                                          A l’avenir, lorsque les débits le permettront, on peut effectivement imaginer que ce principe sera porté pour la télévision et chaque internaute pourra alors fournir aux autres sa propre chaîne de télé.


                                        • Cyril (---.---.19.11) 13 septembre 2006 19:12

                                          @Tam , je voudais donner mon expérience personnelle par rapport à cette phrase : « Cela dit, je ne sais pas si le P2P a pour vocation technologique à devenir une sorte de TV à la demande. Pour la bonne raison que, dans mon souvenir, il s’agit de répandre des oeuvres »fixes« , non des programmes. »

                                          => Je pense au contraire que beaucoups en sont déja la et moi le premier , nous (un couple + 2 enfants) ne regardons quasiment jamais la TV mais uniquement des programmes téléchargés sur emule (qui tourne 24/24) : docus , reportages , séries-tv , films et dessins animées pour les enfants. Notre cas est un peu particulier car nous sommes Français expatriés à l’étranger , emule est le moyen les plus simple pour nous d’avoir des programmes en Français.

                                          Quanf je rentre en France pour mes vacances (je suis revenu il y a 3 semaines) et que je regarde un peu la qualité des programmes du moment à la TV Française, je souris et me dit que j’ai fais le bon choix :)

                                          Je suis certains que beaucoups de familles en France commencent à faire comme nous et ne plus allumer leur TV .

                                          Vala c’était ma petite expérience personnelle.


                                        • (---.---.119.247) 13 septembre 2006 18:55

                                          Une alternative libre : http://www.jamendo.com/fr/ Et je rajouterai que, tout comme la vie, l’informatique trouve toujours un chemin... Rhaa, Jurassic Park : quel film smiley


                                          • NC (---.---.126.3) 13 septembre 2006 19:14

                                            Qu’on arrête un peu de nous agiter les droits d’auteurs qui ne représentent qu’une infime partie des dividendes générés par cette industrie qui veut se faire croire « honnête ».

                                            Est-il bien utile de rappeler que le P2P n’est qu’un simple protocole de transport de données tout à fait innoffensif ?

                                            Que je saches, la vente d’armes n’est toujours pas interdite ça doit rapporter à forciori plus que l’industrie des médias, quoique.

                                            Les majors sauraient-elles empêcher de pleuvoir ? Quitte à poser un toit sur le monde, ce sera toujours le pigeon qui paiera la facture.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès