Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Technologies > Nouveau modèle cosmologique sans Big Bang

Nouveau modèle cosmologique sans Big Bang

Le Big Bang est actuellement LE modèle consensuel pour la création de l’univers. Certaines observations astronomiques semblent confirment ce modèle (notamment le rayonnement cosmique) mais pour qu’il fonctionne il a fallu également charger le modèle avec des entités théoriques exotiques, l’énergie et la matière sombre dont nous avons déjà souvent parlé sur ce blog. La description de ces entités est un axe de recherche important de l’astrophysique actuelle, plusieurs hypothèses existent mais encore rien de définitif.

 D’autres modèles coexistent avec le Big Bang (voir ce billet “Big Bang ou pas Big Bang ?” par exemple), mais l’astrophysicien taiwanais Wun-Hi Shu vient de lancer une boule de bowling dans les quilles du Modèle Cosmologique Standard avec la publication d’un modèle basé sur une équivalence entre temps et espace au travers d’un facteur de conversion qui serait la lumière, et une équivalence entre masse et longueur dont le facteur de conversion serait la constante gravitationnelle.

L’univers dans ses phases d’expansion converti la masse et le temps en longueur et espace, et vice-versa dans ses phases de contraction – mais sans jamais passer par une étape Big Bang ou Big Crunch.

Les constantes c (vitesse de la lumière) et G (constante gravitationnelle) ne seraient alors plus des constantes. Pour G nous avons déjà vu que son invariabilité était déjà remise en cause par certains raffinement du Modèle Standard (voir le billet sur la quintessence) mais pour c c’est plus difficile à avaler – après tout l’ensemble de la relativité en dépends.

Ca semble un peu tiré par les cheveux jusqu’au moment ou l’on se rend compte que les prévisions de ce modèle collent parfaitement avec les observations de “red shift

(accélération de l’expansion de l’univers) d’objets très lumineux tels les supernovas de type 1.
Et ce, sans faire appel à la moindre énergie noire. Or dans le Modèle Standard c’est justement l’augmentation de cette accélération de l’expansion de l’univers qui oblige à l’introduction de l’énergie sombre, sorte de force anti-gravitationnelle dont nul ne sait à quoi elle pourrait correspondre en termes physiques.

Ce nouveau modèle n’explique pas tout, notamment ce fameux rayonnement cosmique mais il n’est pas impossible qu’au fil de son développement il puisse également intégrer ce type d’observations.

Source : MIT Technology Review


Moyenne des avis sur cet article :  4.5/5   (24 votes)




Réagissez à l'article

44 réactions à cet article    


  • Vladdrak1476 Vladdrak1476 30 septembre 2010 12:29

    Bonjour Vincent !!

    Merci encore pour ce petit billet qui ammene à une réfléxion sur le modèle courament admis par les astrophysiciens ; sinon je pense que vous avez déjà entendu parlé de la théorie des univers gémellaires de Jean Pierre Petit (scientifique sulfureux mais au combien intéressant) qui est aussi une autre explication de la formation de l univers.

    Pour ceux et celles qui seraient interessés par cela : http://www.jp-petit.org/science/f200/sommaire_de_f200.htm


    • Vincent Verschoore Vincent Verschoore 30 septembre 2010 16:44

      Bonjour Vladdrak1476 (may I call you Vlad ?)


      Je ne suis pas très au fait des recherches de JP Petit mais son approche fait partie des multiples modèles qui coexistent aujourd’hui. Heureusement qu’il existe des gens sulphureux pour balancer un pavé dans la mare de temps en temps !

    • krolik krolik 30 septembre 2010 12:49

      Il y a ce problème de la rémanence du « big bang » avec l’émission à 3°K...
      Ce qui voudrait dire que le « big bang » s’est produit à très basse température..
      A-t-on jamais vu une onde électromagnétique changer de fréquence au fil du temps pour venir mourir à basse température ?

      Mais de grâce arrêtez de citer JP.Petit. De mon temps, le 5 fautes entraînait un « zéro », note éliminatoire. C’était une bonne pratique.
      Et J.P.Petit a franchi le cap des cinq fautes depuis longtemps entre :
      - la torpille Schkval propulsée par MHD alors que c’est l’autocavitation qui n’a rien à voir.
      - les Ummites habitants de la planète Ummo avec lesquels il a fait son beurre..
      - l’exploosion d’AZF avec de la MHD ou avoisinant.
      - les explosions nucléaires dans la mine de Gardanne désaffectée.
      - le naufrage du Koursk avec un tir jointif par un sous-marin américain.
      -etc..etc..
      Il n’y a qu’à rigoler de ce personnage, rien d’autre à en tirer.
      @+


      • Vladdrak1476 Vladdrak1476 30 septembre 2010 13:34

        Bonjour Krolik.

        J’ai bien précisé que Jean Pierre Petit était quelqu un de sulfureux ; merci d avoir précisé ses faits d armes, j aurai du les décrire il est vrai.

        Mais en dehors de cela, ses articles purement scientifiques (ils sont rares) sont très interessant et je me réfuse à les boycotter sous prétexte que c est un hurluberlu. Sinon en ce cas, je n écouterais pas tel ou tel musicien sous prétexte qu à titre privé il tient des propos délirants.


      • ffi ffi 30 septembre 2010 15:39

        @krolik

        Je n’ai jamais bien compris cette histoire de rayonnement à 3°K.
        Qu’est-ce qui a été découvert exactement ? Qu’est-ce qui en fait une preuve d’un big-bang ?


      • Vincent Verschoore Vincent Verschoore 30 septembre 2010 16:37

        @ffi

        C’est basé sur la relation entre la température d’un objet et la longueur d’onde de la radiation qu’il émet. Si l’objet c’est l’univers, la longueur d’onde de ce fameux rayonnement cosmique correspond à une température de 3°K. Ceci tend à prouver que l’univers s’est refroidi au cours du temps en même temps qu’il grossissait, et donc qu’à l’origine il était petit et très chaud. Cela ne veut pas nécessairement dire qu’il y a eu un Big Bang, ce dernier étant basé sur l’idée de singularité. 

      • ffi ffi 30 septembre 2010 18:56

        Singularité ? ou division par zéro ?

        Ce que je ne comprends pas, c’est que ce rayonnement n’est observé qu’à partir de la terre : les hommes n’ont pas encore installé de radio-télescopes dans d’autres galaxies... Donc pourquoi induire qu’il existe partout identiquement ? N’est-ce pas aller un peu vite en besogne ?

        Ce que l’on peut dire, c’est que, manifestement ce rayonnement existe au niveau de l’orbite terrestre, dans le système solaire. En fait, j’ignore s’il y a des radiotélescopes en orbite autour de la terre qui pourrait confirmer qu’au-dessus de l’atmosphère le rayonnement est effectivement identique. J’ignore de plus s’il a des variations saisonnières. Ces histoires sont énoncées d’une manière bien trop cavalière : l’on nous explique qu’un phénomène est la « preuve » d’une chose, mais sans pourtant expliquer ce qui a été trouvé exactement...

        Bref, à partir des informations partielles dont je dispose, je ne vois pas bien ce qui permet d’assurer que le rayonnement en question ne soit pas un phénomène local, propre au système solaire. Par exemple, si celui-ci était issu de l’héliopause (la frontière de l’héliosphère), alors il semblerait venir de partout aussi (puisque la terre reste toujours dans l’héliosphère, à distance à peu près constante de l’héliopause).

        Si vous voulez affirmer qu’il est légitime de relier ce rayonnement à l’objet « Univers », c’est à vous de prouver par des faits qu’il ne peut en être autrement. Or, cette preuve, personne ne me l’a jamais présentée, donc, de mon point de vue, il ne peut s’agir que d’une hypothèse spéculative, laquelle est trop fragile pour empêcher d’autres points de vue d’être exprimés.


      • ffi ffi 30 septembre 2010 19:15

        J’avais vu (mais il y a de nouveaux liens que je n’ai pas consulté). Cela reste encore trop imprécis dans la description du phénomène pour que je puisse m’en faire une idée.


      • ffi ffi 30 septembre 2010 20:03

        La consultation des liens ne permet pas d’aboutir à grand chose. Manifestement, les savants d’aujourd’hui semblent fâchés avec la posture d’interrogation : ils se contentent d’affirmer catégoriquement.

        Est-il possible de chercher sans s’interroger ?

        Mettre au clair les données, puis s’interroger pour les relier de manière intelligente...
        Peut-on créer la science autrement ?

        Aujourd’hui, cela ressemble à plutôt à cacher les données et affirmer des hypothèses pour vrai...

        Se prosterner est-il en option, ou est-ce obligatoire ?


      • hiso 7 octobre 2010 06:08

        @ Krolik

        Etes vous scientifique ? Le cas échéant au lieu de simplement rigoler des théories de JPP, pourquoi ne réglez vous pas une bonne fois pour toutes le compte a ce personnages que vous diffamez, au cours d’un séminaire comme ca se fait au lieu de poster ce genre commentaire ? Vous seriez le premier a lui régler son compte en public et le discréditer définitivement car, a vous lire, ca a l’air d’être plutot facile et les arguments ne vous manquent pas.


      • Jean 30 septembre 2010 14:24

        De l’ auteur
        "(accélération de l’expansion de l’univers) d’objets très lumineux tels les supernovas de type 1.
        Et ce, sans faire appel à la moindre énergie noire. Or dans le Modèle Standard c’est justement l’augmentation de cette accélération de l’expansion de l’univers qui oblige à l’introduction de l’énergie sombre, sorte de force anti-gravitationnelle dont nul ne sait à quoi elle pourrait correspondre en termes physiques."

        Je parie sur un monde subjectif

        Le temps est une illusion du mental, la flèche du temps est vecteur donc « force » -« valablement » illusoire pour le mental-. Le temps passé est représenté par le cosmos visible qui est du passé, du temps cristallisé car ce qu’ on voit est du passé, le temps agissant comme une force pour notre perception il est normal que l’ expansion de l’ univers visible ( donc passé, pas celui du temps T où nous vivons) s’ accélère.

        L’ « espace » réel n’ est pas un absolu, il n’ y a donc pas d’ endroit privilégié (tous les endroits sont les mêmes (hologramme)) et pas de frontière, la notion de forme et de dimensions n’ a donc aucun sens. L’ espace n’ existe tout simplement pas, il se dilaterait dans quoi ? et aurait une forme intérieure sans notion de forme extérieure qui n’ a pas de sens ?

        Subjectivité du monde mais le mental cherche, déconcerté...

        L’ Etre humain, la conscience (dont dérivent les mentaux) « implose » vers son futur, son devenir, étape entre alpha et omega intemporels

        Le mental est dépassé !

        Le mental est leurré par le cosmos visible et les événements dans un cosmos en réalité holographique...

        • Vincent Verschoore Vincent Verschoore 30 septembre 2010 16:48

          @Jean

          Le mental crée notre perception de la réalité, mais il est également partie prenante de la réalité. On peut très bien se demander dans quelle mesure la réalité physique n’est pas créée par le mental - dans une conception globale - au fur et à mesure qu’il cherche à l’observer. 

        • Cogno2 30 septembre 2010 15:17

          Ca semble un peu tiré par les cheveux jusqu’au moment ou l’on se rend compte que les prévisions de ce modèle collent parfaitement avec les observations de “red shift

          Ca fait léger quand même comme argument, très très léger même.


          • friedrich 30 septembre 2010 15:46

            Professeur, vous pouvez m’ expliquer pourquoi ? J’ avoue que je suis un peu perdu


          • Cogno2 30 septembre 2010 17:59

            Vite fait alors.

            Déjà, ce même « redshift » est à l’origine de la théorie du big bang, donc sauf erreur de ma part, il s’en accommode aussi très bien.
            Ensuite, on commence à s’interroger sur ce « redshift », certains lui cherche d’autres causes que la seule vitesse d’éloignement.


          • Vincent Verschoore Vincent Verschoore 30 septembre 2010 18:47

            @Cogno2

            Exact, le redshift pourrait être une « illusion » gravitationnelle. Je n’ai pas creusé, je ne sais pas dans quelle mesure cette approche tient la route. Si vous avez des infos...

          • Cogno2 1er octobre 2010 16:32

            Non je n’ai pas d’infos précises, je m’intéresse au sujet, mais ne suis pas non plus un experten.
            Mais ce genre de remise en question est une bonne chose, et si ce fait était avéré, il y aurai un sacré chambardement en cosmologie.


          • Vincent Verschoore Vincent Verschoore 1er octobre 2010 17:17

            @Cogno2

            On pourrait voir une galaxie avec un redshift mais la galaxie serait stationnaire, le redshift étant du à l’effet gravitationnel sur les photons qui nous parviennent.
            Ci ca vous intéresse ce document tente d’apporter un éclairsissement mathématique : http://redshift.vif.com/JournalFiles/V15NO3PDF/V15N3GAR.pdf


          • Céphale Céphale 30 septembre 2010 15:18

            @l’auteur

            Merci pour cet article instructif. Les progrès dans la connaissance de l’univers sont suivis régulièrement dans la revue mensuelle « L’astronomie » éditée par la Société Astronomique de France. Vous la connaissez, je pense.

            Il serait intéressant que vous reveniez sur le photon dans un prochain article. Le concept a été introduit par Einstein en 1905, tandis que la mécanique quantique n’est apparue formellement qu’en 1926. Il est important de noter que la notion de coordonnées du photon est dénuée de tout sens physique. Vous pourriez aussi parler du neutrino, qui a permis de résoudre un problème posé par Chadwick en étudiant la radioactivité bêta. L’idée de neutrino a été présentée par Wolfang Pauli au congrès Solvay de 1933. Depuis, elle a fait son chemin.

            • Vincent Verschoore Vincent Verschoore 30 septembre 2010 16:14

              @Céphale


              My pleasure. Je n’ai rien en magasin sur le photon pour l’instant, par contre sur le neutrino j’ai pondu ces deux courts billets :



              Je précise que je ne suis pas un spécialiste et mes articles visent à présenter les mystères de la physique et de la cosmologie de manière très accessible pour un public peu averti. En tant que militant d’éducation populaire, je suis pour la démocratisation du savoir.

            • Céphale Céphale 30 septembre 2010 16:42

              @Vincent

              Très intéressants, ces deux billets !

              J’ai téléchargé l’article de Shu. Il me faudra un certain temps pour le lire !

            • NeverMore 30 septembre 2010 15:23

              Les équivalences dont il est question ramènent furieusement aux unités de Planck. Mais bon, je suppose que c’est dans leur caractèrissation dynamique que réside l’apport de Wun-Hi Shu.


              • Vincent Verschoore Vincent Verschoore 30 septembre 2010 16:07

                Pour ceux et celles que cela intéresse, l’article complet est disponible ici : http://arxiv.org/ftp/arxiv/papers/1007/1007.1750.pdf



                • pierrot123 30 septembre 2010 16:46

                  Il est clair que le concept de « Big-Bang » commence à avoir du plomb dans l’aile...
                  L’ennui, c’est que si ce concept est erroné, va falloir tout reprendre à Zéro...et faire chauffer les neurones, bien plus chaud que 3° Kelvin...


                  • Justrobe Justrobe 30 septembre 2010 18:18

                    Perso je préfère et de loin la théorie de Nassim Haramein (N’ayez pas peur du fait qu’il soit d’origine iranienne par son père et Italien par sa mère, et fut élevé en Suisse... donc il est civilisé : je plaisantais, pour les accros aux manips ogzidentales).

                    Dans ce site exceptionnel, de par l’éclectisme et intérêts des sujets traités, vous trouverez la transcription des vidéos dans la rubrique ’’voir le texte source’’, que je vous conseille de transférer sur Word en A4, puis de le tirer sur papier... pour le lire et le relire, et tenter d’assimiler ainsi ce vaste savoir, totalement destabilisateur pour quiconque s’accrocherait mordicus à ses dogmes alors tout justes bons pour la poubelle, avec les scientifiques vendus aux pouvoirs politiques et religieux. Amen !

                    Vous découvrirez ainsi un ’’savant’’ qui n’a pas la ’’gross tête’’, et de plus et plein d’humour, ce qui la justification même d’un esprit libre, et quel esprit ! Putains d’églises.

                    Un grand moment de savoir, avec un grand S.

                    http://www.nous-les-dieux.org/index.php/Nassim_Haramein_-_Conf%C3%A9rence_%C3%A0_la_libraire_m%C3%A9taphysique_de_la_vall%C3%A9e_de_Rogue_en_2003_%281%C3%A8re_partie%29


                    • ffi ffi 30 septembre 2010 20:06

                      Trop long. Peux-tu résumer ?


                    • Robert Biloute Robert Biloute 30 septembre 2010 20:13

                      @ l’auteur


                      Jolie cette théorie, on pourra quand même noter qu’elle bute pour l’instant sur THE argument en faveur du big bang : le rayonnement de fond à 3K.

                      Déjà à l’époque où ’BigBang’ n’était qu’un sobriquet utilisé par les tenants d’un univers stationnaire, ces derniers avaient bien du mal à expliquer l’existence d’un rayonnement quasiment isotrope (aux inhomogénéités près, qui ont été découvertes par la suite et ne représentent que des fluctuations de 1 cent millième) et dont le spectre est celui d’un corps noir quasi parfait (c’est en fait le meilleur corps noir qu’on connaisse à ce jour, on ne sait même pas en construire un en labo qui colle aussi bien avec la théorie).

                      En effet, l’isotropie et la preuve d’une origine de type ’corps noir’ implique un rayonnement provenant de toutes les directions à la fois, émis par un corps à l’équilibre thermique. Ces deux conditions sont extrêmement difficile à réaliser sans faire appele à une phase passée où l’univers est plus petit (=>possibilité de thermaliser tout l’univers visible à cette époque) et plus chaud (ce qui colle bien avec l’observation d’une expansion, qui prise à rebours mène assez logiquement à une phase condensée et chaude)

                      @ krolik
                      l’histoire des photons émis par un univers très chaud, qui finissent par nous parvenir à 3K seulement, a effectivement quelque chose de choquant. Cette idée heurte en fait une notion extrêmement fondamentale : celle de la conservation de l’énergie. Et ce pour une bonne raison : en relativité générale, la notion d’énergie est parfois impossible à définir, et c’est le cas pour le système physique que nous appelons univers.
                      Cette problématique est rarement traitée, y compris dans un cursus spécialisé, mais les liens ci joint sont fort éclairants :







                      • Vincent Verschoore Vincent Verschoore 30 septembre 2010 21:50

                        @Robert Biloute,

                        Tout à fait, mais en contre-partie cette théorie permet de se passer de l’énergie sombre requise par le Big Bang. C’est sûr que si on avait une théorie qui colle parfaitement aux observations, ce serait plus simple....
                        Merci pour les liens !

                      • moebius 30 septembre 2010 22:00

                         pourquoi y’a t’il quelque chose plutot que rien... ? et s’il y ’a avait eu toujours quelque chose c’est a dire qu’il n’y a pas eu création et qu’il n’ya pas non plus d’évolution. Nous n’interrogeons que des états de la matiére ou de l’univers en fonction de modéles spatio temporelles qui sont, ne l’oublions pas des modéle a savoir des creéations humaines et culturelles


                        • moebius 30 septembre 2010 22:02

                          ... des croyances ?


                          • ffi ffi 1er octobre 2010 02:27

                            En effet, des croyances. Et comme nous n’auront jamais de preuve définitive du big-bang, cette hypothèse ne souligne en fait que l’incursion de la science physique dans le domaine de la mythologie des origines.


                          • Halman Halman 1er octobre 2010 08:19

                            C’est devenu la mode en ce moment.

                            Tout le monde se met à remettre en question Newton, Copernic, Kepler, Einstein, le Big Bang.

                            A ne plus savoir faire la différence entre croyances personnelles et observations des astrophysiciens.

                            Cela fait plus de 20 ans que je suis astronome amateur.

                            Que je fais des simulations gravitationnelles, etc.

                            Que j’ai la preuve tous les jours que Newton et Kepler ont vu (calculé) juste.

                            Jamais je ne me permettrai de remettre en question les travaux des astrophysiciens, même si j’étais moi même prix Nobel de physique, ce qui est à jamais impossible.

                            Un Charpak qui me parles physique, j’écoute, j’enregistre et SURTOUT NE ME LA RAMENE PAS.

                            Donc un clampin seulement intéressé par un peu de tout par ci par là qui parles d’astrophysique, je ne vois pas l’intérêt.


                            • Vincent Verschoore Vincent Verschoore 1er octobre 2010 12:31

                              @Halman,

                              Je vous ferai gentiment remarquer que ce n’est pas moi, pauvre clampin, qui remet en question le Big Bang mais un astrophysicien diplômé... 

                            • ffi ffi 1er octobre 2010 12:41

                              Que Kepler est calculé juste est vrai. Newton a ajouté une petite hypothèse (Force proportionnelle à la masse pour déduire des trajectoires les masses des astres).

                              Le problème c’est l’inversion entre la métaphysique et la physique.
                              Historiquement, c’est par la métaphysique que l’on tentait d’imaginer des postulats raisonnables (voir les réflexions sur l’infini par Pascal ayant aboutit au calcul différentiel). Puis la physique s’enracinait dans cette base.

                              Aujourd’hui, c’est l’inverse : les équations symboliques sont extrapolées en métaphysique. La forme dicte le fond. Les scientifiques sont sous-éduqués en philosophie, d’où l’incohérence.

                              Il n’y aura jamais de preuve définitive d’un évènement passé tel que le big-bang : évoquer l’origine du monde est par nature un discours métaphysique et mythologique.

                              La théorie du big-bang est un créationnisme.


                            • Jean 1er octobre 2010 14:03

                              Très curieux qu’ un amateur veuille faire la leçon a un autre amateur, et lui dire de ne pas se mêler de ce qui ne le regarde pas ;

                              interdit, de plus, de remettre en cause quoi que ce soit ! (?)
                              Censure... ?

                              Seuls les audacieux parviennent aux succès !


                            • Cogno2 1er octobre 2010 16:34

                              La théorie du big-bang est un créationnisme.

                              Uniquement s’il est unique, pas s’il fait partie d’un cycle.


                            • croacroa 1er octobre 2010 08:21

                              Et comme nous n’auront jamais de preuve définitive du big-bang,

                              affirmation soucoupiste totalement farfelue , le site le plus drole du net...

                              Résumons la « profonde » pensée agoraxienne : on nous ment sur TOUT rien ne s est passé , ne se passe et ne se passera comme les me’dias nous le decrivent et ce dans tous les domaines depuis l apparition de la premiere amibe et meme bien avant !
                              Seule la secte agoracienne detient la vérité..et sur TOUT !!


                              • ffi ffi 1er octobre 2010 12:45

                                Tu n’adhères pas ? Alors, dit-moi, comment peut-on prouver le big-bang selon toi ? Quelle preuve pourrait-on avoir aujourd’hui d’un évènement passé qui ne s’est produit qu’une seule fois ?


                              • ffi ffi 1er octobre 2010 12:50

                                Il me semblait pourtant que les preuves en physique ne peuvent concerner que ce qui, dans des conditions d’expériences identiques, aboutit à des phénomènes identiques.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès