Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Technologies > Nucléaire, au pays du mensonge

Nucléaire, au pays du mensonge

Plus le mensonge est gros, plus il passe facilement, et régulièrement des médias complices, ou abusés, publient des affirmations trompeuses, voire mensongères, manipulés qu’ils sont par d’habiles lobbyistes pro-nucléaires.

Evoquons par exemple la fameuse électricité d’origine nucléaire qui représenterait officiellement 75% de notre consommation, alors qu’en réalité, elle ne correspond qu’à 15 à 17% de la consommation finale.

On comprend bien le but des lobbyistes, qui est de démontrer qu’il serait dès lors difficile de remplacer ce nucléaire par d’autres énergies, puisqu’il couvrirait les ¾ de nos besoins. lien

En réalité, la sortie du nucléaire est tout à fait possible, et aurait du commencer depuis longtemps, si les pouvoirs publics avaient réellement l’intention d’agir, puisque toutes les énergies propres et renouvelables, permettent facilement de prendre le relais.

Un autre mensonge notoire mis en avant, concerne le solaire et l’éolien, dont on sait qu’ils sont tributaires des éléments, oubliant volontairement au passage les autres énergies, géothermie de grande profondeur, fabrication de méthane, hydraulique, hydroliennes, etc…qui produisent de l’énergie quel que soit l’ensoleillement, ou la force du vent. lien

C’est d’ailleurs ce qu’on comprit les responsables politiques du Nord-Pas de Calais, en validant le projet de Jeremy Rifkin à qui le Conseil Régional, a donné mandat de mettre en place son projet de 3ème révolution industrielle, lequel mise sur les énergies renouvelables, et les partages de réseaux pour sortir la région de l’ornière nucléaire. lien

C’est peut-être l’occasion de donner le vrai prix de l’énergie nucléaire, car si l’on tient compte de l’improbable et couteux démantèlement, et de la gestion complexe de plus d’un million de mètres cubes de déchets que cette énergie a produit, il devient de plus en plus difficile d’assurer qu’elle n’est pas chère. lien

Alors même que dans le camp des lobbyistes nucléaires on affirme que la sortie du nucléaire ferait grimper la facture d’électricité de 50% en 20 ans, oubliant de préciser que cette facture a d’ores et déjà augmenté et que les énergies propres n’ont pas grand-chose à voir avec cette hausse, la raison étant vraisemblablement les pertes financières importantes subies par EDF, et sous la pression de la CRE (commission de régulation de l’énergie) qui entend répercuter la hausse des coûts de l’électricité, les prix ne font que grimper. lien

Il est vrai que lorsque l’on regarde de plus près le chantier de l’EPR de Flamanville, on constate que le budget envisagé va tripler puisqu’il atteindra les 10 milliards d’euros alors qu’il était prévu à la hauteur de 3,3 milliards en 2007. lien

Une autre raison moins connue est due à l’installation des si contestés compteurs Linky, (lien) présentés pourtant comme des « compteurs gratuits pour les consommateurs  » et accusés a juste titre d’émettre une pollution magnétique dommageable à la santé des consommateurs. lien

Allons au Japon, où Tepco ne cesse d’avancer des informations qui, après coup, se révèlent totalement fausses, ou manipulatrices.

On se souvient de la fable de l’arrêt à froid, décrétée en décembre 2011 (lien) alors même que les coriums en fusion continuaient à s’enfoncer dans le sous sol de la centrale, provoquant toujours plus d’importants dégagements de radioactivité.

Le mensonge est un proche cousin de la dissimulation, et l’entreprise japonaise en a apporté à plusieurs reprises la preuve, cachant aux médias que, chaque jour, depuis mai 2011, 300 mètres cube d’eau fortement radioactive rejoignent directement l’Océan Pacifique…mais il aura fallu attendre plus de 2 ans pour apprendre la mauvaise nouvelle. lien

Il a fallu aussi attendre plusieurs semaines avant de découvrir que les cœurs de 3 réacteurs avaient bel et bien fondu, quelques heures après le passage du tsunami. lien

Autre dissimulation : quid du sort des forçats du nucléaire, souvent pris dans les couches des japonais les plus pauvres, et soumis à la loi du silence sous peine de sanction. lien

L’un deux, Shota, a brisé le tabou et s’est exprimé devant un journaliste (lien), mais où sont passé les 840 travailleurs de Fukushima pour lesquels l’entreprise est dans l’impossibilité de donner une réponse si l’on en croit le journal « Fukushima Diary » ? lien

Quant à la pollution émanant de la centrale dévastée, alors qu’en haut lieu on affirmait que, s’il était vrai qu’elle avait fait le tour de la planète, la dilution faisait qu’elle n’aurait aucune conséquence ailleurs qu’au Japon. lien

On sait depuis que c’est aussi un gros mensonge, puisque les mesures effectuées aux USA confirment que la cote Ouest est contaminée par les rayonnements émanant de Fukushima.

On avait déjà quelques soupçons, lorsque des thons péchés au large de San Diégo se sont révélés pollués par le césium 137 en provenance de la centrale japonaise, (lien) mais là, un certain Michael T. Snyder, ancien avocat, à produit un document accablant, prouvant en 28 points la réalité de cette pollution.

Des plaies ouvertes, aux perte de fourrure d’ours polaires, de phoques, en passant par les épidémies de lions de mer morts le long de la côte californienne, la baisse drastique du nombre de saumons de la cote du Canada à la cote de l’Alaska, à l’amoncellement de débris radioactifs flottants au large de la Californie de la taille de ce pays, aux niveaux très élevés de césium 137 dans le plancton présent entre Hawaï, etc…il a compilé les preuves flagrantes de la pollution de la cote Ouest des USA en provenance de Fukushima. lien

Ce qui nous ramène en France, ou à l’époque de la catastrophe de Tchernobyl, on avait en vain tenté de nous faire croire que la pollution nucléaire s’était arrêtée à la frontière, alors que Valéry Giscard, martelait : « pas de danger pour la population  ». lien

Lorsque l’on se souvient que cet ex-président était aussi l’époux d’une certaine Anne-Aymone, laquelle est liée à la famille Schneider, (lien) l’un des barons du nucléaire français, on comprend mieux la tentative maladroite de Giscard qui a tout fait alors pour relativiser la catastrophe.

Rappelons que cette famille Schneider doit une partie de son succès à l’industrie nucléaire, grâce à la mise au point d’aciers spéciaux destinés aux cuves des centrales (lien) et que Giscard est l’un des principaux acteurs qui ont permis de lancer le programme nucléaire français. lien

Il faut aussi ouvrir le chapitre de la gestion des déchets nucléaires, suite au débat avorté concernant le site d’enfouissement de Bures sur Yvette, rappelant que le coût initial du chantier évalué à 15 milliards, pourrait être porté à 35 milliards s’il se réalisait. lien

Rappelons aussi que les scientifiques du CEA ont publié une étude affirmant que la vitrification des déchets nucléaires haute activité-vie longue était maintenant tout à fait validée.

Ce serait sans compter sur l’enquête qu’a mené Gilbert Tallent prouvant bien au contraire que les prévisions de durabilité des colis vitrifiés qui seraient enfouis en couche profonde était tout à fait aléatoire, relevant plus d’un acte de foi, qu’à une réalité scientifique.

Alors que les « experts » es-nucléaire affirmaient qu’il faudrait 300 000 ans pour que ces futs vitrifiés soient détruits par les eaux profondes, preuve a été apporté que cette affirmation relevait plus de l’affabulation que d’une réalité scientifique, ridiculisant la thèse d’Etienne Vernaz qui avançait, sans preuves, des phénomènes d’autoréparation du verre. lien

Le dernier mensonge en date mérite le détour. Il se rapporte à la soi-disant vente à la Grande Bretagne de 2 réacteurs nucléaire EPR pour la somme de 18 milliards d’euros.

Tout d’abord, le prix annoncé pose problème.

En effet, on n’a pas oublié que l’EPR finlandais était à l’origine prévu pour la somme de 3 milliards d’euros…et que les dépassements constatés n’étaient dus en principe qu’au fait qu’il s’agissait d’un « prototype ».

Ajoutons que cette somme n’est pas un bénéfice que va engranger notre pays, puisqu’il faudra en déduire fatalement le prix réel de sa construction.

Que le promoteur se « fasse une marge » en échange de la mise en place de sa technologie, rien de plus normal, mais claironner sur tous les toits que 18 milliards (ce qui mettrait l’EPR à 9 milliards, soit quasi le triple de ce qui était prévu) vont tomber dans les caisses de l’état ressemble plus à une opération de com, qu’à une véridique information.

Stéphane Lhomme, responsable de l’Observatoire nucléaire, a fait le point dans un communiqué sur la réalité de cet accord.

Tout nous laisse croire qu’il serait définitif…ce qui est faux, puisqu’il y a une clause, portant sur le fait que lorsque une opération est soutenue par une forme de subventionnement massif avec de l’argent public, pour une activité lourdement déficitaire, la commission européenne devrait logiquement la sanctionner. lien

En résumé, le nucléaire n’est rentable qu’à l’aide de subventions publiques, son prix est toujours sous-estimé pour rendre le projet attractif et aucune solution recevable n’a été trouvé pour les déchets nucléaires les plus dangereux, ni pour démanteler les vieilles centrales.

Les mensonges sont-ils donc le terrain de prédilection de l’industrie nucléaire ?

On finirait par le croire.

Comme dit mon vieil ami africain : « le mensonge donne des fleurs, mais pas des fruits ».

L’image illustrant l’article vient de « info-resistance.org »

Merci aux internautes pour leur aide précieuse

Olivier Cabanel

Articles anciens

L’énergie en partage

Il y a ceux qui nous pompent l’air…

Comment tourner la page du nucléaire, du pétrole et du charbon

Au pays du soleil, le vent !

De l’eau dans le gasoil

Roulez, roulez, petits plastiques

Faire le plein avec du vide

MHD, l’énergie cachée du futur

Quand les ordures se changent en or

Vive l’énergie positive

Sortir en douceur du nucléaire

Du pétrole sous les sabots

Energies propres en Suède

De la fuite dans les idées

Histoire d’un coup de foudre

L’imagination au pouvoir

Tel un avion sans kérosène

Rouler malin

D’autres énergies pour sortir de la crise

Au chaud sur la terre de glace

L’homo automobilus

Simple comme l’eau chaude

Témoignage sur le photovoltaïque en France

Le plein de cochon à la pompe

Le nucléaire dépassé par des cochons

Qui a tué Stan Meyer

Déchets, de l’or dans nos poubelles

En France on a pas de pétrole, et pas d’idées non plus


Moyenne des avis sur cet article :  3.83/5   (75 votes)




Réagissez à l'article

140 réactions à cet article    


  • Murphy 28 octobre 2013 10:18

    « Evoquons par exemple la fameuse électricité d’origine nucléaire qui représenterait officiellement 75% de notre consommation, alors qu’en réalité, elle ne correspond qu’à 15 à 17% de la consommation finale »

     

    Vous confondez plusieurs notions.

    Sur toute l’électricité produite, 75% proviennent bien du nucléaire.

    Mais l’électricité ne constitue qu’une part de l’énergie consommée, les autres part étant relatives au chauffage et au transport.

    Cela étant dit, pour arriver à une part de 15 à 17%, vous commettez l’erreur qui est critiquée dans le lien que vous donnez : vous comparez l’énergie secondaire du nucléaire avec l’énergie primaire du transport. Car si le nucléaire rejette de la chaleur dans la nature, c’est également le cas du moteur de votre voiture. Cette chaleur est cependant prise en compte dans le calcul, ce qui favorise les énergies fossiles au détriment des autres.


    • Bulgroz 28 octobre 2013 10:27

      Murphy,

      Cela n’est pas la première fois que Cabanel fait de telles confusions et qu’il est corrigé comme il se doit. La vérité de la science ne l’intéresse pas.

      Est ce de l’ignorance ? Est ce la volonté de tromper les lecteurs à qui Cabanel inflige des milliers d’articles remplis de contrevérités ?

      En tout cas, il est complètement inutile de tenter d’apporter des corrections circonstanciées, ici chez Cabanel, on est là entre potes pour être convaincu, pas pour discuter honnêtement.


    • Roosevelt_vs_Keynes 28 octobre 2013 10:53

      « ici chez Cabanel, on est là entre potes pour être convaincu, pas pour discuter honnêtement. »

      Très juste. Petit exercice citoyen : dès lors que vous verrez une affiche en ville invitant à un « débat sur le nucléaire », amusez-vous à voir qui sont les organismes invités : Greenpeace, Sortir du Nucléaire, Les amis de la Terre... que des gens qui, comme dirait Coluche, s’invitent pour être heureux d’être d’accord ensemble.

      Par contre, lorsque la SFEN, une académie des science ou tout autre organisme organise un débat sur le nucléaire, vous pouvez être sûr que les organismes anti-nucléaires seront présent... non pour discuter, mais pour organiser un scandale...

      J’ai testé tout ça pour vous :)


    • Murphy 28 octobre 2013 11:12

      « Murphy, vous avez des arguments de boutiquier. Que ce soit le nucléaire ou le pétrole, le rendement énergétique ne dépasse pas les 30 % entre énergie primaire et secondaire. Le moteur thermique bouffe 70 % de l’énergie primaire et les centrales nucléaire c’est pareil. »

      C’est exactement ce que je dis dans mon messages, les chiffres en plus. Mais puisqu’il faut réexpliquer mes arguments de boutiquier : pour arriver au 17% de part du nucléaire dans le bouquet final, on a pris en compte ce rendement de 30%. Par contre, ce rendement a été occulté pour le pétrole, ce qui fait qu’on comptabilise injustement 70% en plus pour ce dernier. Ce qui donc réduit aussi artificiellement la part des autres, nucléaire compris.


    • olivier cabanel olivier cabanel 28 octobre 2013 11:33

      murphy

      je fais mienne la réponse que vous a fait cassino
       smiley

    • Murphy 28 octobre 2013 11:38

      Cassino ne répond pas à la question. Cf ma dernière réponse.


    • Croa Croa 28 octobre 2013 12:37

      « Avec un moteur électrique 95 % de l’énergie primaire »

      Faux : L’électicité n’est pas une énergie primaire. Les moteurs électriques consomment un mélange d’énergies primaires nucléaires, fossiles, ou renouvelables dont ils ne restituent que le tiers voire le quart.


    • buratino buratino 28 octobre 2013 14:45

      J’ai lu quelque part ? que 14000 éoliennes devenaient obslélètes au USA, rendement à chier.

      alors c’est du pipo ou pas ?

    • Croa Croa 28 octobre 2013 15:20

      Ce n’est pas du pipo mais c’est très relatif : Les éoliennes de première génération actuellement en service pourront fonctionner encore plusieurs décennies durant !

      Cela veut juste dire que celles qui se fabriquent aujourd’hui sont bien meilleures en rendement et en nécessité de maintenances.


    • Onecinikiou 3 novembre 2013 12:28

      Ce qu’il veut dire c’est que l’électricité ne se trouve pas immédiatement disponible dans la nature. Il faut la produire par des générateurs. Il se trouve qu’actuellement l’électricité produite (et consommée) dans le monde est à 80% d’origine fossile et nucléaire (respectivement 68 et 12%). Les renouvelables quant à eux (hors hydraulique) représentent environ 4% de cette production.


    • Roosevelt_vs_Keynes 28 octobre 2013 10:23

      Marrant : quand les écolos dénoncent le nucléaire, ils ne se risquent jamais à évoquer la techno au thorium... peut-être parce qu’ils savent que ça réduira à néant leur business :)


      • Roosevelt_vs_Keynes 28 octobre 2013 10:43

        LOL. quand vous critiquez, tâchez au moins de ne pas confondre la fusion thermonucléaire - vers laquelle se tourne 1.500.000.000 d’habitants, et la fission nucléaire au thorium  :)


      • Roosevelt_vs_Keynes 28 octobre 2013 11:05

        "Ces technologies sont en route depuis bien longtemps et jusqu’à présent pas un seul Kw n’a été produit."

        Exact. Mais la raison n’est absolument pas scientifique, mais politique.

        Par exemple aux Etas-Unis, en 1980, le Congrès avait voté le Magnetic Fusion Engineering Act, stipulant qu’il fallait doubler le financement de la fusion à horizon 1990. L’orientation politique en a décidé autrement, sous l’influence de la culture court-termiste associée à la culture de financiarisation de l’économie.

        Tout est expliqué ici, graphiques à l’appui


      • olivier cabanel olivier cabanel 28 octobre 2013 11:31

        roosevelt

        le thorium ?
        encore un mensonge que j’ai évoqué, preuves à l’appui, dans un article déjà ancien
        l’article est sur ce lien
        bonne lecture

      • Roosevelt_vs_Keynes 28 octobre 2013 11:57

        @Cabanel

        "Des physiciens se sont penchés sur cette filière et ils démontrent toute la complexité de cette technologie, pour laquelle ils dénoncent un manque d’expérience."

        MDR Votre argumentation relève de la tactique anti-nucléaire classique : le sophisme politique.

        Bref, comme vos éoliennes, c’est du vent !

         


      • Murphy 28 octobre 2013 10:24

        « En réalité, la sortie du nucléaire est tout à fait possible, et aurait du commencer depuis longtemps, si les pouvoirs publics avaient réellement l’intention d’agir, puisque toutes les énergies propres et renouvelables, permettent facilement de prendre le relais. »

         

        Le tout est de savoir s’il vaut mieux utiliser ces énergies renouvelables pour remplacer le nucléaire ou remplacer une part des énergies fossiles. A quand un article de votre plume sur les décès liés aux énergies fossiles ? Le charbon tue 10 000 à 15 000 personnes par an, directement dans des accidents de mines.Le charbon tue aussi – et bien davantage – indirectement. Les mineurs qui échappent aux éboulements et au grisou courent encore le risque de mourir de silicose ou pneumoconiose. Un ordre de grandeur de 500 000 morts différées par an à l’échelle mondiale est avancé. Une centrale à charbon de 1000 mégawatts électriques émet 500 tonnes de métaux lourds toxiques dont 5 tonnes d’uranium et 13 tonnes de thorium par an. Les microparticules ultra-légères émises dans l’atmosphère par les centrales au charbon sont responsables de 700 000 morts par an au niveau mondial. (10 000 en Allemagne).


        • Murphy 28 octobre 2013 10:49

          « Les micro-particules sont d’abord émises par les moteurs diesel, la part des centrales au charbon à lit fluidisé est minime en comparaison. »

          Certainement, il n’empêche que pour faire la comparaison uniquement du point de vue des moyens de production électrique, des chiffres ont été avancés pour estimer la part des décès uniquement due aux centrales au charbon. Je n’ai donc retenu que ces chiffres-là. S’il fallait tenir compte du transport, ces chiffres seraient bien plus importants.


        • Croa Croa 28 octobre 2013 12:55

          La sortie du nucléaire est possible avec les renouvelables si nous réduisons la consommation des 3/4, ce qui correspond justement aux usages inutiles et autres gaspillages.

          Donc les pollutions des autres sources disponibles (mais inutiles) ne sont pas un problème !


        • Onecinikiou 3 novembre 2013 12:34

          Réduire la consommation des trois quart, c’est tout à fait hilarant !

          Vous avez des exemples de parangons en la matière qui aurait réussi un tel prodigue ? Vous même réussissez vous à réduire votre consommation des 3/4 ces jours derniers... ?

          Mais au moins êtes-vous un minimum honnête : vous reconnaissez implicitement qu’il est impossible de substituer l’actuelle production nucléaire par du renouvelable, mais essentiellement pas de la production fossile, comme le démontre parfaitement l’ « exemple » de nos voisins allemands.

        • olivier cabanel olivier cabanel 3 novembre 2013 13:17

          onecé

          hilarant ?
          refléchissez une seconde.
          vous savez qu’à la production, qu’elle soit au charbon, au nucléaire, au pétrole ne change rien ou presque) au moins le tiers de l’énergie produite est gaspillée...
          de l’autre coté, coté consommateur, les déperditions d’énergie sont telles qu’une maison bien isolée pourrait consommer beaucoup moins...
          votre interlocuteur n’a donc pas tort de vous écrire ce qu’il a écrit.
          la première énergie est celle d’une gestion cohérente de celle ci.
          pour le reste, avec notre potentiel d’énergies propres, il n’y a pas de problèmes.
           smiley

        • Murphy 28 octobre 2013 10:34

          « Quant à la pollution émanant de la centrale dévastée, alors qu’en haut lieu on affirmait que, s’il était vrai qu’elle avait fait le tour de la planète, la dilution faisait qu’elle n’aurait aucune conséquence ailleurs qu’au Japon. lien

          On sait depuis que c’est aussi un gros mensonge, puisque les mesures effectuées aux USA confirment que la cote Ouest est contaminée par les rayonnements émanant de Fukushima. »

          Je doute que le rayonnement émis par Fukushima atteigne les USA. Par contre, une partie des particules émises peut y arriver. Un peu de rigueur ne fera pas de tort.

          Mais en quoi est-ce un mensonge ? La dillution n’implique pas qu’il n’y aurait pas de trace ailleurs qu’à Fukushima, elle implique que ces traces n’auront aucune conséquence (sous-entendues sanitaires). Quels sont donc les résultats des mesures aux USA ? Sont-elles significatives au regard de la radioactivité naturelle ?


          • olivier cabanel olivier cabanel 3 novembre 2013 13:19

            murphy

            une fois de plus vous en êtes réduit à des « actes de foi »
            hélas ça ne repose sur rien de raisonnable
            la réalité est cruelle, je suis désolé, 
            et j’ai bien peur que nous ne soyons qu’au début de nos découvertes.
            le ciel vous tienne en joie.
             smiley

          • Bulgroz 28 octobre 2013 10:36

            L’ENSAD (energy-related severe accident database) est une base de données élaborée au Paul Scherrer Institute, en Suisse, qui répertorie le nombre d’accidents ayant causé plus de 5 morts immédiats, entre 1969 et 2000, lors de l’exploitation d’une source d’énergie.

            Page 211 table 8 Final Report to the European Commission, DG Research, Technological Development and Demonstration (RTD

            http://gabe.web.psi.ch/pdfs/newext/newext_final.pdf

            Charbon ;1 221 accidents pour 25 107 morts
            Pétrole : 397 accidents pour 20 218 morts
            Gaz naturel : 135 accidents pour 2 043 morts
            GPL : 105 accidents pour 3 921 morts
            Hydraulique : 11 accidents pour 29 938 morts
            Nucléaire : 1 accident pour 31 morts

            TOTAL : 1870 accidents pour 81 258 morts

            1 accident et 31 morts pour le nucléaire sur 1870 accidents et 81258 morts. En plus de 30 ans, le nucléaire a été responsable de 04% des morts liés à l’exploitation des énergies.


            • olivier cabanel olivier cabanel 28 octobre 2013 11:37

              zorglub

              je ne sais pas ou vous allez chercher ces chiffres
              encore un mensonge...
              wiki annonce 60 000 morts
              d’autres sont moins optimistes avec près d’un million de morts
              vos affirmations sont franchement indécentes,
              vous pourriez au moins respecter la mémoire de ceux qui ont perdu la vie suite à cette activité mortifère



            • eric 28 octobre 2013 11:55

              On est un peu au cœur de problème. Il se trouve qu’une banane est mortifère. Susceptible de donner la mort. Il suffit de mal se recueillir en glissant sur sa peau.
              Elle est heureusement peu meurtrière grâce a d’intenses campagnes d’information. Quand les gens voient une peau de banane sur le trottoir, ils font gaffe.
              Taubira au moins, elle ne s’y trompe pas... LE Fn est susceptible de tuer et il tue ( meurtrier). Au mions d’après elle. Apres, il faut compter et fixer des priorites et hierarchies.

              A cet égard, les chiffres communiques par votre interlocuteurs nous rappellent que, si les bananes, n’ont pas a priori le même potentiel mortifère que les centrales, elles sont en réalité plus meurtrières. A quand l’interdiction au nom du principe de precaution.


            • Bulgroz 28 octobre 2013 12:32

              « je ne sais pas ou vous allez chercher ces chiffres »

              Mais vous êtes bouché à l’émeri ? J’ai donné la référence et le lien.

              Vous nous prenez pour des abrutis ?


            • reveil 28 octobre 2013 15:20

              Fantastique Bulgroz.
              Nucléaire un seul accident, ah bon, si on compte Tchernobyl et Fukushima nous sommes déjà à deux sans compter ceux dus aux expérimentations.
              31morts auxquels il faut ajouter les milliers de liquidateurs.
              Guignol


            • eau-du-robinet eau-du-robinet 28 octobre 2013 15:37

              Si on parle des morts, parlons de Tchernobyl :

              Le bilan mortifère de Tchernobyl a toujours fait débat. L’Organisation mondiale de la santé avance une cinquantaine de morts par irradiation et 4 000 cancers de la thyroïde, mais l’accord de 1959 liant l’OMS à l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) laisse planer un doute concernant l’objectivité de tels chiffres. D’autant plus que des travaux publiés en 2009 par l’Académie des Sciences de New York évaluent à près d’un million le nombre des morts causés par Tchernobyl. Et le bilan est loin d’être définitif. source

              Alors 1 000 000 (un million) de morts par radiation pour Tchernobyl s’ajoutent le nombre de morts suite à accident de Fukushima.

              Aux USA, le nombre de décès imputables à la catastrophe de Fukushima Daiichi est passé de 14 à 22 000 après de nouvelles analyses. source


            • Murphy 28 octobre 2013 15:44

              « Le bilan mortifère de Tchernobyl a toujours fait débat. L’Organisation mondiale de la santé avance une cinquantaine de morts par irradiation et 4 000 cancers de la thyroïde, mais l’accord de 1959 liant l’OMS à l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) laisse planer un doute concernant l’objectivité de tels chiffres. »

              Il suffit de lire l’accord entre l’OMS et l’AIEA, disponible sur Internet, pour constater qu’il suit le modèle des accords passés entre l’OMS et d’autres agences des Nations unies ou d’autres organisations internationales (OMS/ONUDI, OMS/FIDA, OMS/UNESCO, OMS/FAO, OMS/OIT). Ces accords n’impliquent aucune soumission de l’une des parties à l’autre ; ce sont des accords de bon fonctionnement entre partenaires égaux ; pour s’informer l’un l’autre de projets pouvant avoir des aspects communs pour les deux parties, et même pour « éviter la création et le fonctionnement d’installations et de services qui pourraient se concurrencer ou faire double emploi. »
              Bref, de la bonne gestion, et il aurait été condamnable qu’il n’en fût pas ainsi.


            • Murphy 28 octobre 2013 15:47

              « D’autant plus que des travaux publiés en 2009 par l’Académie des Sciences de New York évaluent à près d’un million le nombre des morts causés par Tchernobyl. Et le bilan est loin d’être définitif. »

              Une étude n’ayant fait l’objet d’aucun review, et largement critiquée dans d’autres revues scientifiques. L’Académie des Sciences de NY a pris soin de se distencier de cette étude.


            • olivier cabanel olivier cabanel 3 novembre 2013 13:20

              eric

              ce qui est mortifère, c’est votre raisonnement.
               smiley

            • Bulgroz 28 octobre 2013 10:40

              Un exemple flagrant de mensonge éhonté de Cabanel :

              " »mais le chiffre des morts de Tchernobyl est connu. 985 000. constatés au bout de 25 ans par l’académie des sciences de New York.

              Monsieur Cabanel, avez vous trouvé la référence de ce document ?

              Car, 985 000 morts c’est beaucoup pour quelque chôse dont personne d’autre que Cabanel a parlé.


              • Murphy 28 octobre 2013 10:47

                En réalité, l’Académie des Scienses de NY n’a jamais fait cette constatation. On pourrait effectivement intituler l’article d’Olivier Cabnon par « Olivier Cabanon, au pays du mensonge ». L’Académie des Scienses de NY a accepté de publier un article russe (écrit par le fondateur de la section russe de Greenpeace), mais cet article n’a jamais fait l’objet d’un review, et l’Académie des Sciences de NY a bien pris soin de se détacher des conclusions associées. Bien d’autres articles ont été publiés à la suite de ce premier, et démontrant les absurdités de celui-ci.


              • olivier cabanel olivier cabanel 28 octobre 2013 11:38

                murphy

                et pourtant : article

              • Murphy 28 octobre 2013 11:53

                Et pourtant quoi ??? Lisez plutôt ceci : c’est le site officiel de l’Académie des Sciences de New York :

                http://www.nyas.org/publications/annals/Detail.aspx?cid=f3f3bd16-51ba-4d7b-a086-753f44b3bfc1

                On y lit : « Annals of the New York Academy of Sciences issue “Chernobyl : Consequences of the Catastrophe for People and the Environment” [...] nor is it a work commissioned by the New York Academy of Sciences. The expressed views of the authors, or by advocacy groups or individuals with specific opinions about the Chernobyl volume, are their own. »

                C’est clair, non ?

                Il est également instructif de lire les différentes analyses mentionnées sur ce lien.

                Et puisque vous aimez les références wiki :

                http://en.wikipedia.org/wiki/Chernobyl:_Consequences_of_the_Catastrophe_for_People_and_the_Environment

                Vous y apprendrez que « The book was not peer reviewed by the New York Academy of Sciences ». De même que « Five reviews were published in the academic press, with four of them considering the book severely flawed and contradictory ».


              • bingofuel 28 octobre 2013 10:40

                L’enfouissement à Bures sur Yvette ???
                Pour les réacteurs nucléaires du RER B parisien ou la chaufferie atomique de la faculté d’Orsay ?

                Vous voulez plutôt parler du laboratoire de Bure en haute marne, je présume.

                M. Cabanel, autant je vous soutiens dans la lutte contre l’innommable risque nucléaire, autant je vous enjoins à vérifier un peu vos textes et vos sources d’information. Car de la défense de la cause, vous allez en faire un terrain de dérision facile pour vos détracteurs.
                L’exaltation dessert plus qu’elle ne sert.


                • Thucydide Thucydide 28 octobre 2013 18:48

                  avant de poster sur cette invraisemblable « coquille » j’ai vérifié et je vois que je ne suis pas seul...

                  Dommage : la filière nucléaire et ses dangers mérite un peu plus de soin dans l’argumentation à charge.
                  Fukushima nous laissera-t-elle le temps de redresser la barre ? c’est malheureusement à exclure et nous aurons bientôt à déplorer le décès du Japon


                • olivier cabanel olivier cabanel 28 octobre 2013 19:57

                  oui, j’ai peur aussi pour le Japon

                  la date du 15 novembre arrive, et j’espère que l’opération de vidange de la piscine du 4 se passera bien, sinon, il y a du souci a se faire non seulement pour tous les japonais, mais aussi pour tout l’hémisphère nord !
                  et ce n’est pas du « catastrophisme »
                   smiley

                • Murphy 28 octobre 2013 10:43

                  « Des plaies ouvertes, aux perte de fourrure d’ours polaires, de phoques, en passant par les épidémies de lions de mer morts le long de la côte californienne, la baisse drastique du nombre de saumons de la cote du Canada à la cote de l’Alaska, à l’amoncellement de débris radioactifs flottants au large de la Californie de la taille de ce pays, aux niveaux très élevés de césium 137 dans le plancton présent entre Hawaï, etc…il a compilé les preuves flagrantes de la pollution de la cote Ouest des USA en provenance de Fukushima. lien »

                   

                  Ridicule. Aucune preuve du lien de causalité n’est apportée. Bientôt on viendra nous « démontrer » que l’extinction des baleines est due à Fukushima. Fukushima a bon dos pour expliquer tous les maux de la terre, et comme à son acoutumée, Olivier Cabanel se contente de gober largement tout ce qui écrit sur les sites obscures d’internet et qui irait à l’encontre du nucléaire. 


                  • Gaston Lanhard 28 octobre 2013 15:52

                    comprenez bien que Cacanel et ses acolytes escrolos pratique la stratégie de l’heuristique de la peur. mentir pour arriver à ce que l’homme devienne sage (entendez par là compatible avec le totalitarisme escrolo) ne le gène pas. reproduire des articles mensongers est dans la pratique. lui argumenter des chiffres ne sert à rien puisque lui seul et ses acolytes savent ce qui est bien pour nous.

                    La technique est la suivante :
                    a) s’insérer dans un comité had oc où l’on parle d’énergie.
                    b) éditer dans le cadre de ce comité une étude qui suive votre engagement politique.
                    c) la publier même si elle est rejetée, à ce moment là vous pouvez dénoncer le lobby.
                    d) si le comité accepte l’étude dans le cadre d’une réflexion, la mentioner régulièrement comme étant les conclusions....
                    e) etc. etc.
                    Cabanel n’est que le plumitif de service qui émet des idées sur des données non validées en se prévalant de lutter contre les lobby.
                    Au fait le lobby des taxes de l’écologie punitive, c’est qui donc ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès