Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Technologies > Passeport, mot de passe et code PIN, s’il vous plaît !

Passeport, mot de passe et code PIN, s’il vous plaît !

A la frontière aéroportuaire américaine, votre PC portable et votre téléphone mobile n’ont aucun droit à la confidentialité, a fortiori si vous êtes arabe ou musulman. Comment se prémunir contre ces inquisitions qui s’étendront peu à peu à tous les cybernautes voyageant en Amérique du Nord et en Europe ?

Sus à l’islamonaute et à son téléphone arabe  !

Citoyen américain depuis plusieurs décennies et ingénieur chez Cisco, Habib Kamram rentrait d’une mission à l’étranger lorsque la police aéroportuaire de San Francisco l’obligea à fournir son mot de passe Windows et son code PIN, farfouilla son PC portable et son mobile, copia intégralement les contenus de son disque dur et de son répertoire téléphonique avant de le laisser repartir avec ses biens sans la moindre explication. Depuis cette troisième mésaventure, il voyage avec un ordinateur et un téléphone appauvris en données confidentielles.

Après quelques vacances en Jordanie, Nabila Mango, médecin américain depuis 1965, subit un interrogatoire en règle dans un bureau isolé de SFX pendant que des agents douaniers décortiquaient son téléphone et son ordinateur portables. Plus tard, elle constata que les appels manqués, les messages vocaux et les SMS de sa fille - qui l’attendit dans le hall durant plus d’une heure et demi - avaient été effacés de son mobile.

Si vous êtes une directrice en systèmes d’informations appelée Samira ou un passionné d’arts électroniques nommé Hamid, Oncle Sam vous interpellera probablement en aparté sur son palier. Pour peu que le Coran côtoie Windows ou qu’un chapelet enlace un PDA dans votre bagage à main, le cauchemar américain s’abattra vertement sur vous...

Citoyenne britannique et responsable marketing dans le Maryland, Maria Udy vit son PC portable professionnel saisi pour « raison de sécurité » par la police aéroportuaire de Washington, condition sina qua non à son embarquement dans le vol pour Londres. L’officier inspecta savamment ses fichiers Word, son répertoire « Mes documents » et son interface Outlook Express, l’enjoigna fermement à délivrer son login et mot de passe d’e-mail et lui ordonna de réceptionner immédiatement ses messages ! Heureusement pour elle, l’interruption momentanée de la connexion Wi-Fi du terminal fit avorter cette requête hautement intrusive. Nous étions en 2006. Aujourd’hui encore, sa machine ne lui a toujours pas été restituée malgré les promesses de la direction aéroportuaire. Depuis, elle procède comme Habib, change régulièrement ses mots de passe, évite les banques en ligne et accède à ses données professionnelles via des serveurs sécurisés.

Depuis environ trois ans, les cyber-contrôles appuyés se multiplient dans les aéroports internationaux américains. Le plus souvent mais pas toujours, ils ciblent des voyageurs portant des patronymes islamiques et/ou à la physionomie moyen-orientale, nord-africaine ou centre/sud-asiatique. Leurs PC portables, téléphones mobiles, PDA, baladeurs MP3, mémoires USB, appareils photo et caméscopes sont passés au peigne fin voire confisqués ad nutum, leurs contenus sont dupliqués et certaines données sont carrément modifiées ou effacées. Plusieurs incidents aux cyber-contrôles sont régulièrement signalés au Canada et au Royaume-Uni par les associations de voyageurs.

Terminalor

Dès lors, l’Electronic Frontier Foundation, l’Asian Law Caucus, l’Association of Corporate Travel Executives, maintes associations de voyageurs, des communautés arabo/islamo-américaines, de droits civiques et de libertés électroniques portèrent plainte contre les US Customs and Border Protection afin d’obtenir des explications sur ces inspections de matériel électronique, sur les traitements dont leurs contenus sont l’objet et sur les fréquents ciblages de voyageurs moyen-orientaux, nord-africains et centre/sud-asiatiques.

Devant un tribunal californien, les USCBP nièrent tous agissements arbitraires et tout ciblage ethnique dans leurs opérations de cyber-contrôle. Elles déclarèrent être légalement tenues (cf. Patriot Act) d’inspecter en détail un ordinateur portable, un téléphone mobile ou un PDA autant qu’un bagage à main, notamment au cas où il pourrait contenir des informations plus ou moins liées au terrorisme, au trafic de drogue ou d’armes, à la pédophilie, à l’immigration clandestine, au cyberpiratage ou à toute autre activité criminelle. D’éventuels transits ou séjours précédents du matériel électronique ou de son propriétaire dans des pays concernés par ces facteurs entrent aussi en jeu.

Vos dernières vacances au Mexique, au Sénégal, en Egypte, en République tchèque, en Turquie ou en Thaïlande ne plaideront guère en votre faveur lorsqu’un golgothe de New York-JFK ouvrira votre cartable. Refrénez vite votre peur enfantine de l’avion avant qu’il ne vous regarde droit dans les yeux !

Vu les facteurs incriminés par les USCBP, leurs agents ont peut-être plus de boulot dans leurs dos que devant leurs pupitres. Personnellement, je suis d’autant plus inquiet du sort des ordinateurs et des PDA confisqués lorsque j’apprends que le FBI est en quête d’une approbation parlementaire pour son logiciel CIPAV (Computer and Internet Protocol Address Verifier). Ce spyware s’incruste en profondeur dans la mémoire d’amorçage, les clés de registre, les ports entrant et sortant, inventorie le disque dur et le réseau local environnant, enregistre et analyse la navigation Web et les adresses IP des correspondants d’e-mail. Formater conventionnellement votre disque dur n’y fera rien : c’est du « made in NSA »  ! Qu’est-ce que vous croyiez ? Le Bureau aimerait l’exploiter à loisir contre des individus simplement suspectés d’activités illégales. A bon entendeur...

Pour David D. Cole, professeur de droit à l’université de Georgetown, «  un ordinateur portable est bien plus confidentiel qu’un agenda. Il archive nos e-mails, notre historique Web, nos activités financières et commerciales, nos photos et vidéos de famille et autres données personnelles. C’est un peu comme si nous franchissions la frontière avec notre maison dans notre cartable. » A terme, le voyageur devra prouver la légalité des fichiers audio/vidéo dans son baladeur, les secrets commerciaux et industriels n’en seront plus, l’avocat exposerait des informations sensibles sur ses clients, le journaliste sur ses sources, le médecin sur ses patients... « Quelle différence entre cela et le fait de cibler des personnes simplement parce qu’elles sont d’origine arabe ou de confession musulmane ? », ajoute Cole.

Eloge de la fuite numérique

La meilleure défense contre le cyber-contrôle consiste à ne pas exposer ses données sensibles en première ligne. Avez-vous vraiment besoin de vos e-mails 2005-2008 ou du répertoire complet clients et fournisseurs lors de vos déplacements ? De plus en plus d’entreprises anglo-saxonnes incitent leurs employés à crypter ou à appauvrir leurs PC portables et leurs téléphones mobiles avant de prendre l’avion et à se rabattre sur leurs serveurs sécurisés. Certaines optent même pour un formatage bas, une réinstallation du système d’exploitation et l’ajout de quelques données purement décoratives.

Gourou de la technosécurité, Bruce Schneier recommande vivement le logiciel de cryptage PGP Whole Disk Encryption, convivial et suffisamment efficace pour protéger les disques durs internes et les mémoires externes. Pour les utilisateurs de Windows Vista, il conseille Bitlocker, gratuit mais uniquement destiné au disque dur central. Libre à vous de recourir à un puissant logiciel de votre choix pour vos données confidentielles, qui devront d’abord être cryptées, puis zippées et enfin gravées sur CDVD-ROM. 

En plus des pertinentes recommandations de Schneier, je vous conseille des rangements virtuels comme Adrive, pour ne citer que celui-ci, permettant d’archiver plus de 50 Go de données en version gratuite et beaucoup plus en version payante. Multipliez donc ce type de comptes afin de stocker vos données confidentielles selon une répartition connue de vous seul ou de votre entreprise. En outre, vous pourrez emporter votre ordinateur appauvri dans votre bagage en cabine, conserver vos CDVD-ROM/mémoires USB dans votre bagage en soute ou, solution extrême, vous les faire expédier par colis express recommandé à votre lieu de destination. Dans tous les cas, n’omettez jamais de crypter-zipper vos fichiers et ne soyez pas avare en mots et phrases de passe que vous mémoriserez aisément avec Roboform, remarquable gestionnaire de codes d’accès.

A défaut de protéger votre ordinateur portable du vol, du hacking ou du cyber-contrôle, vos données confidentielles sont un minimum éloignées et sécurisées. Sachez toutefois que le refus d’obtempérer aux autorités frontalières peut coûter cher, garde à vue ou détention préventive en sus. A vous de faire la part des choses lors d’une situation critique face à la police aéroportuaire.

Les lignes jaunes de la frontière

Sur tous ces points, Canadiens et Européens feraient bien de ne pas trop vite régler leurs comptes avec l’Oncle Sam : des dispositions tacites ou formelles quasiment identiques à celles américaines existent déjà ou bourgeonnent au sein de leurs administrations. L’expérience des passeports biométriques, l’hyper-inflation des listes noires et l’imminent fichage morphobiométrique « des restes du monde » (empreintes digitales et oculaires des voyageurs sud-américains, africains, moyen-orientaux, russes, chinois, indiens et centre/sud-asiatiques) démontrent à quel point l’Amérique du Nord et l’Europe sont méticuleusement alignées en matière de technosécurités frontalières, pour de bonnes et de mauvaises raisons.

Absolument nécessaires pour la vie privée et les activités confidentielles, les stratégies d’évitement décrites précédemment sont au final hautement dégradantes pour les démocraties post-industrialisées, elles en disent long sur leur évolution. Car, il s’agit moins de se prémunir contre des malfrats que contre un Etat cyberprétorien où le citoyen et l’étranger sont des ennemis potentiels.

Doit-on appréhender cette permanente suspicion généralisée comme un inéluctable dégât collatéral de la sécurité nationale aussi longtemps qu’on n’en est point victime ? Ici, loin de moi toute idée visant à éluder ou à minimiser les menaces bien réelles de ce sacré XXIe siècle... Schneier affirme que cette technosécurisation addictive des frontières normalisera surtout les fausses alertes, et qu’en plus, tout système prétendant identifier le risque posé par chaque individu génère d’abord et surtout son abyssal déficit budgétaire.

De très nombreux voyageurs ont été blacklistés en Amérique du Nord et en Europe simplement parce qu’ils s’appellent « Zarkaoui » ou « Moussaoui », patronymes aussi répandus dans le monde arabe que « Smith » ou « Williams » dans le monde anglo-saxon. En janvier 2008, un enfant moyen-oriental de 5 ans voyageant en mineur accompagné fut accueilli à sa sortie de l’avion par une brigade de douaniers et de SWATS puis placé en garde à vue... Sa tante américaine ne put même pas le réconforter, lui donner un verre d’eau ou un sandwich pour la simple et bonne raison qu’il représentait « un risque pour la sécurité nationale » ! Il fallut huit heures aux USCBP pour réaliser que le petit garçon derrière la vitre sans teint n’était que l’homonyme d’un individu blacklisté. Tout aussi cocasse et tragique : les parents d’un enfant américain de 5 ans nommé « Sam Adams » (= Saddam ?!) eurent toutes les peines du monde à lui obtenir un passeport, le garçonnet vit systématiquement un calvaire à chaque checkpoint aéroportuaire de son pays. Devra-t-on s’habituer à cet effacement du bon sens derrière les dérives de la technologie ?

Je cite un article de Michel Monette publié sur Agoravox : « Donnant l’exemple du Automated Targeting System qui attribue une note à chaque voyageur se présentant dans un aéroport américain, note correspondant au degré de menace terroriste qu’il pose, Schneier rappelle un simple chiffre pour illustrer sa prétention  : sur les 431 millions de visiteurs qui sont passés par les douanes américaines en 2005, même un système fiable à 99,9 % produit 431 000 fausses alarmes !  »

Par ailleurs, l’hypersurveillance intérieure et frontalière ne recrée-t-elle pas sournoisement les conditions de la vulnérabilité nationale : obésité informationnelle, ultra-complexité organisationnelle, nuisances pour la conduite des affaires, les relations diplomatiques, les activités touristiques, les échanges culturels et universitaires, la coopération scientifique et technologique ? Comporte-t-elle des risques cachés de bunkérisation géoéconomique et sociale voire de néo-soviétisation rampante à mesure que citoyens et voyageurs l’intériorisent par paliers ? L’avenir nous le dira.

Vivement le prochain avion ?

Sources  :

  1. Washington Post : U.S. Agents Seize Travelers’ devices

  2. New York Times : At U.S. Borders, Laptops Have No Right to Privacy

  3. The Register : FBI sought approval to use spyware against terror suspects

  4. Bruce Schneier : How Does Bruce Schneier Protect His Laptop Data ?

  5. Michel Monette : La surveillance électronique franchit les frontières et les limites

  6. Boing Boing : TSA searches, detains 5 year old because his name was on no-fly list

  7. Boing Boing : Another five-year-old on the no-fly list : meet Sam Adams


Moyenne des avis sur cet article :  4.77/5   (53 votes)




Réagissez à l'article

25 réactions à cet article    


  • thirqual 18 février 2008 10:47

    Excellent article, merci pour le lien vers Adrive que je ne connaissais pas.

     


    • Charles Bwele Charles Bwele 18 février 2008 19:49

      Aux lecteurs,

      Les liens sources en fin d’article sont invalides. Je ne sais pas ce qui s’est passé lors de mon copiage-collage Office-AV pour que les URL deviennent erronés.

      Dès lors, je vous redirige vers le même article dans mon blog Electrosphère où ils sont valides.

      Je vous prie humblement de m’en excuser.

      Amicalement


    • Mescalina Mescalina 18 février 2008 10:58

      Article très instructif. Petite question à ce sujet (j’aimerai une claire Oui ou non, pour le moment les réponses sont partagées), ayant fait un passeport il y a un mois (60 euros), avec puce électronique, celui ci permet t’il de voyager PARTOUT , et plus spécialement aux USA et au japon, sans Visa ou autre papier ? Merci d’avance.


      • Charles Bwele Charles Bwele 18 février 2008 11:18

        @ Mescalina,

        Oui, ce passeport biométrique vous permet de voyager librement en Amérique du nord, au Japon, en Asie du S-E, en Australie, NZ, plusieurs destinations touristiques. Pour certains pays d’Amérique latine, d’Afrique, du Moyen-Orient et d’Asie, vous devrez toutefois demander un visa.

        Amicalement.


        • Mescalina Mescalina 18 février 2008 11:30

          @ l’auteur, Merci beaucoup pour ces réponses !!! Une idée pour le Chili qui me tente bien ? Merci !


        • Charles Bwele Charles Bwele 18 février 2008 11:50

          Aucune idée. Contactez votre ministère des affaires étrangères ou consultez les sites web des instances diplomatiques ou touristiques du Chili... Voici d’ailleurs le lien de leur consulat à Paris : http://www.amb-chili.fr . Si vous êtes d’un autre pays européen que la France, recherchez l’URL de leur consulat dans votre capitale.
          Vous me direz si les lamas sont aussi fiers et cracheurs qu’on le dit.... Bon voyage.

          Amicalement


        • HELIOS HELIOS 18 février 2008 14:00

          Le Chili ne demande aucun visa pour les Français.

          Le Chili est un pays "emergeant", ayant d’ailleurs bien emergé puisqu’a Santiago vous avez tout ce que vous voulez, comme dans une grande ville en France.

          La police n’est pas corrompue (et vous n’avez pas intérêt a tenter de le faire... ils sont fascinés par l’amerique du nord et agissent pareil) et a part quelques banlieues un peu limite, comme chez nous la nuit, vous ne risquez rien. le reste du pays est notablement plus pauvre mais vous avez des distributeurs de billet, la poste, les cliniques... bref un pays vraiment développé dans la contrainte de sa géographie. Vous pouvez aller du nord (Arica) au sud (Puerto montt) par la panamericaine qui est une route nationale de bonne qualité sur plus de 3000 km dont un petit millier en autoroute payante.

          Pour aller partout, dont plus au sud que Puerto Montt , vous avez l’avion, mais également le bateau de croisière qui vous permettra de voir de magnifiques fjords et des glaciers qui viennent mourir dans le pacifique. Si vous aimez les fruits de mer....

          Pour visister le desert d’Atacama et les hauts plateaux chiliens vous devrez louer un vehicule plus adapté (cela s’appelle une camionetta, c’est un petit pick-up). Si vous oubliez d’acheter une carte en france, sachez que le gps ne vous aidera pas beaucoup car la bas c’est l’armée qui gere la cartographie. Achetez pour 2000 $ (le signe $ represente le peso, un euro = un peu plus de 700 pesos) une carte dans une sation Copec (c’est la marque d’essence du coin, il y en a partout) avec quelques rares Shell et Esso.

          Les hotels et hosteria vous permettent de coucher partout (hosteria = 20 000$), les hotels sont au même prix qu’en France, le Chili est un pays cher.

          Bref si vous voulez changer de continent et voir une palette de paysages magnifiques (du fjord norvegien au sahara) c’est le pays qu’il vous faut. Un allez retour en avion doit vous couter environ 1250€ en classe eco et le meilleurs moment est le printemps bien sur donc les mois d’octobre a décembre.

          En fevrier vous avez le festival de Viña del mar, le Cannes local, avec la même chose qu’ici, les vedettes, la télé etc... et la mer. n’hesitez pas a chercher sur internet des cartes pour vous situer.

          Bon voyage

           


        • HELIOS HELIOS 18 février 2008 14:32

          Merci pour votre article, interessant. A-t-on le droit d’objecter ?... alors voila :

          Au dela de l’effet d’oportunité que certains gouvernements ou officines gouvernementales utilisent pour augmenter leur contrôle sur les citoyens, nous sommes face a un vrai conflit civilisationnel.

          N’en déplaise a tous les humanistes (dont je suis), c’est faire preuve d’angelisme que de s’imaginer que "tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil". Face à des convictions si fortes, qu’elles arrivent a persuader un homme de se faire sauter dans un avion ou un bus plein, la "bêtise" des douaniers qui vont visiter votre portable n’est aprés tout pas si grave que ça. Ce n’est même pas suffisant si on regarde bien les objectifs recherchés.

          Nous, qui discuttons de ce problème sur ce forum ou dans l’arriere salle d’un ministère, nous ne comprennons pas la motivation des "terroristes", donc nous nous elevons contre les mesures qui sont appliquées dans les aeroports en les regardant avec nos yeux d’occidentaux, attaché a nos considerations sur la valeur de la vie.

          Dans un contexte dogmatique, où dieu, le prophete et je ne sais quel representant de la religion se permet d’inciter à la haine, à l’assassinat tout ça sur un fond de paradis rempli de vierges, helas, mille fois helas, nos moyens de defense sont tres limités, d’autant plus limités qu’on ne peut s’appuyer sur la masse "silencieuse". Dans nos schémas de pensée occidentaux, la masse silencieuse est naturellement toujours du bon coté, represente le bon sens et l’interêt de tous. Dans l’autre cas, la masse silencieuse est evidement poussée à soutenir ceux qui se battent pour un spirituel que nous ne comprenons pas, tant il est hors de notre cadre... c’est en cela qu’il s’agit d’un conflit de civilisation !

          Les contrôles imbéciles qui sont fait sur nos portables et nos téléphones ne sont donc que des détails, dans la guerre que l’occident est obligé de mener contre une civilisation vraiment peu compatible. Il faut savoir que le fait d’effectuer ce genre de restriction de liberté est déjà une victoire que les dogmatiques apprecient.

          Enfin, je reviens sur la population ciblée... evidement, comme nous le disons depuis longtemps, il n’y a pas de "races" au sens humain du terme, mais il existe des "ethnies" sorte de partition de notre race. Le fait de rechercher, parmis les ethnies candidates, les terroristes potentiels n’est pas en soi une discrimination, c’est juste un ajustement d’efficacité. On sait tres bien qu’on a moins de chance de trouver un terroriste afghan blond aux yeux bleus, appelé john smith, qu’un brun a la peau mate au cheveux plus ou moins frisés appelé mohammed !.... ce n’est pas sur une plage qu’on cherche des champignons, mais en forêt, n’est-ce pas.

          Que de bonnes âmes s’en offusquent, c’est facile et ne pas regarder plus loin que le bout de son nez. Que nous imposions, par contre, un absolu respect des personnes "examinées" est le moins qu’on puisse faire. Exactement de la même manière que nous nous assurions, que les données recueillies soient traitées dans le respect de nos lois, c’est plus que naturel


        • Mescalina Mescalina 18 février 2008 14:49

          Merci à tous !!


        • Charles Bwele Charles Bwele 18 février 2008 15:44

          @ Helios

          Comme je l’ai écrit dans le billet, je minimise point le danger terroriste bien réel. De plus, je ne suis pas le genre à dénigrer les impératifs de sécurité nationale, qui, à mes yeux, ont bcp de justifications tout à fait valables, et évite très souvent en sourdine des attentats monstrueux. J’écris cela au risque de déplaire.

          Simplement, la dérive cyberprétorienne - car c bien le mot - ne rendra pas les démocraties post-industrialisées meilleures que les terroristes dont elles cherchent justement à se protéger. Au final, elles instigueront elles-même un terreur nationale quotidienne, bien plus perceptible et bien plus proche que des terroristes certes redoutablement dangereux mais lointains et autant que possible interceptables ; et qui obtiennent peu à peu un avantage psychologique difficilement réversible, surenchère technosécuritaire aidant.

          Dès lors, quelle idée le citoyen se fera de son Etat si celui-ci l’épie constamment (et de surcroît l’avoue ouvertement ) ?Quel rapport entretiendra-t-il avec lui ? Qui est l’ennemi ? La civilisation qui se prétend effectivement comme telle l’est-elle encore concrètement ? Ne nous projetons pas seulement aujourd’hui, mais sur les 10-30 ans à venir si les choses évoluent toujours ainsi...

          Pour peu que je sois cynique, les services de police et de renseignement ne manquent pas de méthodes bien plus raffinés et bien plus efficaces pour plus ou moins déterminer le danger posé par X ou Y individu, et ils l’ont amplement prouvé par la guerre froide... où je le concède la menace était d’une toute autre nature que celle actuelle. 

          Prenons l’exemple des trafiquants d’arts égyptiens, qui ne sont guère "une menace civilisationnelle" au sens sécuritaire (Hé Hé !)  : Interpol est capable de les suivre, des les tracer et de les circonscrire à leur insu, sans jamais farfouiller leurs portables et mobiles à l’aéroport, et ce, sur plusieurs continents.
          Cette agence ayant encore le mérite de combiner remarquablement renseignements humains et
          électroniques.

          L’hypersurveillance intérieure et frontalière, quant à elle, ne relève point d’un renseignement/d’une protection qui se donne une obligation de moyens rusés et furtifs, mais d’une surenchère technosécuritaire, d’un douteux keynésianisme militaro-policier, avec ses contrats mirobolants... et d’un réconfort hautement cosmétique. C bien connu, donner l’impression d’agir plutôt qu’agir réellement est un stratagème très usité par les gouvernements.

          J’espère ne pas trop m’emmêler les pinceaux dans ces lignes.

          Amicalement, Hélios !
           


        • Tetsuko Yorimasa Tetsuko Yorimasa 18 février 2008 11:55

          Je conseille très vivement Truecrypt logiciel gratuit de chiffrement de données, il vous permettra de protéger les données de votre disque dur des regards indiscrets.

          Je pense qu’une partie des mésaventures qu’ont eu c’est gens dans les aéroports est du à la bétises des agents douanier, et pour citer mon propre exemple : je suis titulaire d’un passeport japonais et à l’aéroport de Roissy en route pour l’Espagne, un agent des douanes française a refusé de me laisser passer car de son avis les japonais avaient besoin d’un visa pour se ballader en Europe, n’importe quoi...


          • TALL 18 février 2008 12:46

            L’administration n’a jamais fait dans le génial, et ce pour tous les pays du monde. En cause :

            - les fonctionnaires en contact direct avec le public sont généralement des subalternes au QI parfois limite

            - la plupart recourt systématiquement à la technique du parapluie, càd : l’obéissance aveugle sans aucune prise d’initiative ni improvisation de bon sens, pour ne pas avoir de problème avec la hiérarchie.

            Alors pour peu que vous n’ayez pas le bon langage pour vous défendre ( c’est tout un art ) ou pire, que vous ne parlez pas la langue, alors là, ça peut devenir un aller simple en Absurdie.


            • TToon 18 février 2008 12:58

               

              Tous ceux qui ont un tant soit peu voyagé ont été un jour ou l’autre confronté à la bêtise abyssage d’un agent de sécurité ou d’un douanier.

              On pourrait se poser la question de savoir si statistiquement, cela est normal, compte tenu du fait que les imbéciles représentent une frange non négligeable de la population, et qu’ à ce titre les susdits ne sont pas épargnés par ce phénomène.

              Malgré tout, la rencontre avec un mononeurone sécuritaire étant certaine pour qui voyage, je me demande tout de même si les cons ne seraient pas surreprésentés dans ce domaine.

               


            • Méric de Saint-Cyr Méric de Saint-Cyr 18 février 2008 13:07

              Merci pour cet article.

              Pour ma part je suis 100% contre le passeport biométrique à puce car c’est une atteinte à la vie privée. En plus il a été démontré que ce passeport n’est pas sécurisé : on peut facilement le pirater et donc, vous voler votre identité.

              L’auteur de l’article a raison : à force de pléthore de technologies sécuritaires, on se fragilise encore plus. Imaginez une simple panne de courant et tous ces gadgets deviennent inutiles.


              • Hakim I. 18 février 2008 13:24

                On vous répondra la maxime habituelle : "Si vous n’avez rien a vous reprocher, vous n’avez pas à etre contre".

                Je n’arrive toujours pas à me faire aux ravages que cause la peur dans les esprits.

                Depusi le patriot act, plus rien n’est étonnant au pays des yankees. On risque même de de recevoir un couple de policiers après avoir mit le mot "Allah" dans son email.

                Excellent article, d’ailleurs je ne vais pas aux états unis à cause de ce genre d’éventualité.


              • aequopulsatpede 18 février 2008 14:55

                "On risque même de de recevoir un couple de policiers après avoir mit le mot "Allah" dans son email".

                - Et de passer dans la baignoire pour l’interrogatoire !

                - Ou se faire virer de son fauteuil roulant !

                - Ou mieux, se faire flinguer par un fada dans une grande surface ou en passant devant un collège !

                - Mais le pire du pire du pire, serait de se faire inviter à manger des hamburgers par GWB !


              • jamesdu75 jamesdu75 18 février 2008 16:04

                Excellent article come d’hab.

                Par contre il y a une erreur c’est que ce n’est pas reservé uniquement au personne de couleur café,noir ou au nom arabo musulmans cette parano mais pour tous.

                 

                Quand j’ai fait le trajet paris Mexico avec escale a Whashington DC. On m’a demandé de retirer mes chaussures et pull, blouson enfin je me suis retrouve comme dans mon salon preque a poil. Pourquoi, parceque je n’était pas rasé, j’avais le teint legerment mat. Et surtout j’allais a Mexico on m’a clairement posé la question : Pourquoi vous allez au Mexique. j’ai expliqué que j’allais rejoindre ma femme. Il a fallut montrer mon acte de mariage, car ils n’étaient pas convaincue.

                 Le point noir du cryptage c’est que si vous perdez votre mot de passe c’est trés complexe a recuperer. Encore pire si votre disque dur est mort et vous avez besoin de regravez vos cd.

                Le probleme du stockage est la peur perpetuel du vol de données. Le dernier exemple est myspace avec ce vol de plusieurs gigas de photos confidentiel.

                Rien n’est simple.

                 

                J’espére que leurs problemes portera leurs fruit en degradant leurs commerce et tourisme. Et quand le pognon parle, le reste on s’en fout.


                • Charles Bwele Charles Bwele 18 février 2008 16:24

                   @ Jamesdu75

                  Comment va ?

                  "Par contre il y a une erreur c’est que ce n’est pas reservé uniquement au personne de couleur café,noir ou au nom arabo musulmans cette parano mais pour tous."

                  Je l’ai spécifié au 6ème paragraphe de mon billet "...TSSSS Tu lis trop vite, James...

                  Amicalement


                • Tetsuko Yorimasa Tetsuko Yorimasa 18 février 2008 19:26

                  Le très très gros problème avec le passeport biométrique à part le fait qu’il porte atteinte à la vie privée est que les variables biométriques introduites dans celui-ci seront considérés comme vrai et jugées infalsifiables, et cela sera également vrai pour la base de données s’y rapportant.

                  Vous imaginez si une erreur s’introduit dans les variables du passeport ou dans la la base de données..je vous laisse imaginer...tient un film me revient à l’esprit : Brazil


                  • biloudestax 18 février 2008 19:30

                    Bel article, merci.

                    Malheureusement en voulant vérifier vos sources il apparaît que les liens fournis ne sont pas valides (hormis celui redirigeant vers un autre article d’agoravox). Dommage, certains avaient l’air particulièrement intéressants.


                    • Charles Bwele Charles Bwele 18 février 2008 19:43

                      @ Biloudestax

                      Vous avez raison. Je ne sais pas ce qui s’est passé pour que les URL soient erronés. Je vous redirige donc vers le même article dans mon blog Electrosphère où ils sont valides...

                      Je prie humblement les lecteurs de m’en excuser.

                      Amicalement


                    • Lairderien 18 février 2008 23:57

                      Remarquez, il y a une solution très simple pour ne pas être controlés par les etatsuniens :

                      Ne pas aller chez eux !!!

                      Par ailleurs d’ici 10 ou 15 ans avec le prix du pétrole vous voyagerez moins, cela vous évitera les passages en douane !!!

                      C’est pas beau le vieux continent européen !!!


                      • Mougeon Mougeon 19 février 2008 07:54

                         

                        Le problème c’est que vue la tournure que prennent les choses, et à la vitesse à laquelle les mesures répressive se succèdent, dans 10 ou 15 ans, ce sera encore pire En France et en Europe, qu’aux états unis.


                      • brieli67 19 février 2008 06:52

                        j’ai dans mon référencement professionnel un homonyme . Ca me casse les bonbons. Une boite d’informaticiens disons en vadrouille buissonnière . Des charretées de spam et de drôles de courriers. On participe on participe Vive la joie : Vive l’Amour !

                        J’ai le malheur d’avoir un homonyme né même ville né même mois même année bref un numéro Insee très proche A croire que les "lecteurs" sont tous nazes.... Si ce monsieur était respectable et bien sage no problem. Mais..... administration banques assurances douanes me le rappellent très très souvent. Voilà cinq ans qu’il est parti aux Antilles pour ne pas dire plus loin ..... le rythme baisse moins de gueulantes d’huissiers "Payer mon déplacement la Justice vous le rendra" Que de fois mes comptes bancaires bloqués.... De la Seccsoc et Urssaf... des courriers et des démêlés sans finir ..... Ah ! oui 4 contrôles fiscaux à ce jour ! au plaisir.

                        Le plus grave éthiquement ce sont mes contrôles de papiers en Allemagne surtout. J’en ai pour des heures. Une bombe explose à 5o m de nous. Du résiné partout . Panique générale. Ni une ni deux ni trois. Le copain interne et moi donnons dans le tri et la médecine de guerre.... heureux d’avoir échappé au carnage. Mise en place d’un cordon de sécurité flics pompiers... une bonne vingtaine de minutes .... pour canaliser la foule. Les sirènes des ambulances se frayant difficillement leur passage. Avec les premiers collègues allemands tout habillés fluo arrivant sur place... nous avons été choppés comme des lapins et manu militari déposés pour la nuit au commissariat de la Türckenstrasse. Interrogatoires musclés et bidons. . . Et vers les midis reconduits à la frontière... style relais de la poste .... je termine ces papiers puis je vous conduit à Kuekendorf .. c’est pas loin 25 minutes .. 35 km. A bouffer non mais de la bière à chaque escale... Accueuil très chaleureux à la frontière il va s’en dire ... notre âme fouillée par 5 - 6 officines différentes.... puis ô joie menottés dans un panier à salade sous le regard d’un concitoyen patibulaire vers le Grand Commissariat de la ville. Et c’est reparti pour une dizaine d’heures de clip clap de clavier à un doigt. Le copain alors qu il devait être de garde le lendemain a été raccompagné chez sa douce maman en contresignant le rôle de la Maréchaussée d’ Epinal dans les Vosges.... ma grande vadrouille. Le nectar de malt et de houblon j’aime plus trop.

                        Aucun merci aucune excuse aucune explication ni de dédommagement ... que et toujours que Nein bedit broblème... contrôle. 25 ans après toujours encore une banque de données qui crache. L’année dernière à Mombasa à Mayotte au Nigéria. Il y a trois semaines bloqué 36 H entre Bulgarie et Roumanie. Je suis victime de la mondialisatiON ; A Nice il y a 2 ans ... étonnant ! une plus grande densité de truands par là-bas ? Ce qu ’on ne fait pas pour la sécurité des autres.... tombé dans la boîte toujours dans la boîte. Mais carnaval forcé et non programmé à Rio ... on en redemande.


                        • Eratosthène 4 mars 2008 19:11

                          Article très intéressant. Moi-même, qui suis normalement favorable aux règles de sécurité, trouve que là, trop c’est trop. Je ne savais pas que les Etats-Unis étaient allé aussi loin. Merci pour l’article !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès