Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Technologies > Plus vite que la lumière !

Plus vite que la lumière !

Ça, on ne peut plus s’asseoir sur une connaissance sans qu’elle nous pète au nez tôt ou tard. Les certitudes les plus bétonnées, les tranquilles assurances, ça te prend une de ces gueules quand ça lâche ! Et pas la peine de s’accrocher à la rambarde : les vis se sont fait la malle.

Bon, il ne reste qu’à plonger avec le Titanic de la science, une des certitudes les mieux ancrées de ces dernières décennies : la vitesse de la lumière n’est plus la limite infranchissable que l’on pensait. Des neutrinos la dépassent ! Pas de grand chose : 6 km/seconde sur 300‘000. Un peu comme quand une 2 chevaux tente de dépasser un camion des années 50 dans une côte : au bout d’une demie-heure elle a péniblement atteint la moitié de longueur du camion...

N’empêche : la vitesse de la lumière était supposée être le must en matière de mobilité douce. Ce ne serait plus le cas.

Enfin, n’allons pas trop vite : rien n’est encore certain. Les physiciens du CERN et les italiens de San Grasso n’ont après tout testé que 15‘000 fois leur expérience. Et c n’est pas parce qu’ils ont obtenu 15‘000 fois le même résultat qu’ils ont décroché le prix Nobel. Cette expérience avait déjà été réalisée aux Etats-Unis. Et bien ce n’est pas encore assez. Les chercheurs demandent que d’autres équipes recommencent des milliers de fois la même expérience pour la valider.

J’adore les scientifiques : ils ne croient jamais au premier résultat. Ils essaient, recommencent, critiquent, cherchent la faille, et n’affirment (temporairement) que quand ils ne peuvent plus faire autrement.

Comment expliquent-ils cela ? Soit en effet des neutrinos vont réellement plus vite que la lumière, soit ils traversent des dimensions encore inconnues, des sortes de « raccourcis ». De là à dire que les neutrinos trichent...

Donc on ne sait pas quelle est la bonne explication. Mais les résultats montrent que ces neutrinos, lancés à toute vitesse dans un tunnel de 732 km sous les Alpes, arrivent avec 20 mètres d’avance sur la lumière. Soit 60 nanosecondes. N’essayez pas de compter, vous n’arriverez pas à vous la représenter. Une nanoseconde c’est un milliardième de seconde : 0,000000001 seconde. Cette infime durée existe puisqu’on la vit, mais nos sens alphaCentaure.jpgne sont pas programmés pour se la représenter ou la ressentir. Même si l’on fait « Bip » très rapidement, au mieux on sera à un centième de seconde. Et encore : le déclenchement de la voix et son arrêt demandent un temps fou !

Mais avec tout cela que devient Einstein ? Sa théorie est-elle erronée ? Pas forcément. D’abord il faut encore vérifier avant d’avoir une certitude. D’autre part il pourrait avoir raison dans un certain ordre de vitesse, comme Newton avait raison dans un autre ordre de vitesse. A l’époque de Newton on percevait le temps et la vitesse d’une certaine manière. Pour Newton le temps est fixe, il est le même pour tous les observateurs. C’est juste et cela fonctionne pour des ordres de masses et de vitesses relativement peu importantes. Au niveau de l’univers, la relativité d’Einstein est plus adéquate : le temps varie selon la position de l’observateur. Aujourd’hui nous allons peut-être découvrir qu’il y a encore d’autres aspect de l’univers, au-delà du connu. Un peu comme un système de poupées russes.

Tout le monde scientifique ne crie pas encore à la découverte. Un spécialiste français de la théorie des cordes, Thibault Damour, l'un des cinq professeurs permanents de l'IHES (Institut des hautes études scientifiques), est plus prudent. Interviewé par Le Point il déclare entre autres :

« Si vraiment on avait franchi la vitesse de la lumière, ce serait passionnant, car rien n'est tabou en physique, mais le dépassement qu'ils ont observé est tellement énorme - 2 10-5 (comprendre deux dix moins 5) - que cela paraît peu probable. Sachez que la relativité restreinte, qui est là en cause, a déjà été testée avec 22, voire 27 décimales ! D'autre part, en 1997, l'explosion d'une supernova a bombardé la Terre de neutrinos. Or ceux-ci sont arrivés exactement en même temps que la lumière, compte tenu du décalage des émissions de la lumière et des neutrinos au départ. »

Betelgeuse, étoile géante de la constellation d'Orion, serait sur le point d'exploser : on pourra refaire les tests in vivo.


N’empêche, si cela se vérifie, rien n’empêche de penser que bientôt on prendra un engin superrapide pour aller passer ses vacances sur un système planétaire du côté d’Alpha du Centaure, une des étoiles les plus proches de nous à 4,37 années lumière. Soit à peine 280‘000 fois la distance Terre-Soleil.

Ben quoi : on a le droit de rêver, non ?


Moyenne des avis sur cet article :  3.5/5   (16 votes)




Réagissez à l'article

35 réactions à cet article    


  • ppazer ppazer 24 septembre 2011 08:40

    « Mais avec tout cela que devient Einstein ? Sa théorie est-elle erronée ? Pas forcément. »

    Bien sûr que non, elle n’est pas erronée. Une théorie, c’est un modèle, c’est une approximation logique d’un phénomène observé. Ca n’est pas le phénomène lui-même. (comme dirait l’autre, la carte n’est pas le territoire). En conséquence, toute théorie a son domaine de validité, ses propriétés, ses contraintes.
    Par exemple, dit-on aujourd’hui que la théorie de Newton est erronée ? Dans la cosmologie et la physique des particules, très certainement. En revanche dans l’industrie, c’est encore celle qui est très très largement utilisée. Tout est à replacer dans son contexte.


    • lesdiguières lesdiguières 25 septembre 2011 00:53

      Einstein à dit « Dans l’univers tout est possible, ... même l’impossible » :

      http://www.inlibroveritas.net/lire/oeuvre37347.html


    • Fergus Fergus 24 septembre 2011 10:14

      Bonjour, Hommelibre.

      L’information est sans aucun doute passionnante, mais je n’ai absolument pas compris en quoi le fait que le neutrino aille 6 km par seconde plus vite que la lumière (300 006 contre 300 000 !) est un évènement capital en termes d’applications sur notre vie et de connaissance du fonctionnement planétaire.

      Suis-je à ce point stupide ? Ou victime, comme des millions de Français, d’explications alambiquées données par des journalistes qui manifestement n’étaient pas plus au clair que moi ?

      Cordialement.


      • Peachy Carnehan Peachy Carnehan 24 septembre 2011 16:16

        Salut Fergus.

        Je vais essayer d’être clair. La limite physique des 300.000 km/s reste infranchissable. A cette vitesse toute matière se transforme et se transformera toujours en énergie (en lumière, si tu préfères). C’est la seule certitude. Le problème est ailleurs. Puisque le neutrino, ou n’importe quelle autre particule, ne peut pas se déplacer plus rapidement que la lumière alors c’est qu’il a emprunté un autre chemin. Mais lequel ? C’est ça le mystère.

        Il y a deux hypothèses sur la table. Soit le neutrino a emprunté une autre dimension, comme l’hyper-espace dans Star Trek, soit il a voyagé dans le temps par un trou de verre (encore comme dans Star Trek).

        Personne n’a vu Monsieur Spock  ?

        Je plaisante mais c’est passionnant.


      • Peachy Carnehan Peachy Carnehan 24 septembre 2011 16:19

        « Trou de ver » et pas « trou de verre ». Il faut que je me replonge d’urgence dans Isaac Asimov pour me remettre à niveau.

         smiley


      • Peachy Carnehan Peachy Carnehan 24 septembre 2011 16:27

        Une explication, sommaire, du « trou de ver » touvée sur Wikipédia :

        « D’après la théorie de la relativité générale d’Einstein, plus un objet se déplace vite, plus il verra le temps s’écouler lentement. Si l’entrée d’un trou de ver (trou noir) reste immobile et sa sortie (fontaine blanche) se déplace à 99.99% de la vitesse de la lumière, quand il se sera écoulé 48 heures à l’entrée, il ne se sera écoulé que 28 minutes à la sortie. Ainsi, si nous arrivions à construire un trou de ver et à maîtriser la vitesse de sa sortie, nous pourrions voyager dans le temps et choisir le moment de sortie dans le passé. »


      • hommelibre hommelibre 24 septembre 2011 16:27

        Fergus,

        Les grands changements dans la connaissance de l’univers ont amené de grands changements philosophiques et dans le représentation de l’humain. Je pense que la conception de l’univers aujourd’hui va de pair avec le développement d’un monde multipolaire - intellectuellement et politiquement. C’est une supposition, bien sûr.

        Il faut encore que le cerveau humain suive, mais c’est toujours plus lent...


      • zadig 24 septembre 2011 17:45

        Bonjour Fergus,

        Vous êtes super en faux naif.

        Moi ce qui me semble capital dans cette information est que finalement
        même les dogmes les mieux assis peuvent vaciller.

        Pour ma part, je pense a une erreur de calcul quelque part (top chrono ?)

        Cordialement


      • Peachy Carnehan Peachy Carnehan 24 septembre 2011 21:50

        « ...je pense a une erreur de calcul quelque part (top chrono ? »

        Possible aussi, malgré les 27.000 tests précédents. D’ailleurs c’est tout l’intérêt des expériences à venir. Confirmation ou infirmation.


      • Dudule 24 septembre 2011 22:51

        L’effet tunnel est envisageable aussi... mais une particule qui interagie très peu avec la matière (donc n’est pas soumise -ou peu- à un éventuel puis de potentiel) est peu susceptible de passer par un effet tunnel...

        Il y a une couille dans le potage, si le phénomène est confirmé.


      • bingofuel 24 septembre 2011 10:48

        Le dogme de la relativité reçoit un coup de canif supplémentaire, mais cela ne l’ébranlera pas.

        En 1926, les très sérieuses expériences de Dayton Miller (http://en.wikipedia.org/wiki/Dayton_Miller, http://www.orgonelab.org/miller.htm) ont déjà démontré les incohérences du modèle relativiste.

        Dans les années 1950, c’est Maurice Allais qui a produit des résultats expérimentaux complémentaires et confirmant les assertions de Miller. Maurice Allais fût un brillant génie, qui dégoûté par la malhonnêteté des physiciens institutionnels contemporains, a préféré aller gagner son prix nobel dans le domaine de l’économie.
        http://allais.maurice.free.fr/Science.htm

        Alors, maintenant la prédiction est évidente : dans quelques semaines un vague démenti sera produit dans les chroniques scientifique et cette mesure tombera dans l’oubli.

        Je peux vous indiquer cependant que la vitesse de la lumière varie avec le gradient de gravitation et le fait que la trajectoire des neutrinos réalise une corde par rapport à l’arc terrestre, est une explication probable à ce résultat expérimental.

        Enfin, à tous ceux assez ouverts pour m’entendre, il faut bien comprendre que qui maîtrise la physique, maîtrise l’énergie. Et qui maîtrise l’énergie maîtrise l’économie, la force militaire et le monde. La relativité d’Einstein est la plus belle couverture du lobby militaro-financier US ; une magnifique imposture qui fera date dans l’histoire, si avenir il y a.


        • magneticpole magneticpole 24 septembre 2011 21:35

          Je suis assez d’accord avec toi qu’il existe une cryptoscience et que des scientifiques ou plutôt des gens bien placés aux postes d’influences empêche les idées novatrices d’avancer et donc de développer la science qui n’avance plus depuis 50 ans, bizarre non, les plus grandes découvertes datent toute des années 1800-1900, 1920 puis depuis c’est plus des petits progrès mais rien de révolutionnaire, les lasers, puces et toute ces choses découlent des grandes théories de ces années la, et donc comme vous dites , ils font en sorte que les gens n’aillent pas plus loin. Les trous noirs sont le summum de la stupidités des physiciens qui veulent bien y croire. Mathématiquement les équations qui décrivent les trous noirs sont débilitantes et les matheux sont les rares a comprendre cela. 

          Pour la variabilité de la lumière , il est plus que vrai qu’elle varie en fonction de la gravité.
          Des chercheurs ont creusé la notion de variabilité de c.
          Wikipedia en a fait un petit résumé : http://fr.wikipedia.org/wiki/Théories_d’une_vitesse_de_lumière_variable


        • Dudule 24 septembre 2011 23:44

          Rien n’a jamais mis aucun coup de canif sérieux dans la relativité. Jusqu’à justement ce résultat du CERN.

          Il faut bien comprendre que si un coup de canif sérieux avait été mis dans la relativité, il y aurait eu un buzz. Là, il y en a un (qui reste à confirmer), donc il y a un buzz. Il n’y a pas de complot pour ou contre la relativité. Il y a des résultats qui la confirment, ou qui l’infirment. Un seul résultat suffit à l’infirmer. Jusqu’à peu, la relativité a toujours été confirmé, et depuis peu, une expérience (si elle est vérifiée), la conteste. Ce qui veut dire, si l’expérience est vérifiée, que la relativité n’est plus valide et qu’il faut trouver autre chose. Une seule expérience incontestable... et tout est par terre... C’est la méthode cartésienne, ou en plus moderne, le critère de Popper.

          C’est tout.

          Point barre.

          Les expériences de Miller étaient sujettes à interprétation, et Allais, s’il était un bon économiste et un bon mathématicien était un très mauvais physicien : il a toujours refusé de comprendre la base de ce que l’on demande de comprendre à tout étudiant en physique de première année : il n’y a pas de référentiel absolu. Et quand on y réfléchi, c’est un postulat logique et cohérent, qui de plus est vérifié par l’expérience.

          Les tentatives lamentables d’Allais d’introduire un référentiel absolu (le Soleil, et pourquoi le Soleil, pourquoi pas Véga ou le centre galactique, ou autre ?) sont celles d’un mauvais physicien. Bon mathématicien, bon économiste mais mauvais physicien.

          Vous dites que la vitesse de la lumière varie avec le gradient de la gravitation (formule difficile à comprendre, la gravitation étant elle même un gradient : c’est la force de gravitation qui varie avec ce gradient. En d’autres termes : vous parlez de l’énergie potentielle, ou de son gradient - la force-) ? La relativité générale et l’expérience disent que non. Sans mathématiques complexes (avec les mains, comme on dit), armé de votre logique , la relativité générale est (relativement) facile à comprendre :

          En l’absence de référentiel absolu (qui n’ont absolument aucune raison logique d’exister, ou bien ça se verrait et on le saurait) :

          Postulat 1 (vérifié par l’expérience ) : la vitesse des ondes électromagnétiques est la même partout et en tout lieu dans tous référentiels galiléens —> relativité restreinte.
          Postulat 2 (idem) : les ondes électromagnétiques (la lumière, entre autres) se propagent en ligne droite dans tous les référentiels sus-mentionnés (galiléen). —> relativité générale, parce que :

          Corollaire : peste, bisque, rage : un référentiel soumis à un champs de potentiel gravitationnel est uniformément accéléré ET est en même temps putain de galiléen de sa mère (la pute borgne, comme on dit dans le Sud) !!!! Il n’y a pas plus galiléen qu’un référentiel soumis à un champ gravitationnel.

          Du coup, ça chie grave ! Vous sautez en parachute et tardez à l’ouvrir (vous êtes en chute libre) : les photons que vous voyez se propagent en ligne droite ALORS QUE VOUS ACCÉLÉREZ... mais les mêmes photons se propagent en ligne droite pour l’avion qui vous suit sagement aussi. Alors que lui n’est pas accéléré par le champ de gravitationnel (qu’il compense avec la portance de ses ailes) !!!

          Solution : Espace de Minkowski, espace temps : la gravitation courbe l’espace, les photons se propagent en ligne droite pour vous comme le pilote de l’avion, mais le temps est légèrement ralenti dans votre référentiel (dans ce cas simple ce ne sera même pas mesurable) pour que ça colle : l’espace-temps se courbe comme une membrane sous l’effet d’un champ gravitationnel.

          C’est comme ça, ça colle parfaitement, c’est mesuré et quantifié en astrophysique... jusqu’à ce que l’on confirme vraiment cette expérience sur les neutrinos. Et si (et seulement si), cette expérience est confirmé, tout est par terre. Et personne n’essayera de sauver la relativité si c’est le cas. Si quelqu’un avait fourni quelque chose de tangible qui conteste vraiment la relativité, elle aurait été contestée.

          Ne croyez pas que les physiciens soient des fonctionnaires scribouillards dont l’unique occupation est de chasser les subventions... Le rêve secret des membres de cette engeance perverse est justement de TOUT PÉTER ! De foutre en l’air les théories qu’ils ont apprises, pour accéder à la POSTÉRITÉ, devenir ainsi une star et se baiser plein de nanas (ou de mecs en ce qui concerne les physiciennes, ou autres...). Se sont les traders de la sciences. Les géologues, par exemple, ou les naturalistes, ne sont pas aussi vils...


        • Dudule 25 septembre 2011 00:25

          Pour magneticpole :

          Personne n’a jamais mis en cause les théories élaborées depuis 1920 parce que personne n’a eu d’élément empirique pour le faire. C’était difficile d’élaborer des théories qui permettent de rendre compte des découvertes de ce temps là, ça a été fait, et les résultats expérimentaux collaient jusqu’à aujourd’hui.

          Ce résultat sur les neutrinos (s’il est confirmé, encore une fois), remet complètement en cause ces théories... donc, si c’est confirmé (et seulement si), tout le monde (des physiciens) va tomber à pieds joins dans le plat !

          Les équations qui décrivent les trous noirs sont compliquées, elles sont justement contestées par beaucoup parce que personne n’a jamais vu de trous noirs (et pour cause...). Il y a des observations indirectes contestées légitimement par certains, pas de preuves directes (même si le consensus scientifique est plutôt en faveur de leur existence, puisque c’est conforme aux théories qui sont vérifiées par l’expérience chaque jour que Dieu fait).

          Mais ça n’a rien de débilitant, et ce n’est pas le pire de la physique mathématique, loin de là.

          Si vous voulez parler de physique mathématique sans lien avec la réalité empirique, parlez des théories des cordes (il y a autant de théories des cordes que de matheux qui bossent la dessus). Il est possible que certains des mathématiciens qui bossent la-dessus aient raison, mais il faudra qu’ils le prouve expérimentalement. Les maths ne suffisent pas.


        • magneticpole magneticpole 25 septembre 2011 09:23

          @dudule


          Les matheux ont une chose que les physiciens n’ont pas c’est la rigueur vis a vis des maths.
          Quand à la phrase : « même si le consensus scientifique est plutôt en faveur de leur existence, puisque c’est conforme aux théories qui sont vérifiées par l’expérience chaque jour que Dieu fait »
          Concernant les trous noirs c’est un conrte sens pour moi.

          Maintenant je ne suis pas d’accord pour dire que la relativité est remise en question si cette expérience du cern se confirme, je pense qu’elle sera un sous-ensemble juste d’une théorie plus globale. Parcequ’elle marche plutôt bien dans notre monde ici et maintenant.

        • La râleuse La râleuse 24 septembre 2011 10:58

          Bonjour HommeLibre,

          Moi qui suis déjà fâchée avec les maths tout autant qu’avec le calcul mental, tous ces chiffres me dépassent un peu, beaucoup, passionnément.
          Ce que j’en retiens surtout, c’est que, si délirantes soient les œuvres de fiction sorties de l’imagination des humains, elles ne seront jamais aussi passionnantes, aussi fascinantes que les mystères de l’univers.
           


          • hommelibre hommelibre 24 septembre 2011 16:29

            Oui, je trouve que l’astronomie et l’astrophysique sont des domaines qui appellent à rêver au-delà de toutes les contraintes humaines.


          • Kalki Kalki 24 septembre 2011 12:16

            rien de nouveau


            • foufouille foufouille 24 septembre 2011 12:16

              ca fait pas grand chose
              on est loin du warp


              • TyRex TyRex 24 septembre 2011 13:07

                " D’autre part, en 1997, l’explosion d’une supernova a bombardé la Terre de neutrinos. Or ceux-ci sont arrivés exactement en même temps que la lumière, compte tenu du décalage des émissions de la lumière et des neutrinos au départ. »« ...

                Quelque chose me gêne dans ce court passage. Ceux-ci ne sont pas arrivés exactement en même temps que la lumière... il »semblerait" qu’ils soient arrivés en même temps.

                Tout simplement parce que 99% de l’énergie émise par les supernovas l’est sous forme de neutrinos et qu’on ne sait pas avec Exactitude quand elle a Exactement commencé.

                D’ailleurs la science n’est pas Exacte sinon elle n’évoluerais plus !


                • Dudule 24 septembre 2011 23:52

                  Excellente remarque.


                • pissefroid pissefroid 24 septembre 2011 14:18

                  Il faut rappeler à
                   
                  hommelibre

                  que la science n’est pas faite de certitudes, elle est faite de savoir et que ce savoir évolue avec les connaissances issues de la recherche.


                  • hommelibre hommelibre 24 septembre 2011 16:31

                    On assimile vite un savoir à une certitude. La démarche scientifique est d’autant plus intéressante.


                  •  C BARRATIER C BARRATIER 24 septembre 2011 18:25

                    Aux commentateurs chagrins qui parlent de dogmes, ils prêtent à la science ce qu’ils trouvent dans les religions. La science n’ aucun rapport avec la croyance. Son caratère principal est qu’elle ne sait pas, le dit, répète que tout se passe comme si...et qu’elle salue la remise en cause de ses savoirs qu’elle sait éphémères avec bonheur. C’est pourquoi les savants sont de perpétuels chercheurs.

                    On va peut être aller plus loin qu’Einstein, est ses travaux nous auront engagé et permis d’aller plus loin.

                    ça nous change du quotidien charlatanisme des politques ou des religieux. On respire mieux !


                    • Peachy Carnehan Peachy Carnehan 24 septembre 2011 21:26

                      Bien vrai.


                    • lesdiguières lesdiguières 25 septembre 2011 00:53

                      Einstein à dit « Dans l’univers tout est possible, ... même l’impossible » :

                      http://www.inlibroveritas.net/lire/oeuvre37347.html


                      • Sat is Fay 25 septembre 2011 00:57

                        Un jour verra peut être l’avènement de la téléportation, fini les transports polluants, en un claquement d’ doigt à Ibiza ! dématérialisation, rematérialisation, en évitant les mouches toutefois ! smiley


                          • dante haguel 27 septembre 2011 03:15

                            @ Peachy : tu as tout faux :
                            en francais, il y a tjs l’exception qui confirme la regle,
                            en math : un contre exmple detruit tout simplement une theorie !

                            pour les autres :
                            les mathemathiques sont pures, les sciences sont approximatives !

                            il y a un dogme en sciences : le temps est constant, ce qui est faux, tout simplement,
                            du coup TOUTES (90%voir +) les equations sont fausses, car a un moment donner on derive par rapport au temps, qu’on considere constant.....
                            Einsteinn est un genie, et pour les connaissances de sont epoques (ou on ne savait pas encore que le temps est inconstant), sa theorie etait juste !

                            bref, la theorie de la relativite est mathemathiquement vrai, mais scientifiquement fausse a cause de ca !

                            et du coup, on se retrouve, ENCORE, avec une experience qui prouve qu’on depasse cette vitesse ’limite’.

                            mathemathiquement c’est impossible car arriver a la vitesse de la lumiere on arrive a une division par zero, ce qui n’est pas fesable ! on a un (1-v/C) dans l’equation
                            v : vitesse de l’objet
                            c : celerite de la lumiere, la vitesse ’maximale’

                            or, comme le temps n’est pas constant, les calculs changent

                            http://fr.wikipedia.org/wiki/Vitesse_de_la_lumi%C3%A8re

                            pour le fait que le temps ne soit pas constant, le wiki francais n’en parle pas, c’est tjs un tabou scientifique, le wiki anglais en parles :

                            http://en.wikipedia.org/wiki/Second

                            "During the 1970s it was realized that gravitational time dilation caused the second produced by each atomic clock to differ depending on its altitude. A uniform second was produced by correcting the output of each atomic clock to mean sea level (the rotating geoid), lengthening the second by about 1×10−10. This correction was applied at the beginning of 1977 and formalized in 1980. In relativistic terms, the SI second is defined as the proper time on the rotating geoid."

                            Bref, ca a causer des problemes de synchro d’horloge entre Houston (NASA) et les satellites)

                            Bref, l’erreur du dogme des scientiques vient tout simplement de la ^^


                            • JL JL 27 septembre 2011 08:58

                              « il y a un dogme en sciences : le temps est constant, ce qui est faux, tout simplement, » (Dante hagel)

                              C’est faux parce que ce n’est pas vrai ! le temps n’est pas constant - ça ne veut rien dire ! -, le temps n’existe pas en tant qu’entité physique : il n’y a que de l’énergie sous différentes formes et des transformations d’énergie.

                              Le temps et l’espace ne sont que des contenants de fait ! des concepts utiles. Dire que l’espace est constant est d’une égale absurdité que dire que le temps est constant.


                            • JL JL 27 septembre 2011 09:32

                              Pour éviter une réponse superflue : le temps n’est ni constant ni variable, puisqu’il n’existe pas. C’est notre perception due ce que nous appelons le temps qui est relative et nous fait percevoir un temps qui s’écoule". Cette expression n’a pas de réalité physique, ce n’est qu’une métaphore.

                              Ce ’temps qui s’écoule’ est le fait des transformations physique qui ne sont pas simultanées, ce que nous appelons la durée : les relations de cause à effet sont l’explication de la flèche du temps. Un événement A entraine un événement B par le biais d’un message qui ne peut se mouvoir de A à B plus vite que la lumière. Le plus souvent, beaucoup moins vite dans notre monde observable.


                            • dante haguel 27 septembre 2011 16:54

                              d’abord, je presente mes excuses a Peachy, c’etait Ppazer a qui ma premiere remarque etait destiné sur le fait qu’une theorie est invalider par un contre exemple....
                              (je suis actuellement malade et donc un peu a la ramasse ^^)

                              ensuite @ JL :
                               pour le temps qui n’existe pas... ok, si ca existe pas, pourquoi toutes les equations scientifiques sont basé dessus !
                              bref, je comprends pas la remarque « le temps n’est ni variable, ni constant, car il n’existe pas »

                              c’est sur que le temps est difficilement quantifiable, la temperature, la masse ou autre est plus facilement quantifible, mais le temps reste bien une realité, et incorporer dans le SI !!!

                              on peut prendre un exmple concret : NASA, base au sol, et satellite, les horloges ultra precise qui misent cote a cote donne la meme valeur, et lorsque que l’une se trouve en orbite, un decalage se creer !
                              on peut prendre un exemple theorique, le paradoxe des jumeaux : ils ont 20 ans l’un reste a terre, l’autre voyage a une vitesse proche de la lumiere pendant 20 ans, a sont retour il aura 40 ans et le jumeau rester sur terre aura 60 ans !

                              bref, le temps n’est pas constant.....

                              Maintenat consideront que le temps n’existe pas, pour vous faire plaisir, bien que je comprennes pas cette hypothese :
                              mathematiquement, il reste utiliser dans les equations, le faites qu’il soit constant ou variable change le resultat des equations....
                              si on le prend constant, alors les equations scientifique tel que nous les connaissons sont mathematiquement valides,
                              si on pose comme hypothese que ce temps est invariables, les equations mathematiquement parlant deviennt fausses....

                              mon prof de physique quantique m’avait dit ca un jour : « le temps n’est pas constant, mais il ne faut surtout pas le dire, les gens ont du mal a ce faire a cette idee »
                              en gros, c’etait un peu un Galille moderne qui disait que la terre est ronde alors que tout le monde pense qu’elle est plate, et dont le college en place ne veut absolument pas remettre en question ce dogme, meme avec des preuves a l’appuit.......


                            • dante haguel 27 septembre 2011 17:00

                              oups, erreur (une parmi d’autre ^^) :
                              « si on pose comme hypothese que ce temps est invariables, les equations mathematiquement parlant deviennt fausses.... »

                              il fallait lire :
                              si on pose comme hypothese que le temps est variables, les equations mathematiquement parlant deviennt fausses....


                            • JL JL 27 septembre 2011 20:37

                              Mais oui, le temps n’existe pas : il n’y a pas un temps qui s’écoule, majestueusement comme une rivière ! On ne mesure pas le temps : on ne compare que des durées.


                            • hommelibre hommelibre 27 septembre 2011 22:19

                              J’avais lu en son temps une réflexion sur le temps faite par un physicien. En effet ce qu’on en connait est une mesure, une mesure de la chronologie d’événement liés par une succession de causes et d’effet. Le temps fixé, comme huit heures du matin, n’est qu’un état de ces causes et effets à un moment donné.

                              L’âge par exemple n’est qu’un changement d’état, un processus.

                              L’image du fleuve donnée au temps est d’un côté est satisfaisante parce qu’elle illustre dans une forme d’unité les successions de causes et d’effets. Mais elle est illusoire car elle ne traduit pas toutes les séquences qui composent cette unité, séquences qui varient selon le point d’observation, la quantité d’eau, la déclivité, la chaleur, le point de vue intellectuel que l’on adopte. Le temps est en général la mesure d’une durée entre deux états selon une convention. Enfin, c’est ce que j’en comprends.

                              Je ne suis pas physicien ni même matheux, mais il y a dans quelque chose de passionnant dans ces notions de temps. Je trouve très intéressants les échanges qui ont lieu ici.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès