Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Technologies > Postulats hérités du copenhaguisme, et qu’on n’admet plus en (...)

Postulats hérités du copenhaguisme, et qu’on n’admet plus en physique quantique transactionnelle (TIQM)

La vulgarisation de la physique quantique donne des résultats consternants, qui du reste conviennent à merveille aux charlatans. Or la faute n'en revient pas aux vulgarisateurs, mais bien aux héritiers du groupuscule Göttingen-København, qui est devenu hégémonique en 1927 lors du congrès Solvay.

Nous physiciens transactionnistes, à la suite de P.A.M. Dirac en 1938, nous prenons en compte la rétrosymétrie : les équations d'évolution sont symétriques par rapport au temps, à l'échelle microphysique - mais évidemment pas à l'échelle macrophysique. Cela a d'énormes conséquences, et en pratique nous ne faisons pas du tout la même physique, ni avec la même échelle conceptuelle, avec des rendements heuristiques et pédagogiques qui ne sont pas comparables.

_ _ _ _ _ _

Postulats hérités du copenhaguisme, et qu’on n’admet plus en physique quantique transactionnelle (TIQM).

 

Postulat anti-Broglie, anti-Schrödinger :

Négation obligatoire de tous phénomènes fréquentiels autres qu’électromagnétiques et sans masse. Négation des fréquences intrinsèques de particules avec masse. Négation des deux composantes rétrochrones dans l’équation d’onde de l’électron, posée par Dirac en 1928. Silence radio sur le Zitterbewegung (1930), qui laisse les profs et rédacteurs de manuels dans l’état d’une poule qui aurait trouvé un couteau (Cf. les cours de Wolfgang Greiner, ou d'Albert Messiah).

 

Postulat géométrique macroscopique :

Autosimilitude de l’espace et du temps à toutes échelles, avec extrapolation illimitée, et extrapolation vers la microphysique de l’irréversibilité statistique du temps macrophysique, et extrapolation de la topologie à finesse infinie héritée des mathématiciens du 19e siècle.

 

Corollaire 1, de « quelque chose de très petit » :

Postulat qu’on peut toujours trouver plus petit permettant de définir qu’un truc, un électron par exemple, est « petit », corpusculaire, voire « ponctuel ». Enfin, on peut trouver, dans l'imaginature d'une expérience de pensée, ça suffit amplement...

 

Corollaire 2, anti-absorbeurs :

Il n’y a pas d’absorbeurs en microphysique, juste de l’artillerie de corpuscules, tout comme en macrophysique. Mais c’est pas grave, car on a des recettes de statistiques magiques qui préservent le corpuscule de tous verdicts expérimentaux. Ou presque... Sauf les verdicts d'expérience qui résistent, mais qu'il suffit de censurer. D'où il s'ensuit que le grand public est persuadé qu'un photon ou un électron sont des medicine balls, juste plus petits, qui percutent au hasard, exactement comme des boulets de canon.

 

Postulat positiviste à géométrie variable et opportuniste :

Appel systématique aux dimensions de la macrophysique, avec son « observateur », pour régir les réalités microphysiques. Ce télescopage de sept ou huit ordres de grandeurs est au centre de la théorie GK (Göttingen-København). Dame ! Au lendemain des boucheries de masse de la guerre mondiale, il était temps de revendiquer "Moi d'abord ! Moi je ! Me, myself and I !"

 

Corollaire anti-Fourier :

Les coups de la « dualité » et de la cruelle incertitude de Heisenberg pour dissimuler les propriétés de la transformation de Fourier à l’échelle microphysique.

D’ailleurs, Joseph Fourier (1768-1830) était français, alors, en 1925, à Göttingen...

 

Postulat anti-ondulatoire :

Même quand on la calcule et que les chimistes s’en servent quotidiennement avec succès, l’onde de Schrödinger demeure "fictive", dépourvue de tout sens physique, et ne sert qu’à calculer la probabilité d’apparition du corpuscule farfadique et poltergeist. Lequel est autorisé à aller explorer jusqu’au delà de la planète Jupiter dans son trajet entre le canon à électrons et l’écran cathodique ou le circuit intégré en gravure. D’ailleurs Feynman et Hawking l’ont écrit, alors.. Alors qui oserait critiquer le cinquième et le sixième évangélistes ? L’usage de l’optique de Fresnel (1821) est interdit par la coutume, et sévèrement sanctionné, même avec les corrections fermioniques et bosoniques qui s’imposent selon qu’on l’applique à des fermions ou des bosons.

D’ailleurs, Augustin Fresnel (1788-1827) était français, alors, en 1925, à Göttingen...

 

Postulats sémantiques et rhétoriques,

tous spécifiques au groupuscule GK (Göttingen-København), devenu hégémonique en 1927.

Diu, Laloë, Cohen-Tannoudji

Diu, Laloë, Cohen-Tannoudji, sans spin

Extraits de la page 19 du Mécanique Quantique tome 1, de C. Cohen-Tannoudji, B. Diu, F. Laloë.

Et voilà pourquoi les charlatans raffolent d'un baratin à la quantique ("comme la tendance actuelle le demande"), c'est à dire farfadique et poltergeist, pour vendre leurs salades.
http://impostures.deontologic.org/index.php?topic=161.0
http://impostures.deontologic.org/index.php?topic=330.0
http://impostures.deontologic.org/index.php?topic=163.0
http://impostures.deontologic.org/index.php?topic=96.0
http://www.agoravox.fr/actualites/technologies/article/nouvelle-medecine-et-158903
http://www.agoravox.fr/actualites/technologies/article/conscience-et-physique-quantique-147238
http://www.agoravox.fr/actualites/technologies/article/de-la-cosmonadologie-quantique-a-158055
Ne pas oublier François Favre, militant de l'"animisme quantique", qui prétend être accroché aux basques de Bernard d'Espagnat :
http://impostures.deontologic.org/index.php?topic=33.0
Encore que je trouve difficile d'innocenter Bernard d'Espagnat des délires qu'il suscite chez les ignares qui gobent sa vulgarisation délirante.

...

 

Postulat rhétorique :

Zéro définition de la différence entre macrophysique et microphysique.
A la place, surexploitation du thème publicitaire "Physique classique | Mécanique quantique".
Charles de Gaulle nous faisait voter sous le chantage "Moi ou le chaos !".
Les GK nous font le chantage "Moi ou la physique classique !".
 

Négation des questions de microphysique.

Remplacées par la seule phénoménologie mathématique, limitée aux seules statistiques praticables à l'échelle du laboratoire.
 

Vocabulaire jamais défini, mais prononcé avec emphase : "état quantique".

Cela se prononce avec emphase, comme un prédicateur lorsqu'il parle de la grâce divine, ou d'Allah selon son obédience, mais le prédicateur omet systématiquement d'en donner la définition. En vrai, cela veut dire que dans un système, une ou plusieurs ondes sont stationnaires pendant "un certain temps", en tout cas assez pour que cela puisse se détecter indirectement, c'est à dire lors des transitions vers cet état stationnaire depuis un autre, ou depuis cet état stationnaire vers un autre. Mais dans tous les cas, cela implique physiquement des ondes stationnaires.

Une impasse est ainsi faite :
Ce qu'il décrivent par "état", c'est ce qu'il y a de stationnaire, sans jamais laisser percevoir qu'il est impossible de protéger quoi que ce soit, du bruit de fond broglien chaotique, de tout le reste. Et qui est irrémédiablement instationnaire et chaotique. Les états stationnaires que l'on considère et que l'on calcule, sont des découpages honnêtes et inévitables dans la réalité subquantique, mais sont impuissants à épuiser la réalité subquantique.

Le Théorème de la Variété nécessaire d'Ashby, est là pour nous garantir que le rêve panoptique est un délire certain. W. Ross Ashby (1956) : An Introduction to Cybernetics, (Chapman & Hall, London) : now available electronically.
http://pespmc1.vub.ac.be/ASHBBOOK.html

L'expérience technologique multimillénaire nous avait appris qu'en macrophysique, on peut toujours purifier et isoler une situation expérimentale, en tout cas, toujours mieux que la fois précédente : le progrès technologique a toujours assuré ce dépassement-là du passé. Ce qui a toujours assuré les progrès de la métrologie. On a su installer des salles plus "blanches", mieux isolées des vibrations, même des ébranlements par les pas des opérateurs, de leur respiration, etc., on sait thermostater une manip au point d'avoir pu mesurer l'effet gravitationnel sur l'écoulement du temps, sur une différence d'altitude de 21 m (mesure par l'effet Mössbauer), etc.
Mais en microphysique, on est arrivés en butée : il est impossible même en principe, d'assurer l'isolation et la purification d'un "état" (atomique ou nucléaire, pour fixer les idées), car le bruit de fond broglien (la superposition de toutes les ondes brogliennes du voisinage) est toujours là, non écrantable, chaotique et permanent.

 

Postulats comportementaux pour la pureté de la Foi :

Il est interdit d'avoir une expérience en optique physique (Fresnel, 1821), car on ne saurait tolérer que des connaissances banales en optique physique, et surtout les conditions d'interférence en optique cohérente, ou les conditions optiques laser, viennent bouleversifier la pureté des Vrais dogmes de la Vraie Foi corpusculariste en amphi de MQ.

Il est interdit d'avoir une expérience en physique du solide (Par exemple Ashcroft & Mermin, Solide state Physics. Saunders College Publishing, 1976), car on ne saurait tolérer que des connaissances banales en physique de l'état solide, par exemple l'étendue occupée par chacun des électrons de conduction, viennent bouleversifier la pureté des Vrais dogmes de la Vraie Foi corpusculariste en amphi de MQ. Télécharger : http://filesdeck.com/out.php?q=ashcroft%20mermin%20solid%20state%20physics

Il est interdit d'avoir une expérience en radiocristallographie (développement durant les années trente), par exemple les conditions d'application de la loi de Bragg, et les conditions de finesse d'un réflex, ou les conditions d'obtention d'un diffractogramme électronique de Laue, car on ne saurait tolérer que des connaissances banales en radiocristallographie viennent bouleversifier la pureté des Vrais dogmes de la Vraie Foi corpusculariste en amphi de MQ.

Il est interdit d'avoir une expérience en radioélectricité, ni antennes directionnelles, ni radars ni faisceaux hertziens (années vingt à soixante), par exemple les directivités d'une antenne en émission et en réception, car on ne saurait tolérer que des connaissances banales en radioélectricité et propagation viennent bouleversifier la pureté des Vrais dogmes de la Vraie Foi corpusculariste en amphi de MQ.



Par conséquent, il est interdit d'avoir connaissance des deux articles d'Albert Einstein en 1917, traitant l'un des coefficients d'absorption et d'émission induite, car ô sacrilège, ce sont là des phénomènes de résonance fréquentielle, et l'autre traitant de la quantité de mouvement emportée ou apportée par chaque photon.

Il est violemment interdit d'avoir une expérience professionnelle en chimie physique et en méthodes spectroscopiques d'analyse chimique, car on ne saurait tolérer que des connaissances banales en chimie physique et en spectrographie, par exemple la convergence étonnament directionnelle d'un photon sur la molécule qui est accordée pour l'absorber, viennent bouleversifier la pureté des Vrais dogmes de la Vraie Foi corpusculariste en amphi de MQ.

Et que ceux qui ont eu accès aux connaissances susdites devraient être interdits d'accès aux amphis car ce sont "des esprits farfelus" !

A l'imitation de Franck Laloë, on s'étalera complaisamment sur les multivers d'Everett, afin de bien montrer qu'on est ouvert aux thèses concurrentes, à condition toutefois qu'elles soient totalement et évidemment idiotes (n'accorder une telle publicité qu'aux thèses idiotes, bien évidemment). Afin de prouver que la concurrence, c'est juste des farfeluteries purement philosophiques, un simple folklore pittoresque.



Et voilà ce qu'on enseigne aux masses ébaubies...
Passez muscade !

 

Où faisons-nous le développement en langue française ?

http://deontologic.org/quantic/

L'idée initiale de ce wiki était d'écrire à plusieurs mains un livre d'initiation à la quantique, mais les plusieurs mains ne sont pas très nombreuses : on trouve plus facilement des grandes gueules, aux aboiements pleins de haine et de jalousie, que des mains actives et aptes à coopérer. Ceux qui le veulent, ne serait-ce que pour poser des questions, doivent juste confirmer leur adresse électronique pour pouvoir écrire sur le wiki.


Moyenne des avis sur cet article :  2.6/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

76 réactions à cet article    


  • howahkan howahkan Hotah 23 janvier 2015 12:30

    pendant que l’on s’occupe de l’enveloppe , vitale pour le contenu de celle ci certes, mais quand meme qui n’est pas le contenu et de rien d’autre du fait d’être ce que un humain appelle « vivant »..enveloppe dont nous ne sommes pour absolument rien du tout du fait qu’elle sot et bien on perd de vue que dans l’enveloppe il y a un contenu X

    si l’oiseau faisait comme nous et essayait de comprendre comment il vole au moment ou il vole alors que la nature l’a fait comme ça,peu importe comment car ça marche ! , il s’écrase de suite..

    je crois que la science des humains est encore plus stupide que les religions des humains et c’est pas peu dire smiley


    • JC_Lavau JC_Lavau 23 janvier 2015 13:15

      Très juste Auguste !
      Et à propos de volatile sachant voler, voici dix ans, le 6 février 2005, un humoriste proposait sur fr.sci.physique et fr.sci.astrophysique une théorie dans le même sens que toi :
      « L’Univers n’est fait que de canards : tout objet, tout être vivant,
      toute particule même, est en fait un canard. Chaque canard est composé
      d’une énorme quantité de canards, eux-mêmes composés de canards, et
      ainsi de suite. Tout objet est ainsi fractal.
      Tous les canards ont la même forme, la même taille, les mêmes
      couleurs, etc. Si l’être humain croit voir des objets différents,
      c’est parce qu’il est infichu d’observer correctement, n’ayant qu’un
      cerveau de canard.
      Oui, je sais, cette théorie est un peu osée, mais vu ce qui est
      proposé ici régulièrement, j’ai une chance d’être crédible.

       smiley
       »
      Fin de citation.
      Lien : http://fr.sci.physique.narkive.com/P65IBboy/l-univers-n-est-fait-que-de-canards

      Et pourtant en 2005, Usenet était dans un état moins grave qu’Agoravox en 2015, sous l’assaut des cervelles de canards.


    • charlie cui banni charlie cui banni 23 janvier 2015 13:19

      Bah quoi cette théorie est rigoureusement exacte, sauf à remplacer canard par poussière d’étoile et conscience universelle par un truc commun, indivisible et pourtant également partagé entre tous les êtres dotés de conscience de la création (jusqu’à plus amples découvertes, par la seule race humaine de notre point de vue de terriens)


      Réflchissez-vous

    • gaijin gaijin 23 janvier 2015 15:28

      hotah
      « .....contenu .... »
      en n’oubliant pas que le contenu est a la fois a l’intérieur et a l’ exterieur du contenant et que seul l’ existence d’un contenant fait croire a l’existence d’un contenu 
       ce qui nous renvoie au koan suivant : « est ce la flute qui a un son ou bien le vent ? »
      la réponse ici :
      https://www.youtube.com/watch?v=-4DV2wMXxKs

      gate gate paragate etc .....


    • howahkan howahkan Hotah 23 janvier 2015 18:06

      Salut a toi mon cher gaijin.....

      certes des que on essaye de mettre en mot ce qui ne peut se mettre en forme avec des mots on va tomber dans quelque chose de faux...

      le son a besoin de la flûte, de celui qui a fait la flûte, du bois dont est fait la flûte, de ce qui a créé le bois ,de la terre ou le bois a poussé, de ce qui créa la terre, de l’origine donc de la terre etc etc , mais aussi de l’air , de l’origine de l’air , de celui qui souffle et de l’origine de celui qui souffle et aussi éventuellement du vent qui va s’y engouffrer, et avant toute chose de l’Origine ultime qui a fait que tout ceci soit !!!

       et tout ceci est donc un collectif lié interdépendant..la liberté est un leurre absolu dans le sens on on l’entends, je ne vois guère de liberté que celle qui est quand la pensée ne dirige plus le cerveau, car la pensée est un dictateur, impitoyable d’autant plus que on ne le sait pas ...........

      tout est collectif et interdépendant comme tout le reste l’est sauf une seule créature ?? je te le donne Émile : l’humain bien sur qui se veut à part de la création comme il divise pour analyser, or diviser la vie en vie et mort est une faute majeure,car la fin est ce qui évite au cerveau analytique de croire en la continuité comme étant vraie, i

      l n’y a que un moment insaisissable dit le présent...qui soit vrai,

      le reste , notre pensée donc, est dans une dimension intégrée du présent mais n’est pas dans le mouvement du présent ,ceci permet la naissance de l’ observateur-observé basé sur la mémoire personnelle et collective et l’analyse par la pensée de celle ci pour trouver des moyens de survivre, pseudo instinct inclus la dedans bien sur ..

      et donc la pensée + ou - développée est vitale pour la survie physique de toute entité X mais est un danger mortel pour les humains qui ne sont plus sous le contrôle de mère nature comme tout ce qui est mais sont depuis un moment sous le contrôle de leur propres pensées du à la perte de certaines de nos capacités ... la pensée est un danger terrible pour les humains des que .elle s’exerce en dehors de son champs de compétence,(moyens de survivre dans l’environnement ) ce que nous faisons du matin au soir..après on s’étonne du bordel en nous et a l’extérieur mais c’ est le meme borde la partout bien sur... ...ceci est un erreur absolue ......

      seule la pensée analytique qui divise en deux , moi qui observe et l’observé , ou analyseur et objet de l’analyse pour essayer de comprendre au début , puis divise de + en + bêtement ne sachant meme plus quelle fait cela

      je crois alors réellement que je ne suis pas ma souffrance, mais que je suis ma réussite...

      pour la pensée tuer est un acte assez simple ,c’est juste une façon de résoudre un problème..

      sans se connaître soi meme, ce qui pour moi ne peut absolument pas être une démarche volontaire, ni une quête , la science n’a rien a faire dans ce domaine, , ...l’humain n’a aucune issue à ses problemes globaux....à titre personnel cela reste en permanence et pour tous une potentialité qui est là ..à chaque instant qui passe.....l’éducation telle que comprise et faite n ’est pas du tout un atout pour aller sur ce chemin... mais un handicap !!

       l’espoir est un désastre !!! il empêche tout changement ..car l’espoir c’est demain ..or il n’y a pas de demain dans le réel

      c’est d’ailleurs pour cela que fausses religions , les politiques et la science nous disent tous : demain ça va aller...

      pendant ce temps eux ils sont peinards , car rien ne change en profondeur depuis au moins 5000 ans voir + voir - selon le degré de fausseté de l’histoire et parce nous on est occupé dans les couloirs du temps avec jacquouille ...

      .tout changement profond se passe en dehors du temps il est instantané ou n’est pas ....la concrétisation physique elle va prendre du..temps bien sur...mais le changement est d’abord dans le mental, car l’origine de tout ce que l’on fait est dans le mental que on ne connaît pas du tout,pseudo élites comprises bien sur..ils en connaissent un peu plus pour bien manipuler cependant.. ....

      ainsi pour nous c’est notre psyché (cerveau) qui doit d’abord changer radicalement et ce mouvement va s’étendre ensuite graduellement dans les champs extérieurs ... non plus comme « moi je » mais comme « nous »..............

      or on fait quoi ? exactement le contraire , on ne change pas du tout la psyché qui est la racine de nos problèmes et on essaye de changer l’extérieur , ..ça ne marche pas ..sauf un peu très timidement de temps en temps...regardons le faits, la disparition des humains due a une guerre mondiale est possible..tu parles d’une réussite Charles !!! smiley

      demain est une illusion théorique conceptuelle nécessaire pour analyser donc pour survivre, créée par la pensée ..ceci n’est pas relié au présent comme le sont les cellules du corps par exemple

      le champs de la pensée est le futur qui utilise le passé...le présent n’existe pas dans la pensée.sauf en tant que moyen mécanique et automatique de faire quelque chose basé sur la mémoire et la façon de le faire.. de faire des choses ..c’est juste un outil donc...

      etc etc y en a pour des semaines ,des mois ,des années, une vie , alors on arrête les dégâts ...

      PS : non je ne fume pas de la beuh !! je raconte juste mal ce que je vois clairement , je n’aime pas écrire mais je dois !!


    • howahkan howahkan Hotah 23 janvier 2015 18:17

      si je ne dis pas trop de conneries il n’y a pas d’évolution mais changement graduel nécessaire dans le temps ,le début contenant la finalité dans les grandes lignes, dans le détail il y a une marge de manœuvre vitale créée , qui est le temps pour survivre...genre on mange quoi ce soir ?? il n’y a pas non plus d’expansion née d’un big bang mais création qui est mouvement ....

      le rond est le cercle sacré.......

      mais ceci reste bien sur superficiel et avec peu d’intérêt ..ce que les mots ne peuvent jamais dire n’est pas ici avec nous et ne le sera jamais....le présent ne tolère pas le mot..

      le parfum du fait de vivre ne tolère pas les mots des humains..il est dans le présent insaisissable .

      wow ,ça sonne vachement bien non ?? smiley


    • gaijin gaijin 24 janvier 2015 13:33

      «  je raconte juste mal ce que je vois clairement »
      ça va tu t’en sort plutôt bien en tout cas aussi bien que possible ......
      l’homme occidental mourra avant d’admettre qu’il est dépassé .....
      structurellement et définitivement dépassé, qu’elle que soit la taille des machines , la beauté des équations, le cerveau est un outil limité, restreint ....conditionné par les exigences du matériel , pas sortit des représentations sociales issues des autres cultures simiennes ...

      alors on fait semblant , on joue a qui est celui qui agite la branche le plus fort ....mais avec tout le sérieux que l’on doit monter en tant qu’individus supérieurs, avec les attributs du pouvoir diplômes costards-cravate , blouse blanche et lunettes ......

      toute cette arrogance ne peut finir qu’en suicide collectif


    • howahkan howahkan Hotah 24 janvier 2015 16:16

      Salut gaijin....

      oui derrière tous ces mots se trouvait aussi ce que tu dis la entre autre...bien dit clairement toujours...

      Suicide collectif , une issue possible ? c’est évident...
      je connais bien ,très bien les ressorts de ce qui se cache derrière le suicide , en profondeur du cerveau..notre société participe de ce mouvement tout à fait...ce qui provoque la guerre provoque aussi le suicide....meme origine profonde..dans les zones non conscientes de la psyché...

      je vais faire un long article la dessus....un de ces jours..

      merci du mot !


    • charlie cui banni charlie cui banni 24 janvier 2015 16:19

      Vous voulez savoir comment ça se passe de l’autre côté ? Easy, c’est ici et now, avec mon pote le Néandertal


    • Xenozoid Xenozoid 24 janvier 2015 16:22

      ben vrais, les modernus sapien sont très arrogant mon cher, donnons leur de l’espace qu’il réclame,aidons les ne votons plus


    • de Mande de Mande 23 janvier 2015 13:57

      Les applications de la physique quantique viennent à l’appui de son hégémonie, qu’on pourrait appeler philosophique peut-être. Heureusement pour les sciences physiques qu’il existe d’autres domaines de la technique dans lesquels d’autres perspectives gardent leur efficacité : ils sont le socle de la sauvegarde contre les délires du consensus.


      • JC_Lavau JC_Lavau 23 janvier 2015 15:38

        Le formalisme de la quantique est exact, sinon il aurait été balancé à la poubelle depuis longtemps.
        La sémantique dont il est enrobé selon l’enseignement hégémonique GK, est délirante. Mais hélas elle n’est toujours envoyée à la poubelle, en tout cas pas par les majoritaires. Pour le plus grand profit des charlatans.


      • de Mande de Mande 23 janvier 2015 22:54

        C’est mésestimer la théorie quantique que de la réduire à un formalisme : elle est si exacte en effet qu’elle donne la connaissance de la réalité.
        Cependant, il y a les sciences, mais aussi la place que leurs donnent les programmes, la pédagogie, leur vulgarisation et l’idéologie dans laquelle elles baignent : ce sont elles qui deviennent éventuellement hégémonique.


      • JC_Lavau JC_Lavau 24 janvier 2015 00:09

        De Mande, vous persistez toujours dans votre confusion.

        La partie sémantique de la théorie hégémoniquement enseignée est une chose, et elle est parfaitement contradictoire avec le formalisme, qui est tout autre chose.
        Le formalisme donne des prévisions correctes, mais il est 100% déterministe, et 100 % ondulatoire. Seul le formalisme est exact, mais vous ne le connaissez ni ne le pratiquez.

        Ce qui coûte un prix pédagogique monstrueux et indéfendable, est de dresser les étudiants à ne pas voir cette contradiction.

        La sémantique enseignée est corpusculariste, comme j’en donne la preuve par un extrait de livre de cours, scanné. Les résultats de calculs sont à l’opposé.

        Il N’y a donc PAS UNE théorie, mais des brics et des brocs contradictoires entre eux. Le broc correct est celui que vous grand public n’abordez jamais, et les journalistes de vulgarisation non plus.


      • de Mande de Mande 24 janvier 2015 10:40

        Veuillez m’excuser d’être venu m’immiscer dans les commentaires d’un article où je ne suis à vos yeux pas à ma place.


      • JC_Lavau JC_Lavau 24 janvier 2015 12:17

        De Mande, vos interventions étaient pourtant les moins pires.

        Collectivement, dans ce bac à sable qu’est rendu Agoravox, les intervenants ne savent pas énoncer qu’ils ne savent pas, ne savent pas énoncer qu’ils n’ont pas compris, n’ont à la main aucune méthode pour énoncer des questions qui diminueront leur ignorance. C’est là une tragédie.

        Dans cette tragique incompétence globale, aucune démocratie ne pourra jamais fonctionner avec efficacité. La démocratie, ça se mérite, et le mérite ne vous tombe pas tout cuit dans s’bec.


      • Alexis_Barecq Alexis_Barecq 23 janvier 2015 17:49

        Hum hum...


        • JC_Lavau JC_Lavau 23 janvier 2015 18:52

           « Quand on en sait aussi peu que cela, on a le droit de fermer sa gueule », objectait Coluche.

          Il est 18 h 45, et jusqu’à présent, les intervenants relèvent tous de l’observation de Coluche : quand on en sait aussi peu que cela, et qu’on n’y comprend absolument rien, on a le droit de poser des questions pour amender son ignorance.

          Et si on ne veut surtout pas amender son ignorance ? Alors j’encourage vivement à user de ce droit que Coluche vous reconnaissait, et à aller voir ailleurs si le foin y est plus vert. Car question pollution par les outrecuidants, ça commence à bien faire.

          Ce que Coluche disait sur le mode humoristique peut se redire en termes plus savants : le syndrome de Dunning-Kruger consiste à être d’autant plus outrecuidant qu’on est incompétent. Plus on est incompétent, plus on se prend pour le compétent universel. Or la science infuse est un phénomène assez rare ; excepté l’immortel Achille Talon après une chute sur la tête quand il était petit, on ne connaît pas d’exemples...

          « howahkan Hotah » n’a rien à faire sur ce fil de discussion, dont il ne comprend pas le premier mot. Il n’a aucune idée de ce dont il s’agit. Mais il veut absolument se donner des airs d’occuper la position supérieure, d’où il écraserait tous de son mépris.


          • Hervé Hum Hervé Hum 23 janvier 2015 21:02

            Si je ne suis pas apte à parler mécanique quantique avec l’auteur, selon ses critères, je m’en pose pas moins la question métaphysique de savoir quelle est la démarche de son auteur. J’avoue que je me pose plus de questions à ce sujet que sur la mécanique quantique, à la lecture de cet article. Au moins, Bernard Dugué n’en fait pas mystère.

            C’est sûr qu’il est infiniment plus aisé de formaliser la mécanique quantique que la cohérence d’esprit de gens si savants.

            Peut être est ce cette question là qui fit dire à Einstein sa fameuse réplique...

            Ou une autre de Molière !


            • JC_Lavau JC_Lavau 23 janvier 2015 21:27

              La fameuse réplique de Molière ?
              « - Savez-vous bien ce que veut dire Kakarakamouchem ?
              Kakarakamouchem veut dire « Ma chère âme ! »
              - Kakarakamouchem veut dire « Ma chère âme » , Voilà qui est admirable ! Quelle langue admirable que ce turc ! »

              Métaphysique ou pataphysique ?


            • JC_Lavau JC_Lavau 23 janvier 2015 21:35

              « Au moins, Bernard Dugué n’en fait pas mystère. »
              Hélas, le pauvre garçon, son cas est incurable. Du moins, ça n’est plus à l’échelle humaine ordinaire. L’enjeu ne justifierait du reste pas les moyens extraordinaires qu’il y faudrait.


            • SamAgora95 SamAgora95 23 janvier 2015 23:33

              C’est l’idée d’un monde compréhensible qui serait étrange, un monde fait de billes, qui interagiraient entre elles et dont on pourrait tirer toute la compréhension de l’univers, cette idée ne peut-être que fausse.


              La physique quantique nous révèle que tout est information, qu’il n’y a probablement pas de LEGO de l’univers, cette perspective n’a rien de magique, mais nous montre que nous ne savons rien du monde dans lequel nous avons pris conscience.

              • JC_Lavau JC_Lavau 23 janvier 2015 23:54

                SamAgora95 : catalogue d’affirmations fausses.

                NON, tout N’est PAS qu’information. Seule l’information est de l’information, et ce n’est défini que par le récepteur, soit des humains et leurs instruments.

                NON, la physique quantique N’est PAS la mystique anthropocentrique professée par la clique GK (héritiers de la clique de 1927, Göttingen-København). Même si c’est cette mystique farfelue qu’en ont retenu le grand public et ses journalistes.

                NON, l’alternative aux délires GK N’est PAS « un monde fait de billes ». Certes c’est l’argument publicitaire GK, mais cette publicité est mensongère.

                La prochaine fois, un peu moins d’inspiration mystique, et un peu plus de marche à pieds, SVP.

                Je rappelle que la présentation complète est à
                http://deontologic.org/quantic/index.php?title=Interpr%C3%A9tation_transactionnelle
                et
                http://deontologic.org/quantic/index.php?title=Quantique,_un_d%C3%A9m%C3%AAlage_linguistique_pr%C3%A9alable


              • soi même 23 janvier 2015 23:56

                En gros, si j’ai bien compris le sens de l’article en dehors des théories que je ne vois pas très bien leurs finalités terrestres, si ce n’est, la merdaille à celui qui sera le plus original, qui aura convaincue l’aréopage de savant de l’avancer significative théorique de la théorie du consensus que sa théorie , il y a pas d’autre que la sienne, et qu’elle tiens en fin le bon bout de la résolution final du mystère de Cupidon, l’Oeuf Cosmique et sortie de la Poule Cosmique, où c’est de la Poule Cosmique est sortie l’Oeuf Cosmique, il est vrai pour égaille mon savant discourt, il faut absolument entendre qu’elles cordes quantique de la Harpe Comique pour entendre dans le silence absolue l’Harmonie des Sphères ! 

                https://www.youtube.com/watch?v=ioYqx4Y-ewI


                • JC_Lavau JC_Lavau 24 janvier 2015 00:17

                  « si j’ai bien compris le sens de l’article ». Cette prémisse n’est pas réalisée.

                  Vous avez rédigé une suite aux plaidoiries des seigneurs de Humeveine et de Baisecul, et c’est hors-sujet.


                • soi même 24 janvier 2015 00:37

                  tout ce casse tête pour savoir la résolution final du mystère de Cupidon, l’Oeuf Cosmique et sortie de la Poule Cosmique, où c’est de la Poule Cosmique est sortie l’Oeuf Cosmique !

                  Durant les années 1930 à 1950, des scientifiques modernes ré-exploreront le concept dans une tentative de réconcilier l’Expansion de l’Univers observée par Edwin Hubble et prédite par Alexander Friedmann à partir des équations de la relativité générale de Einstein et partant de la notion d’un univers éternellement vieux. Les modèles cosmologiques actuels prenant pour hypothèse qu’il y a 13,7 milliards d’années la masse entière de l’univers était compressée en une singularité gravitationnelle, dite œuf cosmique, qui s’est étendue vers son état actuel par le Big Bang.

                  En 1927, Georges Lemaitre propose l’idée selon laquelle le cosmos a pour origine l’atome primitif.

                  À la fin des années 1940, Ralph Alpher, chercheur en Cosmologie, propose le mot « ylem » pour nommer la substance primitive ayant existé entre le Big crunch de l’univers précédent et le Big bang de notre propre univers.

                  https://fr.wikipedia.org/wiki/%C5%92uf_cosmique


                • JC_Lavau JC_Lavau 24 janvier 2015 01:17

                  La cosmologie est hors-sujet.

                  Seule est en sujet la microphysique, restreinte au seul bestiaire déjà connu en 1930 : électrons, protons, neutrons et les photons qu’ils s’échangent. Uniquement la matière complètement ordinaire, et sans aucune physique nucléaire pour cette fois.

                  Il y a là déjà amplement de quoi s’occuper.

                  Toute spéculation poétique, ou mystico-poétique est hors-sujet.


                • Hervé Hum Hervé Hum 24 janvier 2015 11:26

                  J’ai lu le lien « deontologic.org », ma foi fort intéressant.

                  Le fait de lier émetteur et récepteur, qui absorbe la quantité d’énergie émise répondant à son besoin ou demande, implique des conditions du milieu spécifiques.

                  La théorie suggère, il me semble, que l’onde rétrochrone soit sans vitesse, instantannée et donc qu’elle n’est pas concerné par la limitation de la vitesse de la lumière. elle s’appuie donc sur le temps d’émission de l’onde et utilise celui ci. A relier avec l’expérience d’Aspect.

                  De cela, il me semble que la condition initiale est un espace unique, indivisible. Un espace purement géométrique et mathématique d’où s’extrait la matière. La matière corpusculaire étant alors une « perspective » de cet espace unique, où les ondes se situent... Bon, ça, cela fait partie d’une idée de formalisation métaphysique.... Hors sujet !

                  Ceci dit, mon précédent message s’interrogeait sur la dissonance entre votre article publié sur un espace libre et votre agressivité à vouloir contrôler cette liberté. Il me semble que le lieu où vous pouvez et devez contrôler l’expression est sur le wiki que vous mettez en ligne.

                  Alors, vous pouvez reprendre un commentaire qui s’éloigne du sujet, mais de là à être agressif et méprisant, tout en reprochant à l’autre de l’être.


                  • JC_Lavau JC_Lavau 24 janvier 2015 12:51

                    Un « espace unique » ?
                    Je suis d’un avis opposé, mais la question n’est pas tranchée.
                    Bernard Chaverondier exprimait que cet espace-temps macroscopique qui nous semble aller de soi est une émergence statistique, exactement comme la température et l’énergique volumique d’un gaz sont des émergences statistiques. A ce jour, je suis du même avis : émergence statistique de beaucoup, beaucoup, beaucoup d’interactions. Dont toutes celles des neutrinos à basse énergie, que pourtant nous n’aborderons pas ici.
                    En 1971, Roger Penrose faisait oeuvre historique en démontrant que les directions de notre espace familier émergent statistiquement d’un réseau de spineurs. Ce succès est demeuré sans descendance ni extensions valides.

                    « Onde rétrochrone sans vitesse », là je suis sûr que c’est aberrant. Résolvant en 1930 l’équation de Dirac pour une onde électronique plane, Erwin Schrödinger a prouvé que l’électron galope aux célérités + c et -c, alternativement, et alterne à la fréquence Dirac-Schrödinger 2mc²/h.

                    Dans l’approximation de Broglie 1923, l’électron était partout en phase avec lui même dans toute son étendue (elle-même floue), sa vitesse de phase était donc infinie ; mais en 1923 il n’avait qu’une seule composante envisagée. En 1928, Dirac trouve que des composantes, l’électron en a quatre, deux orthochrones, et deux rétrochrones, et le tout est inséparable. Jamais les énoncés relativistes de 1905 et 1908 n’étaient capables d’intégrer cela.
                    A ce jour, c’est une question non résolue de façon satisfaisante. On ne sait pas encore formaliser le bruit de fond broglien. Non, la vitesse de phase n’est plus infinie, mais résulte d’interactions orthochrones et rétrochrones.

                    Pour certains, la tentation est irrésistible d’extrapoler de l’échelle microphysique vers la macrophysique : « Mektoub ! Tout est déjà écrit ! ». Le moindre rouge-gorge dehors nous démontre le contraire avec brio, et nos bébés aussi.


                  • Hervé Hum Hervé Hum 25 janvier 2015 20:58

                    Bonjour

                    Vous réduisez ma pensée à peu de chose en écrivant « espace unique »

                    Il faut prendra la phrase en entier soit

                    « il me semble que la condition initiale est un espace unique, indivisible »

                    L’expression « condition initiale » est impropre et prête à confusion, j’aurai dû écrire « condition primordiale » qui parle explicitement de la dimension temporelle.

                    L’idée est qu’on ne remonte pas le temps physique en regardant loin dans l’espace pour remonter le temps jusqu’au supposé big bang, absurde, mais en remontant dans la matière elle même. Autrement dit, l’espace vide est ce temps primordial, unique, purement géométrique donc mathématique où la matière représente une chaine de relation de causalité spatio-temporelle (que je ne présenterai pas ici).

                    Vous faites la même réduction de ma pensée en écrivant « onde rétrochrone sans vitesse », alors que je complète par "qu’elle n’est pas concerné par la limitation de la vitesse de la lumière. elle s’appuie donc sur le temps d’émission de l’onde et utilise celle-ci« 
                     
                    Là aussi, l’erreur m’en revient, j’aurai dû écrire dès le début, que l’onde rétrochrone n’ajoute pas son propre temps, mais utilise le temps d’émission de l’onde. C’est ici qu’un espace unique, purement géométrique s’impose, pour permettre la liaison entre l’émetteur et l’absorbeur. Sans cette condition de l’espace primordial unique géométrique, je ne vois pas comment on peut soutenir la liaison ou »corde« entre émetteur et absorbeur. Il ne peut y avoir que l’espace lui même ou alors il faut faire appel à la magie »abracadabra«  !

                    En d’autres termes, la matière corpusculaire exprime une perspective dimensionnelle d’espace-temps, relationnellement à l’espace géométrique et aux autres dimensions spatio-temporelles que sont la dimension atomique, moléculaire, cellulaire, planétaire, etc. Bref, quand vous dites qu’on doit distinguer la dimension microphysique avec la dimension macrophysique, vous êtes, selon l’idée que je partage, encore loin du compte. Ceci est une tautologie, observable quel que soit l’objet ou le sujet observé. Sauf que la pensée s’est figé sur cette tautologie.

                    Ici , il faut développer ce qu’Edgar Morin appelle »la pensée complexe" mais vous m’excuserez de ne pas le faire sur ce commentaire, sous cet article.

                    Ce que je peux vous dire, c’est que la pensée complexe s’appuie sur 1 principe, 1 processus, 1 système et une dynamique , tous intriqués. La récursion, l’itération, le yin yang et les fractales.

                    L’un renvoi systématiquement aux autres...

                    Mais encore me faudrait il arriver à l’écrire !

                     


                  • JC_Lavau JC_Lavau 25 janvier 2015 22:07

                    Isaac Newton y croyait, à ce temps universel unique, le « point de vue de dieu ».

                    Le démenti est quotidien, conformément aux transformations relativistes RR et RG.
                    Plouf ! Y compris pour les satellites de repérage GPS.

                    Seul le sens général du temps macroscopique est partagé pour tous les repères, et est conforme aux lois de la thermodynamique.

                    La formalisation est encore à faire, de la connexion jusqu’à travers quinze milliards d’années-lumière entre émetteur et absorbeur de photon. On en sait juste assez pour savoir que ça ne ressemblera en rien au temps de Newton et des classes prépas.


                  • Hervé Hum Hervé Hum 26 janvier 2015 10:26

                    Là, vous interprétez mal ce que j’écris !

                    j’ai parlé d’absence de temps dans un espace géométrrique. Le temps étant intrinsèquement lié au mouvement, donc de l’énergie, qu’elle soit ondulatoire ou corpusculaire.

                    On peut parler d’un temps universel unique au niveau de l’espace géométrique lui aussi universel et unique, mais si nous venons de cet espace temps universel, nous vivons très éloigné de celui ci (mais non séparé).

                    Ici, pour comprendre ce que je veux dire il faut utiliser la pensée complexe. M’est avis qu’il faut utiliser cette même pensée complexe pour comprendre la MQ, or, jusqu’à présent, toutes les théories que j’ai vue utilisent la pensée simple. En fait, vous utilisé la pensée complexe au niveau mathématique, mais pour en parler, décrire cette mécanique, vous utilisez uniquement la pensée simple. De fait, vous avez un décalage entre d’un coté la sémantique et de l’autre les outils mathématiques. Un peu comme si vous mettiez un moteur de ferrari dans un 2CV !

                    Pour illustrer mon propos, je vais vous donner un exemple simple.

                    Si je vous pose la fameuse question « qui de l’oeuf ou de la poule vient en premier » ?

                    Je vous demande de me donner une réponse binaire, soit l’un, soit l’autre. Le problème est que la question posé relève de la pensée complexe, c’est à dire, que la question posé est une itération dont on ne retient que la récursivité. De fait, on ne peut pas donner une réponse simple à cette question car s’est donner une réponse arbitraire et surtout, choisir l’un, renvoi vers l’autre.

                    Bref, pour répondre à cette question, il faut utiliser la pensée complexe, c’est à dire, étudier l’itération contenu dans la question.

                    M’est donc avis, que votre gros problème, à vous et au milieu scientifique, est d’utiliser la pensée simple pour théoriser sur la MQ alors que celle ci implique d’utiliser strictement la pensée complexe pour pouvoir en parler.

                    Quand on parle d’espace-temps, qu’elle est la relation qu’on entend ? Quand on parle de fonction d’onde avec un état corpusculaire et ondulatoire, qu’elle est la relation qu’on entend ? En mathématique, on ne choisit pas, mais dès que l’on en parle, on veut choisir !

                    Si vous n’utilisez que la pensée simple, c’est insoluble et de fait, depuis 85 ans, cela reste insoluble ! Alors, vous avez appris à utiliser la pensée complexe dans son formalisme mathématique, mais pas dans son formalisme sémantique.... Cela parce que vous voulez réduire la complexité là où elle est irréductible, sauf à renoncer à la complexité. Mais comme votre domaine de recherche est le domaine de la complexité, vous vous retrouvez à édifier une barrière entre le langage et t les mathématiques, où vous interdisez à la première d’avoir la même complexité que la seconde. Et comme les philosophes sont bouche bée devant votre formalisme mathématique et les succès de la science, elle s’interdit elle même la pensée complexe. Elle se l’interdit d’autant plus que dans les autres domaines de pensée, elle se l’interdit aussi.


                  • Hervé Hum Hervé Hum 26 janvier 2015 10:37

                    J’oubliai, pour l’instant je n’ai utilisé que la pensée simple, ce qui explique l’impossibilité à me faire comprendre.

                    Mais comme je vous l’ai dit, je n’ai encore rien écrit dessus, juste donnée des définitions issu de cette pensée complexe. Comme la définition de la conscience que je partage « le sens de l’action en conséquence de la connaissance ».

                    Cette définition est complexe car elle utilise le processus itératif et la récursivité.


                  • JC_Lavau JC_Lavau 26 janvier 2015 13:51

                    Quand vous disposerez d’un exemple de succès, n’hésitez pas à en faire bon usage.


                  • lsga lsga 24 janvier 2015 12:18

                    Intéressant : nous avons un véritable anti-dugué !

                    JC_lavau semble lui tout aussi fâché avec l’université française, mais pour des raisons strictement inverses à celles de dugué. 

                     
                    Ici, on a un approche technique et mathématique solide, avec des références directes à des articles scientifiques de qualité, références ayant une utilité directe pour l’article. C’est donc bien l’inverse de Dugué, qui empile un verbiage insipide, pseudo-philosophique, qui ne pose jamais la moindre équation, qui fait référence à la littérature pseudo-scientifique, et qui quand il fait référence à un article scientifique, cet article n’a aucun rapport avec ce dont il parle.
                     
                    Comme chez Dugué, le but visé est également de défendre un point de vue métaphysique sur la physique quantique. Mais là où Dugué propose une interprétation réaliste (réaliste opposée à instrumentaliste) des résultats les plus spectaculaires en physique quantique ; JC_lavaux lui nous propose une sorte de point de vue hyper matérialiste, qui relègue les résultats spectaculaires de la physique quantique à des illusions mathématiques mal interprétées, comme (si j’ai bien compris) le fait de réduire le principe d’incertitude d’Heinsenberg à une transformation de Fourrier. L’idée est assez géniale : intuitivement, on sent que ça doit marcher. MAIS ON AIMERAIT UNE DÉMONSTRATION. Bref, de la même manière que j’appelle Dugué à FORMALISER mathématiquement sa cosmonadologie, et à lui donner une assise empirique et expérimentale (ce qu’il est, bien entendu, incapable de faire) ; j’appelle JC_LAvau à DÉMONTRER ses intuitions mathématiques. 
                     
                    Dugué, qui est un idéaliste réactionnaire dans l’âme, cherche avant tout à justifier sa propre nullité. Il rêve que les grands Capitalistes succombent à son baratin et payent des armées de jeunes chercheurs asservis qui seront chargé de donner du sens à son charabia et d’en faire la formalisation mathématique. 
                     
                    JC_LAvau, dans cet article, fait le strict inverse. Il nous rappelle ce que Bachelard nous enseignait déjà il y a 150 ans : le spectaculaire est un obstacle épistémique. La recherche du sensationnel empêche la science d’avancer. Il est matérialiste. Peut-on en conclure que Lavau est un progressiste ? Cela ne m’étonnerait pas. 
                     
                    Il nous rappelle donc qu’il existe un terrain expérimental simple, donnant des résultats clairs et intuitifs, y compris à l’échelle macroscopique, de phénomènes quantique : optique, physique des solides, radiocristallographie, etc. etc. Il peste contre l’impossibilité pour les jeunes chercheurs d’aller dans cette direction expérimentale, pourtant si simple et si naturelle, au profit de la direction spectaculaire et idéaliste de la physique théorique ultra-abstraite, façon monde possible et théorie des cordes. Il désigne donc l’abstraction mathématique à tendance spectaculaire comme étant le nouvel obstacle épistémique. Il cherche à libérer les jeunes chercheurs de l’idéalisme réactionnaire et spectaculaire de leurs mandarins. 
                     
                    Quelques questions :
                     
                    1. Ai-je bien compris l’article ?
                    2. Qu’est-ce qui différencie votre approche de l’approche informationnelle de la physique quantique ? 
                    3. Q’est-ce qui vous différencie de l’approche instrumentaliste façon Michel Bitbol ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès