Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Technologies > Pour une poignée de quarks

Pour une poignée de quarks

La matière noire est à la physique ce que l’homme sans nom est au western spaghetti : ce qui est au centre de l’action mais dont on ne sais rien, sauf que c’est un homme. 

Dark_matter_stride_by_tchaikovsky2Alors peut être que la matière noire, finalement, serait de la matière issue des mêmes composants que notre matière visible mais assemblés de manière à passer inaperçue ?

La matière noire est une invention théorique rendue nécessaire par l’observation d’effets gravitationnels que la matière visible, seule, ne peut expliquer. A tel point que la matière noire formerait 85% de toute la matière de l’univers, et son identification est donc l’une des grandes priorité de la physique des particules. Ce blog contient déjà pas mal d’articles sur ce sujet, faisant allusion à des particules théoriques telles les WIMPS et les SIMPS, et la théorie de la Supersymétrie (Susy), toutes choses imaginées pour décrire cette fameuse matière noire. Toutes choses dont on ne trouve pas trace malgré les efforts des équipes du CERN, qui viennent de relancer le fameux accélérateur LHC après deux années de mise à niveau. LHC qui avait permis de donner corps, en 2012, au boson de Higgs, particule théorisée dans les années 60 pour expliquer la notion de masse.

On espérait que le LHC ferait jaillir ces particules fantômes, mais pour l’instant il n’en est rien et même si la recherche va continuer dès 2016, l’espoir semble de plus en plus faible. Deux solutions alors : sortir du cadre du modèle actuel pour explorer d’autres modèles telle la théorie MOND, que j’introduisais dans le billet Et alors, cette matière noire ?, ou en revenir à notre bonne vieille matière classique, dite baryonique, et voir s’il serait possible qu’elle (la matière noire) se cache à notre vue du fait d’une configuration exotique de ses constituants élémentaires, les quarks.

Comme on le voit dans le dessin ci-dessous nous connaissons actuellement six types de quarks, et leurs antiquarks correspondants.

Source : New Scientist

Les protons et neutrons qui constituent notre matière classique sont constitués de trois quarks, et l’on ne savait pas s’il pouvait exister des particules composées de plus de trois quarks jusqu’à la découverte, en juillet de cette année, de Pentaquarks – des particules composées de cinq quarks. Ah. Serait-il dès lors possible qu’il existe des amas de quarks, nommés “macros”, composés de dizaines, centaines, millions ou milliards de quarks ?

Les quarks sont soumis à la force nucléaire forte. Plus les quarks sont éloignés les uns des autres, plus cette force est forte, ce qui fait que l’on ne trouve jamais de quarks se baladant tous seuls. Leur agglomération formerait des amas extrêmement denses du fait de l’inexistence d’espace entre eux (la matière classique à base de protons et neutrons est “légère” du fait des immenses espaces, relativement parlant, entre les noyaux). Une cuillère à café de soupe de quark pèserait le poids d’une montagne. Cette densité en ferait des corps inertes, n’interagissant pas ou très peu avec la lumière, qui pourraient être distribués dans l’univers sous la forme de zillions de petits amas quasi invisibles mais avec un effet gravitationnel important. Autrement dit, de la matière noire.

La théorie capable d’expliquer l’existence de “macros” n’est pas très développée et les efforts de détection d’impacts de “macros”, sur Terre ou sur la Lune via les séismographes qui y furent déposés par les astronautes, n’ont pour l’instant rien donné. Néanmoins c’est une avenue de recherche qui va se développer. Un séismographe sensible à l’impact d’un seul atome d’hydrogène fera, l’an prochain, partie de la mission martienne InSight de la NASA.

La seule chose dont on peut être certain, c’est que si la matière noire est effectivement constituée d’amas de quarks, le LHC ne pourra pas les voir du fait qu’il travaille avec des énergies beaucoup trop élevées, énergies requises pour la recherche d’une matière noire à base de particules exotiques…

 

Source : https://www.newscientist.com/article/mg22730350-500-strangely-familiar-is-dark-matter-normal-stuff-in-disguise/


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (3 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • Aristoto Aristoto 26 août 2015 20:33

    Plus les quarks sont éloignés les uns des autres, plus cette force est forte

    ça veut rien dire ça ! La MQ c de la Merde  !


    • Norbert 30 août 2015 20:13

      @Aristoto

      Pas beaucoup de ressort dans votre argumentation  !


    • Le Kergoat [Frédéric MALMARTEL] Le Kergoat [Frédéric MALMARTEL] 26 août 2015 21:16

      Bon article.

      Personne n’a jamais démontré l’existence de la matière noire. ces hitsoires de « matière noire », d’ « énergie sombre » et autres « inflation » ressemblent de plus en plus à des coutures mal fichues qui tentent maladroitement de raccommoder des théories physiques et astrophysiques comme celles du Big Bang, de plus en plus mal en point !


      • christophe nicolas christophe nicolas 26 août 2015 21:52

        @Le Kergoat [Frédéric MALMARTEL]

        En revanche la théorie de l’adaptation des reptiles aux conditions environnementales globales reprend de la vigueur...

        Je ne sais plus très bien mais je crois qu’il y a un chercheur hérétique qui a fait une théorie à ce sujet, c’est simple, c’est logique et cela apprend à tous que les variations de l’équilibre climatique ne sont pas que quelques degrés sur un thermomètre, non, le gentil lézard qu jardin pourrait être un lézard moins gentil dans l’avenir...

        Abby Martin tire la sonnette d’alarme mieux que nous mais nos arguments appuient ses convictions.

      • Dudule 27 août 2015 02:17

        Disons que la cosmologie est probablement la branche de la physique qui a le plus de mal...

        Avec les télescopes, satellites, et autres, on amasse un tas de données, et pas de bol, il n’y en a pas beaucoup qui cadrent avec les « modèles ». C’est pas de chance.

        Il y a la matière noire, il y a eu l’homogénéité du fond diffus qui a obligé a inventé l’« inflation », les « sursauts gamas »et toutes sortent de choses, j’en passe et des meilleurs... Et c’est bien. On a peut-être beaucoup de choses à découvrir (parce que depuis les années 20 du XXième siècle, on a pas trouvé grand chose finalement).

        D’un côté, c’est normal, puisqu’on a plein de moyens modernes de collecter des données. D’un autre côté, il me semble (mais ce n’est que mon avis), qu’il faudrait se pencher d’un peu plus près sur les modèles théoriques. Les faits ont toujours raison contre les théories, ou bien on ne fait pas de la science. Si les faits ne donnent pas forcément la vérité (c’est un travers dangereux que d’adapter à tout prix une théorie aux faits), ils discriminent l’erreur à coup sûr.


        • Ruut Ruut 26 octobre 2015 13:37

          Qu’est ce qui prouve que la lumière a une vitesse fixe ?
          Proche d’un objet super massif, sa vitesse doit ralentir.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès